"Unique est ma colombe, ma perfection"

+12
Javier
Louis
Bruno
Roger Boivin
Diane + R.I.P
Rosalmonte
ROBERT.
Eric
Sandrine
gabrielle
Gérard
Carolus.Magnus.Imperator.
16 participants

Page 22 sur 42 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23 ... 32 ... 42  Suivant

Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Jeu 03 Mai 2012, 7:43 am

Benjamin a écrit:Guillaume, croyez-moi, vous vous fatiguerez avant nous !

Laughing Nous sommes inépuisables... par contre Guillaume montre des signes de fatigue criants, il pontifie dans une monoloque lamentable et ennuyeux..
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Jeu 03 Mai 2012, 2:47 pm

Guillaume a écrit:Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (Denzinger 3007] a écrit:
(...)

Une question, Guillaume: "Denzinger 3007", DB ou DS ?
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Jeu 03 Mai 2012, 4:50 pm

O Crux, ave, spes unica.


Concile du Vatican. Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (1)

" Mais parce que ce que le saint concile de Trente a salutairement décrété sur l'interprétation de la divine Écriture pour contenir les esprits insubordonnés, a été mal expliqué par quelques hommes, nous, renouvelant le même décret, nous déclarons que son esprit est celui-ci, que, dans les choses de la foi et des mœurs qui appartiennent à l'édifice de la doctrine chrétienne, on tienne pour le vrai sens de la sainte Écriture
celui qu'a tenu et que tient la sainte mère Eglise à qui il appartient de juger du vrai sens et de l'interprétation des saintes Écritures (…)."


La doctrine développée par notre Mère la sainte Eglise est contenue dans son magistère, lequel « s'exerce chaque jour par le pontife romain et par les évêques » (Pie XI: encyclique Mortalium animos, 6 janvier 1928).


- A-t-on déjà vu des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège définir l’Eglise selon un « sens impropre » ?
- A-t-on déjà vu des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège soutenir des propositions comme « il y a deux Eglises », « il y a plusieurs Eglises » ?



Concile du Vatican. Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation (1).

...il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.



- Les Saints Pères ont-ils défini l’Eglise selon un « sens impropre » ?
- Les Saints Pères ont-ils soutenu des propositions comme « il y a deux Eglises », « il y a plusieurs Eglises » ?


Le consensus des Papes et des évêques réunis dans les différents conciles oecuméniques,
comme lui des Saints Pères,
bien au contraire,
ne considère t-il pas l’Eglise conformément au sens que lui donnent l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, le corps mystique du Christ ?


(1) (traduction réalisée par les auteurs du DTC, col. 2294-2295 : Version numérique disponible sur le site JesusMarie.com - l’original latin peut être retrouvé dans Denzinger-Bannwart, n. 1788)


Dernière édition par Guillaume le Lun 07 Mai 2012, 4:27 pm, édité 1 fois (Raison : traduction Denzinger-Schönmetzer remplacée par celle du DTC, plus fiable)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Louis Jeu 03 Mai 2012, 4:55 pm

sauvegarde

Spoiler:
Guillaume a écrit:O Crux, ave, spes unica.


Concile du Vatican. Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation.

"Etant donné que certains ont présenté de manière défectueuse le décret que le saint concile de Trente, en vue de corriger des esprits effrontés, avait porté sur l'interprétation de la sainte Ecriture, Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures (…)."
(Denzinger 3007)


La doctrine développée par notre Mère la sainte Eglise est contenue dans son magistère, lequel « s'exerce chaque jour par le pontife romain et par les évêques » (Pie XI: encyclique Mortalium animos, 6 janvier 1928).


- A-t-on déjà vu des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège définir l’Eglise selon un « sens impropre » ?
- A-t-on déjà vu des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège soutenir des propositions comme « il y a deux Eglises », « il y a plusieurs Eglises » ?



Concile du Vatican. Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation.

...il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.



- Les Saints Pères ont-ils défini l’Eglise selon un « sens impropre » ?
- Les Saints Pères ont-ils soutenu des propositions comme « il y a deux Eglises », « il y a plusieurs Eglises » ?


Le consensus des Papes et des évêques réunis dans les différents conciles oecuméniques,
comme lui des Saints Pères,
bien au contraire,
ne considère t-il pas l’Eglise conformément au sens que lui donnent l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, le corps mystique du Christ ?


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14612
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Jeu 03 Mai 2012, 6:52 pm

Sleep
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Jeu 03 Mai 2012, 7:19 pm

ROBERT. a écrit:
Guillaume a écrit:Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (Denzinger 3007] a écrit:
(...)

Une question, Guillaume: "Denzinger 3007", DB ou DS ?
.

DB ou DS ?
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Ven 04 Mai 2012, 5:51 am

Il ne lit même pas et se répète alors que réponse lui a déjà été donnée.
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Ven 04 Mai 2012, 7:57 am

gabrielle a écrit:
Benjamin a écrit:Guillaume, croyez-moi, vous vous fatiguerez avant nous !

Laughing Nous sommes inépuisables... par contre Guillaume montre des signes de fatigue criants, il pontifie dans une monoloque lamentable et ennuyeux..

cheers ça c'est sûr ! Laughing
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Ven 04 Mai 2012, 9:58 am

Benjamin a écrit:Il ne lit même pas et se répète alors que réponse lui a déjà été donnée.

Faut croire qu'il a une démangeaison d'écriture et non de lecture.

Il ferait un bon monologuiste, ennuyant par bout car trop répétitif et un peu trop haut sur son piédestal.. je sais pas pourquoi le mépris des autres ça sent comme le pop-corn( maïs éclaté)
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Sam 05 Mai 2012, 5:42 pm

ROBERT. a écrit:
Guillaume a écrit:Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (Denzinger 3007] a écrit:
(...)

Une question, Guillaume: "Denzinger 3007", DB ou DS ?
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Lun 07 Mai 2012, 4:50 pm

Loué Notre Seigneur Jésus Christ et honneur soit rendu à Son Eglise UNE.


Voici comment était comprise la doctrine de l’Unam Sanctam :


- Sous Innocent III :


Ep. " Ejus exemplo " à l'archevêque de Tarragone,
18 décembre 1208; Profession de foi prescrite aux Vaudois

Corde credimus et ore confitemur unam Ecclesiam, non haereticorum, sed sanctam Romanam catholicam et apostolicam, extra quam neminem salvari credimus

- par Boniface VIII :

Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

C'est pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " (Jn 21,17).

- sous Pie IX :

Pie IX, Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864.

La véritable Eglise du Christ est constituée par l'autorité divine et reconnue par quatre notes, auxquelles, dans le Symbole, nous affirmons qu'il faut croire. Chacune de ces notes est si intimement unie aux autres qu'elle ne peut en être séparée. D'où il résulte que l'Eglise qui est vraiment catholique et dite telle doit en même temps manifester les prérogatives de l'unité, de la sainteté et de la succession apostolique.
L'Eglise catholique est donc une, d'une unité remarquable et parfaite sur toute la terre et parmi toutes les nations, de cette unité dont le principe, la racine et l'origine indéfectible sont Pierre, chez des apôtres, l'autorité souveraine de ses successeurs dans la Chaire de Rome et son "origine supérieure".

- par Léon XIII:


Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896


quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

- Et voici comme elle était comprise au temps de Saint Pie X :


Catéchisme de saint Pie X

§ 2. L’Eglise en particulier.

Ne pourrait-il pas y avoir plusieurs Eglises ?

Non, il ne peut y avoir plusieurs Eglises parce que, de même qu’il n’y a qu’un seul Dieu, une seule Foi et un seul Baptême, il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule véritable Eglise.

Mais n’appelle-t-on pas aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse ?

On appelle aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse, mais ce sont toujours des portions de l’Eglise universelle et elles forment avec elle une seule Eglise.


La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicité de l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle, sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Voici ce qu’enseigne l’Eglise au sujet de l'interprétation des dogmes :

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:

La doctrine de foi que Dieu a révélée n’a pas été proposée aux intelligences comme une invention philosophique qu’elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l’Epouse de Jésus-Christ, pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.

A t-on vu des documents du Magistère ou des Saints Pères soutenir au nom d'un « sens impropre » bien hypothétique du mot « Eglise » des propositions comme « il y a plusieurs Eglises » ou « il y a deux Eglises » (opposées l'une à l'autre) ?


Dernière édition par Guillaume le Mar 08 Mai 2012, 4:53 pm, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Roger Boivin Lun 07 Mai 2012, 4:55 pm

Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loué Notre Seigneur Jésus Christ et honneur soit rendu à Son Eglise UNE.


Voici comment était comprise la doctrine de l’Unam Sanctam :


- Sous Innocent III :


Ep. " Ejus exemplo " à l'archevêque de Tarragone,
18 décembre 1208; Profession de foi prescrite aux Vaudois

Corde credimus et ore confitemur unam Ecclesiam, non haereticorum, sed sanctam Romanam catholicam et apostolicam, extra quam neminem salvari credimus

- par Boniface VIII :

Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

C'est pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " (Jn 21,17).

- sous Pie IX :

Pie IX, Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864.

La véritable Eglise du Christ est constituée par l'autorité divine et reconnue par quatre notes, auxquelles, dans le Symbole, nous affirmons qu'il faut croire. Chacune de ces notes est si intimement unie aux autres qu'elle ne peut en être séparée. D'où il résulte que l'Eglise qui est vraiment catholique et dite telle doit en même temps manifester les prérogatives de l'unité, de la sainteté et de la succession apostolique.
L'Eglise catholique est donc une, d'une unité remarquable et parfaite sur toute la terre et parmi toutes les nations, de cette unité dont le principe, la racine et l'origine indéfectible sont Pierre, chez des apôtres, l'autorité souveraine de ses successeurs dans la Chaire de Rome et son "origine supérieure".

- par Léon XIII:


Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896


quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

- Et voici comme elle était comprise au temps de Saint Pie X :


Catéchisme de saint Pie X

§ 2. L’Eglise en particulier.

Ne pourrait-il pas y avoir plusieurs Eglises ?

Non, il ne peut y avoir plusieurs Eglises parce que, de même qu’il n’y a qu’un seul Dieu, une seule Foi et un seul Baptême, il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule véritable Eglise.

Mais n’appelle-t-on pas aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse ?

On appelle aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse, mais ce sont toujours des portions de l’Eglise universelle et elles forment avec elle une seule Eglise.


La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Voici ce qu’enseigne l’Eglise au sujet de l'interprétation des dogmes :

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:

La doctrine de foi que Dieu a révélée n’a pas été proposée aux intelligences comme une invention philosophique qu’elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l’Epouse de Jésus-Christ, pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.

Encore une fois, a-t-on vu des documents du Magistère ou des Saints Pères soutenir au nom d'un « sens impropre » bien hypothétique du mot « Eglise » des propositions comme « il y a plusieurs Eglises » ou « il y a deux Eglises » (opposées l'une à l'autre) ?


Dernière édition par roger le Lun 07 Mai 2012, 4:56 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Lun 07 Mai 2012, 4:56 pm

Sauvegarde

Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loué Notre Seigneur Jésus Christ et honneur soit rendu à Son Eglise UNE.


Voici comment était comprise la doctrine de l’Unam Sanctam :


- Sous Innocent III :


Ep. " Ejus exemplo " à l'archevêque de Tarragone,
18 décembre 1208; Profession de foi prescrite aux Vaudois

Corde credimus et ore confitemur unam Ecclesiam, non haereticorum, sed sanctam Romanam catholicam et apostolicam, extra quam neminem salvari credimus

- par Boniface VIII :

Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

C'est pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " (Jn 21,17).

- sous Pie IX :

Pie IX, Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864.

La véritable Eglise du Christ est constituée par l'autorité divine et reconnue par quatre notes, auxquelles, dans le Symbole, nous affirmons qu'il faut croire. Chacune de ces notes est si intimement unie aux autres qu'elle ne peut en être séparée. D'où il résulte que l'Eglise qui est vraiment catholique et dite telle doit en même temps manifester les prérogatives de l'unité, de la sainteté et de la succession apostolique.
L'Eglise catholique est donc une, d'une unité remarquable et parfaite sur toute la terre et parmi toutes les nations, de cette unité dont le principe, la racine et l'origine indéfectible sont Pierre, chez des apôtres, l'autorité souveraine de ses successeurs dans la Chaire de Rome et son "origine supérieure".

- par Léon XIII:


Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896


quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

- Et voici comme elle était comprise au temps de Saint Pie X :


Catéchisme de saint Pie X

§ 2. L’Eglise en particulier.

Ne pourrait-il pas y avoir plusieurs Eglises ?

Non, il ne peut y avoir plusieurs Eglises parce que, de même qu’il n’y a qu’un seul Dieu, une seule Foi et un seul Baptême, il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule véritable Eglise.

Mais n’appelle-t-on pas aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse ?

On appelle aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse, mais ce sont toujours des portions de l’Eglise universelle et elles forment avec elle une seule Eglise.


La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Voici ce qu’enseigne l’Eglise au sujet de l'interprétation des dogmes :

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:

La doctrine de foi que Dieu a révélée n’a pas été proposée aux intelligences comme une invention philosophique qu’elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l’Epouse de Jésus-Christ, pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.

Encore une fois, a-t-on vu des documents du Magistère ou des Saints Pères soutenir au nom d'un « sens impropre » bien hypothétique du mot « Eglise » des propositions comme « il y a plusieurs Eglises » ou « il y a deux Eglises » (opposées l'une à l'autre) ?
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Lun 07 Mai 2012, 5:02 pm

SAUVEGARDE.

Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loué Notre Seigneur Jésus Christ et honneur soit rendu à Son Eglise UNE.


Voici comment était comprise la doctrine de l’Unam Sanctam :


- Sous Innocent III :


Ep. " Ejus exemplo " à l'archevêque de Tarragone,
18 décembre 1208; Profession de foi prescrite aux Vaudois

Corde credimus et ore confitemur unam Ecclesiam, non haereticorum, sed sanctam Romanam catholicam et apostolicam, extra quam neminem salvari credimus

- par Boniface VIII :

Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

C'est pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " (Jn 21,17).

- sous Pie IX :

Pie IX, Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864.

La véritable Eglise du Christ est constituée par l'autorité divine et reconnue par quatre notes, auxquelles, dans le Symbole, nous affirmons qu'il faut croire. Chacune de ces notes est si intimement unie aux autres qu'elle ne peut en être séparée. D'où il résulte que l'Eglise qui est vraiment catholique et dite telle doit en même temps manifester les prérogatives de l'unité, de la sainteté et de la succession apostolique.
L'Eglise catholique est donc une, d'une unité remarquable et parfaite sur toute la terre et parmi toutes les nations, de cette unité dont le principe, la racine et l'origine indéfectible sont Pierre, chez des apôtres, l'autorité souveraine de ses successeurs dans la Chaire de Rome et son "origine supérieure".

- par Léon XIII:


Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896


quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

- Et voici comme elle était comprise au temps de Saint Pie X :


Catéchisme de saint Pie X

§ 2. L’Eglise en particulier.

Ne pourrait-il pas y avoir plusieurs Eglises ?

Non, il ne peut y avoir plusieurs Eglises parce que, de même qu’il n’y a qu’un seul Dieu, une seule Foi et un seul Baptême, il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule véritable Eglise.

Mais n’appelle-t-on pas aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse ?

On appelle aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse, mais ce sont toujours des portions de l’Eglise universelle et elles forment avec elle une seule Eglise.


La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Voici ce qu’enseigne l’Eglise au sujet de l'interprétation des dogmes :

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:

La doctrine de foi que Dieu a révélée n’a pas été proposée aux intelligences comme une invention philosophique qu’elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l’Epouse de Jésus-Christ, pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.

Encore une fois, a-t-on vu des documents du Magistère ou des Saints Pères soutenir au nom d'un « sens impropre » bien hypothétique du mot « Eglise » des propositions comme « il y a plusieurs Eglises » ou « il y a deux Eglises » (opposées l'une à l'autre) ?
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Roger Boivin Lun 07 Mai 2012, 7:03 pm

Sauvedarde

Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loué Notre Seigneur Jésus Christ et honneur soit rendu à Son Eglise UNE.


Voici comment était comprise la doctrine de l’Unam Sanctam :


- Sous Innocent III :


Ep. " Ejus exemplo " à l'archevêque de Tarragone,
18 décembre 1208; Profession de foi prescrite aux Vaudois

Corde credimus et ore confitemur unam Ecclesiam, non haereticorum, sed sanctam Romanam catholicam et apostolicam, extra quam neminem salvari credimus

- par Boniface VIII :

Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.

C'est pourquoi cette Eglise une et unique n'a qu'un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : " Pais mes brebis " (Jn 21,17).

- sous Pie IX :

Pie IX, Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864.

La véritable Eglise du Christ est constituée par l'autorité divine et reconnue par quatre notes, auxquelles, dans le Symbole, nous affirmons qu'il faut croire. Chacune de ces notes est si intimement unie aux autres qu'elle ne peut en être séparée. D'où il résulte que l'Eglise qui est vraiment catholique et dite telle doit en même temps manifester les prérogatives de l'unité, de la sainteté et de la succession apostolique.
L'Eglise catholique est donc une, d'une unité remarquable et parfaite sur toute la terre et parmi toutes les nations, de cette unité dont le principe, la racine et l'origine indéfectible sont Pierre, chez des apôtres, l'autorité souveraine de ses successeurs dans la Chaire de Rome et son "origine supérieure".

- par Léon XIII:


Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896


quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

- Et voici comme elle était comprise au temps de Saint Pie X :


Catéchisme de saint Pie X

§ 2. L’Eglise en particulier.

Ne pourrait-il pas y avoir plusieurs Eglises ?

Non, il ne peut y avoir plusieurs Eglises parce que, de même qu’il n’y a qu’un seul Dieu, une seule Foi et un seul Baptême, il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule véritable Eglise.

Mais n’appelle-t-on pas aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse ?

On appelle aussi Eglises l’ensemble des fidèles d’une nation ou d’un diocèse, mais ce sont toujours des portions de l’Eglise universelle et elles forment avec elle une seule Eglise.


La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Voici ce qu’enseigne l’Eglise au sujet de l'interprétation des dogmes :

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:

La doctrine de foi que Dieu a révélée n’a pas été proposée aux intelligences comme une invention philosophique qu’elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l’Epouse de Jésus-Christ, pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.

Encore une fois, a-t-on vu des documents du Magistère ou des Saints Pères soutenir au nom d'un « sens impropre » bien hypothétique du mot « Eglise » des propositions comme « il y a plusieurs Eglises » ou « il y a deux Eglises » (opposées l'une à l'autre) ?
"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 80494
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12619
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Mar 08 Mai 2012, 7:06 am

Guillaume a écrit:La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?


Et dans quel sens les Papes, Saint Docteurs, auteurs catholiques et catéchismes l'ont-ils employé? Vous vous creusez de plus en plus, car si ce cens n'est pas, alors nous devons conclure que Papes, Docteurs et auteurs catholiques , l'ont employé dans le sens propre ce qui les place carrément dans la catégorie des schismatiques.

ROBERT. a écrit:
ROBERT. a écrit:
Guillaume a écrit:Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (Denzinger 3007] a écrit:
(...)

Une question, Guillaume: "Denzinger 3007", DB ou DS ?
.

Est-ce que vous incapable de répondre à cette simple question? Franchement, si vous ne voulez parler à personne sur ce forum... votre grandeur vous empêchant peut-être de parler à des minables, alors, faits votre monologue devant un mirroir... vous aurez le plaisir de contempler le nec plus ultra de la tradouillerie!

PS: Les 'sauveuteurs de messages" se sont amusés... à voir le nombre de sauvegarde.. "Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 80494
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Mar 08 Mai 2012, 7:09 am

Oui, on est mal organisés, il faudrait arranger ça... Laughing
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Mar 08 Mai 2012, 7:14 am

Benjamin a écrit:Oui, on est mal organisés, il faudrait arranger ça... Laughing

Je comprends, on manque d'organisation pas à peu près... sans doute que la tornade muette de Guillaume commence à nous étourdir... "Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 574158
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Mar 08 Mai 2012, 8:41 am

Loué Notre Seigneur Jésus Christ

gabrielle a écrit:
Guillaume a écrit:La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Et dans quel sens les Papes, Saint Docteurs, auteurs catholiques et catéchismes l'ont-ils employé? Vous vous creusez de plus en plus, car si ce cens n'est pas, alors nous devons conclure que Papes, Docteurs et auteurs catholiques , l'ont employé dans le sens propre ce qui les place carrément dans la catégorie des schismatiques.
Mademoiselle,

Ma question portait, non sur un emploi impropre (qui implique une pratique établie, tolérée mais non nécessairement reconnue en tant que telle par l'Eglise) mais sur un sens impropre du mot "Eglise" qui pour vous parait aller de soi.

Reconnaître un sens impropre, c'est entrer dans un champ miné - celui de l'interprétation des textes sacrés.

A toutes fins utiles :
Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. a écrit:
" Mais parce que ce que le saint concile de Trente a salutairement décrété sur l'interprétation de la divine Écriture pour contenir les esprits insubordonnés, a été mal expliqué par quelques hommes, nous, renouvelant le même décret, nous déclarons que son esprit est celui-ci, que, dans les choses de la foi et des mœurs qui appartiennent à l'édifice de la doctrine chrétienne, on tienne pour le vrai sens de la sainte Écriture
celui qu'a tenu et que tient la sainte mère Eglise à qui il appartient de juger du vrai sens et de l'interprétation des saintes Écritures (…)."
(traduction réalisée par les auteurs du DTC, col. 2294-2295 (1): Version numérique disponible sur le site JesusMarie.com - l’original latin peut être retrouvé dans Denzinger-Bannwart, n. 1788)

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:
C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.


D'où la question que j'ai posée jeudi dernier : peut-on valablement soutenir qu’on pourrait définir l’Eglise selon un « sens impropre » ? – alors que
Le consensus des Papes et des évêques réunis dans les différents conciles oecuméniques,
comme lui des Saints Pères,
bien au contraire,
considère l’Eglise conformément au sens que lui donnent l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, le corps mystique du Christ.

(1) plus fiable que la traduction Denzinger-Schönmetzer à laquelle j'avais initialement eu recours

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Mar 08 Mai 2012, 8:42 am

Sauvegarde

Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loué Notre Seigneur Jésus Christ

gabrielle a écrit:
Guillaume a écrit:La doctrine de l’Unam Sanctam implique donc non seulement unité – un seul corps – mais aussi unicitéde l’Eglise : c’est-à-dire que la vraie et unique Eglise de Jésus-Christ est la sancta Romana catholica et apostolica.

Une fois fixée par le Credo, cette doctrine devrait-elle , sous prétexte qu’aurait été découvert un « sens impropre » du mot Eglise, être comprise différemment aujourd’hui que du temps de ces papes ?

Et dans quel sens les Papes, Saint Docteurs, auteurs catholiques et catéchismes l'ont-ils employé? Vous vous creusez de plus en plus, car si ce cens n'est pas, alors nous devons conclure que Papes, Docteurs et auteurs catholiques , l'ont employé dans le sens propre ce qui les place carrément dans la catégorie des schismatiques.
Mademoiselle,

Ma question portait, non sur un emploi impropre (qui implique une pratique établie, tolérée mais non nécessairement reconnue en tant que telle par l'Eglise) mais sur un sens impropre du mot "Eglise" qui pour vous parait aller de soi.

Reconnaître un sens impropre, c'est entrer dans un champ miné - celui de l'interprétation des textes sacrés.

A toutes fins utiles :
Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. a écrit:
" Mais parce que ce que le saint concile de Trente a salutairement décrété sur l'interprétation de la divine Écriture pour contenir les esprits insubordonnés, a été mal expliqué par quelques hommes, nous, renouvelant le même décret, nous déclarons que son esprit est celui-ci, que, dans les choses de la foi et des mœurs qui appartiennent à l'édifice de la doctrine chrétienne, on tienne pour le vrai sens de la sainte Écriture
celui qu'a tenu et que tient la sainte mère Eglise à qui il appartient de juger du vrai sens et de l'interprétation des saintes Écritures (…)."
(traduction réalisée par les auteurs du DTC, col. 2294-2295 (1): Version numérique disponible sur le site JesusMarie.com - l’original latin peut être retrouvé dans Denzinger-Bannwart, n. 1788)

Constitution Dei Filius, canon IV. Traduction tirée de
J.-B. LEMIUS - Catéchisme sur le Modernisme d'après l'Encyclique Pascendi Domini gregis de S. S. Pie X.
Paris, 1907, pp. 51-52 a écrit:
C’est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu, tel que notre Sainte Mère l’Eglise l’a une fois défini, et il ne faut jamais s’écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d’une plus profonde intelligence.


D'où la question que j'ai posée jeudi dernier : peut-on valablement soutenir qu’on pourrait définir l’Eglise selon un « sens impropre » ? – alors que
Le consensus des Papes et des évêques réunis dans les différents conciles oecuméniques,
comme lui des Saints Pères,
bien au contraire,
considère l’Eglise conformément au sens que lui donnent l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, le corps mystique du Christ.

(1) plus fiable que la traduction Denzinger-Schönmetzer à laquelle j'avais initialement eu recours
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Eric Mar 08 Mai 2012, 8:49 am

Hé, Chazerain, un peu de courage !
Quelques questions très simples vous attendent ici :
https://messe.forumactif.org/t4116p30-saint-athanase-et-les-eusebiens-semi-ariens#80926
Eric
Eric

Nombre de messages : 4286
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Eric Mar 08 Mai 2012, 8:50 am

Eric
Eric

Nombre de messages : 4286
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Mar 08 Mai 2012, 9:22 am

Eric a écrit:Hé, Chazerain, un peu de courage !
Quelques questions très simples vous attendent ici :
https://messe.forumactif.org/t4116p30-saint-athanase-et-les-eusebiens-semi-ariens#80926


Guillaume a écrit:Ma question portait, non sur un emploi impropre (qui implique une pratique établie, tolérée mais non nécessairement reconnue en tant que telle par l'Eglise) mais sur un sens impropre du mot "Eglise" qui pour vous parait aller de soi.

Reconnaître un sens impropre, c'est entrer dans un champ miné - celui de l'interprétation des textes sacrés.

Un peu plus et vous étiez être responsable de ma mort. J'ai failli m'étouffer en lisant cela :

(qui implique une pratique établie, tolérée mais non nécessairement reconnue en tant que telle par l'Eglise)

Voudriez vous dire, que les Papes ont utilisé une pratique non-reconnue par l'Église affraid non-reconnue par eux-mêmes Shocked

Mais vous allez descendre jusqu'où pour prouvez vos dires.?

Vous êtes aussi borné que Gérard avec les missels, c'est pas peu dire.

Nous croyons en UNE SEULE ÉGLISE
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18860
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Mar 08 Mai 2012, 3:55 pm

gabrielle a écrit:

Nous croyons en UNE SEULE ÉGLISE

OUI GABRIELLE !!! UNE SEULE ÉGLISE...
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 22 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Mar 08 Mai 2012, 4:41 pm

« Quel motif donc porte l'Église à tolérer, à confirmer même les exceptions à ses lois générales ?
La commisération pour les faibles ; pas autre chose. »

« l'exception n'est légitime que lorsque l'Eglise la tolère ou la confirme, et qu'elle ne survit pas à la cause
qui lui a donné naissance »


(Dom Guéranger, Institutions Liturgiques 3. 499s, 503)



Le principe ou la « loi générale » : les communautés schismatiques qui revendiquent ce titre d’ « Eglise » le font par usurpation (Catéchisme du concile de Trente).

L’exception
: l’emploi du terme d'« Eglise » pour désigner une communauté schismatique n’est pas exclu
quand cela résulte d’un usage, de pratiques consacré par le temps – comme on a vu le cas pour « Eglise grecque » ou « Eglises d’Orient » - communautés qui furent, historiquement, des « Eglises » rattachées à l’Eglise universelle.

La commisération des papes pour les membres de ces communautés désireux de revenir à l’unité catholique explique cette concession sémantique.

Néanmoins, ces exceptions ponctuelles n’ont jamais fait l’objet d’un document qui les consacre et en reconnaisse officiellement le bien-fondé.

Bien au contraire, dans un contexte où la reconnaissance de valeur et de nature d'Église à des communautés non catholiques aurait pu être intégrée à un document revêtu d’une certaine solennité (une invitation à participer à un « concile œcuménique » ), les cardinaux en charge du dossier ont rejeté ce terme d’« Églises » que Roncalli souhaitait voir appliqué auxdites communautés.

Qu’il puisse y avoir des exceptions ponctuelles au principe posé par le Catéchisme du concile de Trente n’implique pas pour autant que la doctrine catholique ait reconnu un « sens impropre » au mot « Eglise ». Aucun exégète catholique ne fait état d'un tel « sens impropre ».

Tout au contraire :

Le consensus des Papes et des évêques réunis dans les différents conciles oecuméniques,

comme lui des Saints Pères,

est que le mot « Eglise » doit être entendu selon le sens que lui donnent l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, de corps mystique du Christ.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 22 sur 42 Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23 ... 32 ... 42  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum