HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 17 Juin 2022, 6:51 am

La réputation du Père de Xavier l'avait précédé depuis longtemps à Malacca; depuis longtemps aussi on désirait et on espérait voir un jour celui qu'on appelait le saint Père, et que toutes les Indes portugaises regardaient comme leur bien, leur propriété. Aussi, dès le lendemain de son arrivée, vit-on le peuple se porter en masse à l'hôpital; tout le monde voulait voir le saint Père des Portugais et des Indiens, dont les innombrables prodiges avaient un si grand retentissement dans toutes les contrées tributaires du Portugal; toutes les mères voulaient lui présenter leurs enfants. L'aimable saint ne se refusa point à cet empressement. Malacca était une ville perdue de vices; il voulait en réformer les mœurs, et pour cela, il fallait d'abord gagner les cœurs.

En apprenant que la place de l'hôpital était couverte de peuple qui demandait à grands cris à voir le saint Père, François de Xavier se présente à cette multitude et lui dit quelques douces paroles qui font couler des larmes. Puis, il s'approche des enfants qui tous lui tendent les bras; il les bénit et les nomme chacun par son nom de baptême, comme s'il les eût tous connus. Les mères pleurent de saisissement et de bonheur; les enfants semblent comprendre et apprécier la faveur accordée à leur innocence; ils s'agitent dans les bras de leurs mères en souriant à l'apôtre qui les bénit, tandis que de plus âgés cherchent à se rapprocher de lui pour baiser le bas de sa pauvre soutane, et que quelques-uns plus heureux parviennent à baiser ses mains. Il allait rentrer dans l'hôpital, lorsqu'un immense cri retentit sur cette vaste place

« Saint Père ! saint Père ! ne vous retirez pas sans nous avoir bénis tous ! »


Et cette foule s'était mise a genoux en levant les mains vers le saint Père pour le supplier de bénir les parents comme il avait béni les enfants. Xavier leur donna sa bénédiction et les engagea à venir entendre ses prédications et ses instructions.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 18 Juin 2022, 7:19 am

Dès le lendemain, le concours fut prodigieux; la cathédrale ne put contenir la multitude qui se pressait pour entendre l'apôtre vénéré; mais ceux dont il désirait le plus la présence, parce qu'ils étaient les plus coupables, ceux-là n'y étaient pas !...

Cependant la persévérance avec laquelle il parcourait chaque soir les rues de la ville, agitant sa clochette et répétant : « Priez Dieu pour les pauvres âmes qui sont en péché mortel ! » Cette persévérance fut couronnée des plus heureux succès. Chaque soir plusieurs pécheurs rentraient en eux-mêmes en entendant cette voix qui semblait venir du ciel pour les retirer de l'abîme où ils étaient tombés; ils écoutaient le cri de leur conscience ; ils voyaient son malheureux et, le trouble s'emparant de leurs âmes, ils allaient aux pieds de celui dont le zèle et la charité venaient les appeler ainsi. Quelques-uns résistèrent à cette voix du remords, et Xavier, modérant son zèle afin, de les gagner plus sûrement, chercha à les attirer à lui par le charme de son esprit et la grâce de ses manières. Joam d'Eyro assurait que jamais le saint Père n'avait été aussi aimable qu'à Malacca; jamais il n'avait trouvé tant d'attrait à son angélique douceur. Il subjugua ainsi tous les esprits. Un de ceux qui lui avaient le plus longtemps résisté, disait :

« Le Père de Xavier est le maître de la ville; il en possède tous les cœurs. »


Ces cœurs que notre saint possédait si entièrement, il les donna tous à Dieu; la réforme fut complète dans cette ville si coupable quelques mois auparavant; la fréquentation des sacrements fut rétablie, et on se portait au tribunal de la pénitence avec un tel empressement, que le saint apôtre ne pouvait suffire à cet excès de travail, bien qu'il parût se multiplier, car on ne voulait se confesser qu'à lui.

Du reste, nulle part l'illustre Xavier ne fit autant de miracles qu'à Malacca; il semblait que la puissance divine fût devenue la sienne, tant Dieu se plaisait à tout accorder à sa prière.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 19 Juin 2022, 8:26 am

Un jour, François de Xavier prend la mails d'un pauvre malade, en lui donnant des consolations comme son cœur savait en trouver pour toutes les douleurs..., et voilà que ce malade est guéri au même instant ! C'en fut assez; le bruit se répandit aussitôt, qu'il suffisait de toucher les mains bénies du saint Père, pour être guéri des maladies les plus rebelles. Alors tout ce qui souffrait voulut approcher du Père de Xavier et toucher au moins le bout de sa soutane : tous les malades qui avaient ce bonheur s'en retournaient guéris, Bientôt il fut assailli dans toutes les rues par lesquelles il passait; on portait les malades au-devant de lui, on le suppliait de s'arrêter, de les toucher; de les bénir, et le cœur de l'apôtre, ne pouvant résister à ces cris de douleur et d'espérance, touchait les malades en invoquant le doux nom de Jésus, et les malades étaient guéris. On les conjurait d'entrer dans les maisons dont les infirmes ne pouvaient sortir; il y entrait, il ordonnait aux infirmes de marcher au nom de Jésus, et les infirmes marchaient à ce nom.

Antonio Fernandez, enfant de quinze ans, était malade dangereusement, et sa mère, désolée, de l'insuccès de la science, va consulter la magicienne la plus célèbre. La mère d'Antonio était chrétienne pourtant; mais elle avait été païenne, et elle succombait à la tentation qui la pressait de recourir à son ancien oracle. La magicienne Naï apporte au jeune malade un cordon avec lequel elle lie son bras, et elle se retire. Peu après, l'enfant avait perdu la parole et se tordait dans d'effrayantes convulsions; les médecins rappelés déclarent qu'il va être enlevé par cette violente crise. Une amie de Joana Fernandez lui dit alors:

            Si vous appeliez le saint Père, il guérirait votre Antonio, j'en suis certaine.

            Qu'on le supplie donc de venir ! crie la malheureuse mère en sanglotant.


Et le saint Père accourut; mais le malade fit entendre des cris de rage à son approche et ses convulsions redoublèrent; Xavier, frappé de la pensée que Dieu avait permis au démon de s'emparer de l'enfant pour lequel on avait employé des moyens coupables, se mit à genoux, fit à haute voix la lecture de la Passion de Notre-Seigneur, jeta de l'eau bénite sur le malade, et les convulsions et les cris cessèrent :

            Donnez à manger à votre enfant, dit-il à la mère; demain je dirai la messe pour lui, et dès qu'il sera en état de marcher, vous le mènerez à la messe pendant neuf jours de suite, à l'église de Notre-Dame du Mont.

Après cette recommandation, le saint disparaît, et le lendemain, pendant qu'il offre le saint sacrifice, Antonio, se lève plein de santé.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 20 Juin 2022, 7:29 am

Cette guérison fit grand bruit à Malacca par les circonstances qui l'avaient entourée, et on s'en occupait encore, lorsqu'on apprit qu'une mère, au désespoir de voir mourir sa fille, courait de tous côtés pour trouver le saint Père qu'on disait absent. Il l'était en effet, et l'enfant mourut laissant sa mère folle de douleur et demandant chaque jour si le saint Père était de retour. Enfin, elle apprend son arrivée; elle court à l'hôpital, elle se met à genoux aux pieds de Xavier et lui dit, comme autrefois la sœur de Lazare à Notre-Seigneur

Mon Père! si vous eussiez été ici, ma fille, mon unique enfant, ne serait pas morte ! Je vous en conjure, mon saint Père, rendez-la-moi ! Si vous voulez seulement invoquer le saint nom de Jésus, elle ressuscitera ! Je vous en supplie, mon Père, faites-le ! L'âme de notre saint est ravie de la vivacité de cette foi; son cœur est ému de cette grande douleur; il lève les yeux au ciel, invoque le saint nom de Jésus, et dit à cette mère éplorée

Allez, heureuse mère, votre fille est vivante.

Mon Père, il y a déjà trois jours qu'elle est enterrée !

N'importe; allez, faites ouvrir le tombeau et vous la trouverez vivante.


La mère court à l'église, fait enlever la pierre qui couvre le corps de sa chère enfant et trouve celle-ci pleine de vie et de santé. Les témoins de ce fait étaient nombreux; tous l'attestèrent avec serment.

De si grands miracles convertirent une foule de juifs et de mahométans; nul ne résistait à la conviction résultant de ces prodiges sans cesse renouvelés.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 21 Juin 2022, 7:14 am

Xavier reçut à Malacca, par un navire venant de Goa, des lettres de Rome et de Portugal. Elles annonçaient un renfort d'ouvriers évangéliques : les Pères Antonio Criminale, et Nicolas Lancilotti, italiens, et Joam de Beira,portugais, étaient arrivés à Goa avec le nouveau vice-roi, don Joam de Castro. Notre saint, après avoir remercié Dieu de la consolation que lui apportaient les nouvelles de ses frères de Rome et l'arrivée de trois membrés de sa chère Compagnie, écrivit au collège de Goa pour donner une prompte destination aux nouveaux missionnaires. Il envoya les Pères Criminale et de Beira sur la côte de la Pêcherie avec le Père Mancias; le Père Lancilotti devait rester au collège pour y professer.

Cependant, François de Xavier évangélisait Malacca depuis trois mois avec un succès îles plus consolants, et il se disposait à porter la foi aux Moluques, lorsqu'un jour, pendant son oraison, Dieu lui fit connaître que la ville qu'il venait de réformer par tant de labeurs, au milieu de laquelle il avait opéré tant de miracles, ne tarderait pas à se replonger dans de nouveaux désordres, et qu'en punition de ses crimes elle serait désolée par des guerres de plusieurs années et décimée par une peste inénarrable.

Pénétré de douleur, le saint Père fit entendre les menaces divines à la population qui se pressait autour de lui au moment de son départ. Il l'exhorta avec larmes à vivre chrétiennement toujours, n d'éviter les châtiments que la justice de Dieu réservait à sa rechute... Mais l'année d'après, en l'absence de Xavier, chacun se laissa reprendre à l'amour du plaisir, les pratiques saintes furent insensiblement abandonnées, on glissa sur cette pente rapide, et on se trouva enfin précipité dans un gouffre de vices sur lequel s'abattirent tous les fléaux que le grand apôtre avait prédits.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 22 Juin 2022, 7:41 am

II


François de Xavier s'était embarqué le 1er janvier 1546, avec Joam d'Eyro, sur un vaisseau portugais faisant voile pour Banda, mais qui devait le laisser à Amboine. Tous les passagers étaient Indiens,les matelots l'étaient aussi, et les uns et les autres, mahométans ou païens, appartenaient à diverses nations dont les langues différaient au point que chacun ne pouvait s'entendre qu'avec ceux de sa propre tribu.

En peu de jours, le Père de Xavier se vit tant aimé, tant recherché de tous, qu'il jugea le moment venu de donner à Dieu toutes ces âmes dont l'enfer avait été le seul maître jusque-là; et sans s'inquiéter de la diversité des langues, il commence à parler des vérités chrétiennes à ceux qui se pressent autour de lui. Alors on voit un prodige inouï depuis la naissance de l'Eglise Xavier est compris de tous en même temps, comme s'il parlait la langue maternelle de chacun;tous sont saisis d'un même étonnement; tous éprouvent la même admiration, le même respect pour cet apôtre qui leur avait tout d'abord inspiré de si doux sentiments. Nul d'entre eux n'a la pensée de reculer devant une religion qui opère de telles merveilles; tous sollicitent la grâce du baptême, tous sont avides de la sainte parole de Xavier, tous deviennent chrétiens par le ministère mille fois béni de l'apôtre chéri de tous.

Après six semaines de navigation, le capitaine ne découvrant pas les côtes d'Amboine, craignait de s'être trompé de direction; le pilote, partageant cette crainte, lui dit un jour

            Capitaine, je crois que nous avons fait fausse route; nous devrions être en vue d'Amboine aujourd'hui, d'après nos calculs d'hier...

            Soyez tranquilles, dit le Père de Xavier, nous sommes dans le golfe, et vous découvrirez Amboine demain avant le lever du soleil.

Et le lendemain, dès l'aurore, on découvrait les côtes d'Amboine. Le capitaine ne devant mouiller qu'aux îles de Banda, Xavier et Joam d'Eyro descendirent dans un canot avec quelques passagers, lé bâtiment continua sa route.

Au moment où le canot allait aborder, il fut aperçu et poursuivi par des pirates côtiers; le navire déjà loin ne pouvait le secourir, il allait être pris, les fustes ! approchaient, il fallut regagner la haute mer à force de rames, malgré le danger que courait une aussi frêle embarcation dont la chargé devait accélérer la perte... Mais ce frêle esquif portait le grand apôtre; il ne pouvait périr.

            Allez, maintenant vous pouvez gagner le port, dit Xavier aux rameurs; les corsaires nous ont perdus de vue et se sont retirés. Le danger est passé, nous aborderons heureusement.

Ils abordèrent, en effet peu après, poussés par le meilleur vent, le 16 février 1546.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 23 Juin 2022, 8:20 am

En arrivant, la première pensée, la première occupation de notre saint fut de baptiser tout les enfants, car ces populations étaient chrétiennes depuis la conquête, mais de nom seulement :


«..... Je parcourus toutes les bourgades, écrivait-il, et baptisai les enfants qui semblaient n'attendre que cette grâce pour aller jouir d'un bonheur éternel, car ils mouraient presque tous après l'avoir reçue. Pendant ce temps arrivèrent huit navires espagnols, commandés par don Fernando de Souza, venant du Mexique; ils relâchèrent ici et y firent un séjour de trois mois. Il est difficile de se faire une idée du travail qu'ils me donnèrent. Je puis à peine le croire moi-même. Je prêchais, j'apaisais des querelles de soldats, je confessais, je consolais et soignais les malades, j'assistais les mourants, je les fortifiais contre les assauts du démon qui ne manque pas d'assiéger les âmes à ce redoutable moment; pénible tâche à remplir près de ceux qui ont vécu dans un oubli total de Dieu et de ses commandements !... »


Les équipages espagnols étaient attaqués d'une maladie contagieuse dont l'humble Xavier parle peu, parce que lui seul fut capable de tout le dévouement que réclamait leur douloureuse position. Il allait de l'un à l'autre sur les vaisseaux, où à terre, dans des cabanes de feuillages. On avait disséminé une grande partie de ces pauvres malades sur la côte, pour diminuer l'encombrement des navires, mais on n'avait pu les porter plus avant, les insulaires refusant de les recevoir et d'aller à eux. François de Xavier fit des prodiges de charité pour tous, il semblait se multiplier jour et nuit pour donner ses soins aux âmes et aux corps. Il poussa le dévouement jusqu'à enterrer lui-même les morts. On ne peut comprendre comment il pouvait suffire à tant de travaux. Encore trouvait-il le temps de courir chez les habitants de l'île pour demander des médicaments et des secours qu'on lui refusait quelquefois. Don Joam d'Arauzo, avec qui il avait fait la traversée de Malacca à Amboine, lui était d'une grande ressource pour les pauvres Espagnols; cependant la maladie se prolongeant, la charité de Joam d'Arauzo se lassa de pourvoir à des besoins sans cesse renaissants. Un jour, le compatissant apôtre lui fait demander du vin pour fortifier un pauvre soldat dont les fréquentes faiblesses exigeaient ce cordial; Joam d'Arauzo répondit, en faisant cette aumône, que c'était la dernière fois qu'il donnait de son vin :

Quand je n'en aurai plus pour moi, ajouta-t-il, où le Père Francisco veut-il que j'en prenne?

Ce propos, répété au Père de Xavier, l'indigna au point, qu'il ne put contenir le sentiment qu'il éprouvait.

Comment ! s'écria-t-il, Arauzo veut garder son vin pour lui, et le refuser aux membres de Jésus-Christ ! Avant peu il mourra, et tout son bien sera distribué aux pauvres !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 24 Juin 2022, 7:49 am

Le mois de mai approchait, ramenant l'hiver dans ces contrées, et, bien que la maladie n'eût pas cessé complètement, la flotte espagnole dut se remettre en mer et faire voile pour Goa. François de Xavier écrivit plusieurs lettres à ses amis de Malacca, où elle devait relâcher, et aux Pères de Goa, où elle devait hiverner, leur demandant tout leur intérêt, toute leur charité pour les pauvres malades dont il se séparait à regret, et à qui il procura les secours nécessaires au moment du départ.

Xavier recueillit des fruits abondants dans l'île d'Amboine. Plusieurs familles des côtes voulant se mettre à l'abri du pillage continuel des pirates, s'étaient retirées au fond des forêts ou des cavernes; il les rechercha, les visita, les instruisit avec une sollicitude digne de son zèle et de sa charité. Il convertit tous les païens et tous les musulmans; il fit élever une église dans chaque village et désigna celui qui devait présider aux réunions qui s'y tiendraient en attendant qu'il arrivât des missionnaires; il fit des prodiges à Amboine comme partout.

La Providence suivait avec tant d'amour, de son regard divin, les travaux de l'illustre apôtre qui allait porter le nom de Jésus-Christ aux extrémités du monde, qu'elle voulut lui donner un témoignage de sa tendre sollicitude, dont il fût l'unique objet. Jusqu'ici,tous les miracles opérés: par notre saint ont eu pour but la conversion des païens, des infidèles ou. des grands pécheurs. Quelques-uns échappaient à sa tendre charité; son cœur, si sensible à la voix de la douleur, ne résistait pas à ses plaintes et à sa foi. Mais Dieu voulait faire pour Xavier seul un prodige qui parût n'avoir pour but que de lui prouver son amour.

Après avoir évangélisé l'île d'Amboine, le Père de Xavier, en attendant l'occasion de passer à d'autres contrées plus éloignées, voulut visiter les petites îles environnantes. Il prit avec lui Joam Ragoso et Fausto Rodriguez, laissant Joam d'Eyro près des chrétiens d'Amboine, et montant dans une légère embarcation, ils se dirigèrent vers Baranura. Bientôt s'élève une tempête dont les matelots eux-mêmes sont effrayés ; on se croyait perdu. François de Xavier prend son crucifix, il s'incline au bord du bâtiment pour le plonger dans cette mer en furie... et le crucifix s'échappe de sa main ! Le saint apôtre s'afflige de cette perte, il pleure ce trésor qui avait opéré tant de prodiges, ce trésor qui le consola si souvent dans les amertumes de son laborieux et pénible apostolat... Ragoso et Rodriguez partagent la vive douleur de leur saint ami, en regrettant de n'avoir aucun moyen de lui remplacer, au moins matériellement, le précieux objet que les vagues lui ont enlevé.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 25 Juin 2022, 7:45 am

Le lendemain, on prenait terre à l'île de Baranura, après la traversée la plus périlleuse; la mer ayant été constamment mauvaise, et la tempête incessante. Il y avait alors plus de vingt-quatre heures que le crucifix était tombé dans la mer. Le Père de Xavier, accompagné de Rodriguez, se dirigeait vers le bourg de Talamo; en suivant le rivage, lorsque, après avoir fait cinq cents pas environ, ils voient sortir de la mer et venir à eux un crabe portant dans ses serres, qu'il tient élevées, le crucifix de François de Xavier ! Le crabe va droit au saint apôtre et s'arrête devant lui. Xavier s'agenouille, il se prosterne le front dans la poussière, il prend son cher crucifix qui lui sera mille fois plus précieux désormais, il le baise avec tout l'amour et toute la reconnaissance qui remplissent son cœur, et le crabe, retournant sur ses pas, disparaît dans les flots (1).

Fausto Rodriguez, témoin de ce miracle, ajoute dans sa relation que le Père de. Xavier, après avoir baisé plusieurs fois ce merveilleux crucifix, demeura en oraison durant une demi-heure, les mains croisés sur sa poitrine, remerciant la divine Bonté d'un si touchant prodige. Rodriguez la remerciait aussi de lui avoir donné d'être témoin de cette admirable merveille, dont il rendit témoignage sous la foi du serment, et que mentionne la bulle de la canonisation.

Le grand apôtre eut la douleur de n'être point écouté à Baranura, et passa de là à Rosalao où il n'eut pas plus de succès. Il n'y trouva qu'un seul cœur accessible à la vérité; il ne fit là qu'un seul chrétien; mais il lui donna au baptême le nom de François et lui prédit qu'il mourrait dans la grâce de Dieu, en invoquant le saint nom de Jésus; cette prédiction fut accomplie quarante ans plus tard. François servant dans l'armée de don Sanchez de Vasconcellos, gouverneur d'Amboine, fut blessé mortellement, et jusqu'à son dernier soupir on l'entendit répéter « Jésus, assistez-moi ! Jésus, ayez pitié de moi ! »

------------

1 Nous aurons à revenir sur ce crabe et sur la tradition conservée parmi les Indiens au sujet de ce miracle.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 26 Juin 2022, 8:23 am

De Rosalao, Xavier gagna Mate. L'île entière était bouleversée par la guerre, l'ennemi avait coupé les vivres, le roi, assiégé de tous côtés, était au moment de se rendre. L'eau manquant absolument et le temps ne promettant pis de pluie, il fallait mettre bas les armes ou mourir de soif, hommes et chevaux.

Xavier plein de confiance demande à se présenter devant le roi, offrant de lui procurer l'eau qui doit redonner à son. armée la force et la vie prêtes à leur échapper. Le roi le reçoit avec empressement :

« Je suis venu, lui dit notre saint, pour vous annoncer le Dieu qui est le Seigneur et le Maître de la nature, et qui peut à sa volonté ouvrir les sources du ciel et faire tomber la pluie sur la terre. Permettez que j'élève ici une croix, ayez confiance dans le Dieu que je prêche, et promettez-moi de reconnaître son nom et de vous soumettre à sa loi, s'il vous accorde la pluie que je vais lui demander pour vous. »

Le roi aurait tout promis en ce moment; il donna sa parole et permit l'élévation de la croix. Xavier la fait planter sur le point culminant ale la plus haute montagne, et, au milieu de la foule que ce spectacle avait attiré, il implore à haute voix les miséricordes célestes par les mérites du Sauveur crucifié, et sollicite un peu d'eau pour le salut de ces âmes à qui Jésus-Christ a donné tout son sang.

Et voilà que le ciel se couvre et qu'une pluie abondante tombe pendant trois jours sur ce peuple altéré !

Les ennemis lèvent le siège, le calme se fait, la parole bénie de l’illustre apôtre est comprise et fructifie, et, l'île entière, arrachée à l'enfer, est soumise à la loi évangélique et donnée à l'Église de Jésus-Christ.

Le même succès couronne les mêmes prédications dans toutes les îles environnantes, et l'infatigable Xavier retourne à Amboine, où il s'embarque pour Ternate.

Il partait sur un vaisseau indien, appelé Caracore, allant de conserve avec un navire appartenant à Joam Galvam, marchand portugais, et dont le précieux chargement était toute la fortune. Entrés dans le golfe de quatre-vingt-dix lieues d'étendue, et dangereux en tout temps, les deux vaisseaux sont séparés par la tempête; celui qui porte le «vase d'élection» échappe aux plus grands périls et aborde à Ternate; celui de Galvam est perdu de vue.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 27 Juin 2022, 7:27 am

Dès son arrivée, François de Xavier fait entendre se puissante parole et attire à lui une foule qui s'accroît chaque jour. Le dimanche suivant, il s'arrête au milieu de son instruction, il semble se recueillir; puis il dit à ses auditeurs : «Mes frères, priez pour Joam Galvam qui a péri dans le golfe ! »

Trois jours après, le corps de Galvam et les débris de son navire étaient rejetés par les vagues sur le rivage de Ternate. Notre humble apôtre, convaincu qu'il n'avait été préservé du même sort que par un miracle de la bonté divine, écrivait aux Pères de la Compagnie de Jésus, à Rome

« ... Notre navire, emporté par la tempête, fut jeté sur un banc de sable qu'il sillonna de la cale et du gouvernail, l'espace d'une lieue. Si dans ce moment nous eussions rencontré un rocher à fleur d'eau, notre perte eût été infaillible: cette seule crainte avait jeté une terreur mortelle dans tout l'équipage. Que j'ai vu couler des larmes ! que j'ai entendu de cris et de sanglots ! Car chacun s'attendait à périr d'un instant à l'autre. Mais Dieu dans sa miséricorde, voulut seulement nous éprouver et nous dévoiler l'étendue de son pouvoir en même temps que l'insuffisance de nos moyens et la faiblesse de notre intelligence. Lorsque nous aurons compris la vanité des espérances fondées sur l'homme, nous aurons une confiance absolue dans celui qui peut seul dissiper les dangers que nous courons à son service. Nous comprendrons alors que la nature entière repose dans sa main et que les terreurs qu'il nous inspire quelquefois, sont bien au-dessous des joies célestes dont il inonde, dans le moment même, ceux qui bravent les périls et la mort pour la gloire de son saint nom ! La mort n'a plus d'horreur pour l'âme qui jouit en paix de ces divines consolations ! Je ne sais comment cela se fait; mais lorsque le danger est passé, bien que j'en sois encore tout étourdi et que je manque d'expressions pour le peindre, il me reste un souvenir délicieux de la bonté divine, qui nuit et jour me porte à entreprendre avec courage et à supporter patiemment les travaux les plus pénibles et les plus périlleux. Ce souvenir tient mon âme dans un respect profond et nourrit en moi l'espérance que, dans son infinie miséricorde, Dieu ne cessera de me donner la force et le courage de travailler à son service avec constance et fidélité... »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 28 Juin 2022, 6:50 am

Dans ses fréquents voyages sur mer, notre
saint conservait un calme qui excitait la
confiance et l'admiration de l'équipage et
des passagers. Dès que la tempête s'élevait,
il faisait un appel aux consciences, il exhortait
tout le monde à se préparer à la mort, et il
entendait les confessions; puis il se mettait en
oraison et y restait aussi longtemps que durait
la tourmente, à moins qu'on ne fit un appel à
son ministère ; alors, il sortait de sa
contemplation à l'instant même, et y retournait
aussitôt après ce devoir accompli.

L'île de Ternate était plus vicieuse encore que
Malacca; mais la parole de notre grand. apôtre,
toujours bénie, toujours féconde, y produisit des
fruits merveilleux de conversion et pénitence.
Peu de jours après avoir annoncé la mort de
Galvam à ses auditeurs, François de Xavier, disant
la messe, se retournait pour dire : Orate fratres,
lorsque, subitement éclairé d'en haut, il ajoute, en
langue vulgaire : « Priez aussi pour Joam d'Arauzo
qui vient de mourir à Amboine. »


A dix jours de là, un vaisseau d'Amboine apportait
la nouvelle de cette mort; on ajoutait que d'Arauzo
ne laissant pas d'héritiers, ses biens étaient
distribués aux pauvres, conformément à la loi.

Ces deux prédictions, si promptement justifiées par
les événements, contribuèrent puissamment aux
étonnants succès des prédications de Xavier. Il ne
sortait presque plus du confessionnal que pour
prêcher, catéchiser ou administrer les sacrements.
On se demandait comment il pouvait suffire à de
tels travaux, et on était forcé de reconnaître qu'il
n'était possible de les soutenir que par l'effet d'un
miracle permanent.

Néachile, reine de Ternate, et détrônée par
les Portugais, avait senti redoubler sa haine
contre les chrétiens, par l'effet de l'injustice
dont elle était victime. Mais cette princesse
entend la parole de l'apôtre de l'Orient, et
ses sentiments de haine s'affaiblissent, son
irritation se calme, son âme s'ouvre à la
lumière évangélique, Xavier la baptise, lui
donne le nom d'Isabelle, et, lui découvrant
des dispositions à la piété, il la dirige avec
soin et l'amène en peu de temps à une
grande perfection.


Ternate, entièrement renouvelée et fervente,
pouvant être privée sans danger de celui qui
l'avait ainsi régénérée, Xavier courut à
d'autres conquêtes.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 29 Juin 2022, 7:03 am

III


L'île de Célèbes, entièrement infidèle et
très-considérable par son étendue et sa
population, attirait le zèle apostolique
de notre saint; il s'y rendit, évangélisa
d'abord la ville de Tolo, la plus importante,
et bientôt il eut baptisé plus de vingt-cinq
mille habitants. Là, comme partout, il avait
fait élever des églises et planter des croix,
et, laissant ses instructions pour le maintien
de la foi, il se porta plus avant dans l'île.
Ici doit être placée l'époque de son apostolat
à Macassar; les documents font défaut pour
la date; on sait seulement qu'il prêcha dans
cette capitale avec un tel succès, qu'il baptisa
le roi et sa famille. La princesse Éléonore,
fille du roi de Macassar, amenée par les
circonstances dans la ville de Malacca, entretint
souvent dona Joana de Mello, femme du
gouverneur, des prodiges opérés par François
de Xavier dans la capitale de l'île de Célèbes,
prodiges dont elle conservait le souvenir, bien
qu'elle ne pût en préciser la date.

Pendant que l'apôtre étendait le règne de
Jésus-Christ dans les principales villes de cette
île, on vient lui annoncer que le roi de Tolo, qui
avait refusé de renoncer à ses dieux pour vivre
plus commodément au gré de ses passions,
faisait détruire les églises et renverser les croix;
on ajoutait qu'il forçait les néophytes à fouler aux
pieds les croix abattues, et que la terreur
dominait tous les esprits.

A cette nouvelle, le zèle de Xavier s'enflamme.
Il réunit ses amis portugais, au nombre de huit
seulement:

Laisserons-nous impuni un tel attentat à la
Majesté divine? leur dit-il; mériterions-nous le
glorieux titre de soldats de Jésus-Christ, si
nous ne marchions à sa défense, si nous ne
savions faire respecter sa loi et châtier les
révoltés de son empire ? Partons ! prenons les
quatre cents chrétiens indigènes qui nous
entourent, allons attaquer le roi dans sa place
forte de Tolo, sans tenir compte de la multitude
de ses guerriers ! Que nous importe le nombre !
Dieu est avec nous; je vous promets la victoire !...

Marchons, mon Père ! répondent tous les
Portugais; nous sommes prêts à donner notre
sang et notre vie s'il le faut sur un seul de vos
ordres !


Le saint apôtre les embrasse, les presse sur
son cœur, leur assure encore la plus éclatante
victoire, et les remplit d'enthousiasme. La petite
armée est promptement organisée, on marche
sur Tolo, et on n'en était plus éloigné que par
une courte distance, lorsque le grand Xavier
s'arrête et se prosterne pour prier. Sa petite
troupe s'arrête et prie, elle aussi, heureuse et
fière de se voir commander par un tel chef.
Au même instant, il se fait une effroyable
détonation... et les flammes du plus violent
incendie couvrent la ville et la dévorent ! Tolo est
dominée par une montagne... Cette montagne
vient tout à coup de s'entr'ouvrir, et elle lance,
avec la plus désespérante impétuosité, et la
pierre et la cendre, et la lave brûlante et le soufre
enflammé ! Des quartiers de roche volent en
éclats et tombent sur les habitations qu'ils écrasent
et engloutissent ! La terre tremble, le sol menace
de manquer sous les pieds des habitants qui
s'enfuient et vont chercher un abri dans les forêts.
L'amoncellement de pierres et de lave, qui ne cesse
de sortir du volcan, dépasse bientôt en hauteur les
murailles de la ville où il ne reste plus un seul
indigène !...


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 30 Juin 2022, 6:46 am

Enfin, le fléau cesse de frapper, le Père de Xavier et ses soldats entrent dans la place et s'en rendent maîtres facilement. Alors les coupables viennent tomber aux pieds du grand apôtre, ils confessent publiquement leurs crimes, ils en obtiennent le pardon, et la pénitence à laquelle il se soumettent prouve la sincérité de leur repentir Célèbes était conquise ; la foi y était vive et ardente; Xavier se remit en mer, retourna à Ternate et se disposa à porter ailleurs le nom de Jésus-Christ.


« ... A soixante et dix lieues environ, au-delà des Moluques, écrivait-il à ses frères de Rome, est une contrée qu'on appelle Morique, où la religion chrétienne fut prêchée il y a longtemps, mais, faute de prêtres; elle s'y est éteinte, et ces peuples sont retombés dans leur ignorance et leur barbarie primitives. Ce pays, riche et fertile, est le plus inhospitalier qui soit sous le ciel. C'est avec du poison que les naturels accueillent les étrangers, ce qui a éloigné tous les missionnaires de leurs côtes depuis très-longtemps. Néanmoins, en considération des besoins spirituels de ce peuple, d'autant plus à plaindre que ses crimes sont la conséquence de son ignorance et de l'absence de notre religion et de ses sacrements, je suis résolu de tenter cette conquête au péril de ma vie, armé de ma seule espérance en Dieu, et de suivre avec le secours de sa grâce cet avis de mon Maître: Celui qui voudra sauver son âme la perdra, et celui qui la perdra pour moi la sauvera.


« ... Mes amis font tous leurs efforts pour me détourner de cette périlleuse entreprise; ils ont joint à leurs larmes et à leurs prières les tableaux les plus effrayants, et me trouvant inaccessible à toute représentation, ils ont eu recours à un autre expédient; ils m'ont fait provision de contre-poisons de toute espèce ; chacun m'apportait et me vantait le sien. Pour mettre tout le monde d'accord et ne point faire de jaloux, j'ai refusé toutes ces drogues et ne veux d'autre provision et d'autre antidote que la confiance en Dieu, qui pourrait bien s'altérer en moi par les préservatifs de la science humaine. J'ai donc remercié affectueusement tous mes amis en leur demandant le meilleur et le plus efficace de tous les contre-poisons : le secours de leurs prières... »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 11 Juil 2022, 8:36 am

Les amis de notre Saint ne pouvant ébranler sa fermeté, le gouverneur de Ternate, don Jordano de Freitas, rendit un édit portant les peines les plus sévères « contre le capitaine qui recevrait à son bord le Père Franscisco de Xavier, en destination pour la Morique, ou île du More (1). »

A cette nouvelle, l'héroïque apôtre va se présenter devant le gouverneur en audience publique, et, n'écoutant que son zèle, il lui dit avec le ton de noblesse qui lui était naturel, et la dignité que nous lui connaissons:


Je vous suis reconnaissant, senhor, d'une mesure que vous avez jugé devoir prendre dans mon seul intérêt, mais, je vous le demande et à tous ceux de mes amis qui sont présents ici, croyez-vous donc que la puissance de Dieu soit bornée? Vous avez une bien faible idée de la grâce du divin Sauveur! Y a-t-il donc des cœurs qui puissent résister à la vertu du Très-Haut, quand il lui plaît de les toucher et de les changer? Cette vertu, également douce et forte, peut faire fleurir le bois mort et, du sein des pierres, faire naître des enfants d'Abraham ! Quoi ! Celui qui a soumis le monde à l'empire de la Croix par le ministère des apôtres, ne pourrait pas y soumettre un point de la terre? Les seules îles du More seraient privées du bienfait de la Rédemption? Quand Jésus-Christ offrit toutes les nations au Père Eternel, comme son héritage, ces peuples auraient-ils été exceptés ? Ils sont les plus barbares, je le veux bien; mais le fussent-ils davantage encore, c'est parce que je ne puis rien par moi-même que j'espère beaucoup d'eux. « Je puis tout en Celui qui me fortifie, » et de qui seul vient la force des ouvriers évangéliques ! »


------------


1 Gilolo et les Iles qui l'environnent.



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 12 Juil 2022, 9:13 am

Il y avait une telle inspiration dans l'expression du céleste visage de Xavier, que tout le monde l'écoutait sans oser l'interrompre, malgré le déchirement que chacune de ses paroles produisait dans les cœurs dont il était si tendrement aimé. Ses auditeurs étaient ses amis, et ils n'avaient pas dépouillé tout sentiment humain comme celui qu'ils aimaient et vénéraient si profondément! L'apôtre tant aimé continua :

« Les nations moins sauvages et moins cruelles ne manqueront pas de prédicateurs ! Les îles du More sont pour moi, puisque personne n'en veut ! Ah ! si elles renfermaient des mines d'or, des bois odoriférants, des richesses précieuses, les chrétiens sauraient trouver le courage d'affronter les dangers ! rien ne les épouvanterait ! Mais il n'y a que des âmes à gagner et, pour acquérir ce trésor, ils n'ont que de l'indifférence, de la timidité,... de la lâcheté ! Faut-il clone, je vous le demande, que la charité soit moins courageuse, moins généreuse que la cupidité et l'ambition? Ils me feront mourir, dites-vous, par le fer ou par le poison !... Cette grâce n'est pas pour un pécheur comme moi ! mais j'ose bien vous dire que, quel que soit le genre de tourment ou de mort qui m'attend, je suis prêt à souffrir mille fois davantage pour le salut d'une seule âme. Eh ! si j'avais le bonheur de mourir de leurs mains, peut-être adoreraient-ils tous le nom de Jésus-Christ ! Depuis, la naissance de l'Eglise, l'Evangile a fructifié, dans les terres incultes du paganisme, bien plus par le sang des martyrs que par les sueurs des missionnaires. Il n'y a donc rien à redouter pour moi dans les îles du More; d'ailleurs Dieu m'y appelle, les hommes ne m'empêcheront pas d'obéir à sa voix! »

Les larmes coulaient de tous les yeux. L'aimable et saint apôtre était si aimé à Ternate que, l'édit retiré; chacun brigua la faveur d'accompagner Xavier aux îles du More, et les instances furent si pressantes, qu'il se vit forcé d'accepter quelques-uns de ses amis, et de consoler ceux qu'il ne pouvait emmener. La population couvrait la plage au moment de son embarquement, l'air retentissait des cris et des sanglots des Indiens, chacun le voyait courir à une mort inévitable, on le pleurait comme on aurait pleuré le père le plus tendre. Xavier était ému; des larmes s'échappaient aussi de ses yeux, mais c'était la douleur du peuple qui les faisait couler : il était l'objet de cette vive douleur, il voyait combien il était chéri de cette foule qu'il venait d'arracher au démon et de donner à Jésus-Christ, et le cœur de notre saint ne pouvait qu'être vivement touché de tant de reconnaissance, de tant d'amour. Debout sur le tillac, il appela les bénédictions célestes sur ce cher troupeau dont il était le pasteur et le père, on donna le signal, l'ancre fut levée, et la foule agenouillée sur la plage se releva, gravit les falaises et y demeura aussi longtemps qu'il lui fait possible de distinguer le bâtiment qui emportait l'objet vénéré de ses regrets les plus vifs, de sa sollicitude la plus douloureuse. Nul n'espérait le revoir jamais en cette vie.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 13 Juil 2022, 8:10 am

IV



« Dieu m'appelle aux îles du More » avait dit l'illustre apôtre au gouverneur de Ternate et à ceux qui se trouvaient réunis chez lui en ce moment. Dieu l'appelait en effet, il ne tarda pas à le prouver.

La navigation fut courte et heureuse, le vent constamment favorable, la mer douce et calme; jamais traversée ne fut aussi facile, aussi exempte de toute crainte. Dans un moment de ravissement, Xavier fit entendre un cri de douleur qui attira l'attention de l'équipage. On l'avait laissé en oraison; on court à lui, on l'entend prononcer distinctement :

« Seigneur Jésus !... On égorge ces pauvres gens ! » Et son regard, fixé sur un point de la mer, restait immobile :

            Qu'est-ce donc, Père Francisco ! que voyez-vous? qui donc égorge-t-on ? lui demande un de ses amis. Le saint est en extase, il n'entend pas, il ne répond pas, son regard reste fixé sur le même point, un rayon céleste semble s'en échapper. Ses amis, après l'avoir contemplé quelques instants avec admiration, le laissent de nouveau et se retirent pénétrés de respect. Lorsque le saint Père sortit de son ravissement et revint à la terre, on lui adressa de nouvelles questions sur le cri de douleur et les paroles étranges qui lui étaient échappés.' Son humilité s'en effraya; il n'y répondit pas, et détourna la conversation avec sa grâce et son charme ordinaires. Mais bientôt on arrive à une des îles du More, et on voit liait cadavres de Portugais dont le sang ruisselait encore !... les naturels de l'île venaient de les massacrer et les avaient abandonnés sur le rivage ! On leur donna la sépulture, avec la conviction que c'étaient là les « pauvres gens » que le saint Père avait vu égorger.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 14 Juil 2022, 8:05 am

Ce devoir accompli, Xavier, accompagné de ses amis, avance avec assurance jusqu'au premier village. A la vue des Européens, les naturels s'enfuient, persuadés qu'on veut leur demander compte du sang portugais qu'ils viennent de répandre. Le saint apôtre trouve un moyen de les rappeler: de sa voix la plus douce il chante la doctrine chrétienne. La voix de Xavier était pure, harmonieuse, sympathique comme une voix aimée. Les insulaires s'arrêtent, ils écoutent, ils se retournent vers celui qui charme leurs oreilles et fait vibrer dans leurs cœurs une corde inconnue jusqu'alors. En portant leurs yeux étonnés sur le doux visage de Xavier, ils rencontrent son regard attractif, magnétique, auquel si peu d'Indiens résistaient, et ils viennent à lui, attirés invinciblement. L'aimable saint leur tend les bras en avançant vers eux; il les embrasse, leur dit le désir qu'il éprouvait depuis longtemps de venir leur apporter le bonheur de la vie présente et le bonheur de la vie future.... ... Et il est écouté, il est accueilli, il est aimé !

« Ce ne sont plus les îles du More, disait-il; ce sont les îles de la divine Espérance ! »
 
Il ne se trompait pas; il eut un succès prodigieux dans toute la contrée appelée alors la Morique. Il y souffrit de grandes privations parmi ces sauvages fut même poursuivi par la haine de quelques-uns; mais la docilité du plus grand nombre, le bonheur d'avoir vaincu ces peuples dont on n'osait approcher, et d'avoir établi dans ce pays redouté l'empire de la croix, le règne de Jésus-Christ, étaient pour le coeur apostolique de notre saint des sources de consolations qu'il ne pouvait exprimer. Il écrivait à ses frères :
 
« ... Tous les dangers auxquels on est exposé ici, toutes les privations et incommodités qu'on y éprouve pour la gloire de Notre-Seigneur Jésus-Christ, sont autant de trésors où l'on puise d'immenses consolations. Les larmes qu'on y répand sont si délicieuses, que je ne me souviens pas d'avoir éprouvé des joies intérieures comparables ! Je n'ai jamais supporté avec autant de facilité les travaux dont j'ai été accablé ; jamais je n'ai bravé les périls avec autant d'intrépidité ! Et pourtant, j'étais entouré d'abord d'ennemis furieux et du naturel le plus féroce, dans les îles dénuées de tous nos moyens habituels d'existence, et qui n'offrent de ressources ni dans l'état de santé, ni dans l'état de maladie. Le vrai nom de ces îles doit être celui de la divine Espérance.

« On y rencontre toute race de sauvages appelés Javares, qui croient acquérir l'immortalité en tuant les chrétiens qu'ils rencontrent. A défaut de sang étranger, ils versent celui de leurs femmes et de leurs enfants ; mais ils sont altérés surtout du sang chrétien.

« Une de ces îles est constamment agitée par des tremblements de terre; tantôt elle est enveloppée dans des tourbillons de cendres et de fumée lancés par les volcans, tantôt elle est éclairée par les flammes jaillissant de ces gouffres effrayants. Les insulaires prétendent que leur île est un immense foyer qui consume le rocher même sur lequel leur bourgade est assise. Cela parait vraisemblable, car dans les fréquentes explosions de ces volcans on voit d'énormes masses de rochers lancées dans les airs à une hauteur prodigieuse, et, dans les temps d'orage, les cavernes et les creux de ces rochers répandent dans les campagnes de telles quantités de cendres brûlantes, que les ouvriers des champs en sont défigurés.....

« .... Le jour de Saint-Michel, pendant ma messe, il y eut un tremblement de terre si violent, que je crus l'autel renversé. Il me vint alors la pensée qu'il se livrait un combat entre ce valeureux archange et les démons de ces îles qu'il refoulait dans leurs affreux repaires....

 
Les insulaires qui assistaient au saint sacrifice, s'enfuirent précipitamment, craignant d'être engloutis s'ils demeuraient jusqu'à la fin; leur saint apôtre resta seul à l'autel, et acheva le sacrifice.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Ven 15 Juil 2022, 7:06 am

En trois mois l'héroïque Xavier, que les Moréens regardaient comme un être surnaturel, avait fait à Dieu la difficile conquête de ce groupe d'îles, malgré les moyens employés par quelques rebelles pour lui nuire et arrêter ses succès. Ils tentèrent même de lui ôter la vie; mais la Providence le sauva toujours des pièges que lui tendit l'enfer. Quelques-uns de ces sauvages le poursuivant un jour, le saint se trouve arrêté par une large rivière; il voit près de lui une longue perche, il la jette en travers, il s'aventure sur ce faible pont, confiant dans la protection divine, et il est sauvé.

Le moment était venu de quitter les Moréens; il leur laissa ses instructions et revint à Ternate où il fut reçu avec les démonstrations de la joie la plus vive. Dès le lendemain son confessionnal était envahi avec le même empressement qu'avant son départ; on ne lui laissait plus un seul instant de loisir. Heureux des dispositions de ses chers Ternatins, le saint apôtre, qui ne voulait de repos que celui de l'éternité, se prêta aux désirs de chacun, et reprit ses travaux habituels. Tous les habitants de Ternate, sans exception, s'approchèrent des sacrements avec la plus fervente piété. Après leur avoir donné trois mois, le grand Xavier se sépara d'eux pour retourner à Malacca, et de là au cap Comorin, revoir ses chers Palawars, ses premiers enfants indiens. Il voulait aussi faire un voyage à Goa pour les intérêts de la Compagnie de Jésus dans les Indes, car elle commençait à s'y accroître de manière à donner les plus belles espérances.

Ce second départ de Ternate déchira le cœur de Xavier; il mandait à la Compagnie de Jésus :
 
« ... Afin de me soustraire aux pleurs et aux cris de mes chers néophytes, je voulais profiter du silence et de l'obscurité de la nuit pour m'embarquer. Ne voilà-t-il pas que mon projet est éventé, qu'on le fait circuler tout bas, et qu'au moment, je me trouve assailli par tous les enfants que je venais d'engendrer à Jésus-Christ ! J'avoue ma faiblesse, je fus saisi de douleur à la vue de ce cher troupeau que mon absence pouvait exposer à devenir la proie de l'enfer ! Je leur recommandai de s'assembler dans une église, d'y répéter et d'y chanter le catéchisme comme si j'y étais, et de l'apprendre par coeur. Un prêtre très-précieux, mon sincère ami, nous consola en nous promettant de se charger de diriger ces exercices comme je les ai établis.... »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Sam 16 Juil 2022, 6:56 am

Quelle sensibilité dans ce coeur d'apôtre! et qu'il y a de simplicité, de douceur et de charme dans la manière naïve dont ce grand et magnifique conquérant exprime le bien que fait la promesse du prêtre qui doit le remplacer : « il nous consola. » Son humilité ne lui permet pas de penser que ses chers néophytes regretteront autant sa personne bien qu'un autre leur donne les mêmes soins; il semble ignorer la puissance de moyens que Dieu a mise en lui.

Notre saint emmenait au collège de Goa trente jeunes Indiens pour y être élevés et instruits de manière à entretenir la foi aux Moluques lorsqu'ils y seraient retournés.

Au moment où le vaisseau qui portait l'apôtre vénéré leva l'ancre, un cri de désolation s'éleva de la plage et retentit au fond du cœur si aimant de Xavier; de nouvelles larmes s'échappèrent de ses yeux, il se retira, alla se mettre en oraison et offrit à Dieu sa douleur et ses vœux pour le cher troupeau dont la divine volonté le séparait.

Arrivé à Amboine, François de Xavier s'y arrêta quelques jours pour raviver la ferveur de ses néophytes. Quatre vaisseaux portugais se trouvaient en rade; il en visita l'équipage et fit dresser une chapelle sur le rivage :

« Je passai vingt jours au milieu des matelots et des soldats, écrivait-il; je leur fis trois sermons, j'en confessai plusieurs, je terminai leurs différends et leur dis pour adieu : La paix soit avec vous. »


Un jour pendant qu'il prêchait ces équipages, il s'interrompit et leur dit après un instant de silence :

« Priez pour Diogo Gillos; recommandez-le à Dieu, car il est à l'agonie à Ternate. »
Diogo mourut le jour même. On l'apprit quelques jours après.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Dim 17 Juil 2022, 7:35 am

Les navires portugais étant au moment de mettre à la voile pour retourner à Malacca, Xavier considéra celui qui paraissait le plus fort et qu'il savait le plus richement chargé, et s'adressant à Gonzalvo Fernandez à qui ce navire appartenait :

« Senhor Gonzalvo, lui dit-il, ce navire essayera un grand péril ! Que Dieu veuille vous en délivrer !

Au détroit de Saban, ce navire se heurte contre un écueil, les ferrements du gouvernail se rompent, la coque va être brisée infailliblement, on se prépare à se jeter à la mer...
Une vague enlève le vaisseau, le dégage et le porte au large...

Xavier n'avait-il pas dit : « Que Dieu vous en délivre ! » Dieu l'avait entendu, le vaisseau était « délivré. »

Notre saint visita tous les villages de l'île d'Amboine et fit planter une croix dans chacun; l'une de ces croix plantée par le saint lui-même, acquit dans la suite une grande célébrité à l'occasion d'un miracle que nous croyons devoir rapporter ici dans toute sa simplicité. La sécheresse désolait le pays, quelques insulaires parlaient de recourir à leurs anciennes idoles et de leur faire des offrandes pour en obtenir la pluie désirée, lorsqu'une femme s'écrie vivement :

Retourner à l'idole? Eh! que dirait le saint Père? N'avons-nous pas la croix de la rivière, et le saint Père, après l'avoir plantée, n'a-t-il pas dit: « Mes chers enfants, vous viendrez auprès de cette croix demander à notre Père qui est au ciel les choses dont vous aurez besoin, et tout ce que vous lui demanderez par les mérites de Jésus crucifié, il vous l'accordera. » Le saint Père l'a dit, et jamais il ne nous a trompés ! Avant d'aller à l'idole venez à la croix avec moi !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Lun 18 Juil 2022, 7:19 am

L'indienne entraîne ainsi tout le village au pied de la croix, elle demande à Dieu de leur accorder de la pluie, puisque le saint Père a promis qu'on obtiendrait tout ce qu'on demanderait en vertu de la crois; elle le supplie de ne pas permettre qu'on revienne à l'idole qui n'est qu'un démon. Pendant qu'elle prie avec cette simplicité de foi, le ciel se voile d'épais nuages, la pluie descend doucement et tombe sans interruption aussi longtemps qu'on en a besoin pour préparer les dommages que la sécheresse a causés.

François de Xavier quitta enfin ce bon peuple qu'i comparait souvent aux premiers chrétiens, et s'embarqua pour Malacca, où il arriva en juillet 1547. Il y trouva les Pères Joam de Beïra, Nunhez Ribeira et Nicolas Nunhez, auxquels il avait donné l'ordre de se rendre aux Moluques, et qui attendaient qu'un navire fit voile pour cette destination. Le Père Francisco Mancias avait également reçu l'ordre de partir avec eux, mais, persuadé que sa présence était nécessaire au cap Comorin et que son supérieur ne pouvait bien juger de si loin, il se dispensa d'obéir. Xavier, appréciant autrement la sainte obéissance et la regardant comme la première vertu nécessaire à un bon religieux, n'hésita pas à retrancher de la Compagnie ce membre récalcitrant.

Deux des missionnaires qui venaient en aide à l'illustre apôtre étaient arrivés à Goa avec sept autres Pères européens dont quelques-uns étaient sur la côte de la Pêcherie. Les enfants de saint Ignace s'étaient déjà multipliés au point d'en pouvoir détacher neuf à la fois pour les Indes, et Xavier en demandait encore; il en demandait toujours ! En attendant qu'un vaisseau fît voile pour les Moluques, il donna ses instructions aux trois Pères qu'il envoyait; il les forma dans la mission même de Malacca à la manière d'exercer l'apostolat dans ces pays, où tant de succès répondaient à ses incroyables labeurs, et ce fut pour lui une véritable joie que de les garder aussi longtemps; ils ne s'embarquèrent qu'à la fin d'août.

L'apôtre bien-aimé n'eut pas moins à faire pendant leur séjour à Malacca ; tout le monde voulait se confesser à lui; il mandait à ses frères de Rome :


« Ne pouvant suffire à tous, je fis des mécontents, mais je leur pardonnais volontiers leur aigreur, car ce dépit prouvait leur désir de se réconcilier avec Dieu et de mieux faire à l'avenir. »

Quelle douce charité ! quelle touchante indulgence ! Joam d'Eyro était venu d'Amboine avec notre saint, et, sans le lui dire, il avait accepté une somme considérable qu'un riche Portugais lui avait donnée pour fournir aux besoins du saint Père ; mais il était difficile de cacher une chose de ce genre à celui crue Dieu éclairait si bien.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mar 19 Juil 2022, 7:42 am

Xavier, qui voulait vivre de la pauvreté évangélique dans toute sa rigueur, trouva l'action de Joam d'Eyro si coupable, qu'il jugea devoir le punir sévèrement. Il lui ordonna de se rendre dans une petite île déserte, voisine de Malacca, d'y jeûner au pain et à l'eau, et d'y passer ses journées en oraison. Il ajouta :

Un tel acte d'avarice est une injure faite à la pauvreté évangélique; elle doit être expiée ! Allez ! et ne revenez pas avant que je ne vous rappelle !

Joam d'Eyro aimait le saint Père d'une si tendre affection, qu'il n'eut pas la pensée de résister, il n'hésita même pas; il le quitta sur le moment, fit sa provision de pain, alla se reléguer dans la solitude désignée, et y vécut conformément à l'ordre qu'il avait reçu.

Un jour, pendant son oraison, la divine Marie se montre à lui avec un visage sévère; il veut s'en approcher... elle le repousse, lui dit qu'il ne doit pas prétendre à l'honneur d'entrer dans la Compagnie de Jésus, et disparaît.

D'Eyro, rappelé peu de jours après par François de Xavier, ne lui parle pas de sa vision; mais Xavier la lui raconte dans tous ses détails. D'Eyro, qui depuis longtemps avait le désir d'entrer dans la Compagnie, crut pouvoir nier la chose en cherchant à se persuader qu'elle n'était qu'un rêve et pour lui et pour Xavier; il nia donc résolument.

Allez ! lui dit notre saint; je sais à quoi m'en tenir là-dessus. Vous manquez de sincérité et vous aimez l'argent; nous ne pouvons plus vivre ensemble; séparons-nous donc. Cependant, je veux que vous sachiez, pour votre consolation, que Dieu vous éclairera et vous accordera la faveur de vous recevoir un jour dans l'Ordre de Saint-François (1).


------------


1 Cette prédiction s'accomplit, comme toutes celles de l'illustre Xavier. Joam d'Eyro était religieux de l'Ordre de Saint François, et y vivait très-saintement, à l'époque où on fit les informations juridiques dans les Indes pour la canonisation du grand apôtre, informations dans lesquelles il apporta son témoignage, et donna sous serment tous les détails le concernant personnellement et que nous avons rapportés.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Mer 20 Juil 2022, 6:52 am

« Aux armes! aux armes ! au secours de la place! l'ennemi est aux portes! Aux armes! braves Portugais; aux armes ! braves Indiens ! aux armes ! »

Ce cri d'alarme retentissait soudainement au milieu du silence de la nuit, dans les rues de Malacca, le 9 octobre 1547.

Chacun s'épouvante et court aux armes; il était deux  heures du matin. L'air semblait enflammé; une lueur sinistre éclairait la ville tout entière; des cris éloignés, joyeux et prolongés comme des cris de victoire, et multipliés par de nombreux échos, se mêlaient au bruit des décharges successives d'une formidable artillerie.

Hommes, femmes, enfants, Indiens, Portugais, toute la population est sur pied en un instant. Chacun veut savoir le danger dont il est menacé; on court vers le port... Il est en feu ! Tous les navires en rade sont la proie des flammes, et l'incendie qui dévore ce riche moyen de défense, laisse la ville en proie aux barbares qui l'attaquent ainsi traîtreusement !  Cependant elle veut se défendre de l'intérieur le plus longtemps possible, et parvient à repousser les assaillants qui montaient fièrement à l'assaut et comptaient occuper la forteresse avant le jour.

Au lever du soleil, sept pauvres pêcheurs rentrent dans la ville; ils avaient été surpris par l'ennemi, on leur avait coupé le nez et les oreilles, et on les renvoyait ainsi avec une lettre du général en chef de l'armée musulmane, adressée à don Francisco de Mello, gouverneur de Malacca.

Cette lettré mérite d'être rapportée; la voici :


« Bajaja Soora, qui ai l'honneur de porter dans des vases d'or le riz du grand soudan Alaradin roi d'Achem et des terres que baignent les deux mers, je t'ordonne d'écrire à ton roi que je suis ici malgré lui, jetant la terreur dans sa forteresse par mole fier rugissement, et que j'y serai tant qu'il me plaira.

J'en prends à témoin non-seulement les nations qui l'habitent, mais tous les éléments jusqu'au ciel de la lune, et je leur déclare, par les paroles de ma bouche; que ton roi est sans valeur et sans renommée, que ses étendards abattus ne pourront jamais se relever sans la permission de celui qui l'a vaincu aujourd'hui; que, par la victoire que nous avons remportée, mon roi tient sous ses pieds la tête du tien, qui est dès ce moment son sujet, sous esclave et afin que tu confesses toi-même cette vérité, je te défie au combat dans le lieu où je suis, si tu te sens assez de courage pour oser me résister. »


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER - Page 7 Empty Re: HISTOIRE DE SAINT FRANCOIS DE XAVIER

Message  Monique Jeu 21 Juil 2022, 7:57 am


Le gouverneur ne se fût nullement inquiété de cette lettre, s'il eût pu disposer de sa flotte ; mais tous les vaisseaux portugais étant détruits par les brûlots ennemis, il ne pouvait accepter de combat sur mer; la situation était embarrassante; il fit demander au Père de Xavier de venir aider de ses avis le conseil réuni chez lui. François de Xavier venait de dire la messe à Notre-Dame du Mont; il se rend à l'invitation de don Francisco de Mello, qui lui donne lecture de la lettre de Soora, et lui demande son opinion, Xavier, qui suivant l'expression de M. Crétineau-Joly, « avait du vieux sang d'Hidalgo dans les veines » lui répondit :

Senhor, le soudan est bien plus ennemi du christianisme que du Portugal. Pour l'honneur de la religion chrétienne, il faut accepter le combat; une telle insulte ne peut rester impunie ! Si vous supportez cette injure de la part de ce roi musulman, que n'oseront pas tous les autres? Non ! non ! il faut accepter le défi, et prouver aux infidèles que le Créateur du ciel et de la terre est plus puissant que leur roi Alaradin.

Mais, mon Père, comment voulez-vous que nous prenions la mer ? Quels navires voulez-vous que nous montions ? De huit qui étaient en rade, il ne reste plus que quatre coques de fustes brisées ! et seraient-elles en état de service, que serait-ce contre une flotte si nombreuse ?


Quand les infidèles auraient un nombre de vaisseaux plus considérable encore, répondit Xavier, ne sommes-nous pas les plus forts, ayant le ciel pour nous? Et si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Pouvons-nous être vaincus en combattant au nom du Seigneur Jésus?

Ces quelques paroles, le grand Xavier les avait prononcées avec un ton d'inspiration qui ne permettait pas d'hésiter sur le parti à prendre. On se rend à l'arsenal, François de Xavier conduit et encourage tout le monde : on trouve une barque, appelée Catur, en bon état, il la destine au combat. Il y a sept fustes hors de service, il décide qu'elles peuvent être radoubées; mais Edouardo Barretto, capitaine des armements, déclare la chose impossible :

Les magasins du roi, dit-il, manquent en ce moment de tout ce qui est nécessaire au radoub et à l'équipement; d'ailleurs le coffre de réserve est sans argent.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum