HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 06 Oct 2022, 7:54 am

Juan Fernandez prêchait un jour sur une place, la foule l'écoutait avec recueillement, lorsqu'un homme du bas peuple s'approche et lui crache effrontément au visage ! Fernandez, formé à l'école de l'humble Xavier, ne paraît pas s'émouvoir de l'outrage qu'il a reçu; il prend son mouchoir avec le plus grand calme, il essuie son visage et il continue à parler sans même chercher à voir d'où est partie cette ignoble insulte.

L'héroïque patience de Fernandez fut appréciée et admirée comme elle méritait de l’être; elle produisit de nombreuses conversions parmi les païens qui en furent témoins, et il y en avait de toutes les classes. L'un d'eux, remarquable par sa, naissance et son instruction, et qui reçut au baptême le nom de Laurent, devint chrétien si fervent, qu'après des épreuves suffisantes, Xavier le reçut dans la Compagnie de Jésus. Il était venu à Amanguchi pour se faire admettre au nombre des bonzes, et il devenait Jésuite !

De tels progrès pour le christianisme étaient naturellement la ruine complète des prêtres de Chacà et d'Amida; l'enfer avait à se venger, il y travailla avec ardeur. Les bonzes se plaignirent au roi; Oxindono fléchit sous leurs menaces, et sans révoquer l'édit accordé au Père de Xavier, il se montra hostile à la religion chrétienne; il confisqua les biens des seigneurs qui l'avaient embrassée, et laissa toute liberté aux bonzes de calomnier publiquement les prédicateurs européens.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 07 Oct 2022, 7:47 am

Ces mesures n'eurent d'autre effet que d'augmenter le nombre des chrétiens ; peu de jours après, il s'était accru de trois mille, et tous si fervents, qu'ils auraient souffert la mort la plus cruelle plutôt que de renoncer à leur foi.

Au milieu de ces grandes consolations, François de Xavier apprend qu'un navire portugais vient d'arriver au port de Figen, à cinquante lieues d'Amanguchi,et à une lieue de Funay (1), capitale du royaume de Bungo. Il écrit aussitôt au capitaine et aux marchands de ce navire pour leur demander leurs noms, des nouvelles des Indes, et l'époque où ils doivent retourner, et il envoie Mathieu porter cette lettre. Les Portugais, ravis de savoir que leur saint Père est si près d'eux, lui envoient les lettres de Goa et de Malacca dont ils étaient chargés pour lui, et lui répondent due clans un mois ils feront voile pour un port de la Chine où ils ont laissé trois vaisseaux, dont un commandé par Diogo do Pereira, son ami, et qu'en janvier ils retourneront aux Indes.

Cinq jours avaient suffi à Mathieu pour faire le double trajet par mer. Xavier trouva dans le paquet de Goa une lettre du Père de Camerini, qui lui mandait que sa présence était indispensable pour les affaires de la Compagnie, et qu'il le suppliait de revenir au plus tôt. A cette nouvelle, il appelle le Père de Torrez à Amanguchi, il lui confie cette florissante chrétienté et part avec Bernard, Mathieu et deux jeunes seigneurs chrétiens dont le roi avait confisqué les biens, et qui refusaient d'en recouvrer la possession au prix de leur foi. Laurent se joignit à eux, et vers la fin de septembre 1551, nos voyageurs se mirent en route à pied, un bâton à la main, et une part des petits bagages sur le dos de chacun. Le voyage eût été plus prompt et moins pénible de beaucoup par la voie de mer; Xavier, dont la mortification égalait le zèle, préféra prendre la voie de terre et voyager à la manière des pauvres.

Il marcha lestement pendant cinq jours; mais arrivé à Pinlaschau, village situé à deux lieues environ du port de Figen, ses forces l'abandonnèrent totalement, il tomba épuisé de fatigue; saisi par la fièvre et de violentes douleurs dans la tête, les pieds extrêmement enflés, il ne put faire un pas de plus. Mathieu, Bernard et Laurent prennent les devants et portent cette triste nouvelle au San-Miguel, navire portugais resté seul en rade de Figen. Le capitaine Edouardo de Gama mande aussitôt tous les officiers et les marchands qui étaient à Funay; il leur apprend que le saint Père est malade à deux lieues du port, et les engage à monter à cheval et à le venir voir; chacun s'empresse d'aller avec lui rendre ses devoirs à ce saint Père, objet de si grande vénération pour tous les Portugais. A un quart de lieue de Figen, la cavalcade étonnée s'arrête, le capitaine se hâte de descendre de cheval, tout le monde met pied à terre..... François de Xavier était là. Il avançait péniblement, appuyé sur son bâton, son visage pâle, défait, ses cheveux sensiblement blanchis... Edouardo de Gama ne le reconnut qu'à la ravissante expression de son angélique physionomie, expression que nulle souffrance n'altérait jamais.

1 Ou Fucheo.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 08 Oct 2022, 7:33 am

L'humble Père n'ignorait pas lés sentiments qu'il inspirait: il pressentait qu'Edouardo de Gama allait venir à lui avec les Portugais de son bord, et, se trouvant un peu mieux, il s'était hâté de se remettre en marche. Le capitaine ayant fait d'inutiles instances pour le faire monter à cheval, toute la troupe voulut aller à pied, les chevaux suivant leurs cavaliers. L'équipage n'eut pas plutôt aperçu le saint bien-aimé à côté du capitaine, que le canon tonna, les pavillons se hissèrent,les trompettes sonnèrent,les acclamations de joie se firent entendre au loin.... C'était fête pour tous ! Il arriva à Funay ce qui était arrivé à Firando : la population fut bouleversée de frayeur en entendant ces nombreuses décharges d'artillerie; le roi trembla sur son trône, il se crut attaqué par les Européens; l'épouvante était dans tous les esprits. Un seigneur de la cour se présente, tout ému, au capitaine du San-Miguel, e t s'informe, au nom du roi, de la cause de ce formidable bruit. Le capitaine lui montre de la main le saint Père tant aimé, et lui dit :

            Voilà, senhor, la cause de ce bruit qui vous a tant alarmé. Nous avons voulu donner à notre saint Père de Xavier un témoignage de notre joie de le revoir. Dites à votre roi que vous avez vu l'homme le plus illustre, l'honneur et la gloire du Portugal et des Indes, l'ami le plus cher de notre grand souverain, l'homme du monde le plus aimé et le plus respecté!

            C'est donc là ce bonze chrétien qui a fait tant de merveilles à Amanguchi, demanda le seigneur japonais, et dont nos bonzes disent tant de mal? Je ne vois rien en lui qui réponde à cette grande célébrité; il paraît bien pauvre, bien mal vêtu !

            Cela est vrai, senhor, lui répondit don Édouardo de Gama ; mais notre saint Père de Xavier, d'une des plus nobles familles d'Europe, a renoncé à sa fortune,  comme à tous les honneurs de la cour, par amour pour le Dieu que nous adorons, et par dévouement pour les hommes, afin de sauver leurs âmes en leur prêchant les vérités chrétiennes.

Le courtisan du roi de Bungo n'avait plus de parole; il était dans la stupéfaction de ce qu'il entendait. Après avoir bien examiné le Père de Xavier, il se hâta de retourner près du roi et de lui rendre compte de son message.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 09 Oct 2022, 7:31 am

VI


CIVANDONO, ROI DE BUNGO,AU GRAND BONZE DE CHÉMACHICOGIN (1).



« PÈRE BONZE DE CHÉMACHICOGIN !

« Que votre heureuse arrivée dans mes Etats soit agréable à votre Dieu comme les louanges de ses saints !

« Quansyonafama, mon serviteur, est allé au port de Figen par mon ordre, et il m'a annoncé votre arrivée d'Amanguchi; toute ma cour a vu la joie que m'a causée cette nouvelle. Votre Dieu ne m'a pas fait digne de vous commander, je vous supplie donc de venir avant le lever du soleil frapper à la porte de mon palais, où je vous attendrai avec impatience. Permettez-moi de vous demander cette faveur; mais que ma demande ne vous soit pas importune ! Votre Dieu est le plus grand et le plus puissant de tous les dieux; il est le souverain des meilleurs qui vivent au ciel, et je le prie à genoux, prosterné devant sa face invisible, de faire comprendre à tous les superbes combien votre vie sainte et pauvre est agréable à ses yeux, afin que nos enfants ne soient pas trompés par les fausses promesses du monde.

« Mandez-moi des nouvelles de votre santé pour me faire bien dormir la nuit, jusqu'au moment où le chant du coq m'éveillera en m'annonçant votre venue. »



1 Portugal.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 10 Oct 2022, 8:18 am

Ce message était porté par un jeune prince du sang royal, accompagné de son gouverneur Poomendono, et escorté de trente jeunes seigneurs de la cour. Le prince arrivé à bord de navire portugais, est reçu par le capitaine, à qui il demande l'honneur de parler au grand bonze de Chémachicogin.

Edouardo de Gama, qui avait vu venir l'ambassade, et qui s'était douté du motif qui l'amenait, avait donné ses ordres avant de la recevoir à son bord, mais n'avait point voulu que le saint Père fût prévenu. Dès que le jeune prince eut dit qu'il apportait un message de la part du roi de Bungo pour le grand bonze de Portugal, le signal fut donné, et les officiers de l'équipage se partageant pour précéder et suivre l'ambassade, on entra dans la grande salle, on se rangea sur deux rangs, le capitaine et quelques officiers se détachèrent, allèrent chercher notre saint, et l'accompagnèrent en cérémonie dans la salle où il était attendu.

L'humilité de François de Xavier était mise à une bien rude épreuve; mais ne comptait-elle pas autant de victoires que d'attaques! Elle devait triompher jusqu'au bout.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 11 Oct 2022, 8:13 am

Le Dieu de Chémachicogin est donc bien grand ?

Il parait que oui, lui répondit le seigneur Poomendono, en serrant les lèvres et hochant la tête.

Il doit avoir des secrets qui sont inconnus aux autres nations, reprit le prince, puisqu'il met de si riches navires sous l'obéissance, et le pouvoir d'un bonze aussi pauvre que celui-là ? Comprenez-vous que ce Dieu fasse tirer le canon pour que toutes les nations qui entendent ce bruit si terrible sachent que cette pauvreté lui est agréable, nous qui pensions qu'elle rend malheureux !...

Ce bonze, qui la regarde comme une vertu, et la pratique pour être agréable à son Dieu, est sans doute plus heureux que ceux qui sont riches, répondit le gouverneur.

Xavier ayant pris lecture de la lettre du roi, promit de se rendre à son invitation, et le jeune prince, émerveillé de voir un bonze ainsi honoré par Peux de sa religion, retourna au palais rendre compte au roi de sa mission, et ajouta, en parlant de l'extérieur si pauvre du bonze chrétien

Il n'a que l'apparence de la pauvreté, car il est comme un souverain sur ce navire; tout le monde lui obéit et lui rend honneur comme à un roi; les Portugais se trouvent si heureux de le posséder à leur bord, qu'ils sacrifieraient toutes les richesses de leur vaisseau plutôt qu'un cheveu de la tête de leur saint Père!


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 12 Oct 2022, 7:47 am

Le roi de Bungo ordonna de préparer la réception la plus brillante à ce grand personnage. On s'empressa d'exécuter ses ordres.

Pendant qu'on faisait tous ces préparatifs au palais de Civandono, les Portugais travaillaient de leur côté à vaincre l'humilité de leur apôtre chéri:

Mon Père, lui dit don Edouardo de Gama au nom de tous, mon Père, les bonzes ont mis tout en œuvre polir attirer sur vous le mépris du peuple; ils vous ont calomnié d'une manière infâme ! Ils l'ont fait, vous le savez, pour arrêter les progrès du christianisme. Il est donc de notre devoir, à nous, chrétiens, d'honorer cette religion qu'ils insultent, et de témoigner la vénération que nous portons au caractère sacré de celui qui en est le ministre. Il faut que les Japonais apprennent la différence qui existé entre un prêtre de leurs idoles et un prêtre de notre Dieu. Vous avez vu, mon Père, que le succès a été complet pour le christianisme à Firando. Le roi et le peuple ont pressenti la divinité de notre religion, en voyant les honneurs que les Portugais rendaient à son ministre. Permettez donc que nous fassions ce qu'ils ont fait !...

L'humble apôtre se soumit; il se rendit et laissa vaincre ses répugnances à Figen, par les motifs qui les avaient déjà vaincues à Firando.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 13 Oct 2022, 7:56 am


Le lendemain, une chaloupe et deux canots, ornés de magnifiques tapis chinois et de banderoles aux vives couleurs, remontaient le fleuve jusqu'à la ville de Fucheo, résidence royale. L'apôtre se rendait au palais du souverain, accompagné de trente Portugais vêtus des plus riches étoffes, dont les broderies d'or étaient relevées de pierreries; tous portaient une chaîne d'or; leurs toques étaient ornées de broderies d'or et de panaches flottants,retenus par des agrafes de pierres précieuses. Leurs esclaves, richement habillés remplissaient un des canots. Plusieurs instruments exécutaient des symphonies dans chaque embarcation.

Les habitants de Fucheo, curieux de voir le fameux bonze, qui avait la réputation de soumettre à sa volonté le ciel, la terre, les mers, les maladies et la mort même, s'étaient portés en masse dans les rues que devait parcourir le cortège.

Quansyandono, à la tête des canafamas (1) qu'il commandait, attendait le grand Xavier au débarquement, et fit avancer une litière royale pour le transporter au palais. Le Père de Xavier la refusa et voulut aller à pied. Les canafamas se rangèrent sur deux lignes et laissèrent le cortège prendre place au milieu. Le capitaine de Gama marchait le premier, appuyant sa main droite sur une canne de commandement, et portant de la gauche sa toque brillamment ornée, et dont les panaches dépassaient, en grandeur et en beauté, ceux des autres officiers. Après lui, marchaient à la suite l'un de l'autre, cinq officiers, dont le premier portait le livre des Evangiles recouvert d'un fourreau de satin blanc; le second, une canne de bengala, enrichie d'or; le troisième, des mules en velours noir; le quatrième un tableau représentant la sainte Vierge et recouvert d'une écharpe en damas violet; le cinquième, enfin, portait un magnifique parasol (1). Le Père de Xavier venait ensuite; on lui avait imposé une soutane neuve en camelot, un très-beau surplis et une étole de velours vert enrichie de brocard d'or. Sa profonde humilité, sa douce modestie lui avaient laissé toute sa distinction native et n'avaient rien retiré de la noblesse de son ensemble, ce qui faisait dire aux officiers qui s'étaient plu à lui composer une cour d'honneur pour la circonstance, que la dignité de leur saint Père, au milieu de la pompe dont il était entouré, avec une majesté si sainte, qu'on sentait le besoin de s'agenouiller devant lui pour attendre ses ordres (2). Il était suivi de tous ses amis,dont les esclaves fermaient la marche. La musique militaire, en tête et en queue, alternait les symphonies.


1 Garde royale ou garde d'honneur du roi.
1 Conservé à la maison de Gesu à Rome.
2 M. Crétineau-Joly dit que la démarche du Père de Xavier « décelait le gentilhomme. » (Histoire de la Compagnie de Jésus.)




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 14 Oct 2022, 8:24 am

Sur la place du palais, six cents gardes, le cimeterre au poing, attendaient immobiles le grand bonze de Chémachicogin,et firent retentir l'air de leurs acclamation s dès qu'ils l'aperçurent; ils avancèrent vers lui en bon ordre, sous le commandement de leur chef Fingeindono, puis, ouvrant leurs rangs, ils formèrent la haie des deux côtés sur son passage. A la porte, le capitaine de Gama et les cinq officiers qui précédaient notre saint, se retournèrent vers lui et lui firent une profonde inclination ; l'un lui offrit sa canne de bengala, l'autre les mules de velours; le troisième étendit le parasol sur sa tête ; celui qui portait le tableau se plaça à sa droite, celui qui portait le livre se mit à sa gauche. Tous ces mouvements s'exécutèrent avec le plus grand ordre et un parfait ensemble. On traversa une longue galerie aboutissant à une immense salle où étaient réunis les premiers seigneurs de la cour, en costume d'apparat. Là, un enfant qu'un vieillard conduisit par la main au-devant du Père de Xavier, s'inclina profondément et lui dit :

Grand bonze! que ton entrée dans la demeure de Civandono, mon seigneur, lui soit agréable comme l'eau du ciel au laboureur, dans un temps de sécheresse ! Entre sans crainte. Les méchants te voient avec chagrin; ta présence obscurcit leurs visages, ils sont aussi sombres que la nuit, mais les hommes de bien t'ont donné l'amour de leurs cœurs, et ta présence leur apporte la joie et éclaire leurs visages comme le soleil du matin. Nos bonzes, bien loin de vivre pauvres comme tu le fais pour plaire à ton Dieu, aiment les richesses et disent que les pauvres et les femmes ne peuvent être sauvés.

Xavier répondit à l'enfant, qu'il avait paru écouter avec un doux et tendre intérêt:

Plaise à la bonté infinie de Dieu d'éclairer ces pauvres aveugles des rayons de sa céleste doctrine ! Ils reconnaîtraient alors leur erreur sur ce point et sur tous les autres.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 15 Oct 2022, 8:25 am

De cette salle, notre saint, tenant la main de l'enfant qui venait de le complimenter, fut conduit dans une seconde où se tenaient plusieurs seigneurs magnifiquement parés. En le voyant entrer, ils se prosternèrent devant lui, à la manière japonaise, frappant la terre de leur front trois fois de suite; témoignage de soumission qu'ils appellent gromenare, et qu'ils ne donnent qu'aux souverains. L'un d'entre eux s'avançant, dit à Xavier:

Père bonze saint! que votre arrivée soit agréable à notre roi Civandono, comme le premier sourire de l'enfant est agréable à sa mère ! Tout, jusqu'à ces murailles, tressaille d'allégresse en votre présence ! Tout nous porte à nous réjouir et à célébrer votre arrivée en ces lieux; nous vous le jurons parles cheveux de notre tête, le roi Civandono, notre maître, est heureux de votre venue dans son palais, où vous ferez connaître le Dieu dont vous avez dit de si grandes et de si étonnantes choses dans Amanguchi!

Après ce discours, une porte s'ouvrit sur une terrasse bordée d'orangers, et le Père bonze saint fut conduit par cette terrasse dans une salle plus vaste encore que les précédentes, où l'attendait le prince Facharandono, frère du roi, entouré de sa brillante suite :

Illustre bonze chrétien ! lui dit-il, ce jour est un jour de fête ! C'est le plus solennel de l'année pour la cour de Bungol Le roi Civandono, mon seigneur, se trouve plus riche par votre présence dans son palais, que s'il possédait les trente-deux trésors de la Chine ! Je vous souhaite, grand bonze chrétien, une gloire toujours plus grande et plus éclatante ! Que le Dieu que vous adorez vous accorde tout ce que vous désirez ! Que les vœux que vous avez formés en venant des extrémités de la terre jusqu'ici soient accomplis !

Le prince s'inclina ensuite devant le grand bonze, dont l'enfant mit la main dans celle de Facharandono ; on traversa l'antichambre du roi, entre deux haies d e courtisans; puis, enfin, on entra dans la salle d'audience. Le roi était debout; il fit quelques pas au-devant de l'illustre bonze chrétien, il s'inclina trois fois jusqu'à terre, au grand étonnement des courtisans, car il était inouï qu'un roi japonais se fût jamais abaissé à ce point, et Ravier, d'après l'usage du pays, s'étant prosterné devant lui, allait toucher son pied, lorsque le roi le releva, se jugeant indigne de recevoir ce témoignage de soumission de la part d'un bonze aussi puissant, prit sa main et le fit asseoir près de lui sur son trône, tandis que le prince son frère prenait place sur un degré inférieur. Les Portugais et les courtisans se tenaient debout en face du trône.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 16 Oct 2022, 8:29 am


Après toutes ces formalités, le roi, pour la première fois de sa vie, secoua l'étiquette royale dont les souverains du Japon ne s'écartent jamais, et causa librement avec l'apôtre qui se hâta de lui parler de la doctrine évangélique, de manière à être entendu de tous. Xavier parlait le japonais avec autant de pureté que d'élégance: il ravit ses auditeurs, le roi lui témoigna hautement le plaisir qu'il éprouvait à l'écouter; mais le bonze Faxiondono, présent à cette audience, essaya de réfuter la doctrine du christianisme, et le roi l'encourageant, persuadé qu'il serait bientôt confondu par le grand bonze chrétien, il poussa si loin l'absurdité de ses raisonnements, qu'il excita l'hilarité du roi, et par conséquent celle de la cour. Alors Faxiondono entra dans une si violente colère, qu'il fut renvoyé honteusement par son souverain. Le bonze se retira en appelant sur le roi de Bungo toutes les malédictions de Chaca et d'Amida. L'heure du repas royal était venue, François de Xavier ne put se soustraire aux instances d'un souverain dont il tenait si fort à gagner le cœur dans l'intérêt de la gloire de Dieu; il fut dont forcé de s'asseoir à sa table, comme il avait été forcé de s'asseoir sur son trône; car le roi lui dit, pour vaincre ses refus:

Je sais très-bien, mon Père, mon ami, que vous n'avez pas besoin de ma table; mais si vous étiez Japonais, vous sauriez qu'un souverain, dans cet empire, n'admet à sa table que les amis qu'il chérit le plus; c'est le plus grand témoignage d'affection que nous puissions leur donner d'après nos usages. Permettez-moi donc de vous prier en grâce de manger avec moi publiquement, j'en serai plus honoré que VOUS.

Xavier s'inclina, baisa, selon l'usage, le cimeterre royal, et répondit :

Je prie sincèrement le souverain Seigneur du ciel et de la terre de reconnaître pour moi toutes les faveurs dont vous me comblez. Qu'il vous donne la foi en son nom, et la grâce de le servir fidèlement pendant votre vie, afin que vous jouissiez de lui après votre mort !

Que votre Dieu exauce vos prières, lui dit le roi en l'embrassant, mais à la condition que je serai près de vous dans le ciel, que nous ne nous séparerons jamais, et que nous nous entretiendrons toujours de la doctrine céleste que vous venez nous apporter de si loin.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 17 Oct 2022, 8:00 am

Pendant le repas, l'humilité de l'envoyé de Dieu eut à souffrir d'autant plus, que tout le cérémonial usité au Japon pour les invitations solennelles, fut exécuté rigoureusement de point en point, et que notre saint fut forcé de voir ses amis portugais assister à genoux, à ce repas d'honneur, ainsi que les courtisans, les seigneurs de la ville et plusieurs bonzes peu flattés d'être témoins des faveurs accordées si généreusement au chef des bonzes chrétiens.

Tous ces honneurs lui attirèrent le respect de la population; on se porta en foule à ses prédications qu'il commença le jour même, en sortant du palais; quelques jours après, il ne pouvait plus suffire à l'empressement général. Comme à Firando et à Amanguchi, il ne cessait de prêcher, de confesser, de baptiser; ses succès furent immenses. Les Portugais ne le voyaient plus, bien qu'il logeât chez eux; s'ils avaient besoin de lui parler, ils ne le pouvaient que la nuit, et encore rarement; Xavier ne dormait plus, il priait ou travaillait sans relâche

Mon bien-aimé Père, lui disait une nuit Édouardo de Gama, quel chagrin pour nous, qui vous aimons si chèrement, de vous voir écrasé par des travaux qui abattraient vingt missionnaires ! De grâce, ménagez-vous ! La nature a des exigences; vous ne lui accordez rien ! elle succombera, à moins d'un miracle plus grand encore que celui qui vous a soutenu jusqu'ici...

Si vous m'aimez véritablement, mon cher Edouardo, lui répondit l'héroïque Père, si vous m'aimez en Dieu et pour Dieu, oubliez-moi donc pour Dieu. Pour tout ce qui est des exigences de la nature, comptez-moi parmi les morts. Ma nourriture, mon repos, ma vie enfin, c'est d'arracher à la tyrannie du démon les âmes pour lesquelles Dieu m'a appelé des extrémités de la terre.


Le capitaine ne trouva rien à répondre. Il prit la mails du saint Père, qu'il porta respectueusement à ses lèvres, et se retira pénétré d'admiration.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 18 Oct 2022, 8:57 am

La haine des bonzes ne pouvait rester endormie à la vue des progrès extraordinaires du christianisme dans la ville royale. Ne pouvant décrier hautement le bonze chrétien, aimé et honoré à la cour plus que ne le fut jamais aucun bonze des idoles, ils entreprirent de discuter avec lui sur les places publiques, où il prêchait, espérant que la discussion leur servirait de prétexte aux yeux du peuple et d'excuse auprès du roi, s'ils en profitaient pour insulter le prédicateur qui, en les dévoilant, les ruinait et appelait sur eux le mépris public. Mais le triomphe ne fut j aurais de leur côté. Xavier ne cessa de les confondre avec toute la puissance de l'éloquence qui défend la vérité contre l'erreur.

Un des plus célèbres vient un jour l'attaquer sur la plus grande place de Fucheo,au milieu d'une foule immense que l'annonce de cette controverse avait attirée non-seulement de la ville, mais encore des environs. Saccaï-Feran,le docte bonze si renommé pour sa science dans tout le royaume de Bungo, se présente résolument et propose une difficulté à François de Xavier qui, animé de l'esprit de Dieu,lui répond de la manière la plus victorieuse et la plus brillante. Etourdi de ce magnifique langage, touché intérieurement de la grâce que Dieu attachait à la parole de son apôtre, Saccaï-Feran tombe sur ses genoux, et sans s'inquiéter des colères qu'il va soulever contre laide la part des bonzes réunis pour assister à la défaite de Xavier, il s'écrie avec larmes :

« Jésus-Christ, unique et véritable Fils de Dieu ! Je me rends à vous ! Je confesse que vous êtes le Dieu éternel et tout-puissant; et je prie tous ceux qui m'entendent de me pardonner de leur avoir enseigné une doctrine que je reconnais et déclare être fausse de tout point. »

L'effet de cette scène fut prodigieux, plus de cinq cents personnes demandèrent le baptême. Xavier ne jugea pas devoir leur accorder cette faveur avant de les avoir prémunies contre les raisonnements et les subtilités employées par les bonzes pour éteindre la foi dans les âmes des néophytes. Ce fat le même motif qui lui fit différer le baptême du roi. II exigea de lui une réforme complète dans ses mœurs, et des mesures publiques pour la réforme de celles de ses sujets; il voulut de sa part une soumission si parfaite, qu'elle pût lui garantir une solide durée.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 19 Oct 2022, 7:16 am

Il y avait déjà plus d'un mois que François de Xavier était à Fucheo; le moment du départ approchait; tous les Portugais, qui avaient escorté leur saint Père à la première audience royale, l'accompagnèrent. à la dernière. Le roi témoigna une vive émotion

Je vous envie, dit-il aux amis de notre saint, je vous envie le bonheur d'avoir le Père de Xavier avec vous! En me séparant de lui, j'éprouve le regret d'un fils qui se sépare de son père. J'avoue que la pensée de ne le revoir jamais est une bien amère douleur pour mon cœur !

Le saint apôtre, touché des larmes du roi, lui baisait la main, en lui promettant de revenir le voir aussitôt que ses travaux le lui permettraient, lorsqu'on vint dire à ce prince que le grand bonze Fucarandono venait d'arriver et demandait à être reçu le plus tôt possible, pour une affaire intéressant à la gloire du roi et de l'Etat

Je sais ce que c'est, dit-il à Xavier. Les bonzes, exaspérés de leur défaite, ont appelé celui-ci, qui est le plus savant du royaume, dans l'espoir de vous confondre et de ramener au culte des idoles les chrétiens qui l'ont abandonné. Mais je rie veux pas le recevoir avant votre embarquement; il est trop redoutable, et je vous aime trop pour vous exposer à cette lutte...

Je ne redoute pas Fucarandono plus que les autres, répondit Xavier; je vous conjure, prince, de le recevoir, et d'écouter encore cette discussion! Que puis-je craindre? J'ai la vérité, ils n'ont que le mensonge; je suis toujours sûr de vaincre ayant Dieu de mon côté !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 19 Oct 2022, 8:17 am

Cette conférence eut le résultat accoutumé; Fucarandono, vaincu en présence du souverain, en présence des courtisans, en présence des bonzes qui l'avaient appelé comme le flambeau du Japon, Fucarandono, écumant de rage, se livra à tout l'emportement de l'orgueil irrité, et lança sur le roi et sa cour tant et de si horribles malédictions, qu'il fut ignominieusement chassé par ordre du souverain. Alors la colère de tous les bonzes franchit toute limite ; ils cherchèrent à soulever le' peuple contre un souverain qui insultait les dieux et attirait leur vengeance sur le pays; ils fermèrent les temples, annoncèrent des calamités, excitèrent les idolâtres contre le bonze chrétien et les Portugais de la même religion; ils effrayèrent enfin les néophytes qui redoutaient une persécution déclarée, et se désolaient du départ si prochain de leur apôtre bien-aimé

Nous serons heureux de mourir, bon Père, lui disaient-ils, si vous êtes près de nous; mais si vous nous abandonnez, que deviendrons-nous?

Les Portugais ayant tout à craindre de la fureur des bonzes en restant à Fucheo, soit pour leurs personnes, soit pour leur navire en rade de Figen, convinrent de retourner à bord pour veiller à leur chargement et donner des ordres encas d'attaque; mais ils voulaient emmener leur saint Père. Xavier se refusa à toutes leurs instances : son cœur d'apôtre ne pouvait abandonner ses néophytes dans un tel moment d'épreuve pour leur foi. Ses amis attendirent encore, bien que le départ fût pressé, leurs affaires souffraient de ce retard; ils firent une dernière tentative. Don Edouardo de Gama fut prié d'aller parler au saint Père qui ne paraissait plus à leur demeure, et de n'épargner aucune instance pour le déterminer au départ.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 20 Oct 2022, 6:12 am

Le capitaine, après avoir longtemps cherché le Père de Xavier, le découvrit dans une pauvre cabane, au milieu de huit néophytes qui s'étant déclarés contre les bonzes, plus énergiquement que d'autres, avaient d'autant plus à redouter leur vengeance. Edouardo de Gama ne put fléchir sont saint ami.

Mon bien cher Edouardo, lui dit-il, je serais trop heureux s'il m'arrivait ce que vous appelez un malheur, et que j'appelle le plus grand bonheur ! Je ne mérite pas que Dieu m'accorde une telle faveur, et je m'en rendrais bien plus indigne encore si je m'embarquais avec vous. Ce serait de ma part une fuite. Quel scandale pour mes pauvres néophytes ! N'y trouveraient-ils pas un prétexte de violer leur foi? Si, pour le prix que vous avez reçu de vos passagers, vous vous croyez tenu de les garantir des dangers qui les menacent, si vous les faites retirer pour cela dans votre vaisseau dont l'artillerie pourra les défendre, ne suis-je pas tenu bien autrement encore à garder mon troupeau, à mourir ici avec lui, pour le Dieu infiniment bon qui m'a racheté au prix de sa vie sur la croix? Ne suis-je pas tenu de signer de mon sang et de publier par ma mort que tous les hommes doivent sacrifier leur sang et leur vie à ce Dieu de miséricorde et d'amour?

Mon Père, mon cher Père, lui répondit don Edouardo, je ne vous quitterai pas ! Je reste à Fucheo avec vous; je cours le déclarer à nos amis et donner mes ordres à l'équipage.


Le capitaine essuya ses yeux pleins de larmes, embrassa son saint Père et courut à la demeure des Portugais, où il était impatiemment attendu:

Eh bien? eh bien? capitaine, s'écrièrent-ils avec empressement.

Eh bien ! le saint Père est ferme comme un rocher; il reste avec ses néophytes, et je vous déclare que je ne le quitterai pas. Si vous persistez à vouloir partir, je vous abandonne mon navire. Il est en bon état, vous avez de bons matelots, de bons soldats, des munitions de bouche et de guerre, disposez de tout, allez où vous voudrez, je suis résolu à partager le sort de notre saint Père Francisco !

Tous, d'une seule voix, protestent que les mêmes sentiments les animent, qu'ils abandonnent leurs richesses du bord à la garde de Dieu et de l'équipage, et qu'ils ne sortiront pas de la ville royale avant leur bien-aimé Père.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 21 Oct 2022, 6:51 am

Les bonzes outrés de dépit, en apprenant le retard apporté au départ de Xavier, se réunissent au nombre de trois mille accourus de tous les points du royaume, et sollicitent de Civandono la permission d'attaquer de nouveau la doctrine du bonze chrétien. Cette permission leur est accordée à la condition toutefois qu'ils seront plus modérés, et que les conférences auront lieu en présence du roi et des grands de sac cour, qui décideront de quel côté sera la vérité.

Trop avancés pour reculer, les bonzes acceptent; ils sont vaincus par le grand Xavier, et le roi déclare que la doctrine chrétienne étant infiniment plus conforme à la raison que celle des bonzes du Japon, il désire qu'elle soit propagée dans ses états; il ajoute qu'il va envoyer un ambassadeur au vice-roi des Indes, de mander, en son nom, des Pères de la Compagnie de Jésus pour évangéliser son royaume.

Les bonzes s'emportent en invectives contre François de Xavier; ils lancent toutes les malédictions de l'enfer sur Civàndono et sur les seigneurs de la cour et se retirent exaspérés. Mais le peuple, en apprenant la décision royale se soulève contre les imposteurs qui ont abusé jusqu'alors de sa crédulité, et les force de fuir et de se réfugier dans leurs temples. Le roi fait; afficher un édit portant qu'il ne recevra plus les bonzes dans son palais, et qu'il réserve les peines les plus sévères à, ceux qui oseraient inquiéter les chrétiens : cette mesure épouvante les prêtres des idoles et les force à battre en retraite.

Le calme rétabli, le saint apôtre alla prendre congé du roi et lui promit d'appuyer son ambassadeur et de désigner lui-même les Pères de sa Société qui seraient envoyés dans le royaume de Bungo; puis il se rendit, avec l'ambassadeur, Mathieu et Bernard, au port de Figen où Edouardo de Gama préparait activement le départ.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 22 Oct 2022, 6:29 am

François de Xavier étant au milieu de ses amis, dans le navire, leur demanda de prier ardemment non-seulement pour le voyage qu'ils allaient entreprendre, mais encore et surtout pour Malacca.

Qu'est-il donc arrivée, mon Père? lui demanda le capitaine.

La pauvre ville de Malacca ! reprit le saint Père en levant vers le ciel ses yeux mouillés, de larmes, elle est assiégée par terre et par mer! Les Javans et les Malais ont marché contre elle au nombre de douze mille... et don Pedro de Silva, secondé par don Fernandez de Carvalho, n'a pu soutenir ses attaques! Les Javans se sont rendus maîtres de la place, ils l'ont saccagé ! Sur trois cents Portugais qu'elle renfermait, ils en ont massacré plus de cent; les autres se sont retirés dans la forteresse. Malheureuse Malacca ! cette ville n'est plus qu'un lieu d'horreur... Le meurtre !.... le carnage !.... plusieurs milliers de prisonniers! ... Et ce sont les péchés de cette coupable ville qui lui ont attiré ces châtiments !... Oh ! priez, mes amis ! priez beaucoup pour elle!....

Mon Père, c'est affreux ! Comment avez-vous appris tout cela ? II n'est arrivé aucun vaisseau- Dieu me l'a fait connaître, répondit doucement Xavier en baissant les yeux.


Cette nouvelle avait jeté la consternation dans tous les cours; car chacun de ceux qui composaient l'équipage du San-Miguel comptait des intérêts oit des affections à Malacca. On leva l'ancre dans ces tristes préoccupations, le 20 novembre 1551, par le plus beau temps et un vent des plus favorables, mais dans une mer semée d'écueils et dangereuse en toute saison, même pour les marins les plus expérimentés.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 23 Oct 2022, 8:55 am

SEPTIÈME PARTIE RETOUR AUX INDES. ILE DE SANCIAN. (Novembre 1551. - Décembre 1552).


I

Le soleil n'avait pas paru depuis cinq jours; pas une étoile n'avait brillé au ciel depuis cinq nuits; la pluie n'avait cessé de tomber par torrents; les nuages, toujours plombés, toujours amoncelés semblaient prendre une teinte plus sombre encore; un vent violent, impétueux, soulevait les vagues menaçantes à une élévation prodigieuse; la tempête augmentait toujours...

..... Tout à coup plusieurs voix à la fois jettent dans l'espace un cri déchirant... et puis... rien !... le silence de la mort ! On n'entend plus que le mugissement des vagues!

Mon Dieu ! mon Dieu ! ils sont engloutis ! l'embarcation est submergée ! Vite! à leur secours! virez de bord ! ...

Mais, capitaine, vous nous ferez submerger aussi...

Virez de bord ! je veux les sauver !...

Vous nous perdrez sans les sauver ! Le moindre mouvement nous fait sombrer ...


Malgré ces sages avertissements du second et du pilote, le capitaine exige la dangereuse manœuvre. À peine on commençait à l'exécuter, qu'une effrayante montagne d'eau s'avance et chavire le bâtiment qu'on ne peut plus relever. Passagers, soldats, matelots se précipitent en désespérés sur le pont; ils s'y entassent pèle-mêle, se prennent aux cordages, entravent les mouvements, rendent la manœuvre impossible et poussent des cris lamentables. Ils étaient noyés dans l'intérieur; maintenant, ils sont un obstacle à toute tentative de salut. De toute manière, il faut périr ..... la submersion est inévitable !... Une nouvelle lame, plus épouvantable encore, vient s'abattre sur ces malheureux.... C'en est fait du navire, de son équipage, de ses richesses!... Tout est perdu !... tout est englouti !...


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 24 Oct 2022, 7:49 am

Après six jours de la plus heureuse navigation, le temps ayant changé subitement, le San-Higuel avait été emporté, par la violence de la tempête, dans une mer inconnue aux Portugais. Depuis cinq jours il y était battu par cette horrible tourmente; le ciel, chargé de nuages, lie permettait pas de prendre la hauteur et la tempête augmentait encore !... Le capitaine avait fait raser le château de proue (1); il avait ordonné ensuite d'amarrer solidement la chaloupe; mais la nuit, survenue pendant ce travail, n'avait pas permis de ramener à bord Alfonso de Calvo, neveu du capitaine, quatre autres Portugais et dix Indiens, esclaves ou matelots, qui y étaient descendus. Quelques heures après, la fureur des vagues brise les amarres qui retenaient la chaloupe, et les hommes qui la montaient poussaient le cri de détresse qui avait porté le désespoir au cœur d'Édouardo de Gama, et avait entraîné l'imprudente manœuvre dont le résultat devait être si déplorable.

Mais la Providence veillait sur le navire qui portait son élu; Dieu voulait manifester d'une manière éclatante sa prédilection pour l'illustre apôtre de l'Orient, et opérer un de ces prodiges dont le souvenir est impérissable.

François de Xavier venait d'arriver sur le tillac, et au moment où l'épouvantable vague engloutissait le vaisseau, on l'entend crier :

« Jésus ! Sauveur des hommes ! l'amour de mon âme ! secourez-nous ! je vous en conjure par les plaies adorables qui vous ont été faites pour nous sur la croix ! »

Au même instant, le San-Jequel, submergé déjà, se remet à flot, personne n'a péril La tempête diminue, le ciel s'éclaircit, on peut s'orienter, on va se remettre en marche...

            Cherchons la chaloupe ! dit le capitaine.

Les matelots grimpent après les cordages; ils regardent dans toutes les directions... Rien! la mer... rien que la mer ! Le doute n'est plus possible, l'embarcation est engloutie!


1 La marine a supprimé depuis longtemps cette partie des anciens vaisseaux.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 25 Oct 2022, 8:33 am

On se remet tristement en marche, déplorant le . malheur des quinze hommes qui ont péri ; chacun, sous l'impression du danger auquel il vient d'échapper par miracle, partage plus sensiblement la douleur du capitaine qui pleure son neveu, et celle des Portugais et des Indiens qui pleurent leurs amis ou leurs parents. François de Xavier versait des larmes, lui aussi, car la chaloupe qui avait disparu portait deux musulmans dont il n'avait pu obtenir la conversion, et, n'attribuant leur obstination qu'à son indignité personnelle, il demandait à Dieu, de toutes les forces de son âme, de sauver ces malheureux par un miracle plutôt que de laisser perdre pour l'éternité les deux âmes qu'il désirait tant arracher à l'enfer. Bientôt il s'approche du capitaine.

Mon cher Édouardo, lui dit-il, consolez-vous; la chaloupe reviendra; la fille rejoindra sa mère.

Oh ! c'est fini, mon bon Père ! Je ne puis l'espérer à moins d'un miracle,... lui répondit don Édouardo. Cependant, le Père de Xavier lui avait dit . « Elle reviendra. » Cette parole était pour lui l'espérance. Il fit monter un matelot... Rien ! pas un point sur la mer ! Le saint Père s'était retiré; après deux heures d'oraison il revient sur le pont

Eh bien ! cher capitaine, voit-on la chaloupe?

Non, mon Père !

Faites monter dans la hune, cher senhor, l'embarcation reviendra.


Oui, dit impatiemment Pedro Veilho, une chaloupe viendra peut-être quelque jour, mais ce ne sera pas celle que nous avons perdue.

Senhor Pedro, reprit notre saint, vous doutez de la bonté et de la puissance de Dieu? C'est manquer de foi. Rien ne lui est difficile, rien ne lui est impossible. J'ai mis la chaloupe sous la protection de la sainte Vierge, j'ai fait vœu de célébrer trois messes à Notre-Dame du Mont si elle nous revient avec les quinze hommes, et j'ai tant de confiance dans la miséricorde infinie de Dieu, que j'espère les voir revenir sains et saufs. Voyons, capitaine, ajouta-t-il en s'adressant à don Edouardo, faites monter dans la hune, je vous en prie !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 26 Oct 2022, 7:34 am

Don Edouardo par déférence pour le saint Père, monte lui-même avec un matelot; il demeure en observation durant une demi-heure, et descend complètement découragé:la mer n'offrait pas le moindre point noir dans toute son étendue. En ce moment; notre saint éprouva une sorte de vertige qui le fit chanceler; il serait tombé si Fernando Mendez-Pinto ne l'eût retenu avec empressement :

Mon père, lui dit-il, voilà trois jours que vous êtes repris du mal de mer, vous ne vous accordez aucun repos, vous tomberez malade ! Je vous demande en grâce d'aller vous reposer dans ma chambre !

Dans tous ses voyages sur mer, le Père de Xavier, par amour pour la sainte pauvreté, n'acceptait jamais de chambre sur aucun vaisseau. Lorsqu'il voulait se retirer, il allait dans celle du capitaine ou d'un de ses amis, et pour dormir il s'étendait sur le tillac, la tête appuyée aux cordages. Il céda aux instances de Fernando, et le pria même de faire garder la porte par son esclave chinois, afin que personne ne le dérangeât. Mais loin de prendre un repos si nécessaire, le saint Père se mit en oraison, il y demeura jusqu'à la fin de la journée, et revint sur le pont au moment où le soleil disparaissait de l'horizon :

Voit-on la chaloupe? demanda-t-il au pilote.

Oh ! il faut oublier la chaloupe, mon Père; comment voulez-vous qu'elle ait résisté à une tempête aussi furieuse ! Et quand un miracle l'aurait sauvée, nous ne pourrions la voir, car elle serait à cinquante lieues d'ici, au moins.

Vous raisonnez très-bien, tout cela est très-juste, reprit le Père de Xavier, mais Dieu ne fait pas les choses à demi: s'il a sauvé la chaloupe par un miracle, il peut la faire avancer par un miracle. Avant que la nuit ne vienne, faites monter dans la huile, vous me ferez grand plaisir.

Il n'est rien que je ne fasse pour vous plaire, mon Père; je vais y monter moi-même.


Bientôt le pilote descend n'ayant rien aperçu sur aucun point.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 27 Oct 2022, 7:50 am

Don Edouardo, dit Xavier au capitaine, la chaloupe vient, j'en suis sûr ! Je vous conjure de faire serrer les voiles pour lui donner le temps de nous rejoindre !

L'ordre fût donné et exécuté, on s'arrêta longtemps; mais les passagers souffrant du tangage et ne pouvant croire au retour d'une embarcation engloutie perdent patience et crient à force: « A la voile ! à la voile ! capitaine, à la voile! à la voile ! »

Le Père de Xavier se jette sur l'antenne, il y appuie sa tète et il éclate en sanglots.

Un peu de patience, je vous en conjure ! dit-il aux passagers; la chaloupe vient ! et levant vers le ciel ses yeux pleins de larmes : « Jésus ! mon Seigneur et mon Dieu ! Je vous supplie, par les souffrances de votre sainte Passion, d'avoir pitié de ces pauvres gens qui viennent à nous à travers tant de périls ! »

Puis, il baissa ses paupières et demeura la tête appuyée sur l'antenne, sans faire un mouvement, sans prononcer une parole; on le croyait endormi.

« La chaloupe ! Miracle ! miracle ! la voilà ! »s'écrie un enfant placé au pied du grand mât.

Tout le monde accourt, tout le monde crie, on se presse, on se pousse, on vent voir... La chaloupe était là; son personnel était au complet; c'était une joie,un bonheur, des larmes, des actions de grâces à Dieu et au saint apôtre à qui on devait un tel prodige; c'était un véritable délire !

L'embarcation s'arrêta d'elle-même devant le navire; bien que la mer fût vivement agitée, la chaloupe ne fit pas un seul mouvement pendant que ses quinze hommes montaient à bord du San-Miguel; elle n'était point avariée, et ne paraissait pas avoir souffert.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 28 Oct 2022, 8:00 am

Après les premières explosions de joie, chacun s'empressa de questionner ceux qu'on était si heureux de retrouver :

Qu'un seul parle pour tous, dit le capitaine.

Oui, c'est cela ! c'est cela ! s'écrie-t-on; que don Alfonso de Calvo raconte ce qui leur est arrivé !

Eh bien! il ne nous est rien arrivé du tout, dit Alfonso.

Comment? Rien?


Non, vraiment. Je n'ai jamais vu un pilote comme le Père Francisco ! Il nous a conduits au milieu des écueils et des fureurs de la mer, mieux que ne l'aurait fait le meilleur et le plus expérimenté de tous les marins; nous n'avons pas éprouvé un seul instant de crainte, Malgré la violence de la tempête.

Tout le monde semblait frappé de stupeur. Le capitaine pénétré de la douloureuse pensée que son neveu était devenu fou par le fait de la submersion, porte un triste regard autour de lui; chacun lui parait être sous la même impression, et se renferme dans un silence navrant; nul n'a le courage d'adresser une seule question, c'est nue souffrance générale. Don Alfonso s'en aperçoit et n'y comprend rien :

Que trouvez-vous donc tous de si étonnant dans ce que je viens de vous dire? demande-t-il.

Le Père Francisco n'était pas avec vous, mon ami dit tristement le capitaine.

Si mon oncle, si capitaine, il y était, répondirent en même temps les quinze hommes sauvés miraculeusement. Le Père Francisco peut bien vous le dire. Où est-il?


On cherche le Père Francisco; il s'était retiré ; il était en action de grâces:

Pourquoi donc, demande Alfonso, dites-vous que ce n'est pas vrai, quand vous l'avez vu arriver avec nous et monter le premier à bord du navire ?

Parce qu'il ne nous a pas quittés un seul instant, répond don Édouardo; du reste, il m'a tant assuré que vous reviendriez, il en paraissait si sûr, que malgré toutes les apparences j'ai espéré et me suis décidé à vous attendre, persuadé qu'il n'insisterait pas ainsi si Dieu ne lui avait fait connaître votre retour.

A nous, reprit Alfonso, il nous disait : « Courage ! mes enfants; je vois le San-Miguel, nous sommes sur sa route, nous le rejoindrons bientôt! Ayez confiance en Dieu »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 11 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 29 Oct 2022, 6:43 am

Les compagnons de Calvo appuyaient de leur témoignage tout ce qu'il venait de dire, lorsque les deux musulmans, qui depuis quelques instants causaient à voix basse, joignirent leur affirmation à celles des Portugais et des Indiens catholiques, ajoutant, avec une vive animation, que ni l'un ni l'autre ils n'avaient vu monter le Père de Xavier sur le navire; qu'ils avaient les yeux sur lui au moment de l'abordage, qu'ils avaient cessé de le voir tout à coup, pendant que don Alfonso montait, et qu'en même temps, ils l'avaient vu sur le pont, à l'autre bord :

Pour nous, dit l'un d'eux, le fait est suffisant; la manière dont il nous a ramenés est un grand miracle sa présence sur la chaloupe, quand il est prouvé qu'il n'a mpas quitté le bâtiment, est un miracle plus grand encore; la religion du prophète n'a jamais fait de tels prodiges, et, nous le disions tout à l'heure, nous allons demander le baptême au Père Francisco ! Si Jésus-Christ n'était pas Dieu, le saint Père, comme vous l'appelez, ne ferait pas de si grands miracles avec ce seul nom!

Tout était expliqué. Don Alfonso n'était pas devenu fou; ses quatorze compagnons ne l'étaient pas devenus non plus. Dieu avait opéré une succession de prodiges à la prière du grand Xavier : il avait sauvé le San-Miguel ; il avait sauvé la chaloupe; il l'avait ramenée droit an navire; il avait calmé la violence de la tempête; il avait rendu sensible la présence de son saint apôtre en deux endroits à la fois, et cela pendant une durée de vingt-quatre heures.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12499
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum