L'APOCALYPSE

2 participants

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mar 31 Oct 2023, 5:53 am

L’Agneau avait sept cornes et sept yeux. Saint Jean ajoute aussitôt l’explication de ce phénomène : Ce sont là, dit-il, les sept esprits de Dieu envoyés sur la terre, c’est-à-dire les sept dons du Saint- Esprit, que l’Agneau a mérités au monde par sa mort. Ces dons sont comparés à des cornes parce qu’ils se dressent sur l’âme comme autant d’armes redoutables contre les sept péchés capitaux ; et ils lui rendent tout ensemble le même service que des yeux, parce qu’ils lui permettent de discerner les chemins qui conduisent aux différentes vertus.

Et il vint, continue l’Apôtre, et il reçut le livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône. Ainsi l’Agneau annoncé par les Prophètes, attendu si longtemps par le genre humain, finit par venir. Il prit chair dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie, et son Humanité reçut de Dieu la pleine connaissance du mystère de notre salut. Il ouvrit le Livre, en accomplissant, par ses souffrances et par sa mort, toutes les Prophéties qui concernaient l’œuvre de la Rédemption. C’est ce qu’il exprima sur la croix en disant : Tout est consommé.

Alors les animaux et les vingt-quatre vieillards, représentant la multitude des Saints, tombèrent à ses pieds et éclatèrent en actions de grâces. Ils lui offraient chacun les cithares et les coupes d’or pleines de parfums, qu’ils tenaient à la main. Ce double symbole représente les deux instruments essentiels employés par les Saints pour s’avancer dans la vertu, savoir : la mortification et la prière. Leurs cœurs, largement ouverts par la charité, comme les coupes d’or dont il est ici question, débordent sans arrêt de supplications, d’adorations, d’actions de grâces ; et celles-ci montent vers Dieu comme autant de parfums d’une agréable odeur, ainsi que saint Jean l’explique lui-même. Pour ce qui est des cithares, il n’en donne point la signification mystique, mais cette figure est tellement courante dans les Livres saints, que la pensée de l'auteur ne peut faire aucun doute. Lorsqu’elle nous montre David s’accompagnant, pour chanter les Psaumes, d’un instrument à cordes, harpe, cithare ou psaltérion, la tradition catholique veut nous faire comprendre que l’âme qui chante les louanges de Dieu doit accompagner ses cantiques d’une vie mortifiée. Les cordes rigoureusement tendues sur le bois de la cithare, et qui vibrent harmonieusement sous les coups dont on les frappe, rappellent la chair du Verbe étendu sur la croix, et répondant aux sévices, aux affronts, aux injures dont on l’accable par les paroles du plus sublime amour. A son image, le disciple fidèle doit chercher à immobiliser sa sensibilité, ses désirs, ses affections, ses appréhensions sur la croix que là Volonté divine a préparée pour lui, et à ne faire entendre, sous la pression de la souffrance, que des paroles de reconnaissance, de soumission et d’adoration.

§ 3. — Le cantique nouveau.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mer 01 Nov 2023, 7:44 am

§ 3. — Le cantique nouveau.


Et ils chantaient un cantique nouveau,
celui de la rénovation du monde par l’Évangile : « Vous êtes digne, disaient-ils, Seigneur Jésus-Christ, vous êtes digne, par votre incomparable innocence, de recevoir le livre et d’en iriser les sceaux. Nul n’aurait pu comme Vous accomplir les secrets desseins de Dieu, et assurer la réalisation des prophéties. Car vous avez fait preuve d’une vertu incroyable : vous avez accepté d’être mis à mort au mépris de toute justice, d’endurer des souffrances indicibles, et ainsi vous nous avez rachetés; vous nous avez rendus à Dieu, au prix de votre sang, nous que nos péché avaient fait les esclaves du démon. Et vous n’avez mis aucune borne à votre générosité : vous avez payé le prix du salut pour tous les hommes, pour toutes les races, toutes les langues, tous les peuples toutes les nations. Vous avez ainsi permis à Dieu de régner sur nous, dès maintenant, par sa grâce et plus tard, dans l’éternité, par sa gloire. Vous avez fait de nous des prêtres à son service, capables de lui offrir les sacrifices qu’il aime; et, grâce aux mérites que vous avez acquis pour nous, vous nous avez mis en mesure de mépriser les biens d’ici-bas de dominer les inclinations de la chair, et ainsi de régner au-dessus de ce monde. »


Sur ces entrefaites, une multitude d’Anges
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Jeu 02 Nov 2023, 8:48 am

Sur ces entrefaites, une multitude d’Anges apparurent autour du trône et joignirent leurs voix à celles des Saints. Leur nombre dépassait toute évaluation : il y en avait des myriades de myriades. L’intelligence humaine, en effet, est impuissante à compter tous les esprits bienheureux; ce que Job a exprimé en termes lapidaires, quand il a dit Y a-t-il donc un nombre à ses soldats?. Il y en a un sans doute, pour l’Intelligence divine, qui a conçu chacun de ces esprits distinct des autres, avec son espèce propre, son poids et sa mesure  : mais ce nombre dépasse l’esprit humain.

Il y en a, écrit saint Denis , mille fois mille et dix mille fois dix mille, l’Écriture redoublant ainsi et multipliant l’un par l’autre les chiffres les plus élevés que nous ayons, et par là faisant voir clairement qu’il nous est impossible d’exprimer le nombre de ces bienheureuses créatures. Car les rangs des armées célestes sont pressés, et ils échappent à l’appréciation faible et restreinte de nos calculs matériels; et le dénombrement n'en peut être savamment fait qu’en vertu de cette connaissance surhumaine et transcendante que leur communique si libéralement le Seigneur, sagesse incréée, science infinie, principe suressentiel et cause puissante de toutes choses, force mystérieuse qui gouverne les êtres et les borne en les embrassant.

Tous ces Anges, donc, chantant maintenant avec les saints, disaient à pleine voix : Il est digne, l' Agneau qui a été mis à mort, de se voir décerner, par la louange des hommes, la vertu, la divinité (1), la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la bénédiction. Maintenant que son sacrifice est accompli et que nous en voyons les merveilleux effets pour l’humanité, il faut que l’odieuse injustice dont II a été l’objet soit réparée. Il est digne de voir proclamer sa vertu, lui qui fut mis à mort comme blasphémateur et révolutionnaire ; sa divinité, lui que les Juifs condamnèrent pour s’être dit le Fils de Dieu; sa sagesse, lui qui fut revêtu de la robe des fous; sa force, lui qui se laissa écraser comme un ver de terre. Il est digne de se voir décerner l'honneur, pour les outrages dont il fut abreuvé, les gifles et les coups qu’il reçut, les crachats dont il fut couvert ; la gloire, pour avoir été traîné au gibet comme le dernier des scélérats ; la bénédiction de tous les peuples, lui que les Juifs rejetèrent du milieu d’eux comme un être maudit.

(1) Le texte grec porte ici : la richesse, au lieu de : la divinité. De même quelques manuscrits latins disent : divitias. Il faut suivre cette leçon si Ton veut traduire, sans erreur théologique, accipere, par : recevoir de Dieu. Mais, si l'on veut rester fidèle au texte de la Vulgate, qui porte : divinité, il faut suivre les commentateurs qui entendent : recevoir de la louange des hommes.

Et toutes les créatures,
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Sam 04 Nov 2023, 5:58 pm


Et toutes les créatures, celles qui sont dans le ciel, celles qui sont sur la terre et celles qui sont au-dessous, les flots de la mer, et les êtres qu'ïls renferment , toutes, je les entendis qui disaient : A Celui qui est assis sur le trône (c’est-à-dire au Dieu tout-puissant, Un et Trine) et à l'Agneau (c’est-à-dire à l’Humanité du Christ), bénédiction, honneur, gloire et puissance à travers les siècles des siècles l

Ainsi les êtres privés de raison, et ceux-mêmes qui sont inanimés, bénissent à leur façon leur Créateur. Ils ne le font point d’une voix articulée, comme la nôtre. Mais de leur beauté, de leur variété, de leur hiérarchie, de l’ordre qui préside à tous leurs mouvements, s’élève comme un magnifique concert qui chante la gloire de Dieu. C’est cette voix que percevait saint Augustin quand, pressé par le feu dont son cœur était embrasé, il allait demandant tour à tour au soleil, à la terre, à la lune, aux étoiles, à tous les êtres qu’il rencontrait, de lui parler de Dieu, et qu’il les entendait s’écrier tous ensemble : « C’est lui qui nous a faits . »

Et les quatre animaux disaient : Amen, reconnaissant ainsi le bien-fondé de cette louange universelle. Et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent la face contre terre, et ils adorèrent Celui qui vit à travers les siècles des siècles.

TROISIEME PARTIE
L'OUVERTURE DES SCEAUX
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Lun 06 Nov 2023, 10:50 am

TROISIEME PARTIE
L'OUVERTURE DES SCEAUX

Chapitre VI. — 1. Et je vis que l'agneau avait ouvert un des sept sceaux, et j'entendis l’un des quatre animaux qui disait, d'une voix semblable au tonnerre : Viens, et vois.

— 2. Et je vis : et voici un cheval blanc, et celui qui le montait tenait un arc, et il lui fut donné une couronne, et il sortit vainqueur, afin de vaincre.

— 3. Et lorsqu’il eut ouvert le deuxième sceau, j'entendis le second animal qui disait : Viens, et vois.

— 4. Et il sortit un autre cheval, roux : et, à celui qui le montait, fut donné (le pouvoir) de retirer la paix de la terre, et de (pousser les hommes) à s'entretuer les uns les autres, et il lui fut donné un glaive de grande taille.

— 5 Et lorsqu'il eut ouvert le troisième sceau, j'entendis le troisième animal qui disait : Viens, et vois. Et voici un cheval noir : et celui qui le montait tenait une balance à la main.

— 6. Et j'entendis comme une voix au milieu des quatre animaux qui disait : Une double livre de froment pour un denier, et trois doubles livres d'orge pour un denier, et ne touche ni au vin ni à l’huile.

— 7. Et lorsqu’il eut ouvert le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième animal qui disait : Viens, et vois.

— 8. Et voici un cheval blême : et celui qui le montait avait nom la mort, et l'enfer le suivait, et il lui fut donné puissance sur les quatre parties de la terre (pour) tuer par le glaive, par la famine, par la mort, et par les bêtes de la terre.

— 9. Et lorsqu’il eut ouvert le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été mis à mort à cause du Verbe de Dieu, et du témoignage qu’elles rendaient ; et elles criaient d’une voix puissante, disant : Jusqu'à quand, Seigneur, saint et véridique, ne jugerez-vous point et ne vengerez-vous point notre sang, de ceux qui habitent la terre ?

— 11. Et il leur fut donné à chacun une robe blanche ; et il leur fut dit de demeurer en paix encore un peu de temps, jusqu’à ce que soit complété (le nombre de) ceux qui servent Dieu avec eux, et de leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux.

— 12. Et je vis, lorsqu’il eut ouvert le sixième sceau : et voici qu’il se fit un grand tremblement de terre, et le soleil devint noir comme un sac de crin ; et la lune tout entière devint comme du sang ;

—13. et les étoiles tombèrent du ciel sur la terre, comme un figuier laisse tomber ses premières figues quand il est secoué par le vent.

— 14. Et le ciel disparut comme un livre enroulé, et toute montagne, et toutes les îles furent ébranlées de leurs places.

— 15. Et les rois de la terre, et les princes, et les tribuns, et les riches et les puissants, et tous les esclaves, et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes, et dans les rochers des montagnes.

— 16. Et ils disent aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous du visage de celui qui est assis sur le trône, et de la colère de l’Agneau.

— 17. Car voici venir le grand jour de leur colère : et qui pourra demeurer ferme ?


§ 1. — Le Cheval blanc.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mer 08 Nov 2023, 10:42 am

§ 1. — Le Cheval blanc.

Au chapitre précédent, saint Jean a rapporté la il vision qu’il eut d’un livre scellé renfermant certaines prophéties sur l’avenir du Christianisme. Maintenant l’Agneau va ouvrir le livre et dévoiler aux yeux de l’Apôtre quelque chose des mystères qui y sont contenus.

L’un après l’autre, les sept sceaux seront brisés, et chacun d’eux laissera entrevoir l’état de l’Église aux points les plus importants de son développement : le premier la montrera à sa naissance, s’élançant à la conquête du monde ; les trois suivants préciseront les différentes persécutions qui l’assailliront tour à tour ; le cinquième manifestera la gloire dont elle jouira, dès le temps présent, en la personne de ses martyrs ; le sixième annoncera le triomphe de l’Antéchrist, et le septième, le commencement de la béatitude éternelle.

Et je vis, dit l’Apôtre, que l'Agneau avait brisé l’un des sept sceaux, et j’entendis l'un des quatre animaux, c’est-à-dire l’un des quatre Évangélistes, qui disait, d'une voix semblable au bruit du tonnerre, parce qu’il était impossible de ne pas l'entendre : « Viens, et vois. Viens, c’est-à-dire approche-toi, non pas physiquement, mais en esprit : approche-toi des divins mystères, au lieu de t’en éloigner, comme le font la plupart des hommes, qui s’en détournent pour s’occuper uniquement des choses terrestres ; applique-toi à les pénétrer ; et, éclairé par la divine lumière, tu verras, tu comprendras ce qu’il y a de caché sous ces symboles. » Et je vis, et voici que s'avançait un cheval blanc. Ce premier cheval, de l’avis unanime des commentateurs, représente les premiers prédicateurs de l’Évangile. Semblables à ces nobles animaux qui ont été pendant des siècles les compagnons inséparables de l’homme à la guerre, et qui mettent au service de leur maître, avec une générosité sans mesure, toute leur vitesse, toute leur force, toute leur ardeur, les Apôtres et les premiers disciples s’élancèrent à travers le monde, portant le Verbe aux nations, se jetant à corps perdu, sous sa conduite, dans la lutte contre le mal. Job déjà avait vu, dans le cheval, l’image du prédicateur de l’Évangile, quand il disait : Le souffle fier de ses naseaux répand la terreur, il frappe du pied la terre, il s'élance avec audace, il court avec ardeur au-devant des hommes armés. Il méprise la peur et ne s'effraie point des glaives. Les flèches sifflent autour de lui, les haches et les boucliers résonnent sans l'intimider. Il écume, il frémit et semble vouloir dévorer la terre; il est intrépide au bruit de la trompette. Dès qu'il entend sonner la charge, il dit : Allons. Il sent de loin la guerre, il comprend les encouragements des chefs et les cris des soldats .


Ce cheval est blanc pour évoquer la pureté insigne des mœurs de ces premiers chrétiens, qui avaient pris dans les eaux toutes fraîches encore du baptême la candeur de la neige, et qui gardaient, au milieu des païens, une sainteté de vie immaculée. Et celui qui le montait, — entendez par là : le Christ, que les Apôtres portaient aux nations, et qui les dirigeait dans toutes leurs démarches, — celui qui le montait tenait un arc à la main. Cet arc n’est autre chose que l’Écriture Sainte, dont les paroles partent comme autant de traits,pour mettre en fuite le démon, pour confondre les ennemis de l’Église, ou encore pour percer les âmes saintes de ces blessures d’amour qui les font mourir au monde et au péché. Il reçut une couronne en signe du droit qu’il possède à la domination universelle. Ce droit lui fut confirmé par son Père, après sa Résurrection, encore qu’en raison de sa nature divine, Il le possédât de toute éternité.

Et il sortit,
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Ven 10 Nov 2023, 12:43 pm

Et il sortit, de ce peuple qui, choisi par Dieu pour encadrer le Messie, s’était montré infidèle à sa mission, l’avait renié, bafoué, crucifié, et s’était employé de son mieux à étouffer l’Église naissante; Il sortit donc de la Judée, vainqueur du démon par son humilité, du monde par sa pauvreté, de la sensualité par sou amour des souffrances ; il sortit pour remporter d’autres triomphes, pour vaincre les hommes par la douceur pénétrante de ses exemples, par la vérité lumineuse de ses enseignements, et ainsi les gagner tous au royaume des cieux.

§ 2. — Les trois autres chevaux.


Mais le démon ne se tint pas pour battu : sur les pas du cheval blanc, il va lancer trois autres chevaux, trois chevaux à lui, qui représentent les trois formes principales de la lutte menée contre l’Église au cours des âges : le cheval roux symbolise les persécutions sanglantes; le cheval noir, les grandes hérésies; le cheval blême, les hypocrisies et les trahisons des mauvais chrétiens.

Lors donc que le deuxième sceau eut été ouvert, saint Jean vit sortir un autre cheval qui était roux, de la couleur du sang. Et celui qui le montait, c’est-à-dire le diable, dont les persécuteurs ne sont que les agents, reçut le pouvoir de faire disparaître la paix de la terre. Dieu, en effet, permit au démon de susciter de violentes tempêtes contre l’Église, comme il lui avait permis jadis d’exercer ses fureurs contre Job, non pour l’anéantir, mais pour faire éclater sa vertu. Il lui donna o glaive de grande taille, quand il le laissa utiliser la puissance romaine à son profit, pour frapper l’Église dans sa chair vive et chercher à la retrancher du monde.

Dès qu’une persécution est déchaînée,
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Sam 11 Nov 2023, 1:04 pm


Dès qu’une persécution est déchaînée, les hommes donnent libre carrière à leurs plus mauvais instincts : ils se dénouent, se pourchassent, se tuent entre eux avec la dernière cruauté. Et cette lutte fratricide pénètre jusqu’au sein des familles, ainsi que l’avait annoncé Notre-Seigneur : Vous serez livrés à la mort par vos parents, par vos frères, par vos proches, par vos amis. C’est pourquoi saint Jean vit ici que les hommes se livraient à la mort les uns les autres.

Mais quand le sang eut coulé à flots, le démon, constatant qu’il ne lui servait à rien de faire des martyrs ; que, tout au contraire l’Église sortait chaque fois plus forte et plus vivace des persécutions dont il l’affligeait, le démon, dis-je, se résolut à changer de tactique, et chercha à détourner les hommes de la vraie foi en fomentant des hérésies. Cette nouvelle forme de guerre est annoncée par le cheval noir, qui sortit à l’ouverture du troisième sceau, et dont le cavalier tenait une balance dans la main. Ce cheval est noir parce que, de toutes les couleurs, celle-là est la plus réfractaire à la lumière : or, les hérétiques sont, de tous les pécheurs, les plus incapables de refléter la lumière de la vérité, c’est- à-dire le Christ lui-même. Le prophète Jérémie avait écrit dans le même sens : Leur visage est plus noir que des charbons.


Sainte Thérèse a bien noté ce point, dans le récit qu’elle fait de la vision où son âme lui fut montrée sous la forme d’un miroir, dans lequel apparaissait Jésus-Christ :

A l’aide de la lumière qui me fut donnée, écrit-elle, je vis comment, dès que l’âme commet un péché mortel, ce miroir se couvre d’un grand nuage, et demeure extrêmement noir, en sorte que Notre-Seigneur ne peut s’y représenter ou y être vu, quoiqu’il soit toujours présent, en tant que donnant l’être. Quant aux hérétiques, c’est comme si le miroir était brisé ; malheur incomparablement plus affreux que s’il n’était qu’obscurci.

Et le cavalier qui le montait
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Lun 13 Nov 2023, 6:38 am

Et le cavalier qui le montait avait une balance dans sa main : entendez par là qu’il pesait les objets dans sa main, et que celle-ci lui servait comme de  balance. C’est là l’image de ce que font les hérétiques lorsqu’ils prétendent juger de toutes choses, et spécialement du sens des Écritures, selon leur propre façon de voir, sans égard pour les règles que l’Église a fixées. Luther tenait une balance dans sa main quand, méprisant un enseignement quinze fois séculaire, il inventait la théorie du libre examen ; et Calvin l’imitait quand il osait établir la société chrétienne sur de nouvelles bases, ou quand il expliquait la présence du Christ dans la sainte Hostie d’une façon jusqu’alors inédite. Les Docteurs véritables, au contraire, et les maîtres authentiques de la foi catholique, enchaînant, avec saint Paul, leur intelligence à la suite du Christ, pèsent toutes choses dans la balance de la tradition, se gardant bien de faire la moindre pression pour en modifier les données. Ils s’attachent fidèlement aux explications développées par les saints Pères et, les exposant à nouveau en des formes plus appropriées aux besoins de leur temps, ils les maintiennent cependant dans le même cadre, selon le conseil de l’auteur sacré : Ne franchis point les bornes vénérables que tes pères ont posées .

Les événements de ces dernières années laissent entrevoir que le cavalier au cheval rouge n’a rien perdu de sa cruauté et qu’il est prêt encore, aujourd’hui comme autrefois, à exercer contre l’Église les violences les plus sanguinaires.

Mais le guerrier au cheval noir n’a pas lui non plus, abandonné la partie. Armé de sa fausse balance, il s’applique sans répit à énerver la foi en viciant l’interprétation authentique de l’Écriture Sainte. C’est lui qui pousse les commentateurs à délaisser trop souvent les poids exacts établis par les Pères, pour leur substituer celui de leur jugement personnel ou ceux des auteurs hétérodoxes.

--------------------------------------------------
Devant cette dévastation,
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mar 14 Nov 2023, 6:10 am




Devant cette dévastation, l’Église éprouve le besoin de rassurer ses fidèles, qui s’alarment et redoutent de voir la foi submergée bientôt sous la marée montante de l’hyper critique et du rationalisme. Du milieu des quatre animaux, c’est-à-dire solidement appuyée sur la doctrine de l’Évangile, elle fait entendre sa voix : « N'ayez pas peur, dit-elle, petit troupeau : la vérité n’a rien à craindre des progrès de l’erreur. Si vous savez rester simples comme des enfants; si vous apportez à Dieu le denier d’une foi pure, confiante, sans réserve, vous obtiendrez toujours, en échange, une double livre de froment, ou trois doubles livres d'orge, c’est-à-dire la double intelligence de l’Écriture, pesée à son vrai poids, dans son sens littéral et dans son sens mystique. » Le froment représente le Nouveau Testament, qui est pour l’âme la nourriture parfaite, comme le blé l’est pour le corps. L’orge, aliment plus rude, symbolise l’Ancien Testament, et il en faut trois mesures : parce qu’au lieu d’avoir l’unité du Nouveau, il se décompose en trois parties bien distinctes : la Loi, les livres historiques et les Prophètes.

Aujourd’hui, comme il y a vingt siècles, Dieu continue de révéler aux petits et aux humbles ce qu’il cache aux savants et aux doctes de ce monde. La vérité peut être obscurcie par les fils des hommes, elle ne sera point entamée. Dieu veille sur elle, il ne laissera pas altérer dans son Église le sens authentique de Sa parole. C’est pourquoi la voix prophétique continue : Ne touchez ni au vin ni à l'huile, marquant par là qu’il est interdit au démon et à ceux qui travaillent pour lui, d’enlever à l’Écriture quoi que ce soit de sa force ou de sa douceur.

Aux persécutions sanglantes, aux hérésies déclarées, le prince des ténèbres ajoute maintenant un nouvel ennemi : ce sont les hypocrites, les hommes qui se donnent les dehors extérieurs de la sainteté et qui, grâce au prestige ainsi obtenu, séduisent les ignorants, pins les entraînent à leur perte. Ce sont eux qui furent montrés à saint Jean, lors de l’ouverture du quatrième sceau, sous la figure d’un quatrième cavalier : Et je vis s’ avancer un cheval blême; et celui qui le montait avait pour nom la Mort; entendez : le démon. Car il est le père de la plus redoutable des morts, de la vraie, de celle qui consiste à séparer l’âme de Dieu pour toujours. Et l’Enfer marchait derrière lui, parce que partout où il passe, il traîne avec lui l’incendie, le désordre et la souffrance. Ce cheval jaune est donc la figure des hypocrites, de ceux qui, menant en apparence une vie sainte et sans tache, engendrent par leur secret orgueil ces innombrables hérésies sournoises, qui renaissent sans cesse sous de nouvelles formes. Ils ont puissance sur les quatre parties de la terre, c’est-à-dire sur les quatre catégories qui se partagent l’humanité, sous le rapport de la croyance en Dieu : les chrétiens, les Juifs, les païens et les hérétiques.

Il se trouve, en effet, de ces séducteurs dans toutes les sectes religieuses, mais surtout dans le christianisme. Ils ont le pouvoir de faire périr les âmes par la famine, en leur supprimant la parole de Dieu et les sacrements ; par le glaive, en les traversant de leurs suggestions perfides ; par la mort, en les séparant de la vie de l’Église; par les bêtes de la terre, en déchaînant secrètement leurs mauvais instincts, qui exercent ensuite de terribles ravages.
---------------------------------------------
§ 3. — Le cinquième et le sixième Sceaux.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mer 15 Nov 2023, 7:51 am

§ 3. — Le cinquième et le sixième Sceaux.


Tel est le tableau sommaire des ennemis qui doivent persécuter l’Église pendant la durée de son existence sur la terre. Pour nous encourager à les attendre de pied ferme, saint Jean va maintenant laisser entrevoir quelque chose des consolations réservées à ceux qui auront souffert pour Jésus-Christ : Et lorsqu'il eut brisé le cinquième sceau, je vis sous l'autel, c’est-à-dire étroitement unies au sacrifice du Sauveur, les âmes de ceux qui ont été mis à mort pour avoir rendu témoignage au Verbe de Dieu.

Et elles criaient, pressées d'un ardent désir de retrouver leurs corps. Mais le désir dont il est parlé ici ne comporte, remarquons-le bien, aucune impatience, aucune inquiétude : il ne tend qu’à voir le royaume de Dieu prendre le plus tôt possible sa forme achevée et parfaite. Elles criaient donc, d'une voix forte : « Jusqu'à quand attendrez-vous Seigneur, vous qui êtes saint dans toutes vos œuvres et véridique dans vos promesses, pour prononcer votre jugement et pour venger notre sang? Quand châtierez- vous, enfin, nos persécuteurs, qui demeurent en paix sur la terre, parfaitement heureux, comme s’ils n’avaient rien à se reprocher, et jouissent de tous les biens périssables, sans désirer autre chose? » Ici encore, gardons-nous de prêter aux Saints des pensées de vengeance : le châtiment qu’ils appellent sur leurs persécuteurs n’est point la réprobation définitive, mais une épreuve temporelle qui porte ces  malheureux à faire pénitence et à éviter ainsi la mort éternelle.

Et il leur fut donné à chacun une robe blanche. Cette robe représente la béatitude que les théologiens nomment essentielle, et dont jouissent dès maintenant les âmes des élus, par la contemplation de l’Être de Dieu ,en attendant la joie complète qui résultera pour elles de la réunion à leurs corps glorifiés.

Et il leur fut répondu qu’ils eussent patience encore un peu de temps : un peu, parce que le délai qui nous sépare du Jugement est peu de chose, si nous le comparons à l’éternité; jusqu’à ce que soit complété le nombre de ceux qui servent Dieu avec eux (c’est-à-dire, des confesseurs) et de leurs frères, qui doivent être mis à mort comme'eux (c’est-à-dire, des martyrs).

Alors, quand les élus auront atteint leur nombre définitif, ils recouvreront leurs corps ; le mal disparaîtra de la terre, et le règne de Dieu s’établira pour l’éternité.

Nous n’en sommes point encore là
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Jeu 16 Nov 2023, 6:26 am

Nous n’en sommes point encore là ; et après ce regard vers le ciel, saint Jean nous ramène au monde présent : voici venir maintenant la dernière persécution, la plus terrible de toutes, celle de l’Antéchrist, marquée par l’ouverture du sixième sceau. Le tremblement de terre qui l’annonce figure le bouleversement général, qui doit être le prélude de ces jours affreux. Le soleil deviendra noir comme un sac de crin; c’est-à-dire : le Christ, le Soleil de justice, sera outragé de mille façons ; il semblera se retirer de la terre, tandis que l’Antéchrist multipliera les prodiges. Alors, selon la parole de Notre- Seigneur, il surgira de faux prophètes, capables d'induire en erreur, s'il se pouvait faire, les élus eux-mêmes . Alors la lune toute entière deviendra semblable à du sang : l’Église sera ensanglantée par la plus cruelle des persécutions. Les étoiles tomberont du ciel sur la terre : les prélats qui devraient servir de lumière et de guide aux autres hommes, apostasieront, séduits par les faux miracles de l’Antéchrist, ou ébranlés par la violence des tourments dont ils seront menacés. Ils dérailleront en grand nombre, ils tomberont comme tombent les premières figues, lorsque le figuier est agité par un vent violent.

Et le ciel disparut comme un livre que l’on roule, c’est-à-dire : l’Écriture deviendra un livre fermé pour l’immense majorité des hommes ; aucun prédicateur ne développera plus le sens de la parole de Dieu ; et le culte de l’Église lui-même, ce culte qui, par ses chants, sa pompe, ses rites, évoque la liturgie du ciel, disparaîtra de la surface de la terre : la persécution sera si générale que le Saint-Sacrifice ne pourra plus être célébré publiquement nulle part ; la vie chrétienne ne subsistera qu’en se terrant dans le secret. Une panique indescriptible s’emparera de l’humanité, à mesure que s’avancera le jour du jugement : les montagnes et les îles seront ébranlées de leur place, parce que ceux qui paraissaient aussi fermes qu’une montagne, aussi indépendants d’esprit qu’une île au milieu de la mer, prendront la fuite ou apostasieront, devant la persécution de l’Antéchrist.

Et ceux qui se croyaient les
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Ven 17 Nov 2023, 6:46 am

Et ceux qui se croyaient les maîtres de la terre : les rois, les princes, les tribuns, dont l’éloquence maniait les foules à son gré, les riches et les puissants; et ceux qui vivaient comme s’ils n’avaient rien à craindre : les esclaves du péché, et les hommes qui se sont affranchis de la loi de Dieu, tous se cacheront dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils diront aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous et cachez-nous devant le visage de Celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau. Car voici que vient le grand jour de leur colère : et qui pourra demeurer ferme? Tous les supplices, en effet, sans en excepter ceux de l’Enfer, seront, de l’aveu des théologiens, préférables aux éclats de l'indignation du Souverain Juge. Job déjà avait dit dans le même sens : A peine aurons-nous entendu une petite goutte de ses paroles, qui donc pourra considérer le tonnerre de sa grandeur?  


QUATRIEME PARTIE

L’EGLISE TRIOMPHANTE
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Sam 18 Nov 2023, 6:24 am

QUATRIÈME PARTIE

L’ÉGLISE TRIOMPHANTE

Chapitre VII. — 1. Après cela, je vis quatre Anges qui se tenaient debout sur les quatre coins de la terre, maintenant les quatre vents de la terre, afin qu’ils ne soufflent point sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. — 2. Et je vis un autre Ange qui montait de l’Orient, ayant le signe du Dieu vivant : et il cria d’une grande voix aux quatre Anges auxquels il a été donné de nuire à la terre, et à la mer : — 3. Disant : Ne nuisez pas à la terre, à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous marquions les serviteurs de notre Dieu sur leurs fronts. — 4. Et j’entendis le nombre de ceux qui furent marqués : cent quarante-quatre mille marqués de toute tribu des fils d’Israël.

— 5. De la tribu de Judas, douze mille marqués : de la tribu de Ruben, douze mille marqués : de la tribu de Gad : douze mille marqués. — 6. De la tribu d’Aser, douze mille marqués ; de la tribu de Nephtali, douze mille marques ; de la tribu de Manassé, douze mille marqués. — 7. De la tribu de Siméon, douze mille marqués ; de la tribu de Lévi, douze mille marqués ; de la tribu d’Issachar, douze mille marqués. — 8. De la tribu de Zabulon, douze mille marqués ; de la tribu de Joseph, douze mille marqués ; de la tribu de Benjamin, douze mille marqués.— 9. Après cela, je vis une foule immense que personne ne pouvait dénombrer, de toutes les races, tribus, peuples, et langues : se tenant debout devant le trône, et en présence de l’Agneau : vêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. — 10. Et ils criaient d’une voix forte, disant : Le salut à notre Dieu, qui est assis sur le trône, et à l’Agneau.

— II. Et tous les Anges se tenaient debout à l’entour du trône, et ils adorèrent Dieu. — 12. Disant : Amen. La bénédiction, et la gloire, et la sagesse, et l’action de grâces, et l’honneur, et la vertu, et la force à notre Dieu pour les siècles des siècles, Amen. — 13. Et l’un des vieillards prit la parole, et me dit : Ceux-ci qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils ? Et d’où viennent-ils ? — 14. Et je lui dis : Monseigneur, vous le savez ; et il me dit : Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation : et qui ont lavé leurs robes et qui les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. — 15, C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son temple : et Celui qui est assis sur le trône étendra sa tente au-dessus d’eux. — 16 Ils n’auront plus faim, et ils n’auront plus soif et ni le soleil, ni aucune intempérie ne tombera plus sur eux : — 17. Parce que l’Agneau qui est au milieu du trône, les gouvernera, les conduira aux sources des eaux vives, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.


§ 1. — Le signe du Dieu vivant
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Dim 19 Nov 2023, 5:08 am

§ 1. — Le signe du Dieu vivant

APRÈS nous avoir montré, au chapitre précédent,  quelque chose des rigueurs du jugement de Dieu, l’auteur, pour nous redonner confiance, va maintenant soulever un coin du voile qui cache à la terre la béatitude des élus : Je vis ensuite, nous dit-il, quatre anges sur les quatre coins de la terre, et qui maintenaient les quatre vents de la terre pour les empêcher de souffler sur la terre, sur la mer et sur aucun arbre. Ces quatre Anges sont en réalité quatre démons : le démon en effet, en tombant du Paradis, n’a pas perdu pour autant la nature angélique. Il continue même, comme les esprits bienheureux, à servir Dieu, encore que ce soit contre son gré : sa jalousie et sa malfaisance sont utilisées par la Sagesse divine pour la probation des justes. Des quatre vents qu’il empêche de souffler sur la terre, représentent la prédication de l’Église, qui répand sur le monde la doctrine des quatre Évangiles. Il sait bien que rien n’est aussi utile aux âmes que la connaissance de la parole de Dieu : c’est pourquoi il s’efforce de l’entraver par tous les moyens. L’auteur du Cantique se sert de la même image quand il appelle ces vents sur l’Épouse pour lui donner toute sa beauté : Lève-toi Aquilon, dit-il ; accours, vent du midi : souffle dans mon jardin, afin qu’il exhale tous ses parfums . De même que la rose des vents, c’est-à-dire toute la variété des courants atmosphériques qui fécondent la terre, est déterminée par quatre points cardinaux, de même la prédication qui apporte aux âmes la semence divine s’ordonne toute entière autour de quatre points fondamentaux : le ciel, l’enfer, la fuite du péché, et la pratique de la vertu.

Le démon cherche à empêcher ces vents bienfaisants de souffler sur la terre, sur la mer, et sur les arbres, c’est-à-dire sur les hommes de toutes conditions ; la terre représente les âmes de bonne volonté, qui sont aptes à se laisser labourer par le soc de la prédication, et à faire fructifier la parole reçue ; la mer est l’image des pécheurs qui sont instables et agités ; les arbres enfin sont la figure des justes, parce que, comme eux, ceux-ci portent des fruits, à savoir, leurs bonnes œuvres ; ils travaillent continuellement à s’élever vers le ciel, ils étendent autour d’eux les branches de leur charité, et abritent les autres hommes sous l’ombre de leurs bons exemples, de leurs conseils, de leurs consolations.

Tandis donc que les démons
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Lun 20 Nov 2023, 6:59 am

Tandis donc que les démons s’efforçaient d’entraver la diffusion de l’Évangile sur la terre, saint Jean vit apparaître un autre Ange dans la direction du Soleil-Levant. Celui-là était l’Ange du grand conseil, c’était le Christ en personne. Il montait de l’Orient, c’est-à-dire : il sortait du sein de la lumière éternelle, et il portait avec lui, pour l’imprimer sur les siens, le sceau du Dieu vivant, le signe qui donne tout pouvoir sur la terre, dans le ciel et dans les Enfers, le signe de la croix. De même, nous voyons, dans le prophète Ezéchiel, un messager céleste imprimer la marque du Tau, c’est-à- dire : de la croix, sur le front des justes de Jérusalem.

Mais ce signe du Dieu vivant, c’est aussi, dans un sens plus général, la puissance que possédait le Christ quand il vivait sur la terre, et par laquelle il manifestait clairement qu’il était, lui-même, le Dieu vivant, le vrai Dieu, égal en toutes choses à son Père. Saint Pierre, témoin quotidien de ses miracles, ne s’y était pas trompé : il l’avait confessé publiquement le premier, à Césarée : « Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Et c’est encore ce signe que le centurion avait su reconnaître dans les prodiges qui suivirent la mise en croix et qui lui arrachèrent ce cri : « En vérité, celui-là était le Fils de Dieu. »

Cette apparition du Christ
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mer 22 Nov 2023, 5:32 am

Cette apparition du Christ, dans la vision que nous analysons, se rapporte plus particulièrement au miracle de la Résurrection et à tout ce qui suivit : c’est alors en effet que Notre-Seigneur se manifesta aux siens avec toute sa puissance. — Et il cria à haute voix, quand la prédication de ses Apôtres se répandit sur toute la terre. Et il fit savoir aux quatre Anges auxquels permission avait été donnée de  persécuter la terre et la mer, — c’est-à-dire aux démons, — que leurs efforts seraient vains, qu’ils n’arrêteraient point le progrès de la nouvelle religion, qu’ils n’empêcheraient pas le Dieu tout-puissant de réaliser ses desseins : d'appeler, de justifier, de glorifier ceux qu'il a prédestinés à devenir conformes à l'image de son Fils . C’est en ce sens qu’il faut entendre les paroles qui suivent : Ne persécutez point la terre, ni la mer, ni les arbres, jusqu’à ce que nous marquions les serviteurs de notre Dieu sur le front. Les serviteurs de Dieu sont marqués sur le front quand ils ne rougissent point de leur foi, ni de la croix de leur Maître. Cette marque n’a pas pour effet de les soustraire aux attaques du démon et aux persécutions des pécheurs, bien au contraire : elle leur donne seulement la force de surmonter toutes ces épreuves et de les faire tourner à leur avantage spirituel.

L’apparition de ce « signe » désigne-t-elle proprement l’impression du « caractère » des sacrements de Baptême et de la Confirmation ? Il n’est pas interdit de le penser : on sait que la Confirmation en particulier est précisément destinée à assurer au chrétien les secours nécessaires pour confesser sa foi en toutes circonstances. Néanmoins, au sens mystique, il convient de voir plutôt, ici, dans ce mot le souvenir de Sa propre Passion, que Notre-Seigneur grave en traits profonds dans l’âme de ses serviteurs, tandis qu’eux-mêmes en marquent leur corps par la pratique assidue de la mortification. Ce dernier signe est celui qu’il était ordonné aux Hébreux de faire sur leurs portes, avec le sang de l’Agneau, la nuit où ils quittèrent l’Égypte, s’ils ne voulaient pas être frappés par l’Ange exterminateur.


2. — Les élus d'Israël.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Sam 25 Nov 2023, 4:03 pm

2. — Les élus d'Israël.

Et j' entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués, à savoir cent quarante-quatre mille, de l'ensemble des fils d'Israël. — Dieu montre maintenant à l’Apôtre bien-aimé l’armée immense de ceux qui, grâce à ce signe mystérieux, auront échappé à la domination du démon. Bien que, dans cette multitude il n’y ait plus de distinction, selon saint Paul, entre le Juif et le Gentil, le Barbare et le Scythe, l'esclave et l'homme libre , saint Jean sépare dans sa description les fils d’Israël de la masse des élus. Il se propose par là un double enseignement. D’une part, il veut faire entendre aux premiers qu’il ne suffit point d’appartenir au peuple choisi et de descendre d’Abraham selon la chair pour être sauvé : Il faut encore compter parmi les signati, il faut avoir été marqué par le Christ du signe de vie. D’autre part, il veut faire ressortir la hiérarchie qui subsistera au ciel entre les chrétiens qui auront suivi la voie étroite des conseils évangéliques et ceux qui se seront contentés du chemin plus large et plus facile des commandements de Dieu. Les Juifs représentent ici les premiers, c’est-à-dire ceux qui ont pratiqué sur eux-mêmes, sur leur cœur, sur leurs yeux, sur leur langue, la circoncision spirituelle, par l’habitude de la mortification.

Ils sont cent quarante-quatre mille,
comme les vierges dont il sera question plus loin, qui suivent l'Agneau partout où il va. Ce chiffre n’a évidemment qu’une valeur symbolique. Sans essayer ici de suivre les Pères dans les explications qu’ils en donnent et qui déroutent un peu nos modernes notions d’arithmétique, nous résumerons seulement leur pensée, en disant qu’à l’analyser simplement selon son énoncé, il renferme en lui la perfection de la charité (mille), celle des œuvres (cent), celle de la pénitence (quarante), celle des vertus évangéliques (quatre), indiquant par là les éléments essentiels de toute sainteté. De plus ces bienheureux sont groupés en douze tribus, pour montrer d’abord qu’ils se rattachent aux douze Apôtres, comme le peuple d’Israël descendait des douze fils de Jacob ; mais pour nous faire entendre aussi que tous les Saints n’ont pas suivi la même voie. Des uns se sont sanctifiés dans la vie active, les autres dans la vie contemplative. Certains ont été admirables par leurs austérités, d’autres par leur esprit de sacrifice, d’autres par leur obéissance, d’autres par leur charité. Les noms des douze tribus, entendus selon leur sens mystique, vont nous préciser douze points dont la pratique assidue peut nous conduire à la perfection.

Remarquons tout de suite
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Dim 26 Nov 2023, 3:24 pm

Revenons maintenant à l’énumération des douze tribus et à son sens mystique : 12.000 marqués de la tribu de Juda. Juda est nommé le premier, bien qu’il ne soit que le quatrième des fils de Jacob.

L’auteur veut nous montrer, par cet apparent illogisme, qu’il s’agit ici de génération spirituelle bien plus que de descendance naturelle. Le nom de Juda en effet, veut dire : "confession " : or la confession des péchés est le premier acte à poser dans l’ordre de la perfection. C’est là que s’acquiert cette vraie connaissance de soi-même qui est la base indispensable de l’ascension en Dieu. Les douze mille marqués de la tribu de Juda représentent donc tous ceux qui, par l’humble aveu de leurs fautes, se sont élevés, comme le Saint Roi David, sainte Marie- Madeleine, sainte Thaïs, et tant d’autres, â la béatitude éternelle.

12.000 de la tribu de Ruben
. Après la connaissance de soi-même, qui est la base de l’édifice spirituel, nous allons voir passer les trois vertus théologales. Et voici d’abord la foi, dont saint Paul nous dit qu’elle est la substance des choses . Elle est représentée par Ruben dont le nom signifie : fils de la vision. Il désigne mystiquement ceux qui, voyant Dieu dans l’obscurité de la foi, se font les fils de cette vision, c’est-à-dire tirent d’elle le principe de leur vie. Mais, parce que la foi est l’objet principal des attaques de l’ennemi des âmes, Ruben est suivi de Gad, qui veut dire : ceint, équipé, armé, parce que celui qui embrasse la foi doit en même temps, nous dit encore l’Apôtre, se revêtir de l'armure de Dieu, afin de pouvoir tenir bon contre les embûches du démon .


La tentation courageusement
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mar 28 Nov 2023, 6:24 am

La tentation courageusement supportée engendre la confiance et la joie. C’est saint Jacques qui nous l’enseigne : Bienheureux l'homme qui supporte la tentation, parce que lorsqu'il aura été éprouvé, il recevra la couronne de vie . Et encore : Estimez comme une joie parfaite, mes frères, que de tomber en des tentations variées . C’est pourquoi Gad est suivi d’Aser qui veut dire « heureux », heureux de cette joie qu’engendre l’espérance. Et voici maintenant la charité : 12.000 marqués de la tribu de Nephtali. Nephtali signifie étendu, dilaté, et figure ceux dont l’amour embrasse l’universalité des hommes, et qui veulent du bien même à leurs ennemis. Mais la charité une fois allumée dans le coeur, remplit peu à peu celui-ci de la pensée de Dieu, au point de lui faire oublier tout le reste. A la tribu de Nephtali succède donc celle de Manassé. Ce nom s’interprète en effet : oublié, et il groupe sous son sens spirituel, tous ceux qui, laissant là les vanités du monde présent, s’appliquent à la méditation continuelle des choses célestes. Sous l’action de cette méditation, la dureté naturelle de leur coeur s’amollit insensiblement ; une vraie douleur les pénètre à la pensée des souffrances qu’a endurées Jésus-Christ, du malheur éternel où se précipitent les âmes des méchants, et par-dessus tout, du mal que font à Dieu nos péchés. — On passe ainsi à la tribu de Siméon, dont le nom signifie : Celui qui entend la douleur. A celle-ci succède la tribu de Lévi, c’est-à-dire : de ceux qui ajoutent, parce que sous la pression de cette douleur, ils multiplient les bonnes oeuvres, ajoutant à la pratique des préceptes de la Loi celle des conseils évangéliques, pour parvenir à la perfection de la charité.

Après les vertus théologales, viennent les vertus cardinales. La justice est représentée par la tribu d’Issachar. Ce nom s’interprète : récompense et convient à tous ceux qui s’acquittent consciencieusement de leurs devoirs, pour obtenir un jour la récompense éternelle. Puis vient la tribu de Zabulon, c’est-à-dire de ceux en qui habite la force — c’est le sens de ce mot, — et qui sont prêts à tout supporter pour l’amour de Dieu. La tribu de Joseph représente la prudence, en souvenir de la conduite exemplaire de ce patriarche en Egypte. Et celle de Benjamin, la tempérance, parce que ce nom, qui signifie fils de la droite, désigne mystiquement tous ceux qui sont fils de leur main droite, c’est-à-dire qui se gouvernent sagement, et se laissent conduire par leur raison, au contraire de ceux qui, «fils de leur main gauche », s’abandonnent au gré de leurs instincts .

§3. — Les élus venus de la Gentilité.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Mer 29 Nov 2023, 5:47 am

§3. — Les élus venus de la Gentilité.

Après cela, je vis une foule immense que personne ne pouvait dénombrer. Personne, c’est-à-dire aucun homme vivant sur cette terre. Car il va de soi que Dieu en connaît tous les individus un par un. Elle était composée de toutes les races, de toutes les tribus, de toits les peuples, et de toutes les langues. Cette énumération est destinée à nous faire comprendre que Notre-Seigneur a effacé toutes les divisions qui séparaient les hommes : il a refait autour de sa personne sacrée l’unité de la race humaine. Tous ces élus ainsi groupés se tenaient debout, stantes, dit saint Jean, par opposition aux réprouvés dont le prophète Amos nous dit qu’ils tomberont, écrasés sons la sentence de damnation, et ne se relèveront pas . Ils se tenaient ainsi en présence de Dieu, jouissant du bonheur ineffable de le voir, et en présence de l'Agneau : parce que la contemplation de la Très Sainte Humanité du Sauveur est pour les bienheureux la source d’une joie particulière. Ils étaient revêtus de robes blanches et tenaient des palmes dans leurs mains : certains commentateurs modernes se sont appuyés sur ce double signe pour soutenir qu’il s’agit ici seulement des martyrs. Mais cette restriction n’est pas justifiée : la robe blanche est le symbole de la pureté recouvrée dans le sacrement de baptême, puis dans celui de pénitence. Les palmes, qui plus tard, il est vrai, sont devenues l’emblème iconographique du martyre, désignent ici simplement les victoires que les élus ont remportées sur eux-mêmes, sur le monde, sur le démon ; qu’ils ont remportées non par de belles paroles, mais par leurs œuvres : c’est pourquoi il est spécifié qu’ils les tenaient dans leurs mains, celles-ci étant le symbole de leur activité.

Et ils clamaient à haute voix, d’une voix pleine d’allégresse et d’amour : Salut à notre Dieu, c’est-à- dire : « Si nous avons été tirés du désastre dans lequel nous avait entraîné le péché de notre premier père, c’est à Dieu que nous le devons ; à Celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, qui a accepté de payer notre dette au prix de son sang. » Ainsi les fidèles attribuent à Dieu et à l’Agneau, indivisiblement, l’œuvre de leur salut.

Et tous les Anges, ceux des plus hautes
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Jeu 30 Nov 2023, 7:04 am

Je vais vérifier, il manque un bout dans les Tribus, Dan...

Embarassed
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Jeu 30 Nov 2023, 4:03 pm

A ceci Remarquons tout de suite .

Il manquait ceci

Remarquons tout de suite que la tribu de Dan ne figure pas dans l’énumération qui va suivre. La tradition a toujours attribué cette omission, certainement volontaire, au fait que l’Antéchrist doit sortir de cette souche. Saint Irénée nous l’enseigne en propres termes :

Jérémie, écrit-il. a fait voir non seulement l’avènement soudain de l’Antéchrist, mais encore la tribu d’où il viendra quand il dit : Le bruit de ses chevaux s’est fait entendre de Dan ; à la voix des hennissements de ses combattants, toute la terre a été ébranlée ; et ils sont venus, et ils ont dévoré la terre, et tout ce qu’elle contient, la ville et ses habitants. C’est pourquoi cette tribu n’est pas nommée dans l’Apocalypse, avec celles qui seront sauvées .

Cette opinion est due aussi au passage de la Genèse, où Jacob compare ce fils à un serpent . La tribu de Dan étant ainsi éliminée, saint Jean, pour rester fidèle au nombre de douze, dédouble celle de Joseph ; mais, au lieu de nommer les deux fils de ce patriarche, Ephraïm et Manassé, comme on s’y attendrait, il mentionne Joseph lui-même, et puis Manassé : c’est qu’en effet il lui répugne de citer Ephraïm parmi les saints, parce que ce fut un descendant de celui-ci, Jéroboam, qui commit le crime horrible d’introduire l’idolâtrie dans le peuple de Dieu, en faisant faire deux veaux d’or et en établissant le culte sacrilège qui leur serait rendu .

De cette double exclusion, il ne faudrait pas conclure évidemment qu’aucun des descendants de Dan, ni d’Ephraïm ne sera sauvé : la pensée de l’auteur ne se limite pas, répétons-le, au peuple Juif; elle embrasse toute l’humanité; il veut nous faire comprendre qu’aucun de ceux qui auront adhéré au parti de l’Antéchrist, comme aucun de ceux qui auront entraîné les chrétiens dans l’idolâtrie, ne pourront prendre rang parmi les bienheureux.



gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Sam 02 Déc 2023, 5:43 am

Et tous les Anges, ceux des plus hautes hiérarchies comme ceux des moins élevées, se tenaient à l’entour du trône et des vieillards, et des quatre animaux, ne formant avec eux qu’une seule Église ; ils se tenaient debout, comme des serviteurs prêts à obéir, comme des gardiens prêts à intervenir, comme des hôtes accueillant des voyageurs au terme de leur parcours. Et ils se prosternèrent, la face contre terre, en présence du trône, et ils adorèrent Dieu, célébrant eux aussi le mystère de la Rédemption. Bien loin d’éprouver la moindre jalousie contre les hommes, pour la tendresse que Dieu marque à l’égard de ceux-ci, ils se réjouissent de leur bonheur, mettant en pratique le conseil donné par l’Évangile au frère aîné de l’enfant prodigue : « Mon fils, vous, vous êtes toujours avec moi et tout ce que j’ai vous appartient ; il fallait vous réjouir de ce que votre frère, qui était mort, est revenu à la vie; il était perdu, et il a été retrouvé . »

Ils disaient : Amen, c’est-à-dire : «  II en est bien ainsi, c’est de Dieu seul que vient le salut ; nous le confessons avec vous. C’est à lui que nous devons tous la bénédiction, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la vertu et la force, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il. » Sept mots, pour manifester l’universalité — puisque c’est là la valeur symbolique du nombre sept — de la gloire de Dieu, et de la louange qu’ils veulent lui rendre. Par bénédiction, ils veulent désigner l’état de béatitude dans lequel ils sont établis, eux qui sont au sommet de la hiérarchie des créatures ; par gloire, la splendeur dont ils sont revêtus et les biens dont ils sont comblés ; par sagesse, la connaissance savoureuse de la vérité, dont ils sont remplis ; par action de grâces, les sentiments de reconnaissance qui les animent. Tout cela, ils le doivent à Dieu, et encore l’honneur d’appartenir à sa cour, la vertu qui leur permet de résister au mal, la force qu’ils trouvent dans la grâce où ils sont confirmés.

Mais ces paroles s’appliquent également aux élus. C’est à Dieu que ces derniers aussi doivent la bénédiction, c’est-à-dire tous les biens dont ils jouissent tant dans l’ordre temporel que dans l’ordre spirituel ; la gloire, c’est-à-dire le rayonnement d’une vie pure ; la sagesse, ou connaissance de Dieu et d’eux-mêmes ; l’action de grâces, au lieu de l’état habituel d’ingratitude où vivent la plupart des hommes et qu’ils tiennent de leurs premiers parents ; l’honneur qu’ils rendent au prochain par leurs bons procédés ; la force de résister aux tentations, et celle de supporter les épreuves.

§ 4. — Où l'un des vieillards parie à Saint Jean.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'APOCALYPSE - Page 4 Empty Re: L'APOCALYPSE

Message  gabrielle Lun 04 Déc 2023, 8:08 am

§ 4. — Où l'un des vieillards parie à Saint Jean.

Et l’un des vieillards, prenant la parole au nom de tous et devinant les questions que je me posais, me dit : « Ceux-là qui sont revêtus de robes blanches, sais-tu qui ils sont, et d’où ils sont venus? Sais-tu par quel chemin ils ont passé, pour parvenir de la misérable condition d’hommes vivant sut la terre, à une telle gloire? » — Et je lui répondis : « Monseigneur, moi je n’en sais rien, mais vous, vous le savez. Voulez-vous me le dire? » — Par là, saint Jean nous montre comment nous devons interroger les témoins de la Tradition pour avoir l’intelligence des visions de l’Écriture. Point n’est besoin d’ailleurs de les consulter tous : l’opinion d’un seul, lorsqu’elle n’est pas combattue par les autres, suffit à nous donner une interprétation exacte. C’est pourquoi le dialogue se limite à un seul des vieillards.

Et celui-ci me répartit : « Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation. » Ils en sont venus, c’est-à-dire qu’ils sont sortis d’elle, ils ont été façonnés par elle. C’est elle qui les a faits ce qu’ils sont. Cette « grande tribulation » désigne l’ensemble des épreuves que doit endurer, de la part du monde, de la chair et du démon, toute âme qui cherche à expier ses péchés. Elle est pénible à la nature, et cependant elle est peu de chose si on la compare aux souffrances du Purgatoire ou à celles de l’Enfer. C’est pourquoi l’auteur se contente de dire qu’elle est grande (magna), mot qui laisse deviner la progression suivante : magna in mundo, major in Purgatorio, maxima in inferno. Ils ont, continue le vieillard, lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. Remarquons qu’il ne dit point : dans leur propre sang, parce que, comme nous l’avons montré tout à l’heure, il s’agit ici non pas des seuls martyrs, mais de tous les élus. Les deux expressions : lavé — et : blanchi ne sont pas absolument synonymes : la première marque que les souillures ont été enlevées par le baptême, ou par la pénitence; la seconde, que ces âmes, en imitant les vertus de Notre-Seigneur, ont pris une belle couleur blanche.

C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu :
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 19486
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum