VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Sam 02 Oct 2021, 7:00 am

Ailleurs, revenant sur cette grâce immense que lui fit Notre-Seigneur, la Sainte écrit ces mots : « Il me dit que je ne devais rien craindre, parce qu'il me promettait une des plus grandes grâces qu'il eût jamais [faites] à aucun de ses amis, qui était de me gratifier de sa présence actuelle et continuelle (2). »

Puis Notre-Seigneur l'avertit comment il la punira de ses fautes : « Lorsque tu feras des fautes, je les purifierai par les souffrances, si tu ne le fais par la pénitence et je ne te priverai point de ma présence pour cela, mais je te la rendrai si douloureuse qu'elle tiendra lieu de tout autre supplice.

« Et dans ce moment, il effectua si bien sa promesse qu'il m'était toujours présent. Et je le sentais toujours proche de moi, comme si l'on était proche de quelqu'un que les ténèbres de la nuit empêcheraient de voir des yeux du corps. Mais la vue perçante de l'amour me le fit voir et sentir d'une manière bien plus aimable et certaine et de différentes manières (1). »

« Je ne me souciais plus ni du temps ni du lieu, depuis que mon Souverain m'accompagnait partout, » lisons-nous dans l'Autobiographie. « Je me trouvais indifférente à toutes les dispositions que l'on pût faire de moi; étant bien sûre que, s'étant ainsi donné à moi sans aucun mien mérite de ma part, mais par sa pure bonté, et que, par conséquent on ne me le pourrait pas ôter, cela me rendait contente partout (2). »

Après sa profession, Soeur Marguerite-Marie passa successivement dans les divers emplois du monastère (3). « Partout elle s'y soutint avec sa ferveur ordinaire, » disent les Contemporaines (4) ; mais partout aussi, elle recueillit la myrrhe des souffrances et des humiliations. Jamais cependant elle ne se sentait rassasiée de ce côté-là.

Nommée d'abord aide à l'infirmerie, elle confesse ingénument que Dieu seul peut connaître ce qu'elle y eut à souffrir, tant de la part de mon naturel prompt et sensible, » écrit-elle, « que de celle des créatures et du démon, lequel me faisant souvent tomber et rompre tout ce que je tenais entre les mains, et puis se moquait de moi, en me riant quelquefois au nez : Oh la lourde ! tu ne feras jamais rien qui vaille ! Ce qui jetait mon esprit dans une tristesse et abattement si grand que je ne savais que faire, car souvent il m'ôtait le pouvoir de le dire à notre Mère, parce que l'obéissance abattait et dissipait toutes [ses] forces (1). »


------------


2. II, p. 568. Lettre au P. Croiset, 3 novembre 1689.
1. II, pp. 568, 569. Lettre au P. CrOiset, 3 novembre 1689.
2. Autobiographie, p. 66.
3. Elle les a tous exercés pendant sa vie religieuse, à l'exception de la charge de supérieure et de l'office de portière.
4. I, p. 100.
1. Autobiographie, p. 81.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Dim 03 Oct 2021, 8:09 am

La Soeur infirmière était alors Soeur Catherine-Augustine Marest. En la plaçant d'office à côté de la Soeur Alacoque, la Providence ne pouvait rapprocher deux personnes dont le caractère fût plus diamétralement opposé. Notre Sainte eut donc beaucoup à souffrir à l'infirmerie. Est-ce à dire qu'elle n'y fit rien souffrir elle-même ? Il faudrait être dépourvu de sens pratique pour le penser. Si nous nous mettons impartialement à la place de la Soeur Marest, prenant soin de noter que c'était une nature exceptionnellement virile et décidée, nous devrons reconnaître que, pour une officière de cette trempe, n'être secondée que d'intention et de bonne volonté de la part de son aide, sans l'être presque jamais d'effet ni d'opération, c'était plutôt être exercée que secourue. Et dans le cas présent, il n'y avait remède; car une âme que Dieu emplit toujours et absorbe tellement qu'elle vit « plus là où elle aime que là où elle anime (1), » cette âme-là sera toujours hors de son élément dans le contact quotidien avec les choses extérieures. Telle était celle de la jeune professe. Et ce qui aiguisait sa souffrance, elle se rendait parfaitement compte de tout cela, ressentant au double-les heurts dont elle était cause, bien qu'elle ne pût rien y changer. Mais puisque, quand il s'agit de sanctifier ses élus, Dieu bouleverserait plutôt le monde que de laisser cette sanctification en arrière, rien ne doit nous étonner dans le plan qu'il adoptera toujours pour faire arriver Marguerite-Marie où il la veut. Grandes lignes, détails, tout est divinement coordonné, afin que l'esprit, le corps et le coeur de sa bien-aimée soient toujours en état de sacrifice.

Dès maintenant, il est bon de nous rappeler le témoignage que rendra dans la suite la Mère Greyfié, plus à même que toute autre, peut-être, de se prononcer en cette matière et de nous faire le portrait moral de la Servante de Dieu. Cette grande supérieure dira donc : « Elle était naturellement Saint Augustin, bien avant, aurait dit : Anima verius est ubi amat quam ubi animat. judicieuse et sage et avait l'esprit bon, l'humeur agréable, le coeur charitable au possible : en un mot, l'on peut dire que c'était un sujet des mieux conditionnés pour bien réussir à tout, si le Seigneur ne l'eût exaucée en sa demande d'être inconnue et cachée dans l'abjection et la souffrance (1). »

De son côté, le Père Croiset écrira un jour « Dieu lui avait donné beaucoup d'esprit, un jugement solide, fin et pénétrant, une âme noble, un grand coeur (2). » Ainsi, c'est un fait bien constaté la Soeur Alacoque n'était pas une personne à l'esprit étroit et borné, d'une humeur chagrine et mélancolique, comme quelques-uns se la représentent. C'était une fille de jugement, une religieuse aimable; mais une permission spéciale de Dieu sur elle voulait que toutes ses heureuses qualités disparussent ordinairement sous le voile de l'humiliation.


------------


1. Saint François de Sales, DÉFENSE DE L'ESTENDART DE LA SAINTE CROIX, Livre II, ch. III, p. 114. Édition du Ier monastère d'Annecy, MDCCCXCII. Cf. TRAITTÉ DE L'AMOUR DE DIEU. Même édition, MDCCCXIV. T. I, Livre V, ch. III, p. 267.

1. Vie et uvres, I, p. 385. Mémoire de la Mère Greyfié. Le manuscrit autographe n'existe plus, mais les Archives de la Visitation de Paray en possèdent une très précieuse copie dans un de leurs plus anciens manuscrits, le ms. 6. C'est ce texte que nous citerons toujours et qui a été reproduit intégralement dans le T. I de Vie et Oeuvres.

2. ABBREGÉ DE LA VIE D'UNE Religieufe de la Visitation de fainte Marie, De laquelle Dieu s'eft fervi pour l'établiffement de la devotion au Sacré Coeur de JÉSUS-CHRIST, décedée en odeur de fainteté le 17 Octobre de l'année 1690, p. 7. Lyon, M.DC.XCI.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Lun 04 Oct 2021, 7:31 am

En revanche, les communications entre Jésus-Christ et cette âme sont incessantes. Mais il faut avouer qu'elles se passent sur un terrain bien, différent de celui où nous vivons habituellement. Un jour, après la sainte comdaigna demander à Soeur Marguerite-Marie de lui réitérer le sacrifice qu'elle lui avait déjà fait de sa liberté et de tout son être. « Ce que je fis de tout mon Coeur, pourvu, lui dis-je, ô mon souverain Maître, que vous [ne] fassiez jamais rien paraître en moi d'extraordinaire, que ce qui me pourra le plus causer d'humiliation et d'abjection devant les créatures et me détruire dans leur estime : car hélas ! mon Dieu, je sens ma faiblesse, je crains de vous trahir et que vos dons ne soient pas en sûreté dans moi. Ne crains rien, ma fille, me dit-il, j'y mettrai bon [ordre], car je m'en rendrai le gardien moi-même et te rendrai impuissante à me résister. Eh quoi ! mon Dieu, me laisserez-vous toujours vivre sans souffrir? (1) » Alors Notre-Seigneur lui montra une grande croix toute couverte de fleurs, l'assurant que ces fleurs tomberaient peu à peu et qu'il ne lui resterait que les épines. Ce lui fut une annonce qui ravit son âme, au lieu de l'effrayer.

Qu'on ne croie pas que, parmi tant de faveurs célestes, Soeur Marguerite-Marie négligeât la pratique des plus humbles et basses vertus, véritable et solide fondement de son Ordre. En janvier 1673, saint François de Sales se plut à lui donner de nouvelles lumières à ce sujet. Il lui montra que les vertus qu'il avait toujours le plus souhaitées à ses filles étaient celles qui l'avaient lui-même tenu continuellement uni à Dieu : c'est-à-dire la charité envers Dieu et le prochain et la plus profonde humilité. A cette toute jeune professe, déjà le saint fondateur confie un douloureux secret. Il se plaint qu'on est déchu de ce double esprit qu'il s'était efforcé d'implanter dans sa génération spirituelle, et il enseigne comment on pourra l'y remettre en vigueur. Il reconnaît donc bien Soeur Marguerite-Marie pour vraie fille de la Visitation. Qui sait si le Dieu des miséricordes n'avait pas déjà dévoilé aux regards du grand évêque, qu'en un avenir prochain, le Coeur de Jésus se donnerait à ce cher Institut de la Visitation, et que ce serait par le moyen de cette humble enfant qui, depuis trois mois à peine, avait prononcé les trois voeux de religion ?

La Mère de Saumaise, voyant que sa chère fille continuait à recevoir de telles grâces extraordinaires, lui ordonna d'écrire ce qui se passait dans son intérieur. La Soeur y eut tout d'abord une extrême répugnance. Notre-Seigneur l'en reprit, lui disant : « Pourquoi refuses-tu d'obéir à ma voix et d'écrire ce qui vient de moi et non de toi, qui n'y as aucune part qu'une simple adhérence ? Considère ce que tu es et ce [que] tu mérites, et tu pourras connaître d'où vient le bien que tu possèdes. Pourquoi crains-tu, puisque je t'ai donné pour asile le lieu où tout est rendu facile ? (1) » Elle obéit donc. C'est grâce aux pages qu'elle écrivit alors que nous pouvons plus sûrement la suivre dans les premières années de sa vie religieuse. Malheureusement ce Mémoire n'existe plus dans le manuscrit autographe. Il n'en reste que d'anciennes copies qui ne sont pas irréprochables; mais elles ont pourtant leur valeur. Détachons-en quelques passages; ils nous seront une nouvelle révélation de ce qui occupe l'âme des saints.


------------

1. Autobiographie, pp. 65-66.munion, Notre-Seigneur
1. II, pp. 232, 233.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mar 05 Oct 2021, 7:25 am

« Une veille de communion, je demandai à mon Jésus d'unir mon coeur au sien, puisque c'était là toute ma prétention. Et, me disant comme se pourrait-il faire d'unir le néant au Tout. Je sais que cela ne se peut que par votre amour.  Et, me faisant voir par la suprême pointe de l'entendement ce beau Coeur plus éclatant qu'un soleil et d'une infinie grandeur et un petit point qui ne semblait qu'un atome et qui était tout noir et défiguré, mais qui faisait tous ses efforts pour s'approcher de cette belle lumière ; mais c'était en vain, si ce Coeur amoureux ne l'eût attiré lui-même en disant:  Abîme-toi dans ma grandeur et prends garde de n'en jamais sortir, parce que, si tu en sors, tu n'y rentreras plus. Et je trouve mon coeur tellement lié à l'oraison, que je suis quelquefois comme si je n'en avais plus de jouissance, et dans une paix si grande que je n'ai d'autre inquiétude que de [ne] pas aimer mon Dieu et que je n'emploie pas bien mon temps en l'exercice de son saint amour. Et m'imaginant quelquefois que c'était le démon qui me tenait ainsi, je disais à Dieu : Faites-moi connaître les ruses du démon, afin que je les évite! Mais, mon Bien-Aimé m'a fait entendre que le démon ne pouvait connaître  l'intérieur, que lorsque l'on en donnait quelque signe extérieur, et qu'il ne pouvait donner la paix à un coeur (1). »

Soeur Marguerite-Marie était sujette à des extinctions de voix qui l'empêchaient de chanter l'office, ce qui lui était fort sensible. La veille de la Visitation, Ier juillet 1673, il y avait déjà longtemps qu'elle subissait cette privation, qu'elle regardait comme un châtiment. Ayant fait de vains efforts pour essayer de suivre le choeur au début des matines et ne pouvant y réussir, elle s'anéantit dans le sentiment de l'adoration. Tout à coup, pendant le Te Deum, tandis qu'elle tenait ses bras modestement croisés dans ses manches, une divine lumière vint s'y reposer sous la figure d'un petit enfant éclatant comme un soleil. Transportée d'un tel spectacle, elle dit, « dans un profond silence : Mon Seigneur et mon Dieu, [par] quel excès d'amour abaissez-vous ainsi votre grandeur infinie ? e viens, ma fille, te demander pourquoi tu me dis si souvent de ne me point approcher de toi ? Vous le savez, ó mon Souverain, que c'est que je [ne] suis pas digne de m'approcher de vous, et bien moins de vous toucher. Apprends que, plus tu te retires dans ton néant, plus ma grandeur s'abaisse pour te trouver. » Craignant que ce ne fût un ange de Satan, l'humble Marguerite s'écria: « Si c'est vous, ô mon Dieu, faites donc que je chante vos louanges! » A l'heure même, la voix lui revint, plus libre et plus forte que jamais. L'heureuse privilégiée poursuivit le chant du Te Deum avec le choeur, et le reste des matines se passa ainsi, sans que toutes les caresses que lui prodiguait alors le divin Enfant la détournassent un instant de l'attention respectueuse qu'elle devait au saint office. Notre-Seigneur l'en bénit, disant : « J'ai voulu éprouver le motif dont tu récites mes louanges ; car si tu te fusses tenue un peu moins attentive à les dire, je me serais retiré.

« Ayant gardé ma voix assez longtemps, » poursuit-elle, « je la perdis une seconde fois et, l'ayant demandée à Notre-Seigneur, il me fut répondu qu'elle n'était pas à moi, et qu'il me l'avait prêtée pour m'obliger à croire, et que je devais demeurer contente en la perdant comme en la possédant et j'en suis demeurée depuis a dans l'indifférence (1). » C'est qu'elle ne trouvait rien de plus profitable à une âme que ce parfait abandon pour toutes choses (2). »


------------



1. II, p. 131.
1. II, pp. 139, 140. Cf. I, pp. 109, 110.
2. I, p. III.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mer 06 Oct 2021, 7:13 am

Cette maxime, elle la tenait de Notre-Seigneur lui-même, car il lui avait donné à entendre que c'était à elle à se soumettre indifféremment à tous lés vouloirs de son Dieu, sans se mêler de lui donner des lois, et il avait ajouté : « Je te ferai comprendre dans la, suite que je suis un sage et savant directeur, qui sais conduire les âmes sans danger, lorsqu'elles s'abandonnent à moi en s'oubliant d'elles-mêmes (3). » Et il réprimait en celle-ci jusqu'à l'ombre d'une imperfection. Un jour de Pâques, l'emploi de notre Sainte l'empêchant de faire l'oraison avec la Communauté, cela excita en elle un petit mouvement de chagrin. La leçon divine ne se fit pas attendre. « Sache, ma fille, que l'oraison de soumission et de sacrifice m'est plus agréable que la contemplation, » lui dit son souverain Maître (1).

Il n'est pas possible de rapporter tous les enseignements qu'elle reçut de cette bouche adorable, non plus que d'énumérer toutes les visions dont elle fut gratifiée. Qu'il suffise de dire que, de jour en jour, Notre-Seigneur1ui faisait faire un pas de plus dans le sublime et mystérieux sentier qui devait la conduire aux grandes révélations du Sacré Coeur. Déjà, il le lui manifestait, ce Coeur divin, et bien que ce ne fût encore que d'une manière qui dût lui rester intime et personnelle, Marguerite-Marie n'en commençait pas moins à se sentir consumée du désir de publier partout l'amour du Coeur de son Dieu.

Un jour, une voix intérieure lui disait sans cesse qu'elle était sur le bord d'un précipice. Ne comprenant pas comment se l'expliquer à elle-même, elle confie sa peine à Notre-Seigneur : « Unique Amour de mon âme, faites-moi connaître ce qui m'inquiète! » A l'oraison, Notre-Seigneur se présente à elle tout couvert de plaies, lui disant de regarder l'ouverture de son sacré Côté, qui était un. abîme sans fond, creusé par une flèche sans mesure, celle de l'amour. Si elle voulait éviter l'abîme qu'elle se plaignait de ne pouvoir connaître, il fallait se perdre dans celui-ci, car c'était la demeure de ceux qui l'aiment. L'âme y rencontre la source des eaux vives pour se purifier et recevoir en même temps la vie de la grâce, que le péché lui avait ôtée. Le coeur y trouve une fournaise d'amour qui ne le laisse plus vivre que d'une vie d'amour (1).

Un autre jour, Soeur Marguerite-Marie, sentant son âme plongée dans une sorte d'agonie, Notre-Seigneur l'honora de sa visite et lui dit : « Entre, ma fille, dans ce parterre délicieux, pour ranimer ton âme languissante. » Elle comprit qu'il parlait de son sacré Coeur, « dont la diversité des fleurs était autant aimable que leur beauté était admirable ». Mais comme elle n'osait les toucher, il l'y invita par ces mots : « Tu en peux cueillir à ton gré. » Alors, se jetant à ses pieds, elle s'écria : « O mon divin Amour, je n'en veux point d'autre que vous, qui m'êtes un bouquet de myrrhe, que je veux porter continuellement entre les bras de mes affections. Tu as bien su choisir, me dit-il ; car toutes les autres fleurs sont passagères et ne peuvent longtemps durer en cette vie mortelle sans se flétrir. Il n'y a que la myrrhe que tu choisis qui puisse conserver sa beauté et son odeur et cette vie est sa saison : il n'y en a point dans l'éternité (2). »


------------


3. Autobiographie, p. 69.
1. I, p. 107.
1. Cf. 1, p. III. II, p. 142.
2. II, p. 153. Cf. I, p. 113.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Jeu 07 Oct 2021, 8:04 am

Une autre fois, écrit-elle, « faisant ma lecture pour contribuer à l'entretien d'après vêpres (1), mon Bien-Aimé se présenta devant moi : Je te veux faire lire dans le livre de vie, où est contenue la science d'amour. Et me découvrant son sacré Coeur, il m'y fit lire ces paroles : Mon amour règne dans la souffrance, il triomphe dans l'humilité et il jouit dans l'unité ; ce qui s'imprima si fort dans mon esprit que je n'en ai jamais perdu la mémoire (2). »

Le 4 octobre, fête de saint François d'Assise, Dieu donnait ce séraphique patriarche pour conducteur spécial à Soeur Marguerite-Marie, après lui avoir montré la gloire incomparable dont il jouit au ciel et lui avoir dit que c'était « un des plus grands favoris de son sacré Coeur. » Marqué des sacrés stigmates, amant passionné de la pauvreté, ne voulant connaître que Jésus-Christ crucifié, François avait été sur la terre une vivante image du Sauveur du monde. A cause de cela, il avait désormais un grand pouvoir au ciel, pour obtenir aux âmes l'application efficace des mérites du précieux Sang. Il semble que ses mains percées fussent plus dignes d'être comme le canal par lequel ce Sang adorable voulait couler sur les pécheurs. François d'Assise était aussi un puissant avocat pour les Ordres religieux déchus de leur première ferveur. Notre-Seigneur dit à sa servante que c'était comme gage de son divin amour qu'il lui donnait un tel protecteur, pour la conduire dans ses peines et souffrances (1).

Plus Notre-Seigneur s'incline vers elle, plus c'est pour l'initier aux inénarrables douleurs de son Coeur divin. La Sainte méditait un jour sur l'agonie du Sauveur au jardin des Oliviers, et se sentait fort pressée du désir de participer aux angoisses du Dieu fait Homme. Il l'exauça. « C'est ici où j'ai plus souffert intérieurement qu'en tout le reste de ma Passion, » lui dit-il, « me voyant dans un délaissement général du ciel et de la terre, chargé de tous les péchés des hommes. « J'ai paru devant la sainteté de Dieu, qui, sans avoir égard à mon innocence, m'a froissé en sa fureur, me faisant boire le calice qui contenait tout le fiel et l'amertume de sa juste indignation, et comme s'il eût oublié le nom de Père pour me sacrifier à sa juste colère. Il n'y a point de créature qui puisse comprendre la grandeur des tourments que je souffris alors. C'est cette même douleur que l'âme criminelle ressent lorsqu'étant présentée devant le tribunal de la sainteté divine, qui s'appesantit sur elle, la froisse et l'opprime, et l'abîme en sa juste rigueur. »


------------

1. A la Visitation, chaque religieuse doit, autant que possible contribuer à l'édification de ses Soeurs, en rapportant quelque passage de sa lecture spirituelle mendant l'assemblée d'après vêpres.

2. II, pp. 152, 153. Cf. 1, p. 103.

1. En étudiant la question de très près, on se demande s'il n'est pas plus vraisemblable de placer cette grâce comme nous le faisons ici au 4 octobre 1673, plutôt qu'au 4 octobre 1686, date donnée par les premières éditions de Vie et oeuvres? N'a-t-on point fait erreur ? 1° La relation de cette faveur semble comprise dans les Écrits faits par ordre de la Mère de Saumaise, à en juger d'après les anciennes copies qui subsistent. 2° Puisque Dieu réservait à l'humble Visitandine le privilège d'avoir le grand saint d'Assise pour conducteur dans les voies de la crois, en 1673 il lui restait effectivement un long et douloureux chemin à parcourir; tandis qu'à la fin de 1686, sa mission était déjà remplie. Tout était pacifié. Le Sacré Coeur avait triomphé !


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Ven 08 Oct 2021, 8:09 am

Continuant ses adorables confidences, Notre-Seigneur ajouta : « Ma justice est irritée et prête de punir, par des châtiments manifestes, des pécheurs cachés, s'ils ne font pénitence ; et je te veux faire connaître lorsque ma justice sera prête à lancer ses coups sur ces têtes criminelles. Ce sera lorsque a tu sentiras appesantir ma sainteté sur toi, qui dois élever ton coeur et tes mains au ciel, par prières et bonnes oeuvres, me présentant continuellement à mon Père, comme une victime d'amour, immolée et offerte pour les péchés de tout le monde, me mettant comme un rempart et un fort assuré entre sa justice et les pécheurs (1). »

Alors, Notre-Seigneur prévient Marguerite-Marie qu'elle se sentira comme environnée de sa miséricorde, lorsqu'il aura résolu de faire grâce à quelqu'une de ces âmes pécheresses, et que, quand elle persévérerait pour le ciel, il lui sera montré « quelque petit échantillon » de la joie que les bienheureux en reçoivent.

Pendant la première retraite ou solitude qui suivit sa profession, par conséquent à l'automne de l'année 1673, elle sentit la main de Dieu se poser sur elle. Voici en quelle manière : « Les deux ou trois premiers jours, cette sainteté divine s'appesantit et s'imprima si fort en moi, qu'elle me rendait incapable de faire l'oraison et de supporter la douleur intérieure que je sentais, si la même puissance qui me faisait souffrir ne m'avait soutenue, car je sentais un désespoir et douleur si grande de paraître devant mon Dieu, que j'aurais voulu mille fois m'abîmer, me détruire et m'anéantir, s'il avait été à mon pouvoir, tant je me sentais indigne de paraître devant cette divine présence, dont je ne me pouvais retirer, d'autant qu'elle me poursuivait partout comme une criminelle qui était prête à recevoir sa condamnation; mais avec une soumission si grande au divin vouloir de mon Dieu, que je suis toujours disposée à recevoir toutes les peines, douleurs qu'il lui plaira m'envoyer, et avec même amour et contentement que je ferais la suavité de son amour (1). »

Souffrir de la part des créatures, c'est souvent bien amer pour une nature délicate... Mais souffrir de la part du Créateur lui-même, c'est une peine d'une acuité bien autrement pénétrante. Job accusait le Seigneur de le tourmenter merveilleusement (2). Marguerite-Marie ressentait ce tourment divin, lorsqu'elle voyait s'appesantir sur elle ce qu'elle nomme les deux saintetés de Dieu : sainteté d'amour, sainteté de justice. En portant le poids de la sainteté d'amour, la Servante de Dieu devait expier pour les âmes du purgatoire. Le poids de la sainteté de justice devait surtout la faire souffrir pour les pécheurs et particulièrement pour les âmes consacrées à Dieu, « pour lesquelles, » lui dit un jour son Époux céleste, « je te ferai voir et sentir dans la suite ce qu'il te conviendra souffrir pour mon amour (1). »

Mais il faut l'entendre elle-même décrire les opérations de cet amour en elle. De tels accents ne sont pas de la terre.



------------


1. II, pp. 164, 165. Cf. II, pp. 283, 284.
1. II, pp. 165, 166, note.
2. Mirabiliter me crucias. Job, X, 16.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Sam 09 Oct 2021, 8:47 am

« Une autre fois, ce Souverain de mon âme me dit : Je te veux être toute chose, ta joie et ta consolation, mais je serai aussi ton supplice. Je connus l'effet de ces paroles.

Entre ses perfections divines, celle qui devait effectuer ses promesses, qui était sa sainteté d'amour et de justice, je confesse qu'il est difficile à une créature d'en exprimer les effets, n'ayant jamais rien senti de si douloureux que cette sainteté de justice, qui s'imprime dans l'âme d'une manière si terrible qu'elle voudrait se précipiter dans toutes les peines imaginables et s'immoler à souffrir celle des damnés, plutôt que de paraître devant la sainteté de Dieu avec un seul péché. L'âme ressemble à une huile bouillante qui pénètre jusqu'à la moelle des os et rend le corps si insensible à toutes autres douleurs qu'elles lui semblent plutôt un rafraîchissement qu'une souffrance. Ce que je trouve de plus rigoureux, c'est la présence de mon Souverain, lorsqu'il m'en favorise en cet état. Il donne des impressions de sa pureté, qu'il est impossible à l'âme de se supporter, se voyant dans un état si abominable. Elle voudrait pouvoir fuir et se cacher, mais c'est en vain. Ce Dieu plein d'amour prend plaisir de la voir en cet état, lui fait trouver partout ce qu'elle fuit. Ce n'est pas qu'elle voulût, pour quoi que ce soit, perdre la vue de soif Bien-Aimé, en faisant aucune action qui [lui] pût déplaire. Elle souffrirait mille morts à la vue de son indignité. Elle dit souvent avec saint Pierre : Retirez-vous de moi, car je suis une pécheresse. Bien loin de désirer d'être délivrée de cet état souffrant, j'aurais voulu, à chaque moment, voir augmenter mes peines.

La sainteté d'amour ne cause guère moins de souffrance, à la réserve que toutes ces peines donnent à l'âme des mouvements de joie et de contentement si grands, qu'il n'est pas moins difficile de les exprimer. Elle donne à l'âme un désir [si] ardent d'être unie à Dieu, qu'elle n'a de repos ni jour ni nuit, car le lit et la table lui semblent un gibet où elle ne va que pour se crucifier ; les conversations font son supplice. Dieu se faisant voir incessamment à l'âme et lui découvrant les trésors dont il l'enrichit, et l'aident amour qu'il a pour elle et le peu de correspondance qu'elle a, son amour la presse si vivement de l'aimer, qu'il n'y a que le divin auteur de ces opérations qui puisse exprimer ce que c'est. Alors, l'âme n'a plus d'intérêts ni de désirs et d'empressements que pour son unique Amour ; le reste lui semble superflu ou inutile (1). »




1. Archives de la Visitation de Paray. Copis des escry que la tres honore mere m. fse Somaise fit faire a nre sr Mte M Alacoque en calite de sa superieure dans les 6 ant quelle a gouuerne cette Comte et que lon ns a confie après la mort de cette chere mere. (La Mère de Saumaise mourut à Dijon, le 31 juillet 1694.) L'orthographe, à elle seule, suffit à prouver l'antiquité du manuscrit de Paray. Voir II pp. 146, 147.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Dim 10 Oct 2021, 8:33 am

Les avertissements divins se multipliaient. Un jour, elle croit entendre ces paroles : « Le Seigneur se lasse d'attendre, il veut entrer dans ses greniers pour cribler son froment et séparer le bon grain d'avec le chétif. » Toutefois, elle ne s'arrête pas à cette pensée et cherche au contraire à s'en détourner, comme d'une distraction. Mais de nouveau la sainteté de Dieu s'appesantit sur elle et une voix toute-puissante se fait entendre, disant : « Mon peuple choisi me persécute secrètement et ont irrité ma justice! Mais je manifesterai ses péchés secrets par des châtiments visibles, car je les criblerai dans le crible de ma sainteté, pour les séparer d'avec mes bien-aimés. » Et, lui découvrant son Coeur tout déchiré et transpercé de coups, le Sauveur ajouta : « Voilà les blessures que je reçois de mon peuple choisi. Les autres se contentent de frapper sur mon corps; mais ceux-ci attaquent mon Coeur, qui n'a jamais cessé de les aimer (1). »

Et, une autre fois, se présentant encore à elle sous un aspect plus sanglant, son Coeur sacré paraissant navré de douleur : «Voilà l'état où me réduit mon peuple choisi, que j'avais destiné pour apaiser ma justice et il me persécute secrètement. S'il ne s'amende, je les châtierai sévèrement; je retirerai mes justes et j'immolerai le reste à ma juste colère, qui s'embrasera contre eux. » Fidèle à ce que lui avait enseigné son Bien-Aimé, Marguerite-Marie conclut en disant: « Je lui présentai son amour souffrant, dont un des regards était capable d'apaiser son courroux (1). »

« Une fois, après avoir longtemps souffert sous le poids de la sainteté de Dieu, elle m'ôta la voix et les forces. J'avais tant de confusion de paraître devant les créatures, que la mort m'aurait été plus douce. La sainte communion m'était. si douloureuse qu'il me serait difficile d'exprimer la peine que je sentais en m'en approchant, bien qu'il ne me fût pas permis de m'en retirer, puisque c'était lui-même qui me faisait souffrir cet état, me défendant même de m'en éloigner. Je pouvais dire avec le prophète que mes larmes me servaient de pain nuit et jour. Le saint Sacrement, qui était tout mon refuge, me traitait avec tant d'indignation que j'y souffrais une espèce d'agonie, et je n'y pouvais demeurer qu'en me faisant une extrême violence. Et si, hors les temps d'obligation, je m'en allais me présenter devant elle (2), en disant : Où voulez-vous que j'aille, ô divine justice, puisque vous m'accompagnez partout ? j'entrais et sortais sans savoir ce que je devais faire, et sans trouver de repos que celui de la douleur (3). »


------------


I. II, p. 175. Cf. I, p. 263.
1. II, p. 153. Cf. I, p. III.
2. Devant la justice divine.
3. II, p. 182.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Lun 11 Oct 2021, 7:11 am

Un jour, comme Notre-Seigneur lui prescrivait certaines prières et pratiques, elle lui répondit simplement : « Mon Seigneur, vous savez que je ne suis point à moi et que je ne ferai que ce que ma supérieure m'ordonnera. Je ne l'entends pas autrement, » reprend-il, « car, tout-puissant que je suis, je ne veux rien de toi qu'avec la dépendance de ta supérieure. Écoute bien ces paroles de la bouche de la vérité.

Tous religieux séparés et désunis de leurs supérieurs se doivent regarder comme des vases de réprobation, dans lesquels toutes les bonnes liqueurs sont changées en corruption, sur lesquelles le divin Soleil de justice, venant à darder, opère le même effet que le soleil luisant sur la boue. Ces âmes sont tellement rejetées de mon Coeur, que, plus elles tâchent d'en approcher par le moyen des sacrements, oraison et autres exercices, plus je m'éloigne d'elles pour l'horreur que j'en ai (1) »

La leçon était poignante. Mais elle ne visait point l'âme très obéissante qui se l'appropriait pourtant si humblement, bien qu'elle n'eût besoin de la retenir que pour la répéter aux autres. En lui disant personnellement à elle-même : « J'aime l'obéissance et sans elle on ne me peut plaire (2). » Notre-Seigneur savait que c'en était assez pour l'attacher irrévocablement à cette vertu des parfaits.

L'âme de Marguerite-Marie ne peut pas plus vivre hors de Dieu, que notre être humain ne peut vivre hors de l'air qu'il respire. Son élément à elle, c'est « la plénitude de Dieu. » Elle est parfois sublime lorsqu'elle expose ce qu'elle ressent « Mon Bien-Aimé a consommé en lui tous mes désirs, ne m'en ayant laissé que celui de me rendre une pure capacité de son divin amour, et il ne m'a laissé aucune crainte que celle du péché... Comme toute chose n'a de repos que dans son centre, et que chacun cherche ce. qui lui est propre, mon coeur, tout abîmé dans son centre, qui est le Coeur humble de mon Jésus, a une soif inaltérable des humiliations et mépris et d'être oublié de toutes les créatures, ne me trouvant jamais plus satisfaite que lorsque je suis conforme à mon Époux crucifié. C'est ce qui me fait aimer mon abjection plus que ma vie, tenant serré sur ma poitrine ce trésor précieux, comme un gage de l'amour de mon Bien-Aimé, qui ne me doit jamais quitter un seul moment (1). »


------------

1. II, p. 176. Cf. I, p. 264.
2. Autobiographie, p. 65.
1. II, pp. 178, 179.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mar 12 Oct 2021, 6:09 am

« Lorsque je m'éveille, il me semble trouver a mon Dieu présent, auquel mon coeur s'unit comme à, son principe et sa seule plénitude. C'est ce qui me donne une soif si ardente d'aller devant le saint Sacrement, que les moments que je demeure à m'habiller me durent des heures, et je me sens une douleur si vive et si pressante que je me sens liée et serrée si fortement qu'il m'est impossible d'y résister. je m'en vais comme une malade languissante, me présenter à mon médecin tout-puissant, hors duquel je ne peux trouver de repos ni de soulagement.... je me tiens à ses pieds comme une hostie vivante, qui n'a d'autre désir que de lui être immolée et sacrifiée, pour me consommer comme une holocauste (1) dans les pures flammes de son amour, où je sens mon coeur se perdre comme dans une fournaise ardente. Il me semble que mon esprit s'éloigne de moi, pour s'aller perdre dans l'immense grandeur de Dieu, sans qu'il soit à mon pouvoir de l'appliquer à mon point d'oraison, mais seulement il se contente de cet unique objet. Mon entendement demeure dans un aveuglement si grand, qu'il n'a aucune lumière ni connaissance que celle que ce divin Soleil de justice lui communique de temps en temps, dont je n'ai d'autre impression ni mouvement que celui de l'aimer, dont je me sens quelquefois si pressée que je voudrais donner ma vie mille fois, pour lui témoigner le désir que j'ai de l'aimer. Et c'est en ce temps que j'emploie toutes mes forces pour l'embrasser, ce Bien-Aimé de mon âme; mais ce n'est pas des bras du corps, mais des intérieurs, qui sont les puissances de mon âme... »

Elle cherche à exprimer davantage encore ce qu'elle éprouve, puis elle dit : « Voilà les plus ordinaires occupations de mon oraison, non pas que je fais, mais que mon Dieu fait en moi, sa chétive créature, puisque j'en sors le plus souvent sans savoir ce que j'y ai fait, ni sans faire aucune résolution, demande, ni offrande, que celle de mon Jésus à son Père éternel, en cette sorte : Mon Dieu, je vous offre votre Fils bien-aimé pour mon action de grâces pour tous les biens que vous me faites, pour ma demande, mon offrande, pour mon adoration et pour toutes mes résolutions, et enfin je vous l'offre pour mon amour et mon tout. Recevez-le, Père éternel, pour tout ce que vous désirez que je vous rende, puisque je n'ai rien à vous offrir qui ne soit indigne de vous, sinon Celui dont vous me donnez la jouissance avec tant d'amour (1). »


------------


1. Ce mot pouvait alors s'employer au féminin.
1. II, pp. 133, 134, 135. Cf. I, pp. 90, 91, 92.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mer 13 Oct 2021, 6:55 am

Cette vraie humble était toujours un livre ouvert pour ses supérieures. Elle leur rapportait donc tout ce qui se passait en elle, « quoique souvent, » avoue-t-elle, « je ne comprenais ce que je leur disais (2). » Trop élevées dans les voies spirituelles, pour ne pas savoir que Dieu est libre de se communiquer à qui il lui plaît et comme il lui plaît, la Mère de Saumaise et la Soeur Thouvant n'en sont pas moins perplexes, en voyant ce qui arrive à la Soeur Alacoque. La prudence religieuse les oblige, au moins, à prémunir cette jeune professe contre tout sentiment de vaine complaisance, s'il en eût été besoin. Elles la préviennent que ces voies extraordinaires ne sont pas propres aux filles de Sainte-Marie, et elles s'appliquent à détruire, autant qu'elles peuvent, toutes ces opérations surnaturelles dans leur fidèle disciple. Celle-ci se soumet, suivant exactement tout ce que l'obéissance lui ordonne pour. se retirer de cette puissance supérieure qui l'envahit et l'entraîne. Mais tout est inutile... Rien de plus touchant ni de plus beau que le dialogue qui s'établit alors entre Soeur Marguerite-Marie et son unique Amour :

« Et je me plaignais à lui : Eh quoi ! lui disais-je, ô mon Souverain Maître, pourquoi ne me laisser dans la voie commune des filles de Sainte-Marie ? M'avez-vous amenée dans votre sainte maison pour me perdre ? Donnez ces grâces extraordinaires à ces âmes choisies, qui y auront plus de correspondance et vous glorifieront plus que moi, qui ne vous fais que des résistances. Je ne veux rien que votre amour et votre croix, et cela me suffit. pour être une bonne religieuse, qui est tout ce que je désire. » Et Notre-Seigneur reprenait : « Combattons, ma fille, j'en suis content, et nous verrons lequel remportera la victoire : du Créateur ou de sa créature, de la force ou de la faiblesse, du Tout-Puissant ou de l'impuissance ; mais celui qui sera vainqueur le sera pour toujours (1). »

Et le Créateur triompha ! Et, de cette âme qui ne demandait qu'à être « une bonne religieuse, » il fit une sainte, dont il voulut avoir besoin, pour réaliser extérieurement le dernier effort de la charité divine envers les hommes !

Nous touchons à l'heure marquée de toute éternité pour cette oeuvre de la régénération du monde par le Sacré Coeur. L'instrument qui doit y coopérer a été dégagé de tout alliage terrestre. Le Seigneur peut s'en emparer et s'en servir: Marguerite-Marie est prête !


------------

2. Autobiographie, p. 64.
1. Autobiographie, pp. 64,65.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Jeu 14 Oct 2021, 7:38 am

CHAPITRE III


MARGUERITE-MARIE EST CHOISIE DE DIEU POUR MANIFESTER AUX HOMMES « LE DERNIER EFFORT DE SON AMOUR. ».
LES GRANDES RÉVÉLATIONS DU SACRÉ COEUR.
LE PÈRE DE LA COLOMBIÈRE. 1673-1677.



********


C'était le 27 décembre 1673, fête de saint Jean l'Évangéliste. Soeur Marguerite-Marie, ayant un peu plus de loisir qu'à l'ordinaire, priait devant le saint Sacrement. Avec une force indicible, elle se sent toute investie de la divine présence. Mais, écoutons-la raconter elle-même ce qui suit. La scène est d'une grandeur sans égale.

« Je m'oubliai de moi-même et du lieu où j'étais et je m'abandonnai à ce divin Esprit, livrant mon [coeur] à la force de son amour. Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son sacré Coeur, qu'il m'avait toujours tenus cachés jusqu'alors, qu'il me l'ouvrit pour la première fois, mais d'une manière si effective et sensible, qu'il ne me laissa aucun lieu d'en douter, pour les effets que cette grâce produi[sit] en moi, qui crains pourtant toujours de me tromper en tout ce que je dis se passer en moi. Et voici comme il me semble la chose s'être passée

« Il me dit : Mon divin Coeur est si passionné d'amour pour les hommes, et pour toi en particulier, que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu'il les répande par ton moyen, et qu'il se manifeste à eux, pour les enrichir de ses précieux trésors que je te découvre, et qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires nécessaires pour les retirer de l'abîme de perdition ; et je t'ai choisie comme un abîme d'indignité et d'ignorance pour l'accomplissement de ce grand dessein, afin que tout soit fait par moi.

« Après, il me demanda mon coeur, lequel je le suppliai de prendre, ce qu'il fit, et le mit dans le sien adorable, dans lequel il me le fit voir comme un petit atome, qui se consommait dans cette ardente fournaise, d'où le retirant comme une flamme ardente en forme de coeur, il [le] remit dans le lieu où il l'avait pris, en me disant : Voilà, ma bien-aimée, un précieux gage de mon amour, qui renferme dans ton côté une petite étincelle de ses plais vives flammes, pour te servir de coeur et te consommer jusqu'au dernier moment, et dont l'ardeur ne s'éteindra, ni ne pourra trouver de rafraîchissement que quelque peu dans la saignée, dont je marquerai tellement le sang de ma croix, qu'elle t'apportera plus d'humiliation et de souffrance que de soulagement. C'est pourquoi je veux que tu la demandes simplement, tant pour pratiquer ce qui vous est ordonné que pour te donner la consolation de répandre ton sang sur la croix des humiliations. Et pour marque que la grande grâce que je te viens de faire n'est point une imagination, et qu'elle est le fondement de toutes celles que j'ai encore à te faire, quoique j'aie refermé la plaie de ton côté, la douleur t'en restera pour toujours ; et si, jusqu'à présent, tu n'as pris que le nom de mon esclave, je te donne celui de la disciple bien-aimée de mon sacré Coeur.

« Après une faveur si grande et qui dura une si longue espace (1) de temps, pendant lequel je ne savais si j'étais au ciel ou en terre, je demeurai plusieurs jours comme toute embrasée et enivrée, et tellement hors de moi que je ne pouvais en revenir pour dire une parole qu'avec violence, et m'en fallait faire une si grande pour me récréer et pour manger que je me trouvais au bout de mes forces pour surmonter ma peine : ce qui me causait une extrême humiliation. Et je ne pouvais dormir, car cette plaie, dont la douleur m'est si précieuse, me cause de si vives ardeurs qu'elle me consomme et me fait brûler toute vive. Et je me sentais une si grande plénitude de Dieu, que je ne pouvais m'exprimer à ma supérieure comme je l'aurais souhaitée (2). »
Certes, on le comprend !


------------


1. Espace s'employait alors aussi au féminin.
2. Autobiographie, pp. 70,71.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Ven 15 Oct 2021, 6:54 am

Pour une âme aussi profondément humble que l'était celle de notre Sainte, quelle agonie intérieure de se voir forcée d'aller déclarer de semblables révélations ! Elle, qui eût ambitionné voir l'univers entier l'accabler d'injures et de mépris, ou du moins, qui se fût sentie soulagée si on lui eût permis de faire sa confession générale en plein réfectoire, pour mieux découvrir le fonds de corruption qu'elle croyait renfermer, elle, venir avouer que le Roi du ciel et de la terre la choisissait pour manifester son amour au monde!... N'était-ce point une folie de son orgueil de croire elle-même que le Seigneur lui avait effectivement parlé ainsi?... Elle abandonna toutes ces réflexions à la merci de l'obéissance, se contentant de rapporter le fait à la Mère de Saumaise, appelée à recevoir bientôt d'autres confidences, non moins extraordinaires.

Le Coeur de Jésus n'avait pas dit son dernier mot à Soeur Marguerite-Marie. Elle va le voir encore, et ce sera tel qu'elle l'aura vu et qu'elle le dépeindra, que les âmes aimeront, dans la suite, à contempler le Sacré Coeur.

« Ce Coeur divin me fut représenté », dit-elle, « comme dans un trône tout de feu et de flammes, rayonnant de tous côtés, plus brillant que le soleil et transparent comme un cristal. La plaie qu'il reçut sur la Croix y paraissait visiblement. Il y avait une couronne d'épines autour de ce divin Coeur et une croix au-dessus. Mon divin Maître me fit entendre que ces instruments de sa Passion signifiaient que l'amour immense qu'il a eu pour les hommes avait été la source de toutes ses souffrances; que, dès le premier instant de son Incarnation, tous ces tourments lui avaient été présents, et que ce fut dès ce premier moment que la croix fut, pour ainsi dire, plantée dans son Coeur ; qu'il accepta, dès lors, toutes les douleurs et humiliations que sa sainte Humanité devait souffrir pendant le cours de sa vie mortelle, et même les outragés auxquels son amour pour les hommes l'exposait jusqu'à la fin des siècles, dans le saint Sacrement. Il me fit connaître ensuite que le grand désir qu'il avait d'être parfaitement aimé des hommes lui avait fait former le dessein de leur manifester son Coeur, et de leur donner, dans ces derniers siècles, ce dernier effort de son amour, en leur proposant un objet et un moyen si propre pour les engager à l'aimer, et à l'aimer solidement, leur ouvrant tous les trésors d'amour, de miséricorde, de grâce, de sanctification et de salut qu'il contient, afin que tous ceux qui voudraient lui rendre et lui procurer tout l'honneur et l'amour qui leur serait possible, fussent enrichis avec profusion des divins trésors dont il est la source féconde et inaltérable.

« Il m'a encore assuré qu'il prenait un singulier plaisir d'être honoré sous la figure de ce Coeur de chair, dont il voulait que l'image fût exposée en public, afin, ajouta-t-il, de toucher le coeur insensible des hommes, me promettant qu'il répandrait avec abondance sur le coeur de tous ceux qui l'honoreront tous les trésors de grâces dont il est rempli et que partout où cette image serait exposée, pour y être singulièrement honorée, elle y attirerait toutes sortes de bénédictions. « Mais, voici cependant ce qui [me] causa une espèce de supplice, qui me fut plus sensible que toutes les autres peines dont j'ai parlé : c'est lorsque cet aimable Coeur me fut présenté, avec ces paroles: J'ai une soif ardente d'être honoré des hommes dans le saint Sacrement, et je ne trouve presque personne qui s'efforce, selon mon désir, de me désaltérer, usant envers moi de quelque retour (1). »

C'en était trop pour une âme aussi aimante. La pensée que le souverain Amour n'était pas aimé lui devint comme un glaive qui transperçait incessamment son coeur.


------------


1. I, pp. 243, 244


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Sam 16 Oct 2021, 8:16 am

En 1674, la Servante de Dieu n'était plus seconde infirmière ; elle venait d'être nommée maîtresse des Soeurs du petit habit (1). Large et simple était sa méthode d'éducation : inculquer à ces jeunes âmes l'horreur du vice, l'amour de la vertu, par conséquent le véritable amour de Dieu, tels étaient ses principes. Elle était indulgente et bonne pour les fautes de son petit troupeau ; tout était par donné facilement, à l'exception du mensonge et des rapports, qu'elle corrigeait vivement (1). A plusieurs reprises, elle fut ainsi chargée de celles qu'on nomme, à la Visitation, nos chères Petites Soeurs. Or, quelles que soient les années auxquelles les dépositions de 1715 font allusion, les témoignages sont unanimes (2). Un ange du ciel n'aurait pas inspiré plus de vénération à ce petit groupe d'enfants que l'humble Soeur Alacoque. Aussi, tout ce qu'elles en reçoivent comme récompenses pieuses, images ou chapelets, elles le tiennent pour des reliques. Elles demandent en grâce qu'on leur donne de ses cheveux, quand on les lui coupe. La jeune Marie Chevalier de Montroüan a parfois la curiosité de l'observer en oraison, et court « avertir les autres de venir voir comme leur sainte priait Dieu. » La même s'aperçoit que leur maîtresse vit de mortification plus que de tout le reste, et elle lui en voit faire des actes héroïques ; entre autres, un jour, où elle la surprend à lécher un ulcère survenu au pied d'une de ses petites compagnes. Toutes remarquent en Soeur Marguerite-Marie quelque chose d'extraordinaire.

Le fait est que la volonté de Dieu s'imposait désormais sans réplique à cette âme. Comme un géant, le, soleil du Sacré Coeur s'est levé sur elle. Impossible de se dérober à sa chaleur (1). Et ce soleil . divin va encore se manifester à elle dans une nouvelle lumière et un nouvel éclat. Le Seigneur a véritablement placé son tabernacle sur les hauteurs et son élue doit y monter pour y demeurer avec lui. Quis ascendet in montem Domini ? aut quis stabit in loco sancto ejus ? Innocens manibus et munndo corde (2).

Les premiers vendredis du mois, elle était conviée à d'ineffables délices. « Ce sacré Coeur m'était « représenté comme un soleil brillant d'une éclatante lumière, dont les rayons tout ardents donnaient à plomb sur mon coeur, qui se sentait d'abord embrasé d'un feu si ardent qu'il me semblait m'aller réduire en cendres, et c'était particulièrement en ce temps-là que ce divin Maître m'enseignait ce qu'il voulait de moi, et me découvrait les secrets de cet aimable Coeur. Et une fois, entre les autres, que le saint Sacrement était exposé, après m'être sentie retirée toute au-dedans de moi-même, par un recueillement extraordinaire de tous mes sens et puissances, Jésus-Christ, mon doux Maître, se présenta à moi, tout éclatant de gloire, avec ses cinq plaies, brillantes comme cinq soleils, et de cette sacrée Humanité, sortaient des flammes de toute part, mais surtout de son adorable poitrine, qui ressemblait une fournaise, et, s'étant ouverte, me découvrit son tout aimant et tout aimable Coeur, qui était la vive source de ces flammes.


-----------

1. Cf. I, p. 101.

2. Procès de 1715. Cf. Déposition des Soeurs Anne-Alexis Guinet de Mareschale et Françoise-Angélique de Damas de Barnay, de la Visitation de Paray, et des Soeurs Marie Chevalier de Montroüan de Saint-Étienne et Catherine Billet de Saint-Xavier, Ursulines à Paray.

1. Exsultavit ut gigas... Nec est qui se abscondat a calore ejus, Ps. XVIII, 6, 7.

2. Ps. XXIII, 3, 4.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Dim 17 Oct 2021, 9:19 am

Fête en ce jour du 17 octobre


Sainte Marguerite-Marie Alacoque, vierge


******


Leçons des Matines, avant 1960 a écrit: Marguerite-Marie Alacoque, née d’une famille honorable dans un bourg du diocèse d’Autun, donna dès son enfance des signes de sa sainteté future. Brûlant d’amour pour la Vierge Mère de Dieu et pour l’auguste sacrement de l’Eucharistie, la jeune adolescente voua à Dieu sa virginité ; Avant toute chose, elle s’efforce de réaliser dans sa vie l’exercice des vertus chrétiennes. Elle a le plaisir de dépenser des heures dans les prières et dans la méditation sur les choses du ciel. Elle était humble et patiente dans l’adversité. Elle a exercé la pénitence physique. Elle a montré sa charité envers son prochain, en particulier les pauvres. Par tous les moyens dans les limites de son pouvoir, elle s’employa avec diligence à imiter les plus saints exemple a laissé par notre divin Rédempteur.

Cinquième leçon.Entrée dans l’Ordre de la Visitation, elle commença aussitôt à resplendir du rayonnement de la vie religieuse. Elle fut gratifiée par Dieu d’un don d’oraison très élevée, d’autres faveurs spirituelles et de visions fréquentes. La plus célèbre fut celle où, tandis qu’elle priait devant le Saint-Sacrement, Jésus se présenta lui-même à sa vue, lui montra, sur sa poitrine ouverte, son Divin Cœur tout embrasé et entouré d’épines et lui ordonna de faire en sorte, en raison d’un tel amour et pour réparer les outrages des hommes ingrats, qu’un culte public fût institué en l’honneur de son Cœur ; il promettait en retour de grandes récompenses puisées dans le trésor céleste. Lorsque, par l’humilité, elle a hésité d’entreprendre une telle tâche, son Sauveur très aimant l’a encouragé. En même temps, il a désigné Claude de la Colombière, un homme de grande sainteté, comme celui qui pourrait la guider et l’aider. Notre Seigneur l’a également conforté avec l’assurance qu’une très grande bénédiction s’étendrait sur l’Eglise grâce au culte de son divin Coeur.

Marguerite s’est ardemment dépensée à accomplir l’ordre du Rédempteur. Vexations, insultes ne lui manquèrent pas de la part de certains qui maintenaient qu’elle faisait l’objet d’aberrations mentales. Elle a non seulement porté ces souffrances patiemment, elle a même tiré profit, s’offrant elle-même dans l’angoisse et les douleurs comme une victime agréable à Dieu, supportant toute ces choses comme un moyen plus sûr de réaliser son but. Très estimée pour la perfection de sa vie religieuse et chaque jour plus unie au céleste Époux par la contemplation des réalités éternelles, elle s’envola vers lui, en la quarante-troisième année de son âge, l’an 1690 de la Rédemption. Elle fut glorifiée par des miracles ; Benoît XV l’inscrivit parmi les saints et Pie XI étendit son Office à l’Église universelle.

Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Lun 18 Oct 2021, 6:41 am

Ce fut alors qu'il me découvrit les merveilles inexplicables de son pur [amour] et jusqu'à quel excès il l'avait porté d'aimer les hommes, dont il ne recevait que des ingratitudes et méconnaissances. Ce qui m'est beaucoup plus sensible, me dit-il, que tout ce que j'ai souffert en ma Passion; d'autant que s'ils [me] rendaient quelque retour [d']amour, j'estimerais peu tout ce que j'ai fait pour eux, et voudrais, s'il se pouvait, en faire encore davantage. Mais ils n'ont que des froideurs et du rebut pour tous mes empressements à leur faire du bien. Mais, du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leurs ingratitudes autant que tu en pourras être capable. Et lui remontrant mon impuissance, il me répondit: Tiens, voilà de quoi suppléer à tout ce qui te manque. Et en même temps ce divin Coeur s'étant ouvert, il en sortit une flamme si ardente que je pensai en être consommée ; car j'en fus toute pénétrée et ne pouvais plus la soutenir, lorsque je lui demandai d'avoir pitié de ma faiblesse. Je serai ta force, me dit-il, ne crains rien, mais sois attentive à ma voix et à ce que je te demande pour te disposer à l'accomplissement [de] mes desseins. Premièrement; tu me recevras dans le saint Sacrement, autant que l'obéissance te le voudra permettre, quelque mortification et humiliation, qui t'en doivent arriver, lesquelles tu dois recevoir comme des gages de mon amour. Tu communieras, de plus, tous les premiers vendredis de chaque mois. Et toutes les nuits du jeudi au vendredi je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j'ai bien voulu sentir au jardin des Olives, et laquelle tristesse te réduira, sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d'agonie, plus rude à supporter. que la mort. Et pour m'accompagner dans cette humble prière que je présentai alors à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit, pour te prosterner pendant une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère, en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon l'amertume que je sentais de l'abandon de mes apôtres, qui m'obligea à leur reprocher qu'ils n'avaient pu veiller une heure avec moi, et pendant cette heure, tu feras ce que je t'enseignerai (1). Mais écoute, ma fille, ne crois pas légère« ment à tout esprit, et ne t'y fie pas ; car Satan enrage de te décevoir; c'est pourquoi ne fais rien sans l'approbation de ceux qui te conduisent, afin qu'ayant l'autorité de l'obéissance, il ne te puisse tromper, car, il n'a point de pouvoir sur les obéissants (1). »

Avec son habituelle simplicité, la Sainte poursuit : « Et pendant tout ce temps, je ne me sentais pas, ni ne savais plus où j'en étais, lorsqu'on me vint retirer de là. Et voyant que je ne pouvais répondre, ni même me soutenir qu'avec grand'peine, l'on me mena à notre Mère, laquelle me trouvant comme tout hors de moi-même, toute brûlante et tremblante, me jetant par terre à genoux, où elle me mortifia et humilia de toutes ses forces, ce qui me faisait un plaisir et me donnait une joie incroyable. Car je me sentais tellement criminelle et remplie de confusion, que, quelque rigoureux traitement qu'on m'eût pu faire, il m'aurait semblé trop doux. Et après lui avoir dit, quoiqu'avec une extrême confusion, ce qui s'était passé, elle se prit encore à m'humilier davantage, sans me rien accorder, pour cette fois, de tout ce que je croyais que Notre-Seigneur me demandait de faire, et. ne traitant qu'avec mépris tout ce que je lui avais dit. Cela me consola beaucoup et je me retirai avec une grande paix (2). » connut qu'il y avait fort longtemps que je la portais; et elle me dura encore plus de soixante accès. Et jamais je n'ai tant senti de consolation, car tout mon corps souffrant d'extrêmes [douleurs], cela soulageait un peu l'ardente soif que j'avais de souffrir. Car ce feu dévorant ne se nourrissait ni contentait que du bois de la croix, de toute sorte de souffrances, mépris, humiliations et douleurs, et jamais je ne sentais de douleur qui pût égaler celle que j'avais de ne pas assez souffrir. L'on croyait que j'en mourrais (1). »


------------


1. Telle est l'origine de la sanctifiante pratique de l'Heure Sainte, qu'on peut bien affirmer avoir été instituée par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même, et demandée à sa servante, en cette apparition célèbre. L'Heure Sainte, entendue et pratiquée telle que Notre-Seigneur l'a enseignée à Marguerite-Marie, est aujourd'hui une Archiconfrérie très florissante, enrichie de précieuses indulgences, et dont le siège est au Monastère de la Visitation de Paray-le-Monial. Un Bref de Sa Sainteté Pie X, en date du 27 mars 1911,lui a concédé l'insigne privilège de pouvoir s'affilier les autres Confréries de même nom, dans le monde entier.

1. Autobiographie, pp. 71, 72, 73.
2. Ibid., p. 73
3. Le Docteur Guillaume Billet, qui avait pour la Soeur Alacoque une vénération singulière.
1. Autobiographie, p. 742.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mar 19 Oct 2021, 7:51 am

Mais Celui qui est la vie ne la laissa pas tomber dans la mort. Pendant une défaillance qu'elle eut, les trois Personnes de l'adorable Trinité daignèrent la visiter, et firent sentir d'inexprimables consolations à son âme. « Il me sembla que le Père éternel, me présentant une fort grosse croix toute hérissée d'épines, accompagnée de tous les autres instruments de la Passion, il me dit : Tiens, ma fille, je te fais le même présent qu'à mon Fils bien-aimé. Et moi, me dit mon Seigneur Jésus-Christ, je t'y attacherai comme j'y ai été attaché, et je t'y tiendrai fidèle compagnie. Et la troisième de ces adorables Personnes me dit que lui, qui n'était qu'amour, m'y consommerait en me purifiant. Mon âme demeura dans une paix et joie inconcevable, car l'impression qu'y firent ces divines Personnes ne s'est jamais effacée (2). »

Cependant, la Soeur Alacoque était toujours malade, et son désir de la sainte communion devenait si intense que, lui eût-il fallu marcher pieds nus sur un chemin de flammes, cette peine ne lui eût rien été, en comparaison de la douleur d'être privée de ce pain de vie. Un jour, malgré une faiblesse excessive, elle se sent pressée d'aller au choeur pour communier, tout en reconnaissant qu'elle ne le pourra, si Celui qui l'attire ne la soutient. « Il me sembla que, me touchant de sa main, il me dit : Que crains-tu, fille de peu de foi ? Lève-toi et me viens trouver ! » Ce mot la fait tressaillir. Elle se lève à l'insu de l'infirmière. Mais celle-ci veut que la malade se recouche immédiatement, en dépit de l'assurance qu'elle donne de sa santé. « Notre Mère me reprit de l'attache que j'avais à ma volonté, » écrit humblement la Sainte ; « je ne lui en dis pas le sujet, crainte que ce ne fût une imagination et qu'elle le crût une vérité (1). » Quoi qu'il en soit, la Mère de Saumaise lui ordonna bientôt de demander sa santé à Notre-Seigneur. Elle s'y soumit, redoutant d'être exaucée. Mais on lui dit que ce serait le signe auquel on reconnaîtrait si tout ce qui se passait en elle venait de l'Esprit de Dieu. Si Notre-Seigneur la guérissait, on lui permettrait ce qu'il lui avait commandé, tant pour la communion des premiers vendredis, que pour l'heure de veille du jeudi au vendredi. Par obéissance, elle exposa donc le tout à Notre-Seigneur. « Je ne manquai pas de recouvrer aussitôt la santé, » ajoute-t-elle, comme une chose qui allait de soi-même. Ne connaissait-elle pas assez déjà le Coeur de son Jésus, pour être sûre de lui ?

Mais en cette circonstance, Notre-Seigneur voulut laisser à sa sainte Mère la joie de guérir sa fille très aimée. En effet, la sainte Vierge apparut à Marguerite-Marie, lui « fit de grandes caresses, » l'entretint longtemps et lui dit : « Prends courage, ma chère fille, dans la santé que je te donne de la part de mon divin [Fils], car [tu as] encore un long et pénible chemin à faire, toujours dessus la croix, percée de clous et d'épines, et déchirée de fouets ; mais ne crains rien, je ne t'abandonnerai et te promets ma protection (1). »

Une âme élevée à un tel degré d'union à Dieu pouvait s'attendre à une souveraine jalousie de la part de Celui qui la comblait sans mesure de ses grâces. Une fois, sur quelque faute qu'elle avait faite, son divin Maître lui donna cette leçon : « Apprends que je suis un Maître saint et qui enseigne la sainteté. Je suis pur et ne peux souffrir la moindre tache. C'est pourquoi il faut que tu agisses en simplicité de coeur, avec une intention droite et pure en ma présence. Car je ne [peux] souffrir le moindre détour, et je te ferai connaître que si l'excès de mon amour m'a porté à me rendre ton maître, pour t'enseigner et te façonner à ma mode et selon mes desseins, que je ne peux supporter les âmes tièdes et lâches, et que, si je suis doux à supporter tes faiblesses, je ne serai pas moins sévère et exact à corriger et punir tes infidélités (1). »


------------


2. Ibid., pp. 74, 75
1. II, pp. 151, 152. Cf. 1, p. 114.
1. Autobiographie, p. 75.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mer 20 Oct 2021, 7:34 am

Une autre fois, Soeur Marguerite-Marie s'étant laissée aller à quelque mouvement de vanité en parlant d'elle-même, « ô mon Dieu ! combien de larmes et de gémissements me causa cette faute ! » s'écrie-t-elle: « Car, lorsque nous fûmes seul à seule, il me reprit en cette manière et d'un visage sévère : Qu'as-tu, ô poudre et cendre, de quoi te pouvoir glorifier, puisque tu n'as rien de toi que le néant et la misère, que tu ne dois jamais perdre de vue, non plus que sortir de l'abîme de ton néant ? Et afin que la grandeur de mes dons ne te fasse méconnaître et oublier de ce que tu es, je t'en veux mettre « le tableau devant les yeux. » Et cette parole s'effectuant à l'heure même, le Dieu de toute pureté mit devant elle un tableau où se trouvait en raccourci tout ce qu'elle était. La vue de cette horrible peinture la bouleversa au point qu'elle n'aurait pu la soutenir, sans là miséricorde de son Bien-Aimé, vers lequel son âme lançait ce cri de supplication : « O mon Dieu, hélas ! ou faites-moi mourir, ou cachez ce tableau ! (2) »

Le Seigneur l'a dit : Ses pensées ne sont pas nos pensées ses voies ne sont pas nos voies (3). En effet,
il avait envers sa servante une manière d'agir dont nous comprenons à peine le mystère. Elle s'en explique ainsi : « Quelque grandes que soient mes fautes, cet unique Bien de mon âme ne me prive jamais de sa divine présence, ainsi comme il me l'a promis. Mais il me la rend si terrible, lorsque je lui ai déplu en quelque chose, qu'il n'y a point de tourment qui ne me fût plus doux et auquel je ne me sacrifiasse plutôt mille fois que de supporter cette divine présence et paraître devant la sainteté de Dieu, ayant l'âme souillée de quelque péché ! Et j'aurais bien voulu me cacher en ce temps-là, et m'éloigner si j'avais pu; mais tous mes efforts étaient inutiles, trouvant partout ce que je fuyais, avec des tourments si effroyables qu'il me semblait être en purgatoire, puisque tout souffrait en moi, sans nulle consolation ni désir d'en chercher, ce qui me faisait dire quelquefois dans ma douloureuse amertume : oh ! qu'il est terrible de tomber entre les mains d'un Dieu vivant ! (1) »

Toutefois, pouvait-elle se plaindre ? Notre-Seigneur ne l'avait-il pas prévenue qu'il lui serait en même temps joie et supplice ? (2)


------------


2. Ibid., p. 76.
3. Non enim cogitationes meae cogitationes vestrae ; neque viae vestra viae meae, dicit Dominus, Isaïe, LV, 8.
1. Autobiographie, p. 118.
2. Supra, p. 57.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Jeu 21 Oct 2021, 7:41 am

Un autre jour, le Sauveur lui fit cette question « Ma fille, me veux-tu bien donner ton coeur, pour faire reposer mon amour souffrant que tout le monde méprise ? Mon Seigneur, vous savez que je suis toute à vous ; faites selon votre désir. Il me dit : Sais-tu bien à quelle fin je te donne mes grâces si abondamment ?

C'est pour te rendre comme un sanctuaire, où le feu de mon amour brûle continuellement et ton coeur est comme un autel sacré où rien de souillé ne touche, l'ayant choisi pour offrir à mon Père éternel des sacrifices ardents (1). » Que de fois déjà Marguerite-Marie avait-elle pu lire cette parole de son bienheureux Père (2) : « Si la jalousie pouvait régner au royaume de l'amour éternel, les anges envieraient la souffrance de Dieu pour l'homme et la souffrance de l'homme pour Dieu ! » Mais elle ne s'attendait certainement pas à voir les anges venir eux-mêmes lui en prouver la réalité.

Un jour où l'on travaillait à l'ouvrage commun du chanvre, elle se retira, selon sa coutume, dans une petite cour proche du choeur des religieuses, afin d'être plus près du saint Sacrement. Le Seigneur lui accordait là de très grandes grâces. Parfois les Soeurs lui faisaient une petite guerre de ce qu'elle fréquentait si souvent ce lieu; sur quoi elle finit par répondre, avec une grande imprudence, »[/i] à son avis, qu'elle n'y retournerait plus. Mais l'attrait fut si fort; qu'il l'entraîna de nouveau vers ce petit coin, où elle éprouvait quelque chose des joies du paradis. Confuse de n'avoir pas tenu sa parole, elle alla s en accuser à la supérieure, qui la rassura, lui disant qu'elle ne devait pas cesser de suivre son attrait. La Sainte y retourna donc. Elle y faisait son ouvrage à genoux, lorsque, le jour dont nous parlons, elle se sentit toute recueillie intérieurement et extérieurement (1). Alors, écrit-elle, me fut en même temps représenté l'aimable Coeur de mon adorable Jésus, plus brillant qu'un soleil. Il était au milieu des flammes dé son pur amour, environné de séraphins qui chantaient d'un concert admirable :


L'amour triomphe, l'amour jouit,

L'amour du saint Coeur réjouit (2). »



Ces bienheureux esprits l'invitèrent à s'unir à eux pour louer le Coeur de Jésus ; mais, retenue par le sentiment de son indignité, elle n'osa le faire. Les séraphins l'en reprirent, lui déclarant qu'ils étaient venus afin de former une association avec elle, pour rendre un continuel hommage d'amour, d'adoration et de louange à ce divin Coeur. Ils ajoutèrent que pour cela ils tiendraient ma place devant le saint Sacrement, » dit-elle, « afin que je le pusse aimer sans discontinuation par leur entremise, et que de même, ils part[i]ciperaient à mon amour, souffrant en ma personne, comme je jouirais en la leur. Et ils écri[vi]rent en même temps cette association dans ce sacré Coeur, en lettres d'or et du caractère ineffaçable de l'amour (1). »



-------------



1. II, p. 145. Cf. I, p. 112

2. Citée, ch. I, p. 5, dans l'ABREGÉ DE L'ESPRIT INTERIEUR DES RELIGIEUSES DE LA VISITATION DE SAINTE MARIE; faisant suite à LA VIE DU VENERABLE SERVITEUR DE DIEU FRANÇOIS DE SALES, EVESQUE ET PRINCE DE GENEVE... Par Melsire HENRY DE MAUPAS DE TouR Euefque & Seigneur du PUY... PARIS. M.DC.LVII.

1. Cf. 11, p. 167.
2. Autobiographie, p. 109. Cf. 1, p. 197
1. Cf. 11, p. 167.
.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Ven 22 Oct 2021, 8:14 am

La vision que rapporte ainsi Soeur Marguerite-Marie dura environ deux ou trois heures. Depuis cette époque, elle ne nommait plus les anges, en les priant, que ses divins associés (2). Elle confesse avoir ressenti toute sa vie les effets de cette association avec les séraphins. Son amour envers le saint Sacrement s'en accrut encore. Combien intelligente était sa dévotion envers lui! Lorsqu'elle était devant lui, jouissant de la présence de son Bien-Aimé et de ses divines caresses, si l'obéissance lui ordonnait de sortir, elle le quittait sans résistance. Peu lui importait d'être occupée à ceci ou à cela, pourvu qu'elle fît la volonté de son Dieu et fût dans l'exercice de l'amour.

En voici une nouvelle preuve : « Je priais souvent Notre-Seigneur que mon coeur ne s'éloignât pas de sa présence. Il me dit un jour, comme je faisais la génuflexion : Tu t'en vas donc sans coeur, car le tien ne sortira plus d'ici ? Je le remplirai d'un baume précieux, qui entretiendra.
sans cesse le feu de mon amour. La bonne volonté doit être la mèche qui ne doit jamais finir. Tout ce que tu pourras faire et souffrir avec ma grâce, tu le dois mettre dans mon Coeur, pour être converti en ce baume, qui doit être l'huile de cette lampe, afin que tout y soit consommé dans le feu du divin amour. Je tâchai de faire ce qu'il m'enseignait.

« Ma fille, me dit-il, je prends tant de plaisir à voir ton coeur, que je me veux mettre en sa place, et te servir de coeur ; ce qu'il fit si sensiblement qu'il ne m'était pas permis d'en douter. Depuis ce temps, sa bonté me donnait un si libre accès auprès de sa grandeur, que je ne puis l'exprimer : As-tu perdu au change que tu as fait avec moi, me dit Notre-Seigneur, en me donnant tout ? Aie soin seulement de remplir ta lampe et j'y allumerai le feu (1). »

Depuis que Soeur Marguerite-Marie avait été guérie par miracle à la suite de la vision relative à l'Heure Sainte, la Mère de Saumaise n'avait plus aucun doute sur la vérité des communications célestes faites à sa bienheureuse fille. Mais se sentant embarrassée pour la conduire dans ces voies éminentes, la prudente supérieure crut qu'il fallait que des personnes de doctrine examinassent ce qui se passait en cette âme. En conséquence, elle la fit parler à plusieurs directeurs. Qui furent ces directeurs ? Aucun document ne nous les fait connaître. Du moins, le résultat de leurs décisions est certain : il fut d'apporter beaucoup d'angoisses et pas du tout de lumière à la Servante de Dieu, car on la traita de visionnaire et on lui défendit de s'arrêter à ses inspirations. Monseigneur Languet a pris soin de buriner, en une phrase réaliste, l'un des oracles rendus à l'unanimité par les juges de cette innocente victime. Ils ordonnèrent « qu'on fît manger de la soupe à cette fille ! (1) »


-------------


1. Autobiographie, p. ro9.

2. On désigne aujourd'hui la petite cour, témoin de cette apparition, sous le nom de Cour du saint Sacrement ou Cour des Séraphins. L'escalier sur lequel la Sainte était à genoux lors de cette vision est encore parfaitement conservé. Les autres principales apparitions, relatives à la dévotion ou au culte du Sacré Coeur, eurent lieu, non pas à l'intérieur du monastère, mais à la chapelle, c'est-à-dire, tandis que Soeur Marguerite-Marie, en adoration devant le saint Sacrement, était en prière derrière la grille des religieuses. Parfois, le saint Sacrement était alors exposé sur l'autel.

1. I, p. 117. Cf. II, p. 154.
1. Vie de la Vénérable Mère Marguerite-Marie, par Mgr Langnet. Édition princeps 1729, p: 124.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Sam 23 Oct 2021, 8:18 am

Être humiliée et méprisée, ce n'était rien pour elle; mais ce qui demeurait hors de son pouvoir, c'était de résister à la violence douce et bénie que lui faisait son unique Amour. Il fallait qu'elle le suivît là où il voulait la conduire, indépendamment de toutes les créatures.

L'état dans lequel était alors plongée la pauvre Soeur ne saurait s'exprimer. Dans les perplexités de son esprit, elle s'adressa, comme toujours, à son divin Maître. Il la soutint, l'encouragea et l'assura qu'il lui enverrait bientôt « un sien serviteur (2) » auquel il voulait qu'elle manifestât tout ce qu'elle savait des trésors et des secrets du Sacré Coeur, parce que celui-là serait celui qui devait la rassurer dans sa voie intérieure. La prédiction ne tarda pas à s'accomplir.

Au commencement de l'année 1675, le Révérend Père de la Colombière arrivait à Paray, comme supérieur de la résidence des Pères jésuites. C'était un homme de grande distinction, un parfait religieux, que le ciel avait doué d'un remarquable discernement des esprits. Né le 2 février 1641, à Saint-Symphorien-d'Ozon en Dauphiné, Claude de la Colombière était entré au noviciat de la Compagnie de Jésus, à Avignon, le 25 octobre 1658. En 1660, il prononce ses premiers voeux, est ordonné prêtre en 1669 ; en 1674, il fait sa troisième probation à Lyon, et sa profession solennelle le 2 février 1675. Déjà, il a une histoire, car ce jeune jésuite, avant même d'être prêtre, a été précepteur des deux fils de Colbert et s'est trouvé mêlé au plus grand monde. Mais Dieu le destine à quelque chose de bien autrement grand, et c'est précisément pour cela, qu'à l'heure marquée par sa Providence, il le conduit à Paray.

La première fois que le Père de la Colombière vit la Communauté, Soeur Marguerite-Marie entendit ces paroles au fond d'elle-même. « Voilà celui que je t'envoie (1). » Peu après, le Père étant venu entendre les confessions de toutes les Soeurs du monastère pour les Quatre-Temps, bien que la Soeur Alacoque ne se fît nullement connaître, il la retint fort longtemps, environ une heure et demie et lui parla comme s'il eût compris ce qui se passait en elle. Mais, toujours humble et réservée, elle se retira, sans lui avoir fait aucune ouverture sur les visites extraordinaires qu'elle recevait de Dieu. Le Père lui ayant demandé si elle agréerait qu'il vînt une autre fois lui parler en ce lieu, elle répondit que, n'étant pas à elle, elle ferait ce que l'obéissance lui ordonnerait.

A quelque temps de là, le Père supérieur vint faire une conférence spirituelle à la Communauté. Il remarqua la Soeur Marguerite-Marie entre toutes les autres. Après le sermon, il pria la Mère de Saumaise de lui dire qui était cette jeune religieuse, qu'il avait vue en telle place qu'il désigna. La Mère la lui ayant nommée, il l'assura que c'était une âme de grâce (1). »


------------

2. Autobiographie, p. 92.
1. Autobiographie, p. 92.
1. I p. 133.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Dim 24 Oct 2021, 8:50 am

La Mère de Saumaise, ayant prié le Père de revenir, ordonna à la Soeur d'aller lui parler. La Sainte rapporte ainsi ses dispositions en cette circonstance : « Je ne laissai pas d'y sentir des répugnances effroyables lorsqu'il fallut y aller, ce que je lui dis d'abord. Mais il me répondit qu'il était bien aise de m'avoir donné occasion de faire un sacrifice à Dieu. Et alors, sans peine ni façon, je lui ouvris mon coeur et lui découvris le fond de mon âme, tant le mal que le bien. Sur quoi il me donna de très grandes consolations, en m'assurant qu'il n'y avait rien à craindre en la conduite de cet esprit, d'autant qu'il ne me retirait point de l'obéissance ; que je devais suivre ses mouvements en lui abandonnant tout mon être, pour me sacrifier et immoler, selon son bon plaisir. Admirant la grande bonté de notre Dieu, de ne s'être point rebuté parmi tant de résistance, il m'apprit à estimer les dons de Dieu et à recevoir avec respect et humilité les fréquentes communications et familiers entretiens dont il me gratifiait, dont je devrais être dans de continuelles actions de grâces envers une si grande bonté (1). »

Rien de surnaturel comme l'attitude de ces deux âmes en présence l'une de l'autre. Pour obéir, la pénitente expose les envahissements de la grâce en elle. Le religieux admire l'oeuvre de Dieu en celle qui s'ouvre à lui ; mais que lui dit-il ? Qu'en tout cela elle a grand sujet de s'humilier. C'était sanctionner le plus impérieux besoin qu'elle eût peut-être jamais ressenti et, du même coup, approfondir encore la paix que Dieu venait d'établir en elle.

Des détails pratiques furent aussi résolus. Il s'agissait de savoir s'il fallait continuer à se violenter comme elle s'y astreignait, pour réciter des prières vocales, alors que son âme était le plus ravie en Dieu. Très expérimenté dans les choses spirituelles les plus hautes, le sage directeur lui dit que non : se borner à ce qui était d'obligation, y ajouter le chapelet, lorsqu'elle le pourrait, c'était tout ce qu'il fallait, étant donné le chemin par lequel Dieu la conduisait.

Soeur Marguerite-Marie soumit encore au Père de la Colombière sa peine au sujet des lettres et des billets, que la grâce la pressait d'écrire à certaines personnes, ce dont il lui revenait de grandes humiliations. La réponse du serviteur de Dieu ne fut pas moins nette. Il ordonna à la Soeur Alacoque, quelque peine et humiliation qu'elle en dût souffrir, de ne jamais se désister de suivre ce mouvement de l'Esprit-Saint, écrivant simplement ce qu'il lui dicterait, puis, d'aller présenter le billet à sa supérieure, qui en ferait ce qu'elle jugerait à propos. Une telle direction, puisée aux sources les plus pures de l'Esprit de Dieu, n'avait d'autre règle que le niveau de la grâce.


------------

1. Autobiographie, p. 93.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Lun 25 Oct 2021, 8:17 am

Le Père de la Colombière ne se contenta pas de tranquilliser la sainte fille. Il ne rassura pas moins la Mère de Saumaise ; en sorte que, pour l'une comme pour l'autre, l'appui de son expérience fut d'un secours tout providentiel, dans un moment particulièrement critique pour toutes les deux.

Mais il était écrit que la disciple du Coeur de Jésus ne goûterait jamais de consolation qui ne fût aussitôt traversée de la croix. Cette première et si longue communication avec le nouveau supérieur, celles qui suivirent, firent fondre sur elle d'autres humiliations et d'autres épreuves. On en devine assez-le genre, sans qu'il soit besoin de les détailler. Elle ne pouvait pas ne pas entendre quelques-unes des réflexions qui se faisaient à son sujet, et dont les moins piquantes étaient qu'elle voulait sans doute décevoir le Père par ses illusions, et le tromper comme elle en avait trompé d'autres. « Lui-même eut beaucoup à souffrir à cause de moi, » écrit-elle, ajoutant : « mais cela ne lui faisait nulle peine (1). » Tels sont les saints. Pourvu que Dieu soit. content, que leur importe ce que pensent et disent les hommes ? D'ailleurs ici, le Coeur de Jésus allait se charger de les dédommager divinement lui-même, l'un et l'autre. Un jour que le Père était venu dire la messe dans l'église du monastère, Notre-Seigneur lui fit de très grandes grâces, et à Soeur Marguerite-Marie en même temps. Au moment où elle s'approcha pour recevoir la sainte communion, il lui montra son divin Coeur comme une ardente fournaise. Deux autres coeurs allaient s'unir et s'abîmer dans ce Coeur sacré, qui disait : « C'est ainsi que mon pur amour unit ces trois coeurs pour toujours. » Notre-Seigneur lui fit entendre encore qu'il voulait qu'elle découvrit au Père les trésors de son adorable Coeur, « afin qu'il en fit connaître et en publiât le prix et l'utilité. » La Sainte a un mot d'une simplicité ravissante : « Il voulait que nous fussions comme frère et sueur, également partagés de biens spirituels. » Mais, dans son humilité, elle a peine à comprendre cela, ne voyant que l'inégalité qui existe « entre un homme d'une si grande vertu et mérite et une pauvre chétive pécheresse comme moi. » Notre-Seigneur se charge de l'éclairer, disant : «Les richesses infinies de mon Coeur suppléeront et égaleront tout. Dis-lui seulement sans craindre. »

La première fois qu'elle vit le Père, elle lui rapporta tout. « La manière d'humilité et d'action de grâce avec laquelle il le reçut, avec plusieurs , autres choses que je lui dis de la part de mon souverain Maître, en ce qui le concernait, me toucha tellement et me profita plus que tous les sermons que j'aurais pu entendre (1). »

Comme l'âme de Marguerite-Marie, celle du Père de la Colombière est prête ! L'heure est maintenant venue de la dernière des grandes révélations. Le saint jésuite y recevra sa part de l'héritage du Sacré Coeur.

C'est à genoux qu'il conviendrait d'écouter le récit de cette magnifique apparition du Coeur de Jésus à sa servante. Le fait appartient à l'histoire. Voici venir l'annonce d'une ère nouvelle dans l'Église de Dieu.


------------

1. Autobiographie, p. 94.
1. Autobiographie, pp. 94, 95.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE - Page 2 Empty Re: VIE DE SAINTE MARGUERITE-MARIE ALACOQUE DE L'ORDRE DE LA VISITATION SAINTE-MARIE

Message  Monique Mar 26 Oct 2021, 9:05 am

En 1675, le jeudi de la Fête-Dieu tombait le 13 juin. L'octave de la fête s'étendait donc jusqu'au 20 juin inclusivement. Nous sommes à cette époque mémorable.

« Étant une fois devant le saint Sacrement, un jour de son octave, » écrit la Sainte (1), je reçus de mon Dieu des grâces excessives, de son amour, et me sentis touchée du désir de quelque retour et de lui rendre amour pour amour. Et il me dit : Tu ne m'en peux rendre un plus grand qu'en faisant ce que je t'ai déjà tant de fois demandé. Alors, me découvrant son divin Coeur : Voilà ce Coeur qui a tant aimé les hommes, qu'il n'a rien épargné jusqu'à s'épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour; et pour reconnaissance, je ne reçois dé la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu'ils ont pour moi dans ce sacrement d'amour. Mais ce qui m'est encore le plus sensible, est que ce sont des coeurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. C'est pour cela que je te demande que le premier vendredi d'après l'octave du saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Coeur, en communiant ce jour-là, et en lui faisant réparation d'honneur, par une amende honorable, pour réparer les indignités qu'il a reçues pendant le temps qu'il a été exposé sur les autels. Je te promets aussi que mon Coeur se dilatera, pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur, et qui procureront qu'il lui soit rendu. Et répondant à cela que je ne savais comme pouvoir accomplir ce qu'il désirait de moi depuis tant de temps, il me dit de m'adresser à son serviteur, qu'il m'avait envoyé pour l'accomplissement de ce dessein. Et l'ayant fait, il m'ordonna de mettre par écrit ce que je lui avais [dit] touchant le sacré Coeur de Jésus-Christ; et plusieurs autres choses qui le regardaient pour la gloire de Dieu (1). »

Dans l'Autobiographie, la narration s'arrête là. Mais ouvrons maintenant la Retraite du Père de la Colombière. Nous y trouverons la continuation du récit; puisque nous savons que Soeur Marguerite-Marie lui avait remis la relation complète de sa. vision. C'est donc bien la suite du colloque admirable qui eut lieu alors entre le Coeur de Jésus et sa bienheureuse disciple.

« Mais, mon Seigneur », lui dit-elle, « à qui vous adressez-vous ? à une si chétive créature et pauvre pécheur, que son indignité serait même capable d'empêcher l'accomplissement de votre dessein. Vous avez tant d'âmes généreuses pour exécuter vos desseins. Eh! pauvre innocent que tu es, ne sais-tu pas que je me sers des sujets les plus faibles pour confondre les forts ; que c'est ordinairement les plus petits et les pauvres d'esprit sur lesquels je vois ma puissance avec plus d'éclat, afin qu'ils ne s'attribuent rien à eux-mêmes ? Donnez-moi donc, je lui dis, le moyen de faire ce que vous me commandez. Pour lors, il m'ajouta : Adresse-toi à mon, serviteur N. [le Père de la Colombière] et lui dis de ma part de faire son possible pour établir cette dévotion et donner ce plaisir à mon divin Coeur. Qu'il ne se décourage point pour les difficultés qu'il y rencontrera, car il n'en manquera pas ; mais il doit savoir que celui-là est tout-puissant qui se défie entièrement de soi-même pour se confier uniquement à moi (1). »


------------


1. Elle ne spécifie rien de plus. Comment faut-il entendre sous sa plume cette expression : un jour de son octave ? Veut-elle dire le jour de l'octave, ou un jour durant l'octave ? Personne ne le sait. Mais cette ignorance forcée de la date précise ne change rien à la vérité du fait, qui, certainement, a eu lieu entre le 13 et le 20 juin 1675.

1. Autobiographie, pp. 103, 104.

1. Tel est le texte consigné dans la Retraite spirituelle du Père Claude de la Colombière, éditée pour la première fois en 1684, pp . 249-251. C'est celui que donnent aussi les Contemporaines, à part quelques minimes variantes, I, pp. 137, 138.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11587
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum