NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mar 31 Mai 2022, 7:00 am

Dans sa grande main droite ornée de l'"Anello Piscatorio"
(anneau du pêcheur) s'arrêtent quelques vieux papiers
froissés. Dans la Dans le grand calme des archives
désertes, Jean XXIII examina un moment, en souriant à
lui-même, cette antique condamnation. Puis il referme
les portes et, ces papiers à la main, il rentre dans son
appartement, le Camauro garni d'hermine (bonnet rouge
garni de fourrure blanche associé aux papes médiévaux)
abaissé sur ses yeux, tandis que les ombres de la nuit
descendent sur les onze mille pièces désertes du Vatican,
surveillées par le pas tranquille et égal des gardes suisses.


Cette nuit-là, inconsciemment, Jean XXIII inaugure, avec
cela, son tripotage secret des archives du Vatican, celui qui
deviendra, avec Paul VI, un modèle au détriment de
l'Histoire : celui de faire disparaître des documents
compromettants sur la personne du Pontife et de son
entourage le plus proche.


Devenu Pape, Roncalli ne se prive pas de commenter, comme
il en a l'habitude, cette mésaventure de jeunesse et dira un
jour, au cours d'une audience : "...Car, comme vous le voyez,
même un prêtre placé en "observation" par le Saint-Office
peut, à l'occasion, devenir Pape !" Révélant, dans la plaisanterie,
son mépris profondément ancré envers les institutions de
l'Église traditionnelle.


Mais reprenons notre histoire. Don Roncalli a également eu
l'occasion, au cours de ces années à Bergame, de passer un
long moment à étudier des documents anciens et rares
retrouvés dans les archives de l'archevêché de Milan, qui
attestent tous, et pas par hasard, de l'ancienneté des actions
sociales des catholiques bergamasques et de leurs réalisations,
sur le chemin au "modernisme", déjà réalisé il y a un siècle.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mer 01 Juin 2022, 7:54 am

"Je me rendais à Milan, raconte-t-il, pour accompagner mon
évêque et mon signor à l'occasion des réunions de la
commission préparatoire du VIIIe concile provincial. Celles-ci
se tenaient dans l'archevêché autour du cardinal métropolitain
A.C. Ferrari. Seul un petit nombre de clercs y participait. Rien
de plus intéressant pour moi, dans ces heures d'attente oisive,
que de faire appel aux très riches archives de l'archevêché, qui
recèlent tant de trésors encore inexplorés pour l'histoire des
archevêchés milanais, et pas seulement. J'ai été immédiatement
frappé par la collection des trente-neuf volumes en parchemin,
portant au dos la mention "Archives spirituelles - Bergame".
Je les ai explorés : Je suis retourné les voir lors de visites
ultérieures. Quelle agréable surprise pour mon esprit ! De
rencontrer, tous réunis, des documents si copieux et intéressants :
L'Église de Bergame à l'époque la plus caractéristique pour la
rénovation de sa vie religieuse, juste après le Tridentino (Concile),
dans la ferveur la plus vive de la Contre-Réforme Catholique !"


Il n'est pas difficile de supposer que Don Roncalli fut frappé, en
feuilletant cette énorme masse de pages jaunies, par la
modernité précurseur qui caractérisait l'action de l'Église
Bergamasque depuis ces temps reculés. Il en fut influencé au point
d'obtenir de son évêque l'autorisation de consacrer du temps et
des études à la révision critique de ces documents anciens.


Ce grand travail donnera lieu à une publication scientifique complète,
intitulée "Atti della visita apostolica di San Carlo".


Borromeo a Bergamo (1575)", publié avec les "Fontes Ambrosiani"
par la Biblioteca Ambrosiana, (ed. Olschi, Firenze).

Aujourd'hui, en mesurant l'entité du tremblement de terre imprimé
à l'Église par l'action de Roncalli comme pape, nous pouvons bien
comprendre l'intérêt passionné qui confondait l'âme et l'intellect du
jeune secrétaire de l'évêque. Tout d'abord, la "modernité" de l'Église
de Bergame.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Jeu 02 Juin 2022, 7:34 am

Ce mot qui s'identifie avec le plus impérieux et dangereux
"progressisme", a toujours eu sur Roncalli une emprise magnétique.
Il suffit de considérer ce qu'est devenu le Concile Œcuménique
Vatican II, en matière de "dépassement" des contrastes entre
Catholiques et Protestants, pour expliquer facilement l'intérêt
fiévreux du jeune Roncalli pour encadrer, pénétrer, approfondir ce
sujet dans toutes ses composantes.


Les mois et les années de cette vie si riche en expériences diverses
s'écoulèrent pour Roncalli, le construisant, l'affinant, le développant
dans ses structures naturelles déjà considérables d'engagement et,
surtout, de convictions. Au fil de ces années, la formation catholique
s'était renforcée et, naturellement, la situation d'une "Italie officielle
différente de l'Italie réelle" devait tôt ou tard s'effacer devant
l'évidence des faits.


Déjà en 1911, à l'occasion de la campagne de Libye, le gouvernement
italien chercha, pour la première fois, à s'approcher des milieux
Catholiques.


Puis vint le fatal 1914. Fatale pour la survie de l'Europe. Fatale pour
Don Roncalli, qui vit la mort de son évêque et grand mentor, juste le
22 août de cette année-là, et resta seul à attendre des événements
qui ne tardèrent pas à se produire, pour le faire passer de la tranquillité
de l'évêché au vacarme retentissant de la caserne.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Ven 03 Juin 2022, 7:22 am

CHAPITRE III

En 1915, nous retrouvons Angelo Roncalli en uniforme
gris-vert. Il est sergent du corps médical de l'armée
royale italienne, engagé, comme peut l'être un prêtre
en avance sur son temps, à s'impliquer dans un conflit
dont l'enjeu est le renversement des Empires centraux,
avec pour conséquence le renversement des anciens
équilibres à l'échelle Européenne.

C'est le choix "militaire" de Roncalli, qui ne s'est pas
arrêté un instant pour envisager la possibilité d'être un
prêtre parmi les soldats, et ce n'est qu'ensuite, par
autorité, qu'il sera aumônier. C'est peut-être la première
indication "officielle" de sa vie, de la lucidité et de la
parfaite cohérence entre ses pensées et ses actes.

Déjà en 1902, coupant court à ses études à Rome, il avait
fait son service militaire, à Bergame, comme "volontaire
d'un an" au 73e régiment à pied, brigade "Lombardie",
libéré avec les galons de sergent cousus sur ses manches.
Ces galons sont aujourd'hui un atout pour lui, dans le corps
médical de l'armée, au même titre que son statut de prêtre
et son statut d'infirmier. le titre de professeur de séminaire,
bien connu de ses supérieurs. Il peut ainsi se ménager un
espace d'autonomie dans l'inflexible machinerie de l'appareil
militaire, et s'imposer, avec autorité, parmi les laïcs et les
socialistes "non interventionnistes" qui encombrent les
bataillons, comme un prêtre qui, refusant tout traitement de
faveur dû à son habitude, s'était plutôt mêlé aux masses
combattantes, prolétaire parmi les prolétaires, pour se plonger
à fond dans son credo social et progressiste.

Malgré l'aveu ouvertement laïc de l'Italie de 1915 - rappelons
que le gouvernement italien de Londres, tout en assurant la
France et la Grande-Bretagne de l'intervention de l'Italie aux
côtés des nouveaux alliés, a exigé et imposé, comme un retour
secret, qu'aucun appel d'après-guerre ne soit adressé à l'Italie
pour exiger le règlement de la Question Romaine (l'antagonisme
entre l'Église et l'État Italien après 1870, qui ne sera réglé que
plus tard par le Concordat de Benito Mussolini) - la grande
majorité des Catholiques Italiens ont répondu avec une
participation unanime à l'appel de la nation. "Ces Catholiques
qui, pendant plus d'un demi-siècle - écrit "L'Osservatore Romano"
cinquante ans après 1918 - avaient été poussés et confinés dans
l'ombre officielle par les partisans de l'Italie unie, n'ont pas refusé
l'appel au devoir, une fois la Nation engagée, même s'ils n'étaient
pas favorables à l'intervention. Et ils ont ont héroïquement affronté
la mort au combat. Le premier parmi tant d'autres, comme pour
offrir un exemple à ceux qui l'ont acclamé et choisi comme chef, fut
le comte Giuseppe Dalla Torre de Sanguinetto, plus tard, pendant
plus de quarante ans, directeur de notre journal, puis président de
l'Azione Cattolica Italiana.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Sam 04 Juin 2022, 8:03 am

Il s'est porté volontaire. Et avec lui, pas mal de jeunes
cadres, pour attester par le sang et la vie leur loyauté,
leur engagement civil, leur amour de la Patrie. Les
Catholiques Italiens, ces "citoyens de seconde classe",
dans ces moments terribles, se sont révélés être des
soldats. Aucune autre association laïque n'a été en
mesure de réunir, au cours de ces années tragiques,
autant de décorations militaires pour la bravoure que la
Società della Gioventù Cattolica Italiana : cent médailles
d'or, des milliers de médailles d'argent et de bronze, des
croix de guerre, des mentions de campagne : dix mille
morts et blessés". de bravoure que la Società della
Gioventù Cattolica Italiana : cent médailles d'or, des
milliers de médailles d'argent et de bronze, des croix de
guerre, des mentions de campagne : dix mille morts et
blessés". (Cfr. F. Bellegrandi, "La testimonianza nel
sacrificio dei cattolici italiani" in "L'Osservatore Romano",
22 novembre 1968).

A ce stade, nous devons cependant tourner la page et
considérer l'envers de la façade lumineuse. Au niveau des
masses, la guerre de 1914-1918 n'a pas été un conflit
globalement "ressenti". En témoigne l'historiographie
moins médiatisée, évidemment, par les intéressés, où elle
montre le nombre élevé de désertions survenues au sein
des unités, où elle recense les interventions des tribunaux
de guerre et des pelotons d'exécution, où elle énumère
les épisodes d'insubordination, parfois conclus par
l'assassinat d'officiers.

Il ne faut pas oublier, en effet, la réalité italienne de ces
années de guerre. Si, d'un côté, une certaine élite nationale,
galvanisée par Gabriele D'Annunzio, a combattu ce conflit
qui avait vu l'Italie tourner le dos aux anciens alliés, à la
lumière d'un romantisme qui, la guerre terminée, allait
bientôt faire place à la plus amère des désillusions - que
l'on se souvienne de l'épisode de Fiume l'occupation par
D'Annunzio et ses légionnaires, au mépris des dispositions
du pacte de Versailles - d'autre part, ce même conflit
marqua, pour les masses italiennes combattantes, une
nouvelle conscience de leur consistance sociale, de leur
puissance numérique, de leurs droits et de leurs
revendications futures. Ces mêmes masses, démobilisées,
revendiquaient dans les rues leur contribution en sang à
une victoire à laquelle elles n'avaient aucun intérêt. Et
l'Italie était à un pas du communisme, si elle n'avait pas
imposé, contre toute attente (en premier lieu celle des
bolcheviks de Moscou), le mouvement fasciste de Benito
Mussolini.

Roncalli, dans ces années-là, se désaltérait au ruisseau
socialiste qui serpentait au milieu des soldats. Rares
étaient les fois où une grossière casquette militaire
protégeait du froid une tête aussi riche de prévoyance et
d'intuition. Ceux qui ont eu la chance de rencontrer, en
ces temps qui ont marqué l'arrêt de mort de la vieille
Europe, le sergent Roncalli, se rappelleront encore
l'amabilité de ce sous-officier trapu du corps médical à
l'épaisse moustache noire, dont beaucoup de soldats
ignoraient la véritable identité de prêtre, amabilité qui
vous gagnait immédiatement et vous ouvrait à l'intimité.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Dim 05 Juin 2022, 7:05 am

Mais ceux qui l'ont connu de plus près se souviendront
encore de sa conception révolutionnaire de l'avenir
proche et moins proche, angéliquement simple, mais
têtue, absolue et audacieuse, qu'il n'a jamais cessé de
prêcher. Ce creusement obstiné qui le faisait tenir bon,
même face à un général furieux. Roncalli a prêté une
grande attention, à l'arrière des grands massacres de la
première guerre mondiale, aux soldats blessés qui
remplissaient les postes de médication et les hôpitaux
où il a prêté son service. Parfois, il trouvait, étendu
devant lui dans une civière sur le sol, un chef de cellule
socialiste. Pour l'habileté prémonitoire du sergent-prêtre,
c'était un jeu d'enfant de conquérir la confiance de ce
pauvre diable qui avait besoin de soins médicaux.

L'amitié ne sera qu'une question de jours et, dans les
salles, le bruit court que le sergent Roncalli, "ce grand
Vénitien à moustache", est un "camarade" en qui on peut
avoir confiance. Avec une grande amabilité, il a su gagner
la confiance des officiers, dont la bienveillance était pour
lui primordiale, afin de jouir d'une certaine autonomie et
de gratifier de traitements spéciaux ses camarades
socialistes. En regardant, aujourd'hui, le fourmillement
humain qui se déplaçait, s'agitait et se contorsionnait sur
les champs de bataille de ce crépuscule du monde, on
s'étonne de rencontrer sur la même scène des hommes et
des idées qui seraient les protagonistes, par la suite,
d'événements grandioses, apocalyptiques, parfois, de
grandes secousses dans l'histoire de l'humanité.

Tandis que le futur Jean XXIII se perfectionnait dans cette
école atypique du progressisme, souillée de sang et de
boue, à la même époque, dans un autre secteur du front
de la guerre, une civière transportait à l'arrière un
socialiste blessé qui, quelques années plus tard, donnerait
bien des soucis à ses anciens camarades de parti : le
"bersagliere" Benito Mussolini. Celui qui, alors, jetait un
coup d'œil un peu plus loin vers le nord-ouest, serait
tombé sur un jeune moustachu de Braunau ; nom : Adolph,
surnom Hitler, clopinant, son Mauser sur l'épaule, au milieu
des décombres des villages français pilonnés par les
artilleries, dans les bottes de fer d'un régiment de
fantassins bavarois.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Lun 06 Juin 2022, 6:58 am

La Première Guerre mondiale a bercé dans ses bras
de fer et de feu les premiers cris des plus grands et
souvent malfamés agitateurs du monde moderne.
Mais, probablement, ce grand prêtre habillé comme
un sergent du corps médical de l'armée royale
italienne, a dépassé même le plus célèbre de ces
personnages.

Ce Lénine qu'en mars 1917 l'Allemagne impériale a eu
la brillante idée de renvoyer en Russie, dans un
compartiment de train scellé, pour libérer le
bolchevisme et allumer cette redoutable mèche qui
brûle toujours sinistrement, sous les pieds du monde
entier.

Il échappe ici à ma plume, et je le consigne
intégralement, un jugement caustique du plus célèbre
vaticaniste italien, le comte romain Fabrizio Sarazani,
sur le pontificat de Jean XXIII et ses conséquences.
Lorsque je l'ai entendu pour la première fois, de sa
propre voix, dans son cabinet romain du Viale Parioli,
il m'a impressionné et m'a fait réfléchir pendant un
certain temps. C'est un jugement qui reflète, dans sa
crudité, l'évaluation de ce célèbre spécialiste des
choses du Vatican quant à l'ampleur de la catastrophe
déclenchée par le prêtre trapu de Sotto il Monte
Sarzani m'a dit "...La marque laissée par Roncalli dans
l'histoire de l'humanité dépasse de loin celle de Lénine
et de Staline. En effet, si ces derniers ont liquidé
quelques millions de vies humaines, Jean XXIII a liquidé
deux mille ans d'Église catholique."


Toute l'expérience accumulée pendant ces quatre années
de vie militaire, au contact des paysans et des ouvriers
en uniforme, Roncalli l'a emportée avec lui après avoir
déposé le gris-vert et repris l'habit. Et il ne tarda pas à
se relever, dans les temps tumultueux de l'après-guerre,
quand les grèves et les troubles transformaient le pays
en un grand organisme bouillonnant, avec la cavalerie
dans les rues et sur les barricades, et les
rassemblements enflammés de bannières rouges, de
coups de feu et de bombes, de morts et de blessés.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mar 07 Juin 2022, 7:40 am

Les masses démobilisées fluctuaient dans les rues,
plongeant lentement dans le chômage, dans le
mécontentement, dans la violence. Don Roncalli
, de retour à Bergame, n'ayant plus la protection
de son ancien évêque, privé, à la suite du rapport
de police, de la chaire du Séminaire, avait obtenu
du nouvel évêque le poste de "directeur spirituel"
des clercs, à peine revenus de la guerre et remis
sur le chemin de la prêtrise. C'était une tâche,
comme on peut le voir, qui ne permettait pas une
prise directe et influente sur les étudiants. Le
directeur spirituel opérait le plus souvent en
présence du corps enseignant, se limitant à
prononcer des sermons, des exercices spirituels
de carême et des confessions.

En lui retirant l'enseignement, ils pensaient, à
Rome, avoir coupé les griffes au rebelle
moderniste. Mais ils se trompaient.

En effet, Roncalli réussit à maintenir éveillée
parmi ces clercs, rendus plus agités par le goût
de la vie séculière qu'ils avaient connu au
moment de la guerre, la flamme du progressisme,
et à continuer à "faire de la politique" en cachette,
maintenant, toujours du côté de ceux qui
désobéissaient dans les rues pour jouer au tir à la
cible avec les "carabiniers" et les gardes royaux.
Personne, cependant, n'était là cette fois pour
couvrir ses arrières, et un jour de Rome arriva une
lettre sèche qui le transféra sans un moment de
préavis dans cette ville, pour travailler, bien organisé
avec d'autres collaborateurs, à la réorganisation de
l'activité missionnaire. C'était en décembre 1920.
Pie X était mort à la veille de la guerre, avait été
succédé par Benoît XV et le pape suivant, Pie XI,
trouve Roncalli récemment transféré à la
Propaganda Fide.

Les informations sur sa personnalité " moderniste "
et " progressiste ", reçues au Vatican par le biais
des fameuses accusations remontant à l'époque du
Séminaire de Bergame, avaient suivi le prêtre de
Sotto il Monte comme une étiquette visible, tout au
long du pontificat de trois papes. À Rome, Roncalli,
plus mûr et plus expérimenté, devient plus prudent,
plus avisé, infiniment plus rusé, et commence à se
déguiser, à s'organiser, afin de se tracer un chemin
bien planifié.


A suivre...

Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mer 08 Juin 2022, 7:38 am

Il a contrôlé ses instincts et a commencé à
déployer sa formidable volonté et son
extraordinaire cerveau. Le tout agrémenté
de la sympathie débordante et de la simplicité
d'esprit propres à son compatriote vénitien.
Son "changement de nature" parfaitement
synchronisé permet à Roncalli, dans cette
atmosphère gonflée d'escalade sociale, d'envie,
de double jeu qu'est la Curie romaine, de
manœuvrer avec un tact surprenant. Galvanisant,
autour de sa personne volumineuse, comme
s'il s'agissait d'un aimant prodigieux, un
nombre toujours croissant d'amis et de
sympathisants. Les temps où il usait ses gros
souliers en courant inlassablement de lieu en lieu
dans une province de Bergamasque secouée par
les ferments sociaux, glissent de plus en plus loin
dans l'horizon d'Angelo Roncalli, qui est
maintenant beaucoup plus vigilant et a appris des
monseigneur de Rome à être inapprochable, à
salir ses gradins, à sourire avec indulgence, alors
qu'à l'intérieur, la violence pachydermique de son
caractère surgit et éclate. Son assurance porte,
en temps voulu, ses premiers fruits. Il est nommé
Visiteur Apostolique en Bulgarie. Un timide
printemps sourit à Rome. Nous sommes en mars
1925.

Le 19 de ce mois, jour de la Saint Joseph, dans
l'église Lombarde de San Carlo al Corso, à Rome,
Angelo Giuseppe Roncalli est ordonné évêque par
le cardinal Tacci, secrétaire de la Congrégation
Orientale.

Le nouvel évêque se met en route pour sa mission.
L'Orient s'ouvre devant lui. L'Orient avec la violence
de ses couleurs, les contradictions de son histoire,
le sourire impénétrable de ses mille religions,
accueille Roncalli et l'enveloppe dans sa charmante
splendeur. Ici, le destin attend le prêtre de Sotto il
Monte. Sous la phosphorescence étincelante de ce
ciel des "Mille et une nuits", la route qui conduira
Roncalli à gravir les marches du Siège de Pierre
sera en effet tracée.

Avec le titre d'archevêque d'Aeropoli, Roncalli
arrive en Bulgarie, issue du traité de Neuilly, pour
se faire une idée de la situation réelle des
Catholiques, tant Latins et Orientaux, et
réorganiser leurs rangs. Il se rend dans tous les
coins du pays, en voiture et, lorsque les routes ne
le permettent pas, à dos d'âne, pour connaître et
pénétrer la réalité de ce peuple, difficile comprendre
et à convaincre. Les contacts avec les communautés
chrétiennes dispersées sur le territoire Bulgare sont
difficiles à établir. Enfin, en 1927, au terme d'un
travail diplomatique des plus minutieux et patient, il
peut rencontrer le Métropolitain des Arméniens,
Stepanosse Hovegnimian.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Jeu 09 Juin 2022, 6:47 am

Dans la vie de Roncalli, cette rencontre
peut être définie comme le premier pas
sur la route de cet œcuménisme qui sera
le pivot sur lequel battra, sans bouger
d'un seul degré, la main magnétique de
la politique de l'homme qui a révolutionné
le monde contemporain, en seulement
cinq ans de pontificat.

La résidence de Monseigneur Roncalli en
Bulgarie marque le premier succès de sa
personnalité marquante. Tout d'abord, il
agit seul. Il est libre d'entreprendre,
c'est-à-dire, dans les limites de son action
diplomatique, toutes les décisions qu'il
juge importantes pour l'accomplissement
de son mandat. Il ne répond pas,
immédiatement, à qui que ce soit, de ses
initiatives. En outre, il travaille dans un pays
qui, bien qu'il soit parmi les plus hospitaliers
du monde civilisé - le seul pays qui a alloué
dans le budget de l'État une somme
significative pour les réfugiés Arméniens et
Russes -, en raison de sa multitude de
religions et de groupes ethniques,
constituerait un grand problème pour un
diplomate du Saint-Siège qui aurait procédé
selon une approche diplomatique
traditionnelle. Un terrain idéal donc pour un
Roncalli qui invente une diplomatie propre,
faite de contacts informels et directs, de
relations humaines concrètes et rapides.

Des personnalités de toutes les confessions
politiques et religieuses sont invitées à sa
table, pour autant qu'elles puissent servir ses
fins. Et la table de l'envoyé du pape ne sera
pas si facilement oubliée, par ceux qui auront
l'audace d'y déjeuner ou d'y dîner. C'est,
peut-être, la seule "faiblesse" de Roncalli, la
bonne cuisine et le bon vin. Sa table sera
toujours pleine de mets succulents et son bon
appétit ne se démentira jamais. Il sera
toujours remarquable, tout au long de sa vie.
A l'exception des derniers mois, où l'angoisse
du repentir tombera sur ses épaules, en même
temps que la maladie, l'écrasant.

En 1931, le Saint-Siège dispose que la mission
temporaire de Roncalli devienne permanente,
et l'évêque de Sotto il Monte est nommé
délégué apostolique. Le tout premier Vatican
en Bulgarie. Il restera dans ce pays trois années
de plus, jusqu'à ce qu'à la fin de 1934, il soit
ordonné de Sophia à Istanbul, ainsi qu'à Athènes,
avec le titre de délégué apostolique en Turquie et
en Grèce, comme archevêque de Mesembria.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Ven 10 Juin 2022, 7:35 am

C'est-à-dire quitter un pays qui est devenu
votre propre maison, pour un autre, plutôt
deux autres, où les rancœurs et les
contrastes font monter une tension
dangereuse qui peut éclater à tout moment.
A Athènes, en effet, on n'a pas oublié
qu'après l'intervention de la Société des
Nations, on a dû avaler l'invasion de Petric,
occupée militairement en octobre 1925.
En outre, la Bulgarie est susceptible d'être
renforcée par l'implication personnelle du roi
Boris dans la politique nationale : de la
suppression de l'ORIM à la formation du
cabinet du Kiosseivanof, à l'alliance militaire
avec l'Italie.

En conséquence, en février 1934, se dessine,
au détriment de la Bulgarie, l'Entente
balkanique conçue par Paris comme une
continuation de la Petite Entente. Dans cet
état de fait, le transfert du représentant de
Rome de Sophia nulle autre que vers Athènes,
provoque un certain degré d'alarme dans tout
le monde Grec. Pire encore, Roncalli est
envoyé en tant que Délégué Apostolique non
seulement à Athènes, mais aussi à Istanbul,
capitale de la future république Turque, à un
moment où les paragraphes du Traité de
Locarno, ainsi que ceux d'Ankara, sont en train
d'être martelés. Avec pour résultat qu'un million
de Grecs ont été contraints de quitter la Turquie,
et un demi-million de Turcs contraints de quitter
la Grèce. Avec toutes les implications et
répercussions politiques et religieuses imaginables,
quand on sait que parmi les rapatriés d'Istanbul
et d'Anatolie se trouve un groupe important de
Grecs Catholiques qui, pendant des générations,
s'étaient habitués à vivre en Turquie, obéissant aux
institutions de l'Empire Ottoman plutôt qu'à leur
propre évêque. Cette autonomie Catholique
réintégrée après des générations dans le
bloc compact Grec Orthodoxe, ne manquera pas de
causer des problèmes d'une certaine importance.
Dans cette réalité frémissante se greffe l'action de
l'envoyé du Pape. Sa vie prend immédiatement des
allures dramatiques. Il sera sous la surveillance
constante des autorités officielles et des sectes
religieuses et politiques qui respirent profondément
l'ancienne et sanglante rivalité entre le monde Grec
et le monde Turc, et la méfiance exaspérée, à ce
moment-là, toute balkanique, des deux pays envers
la Bulgarie, dont l'évêque de Sotto il Monte
transporte l'odeur âcre, coagulée entre les plis de
son habit épiscopal. Roncalli devait donc s'habituer à
se déplacer en civil, à rester debout la nuit,
brusquement réveillé par des coups de feu tirés par
des inconnus près de chez lui, à esquiver, dans les
rues, les victimes de mains inconnues, et dans cette
atmosphère de suspicion et de violence, réparer et
poursuivre sa difficile mission diplomatique. Ceux qui
l'ont connu dans ces années-là se souviennent du
Délégué Apostolique, en habits simulés, comme on dit,
surtout sombres, avec un chapeau de toile abaissé sur
son front. Très réservé, avec l'inquiétude et parfois la
peur qui transparaissaient derrière son sourire,
toujours le même et rassurant. On sait avec certitude
qu'à cette époque, Roncalli, pour survivre en tant
qu'émissaire du Pape, devait s'accommoder de
l'environnement local.

Il avait de nombreuses rencontres secrètes avec des
figures et des personnalités - à l'époque influentes -
qui lui garantissaient, parfois de manière décisive, le
bon résultat de ses initiatives.

Et c'est précisément dans cette sombre période
Balkanique que son initiation Maçonnique est
historiquement placée.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Sam 11 Juin 2022, 7:37 am

CHAPITRE IV

Dans le livre " Le profezie di papa Giovanni
" (Les Prophéties du Pape Jean", imprimé en
1976 par les Edizioni Mediterranee, l'auteur,
Pier Carpi, raconte l'histoire de cette initiation.

Nous sommes en 1935. La franc-maçonnerie
tend la main à l'archevêque de Masembria,
Délégué Apostolique en Turquie, dans le
moment le plus difficile de son activité
diplomatique. Roncalli rejoint la secte secrète
en tant que "Rose-Croix", précise l'auteur, et
prend le nom de Johannes. Lui, prêtre,
connaît bien la valeur de ce nom. La
signification et le charme porteur de ce nom
qui a porté, dans l'histoire, le mouvement des
" Disciples de la lumière ". c'est-à-dire les
"Giovanniti". Dans la secte maçonnique dont il
fait maintenant partie, le prêtre Roncalli
connaît son chemin, et reconnaît, au-delà des
vétos et la condamnation inflexible de l'Église,
les fils conducteurs à lui, un prêtre, familier.
Comme cet Évangile de Saint Jean, déposé
dans la Loge, pour témoigner de la dévotion
de ceux qui sont affiliés à l'évangéliste des
"Lumières". La main Maçonnique en temps
opportun "sauve" Roncalli et sa mission des
sables mouvants dans lesquels ils s'enfoncent
lentement. L'action de cette main puissante
accomplit, à cet instant, d'un seul geste, un
sauvetage et un choix. A partir de ce moment,
en effet, la vie de Roncalli est tracée. Jusqu'au
jour de sa mort. Ce n'est pas un hasard si,
vingt-trois ans plus tard, sortant de la chapelle
Sixtine en tant que Pape, il choisira le nom de
Johannes, pris là, sur le Bosphore, lors de son
initiation Maçonnique. Et il aimera choquer les
avertis, en se faisant appeler comme cet autre
Jean XXIII, le schismatique. Et il élèvera son
propre blason, avec une tour et deux lys qui se
détachent, auxquels pas mal d'experts de la
Franc-maçonnerie attribueront une signification
tout à fait emblématique : La tour du temple
maçonnique, flanquée de deux chevaliers,
"Raison" et "Instinct". Naturellement, le Vatican
a démenti. Mais ce furent de brefs démentis,
sans importance. Prononcés par des personnes
liées corps et âme au destin de Jean XXIII. Il
ne s'est jamais étendu, au contraire, sur tout
ce qui a été écrit en détail jusqu'à présent sur la
question. D'ailleurs, que la Franc-maçonnerie ait
toujours regardé l'Église Catholique avec une
attention soutenue est un fait qui n'échappe pas
aux informés. Des listes des plus éminents
affiliés ont été publiées, et aujourd'hui ce n'est
pas un mystère pour le grand Magistère que les
échelons de l'Eglise sont présents parmi les frères
Francs-Maçons. Je rapporte ici deux jugements
Maçonniques sur l'Église, exprimés lors du VIe
Couvent initiatique de Strasbourg :

"Et nous sommes certains qu'une grande partie
des connaissances ésotériques que nous croyions
perdues pour nos ordres initiatiques, sont
jalousement et sérieusement administrées dans
deux institutions ésotériques, l'Église Catholique
et l'Islam. Il est temps de reconnaître les souhaits
de nos maîtres." (Extrait du discours de
Friar Aldhiran). Et : "...Quant à l'Opus Dei, cette
organisation qui unit la mystique à l'initiation, ce
n'est pas un hasard si son fondateur, monseigneur
Escrivà, est l'un des hommes les plus éclairés de
ce siècle, avait fermé à 999 et pas à un autre
nombre, les maximes de son œuvre, Camino, qui a
conquis des millions de consciences et un réveil
spirituel. 999 est le nombre initiatique maximum,
celui du triomphe sur la Bête dans l'Apocalypse de
Jean". (Extrait du discours du frère Manothes).


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Dim 12 Juin 2022, 7:59 am

Au moins à Rome, dans les milieux bien informés,
les noms des cardinaux Francs-Maçons ne sont
pas un secret.

Un de mes amis prêtres, Don Enrico Pompilio,
aumônier militaire avec le grade de major des
"carabiniers", m'a confié avoir reçu d'un
monseigneur français, conférencier renommé
rencontré lors d'un congrès, une révélation des
plus graves sur la mort soudaine, tragique et
scandaleuse du cardinal Jean Danielou. On se
souvient que ce cardinal français, célèbre pour
son érudition, avait été retrouvé mort à Paris,
dans l'appartement d'une jeune danseuse. Les
circonstances de cette mort n'ont jamais été
établies. Eh bien, ce monseigneur français
révéla à Don Pompilio, auquel il était lié par
une vieille amitié, que le cardinal
Danielou avait été détruit, physiquement et
moralement, par la Franc-maçonnerie parce
qu'il était sur le point de rendre publique la liste
de tous les plus éminents cardinaux affiliés à la
secte.

Pour la Franc-maçonnerie, Roncalli devait être
un moyen, un pion. Il est n'est pas un hasard si,
deux ans après son élection au pontificat, en
1960, il promouvra une série d'études sur les
sociétés ésotériques et initiatiques et leurs
relations avec l'Église, initiant ainsi le processus
qui aboutira à la levée de l'excommunication de
la Franc-maçonnerie.

Certains événements, connus et moins connus,
donnent de la crédibilité à la prémisse d'un
Roncalli-maçon. Par exemple, le fait que
l'élection du patriarche de Venise au Conclave
de 1958 était connue d'avance. Aujourd'hui, dix
ans après ce Conclave, avant le relâchement
progressif des structures millénaires de l'Église
imprimé par le Concile Œcuménique Vatican II,
quelqu'un a décidé de révéler des documents
importants et concordants. L'une d'entre elles
est la lettre du cardinal Eugenio Tisserant à un
abbé professeur de Droit Canon, dans laquelle
le cardinal français déclare illégale l'élection de
Jean XXIII, car "voulue" et "arrangée" par des
forces "étrangères" à l'Esprit Saint. (Cfr. "Vita"
du 18 septembre 1977 p. 4 "Le profezie sui papi
nell'elenco di San Malachia", par "Il Minutante").


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Lun 13 Juin 2022, 7:37 am

De-ci de-là, dans le long itinéraire de l'activité,
disons pré-papale, de Roncalli, transpirent des
réflexes parfois éclairants, qui font apparaître
Angelo Giuseppe Roncalli comme un pion
"Rose-Croix" des frères Francs-Maçons.

En 1941, par exemple. Un pas de plus sur le
chemin de l'œcuménisme est incroyablement
"avancé" par le délégué du Pape. À Sophia, où il
est en visite, une rencontre est organisée pour
Roncalli, dans un ascenseur ! avec le métropolite
orthodoxe Stefan, et sur ce site itinérant et
neutre, le P. Roncalli est invité à participer à une
conférence de presse. territoire, feignant le
hasard, il l'embrasse. Roncalli connaît
parfaitement le danger de cette rencontre, et les
risques auxquels il s'expose, vis-à-vis des forces
conservatrices de l'Église. Mais cette rencontre
est une tesselle nécessaire à la construction de
la grande mosaïque que sera un jour le Concile
Œcuménique Vatican II, et il fallait la mettre en
place. Ainsi, le pion s'est laissé déplacer sur
l'échiquier, le déplacement a été réussi et la
partie a continué. Pendant ce temps, la Seconde
Guerre mondiale éclate et fait rage. Roncalli se
trouve au milieu des décombres de la Grèce, au
cœur d'une bataille nationale. Puis, au moment
où l'on s'y attend le moins, le pion subit un
brusque changement. Un télégramme chiffré
arrive dans ses mains : "284145 stop 416564
stop 855003 stop 641100 stop..." Le chiffreur
traduit laconiquement : "Rapport immédiat stop.
Nonce transféré à Paris, stop. Tardini."

En 1944, un gros problème s'était posé entre la
France libérée et le Saint-Siège. Le général De
Gaulle voulait procéder à une purge sévère parmi
les prélats compromis avec le régime
collaborationniste de Pétain.

Dans cet état de choses, dans l'après-midi du
30 décembre 1944, arrive à Ville Combè le
nouveau nonce de Paris, Roncalli. La nomination
officielle est datée du 23, mais il ne présente ses
lettres de créance au général De Gaulle que le
1er janvier 1945 au matin. La cérémonie, à
9 h 45 précises, fut rapide. Le ministre Bidault et
l'ambassadeur Lozè accompagnaient De Gaulle.
Aussitôt un petit épisode se produisit que l'on
pourrait appeler aujourd'hui une prémonition.
Immédiatement après les lettres de créance de
Monseigneur Roncalli, à 10 h 30 précises, les
diplomates présents à Paris présentent, selon
l'usage, les lettres de créance de De Gaulle. Les
vœux du nouvel an au président français. Le
doyen des diplomates présents en France était,
à ce moment-là, l'ambassadeur Soviétique, qui
devait prononcer le discours inaugural. Le
diplomate russe s'était déjà placé à la tête des
ambassadeurs et des plénipotentiaires, avec les
feuilles du discours dans les mains, quand,
quelques instants avant 10h30, en même temps,
presque, que De Gaulle, le nouveau nonce
Roncalli, par la force de la règle internationale,
maintenant, le nouveau doyen, se précipita pour
se placer devant l'ambassadeur soviétique
déconcerté et commença à prononcer le discours
officiel. Il est 10 h 30 du premier jour de
l'année 1945. Treize ans plus tard, Roncalli,
devenu Jean XXIII, s'empressera de se placer,
avec seulement cinq ans de pontificat, devant
l'Union Soviétique avec sa politique révolutionnaire
et progressiste, qui ouvre l'Église au dialogue
avec les communistes et à l'acceptation du
Marxisme, "pour autant que cette doctrine puisse
aider à résoudre les problèmes de la société."

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mar 14 Juin 2022, 6:43 am

Même dans sa nouvelle mission, le succès
sourit au prêtre de Sotto il Monte. Il réussit
dans son intention de ne pas satisfaire
entièrement le gouvernement français, sans
trop le contrarier. Sa maison accueille des
rencontres avec des personnalités
imprévisibles, entretient des relations
personnelles et fréquentes avec des
représentants de la gauche, et se lie d'amitié
avec des personnalités et des ministres
appartenant à la Franc-maçonnerie.

De cette période Française date un incident,
inconnu de la plupart, qui lève un instant le
rideau sur la prétendue appartenance des
Roncalli à la secte Maçonnique. Son altesse
très éminente, le prince Chigi Albani della
Rovere, alors Grand Maître de l'Ordre
Souverain Militaire de Malte, avait reçoit
dans les bureaux du Gran Magistero à Rome
une lettre du cardinal Canali, lourde comme
un rocher massif : Pie XII, protecteur de
l'Ordre, venait d'apprendre, avec une grande
douleur, que le ministre de l'Ordre de Malte
à Paris était un Franc-Maçon. On s'empresse,
dans le palais Magistral de la Via dei Condotti,
de fouiller dans le dossier du baron
Marsaudon, récemment nommé à la place du
comte Pierredon, mis à la retraite. On
découvre, avec un certain soulagement, qu'il
a été fait "Grand-Croix de la Grâce Magistrale"
sur proposition de son prédécesseur et,
surtout, nommé ministre sur recommandation
du nonce à Paris, Roncalli.

Le résultat de cette première enquête a été
immédiatement communiqué au Vatican, au
cardinal Canali, que l'on a entendu pleurer :

"Pauvre Roncalli ! Je suis désolé de devoir
l'embarrasser et j'espère que cela ne lui
coûtera pas le cardinalat galero..." Le Vatican
s'est arrangé dans la plus grande réserve pour
que l'Ordre envoie immédiatement une
personne de confiance à Paris, afin d'effectuer
en profondeur la délicate découverte. Le
Grand Magistère se trouvait dans une situation
délicate. Les trois personnages impliqués dans
l'histoire devaient en effet être traités avec
égard. Le nonce, pour sa précieuse contribution
à l'Ordre de Malte dans la conclusion de
certaines affaires en Argentine ; le comte
Pierredon pour ses longs services, d'abord à
Bucarest, puis à Paris ; le baron Marsaudon
lui-même pour son engagement méritoire afin
d'obtenir la reconnaissance officielle de l'Ordre
par le gouvernement Français. Après une
sélection minutieuse et précise, a été nommé
"Magistral Visiteur" un Chapelain profès de
l'Ordre, monseigneur Rossi Stockalper, qui était
également canonique de Santa Maria Maggiore
et donc entre les mains du Vatican. Il part
aussitôt pour Paris. On lui avait conseillé de
commencer sa découverte avec le père
Berteloot, de la Compagnie de Jésus, et expert
en questions Maçonniques. Le Jésuite, consulté
dans la plus stricte discrétion, lui confirme que
le baron Marsaudon est non seulement
Franc-Maçon, mais "trente-troisième degré" de
la Maçonnerie et membre à vie du Conseil de la
Grande Loge du Rite Ecossais. Monseigneur
Rossi Stockalper poursuit sa tournée. Il n'apprend
pas grand-chose de l'archevêque de Paris,
Monseigneur Feltin, qui l'envoie à son vicaire
général, Monseigneur Bohan, "qui connaît mieux
le baron". Voici, pour l'envoyé de Rome, une
autre surprise : le vicaire général avait sorti d'un
coffre-fort et éparpillé sur la table une série de
documents irréfutables, parmi lesquels un
numéro du "Journal Officiel de l'Etat français",
publié à Vichy pendant l'occupation (allemande),
dans lequel Yves Marie Marsaudon était indiqué
parmi les adeptes de la Franc-maçonnerie ; trois
ou quatre exemplaires de la revue Maçonnique
"Le Temple" contenant quelques-uns de ses
articles, et un profil informatif du sujet.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mer 15 Juin 2022, 7:03 am

Il n'existait aucun document relatif à une
abjuration. Le Magistral Visiteur, le cœur en peine,
se traîne jusqu'au 10, avenue Président Wilson,
résidence du nonce. Il demanda à Roncalli, avec
tact, des renseignements circonstanciels sur le
maçon-baron. Le robuste prêtre de Sotto il Monte,
entre sourire et plaisanterie, renvoie l'aumônier de
l'Ordre de Malte au secrétaire de la nonciature,
monseigneur Bruno Heim. Ce prêtre, aujourd'hui
"légat apostolique" en Grande-Bretagne, finit par
faire sursauter l'envoyé de Rome, d'abord avec son
homme d'église et la pipe fumante entre les dents,
puis avec ses déclarations étonnantes sur la
Franc-maçonnerie, définie comme "une des
dernières forces de conservation sociale dans le
monde actuel, et, par conséquent, une force de
conservation religieuse", et avec un jugement
enthousiaste sur le baron Marsaudon qui a eu le
mérite de faire saisir à la nonciature la valeur
transcendante de la Franc-maçonnerie. C'est
précisément pour ce mérite que le Nonce de Paris,
Angelo Giuseppe Roncalli, avait soutenu et
approuvé sa nomination comme ministre de
l'Ordre de Malte à Paris. Monseigneur Stockalper
était alors resté abasourdi, et il reçut le coup de
grâce lorsque, protestant contre le canon 2335 du
Droit Canonique qui prévoit l'excommunication pour
l'affiliation à la Franc-maçonnerie, il se vit répondre
par son interlocuteur, entre une bouffée et une
autre de la fumée parfumée de sa grosse pipe, que
"la nonciature de Paris travaillait en grand secret à
réconcilier l'Église Catholique avec la
Franc-maçonnerie". C'était en 1950 ! Cet épisode
semble mettre à jour la connivence de Roncalli avec
la Franc-maçonnerie. L'Église post-conciliaire se
réconciliera en effet avec la secte secrète. Je
voudrais conclure ce sujet en rapportant une
révélation que m'a faite, il y a quelque temps, le
comte Paolo Sella de Monteluce.

Ce personnage, économiste, homme politique,
écrivain et journaliste, ami intime d'Umberto de
Savoie, et qui revendique une descendance directe
du fondateur de la droite historique italienne, le
sénateur Quintino Sella de Biella, m'a fait part,
dans le calme de sa maison romaine sur les pentes
du Monte Mario, des preuves en sa possession de
l'agression de l'Église Catholique par la
Franc-maçonnerie. J'avais trouvé dans son salon
la vaticaniste Gabriella di Montemayor, qui avait
été l'intermédiaire de notre rencontre. Le comte
Sella était en train de réorganiser des papiers sur
la table basse en face de lui. Le soleil couchant
entrait par le Monte Mario et dorait les étagères
chargées de volumes anciens avec leur dos en
parchemin, et les rayons rougeâtres du soleil,
filtrant à travers les rideaux à peine remués par
la brise du soir, animaient les portraits des
ancêtres regardant sévèrement depuis les murs
ce savant descendant des leurs, assis dans un
fauteuil devant moi. Puis le comte, levant le
visage et me regardant fixement, commença à
parler : "... En septembre 1958, environ sept
ou huit jours avant le Conclave, je me trouvais
au Sanctuaire d'Orope, participant à l'un des
dîners habituels chez Attilio Botto, un industriel
Biélorusse qui aimait réunir autour de lui des
personnes compétentes de diverses branches,
pour discuter des différentes questions.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Jeu 16 Juin 2022, 7:09 am

Ce jour-là avait été invité un personnage que je
connaissais comme une haute autorité
Maçonnique en contact avec le Vatican. Il m'a dit,
en me ramenant chez moi, que "...le prochain
Pape ne serait pas Siri, comme on le murmurait
dans certains milieux Romains, parce que c'était
un cardinal trop autoritaire. Ils éliraient un Pape
de conciliation. Le choix s'est déjà porté sur le
patriarche de Venise Roncalli. "Choisi par qui ?"
Je me suis étonné. "Par nos représentants
Maçonniques au Conclave", répondit placidement
mon aimable escorte. Et puis cela m'a échappé :

"Il y a des Francs-maçons dans le Conclave ?"
"Certainement", fut la réponse, "l'Église est entre
nos mains". Je répliquai, perplexe : "Qui, alors, est
responsable de l'Église ?" Après une brève pause,
la voix de mon escorte prononça précisément :
"Personne ne peut dire où se trouvent les échelons
supérieurs. Les échelons sont occultes."

Le lendemain, le comte Sella a transcrit dans un
document officiel, désormais conservé dans le
coffre d'un notaire, le nom complet de ce
personnage et sa déclaration stupéfiante avec
l'année, le mois, le jour et l'heure. Ce qui, quelques
jours plus tard, s'avérerait absolument exact.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Ven 17 Juin 2022, 6:45 am

CHAPITRE V

Mais revenons à Paris, au 10, avenue Président
Wilson. Roncalli, nonce en France, est de plus
en plus lui-même. Par rapport à la période
balkanique, bulgare, puis grecque et turque,
pour celui qui observait avec distance son
action politique et son travail pastoral, il
semble avoir maîtrisé plus de confiance,
d'autorité, de détermination. La France de ces
années-là traverse une crise angoissante. Le
monde du travail est en pleine effervescence.
Comme toujours, dans les événements dont
Roncalli est le protagoniste, l'enjeu est le même :
le renversement du vieux monde et la promotion
de temps nouveaux, révolutionnés et
révolutionnaires. Des grèves en chaîne paralysent
la France dans laquelle le prêtre de Sotto il Monte
représente le Pape.

La violence s'empare des masses. Prolétariat et
gendarmerie s'affrontent dans les rues de Paris,
dans les banlieues, dans toute la province. Pour
le nonce, ce n'est qu'une reconstitution des jours
lointains où le Bolchevisme a tenté de prendre le
pouvoir en Italie. C'est comme si on revenait à
l'époque de Ranica, quand avec son évêque,
Radini-Tedeschi, il s'était rangé avec une
imprudence impétueuse du côté des violents.
Mais cette fois-ci, bon sang ! lui, Roncalli, est le
nonce. Pour le dire autrement, il est le pape en
France. La donne a donc changé.

Tous les as sont dans sa manche. Et son action se
déroule directement, puissamment, à la lumière
du jour. Le nonce va se ranger avec les grévistes.
Et avec lui, derrière lui, tout le clergé français.

Pour les prêtres, dans ces années-là, la dissidence
ouverte était encore un mot vide de sens.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Sam 18 Juin 2022, 7:13 am

Roncalli entraîne avec lui, dans l'organisation
d'un soutien franco-français et dans
l'exhortation retentissante à la résistance, les
évêques de Nice, Clermont-Ferrand, Tarbes
Lourdes, et l'archevêque de Carthage.
Conscient de l'impopularité que ses prises de
position lui attirent dans les milieux
gouvernementaux, il est désormais rarement
vu au ministère des Affaires étrangères. Dans
ces années-là, de nombreux épisodes
dépeignent un Roncalli "prêt" pour le pontificat
qui l'attend. Il se range du côté des
prêtres-ouvriers, ce mouvement qui, certes,
comptait quelques échantillons d'expérience
pastorale authentique, mais qui était surtout
l'expédient facile de mauvais prêtres qui
défiaient la hiérarchie et, se mêlant aux
séculiers, servaient de précurseurs à ces prêtres
défroqués qui, aujourd'hui, vivent totalement
intégrés dans le monde et célèbrent la messe le
soir, dans la cuisine, avec leur femme à leurs
côtés. Sous les voûtes de la nonciature, on
marchait, on bavardait, on sirotait d'excellents
Pernods glacés, le l'athéisme le plus flagrant
dont le Paris des Lumières pouvait alors rendre
compte, à travers ses quartiers légendaires. Un
invité fréquent de la nonciature, parmi d'autres
"fondateurs" du progressisme athée français,
était à cette époque le professeur radical
Edoardo Herriot. Roncalli tenait une table
dressée tous les jours de la semaine, pour
l'interminable cortège d'invités qui s'asseyaient
tour à tour devant lui, au déjeuner ou au dîner,
dans la discrétion la plus absolue. Une bouteille
de bon vin âgé, le plus souvent italien - la cave
de la nonciature, avec Roncalli, était
abondamment approvisionnée - représentait
pour le nonce, qui savait bien à qui il avait
affaire, le lien le plus sûr et le plus infaillible, pour
établir des relations "impossibles" avec la crème
de l'anticléricalisme Français. Lequel tôt ou tard,
serviraient les intérêts du nonce puis, qui sait ?
du Pape.

Le sol Français, avec toute sa tradition
révolutionnaire et des Lumières, représentait le
territoire idéal pour un homme comme Roncalli.
C'était certainement le dernier chapitre important
de sa préparation au pontificat de la "rupture".

Il a accompli cette préparation d'une manière
superlative. Si bien que la pourpre cardinalice
arrivera ponctuellement malgré les perplexités du
cardinal Canali au moment du scandale de
Marsaudon. Le 15 janvier 1953, il reçoit la toque
à l'Elysée, de la main du président Vincent Auriol.
Un mécréant socialiste, ultra-progressiste. Et un
ami de longue date. Si proche qu'il a cédé à la
faiblesse de Roncalli de laisser un groupe de ses
connaissances bergamasques assister à la
cérémonie. Bien que sur le coussin de Charles X,
Roncalli, comme le veut le cérémonial, doit plier
les genoux et s'incliner devant l'athée socialiste
Auriol, qui représente à ce moment-là le Pontife.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Dim 19 Juin 2022, 8:19 am


Un singulier jeu de contrastes qui pourrait
susciter la réflexion. Et ce jeu singulier de
contrastes semble taillé pour le prêtre de
Sotto il Monte. Roncalli a galvanisé
l'épiscopat Français, l'entraînant dans une
course vers la gauche qui a parfois surpris
et dépassé les communistes eux-mêmes.
Au point que dans la première déclaration
de l'assemblée des cardinaux et des
archevêques - alors que les députés de
l'Assemblée constituante élaboraient la loi
fondamentale du nouvel État issu de la
Seconde Guerre mondiale - ces évêques,
travaillés par Roncalli, ont cru bon de
consigner dans un document fracassant les
condamnations suivantes, exprimées et
articulées avec l'aptitude épiscopale :
1) "De la condition prolétarienne. De l'état
d'incertitude, de dépendance économique et
souvent de misère, qui prive de nombreux
travailleurs de toute vie authentiquement
humaine ; 2) de la suprématie de l'argent,
lorsque la recherche du profit et du
rendement passe avant le juste souci de la
personne humaine du travailleur; 3) de
l'entreprise dégénérée qui devient un moyen
d'exploitation à des fins et des intérêts privés,
alors qu'elle devrait constituer un service
rendu à la communauté ; 4) de l'opposition
des classes, qui sont au contraire mutuellement
unies par des intérêts communautaires
essentiels, et qui doivent être destinées au
bénéfice commun de la profession ; 5) du
matérialisme, qui a sacrifié aux excès d'une
compétition sans âme et à la soif de l'argent,
les droits de l'être humain." En outre, le texte
se réjouit de : "L'accès progressif de tout
travailleur à la propriété privée ; la participation
progressive du travailleur à l'organisation du
travail, de l'entreprise, de la profession et de la
société ; la réalisation d'une organisation
professionnelle avec syndicats, comité
d'entreprise et panneaux mixtes."

Ce document, arme à double tranchant
magistralement aiguisée, imprimé en milliers
et milliers d'exemplaires par les soins de la
nonciature, a été distribué aux masses en
grève. C'était le marteau qui s'abattait sur la
charge de subversion amorcée, la déclenchant.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Lun 20 Juin 2022, 7:22 am

L'absolue "insoupçonnabilité" des signataires
de ces cinq condamnations - dans ces
années-là, l'Église Pacellienne était vraiment
au-dessus de tout soupçon et fermement
anti-marxiste, - a surpris et conquis le
prolétariat français en ébullition. Elle a
déconcerté les préfectures, mis en rage
certains membres du gouvernement. Ces
feuilles avec les "cinq condamnations"
imprimées avec l'argent de la nonciature,
défilaient dans les rues, froissées dans les
poches et les sacs des violents, entre les
paquets de cigarettes gauloises et les cocktails
Molotov destinés à la gendarmerie. Le sourire
rusé du nonce Bergamasque scintillait aux feux
de la guérilla urbaine, tandis que les anciennes
structures de l'État étaient progressivement
démantelées, annonçant le nouvel âge du
monde occidental.

La carrière de Roncalli se poursuit, portée,
semble-t-il pour certains, par une main
mystérieuse. La pourpre cardinalice est suivie
de la nomination comme patriarche de Venise,
avec le transfert immédiat dans la
"Sérénissime" ville de la lagune. Une fois de
plus, le pion sur le grand échiquier a été
déplacé. Rapproché de Rome, préparé pour
Rome. Pie XII, malade, n'est plus lui-même.
Alors que son action gouvernementale perd
peu à peu de son dynamisme, autour de son
trône, la puissance de ses ennemis ne cesse
de croître. Roncalli, à Venise, est au milieu
des siens. Il se sent chez lui. Son secrétaire,
soigneusement choisi dans le lot de ceux qui
sont ouverts au Marxisme, est un prêtre frêle,
à l'allure névrotique, un certain Don Loris
Capovilla, dont la crédibilité à peine connue
est un frère, cellérier communiste de Mestre,
là, à deux pas de Venise. Il est donc
chaleureusement recommandé à Roncalli
directement par le PCI (parti communiste
italien). Ce prêtre, rongé par le fanatisme
progressiste, sera fait évêque par Paul VI.
Sa façon de diriger le diocèse de Chieti, dont
il est chargé, aigrit ce clergé au point qu'il
devra bientôt être transféré à Lorette. Là,
l'ancien secrétaire de Jean XXIII trouve cet
ancien sanctuaire trop triomphaliste - le
Lourdes italien - à son goût progressiste, et
il ordonne donc de démonter les décors, à
commencer par les précieuses lampes
incandescentes qui couronnaient le
maître-autel, qu'il fait scier pour faire place
à la petite table-autel de la nouvelle liturgie,
ne laissant pas même la fenêtre de la Maison
de Marie intacte. Mais quelqu'un dépose une
plainte auprès de la Soprintendenza ai
Monumenti (l'agence Italienne de conservation
des œuvres d'art), et la main de l'iconoclaste
est heureusement arrêtée à temps.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mar 21 Juin 2022, 7:11 am

Le pion, Roncalli, joue désormais, en plus,
le petit jeu du parti communiste Italien.
Le secrétaire du patriarche de Venise,
plongé jusqu'au cou dans un passé trouble
de violence rouge liée à la guerre civile de
1944-45 en Italie du Nord, est en fait l'ange
gardien noir de Roncalli. Il l'influencera
prudemment, guidant ses pas jusqu'au
dernier moment de sa vie.

Les fonds du patriarche de Venise sont
désormais mis à la disposition des sections
communistes locales. Les manifestes du parti
Communiste sont imprimés avec l'argent du
patriarche.

Il fera sensation à l'époque, l'épisode de
Lourdes n'étant pas complètement étouffé.
Lorsque Roncalli, légat du Pape, va consacrer
cette Basilique souterraine, aux autorités
Françaises qui souhaitent offrir une
"contribution" pour le voyage aller-retour et
demandent le montant à libeller sur le chèque,
le patriarche de Venise répond, en souriant,
"Un million de Francs". Le chèque est établi à
son nom, mais pas avant d'avoir été
photocopié. Tout ce fatras d'affaires et
d'activités politiques secrètes passe par les
mains de Don Capovilla. Le cardinal Roncalli,
quant à lui, trahit de temps en temps les
signes d'une artériosclérose naissante. Il sera
soigné par le professeur Togni, frère du
député démocrate-chrétien Giuseppe Togni,
qui sera plusieurs fois ministre d'État dans les
futurs gouvernements.

C'est à cette époque que Roncalli commence à
développer un vif intérêt pour la Russie
Soviétique, et ce type de communisme.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Mer 22 Juin 2022, 7:36 am

Bientôt, cet intérêt, fomenté avec une habileté
habile par Don Loris Capovilla, fait place à une
véritable affection, à une prédilection
émotionnelle. Le rêve d'un rapprochement entre
l'Église et le Saint-Siège et le pays de la plus
grande révolution sociale de l'histoire est
désormais né. La rencontre de Jean XXIII avec
le gendre de Khrouchtchev, Adzhubei, naît à ce
moment-là, à Venise, entre le scintillement
silencieux des canaux dans lesquels se reflètent
les anciens palais, dans l'odeur des "calli" verdis
de moisissures, où s'éteint l'écho des cris des
gondoliers.

Une fois, Auriol est de passage à Venise, et
Roncalli sort pour l'embrasser publiquement,
dans le hall de son hôtel. Il l'emmène au
Patriarche, lui montre la chambre de Pie X,
humble comme celle d'un curé. Et il dit
promptement, à son proche ami socialiste
Français. "Il était aussi un fils de pauvres.
Comme moi. On se débrouille avec peu."
Avec le Cardinal Wyszinsky, enfin libre de se
rendre au Vatican, lorsqu'il s'arrête à Venise
en route pour Rome, Roncalli est plus prudent.
Il s'abstient de dire ce qu'il pense. Tout ce qu'il
fait, c'est le guider.

Il sait que pour les Polonais, les discours
populistes sont comme de la fumée dans les
yeux. Et que Wyszinsky a appris à la dure à ne
pas aimer la Russie Soviétique et les
communistes en général. Au lieu de cela,
lorsque le cardinal Feltin, archevêque de Paris,
passe à Venise, il l'escorte à San Marco. Il se
trouve que c'est la fête du saint patron.
Le 25 avril 1955. En Italie, selon le nouveau
calendrier républicain, cette date marque le jour
le plus sacré de l'année, celui de l'insurrection
partisane de 1945 contre les Nazis-fascistes.
Une simple coïncidence ? En sortant de la
basilique, bras dessus, bras dessous avec son
collègue Français, il demande à un orchestre qui
joue sur la place d'interpréter la "Marseillaise".
La référence croisée à la révolution Française,
par le patriarche de Venise, le jour élevé à la
splendeur de la plus grande fête, toute et
absolument Marxiste, en Italie, enflamme les
âmes des politiciens de la région de Vénétie.
La popularité de Roncalli est à son zénith.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Jeu 23 Juin 2022, 8:13 am

Dans cette étendue Vénitienne, le prêtre
de Sotto il Monte a beaucoup voyagé.
En Italie et à l'étranger. Pourtant,
incognito, il a voyagé loin, en voiture,
uniquement en Allemagne. Pour "avoir un
aperçu de cette réalité inconcevable
qu'était le 'miracle Allemand'". De cette
période date le "rapprochement" entre
Roncalli et Giovanni Battista Montini.
Ou, plus précisément, le rapprochement
entre Giovanni Battista Montini et Roncalli.
En effet, depuis l'époque de l'"affaire"
Marsaudon, qui a ébranlé les fondements
de l'Ordre de Malte, certains prélats de la
Secrétairerie d'État de Pie XII ont rapporté
la satisfaction évidente du monseigneur
de Brescia de voir Roncalli exposé à une
possible réprimande Papale. Puis, lorsque
Roncalli fut nommé cardinal, et que Montini
se vit refuser obstinément la pourpre par
Pie XII, le monseigneur aux yeux de hibou
changea soudain de cap. Et depuis Milan,
il se mit à travailler sans relâche, à
l'unisson avec les deux cardinaux, le Belge
Jozef Suenens et le Néerlandais Bernard
Jan Alfrink, pour préparer l'élection de
Roncalli.

C'est dans ces années que se situe la
première "intuition" Montinienne de ce
Delfinato à l'ombre de Roncalli, qui dans
quelques années amènera le monseigneur
Bergamasque au couronnement à Saint Pierre.

C'est Montini, pour mémoire, qui s'empresse
d'escorter à Rome les frères de Roncalli
lorsque le patriarche de Venise est élu pape,
passant, avec un mépris délibéré, par-dessus
la tête de l'évêque de Bergame, à qui
reviendrait cette agréable fonction. Cet
"exploit" opportun sera le premier acte de
Montini, du règne de Jean XXIII, sur le
chemin de son ascension au Siège de Pierre.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape   - Page 2 Empty Re: NIKITARONCALLI Contre-vie d'un Pape

Message  Monique Ven 24 Juin 2022, 7:48 am

À Rome, après la mort du pape, le monde
de Pie XII se dissout comme neige au soleil.
Comme on l'avait prédit dans les milieux
bien informés, comme on l'avait établi depuis
longtemps, bien longtemps avant qu'Eugenio
Pacelli n'expire sur les rives du lac
Castelgandolfo, Roncalli est élu par le
Conclave. Maintenant, enfin, il sera le
rénovateur. Le premier acte sensationnel, qui
laissera les cardinaux de la Sainte Église
Romaine sans voix, est le choix de son nom.
Mais qu'a signifié Jean XXIII dans l'histoire de
la papauté ?

Nous trouvons la réponse dans la "Storia della
città di Roma nel Medioevo" (Histoire de la
Rome Médiévale) qui nous présente Baldassare
Cossa, l'anti-pape et le premier Jean XXIII de
l'histoire. L'historien allemand écrit que "
...Baldassare Cossa est né d'une noble famille
Napolitaine, et on dit que dans sa jeunesse il
avait pratiqué, avec ses frères, le lucratif
métier de pirate. Il fut d'abord un excellent
soldat ; puis il étudia à Bologne, dans cette
université, et y mena une vie dissolue ;
Boniface IX l'y avait élu archidiacre, puis l'avait
emmené à Rome comme son préposé. Dans la
Curie, où les fortunes arrivent souvent en
abondance, il avait utilisé sa position à des fins
lucratives, vendant des indulgences et prêtant
de l'argent à usure. Il était devenu cardinal de
Saint-Eustache, et était finalement revenu
comme légat à Bologne, où il ne ménagea
aucune audace pour préserver la Seigneurie de
Romagne. Ses contemporains s'accordent à
dire que c'était un homme adepte des métiers
du monde, aussi ignorant et inepte dans les
choses religieuses. Les cris d'indignation ne
manquèrent pas non plus pour l'exaltation de
cet homme, qui ne s'était distingué par aucun
mérite, mais s'était plutôt rendu célèbre par de
nombreux crimes, dont le passé coupable et le
soupçon d'avoir tué deux papes entachaient la
fonction qui lui avait été conférée..."


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 12027
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum