Traité de l'immutabilité.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Jeu 20 Juin 2024, 5:58 am


Le Traité

SUITE

§ XIII.

La véritable Eglise sera celle qui repoussera victorieusement les modifications essentielles qu'on voudrait introduire dans son gouvernement.

Mais poursuivons : une autre conséquence également évidente, c'est que ceux des Pasteurs qui, au milieu des contradictions les plus manifestes , des prétentions les plus ridicules, des usurpations les plus révoltantes, enfin à travers les plus épaisses ténèbres du fanatisme, de la violence et de l'ambition, opposeraient une résistance invincible , et seuls échapperaient à la séduction, ils composeraient la vraie Eglise, et ils en auraient, dans ce cas, les caractères et les qualités, dont elle ne peut pas être dépouillée, de même que de la connaissance théorique et pratique de son gouvernement.

Cette vérité peut être prouvée jusqu'à l'évidence même.

Par ce seul raisonnement, l'Eglise doit toujours subsister telle que Jésus-Christ l'a établie; elle doit donc toujours, dans toutes les attaques, conserver intacte la forme essentielle de son gouvernement. Mais cette continuité ne se trouve plus dans ceux des Pasteurs qui cèdent aux innovations ; il faudrait par conséquent la chercher dans ceux qui s'y opposent : ce seront donc ceux-là qui formeront l'Eglise véritable.
§ XIV. On conclut que le gouvernement actuel de l'Eglise est le même que le gouvernement primitif.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Ven 21 Juin 2024, 6:10 am


Le Traité

SUITE

§ XIV.

On conclut que le gouvernement actuel de l'Eglise est le même que le gouvernement primitif.

Que conclure donc de ce que nous venons de dire, si ce n'est que pour reconnaître quel est le plan essentiel que Jésus-Christ a tracé, il n'est aucunement nécessaire de parcourir l'histoire dans tous ses plis et replis, ni de remonter par l'antiquité jusqu'aux temps apostoliques, il ne faut que porter un coup d'œil sur le gouvernement actuellement existant de l'Eglise; car étant un et perpétuel, il se lie nécessairement avec le temps présent, aussi bien qu'avec les siècles passés et les siècles futurs, sans aucune interruption ; c'est donc bien sans sujet que Tamburini se lamente si amèrement sur le changement essentiel qu'il y suppose, et qui, selon lui, aurait fait succéder une nouvelle forme d'administration à l'ancienne.

Un semblable changement est impossible; nos modernes zélateurs de l'institution primitive trouveront certainement de leur goût la conséquence que nous tirons ici, et qui est pour eux d'une forte portée et d'une grande étendue; car ils sont forcés de convenir en même temps qu'ils ont fait vainement et intempestivement parade de leur pompeuses recherches sur la vénérable antiquité , et que leurs vociférations contre le gouvernement actuel de l'Eglise sont aussi injustes qu'elles sont peu fondées; et toutefois ils seront obligés d'embrasser cette conséquence jusqu'à ce qu'ils soient parvenus à nous faire admettre de nouveaux principes pour les connaissances humaines, et qu'ils aient changé les règles du sens commun, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'ils nous aient donné une raison différente et d'une autre direction.
§ XV. Calomnies des adversaires contre le gouvernement actuel de l'Eglise.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Sam 22 Juin 2024, 5:21 am


Le Traité

SUITE

§ XV.

Calomnies des adversaires contre le gouvernement actuel de l'Eglise.

Sans doute que dans les abstractions de la théorie, nos adversaires admettent immutabilité de la forme du gouvernement ecclésiastique; mais ils rejettent certains corollaires, principalement le dernier, qui est en diamétrale opposition à leur doctrine. Ils déclament, en conséquence, contre les usurpations des Papes, contre la faiblesse des Evêques, contre l'incompétence des tribunaux, qui, nés dans les siècles d'ignorance, se sont constitués juges de la foi, contre les modifications apportées dans la forme des jugements ecclésiastiques; enfin ils déclament contre l'entier bouleversement de l'ordre hiérarchique. Ils n'aperçoivent dans le système d'aujourd'hui que le monstre dont parle Virgile : monstrum horrendum, informe, ingens; ils veulent nous convaincre de mensonge par le témoignage des faits.

Bien que des hommes qui, malgré les preuves qu'on leur a données jusqu'ici, restent dans une aveugle opiniâtreté, ne méritent que du mépris, néanmoins écoutons leurs accusations en les analysant toutefois, et nous serons profondément convaincus que leur unique but en les faisant n'est que de parvenir à se soustraire à l'autorité qui leur est insupportable du gouvernement de l'Eglise, et ce n'est que dans cette vue qu'ils font tous leurs efforts pour nous prouver qu'il n'est pas légitime, qu'il s'est dévié de celui de la vénérable antiquité, et que par conséquent il n'a aucun droit à notre respect ni à notre soumission.
§ XVI. Le dessein des adversaires est de faire regarder les tribunaux de l'Eglise comme illégitimes.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Dim 23 Juin 2024, 4:56 am


Le Traité

SUITE

§ XVI.

Le dessein des adversaires est de faire regarder les tribunaux de l'Eglise comme illégitimes.

Que signifient, en effet, ces pleurs et ces prières de ces faux Israélites qui soupirent après l'heureux moment où le Très-Haut rétablira dans son Eglise la cité du juste, la ville fidèle, en lui rendant ses juges tels qu'ils furent jadis et ses conseillers des anciens temps, si ce n'est que l'Eglise ne possède plus les juges ni les conseillers qu'il lui donna en la fondant. Admettriez-vous cette chimère ! elle vous forcera d'avouer que les juges actuels ne sont point légitimes, ou parce que Jésus-Christ ne les a pas envoyés, ou parce qu'ils ont détruit les bornes qu'il avait assignées à la puissance de leur ministère.

Dans ces deux cas, ils sont illégitimes; car en exerçant un pouvoir comme s'ils l'avaient reçu, mais qu'ils n'auraient pas, ils se donnent pour ce qu'ils ne sont pas réellement, au détriment du système hiérarchique que Dieu a établi lui-même pour les fins que nous avons annoncées et que par sa suprême volonté il a destiné à être immuable et perpétuel, ainsi que son Eglise et la hiérarchie qu'il y a fondée. Or le tribunaux usurpateurs et illégitimes n'ont dans l'Eglise aucun droit à la soumission des fidèles, dans les choses dans lesquelles ils n'exerçaient qu'une autorité usurpée, puisque la soumission est une reconnaissance pratique de l'absolu domaine de Dieu, et c'est pourquoi elle n'est due qu'à ceux que Dieu a établis, et qu'il a revêtus de son autorité.
§ XVII. Sous prétexte de n'attaquer que les abus, les adversaires renversent la légitimité des tribunaux ecclésiastiques.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Lun 24 Juin 2024, 6:49 am


Le Traité

XVII.

Sous prétexte de n'attaquer que les abus, les adversaires renversent la légitimité des tribunaux ecclésiastiques.

Les adversaires n'attaquent, disent-ils, que les abus introduits dans le gouvernement de l'Eglise, et comme, selon eux, l'abus ne détruit pas le droit, ils prétendent que les juges ecclésiastiques ne sont ni généralement ni radicalement illégitimes, ni généralement usurpateurs , de sorte qu'on ne peut leur refuser toute obéissance dans l'exercice de leur ministère ; car les abus qu'ils supposent consistent non-seulement dans le mode d'exercer une autorité que Dieu a véritablement donnée dès l'origine, mais encore dans celui de s'arroger une autorité arbitraire , en opposition à l'institution divine ; et comme ces abus s'étendent à tous les objets pour lesquels Jésus-Christ a établi un gouvernement dans son Eglise, il s'ensuit que tous les juges et tous les tribunaux actuels ecclésiastiques sont formellement, et généralement illégitimes.

On ne peut douter que les adversaires ne veuillent arriver à ce but, lorsqu'on voit développer le système, établi, selon eux, par Jésus-Christ. Ils veulent un Pape, des Evêques et des Prêtres pour le gouvernement de l'Eglise universelle, des Evêques, des Prêtres et des Ministres pour celui des Eglises particulières. Ainsi lorsque le Pape exercera sans les Evêques et les Prêtres , lorsque les Evêques exerceront sans les Prêtres et les Ministres le pouvoir qui ne leur a été donné que solidairement, et que la part des uns sera usurpée par les autres, il faudra dire qu'ils exercent un pouvoir qu'ils n'ont pas, parce qu'ils ne l'ont pas reçu originairement dans toute sa plénitude et exclusivement, et par conséquent que leur tribunal élevé sur les ruines de celui que fonda Jésus-Christ, est illégitime. Or tel est, si nous les en croyons, le gouvernement actuel de l'Eglise.
« Pour notre malheur, dit Tamburini

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mar 25 Juin 2024, 6:03 am


§ XVII.

SUITE

Tamburini a écrit:« Pour notre malheur, dit Tamburini, nous voyons répandu presque partout l'esprit de domination (des Papes sur les Evêques et sur les Prêtres, et des Evêques sur les Prêtres et sur les Ministres), et la tendance des Papes et des Evêques à s'affranchir de ceux qui leur ont été donnés de Dieu pour leur être associés dans les jugements et dans, le gouvernement. Chaque Evêque fait des statuts et des instructions à son gré, sans synode, sans concile, (une semblable usurpation avait déjà été signalée pour les Papes dans l'établissement des congrégations de Rome). Un vicaire-général règle tout à sa fantaisie dans l'exercice de la juridiction volontaire, et de même l'official dans le contentieux. Ils décident seuls des affaires qui devraient être réservées au synode diocésain ou au concile provincial (Vera Idea, part 1, c. 4, § 21) ».

Ainsi il n'y a qu'usurpation

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mer 26 Juin 2024, 5:56 am


§ XVII.

SUITE

Ainsi il n'y a qu'usurpation, désordre, illégitimité dans le Pape pour le gouvernement de l'Eglise universelle, et dans les Evêques pour celui des Eglises particulières, et par conséquent on ne doit l'obéissance à personne. Prétendraient-ils par hasard qu'il y eût dans le Pape quelque autorité sans rapport au bien de l'Eglise universelle, et de même dans les Evêques quelque autre titre sans relation immédiate avec le gouvernement de leurs Eglises, afin de nous engager à nous soumettre ? Sans cela, où retrouveraient-ils la légitimité du pouvoir qu'ils exercent et la compétence de leurs tribunaux ?

Qu'on nous détermine donc avec précision cette autorité sans action, qu'on nous fasse comprendre qu'ils peuvent cependant dans un sens être appelés juges légitimes, et que cela suffit pour que, en parlant à la rigueur, on ne puisse dire qu'ils aient changé dans son essence le système de l'institution divine. Mais ils sont loin de vouloir nous faire cette concession; ils font, au contraire, de ce refus la base de  leurs accusations.
§ XVIIL Artifices que les adversaires emploient pour cacher leurs véritables intentions.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Jeu 27 Juin 2024, 5:57 am


Le Traité

SUITE

§ XVIII.

Artifices que les adversaires emploient pour cacher leurs véritables intentions.

Pour faire voir qu'ils sont catholiques, les adversaires s'efforcent de concilier l'immutabilité du gouvernement ecclésiastique avec le bouleversement actuel et les prétendues confusions des droits. Ils avouent, en conséquence, que le plan de Jésus-Christ subsiste encore au dix-huitième siècle, dans son essence, et sans altération par la raison qu'il y a encore des évêques, des curés et des prêtres qui conservent dans leur plénitude des pouvoirs que Dieu leur a conférés, et parce que les lois fondamentales qui forment l'essence de l'institution divine restent toujours les mêmes, sans que l'Eglise puisse y renoncer ; ils séparent ainsi le droit de gouverner de l'exercice de ce droit ; ils confondent tout et appellent essentiel ce qui ne l'est pas.

D'autres composent les plus belles théories sur le plan divin, sur les droits du, corps  hiérarchique, sur la soumission qu'on lui doit; mais ensuite ils embarrassent les esprits des fidèles par des exceptions sans nombre, modifient leur obéissance à force de règles pour leur enseigner quand et comment ils doivent obéir, les établissent juges de la légitimité et de  l'usurpation du pouvoir exercé, et les rendent généralement arbitres d'eux-mêmes.

Il en est d'autres qui comprennent autrement la nature du gouvernement ecclésiastique, et qui croient que dans sa forme extérieure il est susceptible de variations innombrables, appelées par eux libertés des Eglises ou des nations.

D'autres enfin enseignent que le vrai tribunal de l'Eglise existe en tout temps dans son intégrité intrinsèque et extrinsèque; mais qu'au milieu de tous ceux qui se vantent d'une institution divine , on ne saurait le distinguer qu'en le comparant au gouvernement de l'Eglise primitive.

C'est ainsi qu'ils cherchent à nous faire illusion sur leur intention réelle, tantôt en inventant un gouvernement invisible et sans action, tantôt en faisant tout dépendre de la pénétration du fidèle, ici en autorisant les diverses formes extérieures,  là en nous obligeant à errer sans un guide sûr dans le labyrinthe de l'antiquité , pour que nous ayons à déterminer quelle est dans une telle variété la forme légitime. Mais qui, doué de quelque bon sens, ne voit clairement que ces différentes routes conduisent toutes au même but, qui est de soustraire les chrétiens à toute subordination quelconque ?
§ XIX. Le moyen le plus court et le plus sûr pour réfuter les adversaires

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Ven 28 Juin 2024, 5:23 am



Le Traité

SUITE

§ XIX.

Le moyen le plus court et le plus sûr pour réfuter
les adversaires c'est de leur prouver que la forme extérieure
du gouvernement ecclésiastique est perpétuelle et immuable.

Il y a une voie courte et facile de convaincre nos adversaires de leur erreur, et de rassurer en même temps les fidèles les moins instruits. Il y a un moyen sûr de repousser les coups par lesquels ils voudraient renverser toute l'économie du gouvernement de l'Eglise, et avec lui toute la Religion; ce moyen, cette voie, nous pourrons les employer sans nous jeter dans les questions de droit et de fait qu'ils soulèvent ; s'il en était autrement, il faudrait supposer un Dieu sans prévoyance, et même sans justice, qui aurait fait dépendre le salut du genre humain d'un moyen si incertain, et même impraticable au plus grand nombre.

S'il a établi un gouvernement, s'il le maintient immuable, s'il exige absolument de nous que nous nous y soumettions, il doit nécessairement nous le manifester, de manière que la facilité de le reconnaître soit en proportion avec l'obligation de lui obéir pour tous ceux que concerne cette obligation.
Donc le gouvernement établi

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Sam 29 Juin 2024, 5:45 am


§ XIX.

SUITE

Donc le gouvernement établi par Jésus-Christ doit être reconnaissable à toute la chrétienté, et il doit l'être par sa nature., c'est-à-dire que Dieu, son fondateur, doit l'avoir distingué des gouvernements humains par des caractères qui en soient inséparables, et d'après lesquels on ne puisse se méprendre sur son origine. À quel propos aurait-il employé sa toute-puissance à conserver inaltérable l'essence de ce plan, si ensuite ce divin fondateur ne prenait aucun souci de le faire connaître, s'il ne voulait pas absolument et malgré toutes les résistances maintenir aussi inaltérable le signe par lequel il le manifesta dès le principe, et s'il permettait que la violence des hommes l'obscurcît et le rendît invisible? Ce serait vouloir efficacement la fin, et ne vouloir pas efficacement les moyens; ce qui en Dieu répugne.
Veut-on savoir de moi quel est ce signe ?

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Dim 30 Juin 2024, 5:38 am

Traité 35

§ XIX.

SUITE

Veut-on savoir de moi quel est ce signe immuable ? Je ne le déterminerai qu'en général ; je dirai que Jésus-Christ a établi un gouvernement actif, qui ne peut être conçu sans l'exercice des droits qui lui sont propres, et que cet exercice ne peut avoir lieu sans une forme extérieure : d'où il résulte que ce même Dieu est obligé de veiller à ce que dans la suite des siècles cette forme extérieure ne souffre pas plus d'altération essentielle que la forme intérieure.

Cette détermination générale par sa généralité même est décisive contre les novateurs, puisqu'elle suffit pour montrer toujours aux fidèles le tribunal auquel Dieu veut qu'ils soient soumis, sans qu'ils aient besoin de se tourmenter l'esprit dans la recherche des monuments de la vénérable antiquité ; car il est démontré que qui obéit au gouvernement actuel de l'Église obéit à Dieu même ;  on a la certitude qu'elle veille sans cesse au dépôt de la foi, à l'intégrité des mœurs, à la sûreté de ses enfants, à repousser et à détruire ses ennemis ; ainsi l'autorité des tribunaux d'à présent, n'est pas moins vénérable que l'autorité de ceux d'autrefois , puisqu'ils sont essentiellement la même chose.

Je ne devrais pas apporter de nouvelles raisons pour le prouver, puisque ce n'est qu'un corollaire des preuves déjà citées; toutefois je veux encore le faire pour convaincre complètement nos adversaires.
§ XX La forme extérieure du gouvernement de l'Eglise en exprime l'essence.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Lun 01 Juil 2024, 6:01 am


Le Traité

SUITE

§ XX.

La forme extérieure du gouvernement de l'Eglise en exprime l'essence.

Pour enlever toute équivoque et mettre fin à toutes les chicanes, je dois prévenir qu'en parlant de l'indéfectibilité de la forme extérieure, je n'entends que la forme qui représente la nature du gouvernement, c'est-à-dire ce par quoi un gouvernement monarchique est distingué d'un gouvernement aristocratique ou démocratique, et réciproquement, ou bien la forme qui exprime les droits essentiels, ces droits dont la nature et la répartition forment la nature du plan fondamental dont nous nous occupons en ce moment.

Il ne s'agit donc pas ici de la variété de la discipline, ni d'autres modifications accidentelles dans l'économie extérieure du gouvernement ecclésiastique, soit qu'elles aient été légitimement introduites par l'Eglise elle-même selon les circonstances des temps, des lieux et des personnes, soit que simplement tolérées par elle, elles aient eu une source moins pure dans l'ambition de quelqu'un de ses ministres : tout cela nous écarterait du vrai point de la question; car si ces modifications sont adoptées par l'Eglise, cela suffit pour conclure que l'essence du plan n'en est pas altérée, et qu'ainsi elles n'appartiennent pas à cette forme extérieure qui est l'unique objet de notre discussion; et si elles ne sont pas tolérées, il en résulte que l'Eglise ne les juge pas encore, et qu'elles ne sont pas de nature à défigurer entièrement, vu les circonstances, la forme de son gouvernement. L'une et l'autre conséquence dépendent du principe même de la perpétuité de la forme extérieure. Faisons-en la démonstration. Son utilité complète sa longueur.
§ XXI. Si la forme extérieure du gouvernement ecclésiastique n'était pas perpétuelle

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mar 02 Juil 2024, 6:07 am


Le Traité

SUITE

§ XXI.

Si la forme extérieure du gouvernement ecclésiastique n'était' pas perpétuelle et immuable,
on ne pourrait pas distinguer te gouvernement de Dieu de celui des hommes

La fin que Jésus-Christ s'est proposée en fondant un gouvernement dans son Eglise, c'est sans contredit pour que l'homme, en s'y soumettant, reconnaisse dans sa conduite l'autorité absolue qu'il exerce en souverain sur toutes les puissances humaines: or il veut cette fin absolument,  puisqu'il condamne quiconque refuse d'obéir. Mais le moyen principal et nécessaire de pratiquer cette obéissance, c'est avant tout de connaître près de qui existe ce gouvernement. Donc Dieu doit l'avoir manifesté, puisqu'il veut que tout s'y soumette; il doit l'avoir manifesté d'une manière proportionnée à tous.

Et qui pourrait dire qu'il en fût ainsi, si ce même gouvernement contredisait entièrement les idées les plus communes et toutes celles qui se réveillent dans l'esprit de l'homme aussitôt qu'on lui intime de se soumettre à un gouvernement ? par exemple, que ce gouvernement doit lui être clairement indiqué, et qu'il doit pouvoir le reconnaître? Or cette intimation et cette soumission supposent l'activité de ce même gouvernement; le moyen par lequel il se manifeste doit donc être son activité même ; car l'on ne voit de gouvernement que là où l'on voit des lois présentées et maintenues. Donc Dieu fera connaître le gouvernement qu'il a fondé par le moyen de son activité.
Mais les hommes aussi peuvent composer

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mer 03 Juil 2024, 6:14 am



§ XXI.

SUITE

Mais les hommes aussi peuvent composer un gouvernement actif, et Dieu doit marquer ses œuvre. La seule activité actuelle, considérée abstractivement, ne suffisant donc pas pour distinguer le gouvernement de Dieu de celui que l'homme aurait fait, il faut que dans l'activité du gouvernement ecclésiastique il se trouve quelque chose qui ne soit pas commun à celui des hommes. Par exemple, le gouvernement de l'ancienne république de Rome était actuellement actif aussi bien que celui des empereurs qui lui succéda plus tard.  Il pourrait de même s'élever dans l'Eglise un système de gouvernement sur les ruines de celui que Dieu a immédiatement déterminé et qui fût dans son genre aussi actif. Le caractère distinctif sera donc une activité indépendante de la violence des hommes, c'est-à-dire une activité perpétuelle et invariable, de manière que le chrétien puisse raisonner ainsi :
« Dieu m'ordonne d'être soumis et de recourir au tribunal de l'Eglise; or c'est là le tribunal actif de l'Eglise : c'est donc celui que m'assigne le commandement divin ; c'est celui-là que Dieu a établi. »
Ce raisonnement si simple et si naturel

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Jeu 04 Juil 2024, 6:09 am


§ XXI.

SUITE

« Dieu m'ordonne d'être soumis et de recourir au tribunal de l'Eglise; or c'est là le tribunal actif de l'Eglise : c'est donc celui que m'assigne le commandement divin ; c'est celui-là que Dieu a établi. »

Ce raisonnement si simple et si naturel, fondé sur la certitude où sont tous les chrétiens que Jésus-Christ assiste l’Eglise, et sur le précepte de lui obéir, est tellement intrinsèque et lié avec les notions les plus communes aux chrétiens instruits dans la Religion, que, s'il pouvait être faux, il lui serait impossible de reconnaître par une autre voie le gouvernement auquel Dieu l'a soumis et de ne pas le confondre avec celui auquel auraient donné naissance les violences et les usurpations de l'homme.

Mais si l'activité perpétuelle et invariable du gouvernement ecclésiastique est le moyen de reconnaître l'institution divine, d'après le principe de métaphysique que, « ce qui distingue un être des autres êtres, c'est ce qui le constitue dans cette manière d'être et qui en exclut tout autre, » cette même activité sera donc la propriété intrinsèque et constitutive de ce gouvernement et aura par conséquent son origine en Dieu ; car chacune des qualités naturelles d'une opération divine a été réglée et particulièrement voulue de Dieu ; elles déterminent la fin de l'œuvre, et Dieu ne peut pas ne pas les vouloir tant qu'il ne veut pas détruire l'œuvre elle-même.

La sagesse et la toute-puissance de Dieu sont donc engagées à maintenir toujours l'activité du gouvernement qu'il a fondé dans son Eglise; or cette activité est par sa nature ordonnée pour un objet extérieur dont elle est inséparable, pour la direction des fidèles ; car il ne peut y avoir d'activité dans un gouvernement où il n'y a personne qui commande ni personne qui obéisse; il est donc évident qu'il faut un signe qui manifeste cette activité, et qui soit également déterminé de Dieu  à qui seul il appartient de révéler ses opérations; ce signe doit donc être, comme cette activité, charitable et perpétuel.  
Mais pour trouver ce signe

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Ven 05 Juil 2024, 6:14 am


§ XXI.

SUITE

Mais pour trouver le signe qui dans l'opinion commune représente un gouvernement actif, il ne doit certainement pas être nécessaire d'aller le chercher dans les lois constitutives ni dans la théorie des droits où il resterait à bien distinguer ce qui est légitime de ce qui ne l'est pas , ni dans des recherches minutieuses de l'antiquité, pour savoir quel il devrait être ; car une activité actuelle demande un signe actuel, et tel ne serait pas le résultat d'un examen de choses éloignées. Et d'ailleurs il y aurait contradiction : on supposerait le même gouvernement actif et non actif sur les mêmes objets : actif, dans l'hypothèse où nous discutons, et non actif, puisqu'il ne ferait pas sentir son activité.

Ce signe donc, qui doit être présent et visible à tous, consistera formellement dans l'exercice actuel de l'autorité , telle que l'expliquent les commandements divins , telle que la détermine l'essence même du plan. Si donc l'activité du gouvernement ecclésiastique doit être perpétuelle , l'exercice que l'Eglise fait de ses droits, conformément à l'institution divine, doit l'être aussi, et Dieu ne permettra jamais qu'il y ait un seul jour d'interruption. Or c'est donc dans cet exercice que consiste précisément la forme extrinsèque du gouvernement; il est donc absurde de dire que Dieu ne doit pas le maintenir essentiellement immuable et perpétuel pendant toute la durée de l'Eglise.
§ XXII.L'immutabilité de la forme intrinsèque du gouvernement ecclésiastique deviendrait inutile, si l'Eglise ne pouvait exercer visiblement ses droits.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Sam 06 Juil 2024, 5:45 am


Le Traité

SUITE

§ XXII.

L'immutabilité de la forme intrinsèque du gouvernement ecclésiastique
deviendrait inutile, si l'Eglise ne pouvait exercer visiblement ses droits.

Nos adversaires qu'en pensent-ils ? Qu'ils exaltent autant qu'il leur plaira, autant qu'ils le voudront l'immutabilité du gouvernement ecclésiastique; qu'ils disent que le temps n'a pas de pouvoir contre l'essence de ce plan, et qu'on ne pourra jamais se prévaloir de la prescription; s'ils ne reconnaissent en même temps la perpétuité de sa forme extérieure, ils sont par là convaincus d'être en contradiction avec eux-mêmes et de présenter l'Eglise susceptible de faillir. En effet, sans cette perpétuité, la fin de l'immutabilité de son gouvernement ne serait pas obtenue ; ce serait en vain que Dieu l'environnerait de son assistance comme d'un insurmontable rempart contre toutes les invasions essentielles, et même il n'y aurait absolument aucune raison d'y croire.

Si l'on disait que toute l'immutabilité du gouvernement consiste en ce que tout le corps hiérarchique, ainsi que chacun de ses membres, conservera toujours dans la même proportion les droits qui leur ont été conférés par Jésus-Christ, bien que la forme extérieure y devînt contraire, à peu près, à la manière d'un gouvernement qui serait essentiellement monarchique et dans le fait aristocratique, ou essentiellement aristocratique et effectivement monarchique, le gouvernement de l'Eglise ne serait assurément pas d'une meilleure condition que les autres gouvernements des hommes, par rapport auxquels il est également vrai de dire que l'usurpation ne détruit pas le droit.
Un conquérant injuste, d'après le

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Dim 07 Juil 2024, 6:04 am


§ XXII.

SUITE

Un conquérant injuste, d'après le sentiment de plusieurs publicistes, ne peut jamais, malgré sa puissance, dépouiller de ses droits la nation injustement conquise; il pourra l'assujettir par la force, renverser ses tribunaux, lui ôter ses magistrats, mettre à mort ses représentants; mais il ne pourra jamais, sans son consentement formel ou présumé, lui enlever ses droits à ces magistrats,  à ces tribunaux, à cette forme de gouvernement qui constituaient son indépendance. Par la même raison, on pourra par une révolution, par le délire du peuple, précipiter un monarque de son trône et créer à sa place un gouvernement  illégitime;  mais  priver ce monarque, et, si le royaume est héréditaire, priver sa race de son droit à la souveraineté, c'est ce qu'on ne pourra jamais, tant que son long silence ne donnera pas lieu de croire à une cession volontaire.

Tamburini lui-même l'accorde, lorsque, pour légitimer l'introduction  d'une nouvelle forme de gouvernement, il demande la possession pacifique, et l'on ne peut appeler telle celle contre laquelle protestent les premiers possesseurs par leurs réclamations  et par une opposition ouverte.

Que ceci soit dit en passant sur une question  qui d'ailleurs est  étrangère à celle que nous traitons. Ce qui nous concerne, c'est que dans les gouvernements humains on peut renoncer à ses droits, au lieu que cette renonciation est impossible dans le gouvernement ecclésiastique, pour des droits inhérents à l'essence de l'institution divine.
Et, si l'Eglise ne peut les abandonner

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Lun 08 Juil 2024, 5:37 am


§ XXII.

SUITE

Et, si l'Eglise ne peut les abandonner, si elle ne peut jamais, ni en aucune part, légitimer une forme de gouvernement qui leur serait contraire, il s'ensuit, comme conséquence nécessaire, qu'elle ne renoncera  jamais  à ses droits , qu'elle ne légitimera jamais une telle forme, et que, chargée de Dieu pour diriger avec sécurité les fidèles dans leur croyance, elle devra toujours leur montrer clairement qu'elle n'y a pas renoncé et qu'elle n'a rien approuvé qui y fût contraire.

Mais comment pourra-t-elle le montrer clairement, sinon par l'exercice de ses droits ? Si elle ne les exerçait pas, on pourrait douter de son infaillibilité, ou de sa fidélité à son fondateur, et l'accuser d'une indigne, d'une basse lâcheté. A quoi lui servirait de ne pouvoir y renoncer, s'il dépendait de l'homme d'en empêcher l'exercice ? Jésus-Christ manquerait aux promesses qu'il a faites à l'Eglise, puisqu'elles seraient sans effet pour ce qu'il a eu principalement en vue dans cette institution. L'Eglise serait dans une servitude nécessaire, et le chrétien ne pourrait recourir à son tribunal qu'il ne reconnaîtrait point.

XXIII. On ne peut pas dire que l'Eglise ait un gouvernement, si elle ne l'exerce pas.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mar 09 Juil 2024, 5:54 am


Le Traité

SUITE

§ XXIII.

On ne peut pas dire que l'Eglise ait un gouvernement, si elle ne l'exerce pas.

Peut-être allèguera-t-on que la forme extérieure du gouvernement ecclésiastique subsistera elle-même perpétuellement inaltérable, parce qu'il y aura toujours dans l'Eglise une portion grande ou petite, qui non-seulement se maintiendra dans la possession de ses droits primitifs, mais encore les exercera librement, malgré les menaces les plus terribles, les persécutions les plus cruelles et les contradictions les plus violentes. Mais, demanderai-je dans ce cas, cette portion choisie et d'un zèle si généreux pour l'institution divine, constitue-t-elle l'Eglise ou non ?

Si c'est l'Eglise, elle aura donc tous les caractères essentiels et toute l'autorité de l'Eglise; si elle ne constitue pas formellement l'Eglise, on aura beau jouer sur les mots, les embrouiller et les confondre, les tourner et les retourner de mille manières, on en reviendra toujours au même point : donc l'Eglise n'exerce pas son autorité; donc elle n'est pas inviolablement attachée à la forme essentielle de son gouvernement, puisque la portion qui conserve cette forme n'est pas proprement l'Eglise.

Où a-t-on jamais entendu dire qu'un gouvernement a conservé sans altération sa forme extérieure, parce que cette forme se retrouve parmi un petit nombre d'individus sans titre et privés de la puissance suprême qui dès le principe devint le partage exclusif des chefs de ce gouvernement ?

Par exemple

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Mer 10 Juil 2024, 6:08 am


§ XXIII.

SUITE

Par exemple, si un gouvernement aristocratique éprouvait des révolutions qui le rendissent monarchique, parce qu'il y resterait une portion grande ou petite de nobles attachés à la forme primitive, on pourrait donc affirmer que la forme du gouvernement subsiste toujours dans toute l'intégrité de son essence ? Il s'ensuivrait donc que dans cette portion de nobles, quoique dépouillés de l'autorité dont ils jouissaient comme première assemblée de la nation (et nous supposons qu'ils le soient, afin que l'exemple soit d'une justesse complète), l'aristocratie conserverait son indépendance, même après que le corps aristocratique aurait perdu la souveraine autorité, c'est-à-dire qu'il y aurait un gouvernement absolu et indépendant sans souveraineté, ce qui est une contradiction manifeste.

Il n'en est pas ainsi dans les monarchies que les troubles ont renversées; tant que vit le monarque entouré d'un petit nombre de sujets, quelque petit qu'il soit, et sur lesquels il exerce actuellement son autorité monarchique, la monarchie reste dans sa forme, parce que la souveraineté n'est pas détruite, seulement son action est restreinte dans des bornes plus étroites: mais la nature d'un gouvernement ne dépend pas du nombre plus ou moins grand des sujets.

Que nos adversaires

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Jeu 11 Juil 2024, 5:44 am


§ XXIII.

SUITE

Que nos adversaires pèsent les raisonnements que nous venons de faire et par lesquels il est établi que le gouvernement de l'Eglise est inséparable de l'Eglise, que Dieu le conservera toujours le même dans ce qui est de sa forme intrinsèque et de sa forme extrinsèque, qu'il ne permettra jamais que l'Eglise se laisse surprendre, qu'elle se maintiendra toujours non-seulement dans la possession, mais encore dans l'exercice de ses droits, et qu'ainsi le gouvernement ecclésiastique doit rester visible, perpétuel et immuable dans l'Eglise et par l'Eglise.

Après cette suite de vérités ainsi enchaînées

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Ven 12 Juil 2024, 5:30 am


§ XXIII.

SUITE

Après cette suite de vérités ainsi enchaînées, nos adversaires disent : L'Eglise a substitué à sa place une certaine classe d'hommes; si elle ne lui a pas transmis son autorité (car cette autorité ce serait toujours identiquement l'Eglise elle-même), on ne pourra jamais dire que ce soit là seulement que le gouvernement de l'Eglise persévère immuable et dans son intégrité essentielle, puisque ce gouvernement ne peut être exercé que par celui à qui Jésus-Christ l'a confié.

D'ailleurs, où serait cette Eglise si elle n'est pas parmi ceux qui en conservent le gouvernement ? La cherchera-t-on dans les siècles passés ? donc nous n'avons pas à présent d'Eglise autorisée ? Et encore comment établit-on la supposition d'une classe privilégiée qui tiendrait la place et remplirait les devoirs de l'Eglise ? serait-ce parce que là seulement se trouverait le gouvernement antique de l'Eglise ?

Mais il est prouvé que le moyen établi par Dieu lui-même pour distinguer le gouvernement qu'il a fondé, ne peut être que dans son immuable activité, et non dans les longues et laborieuses recherches sur les usages de l'antiquité même la plus vénérable.

Ainsi, quelque parti qu'ils prennent, ils sont convaincus de ne vouloir aucun tribunal, de n'admettre aujourd'hui aucun gouvernement dans l'Eglise, et n'est-ce pas là dire clairement que Dieu manque de puissance ou qu'il est infidèle à ses promesses ? Dans quels rêves absurdes s'égare, combien d'erreurs amoncèle l'esprit d'indépendance.

§ XXIV. Le gouvernement de l'Eglise a toujours été essentiellement et visiblement le même que celui de nos jours.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Sam 13 Juil 2024, 6:13 am


Le Traité

SUITE

§ XXIV.

Le gouvernement de l'Eglise a toujours été essentiellement et visiblement le même que celui de nos jours.

Après avoir succinctement exposé et mis dans leur véritable jour ces vérités fondamentales, il est superflu que je m'arrête à développer en détail celles qui vont suivre et qui n'en sont que des conséquences naturelles et nécessaires.

Nous voilà donc assurés que le gouvernement étant établi pour tous les temps, sera toujours immuable dans son essence, que l'Eglise soit dispersée ou assemblée; que dispersée ou assemblée, l'Eglise rendra toujours visible son invincible opposition à tout changement essentiel, c'est-à-dire que, si son gouvernement est aristocratique, elle conservera toujours, même dispersée, la forme d'une véritable aristocratie , et d'une véritable monarchie s'il est monarchique ; et que par conséquent, si, dans le XVIIIe siècle, la forme de son gouvernement est monarchique, c'est-à-dire si l'Eglise regarde et respecte le Pape comme un monarque, ou, en d'autres termes, si elle n'exerce pas, comme Eglise, les droits indépendants de toute autre forme de gouvernement, il faut en conclure que, dès sa fondation et dans la suite, au milieu des siècles les plus obscurs , la monarchie a toujours été le caractère du système de la hiérarchie ecclésiastique, considéré dans son état naturel, d'après lequel seulement on peut déterminer une forme quelconque de gouvernement.

§ XXV. D'après le propre aveu des novateurs, le gouvernement actuel de l'Eglise est essentiellement monarchique.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Traité de l'immutabilité. - Page 2 Empty Re: Traité de l'immutabilité.

Message  Louis Dim 14 Juil 2024, 6:07 am


Le Traité

SUITE

§ XXV.

D'après le propre aveu des novateurs,
le gouvernement actuel de l'Eglise est essentiellement monarchique.

C'est donc maintenant aux novateurs à décider cette question importante : le gouvernement de l'Eglise actuel est-il absolument monarchique ou bien aristocratique? S'il est aristocratique, ils sont injustes dans leurs déclamations, et leurs accusations ne sont que des impostures; s'il est monarchique, l'institution divine n’a donc jamais varié.

Or, comme tout dépend de cette question, je veux les laisser eux-mêmes résoudre la chose, je ne ferai que rapporter leurs sentiments avec leurs propres paroles. Voici donc comment s'exprime leur chef le plus accrédité :
Tamburini a écrit:
« Peu à peu de nouvelles, maximes s'introduisirent dans l’Eglise,  elles corrompirent l'économie du gouvernement ecclésiastique établi par Jésus-Christ ; la forme des jugements ecclésiastiques changea, la puissance des Papes s'agrandit et se plaça au-dessus des canons, des conciles et de l'Eglise universelle. L'imposteur Isidore donna à ces maximes le caractère de la vénérable antiquité et les présenta, dans ses fausses décrétales, comme les lois primitives des plus beaux jours de l'Eglise. L'ignorance des temps fit adopter ce nouveau plan, dans la conviction que c'était l'ancien. Les conciles postérieurs ont suivi les usages nouveaux introduits à l'ombra des décrétales dont on n'avait aucun soupçon. Ainsi s'est formé ce corps immense de décrets et de décrétales dont se compose le droit nouveau, appuyé, il est vrai, sur les décisions de plusieurs conciles, mais toujours aussi sur la supposition qu'on suivait les traces de l'antiquité. La pratique de plusieurs siècles a donné à ce droit nouveau une espèce de titre (1). »
_____________________________________

(1) Vera Idea sopra la S. S. part. 1, c 4, $3.

Le même écrivain, dans ses Prolégomènes théologiques, fait ainsi le parallèle de l'ancien gouvernement et du nouveau :

Patet eam regiminis formam, quæ prioribus Ecclesiæ sœculis viguit, ita comparatam fuisse, ut hominum animos devinciret religionis amore. Sic enim erat ipsi us administratio composita, ut, tanquam publica res ac commuinis , spectaretur religio, cujus cura singulos tangeret, et in quà suas quisque, pro conditione ac munere, partes haberet. Nam suam habebant partem et ipsi fideles laici,qui unà cum Pastoribus ac sub ipsis intererant sacris, offerebant sacrificia ac laudes Deo, et in ipsorum ministrorum delectu testimonium ac suffragium ferebant. Vel ipse primatus romani Pontificis non abstrahebat confratres suos à muneribus iisdem concreditis, sed eos adjuvabat, ut jura singulis propria immota persisterent, ac curaimpleretur unicuique Episcoporium commissa. Sed cum priori regiminis formæ nova successit quâ nempè aristocratica administratio in ABSOLUTAM MONARCHIAM conversa fuit (il le donne comme un fait, et non comme une simple tentative), studium religionis, quo tantoperè majores nostri flagrabant, lan guere cœpit in singulis Ecclesiæ ministris. Nam cum vidèrent ferè nihil in Ecclesiis suis agi posse sine nutu Pontificem omniaqae fuisse jure novissimo eidem reservata, penè omnium curam in romanum Pontificem ejusque congregationes rejecerunt. (Prælect. 12).

traduction google a écrit:
Il est clair que la forme de gouvernement qui prévalait dans les premiers siècles de l’Église était conçue de manière à gagner le cœur des hommes par l’amour de la religion. Car ainsi l'administration était composée pour nous, de telle sorte que, comme affaire publique et communauté, on considérait la religion, dont le soin affectait chaque individu, et dans laquelle chacun, selon sa condition et sa fonction, avait sa part. Car les fidèles laïcs eux-mêmes avaient leur part, qui, avec les pasteurs et sous eux, étaient sacrés, offraient des sacrifices et des louanges à Dieu, témoignaient et votaient dans le choix de leurs propres ministres. Or, la primauté du Pontife romain lui-même ne soustrayait pas ses frères aux fonctions qui leur étaient confiées, mais les aidait à persévérer insensibles aux droits propres à chacun et à exercer le soin confié à chaque épiscopat. Mais avec la forme de gouvernement précédente, une nouvelle forme de gouvernement a succédé, qui bien sûr l'administration aristocratique a été transformée en MONARCHIE ABSOLUE (il le donne comme un fait, et non comme une simple tentative), l'étude de la religion, nos aînés étaient si passionnés a commencé à languir chez les différents ministres de l’Église. Car lorsqu'ils virent que presque rien ne pouvait se faire dans leurs Églises sans le consentement du Pontife, que tout lui était réservé par le dernier droit, ils rejetèrent presque tous les soins du Pontife Romain et de ses congrégations.

Il n'est pas besoin d'autres témoignages ni de plus longs raisonnements pour s'assurer de ce que pensent nos adversaires de la forme du gouvernement actuel; il est, suivant eux, essentiellement monarchique, tant du côté des Pontifes romains, qui commandent en monarques, que du côté de l'Eglise qui vénère en eux l'autorité monarchique.
§ XXVI. La résistance de quelques Eglises est vaine pour prouver que la monarchie n'est pas universellement admise, car il faudrait prouver qu'elle est Universellement rejetée.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 17280
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum