SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Ven 23 Avr 2021, 7:20 am

A quelle époque saint Joseph s'unit-il en mariage à la très sainte Vierge ?

Il n'est pas facile de donner à cette question une réponse absolument certaine. Nous pouvons cependant affirmer que saint Joseph était déjà uni à Marie quand, trouvant qu'elle était en enfantement, il résolut de la renvoyer secrètement, ce qui suppose, comme nous l'avons dit, l'existence non point de simples épousailles, mais d'un vrai mariage.

Vous allons encore plus loin. Nous soutenons que saint Joseph, à l'époque de l'Annonciation, était déjà lié à Marie par les liens d'un vrai mariage, comme le reconnaissent d'ailleurs de graves auteurs catholiques mentionnés par Benoît XIV[138], de sorte que Marie habitait déjà dans la maison, quand l'ange est venu la saluer.

Ceci découle clairement des paroles de saint Luc [139] : « L'ange Gabriel fut envoyé auprès d'une vierge unie en mariage à un homme. » Nous avons déjà dit que ce mot desponsata, employé fréquemment dans l'Ecriture pour désigner une femme mariée et non seulement une vierge simplement fiancée, est mis ici exprès par le saint Evangéliste pour exclure de l'esprit du lecteur toute idée de consommation de mariage ; d'ailleurs, le même saint Luc, peu avant, n'avait pas hésité à unir ces deux épithètes, comme pour en compléter le sens [140] : « Pour se faire enregistrer avec Marie, sa femme, qu'il avait épousée », cum Maria desponsata sibi uxore.

Cette vérité, à savoir que déjà, au temps de l'Annonciation, saint Joseph était uni en mariage avec la très sainte Vierge, correspond à ce que nous savons des desseins de Dieu par rapport au mystère de l'Incarnation.

Rappelons-nous, en effet, la remarque du glorieux martyr saint Ignace, remarque reçue et approuvée par plusieurs Pères et en particulier par saint Jérôme, que Dieu voulait que son Fils naquît d'une vierge unie en mariage à un homme, afin que ce divin enfantement fût caché au démon qui, s'il avait su que ce fils de Marie était le Messie promis par la loi, aurait poussé les Juifs à le mettre à mort plus tôt[141]. Or, si la très sainte Vierge avait conçu le Christ avant son mariage, le démon aurait pu soupçonner, avec plus de raison, qu'elle avait été fécondée surnaturellement et, par conséquent, que le fils qu'elle avait conçu et mis au monde était précisément le Messie et pour cela il l'aurait prématurément mis à mort.

D'ailleurs, il n'y avait pas de motif de nommer saint Joseph au moment de l'Incarnation, si ce n'est parce que Marie lui appartenait en quelque manière, c'est-à-dire, par le droit que lui donnait son mariage avec elle : et c'est précisément pour cela qu'il est appelé Vir Mariae, l'homme de Marie, pour faire comprendre qu'il était son véritable époux.

Nous devons donc rejeter l'opinion de ceux qui voudraient que Marie ne se fût unie en mariage avec saint Joseph qu'après son retour de sa visite à sa cousine Élisabeth. Nous savons en effet que la raison principale pour laquelle le Christ voulut naître d'une femme mariée, fut le souci de sauvegarder l'honneur de sa mère. Or, d'un côté, la sainte Vierge resta à peu près trois mois chez sa cousine Elisabeth, après quoi on n'aurait pas pu s'empêcher de remarquer son état de grossesse ; si donc à cette époque seulement Marie s'était unie en mariage à saint Joseph, on aurait pu soupçonner avec raison que la conception du Christ fût le fruit du péché, ce qui, eu égard surtout aux coutumes des juifs, aurait contribué au déshonneur de Marie et de son divin Enfant, et aurait par conséquent porté préjudice aux fins sublimes de l'Incarnation.

Nous devons donc conclure, ce que nous disions tout à l'heure, que le mariage de Marie avec saint Joseph eut lieu avant l'Annonciation, et c'est de ce fait précisément que dépend l'insigne dignité de saint Joseph, comme nous le démontrerons dans les chapitres suivants.

D'ailleurs, les paroles de Marie à l'archange Gabriel [142]
« Comment cela se fera-t-il, car je ne connais point d'homme », ne s'opposent pas au fait de ce mariage. Elles signifient seulement l'étonnement et l'admiration de la Vierge de ce que, ayant consacré à Dieu sa virginité, elle pourrait néanmoins devenir la mère du Sauveur. Car Marie, bien que très instruite dans les saintes Ecritures, ne saisissait pas entièrement la portée du passage d'Isaïe, où il est dit qu'une vierge enfanterait et donnerait au monde un fils : c'était seulement sur ce point que la future Mère de Dieu, dans sa grande prudence, demandait à être instruite.


------------


138. De Festis B. M. V., c. III, nn. 5, 6.
139. I, 26, 27.
140. II, 5.
141. Ep. ad Eph
142. Luc., I, 34.


A suivre... Deux conséquences du mariage de saint joseph avec la très sainte Vierge, par rapport à l'incarnation
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Sam 24 Avr 2021, 8:51 am

Deux conséquences du mariage de saint joseph avec la très sainte Vierge, par rapport à l'incarnation

N'oublions pas de mentionner ici deux conséquences qui découlent du mariage de saint Joseph avec la très sainte Vierge par rapport au grand mystère de l'incarnation.

La première est que ce mariage met en relief, d'une manière toute particulière, l'union de Jésus-Christ avec son Eglise. La signification de cette union, il est vrai, est la fin de tout mariage légitime ; mais celui de Marie avec saint Joseph était bien fait pour représenter encore plus parfaitement ce grand mystère, Marie étant la figure de l'Eglise qui, comme elle, tout en restant vierge, est néanmoins fécondée merveilleusement par le Saint-Esprit.

La deuxième conséquence de ce céleste mariage, est qu'il servit admirablement à couvrir, comme d'un voile, aux yeux des incrédules et des indignes, la conception et la nativité surnaturelles de Jésus-Christ.

C'est la pensée qu'exprime très bien Bossuet [143] :«Entre toutes les vocations, j'en remarque deux, dans les Écritures, qui semblent directement opposées : la première, celle des Apôtres ; la seconde, celle de Joseph. Jésus est révélé aux Apôtres, Jésus est révélé à Joseph, mais avec des conditions bien contraires. Il est révélé aux Apôtres, pour l'annoncer par tout l'univers ; il est révélé à Joseph, pour le taire et pour le cacher. Les Apôtres sont des lumières, pour faire voir Jésus-Christ au monde ; Joseph est un voile pour le couvrir ; et sous ce voile mystérieux on nous cache la virginité de Marie, et la grandeur du Sauveur des âmes. Aussi nous lisons dans les Ecritures, que, lorsqu'on voulait le mépriser : « N'est-ce pas là, disait-on, le fils de Joseph[144] ? » Si bien que Jésus, entre les mains des Apôtres, c'est une parole qu'il faut prêcher : Praedicate verbum Evangelii huius[145], Prêchez la parole de cet Evangile ; et Jésus entre les mains de Joseph, c'est une parole cachée, Verbum absconditum[146], et il n'est pas permis de la découvrir. En effet, voyez-en la suite. Les divins Apôtres prêchent si hautement l'Evangile, que le bruit de leurs prédications retentit jusqu'au ciel : et saint Paul a bien osé dire que les conseils de la sagesse divine sont venus à la connaissance des célestes puissances par l'Eglise, dit cet Apôtre, et par le ministère des prédicateurs, per Ecclesiam[147] ; et Joseph, au contraire, entendant parler des merveilles de Jésus-Christ, il écoute, il admire et il se tait [148]. »


------------


143. Premier Panégyrique de saint Joseph, 3e point.
144. lo., VI, 42.
145. Act., V, 2o.
146. Luc., XVIII, 34.
147. Eph., III, 10.



A suivre...Saint Joseph a-t-il reçu le sacrement du mariage ?
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Dim 25 Avr 2021, 8:36 am

Saint Joseph a-t-il reçu le sacrement du mariage ?

On peut encore se demander ici, si le mariage de saint Joseph avec la très sainte Vierge devint plus tard un sacrement de la Nouvelle Loi.

Observons d'abord que ce chaste mariage fut certainement un sacrement dans le sens où nous appelons sacrements les rites institués par Dieu dans l'Ancienne Loi ; rites qui ne produisaient pas la grâce par une influence physique, comme les sacrements du Nouveau Testament, mais qui déterminaient Dieu à conférer la grâce ex opere operato, comme l'on dit en théologie, mais d'une manière morale seulement[149]. Cependant ce mariage put devenir sacrement de la Nouvelle Loi, dans le cas où le saint Patriarche aurait survécu à l'institution de ce sacrement par Notre-Seigneur Jésus-Christ, en supposant en outre qu'il ait préalablement reçu le baptême, double hypothèse que l'on peut très bien soutenir, comme nous le dirons plus tard.


Raison du retard apporté à une plus ample connaissance du mariage de Marie avec saint Joseph

Avant de clore ce chapitre, il ne sera pas sans intérêt de rechercher le motif pour lequel Dieu n'a pas voulu que la vérité concernant le mariage de saint Joseph avec la Mère du Verbe ait été, dans les premiers siècles de l'Eglise, plus expressément déclarée et revendiquée.

Pour comprendre ce fait, il faut nous rappeler que Dieu, dans toutes ses œuvres, procède avec ordre et sagesse : il ne fait pas tout à la fois, mais il adapte les événements aux temps qu'il a lui-même établis, et cela pour sa plus grande gloire et le plus grand bien des âmes. C'est ainsi que, dans le cours des siècles, à mesure que l'Eglise se développe, il se complaît à mettre en relief des vérités à peine soupçonnées jusque-là.


Or, l'économie de la foi exigeait tout d'abord que le grand événement de la conception surnaturelle et de l'enfantement virginal du Verbe, qui est à la base même du christianisme, fût connu et propagé dans le monde entier. Aussi voyons-nous les premiers Pères insister tout particulièrement sur ce point, laissant, pour ainsi dire, dans l'ombre la réalité du mariage de Marie avec saint Joseph, vérité, elle aussi, de grande importance, comme nous l'avons vu, mais qui aurait pu induire en erreur les esprits des fidèles, en leur faisant croire que la naissance du Sauveur était en tout semblable à celle des autres hommes.

D'autre part, le temps étant venu de mettre en relief, pour le bien de l'Eglise universelle, l'insigne dignité du saint Patriarche, il convenait de faire ressortir la vérité de son mariage avec la très sainte Vierge, comme étant le point de départ de toutes ses grandeurs et de tous ses privilèges. Admirons ici encore les dispositions toujours sages, toujours adorables de la douce Providence à notre égard.


-------------


149. Voyez ce que nous avons écrit à ce sujet dans notre traité DE SACRAMENTIS IN COMMUNI, Quaest. LXI, art. 3; LXII, art. 6.


A suivre... L'union des saints époux Joseph et Marie est pour les personnes mariées un encouragement à mener une vie pure et sainte
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Lun 26 Avr 2021, 8:01 am

L'union des saints époux Joseph et Marie est pour les personnes mariées un encouragement à mener une vie pure et sainte

Le consolant mystère de l'union conjugale de Marie avec saint Joseph offre, aux personnes mariées, une leçon de respect, d'amour et d'assistance mutuels. Mais surtout il leur enseigne combien est chère au cœur de Jésus la sainte vertu de la virginité, puisqu'il a voulu la trouver si parfaite dans ses propres parents selon la chair.

Avertissement opportun, aujourd'hui surtout qu'un monde païen, adonné passionnément aux plaisirs des sens, ne sait plus concevoir les choses divines, ni comprendre combien la virginité, unie à l'accomplissement des devoirs conjugaux, vaut à l'âme de consolations dans la vie présente, et de mérites pour la vie future.

Qu'elle est belle la vie chaste des deux époux, dont les conversations sont comme les paroles mêmes de Dieu[150] et dont les actions, inspirées par le bon exemple, sont comme autant de fruits qui rafraîchissent l'âme dans le dur pèlerinage de cette vallée de larmes !


Belles paroles de Léon XIII au sujet du mariage de saint Joseph avec la sainte Vierge

Nous ne pouvons clore ce chapitre sans citer les paroles admirables du grand Pape Léon XIII, qui, après avoir rappelé comment toute la dignité, la grâce, la sainteté et la gloire du glorieux Patriarche proviennent de ce qu'il fut l'Époux de Marie et le Père putatif de Jésus-Christ, ajoute[151] : « Certes, la dignité de la Mère de Dieu est tellement sublime, que rien ne peut se concevoir de plus grand. Et pourtant, comme un lien conjugal existait entre Joseph et la Vierge bienheureuse, on ne peut douter que le saint Patriarche n'ait participé, plus que personne, à l'incomparable dignité de la Mère de Dieu, qui surpasse de beaucoup celle de toutes les natures créées. Le mariage est, en effet, la société et l'union de toutes la plus intime, qui entraîne, de sa nature même, la communauté des biens entre l'un et l'autre conjoint. C'est pourquoi, en donnant saint Joseph pour Epoux à la sainte Vierge, Dieu lui a procuré non seulement un compagnon de sa vie, un témoin de sa virginité, un gardien de son honnêteté, mais encore, il l'a fait participer, en vertu même du pacte conjugal, à sa haute et sublime dignité. Pareillement, c'est pour lui une source de dignité incomparable, d'avoir été choisi, dans les conseils divins, pour être le gardien du Fils de Dieu et son Père dans l'estime des hommes. D'où il résulte que le Verbe de Dieu se soumit humblement à Joseph, obéissant à ses paroles, et lui rendant tous les honneurs que les enfants doivent à leurs parents.»


------------


150. I Petr., IV, II.
151. Ep. Encycl. Quanquam pluries, 15 Aug. 1889.



A suivre... CHAPITRE V - RELATIONS DE SAINT JOSEPH AVEC LA TRÈS SAINTE VIERGE
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mar 27 Avr 2021, 5:55 am

CHAPITRE V - RELATIONS DE SAINT JOSEPH AVEC LA TRÈS SAINTE VIERGE


**
*


Conséquences du mariage de saint Joseph avec la Vierge Marie

Le fait que saint Joseph fut uni à la très sainte Vierge, par les liens d'un vrai mariage, mit le saint Patriarche dans un double rapport d'intimité, d'abord avec Marie, puis avec le Verbe incarné, et c'est ce double rapport qui constitue le fondement et la raison d'être de tous ses privilèges. C'est pourquoi il nous faudra maintenant étudier, dans deux articles distincts, la nature de ces rapports ou relations ; et cette étude nous renseignera, d'un côté, sur les devoirs que saint Joseph a dû remplir envers ces deux personnages ; de l'autre, elle mettra en évidence les mérites incomparables que l'exercice consciencieux, fidèle et constant de ces devoirs lui a procurés.


A suivre... Union de corps et d'âme entre saint Joseph et la Vierge Marie
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mer 28 Avr 2021, 8:38 am

Union de corps et d'âme entre saint Joseph et la Vierge Marie

Le premier effet du mariage admirable de saint Joseph avec la très sainte Vierge fut d'établir, entre les deux époux, une double relation : une relation de corps et une relation d'âme ou d'esprit. D'abord, nous savons que, par le mariage, chacun des époux transmet à son conjoint un droit strict et réel sur son propre corps, selon ces paroles de saint Paul[152] « La femme n'a pas de droit sur son propre corps, mais le mari ; de même le mari n'a pas de droit sur son propre corps, mais la femme. » En vertu donc de ce mariage, le corps de Marie appartint réellement à saint Joseph, et, d'autre part, le corps de saint Joseph appartint réellement à Marie. Toutefois les saints époux avaient renoncé à l'exercice de ce droit, en conséquence du vœu de virginité émis par chacun d'eux.

Non moins intime fut l'union qui résulta du lien conjugal entre les âmes des deux époux, union très sainte, très forte et très sublime, dans l'exercice d'une charité sans limites. Ici encore, saint Paul est notre guide : « Maris, dit-il[153] aimez vos femmes, comme le Christ aussi a aimé l'Eglise... Les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps... Que chacun de vous, sans exception, aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. »

Ces grands préceptes, Marie et Joseph les avaient pratiqués à perfection avant que le grand Apôtre les inculquât. Ecoutons comment saint Bernardin de Sienne développe cette pensée : « Ce fut par inspiration divine, dit-il[154], que Marie et Joseph contractèrent ensemble l'union matrimoniale... Or, on ne peut penser que l'Esprit Saint eût pu unir à l'âme d'une Vierge si sainte une âme qui ne lui ressemblât pas parfaitement par l'opération des vertus... Comme donc la sainte Vierge savait que saint Joseph lui avait été donné par l'Esprit Saint pour Epoux et gardien fidèle de sa virginité, voulant qu'il partageât avec elle, dans l'amour de la charité et dans un soin plein de respect, ses devoirs envers le très divin Fils de Dieu, je crois pour cela qu'elle aimait saint Joseph très sincèrement, et de toute l'affection de son cœur. »

Remarquons ici combien l'union des esprits entre Marie et saint Joseph l'emporta sur l'union des parents avec leurs enfants. En règle générale, dit saint Thomas[155], un époux aime son épouse plus intensivement qu'il n'aime ses parents, car elle lui est unie en vue de devenir une seule chair avec lui, selon ces mots de Dieu lui-même[156] : « Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. » Quant au respect que les époux se doivent mutuellement, généralement parlant, un homme doit respecter ses parents plus que sa femme, parce que les parents sont aimés comme étant principes de vie et représentent un bien plus éminent ; cependant saint Joseph eut plus de vénération pour son Epouse que pour ses parents, parce que le bien qui était en elle, c'est-à-dire la divine maternité, est plus excellent que n'importe quel bien créé.

Ajoutons que, de même que Jésus-Christ, en vertu de l'amour qu'il portait à son Eglise, se livra pour elle à la mort, de même aussi saint Joseph n'aurait point hésité, si cela eût été nécessaire, à donner sa vie pour son Epouse chérie, la bienheureuse Vierge Marie : ce qu'il fit en réalité quand elle dut fuir en Egypte avec son divin Enfant, bien que ce ne fût pas la volonté divine qu'il mourût alors.


-----------



152. Cor., II, 4.
153. Eph., V, 25, 28, 33.
154. Serm. i de S. Joseph, c. I.
155. Ia-IIae, Quaest. XXVI, art. II.
156. Matth., XIX, 6.


A suivre... Devoirs de saint Joseph envers la très sainte Vierge
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Jeu 29 Avr 2021, 9:10 am

Devoirs de saint Joseph envers la très sainte Vierge

Passons maintenant à considérer séparément les devoirs que le mariage de saint Joseph avec la Vierge Marie imposait au glorieux Patriarche. Ces devoirs peuvent se réduire à trois chefs : d'abord, saint Joseph devenait le ministre fidèle de Marie dans les choses temporelles ; en second lieu, il devenait son fidèle gardien et le témoin de sa virginité ; enfin, il devait partager avec elle ses peines et ses joies.

En commençant par le premier devoir, rappelons-nous que la loi naturelle demande que le mari procure à sa femme les choses nécessaires à la vie, autant que celle-ci peut se trouver dans le besoin. Or, Marie, nous le savons ; n'appartenait pas à la classe riche ; il fallait donc que le saint Patriarche procurât à son épouse le pain de chaque jour. Si l'on demande à quelle vertu se rapporte ce devoir, nous répondrons que c'est à la piété, vertu qui nous incline à subvenir, autant qu'il est en nous, aux besoins de nos parents, de notre patrie et des personnes qui nous sont proches.

Un second devoir que saint Joseph dut remplir envers Marie, fut celui de protéger la fleur de sa virginité ; non point que cette protection s'exerçât dans le cas d'une corruption intérieure, car Marie ne connut point les tentations de la chair ; mais il fallait que Joseph défendît son Epouse contre les attaques des méchants aussi bien que contre les calomnies d'hommes charnels, qui ignoraient complètement le mystère de sainteté opéré en elle par l'auguste Trinité. Aussi saint Jérôme n'hésite-t-il pas à indiquer, comme raison du mariage de la Vierge avec saint Joseph, la crainte que les Juifs ne vinssent à la lapider, comme coupable d'adultère. D'autre part, la virginité de Marie devant être proposée à l'imitation des fidèles, il était nécessaire qu'elle eût non seulement un gardien, mais aussi un témoin autorisé, ce gardien et ce témoin ne pouvant être que le saint Patriarche.

Le troisième devoir de saint Joseph envers Marie fut celui de prendre part aux peines que, comme Corédemptrice du genre humain, celte Vierge sainte devait souffrir en union avec Jésus. Les plus grandes peines deviennent supportables quand elles sont partagées entre plusieurs ; aussi Dieu avait-il ordonné la présence de saint Joseph dans la sainte Famille, afin que Marie pût plus facilement supporter ses douleurs, en se voyant entourée de l'affection de saint Joseph.

On dira, peut-être que Marie jouissait déjà de la douce présence de son Fils, et que si saint Joseph était uni à elle afin de la consoler dans ses peines, Dieu n'aurait pas dû permettre la mort du saint Patriarche avant la passion du Sauveur, car, c'est à ce moment surtout que les souffrances de la Mère de Dieu atteignirent leur sommet.

Pour répondre à cette difficulté, observons d'abord que la divine Providence ordonne toute chose avec poids et mesure. Or, Jésus, dans son jeune âge, assistait sa Mère, il est vrai, par l'inspiration intérieure de sa grâce, mais non pas par sa conversation extérieure, car il n'appartient pas aux enfants, dans leur jeune âge, d'instruire ou de consoler leurs parents. Ils ne le font que quand ils sont déjà arrivés à un âge plus avancé. C'est pourquoi, durant toutes les années de la minorité du Sauveur, Joseph fut le consolateur de Marie : il partagea, comme un époux dévoué doit le faire, ses peines et ses angoisses, comme aussi il partageait ses consolations et ses joies. Plus tard, quand Jésus commença sa mission publique et que saint Joseph fut mort, ce fut pour le Verbe incarné le moment de remplir, envers sa Mère chérie, l'office de consolateur.

Ajoutons que, dans les desseins de la divine Providence, l'union de saint Joseph avec la Vierge Marie avait aussi pour but la mutuelle édification des saints Epoux. C'est une des plus consolantes vérités de notre foi, que les événements de cette vie sont, par rapport à chaque individu, ordonnés ou arrangés par Dieu, pour le bien des élus. S'il se trouve parfois sur notre chemin, des personnes dont l'exemple ou les actions sont de nature à nous porter au mal, nous en rencontrons souvent d'autres qui sont pour nous, par la sainteté de leur vie, une source d'édification. Or, l'union conjugale de Marie et de saint Joseph fut précisément pour chacun de ces saints Epoux une cause mutuelle et permanente d'ascension dans la vertu, s'excitant l'un l'autre à la ferveur dans le service divin, à l'accomplissement d'actes de charité réciproque et à l'union dans la prière afin d'obtenir le but ultime de l'lncarnation, le salut des âmes.


A suivre... Fausses opinions touchant la présence de saint Joseph dans la sainte Famille


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Ven 30 Avr 2021, 7:39 am

Fausses opinions touchant la présence de saint Joseph dans la sainte Famille

Gardons-nous cependant de dire, avec certains auteurs, plus zélés qu'avertis, que de même qu'il appartient à l'homme d'instruire son épouse sur les grands mystères de la vie spirituelle, ainsi Dieu avait décrété l'union des saints Epoux, pour que Marie pût apprendre, à l'école de Joseph, les secrets des saintes Ecritures touchant l'œuvre de la Rédemption. Une telle opinion est contraire aux données de la sainte théologie, qui nous enseigne que Marie n'a jamais rien appris des hommes, mais que ses seuls maîtres furent l'Esprit Saint et son divin Fils.[157]

Encore moins faudrait-il dire, comme nous l'avons lu quelque part, que la présence de saint Joseph au sein de la sainte Famille avait pour but de maintenir la Mère de Dieu dans la pratique exacte des plus sublimes vertus, en empêchant, par son exemple et ses paroles, qu'elle ne fit rien qui contredit à l'esprit de sa sublime dignité. La grâce dont l'âme de Marie était remplie et dans laquelle elle était confirmée, était suffisante pour la maintenir au sublime degré de sainteté qui convenait à sa dignité et pour empêcher qu'elle ne contristât jamais le Saint-Esprit, son gardien dans les voies de, la vie intérieure[158].


------------


157. Voyez notre traité de B. M. V., p. II, c. I, art. 8, nn. II, 12, 5e éd.
158. Ibid., art. 2, n. II.


A suivre... Saint Joseph a-t-il accompagné la sainte Vierge dans le voyage qu'elle fit, immédiatement après l'Annonciation, pour visiter sa cousine Elisabeth ?
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Sam 01 Mai 2021, 6:58 am

Saint Joseph a-t-il accompagné la sainte Vierge dans le voyage qu'elle fit, immédiatement après l'Annonciation, pour visiter sa cousine Elisabeth ?

On s'est demandé souvent si saint Joseph accompagna la très sainte Vierge dans le voyage qu'elle fit à Saint-Jean « in montana », lieu appelé communément Ain Karem. Ce voyage Marie l'accomplit immédiatement après l'Annonciation pour visiter sa cousine Elisabeth. Or saint Luc, qui nous raconte ce voyage, ne parle point du saint Epoux de Marie à cette occasion.

Sans prétendre trancher une question sur laquelle les auteurs sont divisés, nous embrassons volontiers l'opinion de saint Bernardin de Sienne, opinion partagée également par de graves auteurs, tels que le cardinal Cajetan, Suarez et bien d'autres, selon laquelle saint Joseph prit réellement part à ce voyage, pour assister Marie et pourvoir à sa sûreté, comme d'ailleurs c'était son devoir. En effet, les saints Epoux, nous l'avons dit, étaient déjà unis par les liens d'un vrai mariage ; d'un autre côté, il ne convenait pas que saint Joseph abandonnât son épouse dans une circonstance où elle avait tout particulièrement besoin de son assistance.

On pourrait objecter que, si le saint Patriarche avait réellement pris part à ce voyage, il aurait certainement entendu le cantique de Marie et aurait pu connaître ainsi le mystère accompli en elle, tandis que ce même mystère ne lui fut révélé que plus tard, c'est-à-dire, lorsqu'il s'aperçut que Marie était enceinte.

Mais on peut très bien répondra que Marie seule entra alors chez Elisabeth, selon la coutume des Orientaux qui ne permettent pas aux hommes de s'introduire dans les habitations des femmes. On peut encore supposer que si le saint Patriarche entendit la salutation d'Elisabeth et le Cantique de Marie, il n'en saisit pas pleinement le sens, mais que seulement il comprit, d'une manière générale, que quelque chose de grand devait s'accomplir en son Epouse. Il se contenta donc d'admirer en silence les voies de la Providence, attendant qu'il plût à Dieu de l'éclairer davantage.

Cette opinion, qui nous semble la plus probable, ne devrait cependant pas nous faire mépriser une autre supposition qu'émet le savant Pape Benoît XIV lorsqu'il dit[159] : « Nous tenons pour très vraisemblable que la sainte Vierge n'alla pas seule dans ce voyage ; nous ne pouvons cependant pas affirmer en toute sûreté que saint Joseph fut son compagnon. » En effet, le saint Patriarche aurait très bien pu pourvoir à ce qu'une matrone grave accompagnât Marie dans cette visite à sainte Elisabeth.


------------



159. De Festis B. M. V., c. v, n. 4


A suivre... Angoisse de saint Joseph
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Dim 02 Mai 2021, 7:54 am

Angoisse de saint Joseph

Nous arrivons à un événement de la vie du glorieux Patriarche que l'on peut considérer comme le moment le plus critique et le plus douloureux de son union matrimoniale avec la Vierge toute sainte. Voici comment l'Ecrivain sacré raconte le fait [160] : « Marie, mère (de Jésus), étant mariée à Joseph, il se trouva qu'elle avait conçu de l'Esprit Saint, avant qu'ils eussent été ensemble. Mais Joseph, son Epoux, étant un homme juste, et ne voulant pas la déshonorer, résolut de la renvoyer secrètement. Or, comme il roulait ces pensées dans son esprit, voici qu'un Ange du Seigneur lui apparut dans son sommeil et lui dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de garder avec toi Marie comme ton épouse ! Car ce qui est né en elle procède du Saint-Esprit... Joseph, réveillé de son sommeil, fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait ordonné et continua de vivre avec son épouse. »

Ces paroles, aussi sobres qu'éloquentes, nous révèlent discrètement combien grande dut être l'angoisse du saint Patriarche. D'une part, il connaissait par expérience l'incomparable sainteté de son Epouse ; de l'autre, il ne pouvait s'expliquer l'état de grossesse dans lequel il la voyait.

Que fit alors cet homme juste par excellence ? il fit ce que doit faire toute personne prudente se trouvant en présence d'un événement dont elle ne connaît ni la cause proportionnée, ni l'entière signification. Il suspendit son jugement, se laissant toutefois incliner vers l'alternative la plus favorable à la très sainte Vierge. Car, tant que nous n'avons pas de preuves certaines de la malice de certaines actions de notre prochain, la prudence et la charité veulent que nous interprétions ces actions dans un bon sens, aimant plutôt nous tromper en gardant une bonne opinion de quelque homme mauvais, qu'en nourrissant dans notre esprit une mauvaise opinion d'un homme vertueux.

Saint Joseph, donc, tout en ignorant la vérité objective du mystère qui nous occupe, ne perdit aucunement l'estime qu'il avait pour Marie ; nous allons plus loin, il ne soupçonna, chez elle, rien qui impliquât une justice diminuée ou un fléchissement de sainteté.

Selon l'enseignement du Docteur angélique, il y a, dans tout soupçon, quelque chose de vicieux, venant de ce fait, que nous entretenons, au sujet d'une personne, une opinion mauvaise appuyée sur de faibles indices. Or ceci peut arriver de trois manières : d'abord, de ce fait, qu'une personne étant mauvaise en elle-même, elle croit facilement que les autres lui ressemblent ; secondement, parce qu'on n'aime pas une personne ou qu'on lui porte envie, ou encore qu'on pense d'elle les mauvaises qualités qu'on lui souhaite ; troisièmement, parce qu'on a souvent éprouvé le mal, et ainsi les vieillards, instruits par une longue et pénible expérience, deviennent facilement soupçonneux. Il est donc évident que tout soupçon, entendu dans le sens que nous venons de dire, entraîne avec soi une certaine tache de péché : de péché véniel, si l'on se maintient dans le cercle d'un simple doute positif non fondé ; de péché mortel, si l'on incline, sans motif suffisant, vers une culpabilité réelle, de la part de notre prochain, dans une matière qui soit grave en elles même.

Ces considérations nous amènent à conclure combien saint Joseph, lui, si juste et si saint, et si désireux du bien de sa chaste épouse, eut à cœur d'écarter de son esprit toute idée de soupçon sur la conduite de Marie. Bien sérieux, il est vrai, était le motif qui aurait pu, absolument parlant, l'incliner à conclure à un acte d'adultère de la part de son Epouse ; mais les circonstances si bien con­nues de la sainteté de Marie ne laissèrent, dans l'âme du saint Patriarche, aucun accès au soupçon ; aussi, malgré son angoisse, n'estima-t-il pas moins son Epouse bien-aimée. Mais, en réalité, quelle peine pour son coeur si délicat et si aimant !


------------


160. Matth., I, I8, seq.


A suivre... Opinions entièrement erronées
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Lun 03 Mai 2021, 7:24 am

Opinions entièrement erronées

Non seulement nous ne pouvons admettre que saint Joseph soupçonnât la vertu de Marie, mais nous devons également rejeter l'opinion de quelques auteurs, parmi lesquels toutefois nous rencontrons de grands noms, tels que Calmet et Corneille de la Pierre, qui ont cru pouvoir retracer l'origine de l'angoisse du saint Patriarche dans ce fait que ses soupçons tombèrent, non pas sur Marie, mais sur quelque individu, qui aurait pu commettre sur elle des actes de violence. Eloignons de notre esprit une supposition si grossière, si contraire au soin jaloux de la Providence envers Marie, si indigne du gardien fidèle que Dieu lui avait donné.

Nous rejetterons non moins catégoriquement, une opinion que nous lisons passim dans les écrits de saint Bernard[161], dans ceux du pieux Gerson[162] et dans les révélations de sainte Brigitte[163], selon laquelle le saint Patriarche, sachant que Marie avait conçu par l'opération du Saint-Esprit, conçu, dis-je, le Verbe de Dieu, aurait été poussé, par un sentiment de profonde humilité, à se juger indigne de jouir de la compagnie de la Mère de Dieu, à cause de ses péchés. Si nous nous rappelons, d'un côté, que saint Joseph ne fut instruit que plus tard de la miraculeuse fécondité de Marie, et que, d'un autre, nulle tache ne vint jamais souiller sa vie irréprochable, nous verrons que cette opinion est encore moins soutenable que la précédente. D'ailleurs, si le saint Patriarche forma le dessein d'éloigner Marie de son toit, ce ne fut que pour se conformer aux prescriptions de la loi de Moïse, comme nous le disions tout à l'heure.


------------


161. Hom. II, super Missus est.
162.  Serm. II, de Nativ.
163. L. VII, c. 25.


A suivre... Conduite de saint Joseph dans cette circonstance
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mar 04 Mai 2021, 7:42 am

Conduite de saint Joseph dans cette circonstance

Nous aimons à nous arrêter ici, pour admirer la conduite de saint Joseph, dans cette circonstance qui, certainement, fut la plus douloureuse de toute sa vie. Or, cette conduite nous apparaît empreinte d'une prudence et d'une charité sans égales ; c'est pourquoi l'Esprit Saint lui décerne, précisément en cette occasion, le titre d'homme juste, titre qui, dans le langage de l'Écriture, désigne un homme orné de toutes les vertus.

La loi de Moïse ne permettait pas à un homme de garder avec lui une femme adultère. La faute de cette malheureuse devait être portée devant les juges, auxquels il appartenait de se prononcer en faveur du divorce et de fixer la peine à infliger[164]. Mais le saint Patriarche ne pouvait croire à la culpabilité de Marie ; il n'était donc pas strictement tenu de suivre ce procédé, qui aurait abouti au renvoi de son Epouse bien-aimée. Il crut donc suffisant, dans son exquise charité, de la renvoyer secrètement, contentant ainsi sa conscience et pourvoyant en même temps à l'honneur de Marie.

Mais le Seigneur, qui se plaît à consoler les humbles[165], ne laissa pas longtemps le juste Joseph dans cette pénible situation. Il lui envoya un Ange pour le rassurer et le mettre au courant du mystère divin qui s'était opéré en Marie. Le messager céleste révéla donc au saint Patriarche la conception virginale de Jésus et sa mission rédemptrice ; de plus, il lui confia le mandat honorable d'imposer à l'enfant qui devait naîtra le nom ineffable de Jésus.

La promptitude avec laquelle le secours divin fut accordé à saint Joseph en réponse à ses ferventes prières, est bien faite pour nous inspirer une grande confiance dans l'aide d'En-Haut au milieu des peines et des angoisses dont la vie présente est parsemée. D'ailleurs, la sainte Ecriture et l'histoire ecclésiastique sont pleines d'exemples d'un pareil secours, généreusement accordé à tous ceux qui recourent à Dieu avec une foi vive et une humble confiance.


------------


164. Deut., XXII, 23.
165. II Cor., VII, 6.



A suivre... Quel fut le genre de vision dont, fut gratifié saint Joseph ?
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mer 05 Mai 2021, 6:52 am

Quel fut le genre de vision dont, fut gratifié saint Joseph ?

Veut-on maintenant savoir à quel genre de vision prophétique se rattache la révélation accordée à saint joseph ? Nous répondons que cette révélation ne fut pas l'effet d'une vision corporelle, mais d'une vision imaginaire, car il est dit que l'ange apparut au saint Patriarche dans son sommeil. Cette vision fut donc d'un degré inférieur à la vision corporelle accordée à la très sainte Vierge lors de l'Annonciation.

Nous disons que la vision imaginaire est d'un degré inférieur à la vision corporelle ; car les sens corporels étant le principe de la connaissance humaine, il s'ensuit que ce qui nous est manifesté par ce moyen, l'emporte en certitude sur ce qui nous est révélé par voie d'imagination.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que la vision accordée à saint Joseph durant son sommeil, manquât de certitude. Car ce sommeil appartenait au genre de la révélation prophétique, dans laquelle le voyant acquiert la certitude de la vérité objective des choses qui lui sont manifestées. En réalité, une telle vision apporte toujours à l'âme une très grande paix, contrairement aux illusions diaboliques, qui laissent le trouble dans l'esprit ; de plus, il n'y a rien dans ces sortes de révélations pour choquer la foi ou les principes de la raison ; en outre, l'âme du voyant est tellement convaincue de la vérité des choses qui lui sont manifestées, qu'il n'a, par rapport à elles, aucun doute, et que même il serait prêt à confirmer, par son sang, la réalité de ce qu'il a vu. Ce que nous lisons dans la vie de plusieurs Saints gratifiés de visions de ce genre confirme amplement ce que nous affirmons.


A suivre... De quelle manière Marie fut-elle soumise à saint Joseph durant sa vie mortelle
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Jeu 06 Mai 2021, 6:34 am

De quelle manière Marie fut-elle soumise à saint Joseph durant sa vie mortelle

Notre étude sur les relations de saint Joseph avec la Mère de Dieu serait incomplète, si nous ne parlions maintenant de la manière dont il est dit que Marie lui fut soumise, comme une épouse doit l'être envers son époux, selon ces paroles de saint Paul[166] : « Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ; car l'homme est le chef de la femme. » Mais, pour éviter toute erreur dans un sujet aussi délicat, il convient de distinguer une triple soumission : l'une regarde la bonté ; la seconde, la servitude ; la troisième, la volonté. C'est-à-dire, qu'un homme peut être soumis à un autre, ou parce que celui-ci possède une bonté morale plus grande que celui-là ; ou parce qu'il ordonne et dispose les choses temporelles de cette autre personne ; ou enfin parce qu'il lui impose des ordres que celui-ci doit suivre. Voyons maintenant de quelle manière on peut dire que Marie fut soumise à saint Joseph.

D'abord, en ce qui concerne la soumission de Marie envers son Epoux pour ce qui regarde la bonté, il est clair qu'elle ne lui fut pas soumise, puisqu'elle le surpassait de beaucoup en grâce et en sainteté. On peut dire, au contraire, que ce fut saint Joseph qui reçut d'elle, par une influence morale, des grâces très abondantes pendant tout le temps qu'ils vécurent ensemble.

Quant à la soumission de servitude qui regarde, nous l'avons dit, les dispositions temporelles de la vie par rapport aux soins à procurer à la sainte Famille, aux moyens de subsistance ou au règlement des relations de la vie conjugale, il n'y a point de doute que Marie ne fût soumise à saint Joseph, auquel il appartenait, par disposition divine, de fixer le temps, l'ordre et la manière dont chaque chose devait s'accomplir. C'est ainsi que, quand éclata la persécution d'Hérode, c'est à saint Joseph et non point à la sainte Vierge, que l'ordre fut transmis de fuir en Egypte, et plus tard de retourner dans la terre d'Israël. C'est pourquoi, ce qui est dit de Notre-Seigneur par rapport à ses parents[167] : « Il leur était soumis », paroles qui doivent s'entendre d'une soumission de servitude, s'applique également à Marie par rapport à son très chaste époux.

Notons que cette soumission ne portait aucune atteinte à l'incomparable dignité de la Mère de Dieu. Car ce genre de soumission était bien différent de celui qui suppose un strict domaine, tel qu'est la soumission d'un esclave par rapport à son seigneur. La soumission de Marie à saint Joseph était plutôt une espèce de subordination voulue par Dieu pour le bien des membres de la sainte Famille, subordination dont saint Paul parle si bien, quand il dit[168] : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures, car il n'y a d'autorité qui ne vienne de Dieu. » C'est pourquoi, en obéissant à Joseph, la très sainte Vierge obéissait plutôt à Dieu qu'à un homme, selon l'expression de saint Pierre[169] : « Soyez donc soumis à tout règlement humain, à cause de Dieu, comme étant libres, non pour faire de la liberté une sorte de voile dont se couvre la méchanceté, mais comme les serviteurs de Dieu. »

Le troisième genre de soumission, avons-nous dit, est une soumission de volonté. Mais comme ce point présente une certaine difficulté, nous le traiterons à part et plus au long dans le paragraphe suivant.


------------


167. Eph., v, 22, 23.
168. Luc., II 51
169. Rom., XIII, I.


A suivre... Marie, avant l'Incarnation, fut tenue à obéir à saint Joseph


Dernière édition par Monique le Ven 07 Mai 2021, 8:00 am, édité 2 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Ven 07 Mai 2021, 7:58 am

Marie, avant l'Incarnation, fut tenue à obéir à saint Joseph

Que la très sainte Vierge Marie, avant l'Incarnation du Verbe, fût tenue à obéir à saint Joseph, c'est là une vérité qui découle de l'enseignement si limpide de saint Thomas. « Dans les choses humaines, dit-il[170], il faut que ceux qui sont supérieurs meuvent les inférieurs par leur volonté, en vertu de l'autorité divinement ordonnée.

Or, mouvoir par la raison et par la volonté signifie commander. C'est pourquoi, de même que dans l'ordre naturel institué par Dieu, les choses matérielles inférieures doivent être soumises à la motion des choses supérieures ; ainsi, dans les choses humaines, l'ordre du droit naturel et divin exige que les inférieurs obéissent à leurs supérieurs. » Ainsi saint Paul écrit-il[171] : « Obéissez à vos supérieurs et soyez-leur soumis. » Marie donc, avant l'Incarnation du Verbe, était tenue de par la loi divine, qui veut que les femmes soient soumises à leurs maris, à obéir à son légitime Epoux, saint Joseph.

On dira peut-être que, même avant la conception du Verbe, Marie excellait en science et en vertu, ce qui semble indiquer qu'elle aurait dû plutôt commander qu'obéir, puisque ce sont précisément ces qualités qui donnent de l'autorité à ceux qui sont haut placés. Mais, comme l'observe de nouveau le Docteur angélique[172], du fait qu'une personne possède la science et la vertu à perfection, il ne s'ensuit pas qu'elle possède la dignité de principe par rapport aux autres et qu'elle doive pour cela les gouverner. Ces qualités lui donnent bien une certaine excellence en elle-même, pour laquelle elle est digne d'être honorée par les autres ; mais elles ne suffisent pas pour lui confier l'autorité de commander.
On pourrait encore objecter que, parmi les peines portées contre Eve prévaricatrice, il y eut celle de la sujétion à l'égard de son mari, selon ce que nous lisons dans la Genèse[173] : « Tu seras sous la puissance de ton mari et il te dominera. » Il semblerait donc que Marie, exempte comme elle était de tout péché, n'aurait pas dû être soumise à cette peine. Mais, pour nous servir encore de l'autorité de saint Thomas[174], nous observons que la soumission de la femme par rapport à l'homme ne fut pas introduite comme une peine portée contre elle, en tant que cette soumission regarde le droit de commander que l'homme possède ; car même avant le péché, l'homme aurait été le chef de la femme et il aurait eu autorité sur elle. La peine consiste en ceci que, après le péché, la femme éprouve une répugnance à se soumettre à son mari, répugnance qu'elle n'aurait pas ressentie si elle n'avait pas offensé Dieu.


------------


170. IIa IIæ, Quaest. CIV, art. 1.
171. Hebr., XIII, 17.
172. IIa-IIæ, Quaest. CII, art. r, ad 2um
173. III, 16.
174. IIa-IIæ, Quaest. CLXIV, art. 2, ad Ium


A suivre... Marie, devenue Mère de Dieu, ne fut plus tenue, en droit, d'obéir à saint Joseph
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Sam 08 Mai 2021, 8:13 am

Marie, devenue Mère de Dieu, ne fut plus tenue, en droit, d'obéir à saint Joseph

Du moment que la Vierge Marie fui élevée à l'incomparable dignité de Mère de Dieu, elle devint la Reine et la Maîtresse du monde entier, de telle sorte que, n'étant tenue à obéir qu'à Dieu seul, elle partageait en raison de la divine maternité, le même droit de supériorité sur toutes les créatures, que le Verbe incarné possède lui-même. C'est pourquoi, de même que Jésus-Christ est devenu, par droit d'héritage, le roi suprême des anges et des hommes, de même aussi Marie, du moment qu'elle conçut le Verbe de Dieu, devint la Reine de l'univers, selon cette belle parole de saint bernardin de Sienne[175] :« La Mère du Seigneur de toute créature est devenue la Maîtresse (Domina) de toute créature. »

Ainsi donc, au moment où le Verbe se fit chair dans le sein de Marie, les rôles furent changés dans la sainte Famille : celle qui, jusqu'alors, avait le devoir d'obéir à saint joseph, devenait en droit son supérieur, et c'était dès lors au saint Patriarche, qu'incombait le devoir d'obéissance envers sa sainte Epouse.


------------


175. De glorioso Nomine Mariae. Serm. III


A suivre... Soumission volontaire de marie à saint Joseph
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Dim 09 Mai 2021, 7:52 am

Soumission volontaire de marie à saint Joseph

Mais, si la Vierge Mère n'était pas tenue à obéir à saint Joseph, consentit-elle à user de cette exemption ?

Non, répondons-nous. Marie, après l'Incarnation, continua, comme par le passé, à obéir à son chaste époux, de même que Jésus, Dieu et homme tout ensemble, voulut obéir à ses parents, nous donnant ainsi un exemple admirable de cette obéissance que nous devons à nos supérieurs, vertu si nécessaire et pourtant si difficile à pratiquer.

Pour être complets, nous devrions ajouter que ni la soumission de Jésus envers ses parents, ni celle de Marie envers saint Joseph n'appartenaient formellement à la vertu d'obéissance, vu la supériorité respective de l'un et de l'autre ; toutefois, les actes de soumission qu'ils ne cessaient de faire étaient revêtus du mérite que leur donne cette vertu, précisément à cause de la disposition d'esprit et de cœur où étaient Jésus et Marie, d'obéir parfaitement aux ordres reçus, si leur condition avait requis d'eux cette obéissance formelle.


A suivre... Place de saint Joseph dans la sainte Famille après l'Incarnation
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Lun 10 Mai 2021, 7:46 am

Place de saint Joseph dans la sainte Famille après l'Incarnation

D'après ce que nous venons de dire, il faut conclure à un changement radical de relations entre saint Joseph et Marie après l'Incarnation du Verbe : changement dont nous avons un exemple dans le fait de l'émancipation d'un fils par rapport à ses parents, ou d'un homme élevé au souverain pontificat par rapport aux princes de la terre : l'un et l'autre n'étant plus tenus au devoir de l'obéissance formelle.

Il n'est donc pas rigoureusement exact d'appeler saint Joseph le chef de la sainte Famille, du moins pour ce qui regarde le temps qui suivit l'Incarnation, le mot « chef » supposant une supériorité qui n'appartenait pas au saint Patriarche. Encore moins devrait-on dire de saint Joseph qu'il était sur la terre le représentant, le tenant-lieu de Dieu le Père, son ombre créée, son image vénérable. Ces expressions, que nous lisons dans quelques pieux auteurs, sont pour le moins exagérées, et il faut se garder de les employer. Le titre propre de saint Joseph est gardien de la sainte Famille, et ce titre exprime admirablement le devoir qui lui incombait de disposer, par rapport à Jésus et à Marie, des choses temporelles, de fixer l'ordre des événements journaliers. C'était donc à lui qu'il appartenait d'arranger, chaque année, les détails du voyage qu'il devait faire, avec sa sainte Epouse, à Jérusalem, au jour solennel de la Pâque.



A suivre...CHAPTRE VI - RELATIONS DE SAINT JOSEPH AVEC LE VERBE INCARNÉ
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mar 11 Mai 2021, 8:13 am

CHAPTRE VI - RELATIONS DE SAINT JOSEPH AVEC LE VERBE INCARNÉ

**
*

Dans quel sens saint Joseph peut-il être appelé le père de Jésus-Christ

Après avoir considéré les relations du saint Patriarche Joseph avec sa chaste Épouse, il convient que nous considérions celles qui le rattachent à son Fils putatif, Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Il est à peine besoin de relever l'importance du sujet que nous allons traiter. C'est du Verbe incarné que dérivent toute dignité, tout honneur et toute sainteté. C'est par lui que Marie, pour l'avoir enfanté, a été élevée au-dessus de toutes les créatures. C'est par lui également que saint Joseph, du fait d'avoir été choisi comme son père sur la terre, a atteint un tel degré de perfection et de gloire, qu'il n'est surpassé, au ciel, que par sa sainte Epouse.

Nous avons coutume d'appeler saint Joseph le père putatif ou nourricier de Jésus-Christ, et ces expressions sont à retenir. Elles ont cependant besoin d'explication, car elles ne représentent pas, d'une manière adéquate, toute la gloire du saint Patriarche. Sans avoir contribué directement à la conception du Sauveur, saint Joseph n'en est pas moins le vrai Epoux de celle qui lui a donné notre chair.

Pour qu'on puisse dire en toute vérité d'une chose, plante ou animal, qu'elle appartient de droit naturel à une personne, il suffit que cette plante, que cet animal naisse dans le domaine de cette personne. Ainsi donc, pour qu'un homme puisse revendiquer, de droit matrimonial, la paternité sur son enfant, il suffit que celui-ci soit conçu de sa légitime épouse, en dehors de tout adultère, selon ce principe du droit, que « celui-là est censé être le père d'un enfant, que le mariage indique comme tel[176] ». Ainsi donc, l'enfant divin qui, par l'opération du Saint-Esprit, fut conçu dans le sein de Marie, appartenait de droit au légitime Epoux de cette Vierge sainte, qui doit, par conséquent, être appelé le père de cet enfant dans un sens bien supérieur à celui indiqué par les mots, père putatif et père nourricier.

Saint François de Sales, dans son style si plein de charme, met en belle lumière cette vérité. « J'ai accoutumé de dire, écrit-il[177], que si une colombe... portait en son bec une datte, laquelle elle laissât tomber dans un jardin, dirait-on pas que le palmier qui en viendrait appartient à celui à qui est le jardin ? Or, si cela est ainsi, qui pourra douter que le Saint-Esprit ayant laissé tomber ceste divine datte, comme un divin colombeau, dans le jardin clos et fermé de la très sainte Vierge (jardin scellé et environné de toutes parts des hayes du saint vœu de virginité et chasteté toute immaculée), lequel appartenait au glorieux saint Joseph, comme la femme ou l'épouse à l'époux : qui doutera, dis-je, ou qui pourra dire que ce divin palmier, qui porte des fruits qui nourrissent à l'immortalité, n'appartient quant et quant à ce grand saint Joseph ?


------------


176. Ille est pater, quem nuptiae demonstrant
177. Entretien XIX.


A suivre... La paternité de saint Joseph par rapport au Verbe incarné
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Mer 12 Mai 2021, 7:42 am

La paternité de saint Joseph par rapport au Verbe incarné

D'ailleurs, c'est de la bouche même de la Mère de Dieu que nous apprenons cette vérité si consolante. Marie, en effet, n'a-t-elle pas expressément appelé saint Joseph le père de Jésus-Christ tout court ? « Voici, disait-elle[178], que votre père et moi nous vous cherchions tout affligés. » Les saints Évangélistes, Matthieu et Luc, ne se servent pas d'autres expressions, quand, selon la remarque de saint Augustin[179], « ils recensent la génération de Jésus-Christ, celui-là par voie descendante, celui-ci par voie ascendante : tous deux par Joseph. Pourquoi ? Parce qu'il était père. Pourquoi était-il père ? Parce qu'un homme est d'autant plus fermement père, qu'il est père d'une manière plus chaste ».

Deux choses, en effet, appartiennent à la notion de paternité : l'une est la production du corps de l'enfant ; l'autre, l'affection spirituelle avec laquelle les enfants sont conçus : or, ce second élément l'emporte sur le premier en stabilité. Ainsi donc, bien que Notre-Seigneur n'ait pas été conçu par l'opération de saint Joseph, cependant, comme le proclame éloquemment le même saint Augustin[180], a un fils, non un fils quelconque, mais le Fils de Dieu, est né de la Vierge Marie, à la piété et à la charité de Joseph ». Et il ajoute encore [181] : « Ce que l'Esprit Saint a opéré, il l'a opéré pour tous les deux (Marie et Joseph)... L'Esprit Saint se reposant dans la justice de chacun d'eux, a donné à tous les deux un enfant. »


------------


178. Luc., ,II, 48.
179. Serm. LI de Conc. Matth. et Luc., c. xx, n. 30.
180. ibid.
181. Ibid


A suivre... Précisions au sujet de l'expression, Père de Jésus, attribuée à saint Joseph
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Jeu 13 Mai 2021, 8:35 am

Précisions au sujet de l'expression, Père de Jésus, attribuée à saint Joseph

Le point que nous venons d'exposer est tellement important, que nous croyons utile d'y insister pour mieux préciser encore notre pensée.

D'abord, quant au titre de père putatif, il nous faut distinguer deux sens dans lesquels cette expression peut être prise : s'il s'agit d'éloigner toute idée de coopération de la part de saint Joseph dans la conception du Verbe, l'expression est juste ; mais si, en outre, on voulait entendre que saint Joseph n'eût aucun droit sur l'Enfant né de la très sainte Vierge, l'expression ne pourrait se soutenir. Saint Ambroise a une très belle parole à ce sujet[182] : « Il ne faut pas se formaliser de cette expression 183 :(Jésus) était, comme on le croyait, fils de Joseph. Il était juste qu'on le crût, parce qu'il ne l'était pas par nature ; et précisément on le croyait, parce que celle qui l'avait engendré était Marie, unie en mariage à son époux Joseph. »

Secondement, ce serait une erreur de croire que saint Joseph fût appelé le père de Jésus-Christ dans le sens où nous appelons père un homme qui adopte un enfant, car, selon la définition classique, l'adoption est l'assomption d'une personne étrangère à la qualité de fils et d'héritier[184]. Or, Jésus-Christ n'était pas un étranger pour saint Joseph, puisqu'il était né de sa légitime épouse, qu'aucun autre homme n'avait fécondée ; c'est pourquoi le Sauveur succéda aux biens de saint Joseph, non pas comme fils adoptif, mais de droit naturel. D'ailleurs, nous l'avons dit, et cela, sur l'autorité de saint Augustin[185], l'adoption était chose inconnue chez les Hébreux.

Mais faudra-t-il, pour cela, dire avec Suarez, que saint Joseph appartient intrinsèquement à l'ordre de l'union hypostatique ?

Nous avons déjà exclu cette opinion, qui ne peut se soutenir, dès qu'on considère que Joseph fut étranger à la formation du corps du Verbe incarné. Quelques auteurs, il est vrai, ont cherché à étayer cette thèse, en supposant que l'action de l'Esprit Saint dans Marie se borna à emprunter à saint Joseph une cellule germinative et à l'insérer dans le sein de la Mère de Dieu, laissant intacte sa virginité. De cette manière, disent-ils, saint Joseph aurait concouru d'une manière instrumentale à la conception du Verbe, et ceci suffirait pour le faire appartenir intrinsèquement à l'union hypostatique. Mais un tel enseignement, inconnu de toute l'antiquité, dénature le texte sacré et répugne au sens catholique. C'est pourquoi il a été justement condamné par l'Église [186]


------------


182. Exp. sec. Luc., I. III, n. 2.
183. Luc., III, 2.
184. Extraneae personnæ in filium et heredem assumptio
185. L. Il, Retract., c. VI.
186. Jos. D. Corbatò, M. C. El Immaculado saut José. Apuntos vindicatives, etc. Condamné par le Saint Office, 26 févr. 1907. Récemment un article semblable, paru dans le Divus Thomas, janvier, 1928, p. 47, a été également proscrit.


A suivre... Amour mutuel de saint Joseph et de Jésus-Christ
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

SAINT JOSEPH  Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier - Page 3 Empty Re: SAINT JOSEPH Époux de la Très Sainte Vierge - par Son Éminence Le Cardinal Lépicier

Message  Monique Hier à 8:43 am

Amour mutuel de saint Joseph et de Jésus-Christ

Notre étude sur les relations de saint Joseph avec le Sauveur nous amène à parler de l'amour intime, tout surnaturel et divin, que ces deux personnes se portèrent mutuellement. Nous le faisons en toute humilité et confusion, sachant bien que nos pauvres paroles sont inadéquates à exprimer, même dans une faible mesure, la flamme d'amour surnaturel dont étaient embrasés leurs cœurs.

Pour commencer par l'amour de saint Joseph envers le Divin Enfant, comme celui-ci lui appartenait par les droits d'un vrai mariage, il l'aimait avec toute l'affection que le plus tendre des pères peut avoir pour le meilleur des fils. Mais à cet amour, inspiré et dicté par la nature, il faut ajouter des sentiments d'affection d'un ordre supérieur, sentiments inspirés au saint Patriarche par l'Esprit Saint lui-même, qui est l'Esprit d'amour.

Ecoutons comment notre grand Bossuet rend cette profonde pensée[187] : « Mais peut-être vous demanderez où il prendra ce cœur paternel, si la nature ne le lui donne pas ? Ces inclinations naturelles peuvent-elles s'acquérir par choix, et l'art peut-il imiter ce que la nature écrit, dans les cours ? Si donc saint Joseph n'est pas père, comment aura-t-il un amour de père ? C'est ici qu'il nous faut entendre que la puissance divine agit en cette œuvre. C'est par un effet de cette puissance que saint Joseph a un cœur de père ; et si la nature ne le donne pas, Dieu lui en fait un de sa propre main... Le vrai Père de Jésus-Christ, ce Dieu qui l'engendre dans l'éternité, avant choisi le divin Joseph pour servir de père au milieu des temps à son Fils unique, a fait, en quelque sorte, couler en son sein quelque rayon ou quelque étincelle de cet amour infini qu'il a pour son Fils : c'est ce qui lui change le cœur, c'est ce qui lui donne un amour de père ; si bien que le juste Joseph, qui sent en lui-même un cœur paternel, formé tout à coup par la main de Dieu, sent aussi que Dieu lui ordonne d'user d'une autorité paternelle.

Le célèbre Père Faber, fondateur de l'Oratoire de Londres et Tertiaire Servite de Marie, a également sur ce sujet une très belle remarque[188] : « (Saint Joseph), dit-il, aimait Jésus d'un amour filial tel que, partagé entre tous les pères du monde, il les rendrait plus heureux qu'ils ne sauraient le croire. Cet amour surpassait en grandeur et en sainteté tout ce qu'il y a jamais eu d'amour paternel ; il était si prodigieux, si étendu, si varié, que toutes les paternités de la terre pourraient emprunter à la sienne sans l'épuiser. »

Enfin, n'oublions pas de mentionner les belles paroles de Léon XIII, dans la prière qu'il ordonna de réciter durant le mois d'octobre, après le chapelet de la sainte Vierge : « Par l'amour paternel dont vous avez entouré l'Enfant Jésus, nous vous en supplions, etc.[189]. »

D'un autre côté, qui pourra dire combien saint Joseph aimait Celui qui l'appelait, dans le sens profond que nous avons indiqué, son Père bien-aimé ? Jamais fils n'aima ses parents avec une tendresse plus intense, plus surnaturelle. Car c'était sur lui que se reportaient spontanément, après Marie, ses pensées les plus affectueuses, sa sollicitude la plus empressée. Et comme l'amour de Jésus était l'amour d'un Dieu qui se complaît à enrichir de ses dons l'objet de son affection, que de grâces le Verbe incarné, encore tout petit enfant, ne répandait-il pas dans le cœur du saint Patriarche !

On pourrait difficilement trouver un plus bel objet de contemplation pour les âmes spirituelles, que cet amour mutuel de Joseph et de Jésus. Profond et joyeux mystère, où l'âme chrétienne trouve une source inépuisable de consolation et de paix !


------------


187. Ier Panégyrique de S. Joseph, 2e point.
188. Bethléem, t. II, p. 247.
189. Ep. Enc. Quanquam pluries, 15 août 1889.



A suivre... Devoirs de saint Joseph envers Jésus-Christ
Monique
Monique

Nombre de messages : 10723
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum