NOTRE BONNE SOUFFRANCE

+2
ROBERT.
Monique
6 participants

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Lun 21 Sep 2009, 1:11 pm

Monique a écrit:
LE BIEN DU MAL



Nous savons qu'il n'y a pas de douleur sans le voisinage de Dieu.




A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.


Nous n'avons qu'à méditer sur n'importe laquelle des douleurs indiscibles que Jésus endura pour nous lors de Sa Passion. On ne peut trouver de voisinage de Dieu plus intime que celui-là...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Lun 21 Sep 2009, 1:14 pm

Régis a écrit: Cet homme d'affaire qui n'a retenu comme seul vrai bonheur de sa vie la charité et les bonnes oeuvres d'une seule religieuse qu'il a rencontrée dans des conditions extrêmement difficiles de sa vie, cela ne vous fait-il pas penser à ce qu'il sera retenu de nous en faveur de notre salut devant notre Juge ?

Qu'est-ce qui pourra nous servir alors sinon la charité que nous avons eu pour Dieu et le prochain ?

Moi-même, je me suis trouvé dans un pays étranger, trahi par l'ami qui m'y avait introduit. J'étais sans un sous et j'allais demander à un ami de me préter de l'argent pour m'acheter un vélo pour faire mes courses. J'avais un procès sur le dos et une famille nombreuses de très jeunes enfants. Eh bien je me rsouviens très bien que j'étais tout plein de joie alors que j'ai vécu d'autres moments de grande opulence avec un moral affreux.

c'est bien Dieu qui est l'auteur du bonheur et il le donne sur la terre quand il veut, comme il veut et à qui il veut. Nous voyons cependant tous les impies essayer d'arracher ce bonheur des mains de Dieu comme pour retrouver un paradis perdu et à mesure qu'ils se préparent ce bonheur, à mesure qu'ils croient pouvoir le prendre il s'évanouit comme par magie !


Très belles réflexions mon ami... Que Dieu vous garde en Son Sacré-Cœur...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Lun 21 Sep 2009, 7:50 pm

Régis a écrit:

Car la bonté en parole amène la confiance, la bonté en pensée amène la profondeur, et c'est ainsi que la bonté en donnant, amène l'amour de la charité !

Cet homme d'affaire qui n'a retenu comme seul vrai bonheur de sa vie la charité et les bonnes oeuvres d'une seule religieuse qu'il a rencontrée dans des conditions extrêmement difficiles de sa vie, cela ne vous fait-il pas penser à ce qu'il sera retenu de nous en faveur de notre salut devant notre Juge ?

Qu'est-ce qui pourra nous servir alors sinon la charité que nous avons eu pour Dieu et le prochain ?

Moi-même, je me suis trouvé dans un pays étranger, trahi par l'ami qui m'y avait introduit. J'étais sans un sous et j'allais demander à un ami de me préter de l'argent pour m'acheter un vélo pour faire mes courses. J'avais un procès sur le dos et une famille nombreuses de très jeunes enfants. Eh bien je me rsouviens très bien que j'étais tout plein de joie alors que j'ai vécu d'autres moments de grande opulence avec un moral affreux.

c'est bien Dieu qui est l'auteur du bonheur et il le donne sur la terre quand il veut, comme il veut et à qui il veut. Nous voyons cependant tous les impies essayer d'arracher ce bonheur des mains de Dieu comme pour retrouver un paradis perdu et à mesure qu'ils se préparent ce bonheur, à mesure qu'ils croient pouvoir le prendre il s'évanouit comme par magie !

Merci à vous cher Régis votre texte est matière à réflexion... Wink

Que Dieu vous bénisse et vous garde en son Divin Amour ! I love you
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Lun 21 Sep 2009, 7:59 pm

.

Merci chère Monique pour ces belles pages de méditation et de pratique spirituelle que vous nous donnez jour après jour... sunny
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Lun 21 Sep 2009, 8:07 pm

ROBERT. a écrit:.

Merci chère Monique pour ces belles pages de méditation et de pratique spirituelle que vous nous donnez jour après jour... sunny

Tout pour la plus grande gloire de Dieu ! flower
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Mar 22 Sep 2009, 12:31 pm

Monique a écrit:
ROBERT. a écrit:.

Merci chère Monique pour ces belles pages de méditation et de pratique spirituelle que vous nous donnez jour après jour... sunny

Tout pour la plus grande gloire de Dieu ! flower

Il va sans dire chère amie...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Régis Mar 22 Sep 2009, 3:16 pm

Perdre un de ses enfant ! Quelle terrible épreuve!

J'aurais facilement accepté un enfant handicapé mais infiniment plus difficile de me faire à la pensée de perdre un de mes enfants... surtout quand ils étaient enfants. Ayant la ferme volonté d'accepter toutes les épreuves que Dieu m'envoie, je pense avec sa grâce que je l'accepterai avec les dispositions qu'il voudra bien m'accorder.

Il y a 5 ans notre maison et tout ce qu'il y avait dedant a brûlé. Il ne restait plus que la chapelle et l'atelier. Juste de quoi prier et travailler pour reconstruire!
L'assurance ne nous a rien donné.
Cependant, nous avons eu beaucoup de consolation. Les gens du village nous ont donné tout ce qui nous était necessaire en meubles, vaisselle linge et habit. Ils nous ont même donné 800 euros. Or, il est beaucoup plus difficile de donner de son argent parce qu'il en manque toujours. Ils venaient même à tour de rôle, nous apporter des repas chauds. La famille nous a donné 2000 euros et cela permet de voir les vrais amis.

J'ai trouvé que ce qui nous est arrivé est un excellent exercice. Nous cherchions l'entrée de notre maison alors qu'elle était toute brûlée! Comme quoi nous sommes dépendants et fragile. Ce fut un bon exercice car en pensant à la mort où nous perdons TOUT, le fait de perdre même beaucoup nous fait comprendre que ce n'est rien par rapport à la mort où nous perdons tous nos enfants d'un seul coup, tous nos amis d'un seul coup tous nos membres d'un seul coup, tous l'exercice de nos sens d'un seul coup. Et Dieu est bien bon si dans ce terrible moment, il nous permet de remettre notre âme entre ses mains et lui donner notre dernier souffle comme un baiser d'amour et de reconnaissance.

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  gabrielle Mar 22 Sep 2009, 3:33 pm

Il y a des ces épreuves dans la vie, qui donne matière à une sérieuse réflexion..

Tout perdre dans le domaine matérielle, nous apparait une grande chose et en fait cela est grand, mais lorsqu'on le transpose au plan spirituel, on comprend que cette perte est inévitable et encore plus elle ( la mort) nous ravira ceux qu'on aime.

Elle sera le dernier, le plus grand et plus important détachement de nous-mêmes que nous ferons.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19043
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Mar 22 Sep 2009, 4:45 pm

La mort d'un enfant est l'expérience la plus terrible que peuvent vivre des parents. Une épreuve qui atteint la chair de leur chair et suscite un deuil particulièrement difficile.

Chaque jour que Dieu nous donne à vivre, dans son infinie patience, n'est-il pas un cadeau, un temps privillégié baigné de Ses grâces pour nous permettre grâce aussi à notre foi de nous préparer aux épreuves de la vie en général et de l'épreuve suprême: la mort ?

La mort est une souffrance pour ceux qui restent et qui sont torturés par les souvenirs et l'absence de la personne disparue. Il nous faut demander à Jésus la force de survivre par son accompagnement dans cette épreuve, offrir cette souffrance à Jésus ne restera pas lettre morte car Dieu n'aime pas voir ses enfants dans le malheur.

Et si nous traversons toutes ces épreuves avec une foi forte en Jésus, nous nous exhortons à exercer notre foi dans ce sens pour que nous continuions à grandir dans la grâce et la connaissance de Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Mar 22 Sep 2009, 5:25 pm

Régis a écrit: Et Dieu est bien bon si dans ce terrible moment, il nous permet de remettre notre âme entre ses mains et lui donner notre dernier souffle comme un baiser d'amour et de reconnaissance.

Vos réflexions, ici comme dans tout Te Deum d'ailleurs, sont combien pleines d'une grande méditation qui nous est profitable à tous...

Dieu, en vous envoyant cette terrible épreuve, vous dit que tout passe ici-bas, "tout n'est que vanité", que nous ne sommes que des

voyageurs en transit vers Lui… demeurons des enfants confiants et espérant envers Sa divine Providence et que nous Le verrons un jour face-

à-face, tel qu’Il est.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Régis Mer 23 Sep 2009, 2:30 pm

Monique, je n'ose pas vous reprendre parce que en aucune manière vous êtes répréhensible mais je suis tombé sur une expression que le monde utlise dans un certain sens et qui, dans ce sens là est très perverrs. Or, évidement, vous êtes toute à l'opposé de cette interprétation.

Il s'agit du mot "disparue" pour une personne décédée. Dans le langage moderne, le mot disparu appliqué à la mort signifient que la personne retombe dans le néant corps et âme et c'est pour cela que ce qualificatif est de plus en plus employé et intentionnellement dans le sens que l'homme retournant dans le néant n'a ni à rendre grâce ici bas à Dieu de l'avoir créer ni l'attente du jugement où il devra rendre compte de tous ces actes.

Encore une fois, je suis confus d'insister sur cela sachant que vous n' avez jamais pensé une seconde à la funeste interprétation de ce mot en l'utilisant.
Je suis en train de penser que pour témoigner notre foi contraire à la leur, nous dpurrions utiliser en parlant de notre mort, "la mort de notre corps" ou quand il nous parle d'une personne disparue les reprendre en disant :

"Ah oui, cette personne qui vient de perdre son corps".

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Mer 23 Sep 2009, 3:11 pm

.

Bonjour cher ami


Il est évident cher ami quand on emploie le mot "disparu (e)", cela implique seulement que la personne n’est plus visible à nos yeux, qu’elle

est "disparue" de notre vie quotidienne, qu’on ne la voit plus. Loin de nous cette sacrilège et funeste interprétation moderne qui dit

«retournée dans le néant.» Cette interprétation vient tout droit de l’ "égout collecteur" dont parlait Saint Pie X. Vous donnez un très bon

commentaire de leur funeste interprétation :



Dans le langage moderne, le mot disparu appliqué à la mort signifient que la personne retombe dans le néant corps et âme et c'est pour cela que ce qualificatif est de plus en plus employé et intentionnellement dans le sens que l'homme retournant dans le néant n'a ni à rendre grâce ici bas à Dieu de l'avoir créer ni l'attente du jugement où il devra rendre compte de tous ces actes.


Et vous restez bien dans la défense et la propagation de la Foi, par votre suggestion de leur opposer la doctrine catholique :


nous pourrions utiliser en parlant de notre mort, "la mort de notre corps" ou quand il nous parle d'une personne disparue les reprendre en disant :
"Ah oui, cette personne qui vient de perdre son corps"


Et ce faisant, ne vous gênez surtout pour répondre à toutes leurs questions, selon votre connaissance des choses. Si vous ne pouviez

répondre à toutes leurs questions, informez-les que vous leur reviendrez plus tard…

Que Dieu vous garde dans Son Sacré-Cœur mon ami…


Dernière édition par ROBERT. le Mer 23 Sep 2009, 4:25 pm, édité 1 fois (Raison : ajout de)
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Mer 23 Sep 2009, 8:54 pm

Régis a écrit:Monique, je n'ose pas vous reprendre parce que en aucune manière vous êtes répréhensible mais je suis tombé sur une expression que le monde utlise dans un certain sens et qui, dans ce sens là est très perverrs. Or, évidement, vous êtes toute à l'opposé de cette interprétation.

Il s'agit du mot "disparue" pour une personne décédée. Dans le langage moderne, le mot disparu appliqué à la mort signifient que la personne retombe dans le néant corps et âme et c'est pour cela que ce qualificatif est de plus en plus employé et intentionnellement dans le sens que l'homme retournant dans le néant n'a ni à rendre grâce ici bas à Dieu de l'avoir créer ni l'attente du jugement où il devra rendre compte de tous ces actes.

Encore une fois, je suis confus d'insister sur cela sachant que vous n' avez jamais pensé une seconde à la funeste interprétation de ce mot en l'utilisant.
Je suis en train de penser que pour témoigner notre foi contraire à la leur, nous dpurrions utiliser en parlant de notre mort, "la mort de notre corps" ou quand il nous parle d'une personne disparue les reprendre en disant :

"Ah oui, cette personne qui vient de perdre son corps".

Bonjour Régis, évidemment le mot "disparue" pour une personne décédée, est très courant dans le language moderne, bien que cela signifie que l'être cher n'est plus parmis nous et que l'on ne le verra plus, voilà ce que je voulais exprimer par ce mot.

Et ne pensant jamais de ma propre volonté que cette interprétation avait un sens aussi pervers. affraid

Merci de m'avoir aviser et renseigner sur cette interprétation sacrilège et funestre de ce language moderne.

Dorénavant, je me souviendrai: "Ah oui, cette personne qui vient de perdre son corps".

Que Dieu vous bénisse cher ami ! flower
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Jeu 24 Sep 2009, 7:07 pm

LA CONSOLATION DU MALADE



Je viens de voir le bonheur, le bonheur radieux, limpide, le pur et vrai bonheur!

Non pas, croyez-le bien, dans une exubérante santé. Je l'ai vu resplendir dans la chambre d'une malade, d'un lit de malade! Et ce bonheur rayonnant égayait toute la salle, envahissait les autres chambres, répandait la joie partout.

Ce bonheur donnait encore à la malade le courage de veiller au bon ordre de toute la maison et de penser à tous avec une affectueuse sollicitude. Il règne sous ce toit un tel bonheur que la fille de la malade me disait :

« Je ne peux m'imaginer ce que nous deviendrions sans maman ».

Et voilà des années et des années qu'elle est malade, cette mère, qu'elle est heureuse pourtant, et elle rend les autres heureux. Comment ?

Par son angélique patience. Elle me disait, les yeux rayonnants de plaisir, qu'elle se sentait un peu mieux, elle, impotente depuis si longtemps!... et pour combien de temps encore! Mais sa sainte patience lui fait éprouver une telle satisfaction que la moindre amélioration lui remplit l'âme de reconnaissance. Elle est semblable à Notre Sauveur qui disait :

« En votre patience, vous posséderez votre âme » (Luc, 21).

Voilà comment un malade trouve la possession, la maîtrise de l'âme dans la patience.



A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Jeu 24 Sep 2009, 8:57 pm

.

La patience est une vertu qui va avec le calme, la résignation et l'assurance..
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Ven 25 Sep 2009, 7:06 pm

LES VOIES DE DIEU



C'est avec une édifiante patience, sans un mot de plainte, qu'un vieillard avait supporté les douloureux progrès d'une implacable angine. Cette belle attitude de résignation et d'abandon à Dieu ne lui avait pourtant pas toujours été familière. Après qu'il se fût pieusement éteint, voici ce que me raconta sa fille, avec de vifs sentiments de reconnaissance et de bonheur :

« Mon père était autrefois d'un caractère violent et sujet à d'épouvantables colères. Toute la famille en souffrait, notre mère surtout. Maman n'opposait toujours à ses violences que la plus inaltérable douceur. Le plus pénible pour elle était de l'entendre offenser Dieu par ses blasphèmes. Elle priait sans cesse et faisait le bien afin seulement d'obtenir la grâce de sa conversion, de cette conversion dont elle n'eut pas le bonheur d'être témoin. Elle me dit un peu avant de mourir : « Mon enfant, si je trouve grâce devant Dieu, je lui demande d'envoyer à ton père une douloureuse maladie pour lui permettre de s'exercer à la patience ». Qu'arriva-t-il ? A peine deux ans plus tard, mon père fut pris d'une laryngite; mais, au lieu de s'adoucir, il n'en devint que plus violent.

Un jour, m'armant de courage, je lui rapportai la confidence que m'avait faite notre mère sur son lit de mort. Il détourna la tête et se tut pendant quelques minutes. Je m'attendais à un nouvel accès de fureur quand il me dit, très calme mais avec beaucoup d'émotion :

« Si cet ange a ainsi parlé, tu vas voir de quoi je suis capable ». A partir de cet instant, il fut comme transformé. Pendant des mois, jusqu'à sa mort, il supporta patiemment les plus terribles souffrances. Il a bien expié ses fautes, et le bon Dieu lui a fait miséricorde, je l'espère ».

Les voies de Dieu sont insondables. Il chargea cette femme d'une lourde croix. Elle la porta avec soumission, fit preuve d'une grande vertu. Elle supplia Dieu alors de venir visiter son mari par la souffrance pour lui procurer la grâce de la conversion. Soudain, la lumière se fit dans l'âme de celui-ci. Il reconnut tout à coup les desseins de la Providence. Dès lors, la croix cessa de lui être lourde. Il l'accepta avec amour et connaissance envers Dieu. C'est à la croix qu'il dut son salut éternel.

On ne comprend bien la Croix et le sacrifice de Notre-Seigneur que quand on souffre.
(Abbé Perreyve).



A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Régis Lun 28 Sep 2009, 1:01 am

J’ai eu le souffle coupé de voir la conformité de l’enseignement et de la spiritualité des saints avec l’enseignement de Jésus-Christ Lui même dans l’Evangile. C’est du point par point et dans le même ordre:


Jésus-Christ dans l’Evangile :

« Celui qui veut venir après moi »
(St Matthieu 16 :24, St Marc 8 :32 et St Luc 9 :23)

Sainte Catherine de Sienne :

« Ce que doit faire une âme pour parvenir au pur et généreux amour »
(Traité de l’oraison LXV)


J-C :
« Qu’il se renonce lui-même »

Sainte Catherine :
« Une fois entrée dans la maison de la connaissance d’elle-même, après avoir emprunté la doctrine du Christ crucifié »

J-C :
« Qu’il porte sa croix »

Sainte Catherine :
« L’âme, enivrée d’un amour sincère pour la vertu, la haine pour le vice et d’une persévérance parfaite »

J-C :
« Et qu’il me suive »

Sainte Catherine :
« [l’âme] s’enferme dans les veilles et la prière continuelle, complètement séparée du monde »

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  gabrielle Lun 28 Sep 2009, 9:36 am

Moi j'aurai le souffle coupé, le jour où j'arriverai à mettre tout cela en pratique!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19043
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Lun 28 Sep 2009, 12:40 pm

On ne comprend bien la Croix et le sacrifice de Notre-Seigneur que quand on souffre.
(Abbé Perreyve).

Comment pourrait-il en être autrement? Toute la vie de Notre-Seigneur, de son premier instant jusqu'à son dernier, ne fût que souffrance... et Il est venu nous montrer l'exemple !
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Régis Lun 28 Sep 2009, 4:00 pm

Gabrielle a dit:


Moi j'aurai le souffle coupé, le jour où j'arriverai à mettre tout cela en pratique!

Vous faites gravement erreur chère Gabrielle. Quand vous aurez mis tout cela en pratique, vous n'aurez pas du tout le souffle coupé. Au contraire, jamais vous n'allez si bien respirez....


parce que vous respirerez la sainteté Laughing

Et moi si j'ai le souffle coupé, devant ce si beau programme, c'est que je n'ai encore rien fait.

J'ai pensé que c'était pourtant utile de comprendre le programme grâce aux deux façons dont il est expliqué. C'est un peu comme à l'école, ce n'est souvent pas la première fois que l'on nous explique que l'on comprend et par conséquent plus les explications sont variés plus nous avons de chance de comprendre à un moment donné.

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Mar 29 Sep 2009, 8:10 pm

LE CHAPELET DE LA GRAND-MÈRE



Dans la chambrette de la grand-mère. Près du poêle, un fauteuil. C'est là qu'elle se tenait, son bon petit visage ridé, entouré d'un bonnet blanc comme neige. Un léger cliquetis, celui d'un chapelet glissant entre ses doigts perclus d'arthritisme.

Il y avait au moins quinze ans qu'elle restait là, toute seule, pendant des heures et des journées. Parfois son chapelet se brisait; alors, de sa belle armoire de chêne antique, elle tirait des pincettes pour le raccommoder de son mieux. Sur le poêle se trouvait une boîte d'allumettes. A côté, étaient étalées celles dont elle se servait pour compter ses rosaires. Il y en avait toujours beaucoup : j'admirais qu'elle pût tant prier. Un jour, je lui demandai l'explication, et voici ce qu'elle me conta :

« Quand j'étais petite fille, ce chapelet se trouvait toujours au même endroit, là-bas dans l'armoire, près du beau livre de messe de ma mère et de la Vie des saints. Tous les soirs, je pouvais le prendre pour la prière. Il était beau en ce temps-là. C'est l'aînée qui le « récitait devant ». Mais j'ai tant pleuré à la mort de mes parents que les grains en sont encore tout ternis par mes larmes.

« Je l'avais en main lorsque, avec mon voile et ma couronne, je montai à la sainte table, le jour de ma première communion, et encore le jour de ma confirmation. Il m'a conservé la pureté et la virginité. Je l'avais sur moi à la cérémonie de mon mariage. Je le tenais en main au moment de la naissance de mes enfants. Je m'y cramponnai lorsqu'on m'apporta le cadavre de mon mari. Lorsque mes enfants avaient des croix et des souffrances, lui et moi, nous arrivions à les leur faire supporter. Quand j'étais malade, il me faisait paraître le temps moins long. Je l'ai récité près du cercueil de mes dix enfants.

« Que serais-je sans lui ? Il sait tout. Il me rappelle tout. J'aime à le réciter : c'est mon consolateur. Il me verra mourir aussi. Il m'accompagnera dans la tombe. Il sera mon passeport à l'entrée du paradis ».


Des larmes coulaient sur les joues de la vieille, tandis qu'elle me contait tout cela. Puis, elle reprit son chapelet et en pressa la petite croix sur ses lèvres.

Ah! grains de bois, que je vous ai pressés aux heures d'agonie des miens! Comme une grappe dont on veut extraire tout le suc. Et un baume a découlé de votre sécheresse et il a guéri ceux que j'aime.
... Vous ressemblez, grains obscurs et bénits, à une couronne de deuil. Certes, dans le ciel, vous êtes brillants sur le front de la Mère. Mais ici-bas, vous n'avez point oublié l'heure des ténèbres, ni cette sombre rosée de sang sur les épines.
... Chapelet, vous êtes encore semblable à la dragueuse dont vous imitez la descente et la montée. Chaque grain, ou chaque seau, entre d'abord dans la profondeur du cœur de l'homme ou dans celle de l'océan. Mais tous deux bientôt remontent, élevant vers le ciel, pour le couronnement de la Vierge, le seau, une coquille pleine de perles, le grain, un Ave Maria plein d'amour.
(Francis Jammes).


A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  ROBERT. Mar 29 Sep 2009, 8:55 pm

Monique a écrit:
LE CHAPELET DE LA GRAND-MÈRE



Il (mon chapelet) sera mon passeport à l'entrée du paradis ».



A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.

La Vierge Marie, on pourrait lui rajouter ce titre: PASSEPORT POUR LE CIEL... NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 430970 I love you


Dernière édition par ROBERT. le Mar 29 Sep 2009, 10:21 pm, édité 1 fois (Raison : retrait de)
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  gabrielle Mer 30 Sep 2009, 9:58 am

Régis a écrit:Gabrielle a dit:


Moi j'aurai le souffle coupé, le jour où j'arriverai à mettre tout cela en pratique!

Vous faites gravement erreur chère Gabrielle. Quand vous aurez mis tout cela en pratique, vous n'aurez pas du tout le souffle coupé. Au contraire, jamais vous n'allez si bien respirez....


parce que vous respirerez la sainteté Laughing

Et moi si j'ai le souffle coupé, devant ce si beau programme, c'est que je n'ai encore rien fait.

J'ai pensé que c'était pourtant utile de comprendre le programme grâce aux deux façons dont il est expliqué. C'est un peu comme à l'école, ce n'est souvent pas la première fois que l'on nous explique que l'on comprend et par conséquent plus les explications sont variés plus nous avons de chance de comprendre à un moment donné.

Mais non Régis, ce qui coupe le souffle ,c'est que l'ordure puisque accéder à la sainteté, moi ça me renverse.

J'imagine un ver de terre, repoussant, que l'on prend dans nos mains et que l'on place sur un siège de gloire et en plus on le couronne et pour finir les Anges se réjouissent à sa vue...et la cerise sur le "sundae" on le nomme fils du Roi... vous voyez pourquoi le souffle me manque..
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19043
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Mer 30 Sep 2009, 9:53 pm

RÉSULTAT D'UNE MALADIE



Le docteur Klimsch raconte dans Les chemins de l'Église comment Edouard Scheby, juriste, tomba subitement malade, à Vienne, pendant un voyage de vacances. Presque mourant, il fut soigné par une pieuse femme âgée, grâce au dévouement de laquelle il recouvra complètement la santé. Avant de partir, il lui demanda combien il lui devait. Celle-ci, le sachant athée, le pria seulement d'entrer au moins une fois dans une église. Scheby y consentit volontiers, et alla visiter une église catholique.

Alors, il lui arriva comme à Saül sur le chemin de Damas. Il se senti envahi d'une impression extraordinaire à laquelle il s'abandonna, les yeux fermés. C'était comme si le Saint-Esprit lui-même était descendu sur lui, et lui inspirait de se faire catholique.

Scheby, qui avait toujours été incrédule, se mit aussitôt en quête d'un prêtre catholique. C'est un rédemptoriste, le P. Madlener, qu'il rencontra. Celui-ci remarqua bientôt que son catéchumène connaissait si bien notre religion sans en avoir, pour ainsi dire, jamais entendu parler, qu'il n'avait pas besoin de s'en faire instruire et qu'il put très prochainement recevoir le baptême.

Après sa conversion, Scheby se démit de ses fonctions de juriste, se fit rédemptoriste, puis trappiste. Il mourut, prieur de son monastère, en odeur de sainteté.


A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

NOTRE BONNE SOUFFRANCE - Page 6 Empty Re: NOTRE BONNE SOUFFRANCE

Message  Monique Jeu 01 Oct 2009, 8:48 pm

PORTEZ LES FARDEAUX LES UNS DES AUTRES (Gal. VI, 2)



Il y a quelque temps, ayant un petit voyage à organiser, j'étais à consulter l'horaire des trains dans une grande gare. J'aperçus en sortant une pauvre femme qui avançait, haletante, chargée d'un enfant de six ans environ sur le dos. A en juger par son visage pâle et amaigri, c'était un petit malade que sa mère conduisait sans doute chez le médecin. Ce spectacle me fit pitié.

La maman était mal conformée et boitait même un peu. Évidemment, elle était incapable de porter son fardeau jusqu'au bout, et je me demandais, en me dirigeant vers elle, comment je pourrais lui venir en aide.

J'étais sur le point de la rejoindre lorsque j'entendis derrière moi le klaxon d'une auto qui s'arrêta juste devant elle. Un homme bien mis en descendit et demanda à la paysanne où elle allait ainsi. Tandis qu'avec mon aide, il la débarrassait de l'enfant, celle-ci raconta qu'elle s'était brisé la cheville et qu'elle conduisait son petit à l'hôpital.

« Ma brave femme, répliqua aussitôt le conducteur aimablement, vous n'y songez pas! Traverser toute la ville ainsi ! Installez-vous bien dans ma voiture; je vais vous conduire ».

La paysanne n'était évidemment pas riche. Elle demanda timidement « combien ça coûterait ». L'autre la rassura d'un geste.

— Mais rien du tout! lui répondit-il en souriant, des tournées comme celles-là sont toujours gratuites ».

Il la fit monter, lui remit délicatement l'enfant sur les genoux et lui installa un coussin sous le pied; puis la voiture démarra lentement.

Je restai là, très ému, à la regarder s'éloigner. « Daignez bénir, ô mon Dieu, ce bel acte de charité! »


A. MEYER
Directeur de l'Apostolat des Malades
Traduits par l'abbé L. BREVET
EDITIONS SALVATOR
Porte du Miroir MULHOUSE (Haut-Rhin)
1950.
Monique
Monique

Nombre de messages : 12129
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum