"Unique est ma colombe, ma perfection"

+12
Javier
Louis
Bruno
Roger Boivin
Diane + R.I.P
Rosalmonte
ROBERT.
Eric
Sandrine
gabrielle
Gérard
Carolus.Magnus.Imperator.
16 participants

Page 21 sur 42 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22 ... 31 ... 42  Suivant

Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Lun 30 Avr 2012, 6:00 am

Au sujet de l'emploi du mot « Eglise », je m’en tiens aux points suivants :

- La distinction entre « sens propre » et « sens impropre » du mot « Eglise » est sujette à caution.

Sachant que, comme l’explique Saint Thomas d'Aquin,
un sens ne saurait avoir une signification opposée à une autre car
Saint Thomas d'Aquin - Somme Théologique, Ia, q 1, a10 a écrit: tous les sens sont fondés sur l'unique sens littéral.
et que le sens littéral du mot « Eglise » est celui de « société des fidèles »,
il paraît difficile, sauf à s'écarter des principes de l’exégèse traditionnelle de l’Eglise fixés par Saint Thomas d'Aquin, de soutenir que « Eglise » pourrait être appliqué à des sectes, c’est-à-dire à des sociétés dont les membres ne sont pas des fidèles catholiques.

- Le fait de nommer « Eglises » des communautés schismatiques est porteur de confusion – à moins, comme c’est le cas dans les documents pontificaux déjà cités, que le contexte n’indique clairement que ces communautés sont à distinguer des « Eglises » telles que nous les connaissons, que le but recherché est leur retour à l'unité catholique. Néanmoins, en règle générale le faire c'est s'engager sur une pente dangereuse qui amène bien souvent à l’énoncé de positions hétérodoxes, qui s'opposent expressément à la doctrine de l'Unam Sanctam Ecclesiam - en disant par exemple « il y a 2 Eglises, l'Eglise catholique et l'Eglise conciliaire », ou « il y a plusieurs Eglises », etc.).

- Concernant les citations qui me sont opposées : Selon un décret du Concile de Trente, renouvelé par le Concile de Vatican (Conc. Vat. sess. III, cap. ii, De fide) on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui résultant d’un consensus de l'Église et des Pères. Seuls ces derniers font autorité pour définir dans quel sens on peut utiliser le mot « Eglise ».


Dernière édition par Guillaume le Lun 30 Avr 2012, 6:05 am, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Lun 30 Avr 2012, 6:02 am

Sauvegarde
Spoiler:
Guillaume a écrit:
Relativement au sujet qui nous occupe, je m’en tiens aux points suivants :

- La distinction entre « sens propre » et « sens impropre » du mot « Eglise » est sujette à caution.

Sachant que, comme l’explique Saint Thomas d'Aquin,
un sens ne saurait avoir une signification opposée à une autre car
Saint Thomas d'Aquin - Somme Théologique, Ia, q 1, a10 a écrit: tous les sens sont fondés sur l'unique sens littéral.
et que le sens littéral du mot « Eglise » est celui de « société des fidèles »,
il paraît difficile, sauf à s'écarter des principes de l’exégèse traditionnelle de l’Eglise fixés par Saint Thomas d'Aquin, de soutenir que « Eglise » pourrait être appliqué à des sectes, c’est-à-dire à des sociétés dont les membres ne sont pas des fidèles catholiques.

- Le fait de nommer « Eglises » des communautés schismatiques est porteur de confusion – à moins, comme c’est le cas dans les documents pontificaux déjà cités, que le contexte n’indique clairement que ces communautés sont à distinguer des « Eglises » telles que nous les connaissons, que le but recherché est leur retour à l'unité catholique. Néanmoins, en règle générale le faire c'est s'engager sur une pente dangereuse qui amène bien souvent à l’énoncé de positions hétérodoxes, qui s'opposent expressément à la doctrine de l'Unam Sanctam Ecclesiam - en disant par exemple « il y a 2 Eglises, l'Eglise catholique et l'Eglise conciliaire », ou « il y a plusieurs Eglises », etc.).

- Concernant les citations qui me sont opposées : Selon un décret du Concile de Trente, renouvelé par le Concile de Vatican (Conc. Vat. sess. III, cap. ii, De fide) on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui résultant d’un consensus de l'Église et des Pères. Seuls ces derniers font autorité pour définir dans quel sens on peut utiliser le mot « Eglise ».

Sauvegarde après une première édition !
Spoiler:
Guillaume a écrit:
Au sujet de l'emploi du mot « Eglise », je m’en tiens aux points suivants :

- La distinction entre « sens propre » et « sens impropre » du mot « Eglise » est sujette à caution.

Sachant que, comme l’explique Saint Thomas d'Aquin,
un sens ne saurait avoir une signification opposée à une autre car
Saint Thomas d'Aquin - Somme Théologique, Ia, q 1, a10 a écrit: tous les sens sont fondés sur l'unique sens littéral.
et que le sens littéral du mot « Eglise » est celui de « société des fidèles »,
il paraît difficile, sauf à s'écarter des principes de l’exégèse traditionnelle de l’Eglise fixés par Saint Thomas d'Aquin, de soutenir que « Eglise » pourrait être appliqué à des sectes, c’est-à-dire à des sociétés dont les membres ne sont pas des fidèles catholiques.

- Le fait de nommer « Eglises » des communautés schismatiques est porteur de confusion – à moins, comme c’est le cas dans les documents pontificaux déjà cités, que le contexte n’indique clairement que ces communautés sont à distinguer des « Eglises » telles que nous les connaissons, que le but recherché est leur retour à l'unité catholique. Néanmoins, en règle générale le faire c'est s'engager sur une pente dangereuse qui amène bien souvent à l’énoncé de positions hétérodoxes, qui s'opposent expressément à la doctrine de l'Unam Sanctam Ecclesiam - en disant par exemple « il y a 2 Eglises, l'Eglise catholique et l'Eglise conciliaire », ou « il y a plusieurs Eglises », etc.).

- Concernant les citations qui me sont opposées : Selon un décret du Concile de Trente, renouvelé par le Concile de Vatican (Conc. Vat. sess. III, cap. ii, De fide) on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui résultant d’un consensus de l'Église et des Pères. Seuls ces derniers font autorité pour définir dans quel sens on peut utiliser le mot « Eglise ».


Dernière édition par Sandrine le Lun 30 Avr 2012, 6:34 am, édité 1 fois (Raison : rajout de la 2e sauvegarde)
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Lun 30 Avr 2012, 7:55 am

Guillaume a écrit:il paraît difficile, sauf à s'écarter des principes de l’exégèse traditionnelle de l’Eglise fixés par Saint Thomas d'Aquin, de soutenir que « Eglise » pourrait être appliqué à des sectes, c’est-à-dire à des sociétés dont les membres ne sont pas des fidèles catholiques.

- Le fait de nommer « Eglises » des communautés schismatiques est porteur de confusion

( note de gabrielle: caractère gras ajouté par moi )

Petites Eglises- On appelle ainsi les groupements de prêtres et de fidèles, plus tard de fidèles sans prêtres, qui ne reconnurent pas les évêques nommés en vertu du Concordat signé le 15 juill.1801....
Dictionnaire de Droit Canonique. publié sous la direction de R. Naz.
Imprimatur 6 mars 1957
Letouzey et Ané
1957
T. VI, col, 1438


C'est donc pour ces motfs et à des moments fort divers que des prêtres ne reconnurent plus les évêques concordataires et constituèrent des Petites Eglises ( on donna à leurs adhérents des noms variés): c'est aussi pour des motifs et à des moments différents que ceraintes Petites Églises disparurent...
op cit., col 1440

op cit., Col 1451
Les Petites Églises sans prêtres...

La Petite Église de Lyon

Petite Église de Vendée

(...) Nous pensons en particulier à la douloureuse situation dans laquelle se trouvent, à cause de leur isolement, les membres de ce groupe qu'on est convenu d'appeler la "Petite Eglise de Poitou"...
Du Vatican, le 20 déc. 1955 ( s) Pius PP. XII.

op cit.. col 1444

Est-ce que le Chanoine Naz est un semeur de confusion, qui ne connaissait pas l'interprétation des Saintes Écritures faite par les Pères de l'Église?

Est-ce que le Pape Pie XII , s'est trompé ou fourvoyé en désignant cette secte par le nom de" Petite Église de Poitou"

Est-ce que Guillaume pourrait nous dire, dans quel bouquin il a lu l'interprétation de la pensée des Papes qui ont désigné des sectes par le nom "Églises" Si ce bouquin n'existe pas, alors dans quelle boule de cristal a-t-il vu cela?

Si je me fie à ce raisonnement

- Le fait de nommer « Eglises » des communautés schismatiques est porteur de confusion – à moins, comme c’est le cas dans les documents pontificaux déjà cités, que le contexte n’indique clairement que ces communautés sont à distinguer des « Eglises » telles que nous les connaissons, que le but recherché est leur retour à l'unité catholique

Guillaume serait champion pour justifier les écrits des antipapes , car c'est la même argumentation que nous servent les membres de la secte.!!!!!!!!!!!!!!!!!!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Lun 30 Avr 2012, 9:10 am

J'ai des difficultés à poster un message ... Rolling Eyes ça bug aussi chez vous ? scratch
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Lun 30 Avr 2012, 9:17 am

Sandrine a écrit:J'ai des difficultés à poster un message ... Rolling Eyes ça bug aussi chez vous ? scratch

Ici ça semble fonctionner...
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Lun 30 Avr 2012, 9:31 am

Benjamin a écrit:
Sandrine a écrit:J'ai des difficultés à poster un message ... Rolling Eyes ça bug aussi chez vous ? scratch

Ici ça semble fonctionner...
Merci Benjamin. Je pense que c'est parce que mon message était trop long.
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Lun 30 Avr 2012, 10:39 am

Sandrine a écrit:
Benjamin a écrit:
Sandrine a écrit:J'ai des difficultés à poster un message ... Rolling Eyes ça bug aussi chez vous ? scratch

Ici ça semble fonctionner...
Merci Benjamin. Je pense que c'est parce que mon message était trop long.

Non! toi écrire trop longuement.. impossible, Wink c'et le système qui bug. Laughing
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Louis Lun 30 Avr 2012, 10:42 am

Ici, il n'y a pas de problème non plus.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14596
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Lun 30 Avr 2012, 11:21 am

gabrielle a écrit:

Non! toi écrire trop longuement.. impossible, Wink c'et le système qui bug. Laughing
Tu crois ? "Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 80494

Louis a écrit:Ici, il n'y a pas de problème non plus.
En fait, j'ai remarqué que lorsque mes messages dépassaient une certaine longueur, ils prenaient une configuration anormale. Bah ... pas grave !


Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Mar 01 Mai 2012, 6:59 am

Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (Denzinger 3007) a écrit:
Etant donné que certains ont présenté de manière défectueuse le décret que le saint concile de Trente, en vue de corriger des esprits effrontés, avait porté sur l'interprétation de la sainte Ecriture, Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.



Ainsi, seuls le consensus de l'Église et celui des Pères font autorité pour définir dans quel sens on peut utiliser le mot « Eglise ».

Les écrits des Saints Pères donnent une idée de la conception qu’ils ont développée de l’Eglise :

Saint Cyrille d’Alexandrie - Commentaire sur Jean 11,11 a écrit:
Qui en effet séparera et écartera de cette union physique ceux qui sont attachés au Christ jusqu’à être un avec lui par ce saint corps unique ? Car si tous nous participons à un pain unique, nous formons un corps unique. Le Christ en effet ne peut pas être divisé. C’est pourquoi l’Église est-elle aussi appelée le corps du Christ, et nous ses membres, selon la pensée de Paul (cf. 1 Co 12, 27). Parce que nous sommes tous unis au Christ unique par son saint corps, nous qui le recevons dans nos corps, lui qui est un et indivisible, nous devons être les membres du Christ lui-même plus encore que nos propres membres.[/color]

Saint Cyprien, De cath. Eccl. Unitate, n° 23 a écrit:
Lorsque les douze tribus d’Israël étaient divisées, le prophète Achias déchira son manteau; mais il n’en est pas de même du peuple du Christ : là toute scission est impossible; aussi sa tunique tissée et d’une seule pièce ne fut pas déchirée par les soldats. Elle nous montre, par son intégrité, la concorde qui doit exister parmi les disciples du Christ; elle est la figure de l’unité de l’Église. (...)
Saint Augustin, Traité de l'Unité de l'Eglise a écrit:
Il n'y a qu'une Eglise, l'Eglise catholique, comme nos pères l'ont appelée, pour montrer par son nom même qu'elle est universelle. Tel est en effet le sens des mots grecs : kath’ olon. Or, l'Eglise est le corps du Christ, selon ces paroles de l'Apôtre : « Le Christ a souffert pour son corps, qui est l'Eglise »(1). Donc, pour prétendre au salut promis aux chrétiens, il faut compter parmi les membres du Christ. C'est par les liens de la charité que les membres du Christ sont unis ensemble et qu'ils se rattachent à leur chef, qui est Jésus-Christ. Une tête et un corps : ces deux mots résument tout ce que l'on peut dire au sujet de Jésus-Christ. La tête, c'est Jésus-Christ lui-même, le Fils unique du Dieu vivant, « le Sauveur de son corps, celui qui est mort pour nos péchés et qui est ressuscité pour notre justification (2) ». Le corps de Jésus-Christ, c'est l'Eglise, dont il est dit : « Afin qu'il se formât à lui-même une Eglise glorieuse, sans tache, sans ride, sans défaut (3) ».

1. Coloss. I, 24.
2. Rom. IV, 25.
3. Eph. V, 27.

Saint Augustin, DISCOURS SUR LE PSAUME XVIII. a écrit:
L’unité de l’Eglise parle en toutes les langues, et continue aujourd’hui cette merveille d’un seul homme qui s’exprimait alors dans la langue de tous (Act. II, 4), après avoir reçu l’Esprit-Saint. Aujourd’hui c’est encore un seul homme qui parle à toutes les nations et dans toutes les langues, un seul homme, c’est-à-dire la tête et le corps, un seul homme, qui est le Christ et l’Eglise, l’homme parfait, l’époux et l’épouse. « Ils seront deux dans une même chair (Gen. II, 24) », a dit l’Ecriture. «Les jugements de Dieu sont véritables, ils se justifient par eux-mêmes », à cause de l’unité.


Où les Saints Pères font-ils référence à un « sens impropre » du mot « Eglise » ?

Les Saints Pères entendent-ils l’Eglise autrement que selon le sens que lui donne l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, de Corps mystique du Christ ?


Dernière édition par Guillaume le Mar 01 Mai 2012, 5:05 pm, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Louis Mar 01 Mai 2012, 7:02 am

Sauvegarde

Spoiler:
Guillaume a écrit:Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.


Concile de Vatican, sess. III, cap. II, De fide a écrit:
Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.


Ainsi, seuls le consensus de l'Église et celui des Pères font autorité pour définir dans quel sens on peut utiliser le mot « Eglise ».

Les écrits des Saints Pères donnent une idée de la conception qu’ils ont développée de l’Eglise :

Saint Cyrille d’Alexandrie - Commentaire sur Jean 11,11 a écrit:
Qui en effet séparera et écartera de cette union physique ceux qui sont attachés au Christ jusqu’à être un avec lui par ce saint corps unique ? Car si tous nous participons à un pain unique, nous formons un corps unique. Le Christ en effet ne peut pas être divisé. C’est pourquoi l’Église est-elle aussi appelée le corps du Christ, et nous ses membres, selon la pensée de Paul (cf. 1 Co 12, 27). Parce que nous sommes tous unis au Christ unique par son saint corps, nous qui le recevons dans nos corps, lui qui est un et indivisible, nous devons être les membres du Christ lui-même plus encore que nos propres membres.[/color]

Saint Cyprien, De cath. Eccl. Unitate, n° 23 a écrit:
Lorsque les douze tribus d’Israël étaient divisées, le prophète Achias déchira son manteau; mais il n’en est pas de même du peuple du Christ : là toute scission est impossible; aussi sa tunique tissée et d’une seule pièce ne fut pas déchirée par les soldats. Elle nous montre, par son intégrité, la concorde qui doit exister parmi les disciples du Christ; elle est la figure de l’unité de l’Église. (...)
Saint Augustin, Traité de l'Unité de l'Eglise a écrit:
Il n'y a qu'une Eglise, l'Eglise catholique, comme nos pères l'ont appelée, pour montrer par son nom même qu'elle est universelle. Tel est en effet le sens des mots grecs : kath’ olon. Or, l'Eglise est le corps du Christ, selon ces paroles de l'Apôtre : « Le Christ a souffert pour son corps, qui est l'Eglise »(1). Donc, pour prétendre au salut promis aux chrétiens, il faut compter parmi les membres du Christ. C'est par les liens de la charité que les membres du Christ sont unis ensemble et qu'ils se rattachent à leur chef, qui est Jésus-Christ. Une tête et un corps : ces deux mots résument tout ce que l'on peut dire au sujet de Jésus-Christ. La tête, c'est Jésus-Christ lui-même, le Fils unique du Dieu vivant, « le Sauveur de son corps, celui qui est mort pour nos péchés et qui est ressuscité pour notre justification (2) ». Le corps de Jésus-Christ, c'est l'Eglise, dont il est dit : « Afin qu'il se formât à lui-même une Eglise glorieuse, sans tache, sans ride, sans défaut (3) ».

1. Coloss. I, 24.
2. Rom. IV, 25.
3. Eph. V, 27.

Saint Augustin, DISCOURS SUR LE PSAUME XVIII. a écrit:
L’unité de l’Eglise parle en toutes les langues, et continue aujourd’hui cette merveille d’un seul homme qui s’exprimait alors dans la langue de tous (Act. II, 4), après avoir reçu l’Esprit-Saint. Aujourd’hui c’est encore un seul homme qui parle à toutes les nations et dans toutes les langues, un seul homme, c’est-à-dire la tête et le corps, un seul homme, qui est le Christ et l’Eglise, l’homme parfait, l’époux et l’épouse. « Ils seront deux dans une même chair (Gen. II, 24) », a dit l’Ecriture. «Les jugements de Dieu sont véritables, ils se justifient par eux-mêmes », à cause de l’unité.


Où les Saints Pères font-ils référence à un « sens impropre » du mot « Eglise » ?

Les Saints Pères entendent-ils l’Eglise autrement que selon le sens que lui donne l'Evangile et les Epitres de Saint Paul – celui de société des fidèles, de Corps mystique du Christ ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14596
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Mar 01 Mai 2012, 8:38 am

Guillaume a cité:

Concile de Vatican, sess. III, cap. II, De fide a écrit:
Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.


Pourrais-je avoir votre référence?
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Mar 01 Mai 2012, 3:59 pm



Concile du Vatican. Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation. (1)

" Mais parce que ce que le saint concile de Trente a salutairement décrété sur l'interprétation de la divine Écriture pour contenir les esprits insubordonnés, a été mal expliqué par quelques hommes, nous, renouvelant le même décret, nous déclarons que son esprit est celui-ci, que, dans les choses de la foi et des mœurs qui appartiennent à l'édifice de la doctrine chrétienne, on tienne pour le vrai sens de la sainte Écriture
celui qu'a tenu et que tient la sainte mère Eglise à qui il appartient de juger du vrai sens et de l'interprétation des saintes Écritures (…)."




Les citations des Papes et des saints conciles montrent la doctrine développée tout au long des siècles par notre Mère la sainte Eglise sur la notion d’Eglise :


Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.
elle représente l'unique corps mystique, corps dont le Christ est la tête, Dieu cependant étant celle du Christ. En elle il y a " un seul Seigneur, une seule foi, et un seul baptême " (Eph. 4,5). Unique en effet fut l'arche de Noé au temps du déluge, qui préfigurait l'unique Eglise ; achevée à une coudée, elle avait un seul pilote et chef, à savoir Noé, et hors d'elle, nous l'avons lu, tout ce qui subsistait sur terre fut détruit.

Catéchisme du concile de Trente

Chapitre dixième — Du neuvième article du Symbole : Enfin, pour tout dire en un mot, l’Eglise, selon S Augustin [S. Aug. in Psal. 149.], c’est le peuple fidèle répandu dans tout l’univers.

Pie VI, Décret Super Soliditate, 28/11/1786
Jésus-Christ a voulu, dans la Primauté de la Chaire apostolique, fortifier et resserrer ce lien de l'Unité au moyen duquel l'Eglise, qui était destinée à s'étendre par tout l'univers et à ne former qu'un seul corps de tant de membres dispersés, et cela par l'union intime de tous les membres sous un seul Chef. Ainsi, la vertu de cette puissance devait contribuer non seulement à la grandeur du premier Siège, mais plus particulièrement à l'intégrité et à la conservation de tout le Corps.
Pie VII, Const. Apostolique Ecclesia Christi, 18/9/1801
Toute la force et la beauté de ce Corps mystique résulte de la ferme et constante union de tous les membres de l'Eglise dans la même foi, dans les mêmes sacrements, dans les mêmes liens d'une charité mutuelle, dans la soumission et l'obéissance au chef de l'Eglise.

Pie IX, Homélie Exsultat cor, 8/6/1862 .
(...) qu'Elle est la colonne et le soutien de la vérité ; qu'Elle n'a ni tache ni ride, mais que, sainte et immaculée, Elle est celle avec qui Il a promis de demeurer toujours jusqu'à la fin des siècles »

Pie IX, Lettre apostolique "Iam vos omnes" à tous les protestants et aux autres non-catholiques, 13 septembre 1868
Personne ne peut nier ou mettre en doute que le Christ Jésus lui-même, afin d'appliquer à toutes les générations humaines le fruit de sa Rédemption, a ici-bas sur terre édifié sur Pierre son unique Eglise, c'est-à-dire l'Eglise une, sainte, catholique, apostolique, et qu'il lui a conféré tout le pouvoir nécessaire pour que soit gardé intègre et pur le dépôt de la foi, et que cette même foi soit transmise à tous les peuples, races et nations, afin que par le baptême tous les hommes soient agrégés à son Corps mystique,... et pour que cette même Eglise, qui constitue le Corps mystique, demeure toujours ferme et immuable dans sa propre nature jusqu'à la fin des siècles...
(...)

Léon XIII: Décret Hortus Conclusus, 1881
"Elle est un jardin clos, ma soeur, mon épouse, un jardin clos, une source scellée"
(Cant. 4, 12).
Ces paroles des Saintes Ecritures s'appliquent, selon les Pères, à l'Eglise Catholique, Epouse Immaculée du Christ :
elles la distinguent des sectes infidèles ou hérétiques, de sorte que les hommes sachent qui suivre et qui éviter dans la recherche du salut éternel.

Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896
quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

Pie XII, encyclique Mystici Corporis Christi, 29 juin 1943
Que si nous comparons le Corps mystique avec ce qu'on appelle corps moral, il faut alors remarquer que la différence est grande, et même d'importance et de gravité extrêmes. Dans le corps moral en effet, il n'y a pas d'autre principe d'unité que la fin commune et, au moyen de l'autorité sociale, la commune poursuite de cette même fin; dans le Corps mystique dont Nous parlons, au contraire, à cette commune poursuite s'ajoute un autre principe intérieur qui, existant vraiment dans tout l'organisme aussi bien que dans chacune des parties, et y exerçant son activité, est d'une telle excellence que, par lui-même, il l'emporte sans aucune mesure sur tous les liens d'unité qui font la cohésion d'un corps physique ou social. Ce principe, Nous l'avons dit, n'est pas de l'ordre naturel, mais surnaturel; bien mieux, c'est en lui-même quelque chose d'absolument infini et incréé, à savoir l'Esprit de Dieu qui, selon saint Thomas, " un et unique, remplit toute l'Eglise et en fait l'unité " (1).

(1) S. THOMAS, De Veritate, q. 29, art. 4, c.


Où les Papes, dans ces exposés doctrinaux, font-ils référence à un « sens impropre » du mot « Eglise » ?


Les Papes entendent-ils l’Eglise autrement que selon le sens que lui donne l'Evangile et les Epitres de Saint Paul– celui de société des fidèles, de corps mystique du Christ ?



(1) (traduction réalisée par les auteurs du DTC, col. 2294-2295 : Version numérique disponible sur le site JesusMarie.com - l’original latin peut être retrouvé dans Denzinger-Bannwart, n. 1788)


Dernière édition par Guillaume le Lun 07 Mai 2012, 4:29 pm, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Mar 01 Mai 2012, 4:20 pm

Sauvegarde
Spoiler:
Guillaume a écrit:
Concile de Vatican, Constitution dogmatique ' Dei Filius ', Chapitre II. De la Révélation a écrit:
Etant donné que certains ont présenté de manière défectueuse le décret que le saint concile de Trente, en vue de corriger des esprits effrontés, avait porté sur l'interprétation de la sainte Ecriture, Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.


Les citations des Papes et des saints conciles montrent la doctrine développée tout au long des siècles par notre Mère la sainte Eglise sur la notion d’Eglise :


Boniface VIII, Bulle " Unam sanctam ", 18 novembre 1302.
elle représente l'unique corps mystique, corps dont le Christ est la tête, Dieu cependant étant celle du Christ. En elle il y a " un seul Seigneur, une seule foi, et un seul baptême " (Eph. 4,5). Unique en effet fut l'arche de Noé au temps du déluge, qui préfigurait l'unique Eglise ; achevée à une coudée, elle avait un seul pilote et chef, à savoir Noé, et hors d'elle, nous l'avons lu, tout ce qui subsistait sur terre fut détruit.

Catéchisme du concile de Trente

Chapitre dixième — Du neuvième article du Symbole : Enfin, pour tout dire en un mot, l’Eglise, selon S Augustin [S. Aug. in Psal. 149.], c’est le peuple fidèle répandu dans tout l’univers.

Pie VI, Décret Super Soliditate, 28/11/1786
Jésus-Christ a voulu, dans la Primauté de la Chaire apostolique, fortifier et resserrer ce lien de l'Unité au moyen duquel l'Eglise, qui était destinée à s'étendre par tout l'univers et à ne former qu'un seul corps de tant de membres dispersés, et cela par l'union intime de tous les membres sous un seul Chef. Ainsi, la vertu de cette puissance devait contribuer non seulement à la grandeur du premier Siège, mais plus particulièrement à l'intégrité et à la conservation de tout le Corps.
Pie VII, Const. Apostolique Ecclesia Christi, 18/9/1801
Toute la force et la beauté de ce Corps mystique résulte de la ferme et constante union de tous les membres de l'Eglise dans la même foi, dans les mêmes sacrements, dans les mêmes liens d'une charité mutuelle, dans la soumission et l'obéissance au chef de l'Eglise.

Pie IX, Homélie Exsultat cor, 8/6/1862 .
(...) qu'Elle est la colonne et le soutien de la vérité ; qu'Elle n'a ni tache ni ride, mais que, sainte et immaculée, Elle est celle avec qui Il a promis de demeurer toujours jusqu'à la fin des siècles »

Pie IX, Lettre apostolique "Iam vos omnes" à tous les protestants et aux autres non-catholiques, 13 septembre 1868
Personne ne peut nier ou mettre en doute que le Christ Jésus lui-même, afin d'appliquer à toutes les générations humaines le fruit de sa Rédemption, a ici-bas sur terre édifié sur Pierre son unique Eglise, c'est-à-dire l'Eglise une, sainte, catholique, apostolique, et qu'il lui a conféré tout le pouvoir nécessaire pour que soit gardé intègre et pur le dépôt de la foi, et que cette même foi soit transmise à tous les peuples, races et nations, afin que par le baptême tous les hommes soient agrégés à son Corps mystique,... et pour que cette même Eglise, qui constitue le Corps mystique, demeure toujours ferme et immuable dans sa propre nature jusqu'à la fin des siècles...
(...)

Léon XIII: Décret Hortus Conclusus, 1881
"Elle est un jardin clos, ma soeur, mon épouse, un jardin clos, une source scellée"
(Cant. 4, 12).
Ces paroles des Saintes Ecritures s'appliquent, selon les Pères, à l'Eglise Catholique, Epouse Immaculée du Christ :
elles la distinguent des sectes infidèles ou hérétiques, de sorte que les hommes sachent qui suivre et qui éviter dans la recherche du salut éternel.

Léon XIII - encyclique Satis Cognitum, 29 juin 1896
quand Jésus-Christ parle de cet édifice mystique, Il ne mentionne qu'une seule Eglise, qu'Il appelle Sienne : «Je bâtirai Mon Eglise».
Toute autre qu'on voudrait imaginer
[« imaginer : former quelque chose dans son idée, dans son esprit », Dictionnaire de l’Académie française 1932-1935 - ce qui signifie bien que cette autre Eglise qu’on voudrait imaginer est une vue de l’esprit, qu’elle n’existe pas]

en dehors de celle-là, n'étant point fondée par Jésus-Christ, ne peut être la véritable Eglise de Jésus-Christ.

Pie XII, encyclique Mystici Corporis Christi, 29 juin 1943
Que si nous comparons le Corps mystique avec ce qu'on appelle corps moral, il faut alors remarquer que la différence est grande, et même d'importance et de gravité extrêmes. Dans le corps moral en effet, il n'y a pas d'autre principe d'unité que la fin commune et, au moyen de l'autorité sociale, la commune poursuite de cette même fin; dans le Corps mystique dont Nous parlons, au contraire, à cette commune poursuite s'ajoute un autre principe intérieur qui, existant vraiment dans tout l'organisme aussi bien que dans chacune des parties, et y exerçant son activité, est d'une telle excellence que, par lui-même, il l'emporte sans aucune mesure sur tous les liens d'unité qui font la cohésion d'un corps physique ou social. Ce principe, Nous l'avons dit, n'est pas de l'ordre naturel, mais surnaturel; bien mieux, c'est en lui-même quelque chose d'absolument infini et incréé, à savoir l'Esprit de Dieu qui, selon saint Thomas, " un et unique, remplit toute l'Eglise et en fait l'unité " (1).

(1) S. THOMAS, De Veritate, q. 29, art. 4, c.

Où les Papes, dans ces exposés doctrinaux, font-ils référence à un « sens impropre » du mot « Eglise » ?


Les Papes entendent-ils l’Eglise autrement que selon le sens que lui donne l'Evangile et les Epitres de Saint Paul– celui de société des fidèles, de corps mystique du Christ ?


Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Mar 01 Mai 2012, 4:40 pm

gabrielle a écrit:Guillaume a cité:

Concile de Vatican, sess. III, cap. II, De fide a écrit:
Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.


Pourrais-je avoir votre référence?

J'aimerais également votre référence Guillaume.
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Roger Boivin Mar 01 Mai 2012, 8:46 pm

ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:
Guillaume a cité:

"Concile de Vatican, sess. III, cap. II, De fide"]
Nous déclarons, en renouvelant ce même décret, que son intention est que, dans les matières de foi et de moeurs qui concernent l'élaboration de la doctrine chrétienne,
on doit tenir pour véritable sens de la sainte Ecriture celui qu'a tenu et que tient notre Mère la sainte Eglise, à laquelle il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritable des saintes Ecritures ;
et que, dès lors, il n'est permis à personne d'interpréter cette sainte Ecriture contrairement à ce sens ni non plus contrairement au consentement unanime des Pères.


Pourrais-je avoir votre référence?

J'aimerais également votre référence Guillaume.
.

J'ai trouvé ceci, tiré de la LETTRE ENCYCLIQUE DE SA SAINTETÉ LE PAPE LÉON XIII, PROVIDENTISSIMUS DEUS :
L'interprète catholique doit donc regarder comme un devoir très important et sacré d'expliquer dans le sens fixé les textes de l'Ecriture dont la signification a été indiquée authentiquement soit par les auteurs sacrés, que guidait l'inspiration de l'Esprit-Saint, comme cela a lieu dans beaucoup de passages du Nouveau Testament, soit par l'Eglise, assistée du même Saint-Esprit, et au moyen d'un jugement solennel, ou par son autorité universelle et ordinaire; il lui faut se convaincre que cette interprétation est la seule qu'on puisse approuver d'après les lois d'une saine herméneutique (1).

1. Conc. Vat. sess. III, cap. ii, De fide.

SOURCE : http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_18111893_providentissimus-deus_fr.html



Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12613
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Mar 01 Mai 2012, 10:10 pm

.
Merci Roger.
J'examine ceci demain. study

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  gabrielle Mer 02 Mai 2012, 8:27 am

Guillaume a écrit: (...)
Où les Papes, dans ces exposés doctrinaux, font-ils référence à un « sens impropre » du mot « Eglise » ?


Les Papes entendent-ils l’Eglise autrement que selon le sens que lui donne l'Evangile et les Epitres de Saint Paul– celui de société des fidèles, de corps mystique du Christ ?



Vous avez l'art de poser la question qu'il ne faut pas.

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:Tiens, :

Catéchisme du Concile de Trente, chapitre dixième, du neuvième article du Symbole a écrit:


§ I — CE QUE C’EST QUE L’EGLISE
Le mot Eglise vient du grec. les Latins l’ont emprunté à cette langue, et après la publication de l’Evangile, ils l’ont consacré exclusivement aux choses saintes. Voyons quel en est le sens. Il signifie proprement convocation. Mais avec le temps les auteurs [!!!] l’ont emprunté souvent pour désigner une assemblée, une réunion d’hommes, sans examiner si ces hommes admiraient le vrai Dieu, ou les fausses divinités.

Léon XIII, Actes de Léon XIII, t.V, p.257, 261 a écrit:


LETTRES APOSTOLIQUES PAR LESQUELLES L'ARCHICONFRÉRIE DE PRIÈRES ET DE BONNES OEUVRES POUR LE RETOUR DES ÉGLISES DISSIDENTES À L'UNITÉ CATHOLIQUE SOUS LE PATRONAGE DE NOTRE-DAME DE L'ASSOMPTION EST ÉRIGÉE DANS L'ÉGLISE DE L'ANASTASIE A CONSTANTINOPLE.

[...]

Nous érigeons et Nous constituons à perpétuité la susdite association de prières et de bonnes oeuvres pour le retour des Eglises dissidentes à l'unité catholique sous le titre de Notre-Dame de l'Assomption...


Pie XII, Documents pontificaux de Sa Sainteté Pie XII, t. 1952, p.27 a écrit:

L'Eglise catholique .... Personne ne peut donc prétendre qu'elle est au service d'une puissance particulière; de même qu'on ne peut exiger d'elle que, brisant l'unité dont son Divin Fondateur lui-même a voulu la marquer, elle laisse se constituer dans chaque nation des églises séparées, qui pour leur malheur, soient détachées du Siège Apostolique où Pierre, vicaire de Jésus-christ, vit dans ses successeurs jusqu'à la fin des siècles.

St. Francois de Sales, LETTRE OUVERTE AUX PROTESTANTS, ARTICLE XVI : NOTRE ÉGLISE EST PERPÉTUELLE, LA PRÉTENDUE NE L'EST PAS a écrit:

Or, quant à votre église, supposons ce gros mensonge pour vérité, qu'elle ait été du temps des Apôtres, elle ne sera pourtant pas l'Église catholique : car, la Catholique doit être universelle en temps, elle doit donc toujours durer; mais dites-moi où était votre église il y a cents, deux cents, trois cents ans, et vous ne le sauriez faire, car elle n'était point; elle n'est donc pas la vraie Église.

Ernest Savignac, MANUEL D'APOLOGÉTIQUE, p.172 a écrit:

Le protestantisme ... Ce n'est pas une Eglise, mais un groupement d'églises indépendantes les unes des autres. [...] L'Eglise anglicane, dont l'une des branches s'intitule catholique, est elle-même circonscrite aux régions d'ailleurs très vastes de domination, de langue ou d'influence britannique.

Abbé Arthur Robert, LEÇONS D'APOLOGÉTIQUE, p.276 a écrit:

L'ÉGLISE GRECQUE N'A PAS LES NOTES DE LA VÉRITABLE ÉGLISE.

Chanoine E. Duplessy, APOLOGÉTIQUE, livre III, p.7 a écrit:

Le protestantisme ... ce n'est pas une Eglise, mais un assemblage d'Eglises en désaccord sur une foule de points de croyance, de morale et de culte. Pourquoi donc toutes ces Eglises sont-elles groupées en une seule ?...
Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:Encore une autre de Pie XII pour .. :

Pie XII, Lettre encyclique à l'épiscopat, au clergé, et aux fidèles de Chine, 7 octobre 1954 a écrit:

Les promoteurs d'un tel mouvement cherchent avec duplicité et habileté à tromper les timides ou les âmes simples pour les écarter du droit chemin. Dans ce but, ils affirment faussement que seuls sont de vrais patriotes ceux qui adhèrent à l'Eglise qu'ils ont façonnée. En réalité, ils cherchent à constituer une Eglise nationale. Cette Eglise, si elle existait, ne pourrait jamais être catholique puisqu'elle serait la négation de cette universalité qui est le propre de la catholicité.

(...)

Éric a écrit:Les Églises hérétiques s'écartent de l’Église de Rome par des divergences doctrinales.
Les principales sont les Églises luthérienne, calviniste et anglicane.
(....)
Dans l'Église anglicane, une élite intellectuelle et religieuse évolua vers des positions proches du catholicisme; ce fut le "Mouvement d'Oxford" qui favorisa plusieurs conversions retentissantes, notamment celle de Newman.


Sous la direction du R.P. Delcuve, (IV) l'Église notre mère, Casterman (Paris), 1950, Chap. XVII, N. 170 et 171, p. 192 et 194

Éric a écrit:Extraits de l'Encyclique ORIENTALES OMNES (23 décembre 1945) du Pape Pie XII :

(....)
Et, pour finir, malheureusement, en 1839, fut solennellement déclarée l'union de l’Église ruthène avec l’Église russe dissidente.

(....)
Bien plus, peu d'années après, l'éparchie de Chelmno, soumise au royaume de Pologne uni à l'Empire russe, endura, elle aussi, le même malheureux sort, et les fidèles qui, par devoir de conscience, ne voulurent pas se détacher de la vraie foi et résistèrent avec un courage invincible à l'union avec l’Église dissidente qui leur fut imposée en 1875, furent indignement condamnés à des amendes, à des peines corporelles, à l'exil.

(....)
Ces crimes furent malheureusement commis, non pas dans un seul endroit, mais dans plusieurs villes, localités et villages ; et après que toutes les églises catholiques furent entre les mains des schismatiques, après que tous les prêtres, chassés de leur résidence, se virent contraints d'abandonner leur propre troupeau, laissé sans berger, les fidèles furent inscrits sur les registres de l’Église schismatique, sans qu'on tînt nul compte de leur volonté.

(....)
Éric a écrit:Cependant la nouvelle Église anglicane, fortifiée par les soins des papes Boniface V et Honorius, se rendait illustre par toute la terre.

Mgr Bossuet, Discours sur l'histoire universelle, Lib. Firmin Didot, Paris, 1862, p. 154

Eric a écrit:Encore pour le Guigui cette citation du Pape Pie XI :
La divine vertu de l'Esprit-Saint, qui protège l’Église de toute contagion d'erreur, apparut évidement aux yeux de tous, lorsqu'il y a seize siècles se tint le Concile de Nicée, dont nous aurions l'ardent désir que la commémoration, en agissant sur les esprits et les cœurs, illuminés et mus par la grâce d'En Haut, hâtât le retour de cette union tant souhaitée entre les Églises dissidentes et le Siège apostolique.


Mgr Fontenelle (Chanoine de Saint-Pierre) Sa Sainteté Pie XI, Ed. Spes Paris, 1937, p. 161 ....

Votre monologue devient Sleep

Soyez logique avec vous-mêmes et placer dans votre section "hérésie" tous les papes si-haut cités et tous les Docteurs et tous les auteurs catholiquees et pour finir les catéchismes. Ensuite, regardez-vous dans un miroir et dmandez-vous: Suis-je en traine de faire une tempête dans une verre d'eau.

Si vous ne voulez pas débattre, que voulez-vous?

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Mer 02 Mai 2012, 9:04 am

gabrielle a écrit:Si vous ne voulez pas débattre, que voulez-vous?

Se faire passer pour une personne plus docte et plus pieuse que les autres, faire passer le forum d'où il vient pour un forum supérieur à celui-ci, et faire passer Zins et lui-même pour les sauveurs des idiots que nous sommes d'après lui.

La devise de Guillaume : UN SEUL SUJET - UN SEUL FORUM - UN SEUL GOUROU
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  ROBERT. Mer 02 Mai 2012, 2:15 pm

Benjamin a écrit:
gabrielle a écrit:Si vous ne voulez pas débattre, que voulez-vous?

Se faire passer pour une personne plus docte et plus pieuse que les autres, faire passer le forum d'où il vient pour un forum supérieur à celui-ci, et faire passer Zins et lui-même pour les sauveurs des idiots que nous sommes d'après lui.

La devise de Guillaume : UN SEUL SUJET - UN SEUL FORUM - UN SEUL GOUROU

Vous oubliez à cette devise, Benjamin: UNE SEULE ÉGLISE...
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Mer 02 Mai 2012, 2:44 pm

ROBERT. a écrit:Vous oubliez à cette devise, Benjamin: UNE SEULE ÉGLISE...
.

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 80494
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Invité Mer 02 Mai 2012, 5:06 pm

Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.



Les papes, amenés à évoquer les rapports et l’opposition entre l’Eglise catholique et les communautés schismatiques de toutes sortes, vont-ils parler de "deux Eglises" – comme s’il pouvait y avoir "deux Eglises" opposées l’une à l’autre ?

Les documents du Magistère montrent bien au contraire qu’ils nomment ces communautés telles qu’elles sont - "sectes" ou "schismatique" – ou encore, pour le cas des portions locales de l’Eglise ayant fait dissidence, d'après la nation ou la zone géographique qui avait basculé dans le schisme - "les Grecs" "les Orientaux".

Pie IX, Lettre apostolique "In suprema Petri Apostoli Sede", 6 janvier 1848 a écrit:
Ecoutez notre paroles, ô vous tous qui, dans les contrées de l'Orient ou sur ses frontières, vous faites gloire de porter le nom de chrétiens, et qui cependant n'êtes point en communion avec la Sainte Eglise Romaine.

Pie IX - Lettre apostolique "In suprema Neminem vestrum", 2 février 1854 a écrit:
Et cela doit vous faire comprendre, Vénérables Frères et Fils bien-aimés, que non-seulement Nous ne pouvons pas approuver la conduite de ceux qui usent de manières dures et acerbes envers les schismatiques de votre nation et qui n'ont pas pour eux les égards convenables, mais encore que Nous devons désapprouver hautement et sans réserve d'autres personnes, qui, au lieu d'amour et de bienveillance, ne montrent que de l'antipathie et de la sévérité même à ceux qui ont quitté le schisme pour rentrer dans le sein de l'unité catholique.

Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864 a écrit:
Le fondement sur lequel s'appuie cette association est tel qu'il renverse de fond en comble la constitution divine de l'Eglise. Elle suppose en effet essentiellement que la véritable Eglise de Jésus Christ est composée pour une part de l'Eglise romaine, répandue et étendue dans le monde entier, pour une part du schisme de Photius et de l'hérésie anglicane, pour lesquels, tout comme pour l'Eglise romaine, il y a "un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême..." (Eph. 4,5)


Pie IX, Lettre apostolique "Iam vos omnes" à tous les protestants et aux autres non-catholiques, 13 septembre 1868 a écrit:
Or quiconque considère avec soin et médite l'état dans lequel se trouvent les diverses sociétés religieuses divisées entre elles et séparées de l'Eglise catholique, ... devra se convaincre facilement que ni aucune de ces sociétés, ni toutes réunies ensemble, ne constituent en aucune façon et ne sont cette Eglise une et catholique que le Christ, le Seigneur, a fondée et bâtie, et qu'il a voulu voir exister, et qu'elles ne peuvent pas non plus être considérées en aucune façon comme un membre ou une partie de cette même Eglise, puisqu'elles sont séparées visiblement de l'unité catholique.
Puisqu'en effet ces sectes sont privées de cette autorité vivante et établie par Dieu qui en particulier enseigne aux hommes les réalités de la foi et de la règle des moeurs, et qui les dirige et les gouverne en tout ce qui intéresse leur salut éternel, il en résulte que ces sociétés ont continuellement varié dans leurs doctrines, et cette mobilité et cette instabilité ne cessent jamais dans ces sociétés. Chacun comprend facilement... que cela est en opposition complète avec l'Eglise instituée par le Christ Seigneur.

Concile du Vatican, 4ème session, 18 juillet 1870 : première constitution dogmatique "Pastor aeternus" a écrit:
Et avec l'approbation du 2ème concile de Lyon, les Grecs ont professé : "La sainte Eglise romaine possède aussi la primauté et autorité souveraine et entière sur l'ensemble de l'Eglise catholique. Elle reconnaît sincèrement et humblement l'avoir reçue, avec la plénitude du pouvoir, du Seigneur lui-même, en la personne du bienheureux Pierre, chef ou tête des apôtres, dont le pontife romain est le successeur. Et comme elle doit, avant les autres, défendre la vérité de la foi, ainsi les questions qui surgiraient à propos de la foi doivent être définies par son jugement".

Leon XIII: Décret Hortus Conclusus, 1881 a écrit:
"Elle est un jardin clos, ma soeur, mon épouse, un jardin clos, une source scellée"
(Cant. 4, 12).
Ces paroles des Saintes Ecritures s'appliquent, selon les Pères, à l'Eglise Catholique, Epouse Immaculée du Christ :
elles la distinguent des sectes infidèles ou hérétiques, de sorte que les hommes sachent qui suivre et qui éviter dans la recherche du salut éternel.
Pape Léon XIII, Lettre Apostolique Apostolicae Curae, 18 septembre 1896 a écrit:
Pour apprécier d'une façon exacte et complète l'Ordinal anglican, en dehors des points mis en lumière par certains passages, rien assurément ne vaut l'examen scrupuleux des circonstances dans lesquelles il a été composé et publié. Les passer toutes en revue serait long et inutile ; l'histoire de cette époque montre assez éloquemment quel esprit animait les auteurs de l'Ordinal à l'égard de l'Église catholique, quels appuis ils ont demandés aux sectes hétérodoxes, et quel but ils poursuivaient.
Pape Léon XIII, Lettre Apostolique Apostolicae Curae, 18 septembre 1896 a écrit:
Nous voulons que Notre exhortation et Nos vœux s'adressent plus spécialement à ceux qui sont considérés par leurs communautés comme des ministres de la religion. Que ces hommes placés au-dessus des autres par leurs fonctions, leur science et leur autorité, qui ont certainement à cœur la gloire de Dieu et le salut des âmes, s'empressent de répondre et d'obéir au Dieu qui les appelle ; ils donneront ainsi un noble exemple. C'est avec une joie singulière que leur Mère l'Église les recevra, les entourera de sa bonté et de ses attentions, comme cela convient pour des hommes qu'une vertu plus généreuse aura fait rentrer dans son sein à travers des difficultés plus particulièrement ardues.



Le discours de Gérard sur "deux Eglises" peut-il trouver un appui sur des documents émanant du Magistère (qui comprend l'enseignement des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège et des conciles et d'eux seuls) ou des Saints Pères ?

Le Magistère n'a t-il pas au contraire condamné la théorie des "deux Eglises" (Constitution " Gloriosam Ecclesiam " du Pape Jean XXII) ?


Dernière édition par Guillaume le Mer 02 Mai 2012, 5:11 pm, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Louis Mer 02 Mai 2012, 5:08 pm

sauvegarde
Spoiler:
Guillaume a écrit:
Loués et bénis soient le Seigneur Jésus
et la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.



Les papes, amenés à évoquer les rapports et l’opposition entre l’Eglise catholique et les communautés schismatiques de toutes sortes, vont-ils parler de "deux Eglises" – comme s’il pouvait y avoir "deux Eglises" opposées l’une à l’autre ?

Les documents du Magistère montrent bien au contraire qu’ils nomment ces communautés telles qu’elles sont - "sectes"ou "schismatique" – ou encore, pour le cas des portions locales de l’Eglise ayant fait dissidence, d'après la nation ou la zone géographique qui avait basculé dans le schisme - "les Grecs" "les Orientaux".

Pie IX, Lettre apostolique "In suprema Petri Apostoli Sede", 6 janvier 1848 a écrit:
Ecoutez notre paroles, ô vous tous qui, dans les contrées de l'Orient ou sur ses frontières, vous faites gloire de porter le nom de chrétiens, et qui cependant n'êtes point en communion avec la Sainte Eglise Romaine.

Pie IX - Lettre apostolique "In suprema Neminem vestrum", 2 février 1854 a écrit:
Et cela doit vous faire comprendre, Vénérables Frères et Fils bien-aimés, que non-seulement Nous ne pouvons pas approuver la conduite de ceux qui usent de manières dures et acerbes envers les schismatiques de votre nation et qui n'ont pas pour eux les égards convenables, mais encore que Nous devons désapprouver hautement et sans réserve d'autres personnes, qui, au lieu d'amour et de bienveillance, ne montrent que de l'antipathie et de la sévérité même à ceux qui ont quitté le schisme pour rentrer dans le sein de l'unité catholique.

Lettre du Saint-Office aux évêques d'Angleterre, 16 septembre 1864 a écrit:
Le fondement sur lequel s'appuie cette association est tel qu'il renverse de fond en comble la constitution divine de l'Eglise. Elle suppose en effet essentiellement que la véritable Eglise de Jésus Christ est composée pour une part de l'Eglise romaine, répandue et étendue dans le monde entier, pour une part du schisme de Photius et de l'hérésie anglicane, pour lesquels, tout comme pour l'Eglise romaine, il y a "un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême..." (Eph. 4,5)

Concile du Vatican, 4ème session, 18 juillet 1870 : première constitution dogmatique "Pastor aeternus" a écrit:
Et avec l'approbation du 2ème concile de Lyon, les Grecs ont professé : "La sainte Eglise romaine possède aussi la primauté et autorité souveraine et entière sur l'ensemble de l'Eglise catholique. Elle reconnaît sincèrement et humblement l'avoir reçue, avec la plénitude du pouvoir, du Seigneur lui-même, en la personne du bienheureux Pierre, chef ou tête des apôtres, dont le pontife romain est le successeur. Et comme elle doit, avant les autres, défendre la vérité de la foi, ainsi les questions qui surgiraient à propos de la foi doivent être définies par son jugement".

Pie IX, Lettre apostolique "Iam vos omnes" à tous les protestants et aux autres non-catholiques, 13 septembre 1868
Or quiconque considère avec soin et médite l'état dans lequel se trouvent les diverses sociétés religieuses divisées entre elles et séparées de l'Eglise catholique, ... devra se convaincre facilement que ni aucune de ces sociétés, ni toutes réunies ensemble, ne constituent en aucune façon et ne sont cette Eglise une et catholique que le Christ, le Seigneur, a fondée et bâtie, et qu'il a voulu voir exister, et qu'elles ne peuvent pas non plus être considérées en aucune façon comme un membre ou une partie de cette même Eglise, puisqu'elles sont séparées visiblement de l'unité catholique.
Puisqu'en effet ces sectes sont privées de cette autorité vivante et établie par Dieu qui en particulier enseigne aux hommes les réalités de la foi et de la règle des moeurs, et qui les dirige et les gouverne en tout ce qui intéresse leur salut éternel, il en résulte que ces sociétés ont continuellement varié dans leurs doctrines, et cette mobilité et cette instabilité ne cessent jamais dans ces sociétés. Chacun comprend facilement... que cela est en opposition complète avec l'Eglise instituée par le Christ Seigneur.
(...)
Leon XIII: Décret Hortus Conclusus, 1881 a écrit:
"Elle est un jardin clos, ma soeur, mon épouse, un jardin clos, une source scellée"
(Cant. 4, 12).
Ces paroles des Saintes Ecritures s'appliquent, selon les Pères, à l'Eglise Catholique, Epouse Immaculée du Christ :
elles la distinguent des sectes infidèles ou hérétiques, de sorte que les hommes sachent qui suivre et qui éviter dans la recherche du salut éternel.

Pape Léon XIII, Lettre Apostolique Apostolicae Curae, 18 septembre 1896 a écrit:
Pour apprécier d'une façon exacte et complète l'Ordinal anglican, en dehors des points mis en lumière par certains passages, rien assurément ne vaut l'examen scrupuleux des circonstances dans lesquelles il a été composé et publié. Les passer toutes en revue serait long et inutile ; l'histoire de cette époque montre assez éloquemment quel esprit animait les auteurs de l'Ordinal à l'égard de l'Église catholique, quels appuis ils ont demandés aux sectes hétérodoxes, et quel but ils poursuivaient.

Pape Léon XIII, Lettre Apostolique Apostolicae Curae, 18 septembre 1896 a écrit:
Nous voulons que Notre exhortation et Nos vœux s'adressent plus spécialement à ceux qui sont considérés par leurs communautés comme des ministres de la religion. Que ces hommes placés au-dessus des autres par leurs fonctions, leur science et leur autorité, qui ont certainement à cœur la gloire de Dieu et le salut des âmes, s'empressent de répondre et d'obéir au Dieu qui les appelle ; ils donneront ainsi un noble exemple. C'est avec une joie singulière que leur Mère l'Église les recevra, les entourera de sa bonté et de ses attentions, comme cela convient pour des hommes qu'une vertu plus généreuse aura fait rentrer dans son sein à travers des difficultés plus particulièrement ardues.



Le discours de Gérard sur "deux Eglises" peut-il trouver un appui sur des documents émanant du Magistère (qui comprend l'enseignement des papes, des évêques en communion avec le Saint-Siège et des conciles et d'eux seuls) ou des Saints Pères ?

Le Magistère n'a t-il pas au contraire condamné la théorie des "deux Eglises" (Constitution " Gloriosam Ecclesiam " du Pape Jean XXII) ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14596
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Sandrine Jeu 03 Mai 2012, 2:06 am

Guillaume a écrit:

Le Magistère n'a t-il pas au contraire condamné la théorie des "deux Eglises" (Constitution " Gloriosam Ecclesiam " du Pape Jean XXII) ?



Sandrine a écrit:


III Doctrines

[...] Allant plus loin, d'autres [les fraticelles ] rejetèrent la légitimité du pape Boniface VIII d'abord, celle de Jean XXII ensuite, et justifièrent toutes les accusations doctrinales portées contre eux. Ils proclamèrent quod Ecclesia romana facta est meretrix et, ad hoc ut possit melius fornicari, transivit ultra montes. A les en croire, ils étaient la véritable Église. En Sicile, ils élurent ( vers 1313 ) un pape nommé Célestin; un peu plus tard, dans le midi de la France, ils désignèrent pour pape frère Guillaume Giraud à la place de Jean XXII. Cette théorie des deux Églises, l'une, l’Église romaine, charnelle, riche, souillée de crimes, l'autre, la leur, spirituelle, pauvre, sainte, seule vraie, fut chère au groupe sicilien d'Henri de Ceva; [...]

Dictionnaire de Théologie Catholique, A. Vacant, Tome sixième, 1920, première partie, "Fraticelles" p 779

Absolument rien à voir avec ce que dit Gérard !

Donc, le seul document pontifical traitant de l’idée de « deux Eglises » à votre connaissance pour la condamner n'est pas VALABLE pour condamner Gérard !!!!
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

"Unique est ma colombe, ma perfection" - Page 21 Empty Re: "Unique est ma colombe, ma perfection"

Message  Benjamin Jeu 03 Mai 2012, 6:11 am

Guillaume, croyez-moi, vous vous fatiguerez avant nous !
Benjamin
Benjamin

Nombre de messages : 6869
Date d'inscription : 26/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 21 sur 42 Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22 ... 31 ... 42  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum