HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 30 Oct 2022, 8:57 am

On était pressé de revoir notre saint; on avait besoin de le remercier, d'entendre sa douce voix, de se mettre à ses pieds. On trouvait sa prière trop longue ! Si on avait osé le déranger ! mais ce n'était pas possible; il fallait attendre patiemment, et on s'y résignait avec regret, lorsque enfin il reparut à la grande joie de tous. Les quinze hommes qu'il avait sauvés si merveilleusement se prosternèrent devant lui en le remerciant avec larmes et lui demandant sa bénédiction :

Mon Père ! c'est vous qui nous avez sauvés ! lui disaient-ils, c'est vous qui teniez le gouvernail !...  Non, mes amis, c'est la main de Dieu qui l'a tenu ! c'est lui que vous devez remercier, lui seul ! leur répondit le saint Père, en rougissant.

Puis, s'adressant au capitaine :

Maintenant, à la voile ! mon cher Edouardo; Dieu va nous donner la plus heureuse navigation.

Treize jours près, ils touchaient le port de Sancian (1). En quittant le navire d'Edouardo de Gama, le Père de Xavier dit au pilote Francisco d'Aghiar:

« Vous ne périrez pas sur mer, quelque violentes que soient les tempêtes que vous essuierez, et quelque frêle que soit l'embarcation que vous monterez. »


1 Ou Chang-Tchuen-Chan, d'après Malte-Brun. D'autres nomment cette île San-Chan.



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 31 Oct 2022, 6:09 am

Francisco d'Aghiar en avait assez vu pour croire aveuglément aux paroles prophétiques du grand apôtre. A partir de ce moment, il ne s'inquiéta ni du vent, ni de la saison, ni du bâtiment qu'il montait; il chantait pendant la tempête. Surpris un jour par une bourrasque effrayante, en allant de Tenasserim au royaume de Pégu, dans une mauvaise barque où il avait pris quelques passagers mahométans, il conservait sa gaieté d'esprit et ne s'affligea que médiocrement en voyant un navire se briser contre un écueil:

Comment pouvez-vous chanter, lui dit un des passagers, lorsque vous voyez la mort nous menacer ainsi ?

Le Père Francisco, notre saint Père, m'a prédit que je ne périrais pas sur mer ! Quand les vagues seraient dix fois plus hautes, je ne craindrais rien et j'irais, par cette tempête, dans une barque de verre ! Mais vous ne pouvez comprendre cela, vous, vous n'êtes pas de notre religion ! Votre prophète ne fait pas de miracles comme notre saint Père !

Si nous ne sommes pas engloutis, ce sera un miracle, assurément, dit un des musulmans, car je n'ai jamais vu de plus furieuse tourmente, et votre barque ne peut lutter que par un prodige impossible.


Promettez-vous de vous convertir, si nous arrivons à bon port?

Oui ! oui ! s'écrièrent les infidèles; comme nous ne pouvons échapper à la mort sans miracle, nous demanderons le baptême à Tavar.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 01 Nov 2022, 6:56 am


Arrivés à Tavar, ils voient sur le rivage plusieurs bâtiments échoués; ils apprennent que plusieurs ont péri corps et biens, et ils deviennent chrétiens à Tavar même.

Le vaisseau la Santa-Cruz, appartenant au capitaine Diogo de Pereira, était en rade de Sancian, prêt à faire voile pour Malacca, ainsi qu'un autre navire portugais. François de Xavier, intimement lié avec le capitaine de la Santa-Cruz, monta à son bord, le vent changea aussitôt, il devint favorable pour cette direction, et on leva l'ancre le 31 décembre 1551 :

Par une mer aussi calme, dit le capitaine, lorsqu'on eut gagné le large, nous pouvons causer à l'aise. Parlez-nous du Japon, mon Père; êtes-vous satisfait?

Dieu a béni nos travaux, répondit le saint apôtre; l'Evangile fait de magnifiques progrès dans les royaumes de Saxuma, de Firando, d'Amanguchi et de Bungo; il ne manque que des ouvriers à un sol aussi fertile, et j'espère pouvoir y en envoyer bientôt. Mais il faut aussi entreprendre la conversion de la Chine; je vais tâcher d'y pénétrer dès que j'aurai réglé les affaires et les intérêts de la Compagnie dans les Indes où je suis appelé en ce moment. J'ai un catéchisme traduit en chinois...

Mon Père, lui dit Joam Lopez, un des passagers, comment ferez-vous? Non-seulement la Chine ne veut plus de nos vaisseaux dans ses ports, mais encore il est interdit à tout étranger, sous peine de la vie, ou tout au moins d'une captivité perpétuelle, de poser le pied dans l'empire chinois. Quelques-uns de nos marchands l'ont tenté; on les a reconnus: les uns ont été mis à mort, les autres enchaînés comme des malfaiteurs. Je crois que vous n'avez qu'un moyen d'arriver, mon Père : c'est avec une ambassade solennelle au nom du roi de Portugal.

Ce serait un moyen excellent ! dirent tous les Portugais; Joam a raison, mais la dépense serait énorme.

Il faut, ajouta Lopez de riches présents pour l'empereur et les ministres, sans parler des frais d'armement et autres... Le vice-roi ne pourra peut-être pas s'en charger en ce moment où la guerre nécessite des dépenses si considérables?

Je comprends toutes ces difficultés, dit le Père de Xavier, mais je veux espérer dans la Providence...

Mon cher Père, s'écria le capitaine avec empressement, mon vaisseau et ma fortune sont au service de Dieu et au vôtre ! Je vous les offre de grand cœur pour la conversion de la Chine !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 02 Nov 2022, 7:47 am

François de Xavier pressa sur son grand cœur l'ami si digne de lui; il l'embrassa avec des larmes de reconnaissance :

J'accepte ! mon excellent ami, lui dit-il, j'accepte avec joie ! Dieu vous rendra ce que vous lui aurez offert si généreusement. Je me charge d'obtenir du vice-roi l'ambassade nécessaire à mon entrée...

Je ne crains qu'une chose, mon Père ajouta le capitaine, c'est quon retienne mon navire à Malacca pour le service du roi ; car la guerre y est horrible, Père Francisco.

Oui ! lui répondit Xavier. Elle a été bien meurtrière ! mais Dieu, dont la miséricorde est infinie, s'est laissé toucher. Au moment, où, ne pouvant plus résister, la forteresse allait se rendre, les infidèles, frappés d'une terreur panique, ont pris là fuite et la ville est délivrée.


François de Xavier venait de révéler ce que Dieu lui avait fait connaître, avec tant de simplicité et de dignité, qu'on n'osa ajouter un mot. Après quelques moments de silence, le capitaine reprit :

Mon cher Père, vous êtes pressé de vous rendre à Goa, je suis obligé d'aller à Sunda, et la saison est bien avancée pour espérer que vous trouverez un vaisseau prêt pour les Indes en arrivant à Malacca.

Antonio de Pereira y est en rade; il se dispose à mettre à la voile pour Cochin, nous le trouverons prêt à partir, et j'en profiterai, répondit Xavier.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 03 Nov 2022, 7:58 am

En ce moment, un tourbillon subit soulève une violente tempête; c'était le typhon (1), si dangereux dans les mers de la Chine, qui s'élevait avec fureur. L'équipage épouvanté supplie le saint Père, de le sauver, de prier pour obtenir le calme. Le Père de Xavier ne répond pas; il se retire quelques instants dans la chambre du capitaine, et réparait sur le pont, les yeux élevés vers le ciel, le visage animé, l'air inspiré... Il bénit le navire à haute voix, puis il ajoute :

« Le vaisseau la Santa-Cruz ne périra pas sur mer ! Le lieu qui l'a vu construire le verra se détruire de lui-même. Plût à Dieu que celui qui est parti avec nous fût aussi heureux ! mais nous ne verrons que trop tôt quel est son triste sort ! »

Le saint avait à peine achevé de prononcer ces paroles prophétiques, que le tourbillon cessait, la mer devenait aussi calme qu'au départ. Bientôt on aperçoit deux matelots flottant sur une planche; ils font de pénibles efforts pour gagner la Santa-Cruz; on va à leur secours, on les accueille avec empressement... Ces matelots appartenaient à l'équipage dit bâtiment que nous avons vu partir avec celui de Diogo de Pereira, et qui, enlevé par le typhon, avait été brisé contre un écueil; tout avait péri corps et biens. Les deux naufragés qu'on venait de recueillir étaient les seuls dont la Providence eût épargné la vie.

Le capitaine Pereira s'arrêta à Singapour; une frégate allait faire voile de ce port vers Malacca. François de Xavier, bien certain des lumières qu'il avait reçues relativement à la présence du capitaine Antonio Pereira en rade de Malacca, lui écrivit pour le prier de retarder de trois jours son départ pour Cochin. Il écrivit aussi au Père Perez, et lui donna l'ordre de tout préparer, de manière à ce qu'il pût s'embarquer sans retard.


1 Ou taïfong, vent violent des mers de la Chine.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 04 Nov 2022, 8:14 am

La nouvelle de l'arrivée si prochaine du saint Père se répandit en quelques heures dans toute la ville de Malacca :

« Ah ! s'il avait été ici, disait-on de tous côtés, s'il avait été ici, nous n'aurions pas tant souffert de cette horrible guerre ! Il nous aurait été plus secourable que l'armée la plus nombreuse et la plus vaillante ! »

En débarquant, le saint Père trouva la population réunie sur le port et empressée de lui dire tous les malheurs qui l'avaient écrasée en son absence :

Voyez, saint Père, tout ce beau quartier abattu par les Javans !...

Et ici, voyez, mon Père, regardez ! vous ne reconnaîtrez plus cette rue !

Mes bien chers enfants, répondit notre saint, vous êtes retombés dans de si grands péchés ! vous avez tant offensé Dieu ! est-il surprenant qu'il vous ait punis? Faites pénitence ! Vous avez attiré sur vous la colère de Dieu; tâchez maintenant d'attirer sa miséricorde; elle est infinie, ne l'oubliez pas !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 05 Nov 2022, 8:31 am


Celui qu'on accueillait avec tant d'amour et d'empressement faisait son entrée solennelle dans cette ville, qui le regardait comme un souverain, couvert d'une pauvre soutane dont les lambeaux, assez peu adroitement retenus, menaçaient d'échapper au gros fil qui les rattachait l'un à l'autre. Deux jours après, l'humble apôtre soupait chez son ami don Francisco de Païva avec quelques autres Portugais:

Mon Père, lui dit Francisco, vous me paraissez bien beau ce soir; c'est donc pour nous faire honneur que vous avez mis cette belle soutane ?

Le Père de Xavier se regarde, s'examine...

Mais, c'est vrai, dit-il avec surprise, elle est toute neuve !... Comment cela s'est-il fait? Je ne me reconnais pas moi-même !... J'ai pourtant cru mettre ce matin la soutane que je portais hier !


Son étonnement amusait si bien ses amis, qu'il comprit le mot de l'énigme :

Cette belle soutane s'est trompée, je le vois, leur dit-il; elle cherchait son maître dans les ténèbres, et elle m'a pris pour lui.

On avait en effet changé son pauvre vêtement contre un neuf pendant qu'il dormait; il s'était habillé sans s'en apercevoir, il l'avait portée toute la journée sans s'en douter, et il avait fallu que Francisco de Païva lui fit une plaisanterie sur sa tenue de circonstance pour qu'il devinât la petite supercherie de ses amis.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 06 Nov 2022, 8:11 am

Don Pedro de Silva n'était plus gouverneur de Malacca, il était remplacé par son frère, don Alvare d'Ataïde de Gama. Le Père de Xavier alla voir l'un et l'autre; il leur communiqua son projet d'ambassade en Chine, qu'ils approuvèrent dans l'intérêt de la couronne de Portugal aussi bien que dans celui de la religion, et il reçut avec joie la promesse de leur appui:

            Je vous serais infiniment plus utile pour l'exécution de ce plan, lui dit le gouverneur, si j'avais l'intendance maritime, mais je ne suis pas major de la mer (1) j'ignore même à qui cette charge, vacante depuis peu, sera donnée. Mon autorité se borne à la ville ; néanmoins j'emploierai tous mes moyens, je vous le promets, mon Père. Du reste, vous allez voir le vice-roi, vous êtes en faveur près de lui; faites une chose: demandez-lui de me nommer major de la mer, bien que je sois déjà gouverneur de la ville; votre affaire marchera à merveille. Je serai libre d'équiper un vaisseau royal pour cette ambassade, et je tâcherai de faire les choses royalement !

            Senhor gouverneur, répondit Xavier, je présenterai bien volontiers votre demande...

            Non, non, mon Père ! Il faut demander cela comme un simple désir de votre part. Je ne veux y être pour rien !

            Je le ferai, senhor.


Et notre saint, que Dieu ne voulut pas éclairer en ce moment sur les intentions de don Alvare, le quitta plein d'espérance et charmé de son accueil.

Diogo de Pereira, fidèle à sa, noble promesse, lui donna trente mille écus d'or pour les premiers frais, et le grand Xavier, ayant terminé ces arrangements, s'embarqua sur le bâtiment d'Antonio Pereira, qui n'attendait plus que lui; les trois Japonais y montèrent aussi, et on fit voile pour Cochin, où on arriva le 24 janvier 1552.

 
1 Préfet Maritime.


A suivre...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 07 Nov 2022, 7:29 am

Le jeune roi des Maldives avait vingt ans; il n'était pas aimé de ses sujets, une révolte éclate, on veut son trône et sa vie; il abandonne l'un pour sauver l'autre et se réfugie sur la côte de Malabar, espérant que les Portugais lui prêteront le secours de leurs armes, et qu'il ne tardera pas à rentrer en vainqueur dans ses Etats. Mais les armées portugaises, trop occupées dans les colonies indiennes à les défendre contre leurs voisins, ne purent être employées en faveur du prince détrôné; tout ce qu'on put faire pour lui, ce fut de le recevoir dans la ville portugaise qu'il voudrait choisir pour son habitation. Il était à Cochin, il y resta, mais dans une position assez gênée. La Compagnie de Jésus lui offrit un asile dans sa maison, et, quoique mahométan, quoique franchement ennemi de la religion chrétienne, il accepta le bien que les apôtres de cette religion voulaient lui faire pour le consoler du malheur dans lequel ses sujets mahométans l'avaient impitoyablement jeté.

Le Père Hérédia avait entrepris sa conversion;.... elle était difficile. Il se laissa instruire volontiers, il écouta tout ce qu'on voulut; doué d'une intelligence remarquable, il saisissait, comprenait, retenait tout ce qu'on lui enseignait, et appréciait même la vérité dont il ne doutait plus; mais un chrétien pouvait-il espérer de régner aux Maldives ! Le jeune prince voulait ressaisir l'autorité royale qu'on lui avait enlevée

Je crois, disait-il au Père Hérédia, je vois que la vérité est de votre côté; mais si je devenais chrétien mes sujets ne me reconnaîtraient jamais.

Et vous aimez mieux perdre votre âme pour l'éternité, que votre trône pour quelques jours? lui demandait le Père.

Je tiens à régner !...

Vous régnerez au ciel, où il n'y a pas de révolte, et d'où on n'est pas forcé de fuir...

N'en parlons plus, senhor. Je ne serai pas chrétien tant qu'il me restera le moindre espoir de rentrer en possession de mes Etats.

Eh bien ! reprit le Père, nous attendons notre saint Père de Xavier; vous savez qu'il fait tant de miracles, que, pour lui, le plus grand, le plus étonnant, c'est de n'en point faire. Vous verrez qu'il vous baptisera !

Je réponds du contraire, senhor, car il ne le fera pas malgré moi.

Non, prince, c'est vous qui le lui demanderez; vous ne résisterez pas à l'effet de sa présence
Quelques jours après, sacrifiant généreusement ses espérances terrestres aux espérances de la vie future, le jeune prince, fier de cet heureux échange, recevait le baptême solennellement... Saint François de Xavier l'avait embrassé en arrivant.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 08 Nov 2022, 7:43 am

Notre saint ne devait s'arrêter à Cochin que pour attendre un bâtiment faisant voile pour Goa. Pendant ce court séjour, il profita du départ d'un vaisseau allant à Lisbonne, pour écrire au roi de Portugal, au Père Rodriguez, à la Compagnie de Jésus à Rome, et à saint Ignace :


« Mon très-véritable Père, mandait-il à ce dernier, en date de Cochin, le 29 janvier 1552, à mon retour du Japon, j'ai trouvé à Malacca les lettres de votre sainte charité. Dieu sait avec quel plaisir j'ai appris le bon état de votre santé, qui m'est si chère et si précieuse ! Les avis que vous me donnez me remplissent de consolation! Ils respirent toute votre douceur, toute votre piété; je les lis, je les relis, je les médite; mon cœur et mon esprit aiment à s'en nourrir. Quel délicieux souvenir pour moi, que ces derniers mots qui sont venus frapper mon âme : Je suis tout à vous, de manière à ne vous oublier jamais ! En lisant ces mots tracés par votre main, de délicieuses larmes sillonnaient mon visage ! Et encore, à l'instant où je vous écris, elles tombent sur mon papier, à la pensée de cet heureux temps où vous me pressiez dans vos bras comme l'objet d'un amour aussi pur que sincère, et qui me suit encore au-delà des mers? C'est à vos ardentes prières que je dois cette protection divine qui, au milieu des innombrables dangers que je viens de courir sur les mers et sur les terres du Japon, ne m'a jamais abandonné ! .....

« Vous dites, dans l'excès de votre amitié pour moi, que vous désireriez ardemment me voir une fois encore avant de mourir. Ah ! Dieu seul, qui voit le fond de mon cœur, sait quelle vive et profonde impression a faite sur mon âme ce doux témoignage de votre amour ! Chaque fois que je me le rappelle, et cela m'arrive souvent, mes yeux se remplissent de larmes involontaires; et quand se présente à mon esprit l'idée délicieuse que je pourrais vous embrasser encore une fois, car il n'est rien que la sainte obéissance ne puisse faire, je me trouve, à l'instant, surpris par une abondance de larmes que je ne puis arrêter ! »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 09 Nov 2022, 7:39 am

Cette lettre, dont nous ne citerons que ces deux fragments, porte pour suscription : A maître Ignace, mon saint Père en Jésus-Christ.

Avec cette excessive sensibilité qui avait les larmes pour toutes les émotions; avec cette constance dans ses affections, qui de chacun de ses souvenirs faisait une douceur dans le passé, une souffrance dans le présent; avec cette nature si délicatement impressionnable, et tout à la fois si énergique et si puissante, quel devait être le mérite de notre héroïque Xavier ! Eloigné d'abord de quatre mille cinq cents lieues, il se dit, en écrivant au Père de son âme : « Le moindre de vos enfants qui sont en exil si loin de vous! » C'était un sacrifice de chaque jour, que cette séparation ! Mais la gloire de Dieu l'appelle aux Moluques, et sars hésitation il court à douze cents lieues plus loin ! Il entend la voix de Dieu l'appeler au Japon, et il s'élance à travers tous les périls dont on le menace, il met plus de six mille lieues entre l'Europe et lui! Maintenant il a entrevu la Chine, il a vu des Chinois l'écouter avec avidité à Amanguchi; Dieu, à l'instant même, lui donne la parfaite connaissance de leur langue, il en conclut qu'il doit porter la foi dans leur empire, et il ne pense qu'à préparer les moyens d'y pénétrer, heureux d'avoir à sacrifier une fois de plus les vives affections de son cœur à la gloire et au service de Dieu:



« J'ai l'espoir, écrivait-il à la Compagnie de Jésus, que Dieu donnera l'entrée de la Chine non-seulement à notre Société, mais à tous les Ordres religieux (1), comme un vaste champ ouvert à la sanctification de tous, afin qu'ils fassent briller toutes les vertus au milieu de ce peuple mort, et qu'il faut rappeler à la vie !...

« .... Ah ! que ne puis-je vous peindre les consolations que Dieu se plait à répandre sur nos travaux ! Oh ! si je pouvais le faire comprendre à nos Universités européennes ! Si je pouvais les leur faire goûter et savourer ! Si tant de jeunes gens, qui se livrent sérieusement aux études, avaient approché leurs lèvres une fois seulement de ce délicieux breuvage, on les verrait bientôt tourner leurs regards vers les nations infidèles, et ambitionner la gloire d'en faire la conquête au nom du maître souverain de toutes les nations!... »



1 Trente ans plus tard, le Père Ricci, de la Compagnie de Jésus, et à qui deux de ses Frères avaient préparé les voies, parvenait enfin à planter la croix dans cet empire; le vu du grand Xavier était exaucé.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 10 Nov 2022, 8:15 am

Cependant, plusieurs des membres de la Compagnie de Jésus répandus dans les Indes se rendaient à Goa, sur l'ordre du Père de Xavier, et d'autres se trouvant obligés d'y aller pour les intérêts de leurs chrétientés, précisément dans le même temps, notre saint les trouva presque tous réunis au collège de Sainte-Foi, lorsqu'il y arriva dans les premiers jours de février. Mais s'il fut consolé en apprenant de quelles abondantes bénédictions Dieu avait accompagné leurs travaux, s'il fut heureux de savoir que le roi, ayant fait droit à toutes ses réclamations et suivi de point en point tous ses conseils, la religion avait fait les progrès les plus satisfaisants dans les Indes portugaises; s'il fut ravi d'apprendre que le nombre des chrétiens s'élevait à cinq cent mille sur les côtes de la Pêcherie, où le Père Criminale avait été mis à mort par les Badages, il fut bien vivement affligé de l'état dans lequel il trouvait le Collège.

Le caractère indépendant du Père Gomez y avait tout bouleversé; il l'administrait selon ses idées et non selon l'esprit de la Compagnie; il n'avait tenu aucun compte des observations qui lui avaient été adressées. La ville de Cochin désirait un Collège; le Père Gomez est instruit de ce désir et part pour l'aller établir lui-même. Il s'entend avec le commandant de la forteresse qui lui donne l'église de la Mère-de-Dieu, malgré le grand vicaire et malgré la confrérie à laquelle elle appartenait. Le Père Gomez accepte la donation, la confrérie lui intente un procès, il le soutient. Le peuple, accoutumé à l'humilité, à la charité, à la mansuétude des Pères de la Compagnie de Jésus, ne comprend rien à sa ténacité et s'irrite contre lui. « Si le saint Père le savait ! » répétait-on de tous côtés. Il s'était fait des ennemis à Goa, il mit contre lui toute la ville de Cochin. Les réclamations s'élevaient vives et nombreuses; elles se firent entendre jusqu'au pied du trône; elles allèrent jusqu'au saint fondateur de la Compagnie; il avait bien fallu en appeler au Père de Xavier, et le grand apôtre avait tout quitté, il avait franchi plus de deux mille lieues, il était à Goa.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 11 Nov 2022, 7:21 am

L'affaire de Cochin avait été réparée. François de Xavier, dans le peu de jours qu'il venait d'y passer, avait réuni, à la cathédrale, le grand vicaire, le commandant, la Confrérie de la Mère-de-Dieu; il s'était mis à genoux, il avait demandé pardon à tous du scandale occasionné par la conduite du Père Gomez, et il leur avait remis les clefs de l'église à laquelle il renonçait au nom de la Compagnie. La Confrérie, profondément pénétrée d'édification pour tant d'humilité et de désintéressement, lui avait rendu les clefs de l'église dont elle lui avait fait une entière donation.

Il était moins aisé de réparer le mal fait au Collège de Goa. Xavier ne recula devant aucune dés mesures nécessaires. Il renvoya les jeunes Portugais que Gomez y avait admis trop légèrement ; il y rappela les jeunes Indiens qu'il en avait expulsés; il rétablit le séminaire tel qu'il était auparavant; enfin, il fit au Père Gomez de sages représentations qui furent accueillies avec assez de hauteur pour forcer le Père de Xavier à user de sévérité. Il envoya Gomez à Diu, et donna l'ordre au supérieur des Pères qui y résidaient de lui signifier son expulsion de la Compagnie, et de l'engager à retourner en Portugal par le premier bâtiment qui ferait voile pour Lisbonne. Les ordres du saint apôtre furent exécutés: Antonio Gomez s'embarqua pour le Portugal; mais il n'y arriva pas; le naufrage du vaisseau sur lequel il était monté l'envoya dans l'éternité !...

François de Xavier venait de recevoir de Rome le titre et les pouvoirs de Provincial de la Compagnie de Jésus pour les Indes et pour tous les Etats de l'Orient; saint Ignace lui communiquait en unième temps tous les privilèges qui lui avaient été accordés à lui-même comme chef de l'Ordre, avec pouvoir de les passer à ceux de la Compagnie à qui il les jugerait utiles.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 12 Nov 2022, 7:10 am

Muni de ces pouvoirs, le Père de Xavier nomma le Père Barzée vice-provincial, et en même temps, recteur du collège de Sainte-Foi. Il força l'humilité du Père Barzée à subir ces deux charges dont il l'investit en présence de tous les Pères réunis, après quoi il s'agenouilla humblement devant lui pour reconnaître son autorité. Le Père Barzée, profondément humilié de voir à ses pieds le grand apôtre de l'Orient, se prosterne sans pouvoir prononcer une seule parole; puis, il essaie de redire son insuffisance et son indignité, mais il est forcé d'obéir. Le Père de Xavier ordonne à tous, en vertu de la sainte obéissance, d'obéir au vice-provincial comme au Père Ignace, et il lui ordonne à lui-même d'expulser de la Compagnie ceux qui agiraient indépendamment de son autorité, ou qui résisteraient à ses ordres, quelles que fussent d'ailleurs leurs vertus et leurs qualités, et quels que fussent leurs talents. L'obéissance étant à ses yeux la première vertu du religieux, tout le reste devait être, compté pour rien dans celui qui ne la possédait pas.

Il donna des instructions écrites et détaillées au vice-provincial sur l'administration temporelle et spirituelle de la Compagnie et du collège; puis, il désigna à chacun des Pères le poste qu'il devait occuper désormais, et, toutes ces choses réglées, il s'occupa des préparatifs de son voyage en Chine.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 13 Nov 2022, 7:07 am

Le vice-roi, à la demande de François de Xavier, donna à Diogo de Pereira le titre et les pouvoirs d'ambassadeur en Chine; il le chargea de présents pour l'empereur et fit tous ses efforts pour seconder les projets de Xavier. Pereira, de son côté, fit les frais de magnifiques chasubles de drap d'or, de parements d'autel de brocard, de tableaux religieux dus au pinceau des meilleurs artistes, enfin de brillants ornements d'église, destinés à donner aux Chinois une idée de la majesté du culte catholique, et à les prévenir par là en faveur de la religion qu'on venait leur annoncer. Le 7 avril, le Père de Xavier écrivait au roi de Portugal : « Nous partons, au nom de Votre Altesse, avec de riches présents que Diogo de Pereira a achetés partie aux frais de votre trésor, partie aux siens; mais nous en portons un autre si précieux, qu'aucun roi que je sache n'en fit jamais d'aussi magnifique à un autre roi: c'est l'Évangile de Jésus-Christ ! Si l'empereur de la Chine en connaît un jour la précieuse valeur, il y attachera plus de prix qu'à tous ses trésors. J'espère que Dieu jettera enfin un regard de miséricorde sur ce vaste empire, qu'il éclairera ces peuples créés à son image et qu'il leur fera connaître Jésus-Christ Sauveur de tous les hommes.

« Je pars avec Pereira et un de nos Frères. Le but de cette ambassade est de demander la délivrance des Portugais retenus captifs en ce pays, et de proposer un traité d'alliance entre Votre Altesse et l'empereur de la Chine. Mais mon but personnel est de déclarer la guerre à l'ennemi de Dieu et des hommes. C'est donc au nom du Roi des rois que je me présenterai devant l'empereur et devant ses sujets, en leur annonçant que ce n'est plus au démon, mais à Dieu leur Créateur, à Jésus-Christ, leur Seigneur souverain, qu'ils doivent rendre hommage !

« C'est une entreprise qui peut paraître téméraire et audacieuse, que celle d'aller se présenter devant un puissant monarque pour le convaincre d'erreur ; si cette mission est déjà périlleuse en face des princes chrétiens, combien doit-elle L'être davantage en présence de la barbarie ! Mais Dieu lui-même est notre but; lui seul nous anime, il nous soutiendra. Cette pensée nous remplit de confiance et d'espérance; appuyés sur son bras tout-puissant, nous oserons tout pour sa gloire. Que craindrions-nous? Qu'avons-nous à redouter? Nous ne devons craindre que le malheur d'offenser Dieu; nous ne devons redouter que les effets de sa colère.  

« .... Ma confiance n'a plus de bornes, lorsque je considère que pour une mission aussi sublime, pour porter le flambeau de la vérité dans un autre monde pour ainsi dire au milieu des ténèbres de la superstition et de la barbarie, Dieu a daigné nous choisir, nous, le plus lâche et le plus grand des pécheurs ..... « Il faut donc que ma volonté réponde à la confiance et à l'ardeur qu'il a plu à Dieu de m'inspirer, dans sa miséricorde infinie; il faut que je sois toujours prêt à voler où sa voix m'appelle pour y proclamer sa divine loi, puisqu'il veut bien m'en donner les moyens par l'entremise de Votre Altesse.

« Ma reconnaissance pour les personnes qui représentent ici Votre Altesse, et qui m'ont secondé dans mes plans pour la gloire de Dieu, m'a fait solliciter auprès de vous plusieurs grâces en leur faveur. Mes désirs ont été pleinement satisfaits. Daignez, Senhor, agréer mes sincères remerciements; pour moi, j'en conserverai un souvenir éternel. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 14 Nov 2022, 6:31 am

C'est encore de Goa que le grand apôtre écrivait cette admirable lettre au Père Cypriano, où après l'avoir repris sévèrement de l'imprudence de son zèle et de son peu d'empire sur son caractère emporté; il ajoute :



« Jusqu'ici j'ai dicté; maintenant, je prends la plume : reconnaissez mon écriture et mon cœur.

« O mon cher Cypriano ! si vous saviez quels sentiments d'affection pour vous m'ont inspiré cette lettre, vous n'oublieriez jamais François de Xavier ! vous l'auriez toujours présent à l'esprit, et peut-être répandriez-vous des larmes abondantes, en songeant à la charité dont son cœur brûle pour vous. Ah ! si le secret des cœurs pouvait être pénétré en cette vie ! vous verriez, mon Frère Cypriano, quelle place profonde vous tenez dans le mien !

« Je suis tout à vous, à ne vous oublier jamais. »



« FRANÇOIS. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 15 Nov 2022, 5:38 am

Le moment du départ approchait. Saint François de Xavier employa les dernières nuits qu'il passait au Collège à donner ses avis aux Pères qu'il allait quitter. Trop occupé le jour pour leur adresser à tous les exhortations et recommandations qu'il jugeait leur être utiles dans leur vie d'apostolat, si dure et si difficile au milieu de ce mélange d'Indiens et de Portugais, il leur consacrait les premières heures de la nuit, se réservant le reste pour l'oraison. Il écrivit ses instructions pour chacun de ceux dont le poste offrait plus de difficulté, et les seules recommandations qu'il laissa au Père Barzée, vice-provincial, n'ont pas moins de soixante-dix pages, qu'on ne peut lire sans une admiration soutenue de la première à la dernière ligne.

Enfin l'heure étant venue, l'illustre apôtre se sépara de ses Frères le 12 avril 1552, et s'embarqua sur un vaisseau royal qui faisait voile pour Malacca. En vue de Sumatra, une violente tempête menace de le submerger, le capitaine parle d'alléger le bâtiment en jetant la surcharge à la mer

            Arrêtez ! capitaine, lui dit le Père de Xavier; la tempête va cesser avant le coucher du soleil, et d'ici-là nous n'avons rien à craindre.

Le capitaine savait la valeur des paroles de Xavier; il obéit et peu après le calme se faisait. Le soleil était encore sur l'horizon.

On approchait de Malacca. Le visage du saint Père s'altère subitement; c'est une impression de tristesse qui afflige ceux qui l'entourent :

Mon Père, vous souffrez ? lui demande-t-on.

Oh ! oui, répondit-il, et beaucoup ! Priez pour la malheureuse ville de Malacca, car elle est en proie à une maladie contagieuse qui la décline en ce moment.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 16 Nov 2022, 6:48 am

III




Tous les membres de la noble famille d'Azpilcueta de Asnarez étaient réunis depuis quelques jours au vieux manoir de Xavier, berceau de tous. Chacun avait reçu sous son toit les premières caresses et la première éducation; chacun y avait recueilli plus tard la dernière bénédiction et le dernier soupir d'un père et d'une mère tendrement vénérés, et chacun aimait à s'y retrouver tous les ans avec la compagne quil s'était choisie et les enfants qu'elle lui avait donnés. Un seul manquait dans ces douces réunions de famille; un seul était toujours absent; mais il était toujours aimé, et les souvenirs qu'il avait laissés à ses frères étaient bien chers à tous. D'ailleurs, celui qui manquait, et dont on se plaisait à respecter la place vide à la table et au foyer, n'était-il pas la plus magnifique illustration de la noble et pieuse famille? Ils étaient tous plus fiers du grand apôtre des Indes et du Japon, que de tous les aïeux dont les portraits et les armures figuraient dans la grande galerie du château. C'était même lui, ce cher absent, qu'on ne devait plus revoir en ce monde, qui donnait lieu à la réunion qui nous occupe, réunion anticipée, car on n'était encore qu'au mois d'avril. Mais, dès les premiers jours de février 1552, le châtelain de Xavier avait mandé à ses frères, dont les uns étaient à la cour, les autres dans leurs terres, qu'un évènement merveilleux, arrivé au manoir, et qu'il attribuait à la grande sainteté de leur cher Francisco, lui faisait désirer leur présence le plus tôt possible. Au reçu de ce message, ses frères s'étaient concertés par lettres, et chacun avait pris ses mesures pour se trouver à Xavier dans les premiers jours d'avril; car on voyageait alors à bien petites journées, surtout quand il fallait emmener sa femme et ses enfants.

Le vendredi de la Passion, toute la famille s'était rendue de bonne heure à la chapelle, où l'aumônier allait offrir le saint sacrifice. Tous avaient les yeux fixés sur le grand crucifix de bois peint et de grandeur naturelle, dont nous avons parlé: ce crucifix que don Francisco avait aimé et que sa mire aimait à entretenir de celui que Dieu, dans son amour de préférence, avait ravi à sa tendresse maternelle. Tout à coup, plusieurs cris s'échappent à la fois;... toutes les têtes se sont inclinées;... des sanglots se font entendre...

La merveille se renouvelait !... Du crucifix on voyait couler du sang.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 17 Nov 2022, 7:55 am

Ce miracle se reproduisait régulièrement tous les vendredis; quelquefois même le sang perlait sur toute l'étendue du corps, comme une abondante sueur, et les plaies des mains, des pieds et du cœur n'en coulaient pas moins abondamment. Cette merveille s'était manifestée pour la première fois, le premier vendredi de janvier; elle s'était renouvelée le second, puis encore le troisième; on avait averti l'autorité ecclésiastique, et l'évêque, après avoir été témoin du fait, avait appelé l'inquisiteur, le gouverneur de la province, le commandant de la citadelle, toutes les autorités de Pampelune à le vérifier; toutes l'avaient constaté et certifié. Il était naturel que le Seigneur de Xavier désirât que toute sa famille fût témoin de ce prodige.

Dans les lettres de saint François de Xavier, nous n'en trouvons aucune adressée à sa famille pendant toute la durée de son apostolat dans les Indes; mais n'eussions-nous d'autre preuves des sentiments qu'il conservait pour elle que le miracle du crucifix dans la chapelle du château de ses pères, elle serait plus que suffisante.

On est généralement persuadé, dans le monde, que la vocation religieuse éteint de son souffle toutes les affections de famille, et que celui qui se sépare des siens pour suivre la voie dans laquelle il est appelé, n'a rien à sacrifier de son côté. L'illusion est complète. Nous avons entendu dire plusieurs fois, même à des personnes pieuses:

« Oui, saint François de Xavier est un grand saint assurément; mais il a refusé de voir ses parents, avant de partir pour les Indes, et c'est bien dur ! Un fils n'a pas le droit d'imposer un tel sacrifice à sa mère ! c'est contre nature! »

Ce qui équivaut à dire qu'un fils qui entend d'un côté la voix de Dieu, et de l'autre la voix de sa mère, n'a pas le droit d'obéir à la première; ou que Dieu n'a pas le droit de demander un sacrifice héroïque à celui qui s'est voué tout entier à son service et à sa gloire. Si notre saint eût moins aimé sa famille, il n'aurait pas cru devoir offrir à Dieu la privation de la revoir une dernière fois en ce monde. Cette sublime abnégation n'est pas contre nature; elle est surnaturelle, ce qui est bien différent.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 18 Nov 2022, 7:16 am

Ceux qui jugent ainsi cette action héroïque du généreux Xavier, n'ont pas lu sa correspondance. Ils n'ont pas pénétré dans cette âme si aimante et si tendrement expansive: ils n'ont pas compris ce cur qui laissait tomber tant de larmes sur les souffrances du prochain, qui trouvait de si douces consolations pour toutes les douleurs, qui avait de si tendres caresses pour l'enfance, qui témoignait une si compatissante charité pour toutes les misères !... Ils n'ont pas compris celui que les lépreux et les pestiférés appelaient leur père, leur ami, leur consolateur ! celui à qui les pauvres osaient baiser les mains, parce que son humilité ne leur permettait pas de lui baiser les pieds ! ...

Mais Dieu savait tout ce que le grand Xavier souffrait pour son amour et pour sa gloire, et il semblait vouloir témoigner à toute la famille de l'illustre saint combien étaient vives et profondes les douleurs de son laborieux apostolat, et de quelles abondantes consolations il était soutenu dans cette vie d'immolation et de sublime dévouement à la gloire de Dieu et au salut des âmes. Dieu semblait témoigner qu'il partageait les souffrances de l'héroïque apôtre qui affrontait tant de périls, bravait tant de dangers, supportait tant de fatigues pour l'honneur de son nom.

La famille de notre saint le comprit ainsi. Elle prit note des jours où le sang coulait en plus grande abondance des plaies et du corps du crucifix, et, plus tard, en rapprochant les dates et,lès faits, il fut reconnu, assurent, les historiens, que le sang coulait davantage lorsque le saint apôtre courait de plus grands périls ou éprouvait de plus grandes souffrances.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 20 Nov 2022, 7:03 am

Arrivé à Malacca, François de Xavier trouva cette ville en proie à une épidémie contagieuse qui dévorait ses habitants. Les malades étaient sans secours; les morts sans sépulture, les Pères, de Compagnie de Jésus se dévouaient sans pouvoir suffire à tant de besoins; Xavier, qui savait se multiplier en quelque sorte, fit un hôpital du Collège, remonta les courages, prodigua ses soins et ses consolations, ne prit plus un seul instant de repos, fit des prodiges et se fit bénir de tous, comme toujours. Ni lui ni ses Frères ne furent atteints de la contagion.

La peste ayant diminué d'intensité, Xavier pensait à préparer son voyage en Chine, lorsque, entrant un jour dans une rue d'où il entendait pousser des cris de douleur, il en demanda la cause et apprit qu'une pieuse femme, depuis longtemps sous sa direction, venait de perdre son fils subitement.

François Xavier avait imprudemment approché ses lèvres de la pointe d'une flèche indienne; il était mort presqu'aussitôt après : la flèche était empoisonnée. Le Père de Xavier pénètre dans cette maison de deuil, il est touché de tant de larmes, et dit au mort :

« Francisco ! au nom de Jésus-Christ, levez-vous ! » Francisco se lève, et retrouvant une vie qui lui a été rendue pour la gloire de Dieu, il va la lui consacrer tout entière dans la Compagnie de Jésus.

Cependant notre saint avait apporté au gouverneur le brevet de major de la mer, que le vice-roi lui accordait par considération pour, le Père de Xavier à qui on ne refusait rien. Don Alvare reçut, avec le témoignage d'une sincère gratitude, ce nouveau titre qui augmentait considérablement sa fortune et son autorité. Xavier espérait qu'il allait se hâter d'en faire usage en activant l'armement d'un vaisseau pour l'ambassade, et il attendait depuis bien des jours sans voir les moindres préparatifs, lorsqu'il apprit que don Alvare avait juré que l'ambassade n'aurait pas lieu, qu'il l'entraverait de tout son pouvoir, et qu'il venait de donner l'ordre d'enlever le gouvernail de la Santa-Cruz, afin que Diogo de Pereira ne pût partir malgré lui.

Il y avait deux motifs à l'opposition du gouverneur: L'année précédente, il avait demandé à Diogo de Pereira de lui prêter une somme d'argent que Diogo lui avait refusée, ayant de bonnes raisons de suspecter sa solvabilité. Don Alvare s'était promis le plaisir de la vengeance. A ce premier motif d'opposition venaient se joindre ceux de la jalousie et de la cupidité. Don Alvare trouvait mauvais qu'on ne l'eût pas choisi pour ambassadeur, et qu'on eût honoré de cette dignité un homme de naissance inférieure et qui avait fait sa fortune dans le commerce maritime.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 21 Nov 2022, 7:44 am

Xavier lui fit offrir une somme considérable pour satisfaire sa soif de l'or, et acheter ainsi sa bonne volonté; il échoua. Don Alvare voulait tout ou rien. Oubliant les soins que le père de Xavier lui avait prodigués dans la maladie grave qu'il venait de subir oubliant que ce bon Père était allé chaque jour dire la messe dans sa chambre pendant toute la durée de cette maladie ; oubliant enfin tout ce qu'il devait au saint apôtre, Don Alvare résolut de se porter aux dernières extrémités contre lui. Ses plus sincères amis lui représentèrent vivement les peines portées par les lois contre les fonctionnaires qui entravaient la navigation des vaisseaux marchands portugais, et le danger d'encourir le mécontentement du roi, en refusant au saint Père Francisco les moyens de propager et d'étendre la foi; rien ne put fléchir l'intraitable gouverneur. Prenant sa canne et menaçant les officiers .qui ne lui parlaient ainsi que dans ses intérêts personnels, il leur dit :

Je suis trop vieux pour recevoir des conseils ! J'ai juré que Diogo de Pereira ne passerait en Chine ni à titre d'ambassadeur, ni à titre de marchand, et je vous déclare qu'il n'ira pas, tant que je serai gouverneur de Malacca et major de la mer ! Si le Père de Xavier a tant d'envie de prêcher les païens, s'il a tant de zèle pour leur conversion, qu'il aille dans le Brésil ! qu'il aille dans le Monomotapa !...

Francisco Alvarez, en sa qualité de commandant de la citadelle, voulait faire reprendre d'autorité le gouvernail de la Santa-Cruz. Xavier s'y opposa. Le gouvernail était sous la garde de soldats forcés d'obéir au gouverneur, ils l'auraient défendu, l'affaire aurait pu provoquer une révolte générale contre l'auteur de cette criante injustice, Xavier ne pouvait l'autoriser; il tenta une autre voie. Il pria don Joam Soarez, grand vicaire, d'aller porter au gouverneur les lettres du roi, ordonnant à tous ses officiers de terre et de mer de faire tout ce qui serait en leur pouvoir pour seconder les intentions du Père de Xavier, et le décret du vice-roi Alphonso de Noronha déclarant criminel d'État quiconque mettrait obstacle à l'ambassade qu'il envoyait en Chine, au nom du roi Jean III. Le grand vicaire se rendit an désir du saint apôtre, et porta ces pièces à don Alvare, dont l'emportement devint furieux à cette vue :

Eh ! que m'importent les intérêts du roi ! s'écria-t-il en pâlissant de colère. Le roi le veut, moi je ne le veux pas ! Je serai le maître ! L'ambassade ne partira pas !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 22 Nov 2022, 7:37 am

Don Alvare d'Ataïde était frappé d'aveuglement tous les moyens employés pour l'éclairer semblaient épaissir les ténèbres de son esprit, et augmenter la dureté de son cœur. Non content de mépriser les ordres de son souverain, il se,répandait en paroles outrageantes pour le grand apôtre des Indes, qu'il savait être un objet de vénération pour la ville entière; mais l'humble Père de Xavier ne lui témoignait que douce charité en retour de ses coupables insultes.

Cependant, le temps de la navigation s'écoulait, les moments étaient précieux, François de Xavier avait épuisé toutes les ressources de sa charité pour vaincre le mauvais vouloir de don Alvare par les voies de la douceur; il crut devoir employer, enfin celles de la sévérité.

Dans le seizième siècle, la science n'avait pas encore fait assez de progrès, les lumières n'étaient pas assez généralement répandues pour avoir éteint la foi dans les âmes, au point de les rendre indifférentes aux effets des grandes menaces de l'Eglise; il était réservé au siècle des lumières et du progrès, au siècle de la perfectibilité, de rire de ses anathèmes, de se moquer de ses foudres, de méconnaître son autorité divine. Don Alvare d'Ataïde devançait son époque.

Xavier n'avait laissé connaître qu'à l'évêque de Goa les pouvoirs qu'il tenait du Saint-Siège; les seigneurs de la cour de Portugal, qui se succédaient dans les Indes en qualité de vice-roi, savaient que le Père Francisco de Xavier était légat du pape; mais ils l'avaient appris à la cour. Depuis dix ans que le saint apôtre était dans les Indes, il ne se présentait partout que sous le titre le plus cher à son cœur : celui de membre de la sainte Compagnie de Jésus. Cependant, il fallait tenter encore un moyen de vaincre l'obstination de don Alvare; le Père de Xavier s'y résigna. Il mit sous les yeux de don Joàm Soarez le bref qui l'honorait de la divinité de légat apostolique pour tout lOrient, en lui conférant tous les pouvoirs qui y sont attachés; puis, il lui remit la requête suivante, en le priant de la faire connaître au gouverneur.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 23 Nov 2022, 8:02 am


« Sur la demande du roi notre senhor, le souverain pontife Paul III m'a envoyé dans les Indes, avec la mission d'y répandre la lumière de l'Evangile, d'y faire connaître le culte dû au Créateur de l'univers, d'y convertir à la véritable foi les, hommes créés à l'image de Dieu. Pour donner à cette mission plus d'efficacité, pour écarter plus aisément les obstacles qui pourraient l'entraver, le même souverain pontife m'a donné le titre et les pouvoirs de légat apostolique pour tout l'Orient. Il en a adressé le bref au roi de Portugal, en y joignant des lettres de sa main, confirmant, par cet imposant caractère la mission que j'avais eu l'honneur de recevoir. Appelé près du roi, au moment de mon départ pour les Indes, Son Altesse me remit le bref du souverain pontife et les lettres de son approbation royale. A mon arrivée dans les Indes, je présentai ces titres au senhor évêque de Goa, don Joam d'Albuquerque, qui les reconnut et les approuva comme il convenait.

« Aujourd'hui, le même senhor évêque m'envoie porter la foi dans l'empire de la Chine, espérant de cette mission les résultats les plus avantageux pour la gloire de Dieu. Vous pourrez vous convaincre des sentiments du senhor évêque à cet égard, par la lecture de la lettre qu'il adresse à l'empereur de la Chine, que je joins ici.

« Le vice-roi des Indes, afin de me faciliter l'entrée de la Chine et de garantir ma personne, dans l'intérêt de la religion que je prêche, envoie un ambassadeur à l'empereur de la Chine, avec des lettres qui témoignent de l'authenticité de sa mission: cet ambassadeur est Diogo de Pereira.

« Francisco Alvarez, officier royal, commandant de la citadelle et inspecteur des finances de Son Altesse le roi de Portugal, a ordonné l'exécution des volontés écrites du vice-roi relativement à cette ambassade.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 12 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 24 Nov 2022, 7:27 am


« Le gouverneur de Malacca s'oppose seul à l'accomplissement des ordres du vice-roi. Il met obstacle au départ de l'ambassadeur, et par conséquent à la prédication de l'Evangile. Il entrave la liberté du ministère apostolique dans une entreprise évidemment agréable à Dieu. Je vous prie donc, je vous conjure avec instance, au nom de Dieu et du senhor évêque de Goa, votre supérieur ecclésiastique, et dont vous êtes le représentant en ce pays, d'expliquer au gouverneur de Malacca le sens des décrets du Saint-Siège : Qui vero de c*tero, qui contiennent une sentence d'anathème contre ceux qui s'opposent au ministère du légat apostolique. Conjurez don Alvare, pressez-le, suppliez-le, au nom de Dieu même, de lever les entraves qu'il a mises à notre ambassade envoyée par le vice-roi et le senhor évêque. Et si après toutes vos instances, il persiste dans son opposition, vous lui déclarerez qu'il est à l'instant même retranché du sein de l'Eglise et n'a plus de part à sa communion. Dites-lui bien que ce n'est pas en vertu de votre autorité, ni de celle du senhor évêque; que ce n'est pas non plus en vertu de la mienne qu'il est excommunié, mais par la puissance suprême des souverains pontifes qui ont rendu ces saints décrets.

« Vous le supplierez ensuite, en mon nom, par les plaies sacrées de Jésus-Christ Notre-Seigneur et par sa sainte mort, de ne pas mériter plus longtemps des peines aussi graves, s'il ne veut encourir de la part de Dieu des châtiments dont il ne saurait prévoir la rigueur.

« Ces mesures prises, je vous prie de me renvoyer cette requête en y joignant par écrit la réponse du gouverneur, afin que ces documents présentés au senhor évêque, ne me laissent pas soupçonner de négligence dans l'inexécution d'une expédition entreprise sous ses auspices.

« Je vous conjure de ne mettre aucun retard dans l'accomplissement de ce devoir de votre ministère, car la saison propre à la navigation dans les mers de la Chine est déjà très-avancée. La démarche que vous allez faire est une œuvre utile à  la gloire de Dieu, et je la désire très-vivement. Je ne puis croire que don Alvare soit assez endurci pour braver les foudres de l'Eglise en persistant à s'opposer à notre départ. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12465
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum