DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

3 participants

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Lun 01 Mar 2021, 9:03 am

Beaucoup de ces martyrs marchaient
sur des charbons ardents et la pensée
des joies du ciel leur faisait penser à
des roses parfumées. Saint Paul a été
trois fois enlevé au ciel ; qu'il soit
dans le corps ou hors du corps, il ne le
savait pas,1 mais ce qu'il y voyait, il
ne trouvait jamais les mots pour
l'exprimer. Nous nous réjouissons
souvent d'une belle scène, par exemple,
le soleil qui se lève par une belle journée
de printemps. Après l'hiver maussade, le
printemps nous semble merveilleusement
beau, alors qu'il fait éclore les premières
fleurs, et les oiseaux  qui nous avaient
abandonnés pendant la saison hivernale
se font à nouveau entendre dans les
champs ; nous avons alors souvent le
sentiment que nous souhaiterions que ce
soit toujours le printemps. La terre dans
toute sa beauté n'est, après tout, que
l'œuvre de la main de Dieu. "Il a ordonné
et ils ont été créés. 2 Comme il doit être
beau, celui qui a fait toutes ces choses
de beauté ! Comme nous aimons être en
compagnie de ceux que nous aimons, nos
parents, nos frères et sœurs, nos
camarades d'école, nos camarades de jeu ;
mais que sont-ils tous comparés à Dieu
qui est le plus gentil et le plus aimant ? Le
ciel que nous devons mériter par les
bonnes œuvres, fruit de la grâce
sanctifiante, consiste à voir et à posséder
Dieu pour l'éternité. Il n'y aura pas de
larmes, pas de tristesse, pas de séparation,
pas de peur, pas de souffrance d'aucune
sorte, mais seulement du bonheur, de la joie
et de la gloire pour toujours et à jamais. J'ai
dit : "Vous êtes des dieux, et vous êtes les
fils du Très-Haut."
3 Et cette gloire et ce
bonheur, nous pouvons les gagner par la
prière, le jeûne, l'aumône, en un mot, par
les bonnes œuvres !


1 2 Cor. 12.
2 Psalm 32. 9.
3 Psalm 81. 6.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Dim 07 Mar 2021, 8:38 am

Comment se fait-il que les bonnes œuvres
aient une si grande valeur qu'elles nous
permettent de mériter la gloire du ciel et la
possession de Dieu lui-même ? La valeur
ne vient pas de nous. Nous ne pouvons
rien faire de nous-mêmes ; la valeur vient
de la grâce de Dieu. "Je suis la vigne, vous
les sarments. Celui qui demeure en moi et
moi en lui, celui-là même porte beaucoup
de fruit ; car sans moi vous ne pouvez rien
faire".
1 Ce sont seulement ceux qui sont
unis à Jésus par la grâce sanctifiante qui
portent beaucoup de fruits ; ceux qui ne
sont pas des sarments de Lui, la vigne, ne
peuvent rien faire pour mériter le ciel ; ils
ne reçoivent pas la vie de Lui, et sont
morts. C'est par la grâce que nous
sommes unis au Christ, comme le
sarment est uni à la vigne ;  par la
grâce, nous nous unissons à Jésus,
comme les membres s'unissent au corps.
Par la grâce, nous sommes des branches
vivantes et des membres vivants du
Christ. De lui, la vie coule en nous,
comme la sève vivifiante coule de la vigne
dans les sarments. Jésus est le vrai Dieu
et ses œuvres ont pour cette raison une
valeur infinie.
Depuis lors, par la grâce,
nous participons à sa vie et agissons par
la force qui vient de sa grâce, nos œuvres
aussi deviennent très précieuses, afin que
par elles nous puissions mériter le
bonheur éternel du ciel. Lorsque nous
sommes en état de grâce, nous agissons
comme les membres de Jésus-Christ, et
cela donne de la valeur à nos œuvres, qui
n'auraient pas en elles-mêmes le pouvoir
de mériter une récompense dans l'ordre
surnaturel. Nous voyons ainsi que notre
principal souci dans cette vie est de
rester unis à Jésus par la grâce
sanctifiante, et donc d'éviter tout ce qui
pourrait rompre ce lien qui nous unit à  
Lui.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Ven 12 Mar 2021, 7:44 am

Le Christ Lui-même ne désire rien de plus ardent
que de nous voir rester dans Sa grâce. Il a prié
avant sa passion et sa mort : "Père saint, garde
en ton nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils
soient un, comme nous le sommes. ... Je ne prie
pas pour que Tu les retires du monde, mais pour
que Tu les gardes du mal. ... . . Sanctifiez-les
dans la vérité. . . .Et ce n'est pas pour eux
seulement que je prie, mais aussi pour ceux qui,
par leur parole, croiront en moi, afin que tous
soient un, comme toi, Père, en moi, et moi en toi,
afin qu'eux aussi soient un en nous".
1 Ce n'est
pas notre force mais la grâce de Dieu, que nous
avons et par laquelle nous sommes unis à Dieu,
qui donne de la valeur à nos œuvres. "Tout est à
vous"
parce que "vous êtes au Christ". 2 C'est du
Christ que nous recevons la grâce qui nous rend
capables d'accomplir des œuvres bonnes et
salutaires. " Car vous connaissez la grâce de
Notre -Seigneur, Jésus-Christ, qui, étant riche,
s'est fait pauvre pour vous, afin que par sa
pauvreté vous soyez riches. "
3
" Dieu peut faire abonder en vous toute grâce,
afin que, disposant de toute suffisance en toutes
choses, vous abondiez toujours pour toute
bonne œuvre. "
4 Par le Christ,
nous sommes devenus riches en grâce, et si
nous restons dans sa grâce, nous serons riches
en bonnes œuvres, et nous abonderons ainsi
en mérites pour le ciel. La première condition
requise pour l'accomplissement de bonnes
œuvres, méritoires pour le ciel, est donc d'être
en état de grâce.


1. Jean 17. 11-21.
2. 1 Cor. 3. 22.
3. 2 Cor. 8. 9.
4. 2 Cor. 9. 8.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Jeu 18 Mar 2021, 9:21 am

En plus d'être en état de grâce, nous devons
accomplir nos bonnes œuvres avec une
bonne intention. Nous avons vu que la valeur
de nos bonnes œuvres provient des mérites
de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et donc que
nous devons être unis à Lui par la grâce
sanctifiante. Cependant, même si nous
sommes en état de grâce, nous pouvons
accomplir des œuvres, bonnes en
elles-mêmes, sans aucun bénéfice spirituel
pour nous, si nous ne les accomplissons pas
avec une intention droite. C'est l'intention que
Dieu considère principalement dans notre
bonne action.
Il est vrai qu'Il tient compte
aussi de la difficulté de l'œuvre, des peines que
nous avons prises pour l'accomplir, des
sacrifices que nous avons faits, et ainsi de suite ;
mais sans une bonne intention, toutes ces
choses n'ont aucune valeur pour le ciel.



Les Pharisiens étaient des gens ordinairement
bons : ils jeûnaient strictement, faisaient des
aumônes et récitaient de longues prières, mais
ils n'avaient pas la bonne intention ; ils faisaient
ces choses pour être vus et loués par les
hommes. Ne recevaient-ils aucune récompense
pour le bien qu'ils faisaient ? Oui, ils ont reçu la
récompense pour laquelle ils ont travaillé, les
louanges des hommes ; mais en ce qui concerne
toute autre récompense dans le ciel,
Notre-Seigneur répond : " Amen, je vous le dis,
ils ont reçu leur récompense."
1 Ils ont ont reçu
ce pour quoi ils ont travaillé, et donc n'avaient
rien à attendre de plus. Dieu ne récompensera
dans l'éternité que ceux qui travaillent pour Lui ;
ceux qui travaillent pour eux-mêmes ou pour le
monde ne recevront aucune récompense au ciel.
Ceux qui travaillent pour Lui sont ceux qui sont
en état de grâce, et qui accomplissent de bonnes
œuvres, avec l'intention de plaire à Dieu et de
gagner le ciel.



1. Matt. 6. 2.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Sam 27 Mar 2021, 7:59 am

Si une personne accomplit un bon travail, qu'il soit
aussi grande soit-elle, comme par exemple, construire
une église, et qu'elle ne le fait que pour être honorée
par les hommes comme un grand bienfaiteur, elle ne
recevra aucune récompense au ciel, parce qu'il n'a pas
travaillé pour n'avoir pas travaillé pour Dieu mais pour
sa propre réputation. Si, par contre, en construisant
une église, son intention principale est bonne, il veut
la construire pour la gloire de Dieu et contribuer à
sauver des âmes, mais, avec cette bonne intention, il
veut aussi recevoir des louanges et la reconnaissance
des hommes pour le bien qu'il a fait, il recevra sa
récompense au ciel, mais elle ne sera pas aussi grande
qu'elle l'aurait été si son intention était tout à fait pure
et non mélangée à des des motifs inférieurs.  
Cette pureté absolue d'intention, où nous ne cherchons
rien d'autre que la gloire de Dieu, est très rare parmi
les hommes. Nous sommes humains, et les motivations
humaines se glissent souvent dans nos meilleures
actions. Ce que nous devons nous efforcer de faire, c'est
de garder nos intentions aussi pures que possible, de
réprimer autant que possible l'amour de soi dans nos
actions. Moins il y aura d'amour de soi dans nos actions,
plus notre intention sera pure, plus nos bonnes œuvres
seront méritoires.
Nous voyons par là
qu'une mauvaise intention peut ruiner la meilleure
œuvre ; une intention imparfaite peut détruire une
grande partie du bien d'une œuvre faite pour Dieu ;
mais une bonne intention peut aussi donner une grande
valeur à une œuvre en soi insignifiante. C'est ce que
nous voyons dans l'exemple de la veuve dont parle
Notre Seigneur dans l'évangile. Elle n'a donné qu'une
toute petite somme d'argent, et pourtant, parce qu'elle
était pauvre et qu'elle a donné le peu qu'elle avait par
amour de Dieu, Notre-Seigneur a dit qu'elle avait
donné plus que tous les autres.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Sam 17 Avr 2021, 2:56 pm

La prière, le jeûne, l'aumône, sont en soi de bonnes
œuvres, mais une mauvaise intention peut les
rendre mauvaises, une bonne intention peut les
rendre meilleures. Manger, boire, marcher, etc., ne
sont en soi ni bons ni mauvais, mais l'intention peut
les rendre tels. Si nous n'avons d'autre intention
que de satisfaire notre faim ou de marcher pour
notre santé, nous ne méritons pas de récompense
surnaturelle ; mais si nous recevons la nourriture et la
boisson avec un cœur reconnaissant, si nous disons
les grâces avant et après les repas, si nous marchons
et faisons de l'exercice parce que Dieu veut que nous
prenions soin de notre santé afin d'être mieux à même
de le servir, alors manger, boire, marcher, etc, etc.,
deviennent des mérites du ciel parce que ces choses sont
faites pour la gloire de Dieu. " Que vous mangiez, que
vous buviez ou que vous fassiez quoi que ce soit, faites
tout pour la gloire de Dieu."
1 Les choses
indifférentes en elles-mêmes, c'est-à-dire ni bonnes ni
mauvaises, deviennent bonnes par une bonne intention.
Nous pouvons donc bien servir Dieu même dans nos
actions quotidiennes. On raconte de saint Aloysius que,
alors qu'il jouait à un jeu avec ses compagnons, l'un d'eux
demanda aux autres ce qu'ils feraient s'ils savaient qu'ils
devaient mourir dans une heure. Plusieurs d'entre eux
répondirent qu'ils iraient à la chapelle et prieraient et se
prépareraient ainsi à la mort, mais saint Aloysius dit :
"Je continuerais à jouer comme je le fais maintenant".
Il pouvait parler de cette manière parce qu'il se sentait
en état de grâce et savait qu'en jouant il faisait la volonté
de Dieu. En jouant au bon moment, il faisait ce que ses
supérieurs voulaient qu'il fasse, et donc il faisait ce que
Dieu voulait qu'il fasse ; c'était servir Dieu du mieux qu'il
pouvait pour le moment. Nous voyons donc que même
des choses comme le jeu et la récréation peuvent être de
bonnes œuvres, si elles sont faites au bon moment et
avec la bonne intention ; ces choses, au bon moment,
peuvent être aussi bonnes que la prière, et parfois même
meilleures.


1. 1 Cor. 10. 31.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Sam 01 Mai 2021, 8:09 am

La bonne intention est un moyen de transformer
les choses les plus indifférentes en actes
précieux et bons. Au Moyen-Âge, les hommes
cherchaient un moyen de transformer tous les
métaux en or ; ils l'appelaient la pierre
philosophale. La bonne intention est une telle
pierre philosophale ; tout ce que nous touchons
avec elle se transforme en or pur, oui, en
quelque chose de plus précieux que l'or. Dans la
mesure où Dieu met dans l'âme de chaque
chrétien le don de la grâce sanctifiante, il donne
à chacun le moyen de rendre ses actions les plus
simples et les plus insignifiantes dignes d'une
récompense éternelle ; il suffit de les accomplir
avec la bonne intention de servir Dieu par elles".
Marchez d'une manière digne de Dieu, en toutes
choses agréables, en étant féconds en toute
bonne œuvre"
1


Qu'est-ce qu'une bonne intention ? La meilleure
façon de décrire l'intention que nous avons de
faire quelque chose est de dire que c'est ce que
nous entendons par action. Jonathan, le fils de
Saül, a conseillé à David de se cacher de Saül
pendant un certain temps, car Saül voulait tuer
David. Il voulait bien faire avec David dans ce
conseil ; son intention était bonne. Les frères de
Joseph l'ont vendu aux Ismaélites afin de
l'écarter du chemin. Avaient-ils une bonne
intention ? Non, leur but, leur intention, était
mauvaise. Nous avons une bonne intention,
lorsque nous voulons bien faire, lorsque nous
avons un bon but. Avoir une bonne intention
dans tout ce que nous faisons signifie que nous
voulons en tout faire la volonté de Dieu, que nous
voulons le servir ; que nous voulons faire ces
choses pour honorer Dieu, pour le faire connaître
et aimer des hommes, et que nous les faisons par
amour de Dieu. Dieu a créé toutes choses ; les
anges le servent sans jamais contredire sa
volonté ; le soleil, la lune et les étoiles "
manifestent la gloire de Dieu, et le firmament
annonce l'ouvrage de ses mains ".
2


1. Col. 1. 10.
2. Psalm 18. 1.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mar 11 Mai 2021, 8:57 am

Tout ce que nous avons à faire pour agir avec une
bonne intention est de faire comme le reste de la
création, de servir Dieu et de le louer du mieux
que nous pouvons. Tout ce que nous avons à faire
est de rendre réel ce que nous disons si souvent :
"Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit". Nous
aurons cette bonne intention, si nous sommes
satisfaits de la position que Dieu nous a donnée, et
si nous essayons de l'y servir de notre mieux ; si
nous disons : " Je prendrai la place dans l'ordre
général des choses, que Dieu m'a indiquée ; par
obéissance à Lui, je remplirai de mon mieux les
devoirs de mon état de vie ; je supporterai
patiemment toutes les souffrances que Dieu
pourra m'envoyer ".
Celui qui a de telles intentions
a les bonnes intentions qui transforment toute
action en or pur.


Pour former une bonne intention, nous n'avons
pas besoin d'une longue formule de prière.
Quelques mots sincères, ou même une élévation
de nos pensées vers Dieu, suffisent. Nous
pouvons dire : " O mon Dieu, tout pour Toi", ou
utiliser d'autres mots similaires pour indiquer que
ce que nous faisons, nous voulons le faire pour
plaire à Dieu. Nous devons le faire surtout le
matin, afin de sanctifier par cette bonne intention
puissions sanctifier toute la journée. Puisque,
cependant nous oublions facilement les bonnes
résolutions que nous avons prises le matin, et que
souvent, par péché révoquer la bonne intention
formée, il est bon de renouveler de temps en
temps la bonne intention au cours de la journée.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mer 26 Mai 2021, 8:32 am

Le péché grave détourne notre âme de Dieu,
et la convertit en créatures ; ainsi la bonne
intention formée de tout faire pour l'amour
de Dieu, est aussi détruite. Il ne suffit donc
pas de former une bonne intention une fois
dans sa vie, ou au début de l'année, car on
risque de l'avoir annulée par le péché. Il est
conseillé de renouveler fréquemment notre
bonne intention, en particulier le matin de
chaque jour, afin que la journée soit sanctifiée
par Dieu. Notre travail est plus facile quand
nous savons que ce que nous faisons, nous
le faisons, non pas pour les biens périssables
de ce monde, mais pour l'éternité ; travailler
pour une telle récompense fait du travail un
plaisir.

On raconte l'histoire d'un pauvre frère laïc
d'un ordre quelconque. Ce pauvre vieux frère
était très simple dans sa vie ; il avait peu de
connaissances, et s'occupait presque
exclusivement de raccommoder les vêtements
des moines du monastère. Quand il vint à
mourir, il était plein de joie et semblait ne pas
avoir la moindre crainte de la mort. On lui
demanda comment il se faisait qu'il semblait si
joyeux, s'il n'avait pas peur du jugement qui
suit la mort. Il répondit : "Pourquoi devrais-je
craindre la mort ? Je sais que je vais au ciel,
car j'ai la clé du ciel ici même avec moi. Sur
ces mots, il retira l'aiguille avec laquelle il avait
travaillé pendant des années, et dit qu'à chaque
point de couture, il avait eu la bonne intention
de travailler uniquement pour l'honneur et la
gloire de Dieu. "
Et Dieu va-t-il me laisser sans
récompense après avoir travaillé pour Lui
pendant tant d'années ?

Ce furent les dernières paroles du bon frère. Son
espoir dans la récompense du ciel était
certainement bien fondé, et sans doute s'est-il
réalisé. Cet exemple nous apprend que, quel que
soit notre travail, nous pouvons transformer les
instruments de notre occupation quotidienne en
clés du ciel.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Ven 10 Sep 2021, 8:54 am

IX -NATURE ET NÉCESSITÉ DE LA GRÂCE ACTUELLE- NATURE DE LA GRÂCE ACTUELLE

Qu'est-ce que la grâce actuelle ?
La grâce actuelle est cette aide de Dieu qui éclaire notre esprit
et pousse notre volonté à fuir le mal et à faire le bien.


La grâce est un don surnaturel de Dieu, qui nous est accordé
par les mérites de Jésus-Christ, pour notre salut. Par nos
propres efforts, nous pouvons acquérir toutes sortes de
connaissances et de réalisations ; nous pouvons acquérir des
richesses ; mais nous ne pouvons pas par nos propres efforts
acquérir la grâce. La grâce est
quelque chose que nous ne pouvons pas gagner ; c'est un don
gratuit de Dieu. La grâce est un don surnaturel, c'est-à-dire un
don qui a trait à notre salut éternel et qui n'a donc rien à voir
avec ce monde.
Tout ce que nous sommes et
avons, vient de Dieu ; tout est son cadeau. Dieu nous donne la
nourriture et les vêtements ; Il nous donne la compréhension
et le libre arbitre ; Il nous donne les talents que nous
possédons ; Il nous donne tout ce dont nous avons besoin pour
vivre. Dieu fait briller le soleil, et Il fait tomber la pluie ; Il fait
pousser les plantes et les arbres donnent leurs fruits. Ces choses
sont des aides pour notre vie naturelle ; ce sont des dons naturels.
La grâce n'est pas un de ces dons naturels, elle est au-dessus de
la nature. Par grâce, nous entendons quelque chose que Dieu nous
donne pour nous aider à réaliser notre salut. La grâce nous aide à
éviter le péché, à être désolés pour les péchés commis, à faire
pénitence pour eux, à accomplir de bonnes œuvres, à prier
correctement, à atteindre le ciel et à être éternellement heureux.
Lorsque nous prions : "Ne nous soumets pas à la tentation, mais
délivre-nous du mal",
nous demandons la grâce. Dieu nous donne
cette aide, car Jésus s'est offert pour nous, en sacrifice sur la croix,
et a ainsi mérité une abondance infinie de grâce pour nous.



La grâce porte différents noms, selon les différents objectifs pour
lesquels elle est donnée. Lorsqu'elle est donnée pour nous aider à
accomplir une bonne action, elle est appelée grâce actuelle. Elle est
appelée grâce sanctifiante, lorsqu'elle nous sanctifie et nous rend
agréables à Dieu, comme les saints lui sont agréables.
Lorsque
nous prions le matin et offrons nos cœurs et nos âmes à Dieu, et lui
demandons de nous garder purs et de nous protéger au moment de
la tentation, nous prions pour la grâce actuelle, pour son aide à faire
le bien et à résister au péché. Mais lorsque nous renouvelons les
vœux de notre baptême et demandons à Dieu de renouveler en nous
la grâce qu'il nous a donnée au baptême, nous prions pour la grâce
sanctifiante, celle qui fait de nous des enfants de Dieu et des objets
de son amour. La grâce sanctifiante fait de nous des saints ; la grâce
actuelle nous appelle à devenir des saints, et nous aide à faire le
travail des saints.
La grâce sanctifiante est quelque chose de
permanent qui reste dans nos âmes jusqu'à ce qu'elle en soit chassée
par le péché ; la grâce actuelle est une aide passagère pour faire
quelque chose de bien.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Jeu 16 Sep 2021, 7:37 am

Quand l'Archange Gabriel est venu à la
Vierge Marie, il la salua :
"Je vous salue,
pleine de grâce"
et lui annonça qu'elle
allait devenir la mère du Sauveur, de
quelle grâce parlait-il alors ?
Evidemment, il a parlé de la grâce
sanctifiante, de laquelle dont l'âme de la
Sainte Vierge était et qui la rendait si
agréable aux yeux de Dieu. Si elle n'avait
pas eu la grâce sanctifiante elle n'aurait
pas été si agréable à Dieu au point d'avoir
été choisie pour devenir la mère de son Fils
unique. Cette grâceelle l'a obtenu grâcee
aux mérites de Jésus.


Certes, Jésus n'était pas encore mort, et
donc n'avait pas encore mérité cette grâce ;
mais Dieu avait promis d'envoyer son Fils
pour racheter le monde, et, en vue des
grandes grâces qu'il allait mériter, Dieu a
donné cette grâce à celle qui allait être sa
mère. En l'ancienne loi, les Patriarches, et,
en général, tous les hommes de bien,
devaient obtenir la justification, c'est-à-dire
la grâce sanctifiante, par l'espérance d'un
Rédempteur à venir ; combien plus encore,
donc, celle qui devait être sa mère !


Elle n'a pas seulement été sanctifiée et
purifiée du péché par les mérites du Christ,
mais dès le premier instant de son existence,
elle a été préservée de la tache du péché.
Son âme a été créée dans la grâce
sanctifiante. Elle était belle et agréable aux
yeux de Dieu dès le premier instant de son
existence. Pour commémorer ce privilège,
l'Église célèbre chaque année la fête de
l'Immaculée Conception le 8 décembre. En
ce jour, nous honorons Marie parce que, dès
le premier instant de son existence, elle a été
remplie de la grâce sanctifiante et, pour cette
raison, elle était libre de tout péché.


Nous ne pouvons pas avoir la grâce sanctifiante
et être amis de Dieu, et en même temps être
dans le péché et donc être Ses ennemis. De la
même manière que Marie a été conçue dans la
grâce sanctifiante, elle l'a également préempté
pour le reste de sa vie. L'ange lui dit : " Le
Seigneur est avec vous ",
et le Seigneur fut
avec elle par la grâce sanctifiante, et resta
toujours avec elle. Par la grâce, son âme est
devenue, une maison d'or, dans laquelle le roi
du ciel aimait habiter.


 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Annunc10


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Lun 20 Sep 2021, 6:04 am

Nous voyons maintenant la différence qui
existe entre la grâce actuelle et la grâce
sanctifiante. Étudions la grâce actuelle
d'un peu plus près. Nous considérerons
d'abord sa nature ; ensuite, sa nécessité ;
en second lieu, si Dieu donne sa grâce à
tout le monde ; et, enfin, ce que nous
devons faire de notre côté en ce qui
concerne la grâce que nous recevons.



La grâce actuelle est ainsi appelée parce
que c'est la grâce par laquelle Dieu nous
assiste dans nos actes, afin que nous
puissions éviter le mal et faire le bien.
Comment Dieu nous aide-t-il par la grâce
actuelle ? Est-ce extérieurement, comme
nous aiderions un homme à porter une
charge qu'il ne pourrait pas porter seul ;
la grâce est une aide surnaturelle. Dieu
nous aide par une assistance interne ;
en agissant, non sur les forces du corps,
mais sur celles de l'âme.
Or, quelles
sont les puissances de l'âme sur lesquelles
Il agit ? L'homme se distingue des
animaux, car il possède un intellect et un
libre arbitre.
 Telles sont donc les
principales facultés de l'âme. C'est sur elles
que Dieu agit ; c'est par elles que l'homme
doit connaître et aimer Dieu. C'est donc sur
l'intelligence et la volonté que Dieu agit de
façon surnaturelle par la grâce actuelle.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Jeu 23 Sep 2021, 7:45 am

Comment Dieu agit-il sur notre intelligence ?
Il l'éclaire ; il lui donne une lumière
surnaturelle grâce à laquelle nous voyons la
fin surnaturelle pour laquelle il nous a créés,
et aussi les moyens d'atteindre cette fin.
Lorsque Dieu a créé nos premiers parents, il
leur a donné une juste compréhension du but
de leur existence, mais ils l'ont perdue par le
péché originel, et ont été affaiblis même dans
leurs pouvoirs naturels d'intelligence. Puisque
nous sommes nés dans ce péché et que nous
en héritons les conséquences, il est nécessaire
que nous recevions de Dieu une lumière
surnaturelle qui nous permette de bien
comprendre notre fin surnaturelle. C'est ce que
Dieu nous donne par une grâce réelle, par
laquelle il éclaire notre esprit de telle sorte que
nous puissions connaître notre véritable
destinée de chrétiens, notre relation avec lui,
et connaître sa sainte volonté à notre égard.

A la lumière de la grâce actuelle, nous voyons à
quoi nous sommes destinés. Lorsque nous nous
écartons du chemin qui mène à cette fin, c'est
par la grâce actuelle que nous reconnaissons
notre triste condition, c'est par la grâce actuelle
que nous voyons le danger qui nous attend. Par
la grâce même, nous reconnaissons la grandeur
de notre péché, nous voyons combien nous
avons été ingrats envers Dieu. Par cette même
grâce, nous comprenons que nous ne pouvons
pas nous aider nous-mêmes, mais que nous
dépendons entièrement de l'aide
toute-puissante de Dieu. Par cette même grâce,
nous voyons que notre salut réside dans un
retour sincère à Celui dont nous nous sommes
éloignés par le péché.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mer 29 Sep 2021, 6:24 am

Comment Dieu éclaire nos esprits par la
grâce réelle, nous le voyons
magnifiquement illustré dans le cas de
David. Il avait offensé Dieu par un péché
grave, et, loin de reconnaître sa faute, il
cherchait à la dissimuler par la
commission d'un autre crime, celui du
meurtre. Dieu envoya le prophète Nathan
pour parler à sa conscience, lui représenter
la grandeur de son péché, lui montrer
l'étendue de son infidélité et de son
ingratitude envers Dieu. Sous l'influence de
la grâce de Dieu et des paroles du prophète,
il commença à voir l'énormité de ses crimes,
et avec un profond chagrin d'amour, il
s'exclama : " J'ai péché contre l'Eternel " :
" Je connais mes iniquités, et mon péché est
toujours devant moi. C'est à Toi seul que j'ai
péché, et j'ai fait le mal devant Toi."

Avec cette reconnaissance de sa culpabilité,
il reçut un grand désir de sainteté intérieure.
Pour cela, il pria dans les termes suivants :
" Dieu, crée en moi un cœur pur, et renouvelle
un esprit droit dans mes entrailles. Ne me
rejette pas loin de Ta face, et ne me prive pas
de Ton Esprit -Saint".
1.
C'est l'œuvre de la grâce actuelle. Par cette
grâce, son intelligence a été éclairée de telle
sorte qu'il a vu la grandeur de son péché et
a fait sincèrement pénitence. Sans cette
lumière surnaturelle, il n'aurait pas reconnu
son péché et n'en aurait pas fait pénitence.
Au contraire, il aurait, selon toute probabilité,
ajouté péchés sur péchés. Pour le sauver de
cette terrible condition, Dieu lui a envoyé le
prophète Nathan et, en même temps, il a
éclairé son esprit pour qu'il voie la vérité des
paroles du prophète et soit ainsi poussé à
faire pénitence. Cette lumière intérieure de
l'intellect était la grâce réelle.



1 Psalm 50. 12-13.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Ven 08 Oct 2021, 7:58 am

Par la grâce actuelle, Dieu n'éclaire pas seulement
l'intelligence, mais il pousse aussi la volonté à fuir
le mal et à faire le bien.
On pourrait penser qu'il
suffit d'éclairer notre esprit et de nous montrer la
beauté de la vérité, pour que nous l'aimions et
évitions le mal ; mais malheureusement ce n'est
pas vrai. Il arrive trop souvent que nous
connaissions la vérité et comprenions ce qui est
bon, mais que nous fassions quand même ce qui
est mauvais.
" Je suis ravi de la loi de Dieu selon
l'homme intérieur, mais je vois dans mes membres
une autre loi qui combat la loi de mon esprit et me
captive dans la loi du péché. "
1
Même si un homme comprend la triste condition
de son âme et la nécessité de faire pénitence,
il n'a
pas de lui-même le pouvoir de se relever du péché ;
il a besoin de l'aide de Dieu. Dieu lui donne cette
aide en agissant sur sa volonté par la grâce actuelle.

Par la grâce actuelle, Dieu pousse la volonté du
pécheur à haïr le péché, à craindre le châtiment
éternel de l'enfer, et il lui donne une force
surnaturelle pour se libérer du mal et s'attacher
au bien.
Au juste, c'est-à-dire à celui qui est en
état de grâce, Dieu donne un désir intense du
bonheur du ciel, et par là le pousse à pratiquer
la vertu avec joie, et à persévérer dans le bien
jusqu'à la mort.



1 Rom. 7. 22, 23.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mar 19 Oct 2021, 7:41 am

La grâce réelle consiste donc à la fois
d'une illumination de l'esprit et d'un
déplacement de lavolonté. C'est
pourquoi notre catéchisme la définit
comme l'aide de Dieu qui éclaire notre
esprit et pousse notre volonté à fuir
le mal et à faire le bien. De là,
l'importance de la grâce actuelle pour
le salut éternel. Toute personne qui
prend la vie au sérieux et cherche à
atteindre le but pour lequel elle a été
créée apprécient la valeur de la grâce
actuelle et prient continuellement pour
l'obtenir.



Disons avec le Psalmiste : " Donne-moi
de l'intelligence et j'examinerai ta loi,
et je la garderai de tout mon cœur.
Conduis-moi dans le chemin de tes
commandements, car c'est ce que j'ai
désiré. Incline mon cœur à tes
témoignages et non à la convoitise."
1



Le péché de nos premiers parents n'a
pas supprimé notre compréhension,
mais l'a affaiblie. Cette faiblesse de
l'intelligence et de la volonté,
conséquence du péché originel, nous
a été transmise. Nous pouvons
encore comprendre les choses de la
nature, mais nous ne pouvons pas
connaître par nous-mêmes les vérités
qui concernent notre salut éternel ;

ceux-ci, Dieu nous les a fait connaître
par révélation ; pour les connaître,
nous avons besoin de l'aide de Dieu.
C'est pour cela que le Psalmiste prie,
quand il dit : " Donne-moi l'intelligence ",
c'est-à-dire donne-moi une juste
intelligence pour savoir ce que je dois
faire pour être heureux à jamais.
" Conduis-moi dans le chemin de tes
commandements "
afin que je puisse
les observer. L'homme est fait pour
le ciel, et Dieu a implanté un fort désir
de bonheur dans son cœur.
Cependant, il doit connaître le
chemin qui mène vers le bonheur,
ce qu'il ne peut savoir que si Dieu
ne le lui indique pas.

La grâce de Dieu est la lumière
qui le conduit dans le chemin
des commandements de Dieu.

"Incline mon cœur vers tes
témoignages et non vers la convoitise".

En raison du péché originel, l'homme
dès sa jeunesse est plus enclin au mal
qu'au bien. Si Dieu ne nous donne pas
son aide, nous ne pouvons pas
surmonter ce mauvais penchant. C'est
pourquoi nous prions Dieu d'agir sur
notre cœur et de le pousser à ne pas
courir après les choses des sens, mais
à rechercher plutôt les choses que
Dieu nous a fait connaître et promises,
c'est-à-dire - Ses témoignages.



1 Psalm 118. 34-36.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Dim 24 Oct 2021, 8:43 am

Comme la grâce actuelle est nécessaire
pour une bonne confession, elle est
également nécessaire pour la
réception digne des autres sacrements.
Qui pourrait préparer correctement son
cœur pour la digne réception de la Sainte
Communion, si la grâce de Dieu ne
l'assistait pas ?



La grâce est absolument nécessaire pour
que nous soyons convertis à Dieu et que
nous recevions les sacrements dignement.
Mais ce n'est pas tout ; sans la grâce,
nous ne pouvons accomplir aucun travail
d'importance liée à notre salut. Sans la
grâce, nous ne pouvons pas décider de
l'importante question importante de l'état
de vie que Dieu veut que nous adoptions.
Sans la grâce, nous nous ne pouvons pas
accomplir correctement les devoirs
importants de notre vocation. Dieu doit
nous assister continuellement.
Comment
un prêtre, par exemple, pourrait-il
s'acquitter des importantes obligations de
la prêtrise avec profit pour lui-même et
pour ceux qui lui sont confiés si Dieu ne lui
accordait pas l'aide de sa grâce toute
puissante ?



Sans le secours de la grâce divine, nous
ne pouvons pas recevoir dignement les
sacrements, ni faire quoi que ce soit
d'important en rapport avec notre salut ;
mais ne pouvons-nous pas accomplir
même les œuvres ordinaires de piété sans
le secours de la grâce de Dieu ? Notre
catéchisme répond à cette question en
disant que "sans la grâce, nous ne pouvons
rien faire pour mériter le ciel".
Il ne dit pas
que sans la grâce nous ne pouvons pas
faire beaucoup, mais absolument rien. Sans
l'aide de Dieu, nous ne pouvons pas réciter
correctement le Notre Père ou l'Ave Maria.
Sans l'aide de la grâce de Dieu, nous ne pouvons
même pas prononcer le nom de Jésus de
manière à nous faire bénéficier de la vie
éternelle.
" Nul ne peut dire le Seigneur
Jésus que par le Saint-Esprit. "
1



Bien sûr, lorsque nous disons que sans la
grâce de Dieu nous ne pouvons rien faire
de bon, nous ne voulons pas dire que tout
ce qui est fait sans la grâce est mauvais
et pécheur. De telles œuvres ne sont pas
méritoires pour le ciel ; elles ne sont pas
surnaturelles ; elles peuvent être
naturellement bonnes mais inutiles pour le
ciel. Par nous-mêmes, nous ne pouvons
rien faire pour mériter la récompense
éternelle du ciel ; le ciel est un don de Dieu.

Sans l'aide de la grâce, nous pouvons faire
l'aumône, honorer nos parents, même réciter
des prières, mais de telles œuvres ne
serviraient à rien pour le ciel ; elles sont
dignes d'une récompense dans cette vie,
mais pas dans l'autre. De telles œuvres ne
sont pas accomplies avec Dieu et pour Dieu,
et ne méritent donc pas une récompense
surnaturelle de sa part.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Dim 24 Oct 2021, 9:06 am

NÉCESSITÉ DE LA GRÂCE


La grâce est-elle nécessaire au salut ?
La grâce est nécessaire au salut car, sans elle, nous ne pouvons rien faire pour mériter le paradis.



La grâce n'est pas seulement précieuse, mais elle est
absolument nécessaire au salut. Il est absolument
nécessaire que l'incroyant croie ; il est absolument
nécessaire que le pécheur soit libéré de ses péchés ;
il est absolument nécessaire que le juste persévère
dans l'état de grâce. Sans le secours de la grâce
actuelle, celui qui est ennemi de Dieu ne peut devenir
son ami ; sans elle, celui qui est ami de Dieu ne peut
le rester longtemps.



La grâce effective est absolument nécessaire pour
celui qui n'est pas justifié, c'est-à-dire qui n'est pas
en état de grâce.Il faut que le païen et le juif croient
et soient baptisés. Comment un tel homme pourrait-il
parvenir à la connaissance de la vraie religion, si Dieu
ne lui donnait pas une lumière surnaturelle pour voir
la vérité ? On lui a enseigné une fausse religion dès
son enfance, et il a grandi avec les plus forts préjugés
contre le christianisme ; ou bien il est tombé dans
toutes sortes de vices et de péchés. Si Dieu ne lui
donnait pas la force, comment pourrait-il lever le voile
de ses yeux, ou se relever de la boue du péché dans
laquelle il est tombé ? Pour un tel homme, la grâce
réelle est absolument nécessaire au salut.
De même,
il est absolument nécessaire pour celui qui a été
baptisé et qui est retombé dans le péché mortel. Sans
l'aide de Dieu, un tel individu ne parviendrait pas à
reconnaître sa condition misérable et à prendre la ferme
résolution de revenir à Dieu. C'est pourquoi, lorsque
nous voulons recevoir dignement le sacrement de la
pénitence, nous prions pour avoir la lumière du  
Saint-Esprit, pour connaître nos péchés, et nous
demandons son aide pour nous en repentir et les éviter
à l'avenir. Sans la grâce réelle, nous serions aveugles
au danger que nous courons de perdre notre salut
éternel.



Dès que la lumière de la grâce divine brille sur
nos âmes, nous y voyons la multitude des
péchés dont nous sommes coupables, l'envie,
la haine, l'impureté, le manque de charité, le
jugement téméraire, l'indifférence dans les
œuvres de religion et de piété, la colère, la
vengeance, etc. Sans la grâce de Dieu, nous
n'aurions pas de peine réelle pour nos péchés,
nous n'aurions pas de haine envers eux, nous
n'aurions pas de fermeté dans nos actes de
religion et de piété, nous n'aurions pas de
colère et de vengeance. Sans la grâce de
Dieu, nous n'aurions pas de peine réelle pour
nos péchés, nous n'aurions pas de haine
envers eux, nous n'aurions pas la ferme
résolution de les éviter à l'avenir, notre
confession serait inutile.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mar 26 Oct 2021, 8:56 am

La grâce est nécessaire pour toute œuvre
bonne et salutaire, qu'elle soit grande ou
petite. Lorsque nous voulons accomplir
une bonne action, nous prenons d'abord
une résolution à cet effet. C'est le début
de la bonne œuvre. Ensuite, nous prenons
l'œuvre en main et, enfin, nous l'achevons.
Supposons que nous allions recevoir le
sacrement de la pénitence. Nous
commençons par nous décider à nous
confesser ; puis nous prions pour obtenir
l'aide de la grâce de Dieu, nous examinons
soigneusement notre conscience, nous
excitons en nous une douleur sincère pour
nos péchés, et prenons la ferme résolution
de les éviter à l'avenir, puis nous les
confessons franchement. Nous acceptons la
pénitence que le prêtre nous donne, et
réparons les dommages que nous avons pu
causer aux autres. Pour tout cela, la grâce
de Dieu est nécessaire : il faut prendre la
résolution de se confesser, la bonne pensée
vient de Dieu ; la grâce est nécessaire pour
continuer la bonne œuvre, et il faut mener
la bonne œuvre à bonne fin. La grâce
réelle est nécessaire pour commencer,
poursuivre et achever toute œuvre salutaire.



Si la bonne pensée nous vient d'accomplir
quelque bonne œuvre, comme la réception
des sacrements, d'où vient cette bonne
pensée ? Vient-elle de nous-mêmes ? Non ;
saint Paul nous enseigne que "c'est Dieu
qui agit en vous pour vouloir". Quand nous
exécutons une bonne résolution, c'est
encore Dieu qui "travaille en vous pour
accomplir".
1 C'est par l'opération du
Saint-Esprit que nous voulons et
accomplissons les bonnes œuvres.
C'est
Dieu qui opère en nous la bonne volonté,
et qui nous donne la force d'accomplir la
bonne action. De nos propres forces, nous
ne pouvons rien faire. " Non que nous
soyons suffisants pour penser quelque
chose de nous-mêmes comme de
nous-mêmes, mais notre suffisance vient
de Dieu. "
2 Nous ne pouvons faire le bien
que par le secours de la grâce de Dieu.
Avec son aide, nous pouvons tout faire.
" Je peux tout faire en Celui qui me fortifie. "3
Dieu par sa grâce nous encourage à faire de
bonnes œuvres ; il accompagne la bonne
œuvre par sa grâce, et par la même grâce,
il la mène à bonne fin.



" La grâce de Dieu est avec nous depuis
le commencement jusqu'à l'achèvement ",

dit saint Augustin. " La grâce de Dieu
prévient l'homme (c'est-à-dire le précède)
qu'il veut, et l'accompagne pour qu'il ne le
fasse pas en vain."
4 Dieu nous conduit sur
le chemin du salut. Il nous accompagne
pour que nous y restions, et nous amène
finalement au terme de notre voyage.
" Dieu achève par sa coopération ce qu'il a
commencé par son opération... car s'il
n'opérait pas que nous voulons, ou ne
coopérait pas quand nous voulons, nous
ne pourrions rien faire de bon "
5, dit saint
Augustin.



1. Philip. 2. 13.
2. 2 Cor. 3. 5.
3. Philip. 4. 13.
4. Cited by Allioli, New Testament.
5. De gratia et lib. arbit. c. 17.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Lun 01 Nov 2021, 6:41 am

Cette grande vérité
de la nécessité de la grâce pour le salut
devrait susciter en nous une grande
méfiance à l'égard de nos propres forces,
et en même temps une grande confiance
en Dieu. Nous devrions reconnaître avec
gratitude que tout ce que nous sommes et
avons vient de Lui, et que de nous-mêmes
nous ne sommes rien.
De même que
Dieu a fait toutes choses, les maintient en
existence et les dirige par sa providence,
de même il opère la Rédemption et la
sanctification de tous.  Par sa sainte grâce,
il nous rachète, nous sanctifie et nous
pousse à faire le bien. Il nous donne la vie
surnaturelle, la nourrit et la conserve. Dans
l'ordre naturel, il fait vivre toutes choses par
la lumière du soleil ; dans l'ordre surnaturel,
toutes vivent par la lumière de sa grâce.
" La lumière de ta face, ô Seigneur, se
signe sur nous. " 1 "L'Esprit
souffle où il veut".
2


Dieu est la source de toute vie, naturelle et
surnaturelle. "Qu'as-tu que tu n'aies pas
reçu, et si tu as reçu, pourquoi te glorifies-tu
comme si tu ne l'avais pas reçu ? "
3 Tout ce
qui est bon vient de Dieu, la source de toute
bonté. Par nous-mêmes, nous  pouvons
pécher et faire mais nous ne pouvons rien
faire pour sortir du péché ou aller au ciel. Les
pouvoirs naturels ne peuvent pas accomplir
des œuvres surnaturelles, et les pouvoirs
purement naturels ne peuvent pas faire
grand-chose.
Ces pensées doivent nous
rendre humbles, et l'humilité mène à Dieu.
Plus nous aurons confiance en Lui plutôt
qu'en nous-mêmes, plus Il sera prêt à nous
aider.



1. Psalm 4. 7.
2. Jean 3. 8
3. 1 Cor. 4. 7.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Jeu 04 Nov 2021, 8:11 am

Cette doctrine de notre entière dépendance
à l'égard de Dieu n'est pas flatteuse pour
l'orgueil humain. Il n'est donc pas étonnant
que l'on ait trouvé des personnes qui ne
voulaient pas y croire. Ainsi, un moine
britannique, nommé Pélage, a enseigné
l'erreur selon laquelle nous pouvions faire le
bien, digne du ciel, par nos propres forces.
D'autres après lui, appelés semi-pélagiens,
enseignaient que nous pouvions, au moins,
faire un commencement. Ces deux fausses
doctrines ont été condamnées comme
hérétiques par l'Église lors du Concile
d'Orange, en l'an 529.
Les Pères de ce
Concile ont déclaré solennellement : Si
quelqu'un dit que par nos forces naturelles
nous pouvons penser ou vouloir quelque
chose : du bien, digne du salut éternel, ou
que nous pouvons consentir à
l'enseignement de la foi, c'est-à-dire aux
Saints Évangiles, sans l'illumination et
l'assistance du Saint-Esprit qui donne de la
douceur au consentement et à
l'acceptation de la vérité divine, celui-là est
détenu en esprit hérétique.
Le Concile de
Trente enseigne de la même manière : Si
quelqu'un affirme que nous pouvons, sans
l'aide du Saint-Esprit, croire, espérer et
aimer, ou faire pénitence comme nous le
devons, ... qu'il soit anathème 1,
c'est-à-dire exclu de l'Église.



Saint Augustin, évêque d'Hippone, l'une
des plus grandes lumières de l'Église, a
combattu cette hérésie. Ce grand saint
avait fait dans sa jeunesse l'expérience
de l'impuissance de la nature sans aide ;
il avait découvert que l'homme est faible
par lui-même et ne peut se relever de
sa chute. Dans sa jeunesse, il était
tombé dans de mauvaises habitudes,  
mais sa pieuse mère, Sainte Monique,
pria pour lui sans relâche, jusqu'à ce que,
par sa prière, elle obtint sa conversion.
Par curiosité, il est allé écouter les sermons
de Saint Ambroise, l'archevêque de Milan,
et à travers ces sermons, Dieu l'amena à
prendre conscience de sa misérable
condition. Par lui-même, il n'aurait pas pu
dissiper les ténèbres de l'incrédulité, ni
s'élever de l'abîme du péché. C'est Dieu
qui l'a saisi de sa main puissante, et l'a
relevé.
Cela s'est produit de la manière
suivante. Un jour, Augustin se trouvait
dans un jardin avec son ami Alypius.
Il était rempli de tristesse sur l'état de
son âme que les sermons de saint
Ambroise lui faisaient reconnaître. Il
était sur le point de désespérer quand
tout à coup il entendit une belle voix
qui lui disait :
"Prends et lis". " Il
ouvrit les Écritures qu'il avait sous la
main, et lut ces paroles : " Marchons
honnêtement comme au jour ; ne
nous livrons pas à l'émeute et à
l'ivrognerie, ni à la débauche et aux
impuretés, ni à la dispute et à l'envie ;
mais revêtez-vous du Seigneur
Jésus-Christ, et ne faites pas provision
à la chair dans ses concupiscences. "
2
Après avoir lu ces mots, il comprit que
l'inspiration venait de Dieu, et il prit
alors la résolution de se donner
entièrement à Jésus. Avec son ami
Alypius, il se rendit en hâte chez sa
bonne mère pour lui faire part de sa
résolution et réjouir son cœur. Sainte
Monique fut transportée de joie à la
conversion de son fils, et tous deux
unirent leurs voix pour louer et
remercier Celui qui avait enfin
entendu sa prière sincère et
persévérante. C'est ainsi que Saint
Augustin avait fait l'expérience de la
faiblesse de l'homme et la puissance
de la grâce divine.



1. Con. Trid. Sess. VI, c. 3
2. Rom. 13. 13, 14.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mar 09 Nov 2021, 6:38 am

Lorsque donc l'orgueilleux Pélage se leva
et enseigna que l'homme pouvait, par
ses propres forces, prendre la résolution
de revenir à Dieu, et qu'il pouvait, sans
l'aide spéciale de Dieu, revenir
effectivement à Lui, et que l'homme, par
ses forces naturelles, pouvait faire le bien
et mériter le ciel, alors aussi saint
Augustin s'avança comme le champion de
la grâce, et, avec l'acuité de son
intelligence, réfuta les fières affirmations
des hérétiques. Saint Augustin enseignait
que la grâce est nécessaire à l'injustifié
pour qu'il se convertisse, et qu'elle est
également nécessaire au juste pour qu'il
continue à mener une vie vertueuse. En ce
qui concerne le premier, à savoir les
inconvertis, il dit, en parlant du texte de
saint Paul, 2 Cor. 3, 5 (" Non pas que nous
ne sommes pas suffisants pour penser
quelque chose de nous-mêmes, comme de
nous-mêmes ; mais notre suffisance vient
de Dieu ") : " Si nous ne sommes pas
suffisants de nous-mêmes pour penser quoi
que ce soit, alors nous ne sommes pas
suffisants de nous-mêmes pour croire, et la
force de croire vient aussi de Dieu. "

1 Concernant un autre
passage, Jean 6, 44 (" Nul ne peut venir à
moi, si ce n'est le Père, qui a donné à
l'homme la force de venir à moi. Nul ne peut
venir à moi si le Père, qui m'a envoyé, ne
l'attire "),
il remarque : " C'est la foi qui
nous attire vers le Père, donc, si ce n'était pas
un don gratuit de Dieu, le Seigneur ne dirait
pas : "Nul ne peut venir" ",
etc. 2



Il dit encore : "La foi ne serait pas en nous,
si Dieu ne donnait à chacun sa mesure de foi." 3
Pour ceux qui sont déjà justifiés il nous dit que
la grâce leur est également nécessaire :
" Comme l'œil du corps, bien que parfaitement
sain, ne peut voir, s'il n'est éclairé par la lumière,
ainsi l'homme, bien que justifié, ne peut vivre
correctement, s'il n'est pas éclairé par la lumière
de la grâce divine ".
4  Saint Augustin a combattu
les erreurs des pélagiens par tous les moyens. Au
cours d'un concile des évêques africains, il exposa
les erreurs si clairement que le pape les condamna
à nouveau les condamne à nouveau, et l'empereur
Honorius, a banni Pélage et Célestius de ses domaines.



Les hérésies selon lesquelles l'homme peut faire le
bien pour mériter le salut, ou qu'il peut au moins
faire un commencement sans l'aide de Dieu, ont eu
leur origine dans l'orgueil humain. L'orgueil est le
péché que Dieu déteste le plus ; il est le
commencement de tous les autres péchés.

L'homme orgueilleux se rend indigne de la grâce de
Dieu parce que, au lieu de la demander, il dit
pratiquement à Dieu qu'il n'a pas besoin de son
aide. "Dieu résiste aux orgueilleux et donne sa grâce
aux humbles",
nous dit la Sainte Écriture. Plus un
homme reconnaît sa misère, plus Dieu est prêt à
l'aider. Soyons donc toujours humbles, et
manifestons cette humilité en nous en tenant à la
doctrine de l'Église catholique sur la grâce. Tenons
fermement à la doctrine selon laquelle nous avons
toujours besoin de l'aide de Dieu, que sans sa grâce
nous ne pouvons rien faire pour mériter le ciel, que
sans son aide nous ne pouvons commencer,
poursuivre ou achever avec succès aucune bonne
œuvre pour notre salut, mais que c'est Dieu qui
opère en nous le vouloir et le faire.



1. De Praed. 1. I. c. 2.
2. Epist. 194, ad Sixtum. n. 12
3. Epist. 186, ad Paulin. n. 4.
4. De nat. et gr. c. 26


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Jeu 11 Nov 2021, 7:52 am

La grâce est tellement nécessaire que sans
elle nous ne pouvons rien faire pour le
salut. Sans le secours de la grâce divine,
nous ne pouvons commencer, poursuivre
ou achever aucune œuvre salutaire. Dieu
travaille en nous pour vouloir et accomplir
la bonne œuvre. Notre salut passe par Lui.
De nous-mêmes, nous pouvons tomber et
pécher, mais de nous-mêmes, nous ne
pouvons nous relever et nous repentir. Nous
devons donc regarder Jésus comme l'auteur
et le finisseur de notre foi. 1

C'est ce que l'Église catholique nous
enseigne concernant la nécessité de la
grâce. Nos premiers parents ont été
créés dans la grâce sanctifiante et placés
au paradis. Ils n'ont pas persévéré dans
l'état de grâce, mais sont tombés dans
le péché. Par eux-mêmes, ils étaient
incapables de faire quoi que ce soit pour
se libérer du péché ; si Dieu n'avait pas
eu pitié d'eux, ils auraient été perdus pour
toujours. Dieu les a sauvés en envoyant son
Fils unique pour les racheter. Le même triste
sort aurait été le nôtre, car nous avons avons
hérité ce péché de nos premiers parents. Nous
aussi, nous avons été rachetés par le Christ,
qui nous a obtenu la grâce. La grâce de Dieu
amène l'incroyant à la foi ; elle pousse le
pécheur à se repentir. Cette pensée de notre
dépendance totale à l'égard de Dieu devrait
nous inciter à l'humilité et à la gratitude envers
Dieu. Elle devrait nous donner confiance en
nous-mêmes et confiance en Dieu, qui est
toujours prêt à nous aider dans notre
faiblesse.



Il pourrait sembler que la doctrine de la
nécessité de la grâce fournisse une excuse
pour mener une mauvaise vie. Quelqu'un
pourrait dire Sans l'aide de la grâce de Dieu,  
je ne peux rien faire pour mon salut. C'est la
raison pour laquelle je ne surmonte pas mes
mauvaises habitudes ; c'est la raison pour
laquelle je ne mène pas une vie bonne et
vertueuse ; je n'ai pas la grâce de Dieu. Il est
vrai que, sans la grâce de Dieu, nous ne
pouvons pas revenir à Lui et faire pénitence ;
mais il n'est pas vrai que nous n'avons pas la
grâce suffisante pour faire pénitence et obtenir
le salut. Sans la grâce, nous ne pouvons pas
être sauvés, mais comme nous l'enseigne saint
Paul, " Notre Sauveur veut que tous les
hommes soient sauvés et parviennent à la
connaissance de la vérité "
2 Il s'ensuit qu'il
donne une grâce suffisante à tous les hommes.
Dieu accorde une grâce suffisante à tous ; au
non-baptisé pour qu'il parvienne à la
connaissance de la vérité et soit libéré du péché
originel par le baptême. Il donne une grâce
suffisante au pécheur qui a perdu son amitié,
afin qu'il soit rétabli dans sa position d'enfant de
Dieu.
Même lorsqu'il est impossible, pour une
raison ou pour une autre, de recevoir le
sacrement du baptême ou de la pénitence, Dieu,
par sa grâce, permet à l'homme de sauver son
âme. L'homme juste, lui aussi, reçoit
continuellement la grâce de faire le bien, de
vaincre ses mauvais penchants, de persévérer
dans la vertu, et ainsi d'éviter le péché et de
mériter le royaume des cieux. L'homme, en
raison du péché originel, est plus enclin au mal
qu'au bien, mais les mauvais penchants ne sont
jamais si forts qu'ils ne puissent être vaincus.
Dieu ne demande rien d'impossible de nous, et
donc nous savons où nous devons chercher de
l'aide dans toutes les choses qui nous semblent
difficiles, voire impossibles, pour nous.



1. Heb. 12. 2
2. 1 Tim. 2. 4
3. 1 Cor. 10. 13
4. Matt. II. 3


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Dim 14 Nov 2021, 7:52 am

Le fait que Dieu donne à chacun la grâce
nécessaire pour faire le bien et éviter le
péché, est particulièrement vrai pour
ceux qui sont baptisés et qui sont ainsi
devenus membres de la sainte Église de
Dieu. C'est ce que l'Église a déclaré
lorsqu'elle a condamné l'erreur de
Jansenius 1, qui avait enseigné dans son
livre, Augustinus, qu'il y a certains
commandements que les justes ne
pouvaient pas observer, malgré leur
meilleure volonté, parce qu'ils n'avaient
pas toujours la grâce suffisante pour le
faire. Les justifiés ont non seulement en
tout temps une grâce suffisante, mais ils
ont une grâce surabondante pour éviter
le péché et mériter le ciel. Ils ont dans
leur âme une marque imprimée par le
baptême, qui montre qu'ils
appartiennent au Christ, et sont unis à
Celui qui est la source de toute grâce.
En tant que chrétiens, ils ont la prière et
les sacrements, qui sont les grands
canaux par lesquels la grâce vient aux
hommes. Ils ont la parole de Dieu et le
service divin où l'un encourage et prie
pour l'autre. Ils sont avant tout dans la
communion des saints, et sont ainsi
unis spirituellement au Christ et à tous
les saints, et participent à leurs mérites.
En raison de la communion des saints,
tous participent aux prières et aux
bonnes œuvres des autres ; les trésors
de l'Église sont la propriété commune
de tous.  Le chrétien, loin de ne pas
avoir une grâce suffisante, vit, pour
ainsi dire, en plein soleil de midi de la
grâce de Dieu.
Aucun chrétien, et
surtout aucun catholique, ne peut dire
qu'il n'a pas une grâce suffisante pour
éviter le péché et mener une vie bonne
et sainte. Il a non seulement une grâce
suffisante, mais plus que suffisante.
S'il est tombé dans le péché, Dieu, par
une multiplicité de moyens, le cherche
et le pousse à revenir à Lui. Dieu veut
le sauver. "Je suis vivant, dit le Seigneur
Dieu, je ne désire pas la mort du
méchant, mais que le méchant revienne
de sa voie et vive."
2 Notre Seigneur
lui-même nous dit qu'il est venu dans
ce but, à savoir sauver les pécheurs.
"Le Fils de l'homme est venu pour
sauver ce qui était perdu".
3 Il nous fait
part de la sollicitude avec laquelle Il
poursuit le pécheur pour le ramener. Il
se compare au bon berger qui poursuit
la brebis perdue jusqu'à ce qu'il la trouve,
et qui, l'ayant trouvée, la met sur son
épaule et la ramène au bercail.
C'est son
plus grand plaisir de poursuivre le
pécheur et de l'amener à se repentir. Il
nous dit qu'il y a plus de joie dans le ciel
pour un pécheur qui fait pénitence que
pour quatre-vingt-dix-neuf qui n'en ont
pas besoin.4 De même que la femme de
l'Évangile a allumé une lampe pour
retrouver un des dix grains qu'elle avait
perdus, de même notre mère, l'Église,
utilise toutes sortes de moyens, tels que
missions, retraites, jubilés, indulgences,
pour retrouver ses enfants perdus et les
ramener sur le chemin du salut. Marie
aussi, notre Mère, est inquiète pour ses
enfants qui se sont éloignés d'elle, et ne
cesse de prier pour eux afin de les sauver
de la perdition éternelle. Elle, le refuge
des pécheurs, la Mère de la grâce divine,
obtient sans cesse de son Fils la grâce de
la conversion des pécheurs. Pouvons-nous
donc dire que nous n'avons pas assez de
grâce ? "Méprisez-vous les richesses de sa
bonté, de sa patience et de sa longanimité ?
Ne sais-tu pas que la bénignité de Dieu te
pousse à la pénitence ? "
5



1. I Prop, damnata.
2. Ezech. 33. II.
3. Matt. 18. II.
4. Luc 15. 7.
5. Rom. 2. 4.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D. - Page 6 Empty Re: DIVINE GRÂCE - REV. EDMUND J. WIRTH, Ph.D., D.D., D.D.

Message  Monique Mer 17 Nov 2021, 7:32 am

Non seulement à ceux qui appartiennent à son
Église, mais à tous les hommes, aux païens,
aux Juifs, hérétiques, Dieu donne une grâce
suffisante pour connaître la vérité, et pour les
conduire au salut éternel.
Dieu est le père de
tous les hommes et aime tous ses enfants.
Il ne veut pas "qu'aucun d'entre eux ne
périsse, mais que tous reviennent à la
pénitence".
1 Le Christ est mort pour tous les
hommes, et veut que tous les hommes soient
sauvés ; et donc, puisque la grâce est
nécessaire au salut. Il doit donner à tous la
grâce nécessaire au salut. Il a racheté tous les
hommes et les appelle tous au salut. "Dieu
notre Sauveur veut que tous les hommes
soient sauvés et parviennent à la
connaissance de la vérité. "
2
Il ne fait aucun doute que Dieu accorde à tous
une grâce suffisante. En effet, nous voyons
comment il le fait, car il a ordonné à ses
apôtres d'aller dans le monde entier et de
prêcher son Évangile à toute créature. 3
Par la prédication de son évangile. Il
offre à tous les hommes la grâce du
Christianisme.
Les Juifs ne peuvent
certainement pas se plaindre de ne pas avoir
eu suffisamment de grâce, car le Christ, le
chemin, la vérité et la vie, leur a lui-même
prêché l'évangile. Après lui, les apôtres ont
prêché l'évangile aux Juifs avant de le
prêcher aux païens. Les païens, eux aussi,
se sont vu offrir cette grâce par la
prédication des apôtres. '' Leur son s'est
répandu dans toute la terre, et leurs paroles
jusqu'aux extrémités du monde. "
4
Depuis l'époque des apôtres, la grâce de
l'Évangile a été offerte au monde sans
interruption par les successeurs des apôtres,
les évêques et les prêtres de l'Église
catholique.
Les missionnaires catholiques ont
parcouru tous les pays pour apporter
l'enseignement de Jésus aux païens. Jésus
veut donner une grâce suffisante à tout
homme ; c'est pourquoi il a établi son Église
comme Église catholique, c'est-à-dire une
Église à laquelle tous les hommes sont
appelés, afin qu'il n'y ait qu'un seul bercail et
un seul berger. C'est ce que nous dit saint
Paul lorsqu'il écrit : " Je suis débiteur
des Grecs et des barbares, des sages et des
imprudents. "
5 Tous ont le droit de se faire
prêcher l'Évangile par moi, le messager de Dieu,
et j'ai en conséquence l'obligation de le leur
prêcher. Saint Paul était l'apôtre des nations,
choisi par Dieu pour offrir à tous la grâce de
connaître la vérité et d'embrasser la vie de la
grâce dans le christianisme.



1. 2 Pierre 3. 9.
2. I Tim. 2. 4.
3. Marc 16. 15.
4. Psalm 18. 5.
5. Rom. 1. 14.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12269
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum