Saint Jean Bosco

5 participants

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Sam 16 Mai 2009, 8:06 pm

Pendant les vacances de 1836, Bosco se perfectionne en grec à l'école du professeur Bini, hellénisant distingué. Durant celle de 1837, il brise son violon. Voici en quelle circonstance. A dessein il avait omis d'apporter son instrument à la fête locale de Croveglia où l'avait convié son oncle. Qu'à cela ne tienne ! On lui en présente un autre et, à force d'insister, on obtient à la fin du repas qu'il joue un morceau. Soudain, levant les yeux, qu'aperçoit-il par la fenêtre, sinon des Crovegliens et des Crovegliennes esquissant des entrechats ?

-- Comment s'écrie-t-il, indigné contre lui-même, moi qui vitupère tant contre les spectacles publics, c'est moi qui les provoque ?

Immédiatement il cesse de jouer. Rentré chez lui, il saisit son violon, lui saute dessus à pieds joints et le réduit en miettes.

Comollo, sous des dehors affables et les apparences d'une bonne santé, cache le secret de sa mort prochaine. Aux vacances de 1838, il s'en ouvre à Bosco, lui assurant qu'il ne verrait pas le récolte de l'année suivante. En partant pour Chieri, il prolonge son regard sur Cinzano, son pays natal, comme pour l'adieu. Au Séminaire, il s'adonne à ses devoirs d'état comme si rien n'était, persuadé que la prescience de sa fin imminente ne le dispense pas du travail. Il s'alite le 25 mars, en la fête de l'Annonciation ; il s'éteint le Mardi de Pâques (2 avril 1839).

Les deux amis s'étaient promis que celui des deux qui mourrait le premier reviendrait informer l'autre de son sort éternel. Conformément à ce pacte, l'âme de Comollo apparut à Bosco la nuit qui suivit la sépulture. Des bruits sinistres des lueurs de feux follets, accompagnèrent cette manifestation surnaturelle qui glaça d'effroi le dortoir réveillé en sursaut. Puis, ce fut le silence et l'éclat d'une vive lumière. Enfin, une voix retentit que plusieurs perçurent :

-- Bosco ! Bosco ! Bosco ! je suis sauvé !

En 1840, il est tonsuré, minoré, ordonné sous-diacre. En 1841, il est promu diacre (27 mars). Le 5 juin, il est consacré prêtre à Turin.

Le lendemain, dimanche de la trinité, il célèbre, assisté de Don Cafasso, sa première messe à Saint-François d'Assise. Il n'oserait pas revoir maman Marguerite sans avoir offert le saint sacrifice au sanctuaire de la Consolata. Avec quelle ferveur il remercie la Reine du clergé d'avoir inspiré à sa mère la dévotion mariale, principe et gardienne de sa propre vocation !

Le jeudi 10 juin, il chante ses prémices à Castelnuovo. Le soir il se "restitue" à sa famille. Après avoir baisé sur ses mains la trace encore embaumée des onctions chrismales, maman Marguerite lui dit gravement :

-- Te voilà prêtre ! N'oublie pas que commencer à dire la messe, c'est commencer à souffrir.

La comparaison de ce qu'il fut avec ce qu'il est s'impose à lui obsédante. Il écrit :

-- Oh ! combien admirables les voies de la Providence ! A la lettre, Dieu a ramassé par terre un pauvre enfant pour le placer à côté des princes de son peuple.

Ce songe prophétique, il le comprend mieux que jadis. Néanmoins, il n'en a déchiffré que le premier plan, derrière se dérobent d'autres perspectives splendides. Celle qui fut jusqu'ici le secours, la Maestra, il n'ignore pas son nom, c'est la Vierge Marie, l'Auxiliatrice des pauvres. C'est elle qui l'a dirigé pendant son âpre ascension vers l'autel. C'est elle, demain, qui lui dictera sa pédagogie.

Et ceci est à retenir : le plus grand pédagogue des temps modernes eut pour inspiratrice deux mères : sa mère paysanne, fidèle servante de la Madone, et la Mère de Dieu, la Maestra du songe.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mar 19 Mai 2009, 6:16 am

La première pierre

Le 3 novembre 1841 mérite de faire date dans l'histoire. Ce jour-là vit la conjonction à Turin, sous le même toit, de Don Cafasso et de Don Bosco, deux futurs saints.

Ils étaient compatriotes. Déjà, Don Cafasso avait retenu Don Bosco sur le seuil de l'Ordre franciscain ; il lui avait obtenu des subsides pour le Grand Séminaire. C'est encore lui maintenant dont l'influence l'attire et l'attache, pour trois ans à la Pension ecclésiastique de Saint-François d'Assise, cette école pratique du ministère sacerdotal d'où sort l'élite du clergé piémontais. C'est de son exemple, c'est de sa bouche que Don Bosco recueille des leçons de piété, de confiance sans bornes dans la bonté de Dieu ; c'est de lui qu'il apprend l'art surnaturel de la direction des âmes et de la prédication. Don Cafasso est aumônier des prisons. Là aussi, dans les geôles sordides, il introduit son disciple.

Celui-ci est amèrement surpris d'y rencontrer par dizaines des gaillards de douze à dix-huit ans, solides lurons à la mine éveillée, expiant des frasques précoces.

-- Quel ne fut pas mon étonnement, écrit-il, quand je m'aperçus que beaucoup d'entre eux sortaient de là avec le ferme propos de s'amender ! Cependant, ils ne tardaient guère à se faire incarcérer derechef. Pourquoi ? Parce qu'ils étaient abandonnés à eux-mêmes. Qui sait, me dis-je, si quand ils sont dehors, ces jeunes avaient un ami qui s'occupe d'eux, qui les suives et qui, aux jours chômés, les instruise dans la religion qui sait s'ils ne pourraient pas éviter la déchéance ou du moins diminuer le nombre de ceux qui réintègrent la prison ?

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  ROBERT. Mar 19 Mai 2009, 7:49 pm

Augustin a écrit:
Celui-ci est amèrement surpris d'y rencontrer par dizaines des gaillards de douze à dix-huit ans, solides lurons à la mine éveillée, expiant des frasques précoces.

-- Quel ne fut pas mon étonnement, écrit-il, quand je m'aperçus que beaucoup d'entre eux sortaient de là avec le ferme propos de s'amender ! Cependant, ils ne tardaient guère à se faire incarcérer derechef. Pourquoi ? Parce qu'ils étaient abandonnés à eux-mêmes.[/size] Qui sait, me dis-je, si quand ils sont dehors, ces jeunes avaient un ami qui s'occupe d'eux, qui les suives et qui, aux jours chômés, les instruise dans la religion qui sait s'ils ne pourraient pas éviter la déchéance ou du moins diminuer le nombre de ceux qui réintègrent la prison ?

S'il y avait un ou deux prof. de ce genre par école, que ne verrions-nous d'admirables changements ?
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 20 Mai 2009, 6:41 am

Une à une, il découvre les plaies de la capitale, le taudis, le bouge, la soupente basse, obscure, empestée, servant à la fois d'atelier, de cuisine et de dortoir à une famille entière vivant dans la plus dangereuse promiscuité ; les troupeaux d'enfants maraudeurs couchant sous les ponts, dans les terrains vagues, dans les jardins publics, dans les impasses louches, toujours à l'affût d'un vol ou d'une polissonnerie, tour à tour escarpes et mendiants ; l,affluence des apprentis-maçons, des manoeuvres portant le bard ou l'oiseau, embauchés pour la construction des quartiers neufs, frais émoulus de leur village et démunis contre les corruptions citadines.

Un jour il visite cette cour des miracles : la petite Maison de la Providence. Quel crève-coeur au spectacle de tant et tant de déchets lamentables de l'humanité ! En le reconduisant, Don Cottolengo, le père de cette cité des douleurs, lui palpe sous les coudes les manches de sa soutane et lui déclare prophétiquement :

-- Vous devriez porter une étoffe plus résistante afin que les jeunes puissent la saisir sans qu'elle s'effiloche. Un temps viendra où tant et tant de mains s'y accrocheront.

Plus Don Bosco observe de misères et plus s'enflamme son désir d'y remédier. Le libertinage mène en prison ; c'est le département de Don Cafasso ; ou bien à l'hôpital : C'est le district de Cottolengo. Reste d'instituer un préventorium contre la prison et contre l'hôpital ; ce sera son oeuvre à lui, ce sera l'Oratoire.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 20 Mai 2009, 8:34 pm

L'Oratoire tel qu'il le réalise, est sa création propre. C'est un patronage interparoissial réunissant les petits garçons qui ne connaissent pas de paroisse. Vers ces déshérités il se penche d'instinct. Ecoutez-le décrivant les prémices de son apostolat :

Mes délices étaient de catéchiser les enfants, de rester avec eux, de causer avec eux. D'instinct aussi les enfants vont à lui.

Bien vite, écrit-il des troupes de jeunes gens se mirent à me suivre par les rues et sur les places.

Il n'eut jamais de peine à les rallier ; il n'éprouva que la gêne de ne savoir en quel endroit les convoquer. Et tout ce monde aussi fruste que disposé à l'entendre, il entreprend de l'éduquer, de le transformer par beaucoup de moyens mais surtout par le moyen essentiel de la prière. C'est pourquoi il préfère, pour désigner son oeuvre, le nom d'Oratoire à celui de patronage.

Nous sommes au matin de l'Immaculée- Conception (8 décembre 1841) dans la sacristie de Saint-François d'Assise. Don Bosco revêt les parements sacerdotaux. Le sacristain, en quête d'un servant, avise un grand garçon entré en curieux et lui intime l'ordre de servir la messe. L'intrus s'excuse :

-- Je ne sais pas.

-- Bestione ! lui jette le sacristain bourru. File de là et presto !

Et de le pourchasser à coups de plumeau.

Don Bosco intervint haut et clair :

-- Pourquoi le battez-vous ?

-- Que vient-il flairer par ici, s'il ne sait pas servir ?

-- D'accord, mais vous lui avez fait mal.

-- Que vous importe à vous ?

-- Il m'importe beaucoup. Rappelez-le, c'est mon ami, J'ai à lui parler.

Le sacristain obéit. Il ramène sa victime en larmes qui appuie la main sur sa tête bossuée de meurtrissures. L,abbé le rassure, il met dans ses paroles toute la tendresse qu'il est possible d'y mettre.

-- Tu n'as pas entendu la messe ? Non ! Eh bien, assiste à la mienne. Tu viendras ensuite me trouver. Je te dirai quelque chose qui te fera plaisir.



Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Jeu 21 Mai 2009, 8:36 pm

Le dialogue reprend après la messe. Le garçon s'appelle Bartolomeo Garelli, natif d'Asti, orphelin. Ila seize ans, il est apprenti maçon, il ne sait ni lire ni écrire.

-- Sais-tu chanter ?

Cette question le déride, il s'essuie les yeux et répond :

-- Non !

-- Sais-tu siffloter ?

Cette fois, il est conquis, le rire épanouit sa figure.

-- As-tu fait ta première Communion ?

-- Pas encore.

-- T'es-tu déjà confessé ?

-- Quand j'étais petit.

-- Tu vas au catéchisme ?

-- Je n'ose pas.

-- Pourquoi ?

-- Parce que les autres, des mioches pas plus hauts que ça, ils savent déjà, tandis que moi, un pilier, je suis zéro.

-- Si je te faisais le catéchisme à part, exprès pour toi, est-ce que tu viendrais ?

-- Très volontiers.

-- Cette petite chambre te plairait-elle ?

-- Oui, pourvu qu'on ne me donne pas de coups de bâton.

-- Sois tranquille. On ne te touchera pas. Tu seras mon ami. Tu auras affaire à moi et pas au sacristain. quand veux-tu que nous commencions ?

-- A votre aise.

-- Ce soir ?

-- Oui, ce soir.

-- Et si on attaquait tout de suite ? . . .

-- Oui, subito et avec grand plaisir.

Don Bosco a conscience de la solennité de l'heure. Ce garçon inculte et seul au monde, c'est la Maestra céleste qui le lui envoie en sa fête ; elle veut qu'il soit la première pierre d'une oeuvre divine de sauvegarde. Et comme il s'agissait de consacrer les assises d'un temple, il s'agenouille, il récite ardemment un Ave. Quarante-quatre ans plus tard (8 décembre 1885), il déclarera dans une conférence aux Coopérateurs salésiens que tout le succès de ses travaux postérieurs avait jailli de cet Ave récité " avec ferveur et une intention droite ". Et il commence le catéchisme . . . par le commencement. Il enseigne à Garelli comment on se signe, il lui explique la création du monde. Il termine en lui donnant une médaille de la Madone.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Sam 23 Mai 2009, 8:42 pm

Le dimanche d'après, ils sont neuf à la leçon. Garelli a recruté six camarades, Don Cafasso en a envoyé deux. Et ainsi le nombre s'accroît dune semaine à l'autre. Quatre mois ne sont pas écoulés qu'ils sont une cinquantaine.

A quoi attribuer ce développement rapide ?

A l'attrait personnel et à la manière de Don Bosco. Les autres prêtres sans doute sont bons et affables, mais ils n'ont pas au même degré que lui, l'art de supprimer les distances, de s'abaisser pour mieux élever l'interlocuteur à leur propre niveau. pour gagner les jeunes, il faut l'empire du sentiment et non pas la férule. Ils vont inconsciemment vers qui les aime. Or, à peine ont-ils approchés Don Bosco qu'ils ont l'impression d'avoir rencontré un coeur affectueux et d'être enveloppés du climat de la confiance cordiale. Ce coeur débordant de compassion qui s'écriait devant les détenus ; Ah ! si ces jeunes avaient un ami ! ce coeur qui a pris la défense de Garelli bousculé, affirmant avec force : C,est mon ami, les jeunes le sentent battre dès le premier abord, ils éprouvent d'emblée la fascination de sa bienveillance amicale ; ils s'attachent à lui d'enthousiasme et ils répondent à ses avances en s'écriant unanimes : " C'est notre ami ! ".

En pleine rue, le sourire aux lèvres, il s'accroche aux flâneurs, s'informe s'ils ont quelque part un gîte, une occupation, entre dans les négoces, sur les chantiers, fraye avec les tailleurs de pierre, les stucateurs, les paveurs, les maçons, s'intéresse à leurs affaires. Et il ne manque pas de glisser l'invitation au catéchisme dominical.

Le catéchisme dominical ! Ce mot, dans son imprécision, cache un programme touffu d'exercices et de distractions. En premier lieu, l'assistance à la messe. don Bosco recommande la fréquentation des sacrements. Mais, par quel mystère, la confession avec lui se dépouille en partie de son caractère onéreux. Son confessionnal est assiégé dès l'aurore : ils sont quelquefois jusqu'à cinquante jeunes qui attendent leur tour, impatients de se libérer dans son sein des aveux qui leur pèsent.

Autour du catéchisme se succèdent dans un ordre variable ; jeux, chants et musique, promenade, lecture spirituelle, préparation de la leçon prochaine, distribution de cadeaux, de médailles, de comestibles, d'articles de vestiaire. Un dimanche est fixé chaque mois pour la communion générale et l'exercice de la Bonne Mort.

Lui-même en quelques lignes résume ces humbles et fructueux débuts :

En peu de temps, je me trouvai entouré de jeunes, tous dociles à mes admonitions, tous entraînés au labeur, dont je pouvais d'une certaine manière garantir la conduite, soit en semaine, soit les jours de fête. Il me suffisait d'un regard pour renvoyer tel fugueur à ses parents, tel rôdeur oisif sous le joug d'un patron, pour transformer tel gibier de chiourme en irréprochable modèle, tel gamin ignare des choses de la foi en élève soucieux d'apprendre sa religion.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  ROBERT. Dim 24 Mai 2009, 10:15 pm

.

Je lis Don Bosco et je sais que vous connaissez des profs... Ne pourriez-vous pas, avec des passages courts et choisis en distribuer aux profs que vous connaissez ? Au moins pour leur montrer comment Don Bosco s'y prenait avec les jeunes... Ils seront peut-être rébarbatifs au volet -comme on dit aujourd'hui - religion; juste essayer de dénicher des profs sérieux et qui seraient vraiment intéressés disons à la psychologie de Don Bosco. Voyant de bons résultats avec leurs élèves, ils commenceront à s'intéresser au volet religion après tout... Sait-on jamais ?
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Lun 25 Mai 2009, 9:12 pm

Parfois je parviens à leur glisser l'adresse de Te Deum et le fil de Don Bosco mais il n'y a pas de suite.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Lun 25 Mai 2009, 9:13 pm

Les migrations de l'Oratoire

Du mois de décembre 1841 au mois d'octobre 1844, Don Bosco réunit, aux jours de fête, sa tapageuse clientèle dans les sacristies de Saint-François d'Assise,. Mais les habitués de ce sanctuaire supportent mal cette invasion de gosses mal habillés et sans tenue. L'abbé n'est pas sourd ; il entend vibrer à l'adresse de ses protégés des quolibets virulents, des apostrophes méprisantes. Pour éviter ces frottements, ces chocs, il faudrait établir l'Oratoire dans des locaux indépendants. Faute d'espace, son oeuvre gêne la paroisse et mortifie les paroissiens. Les contradictions le rendent par moments perplexe sur sa vocation : il est tenté de solliciter une cure ou de partir pour les missions lointaines. Dans ce dernier but, il se met à apprendre les langues étrangères. Il ne faut rien moins que le veto formel de Don Cafasso pour rompre ses projets. C'est alors un réveil de ses aspirations monacales. Il se présente un jour, chez Don Cafasso pour prendre congé ; sa malle est bouclée ; il se rend au noviciat des Oblats de la Vierge Marie.

-- Quelle hâte ! s'écrie Don Cafasso. Allez ! déballez vos effets et continuez à vous occuper de vos jeunes. La volonté de Dieu est là, et pas ailleurs

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  ROBERT. Lun 25 Mai 2009, 10:21 pm

Augustin a écrit:Parfois je parviens à leur glisser l'adresse de Te Deum et le fil de Don Bosco mais il n'y a pas de suite.

Et si vous leur glissiez des extraits choisis et pris sur...Te Deum ? Si la chose est faisable bien entendu.. Very Happy Basketball
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mar 26 Mai 2009, 8:05 pm

J'essayerai, on ne sait jamais. À la grâce de Dieu.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mar 26 Mai 2009, 8:06 pm

Don Bosco, cependant, achève son triennat à la pension Ecclésiastique. Quel poste va lui fixer la Curée diocésaine ? Don Cafasso s'avise d'une combinaison pour le retenir à Turin. Il n'ignore pas que Don Bosco fréquente volontiers chez Don Borel, recteur et directeur spirituel du Refuge. Ce nom désigne l'ensemble des institutions de bienfaisance fondée par une Française, une descendante de Colbert, la marquise de Barolo. Don Cafasso obtient que Don Bosco devienne l'aumônier adjoint de Don Borel. Comme tel, il assurera le service de l'hôpital au quartier solitaire du Valdoco.

Quartier solitaire ? Pas pour longtemps. Don Bosco y est à peine installé que les jeunes y affluent. Le troisième dimanche d'octobre 1844, c'est une apparition effarante de têtes embroussaillées, ce sont des questions répétées :

-- Don Bosco ? Où est Don Bosco ? Où est l'Oratoire ?

Les habitants dérangés pestent contre ces importuns. Quand Don Bosco se montre, c'est un crépitement d'ovations. On l'entoure, on enfile l'escalier à sa suite ; l'interminable monôme s'engouffre dans sa chambre. On s'assied sur le lit, sur le bureau, par terre, sur les appuis de fenêtre. Dans ces positions de fortune, on ne se lasse pas de l'écouter. Pas de place pour jouer, qu'importe ! Il est là et il leur parle, cela suffit. Un peu de catéchisme, une histoire édifiante, un cantique, c'est assez pour une fois, c'est assez pour que l'on puisse dire que l'Oratoire n'est pas mort, que l'Oratoire continue.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 27 Mai 2009, 8:15 pm

Le dimanche suivant, tandis que Don Bosco explique l'Evangile aux enfants introduits dans son appartement, Don Borel du haut du palier accommode l'homélie à ceux qui, n'ayant pu entrer, encombrent le corridor et l'escalier. Bientôt de part et d'autre on suspend la leçon :

-- Maintenant allez-vous amuser dans la cour.

Ceux qui ont le bonheur d'avoisiner Don Bosco refusent de sortir. Ils prétendent, en guise de récréation, nettoyer la chambre. L'un balaye sans arroser, l'autre brandit l'époussette ; celui-ci allume le feu, celui-là l'éteint. Tout est sans dessus dessous. Les plus grands essayent de mettre de l'ordre. Au milieu du chaos, Don Bosco sourit de son beau sourire d'indulgence en disant :

-- Attention les amis ! ne démolissez rien.

Mais la marquise a le tympan délicat et elle tremble pour ses fleurs. L'hiver ne s'écoule pas sans qu'elle ait prié Don Bosco de la délivrer d'un si pétulant voisinage. En conséquence, le dimanche 25 mai 1845, l'Oratoire émigre dans la chapelle de Saint-Pierre-ès Liens.

Il n'y retournera pas une autre fois. Pour une poule couveuse effarouchée par la balle, la servante du chapelain se précipite, la coiffe en bataille, contre les joueurs et les admoneste avec la sibilante éloquence d'une femme " envipérée". Elle conclut, menaçante :

-- Si vous revenez dimanche prochain, il y aura des malheurs.

Don Bosco jette à la mégère :

-- Ma bonne dame, qui vous assure que vous serez ici dimanche prochain ?

Il rassemble son monde à l'église, fait le catéchisme, récite le rosaire et donne le signal de la dispersion. On sort. Bonté du ciel ! La servante dyscole est là qui réitère sa kyrielle d'injures :

-- Pauvrette ! soupire Don Bosco. si elle savait qu'avant dimanche prochain elle dormira sous terre !

La venimeuse femme débite au chapelain des noirceurs sur le compte des jeunes, les dénonce comme barbouillant sur les tombes des inscriptions infâmes. le chapelain trompé par elle, signifie à Don Bosco de ne plus reconduire sa " horde " en ces parages. Celui-ci profère énigmatiquement :

-- Pauvre de lui ! Sait-il seulement s'il sera vivant dimanche prochain ?

Le chapelain adresse une lettre à la municipalité pour qu'elle interdise le retour de l'Oratoire à Saint-Pierre ès Liens. Ce sera le dernier écrit de sa main. Saisi d'apoplexie, il expire le mercredi. Sa tombe n'est pas fermée que la gouvernante succombe à son tour. Ni l'un ni l'autre ne voient poindre l'aurore du dimanche 1er juin.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Jeu 28 Mai 2009, 8:36 pm

Mais la lettre du chapelain produit son effet. Ce même jour, on affiche sur le portail de Saint-Pierre ès Liens un arrêté qui prohibe les rassemblements. Et un ordre émané de la police prescrit de capturer Don Bosco, s'il revient en ce lieu avec sa troupe.

L'Oratoire en est réduit au plein air. Il se réunit dans les prés, dans les jachères. La marquise n'autorise que de courtes cérémonies à la chapelle de l'hôpital. Encore, en juillet, retire-t-elle cette permission.

Près des moulins de la Doire s'érige l'Église succursale de Saint-Martin. La municipalité en concède l'usage à Don Bosco qui y transporte son quartier général le dimanche 13 juillet. En cette circonstance, il prononce une allocution de vaillance et d'humour.

-- Les choux, dit-il, s'ils ne sont pas transplantés, ne pomment pas. A notre Oratoire, ce ne sont pas les repiquages qui auront manqué. Mais, Dieu soit béni ! à chaque transfert, c'est un nouvel accroissement.

Ce n'est pas sa dernière migration. Le secrétaire des moulins le calomnie auprès du Syndic et, par une lettre, extorque un arrêté qui oblige Don Bosco et les enfants le 1er janvier 1846. Mais la main qui rédigea le factum impudent est prise de tremblements frénétiques, de sorte que, reconnu inapte, le secrétaire menteur perd sa place. Il languit dans la misère et meurt trois ans après.

Faute d'abri, l'oratoire devient nomade (janvier 1846). D'un dimanche à l'autre, il déplace sa tente. Au printemps, il la plante dans un pré obtenu en location. C'est l'époque la plus pittoresque et la plus aventureuse.

Dès l'aube, des garçons apparaissent, débouchant dans toutes les directions. A mesure qu'ils arrivent, ils grossissent le nombre des joueurs ou des pénitents agenouillés à l'écart, attendant leur tour de se confesser. Soudain, au son d'une trompette, les joueurs se disposent autour de l'abbé qui prend la parole :

-- Mes chers jeunes, c'est l'heure de la messe. Ce matin, nous allons y assister à ... telle église. Ceux que je n'ai pas eu le temps de confesser se confesseront dimanche prochain. N'oubliez pas que chaque dimanche il y a toute facilité pour la confession.

Un coup de trompette. On se met en file, et en route. On récite le chapelet, on chante les litanies. Messe, communion, collation. Retour à la prairie où alternent jeux, prières, catéchisme, cantiques.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Lun 01 Juin 2009, 9:22 pm

A voir ce prêtre marcher dans les rues à la tête de son bataillon, les curieux sortent sur le seuil ou se penchent aux fenêtres.

-- C'est un fou ... disent les uns.

-- Non, rectifient les autres, c'est un saint.

On lui obéit sur un signe. Ils sont un jour plus de quatre cents à s'ébattre en tumulte. Don Bosco lève le bras. En un clin d'oeil, tout le monde se range en silence. un carabinier, témoin de la scène, s'exclame :

-- Ah ! si ce prêtre était un général d'armée !

Parfois, dans la campagne, quand il tombe de fatigue, les jeunes lui offrent leur épaule ou le portent en triomphe comme un imperator.

Ainsi l'Oratoire volant force les difficultés, déjoue les critiques. Cependant, les dénigreurs ne dorment pas ; ils ont persuadé jusqu'à Don Borel, le premier aumônier du Refuge, qui croit de son devoir de modérer son second :

-- Vous en avez trop. Faites un choix. N'en gardez qu'une vingtaine.

-- Ils me sont tous confiés par la Sainte Vierge. je n'en perdrai aucun.

-- Mais vous ne savez pas où les réunir.

-- Dans l'Oratoire.

-- L'Oratoire ! Où est-il ?

-- L'oratoire n'est pas une fiction ; je le vois avec son église, avec son enceinte . .

-- Où ça ?

-- En quel endroit, je ne sais pas encore, mais cela existe et cela est à nous.

Don Borel se demande sérieusement si Don Bosco ne sombre pas dans la démence. A cette affolante pensée, les larmes lui montent aux yeux et, pour ne pas trahir son émoi, le premier aumônier s'approche de son second et l'embrasse avec une tristesse infinie. En s'en allant, il pleure, convaincu qu'il faudra l'enfermer.

D'autres prêtes rendent visite à Don Bosco, tentent de le dissuader.

-- Cette oeuvre est impossible. Vous êtes dupe d'un mirage mental.

A chacun il répond :

-- On a peur de me louer un local. C'est bien ! J'en bâtirai un par le secours de Marie. Nous posséderons des édifices, écoles, dortoirs, de quoi loger autant de jeunes qu'il en viendra... Nous aurons des ateliers, nous aurons une magnifique église ...

Les visiteurs branlent la tête et, après l'entrevue, échangent leur jugement.

-- C'est un halluciné.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 03 Juin 2009, 8:33 am

La rumeur prend corps. on la chuchote dans les sacristies, on se scandalise que l'autorité n'ait pas encore pris des mesures. Don Bosco ne s'illusionne pas ; il devine ce que l'on insinue quand on emploie à son sujet le mot " D'idée fixe ". Il sait pourquoi certains de ses approbateurs de la veille évitent son abord.

On en parle en haut lieu. On augure que ce déséquilibre, n'étant qu'à sa première phase, sera guéri par une cure d'isolement. Bef, un beau jour, deux vénérables personnages frappent à la porte du second aumônier du Refuge. la conversation roule sur le futur Oratoire. Don Bosco réaffirme ses espoirs et ses projets. Ces deux dignitaires se regardent d'unregard qui veut dire :

-- Evidemment, il n'a plus sa tête.

Et de lui proposer une promenade hygiénique

-- Un peu d'air frais vous fera du bien. Nous sommes venus en voiture. Vous en profiterez.

Don Bosco accepte l'invitation.

-- Entrez le premier, lui propose-t-on.

-- Jamais ! repartit Don Bosco. je ne manquerai pas de respect à mes supérieurs. Après vous, Messieurs, après vous !

Il les laisse monter, les installent commodément et ... claque la portière en criant :

-- Fouette cocher ! A l'asile, et d'un trait ! Ne les lâche pas en route ; on les attend là-bas.

Coup de fouet, démarrage brusque dans un tourbillon de poussière . . Il paraît qu'en arrivant à l'asile nos deux graves personnages avaient perdu toute gravité.

Les gardiens, écrit Lemoyne, les prirent en douceur mais comme on en use avec les fous

Tel est pris qui croyait prendre. les rieurs sont du côté de Don Bosco. On le laisse en paix. Il n'a plus pour lui que Don Cafasso et Mgr Fransoni.

pour comble d'infortune, voici que les propriétaires du pré rompent le contrat, prétextant que sous le piétinement continu des escadrons de l'Oratoire. le sol durcit comme une chaussée, l'herbe foulée ne repousse plus. Ils toléreront ce fléau quinze jours encore, jusqu'au Rameaux (5 avril 1846), mais pas davantage.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 03 Juin 2009, 8:52 pm

Les quinze jours passent ; Don Bosco n'a pas trouvé d'autre emplacement. Oh ! ces rameaux de 1846 ! il les voit approcher avec de terribles appréhensions. Il ne lui reste en mains qu'un atout, le plus puissant, il est vrai : la prière collective des jeunes. Dès le point du jour, il est au bord du pré ; il en confesse un bon nombre, puis il annonce qu'on va partir pour Notre-Dame des Champs.

-- C'est là que vous entendrez la messe. Ce n'est pas une excursion, c'est un pèlerinage. Beaucoup communieront ; tous, vous prierez ardemment et la Madone nous obtiendra au plus tôt un nid pour les oisillons de l'Oratoire.

L'après-midi, tandis que ses quatre cents s'ébattent à l'aise, il se promène en lisière du pré. L'angoisse le tenaille. Exténué de labeurs et de veilles, incompris et tourné en dérision, réputé comme un fou, combattu par les curés qui lui reprochent de nuire au dimanche paroissial, voici que le dernier pouce de terrain dont il disposait lui échappe. jetant un regard mélancolique sur son cher troupeau, il se demande s'il peut encore quelque chose, malgré l'abandon universel dont le poids l'écrase, pour sauver ces âmes que la Maestra commit à sa garde. Il avoue dans ses Mémoires qu'à ce moment cruel il pleura. O larmes déchirantes que comprendront mieux que les autres ceux qui ont été eux-mêmes des enfants délaissés, comme l'avait été Jean Bosco, et, qui, dans la suite, ont brûlé d'adoucir pour les autres le sort qui avait été le leur ! Il va et il vient, levant les yeux au ciel, répétant :

-- O mon Dieu ! pourquoi ne m'indiquez-vous pas l'endroit où vous voulez que je rassemble ces petits ? Montrez-le moi ou bien montrez-moi ce que je dois faire.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Jeu 04 Juin 2009, 7:45 pm

A la dernière heure survient un bonhomme, un certain Pancrazio Soave qui mange ses mots et qui confond laboratoire avec oratoire :

-- Oratoire ou laboratoire, peu importe ! Mais de la place, il y en a, pour sûr, il y en a. C'est une propriété Pinardi. Venez voir.

Don Bosco ne se le fait pas redire. Il y va sur-le-champ.

Quelques instants après, il revient radieux :

-- Triomphe, mes enfants, triomphe ! Nous avons trouvé l'Oratoire . . . Regardez ! On aperçoit d'ici l'emplacement. C'est là le rendez-vous pour le dimanche de Pâques.

Fébrilement, le hangar Pinardi est converti en chapelle et, le jour de la Résurrection (12 avril 1846), Don Bosco la bénit, la consacre à saint François de sales, chante la première messe. parmi les jeunes, l'enthousiasme nouvelle a couru comme une traînèe de poudre ; ils se pressent en foule à cette inauguration sept cents environ.

La chapelle,qui ne mesure guère que seize mètres sur six, est loin de contenir toute l'assistance. Mais un bail en règle en assure l'usage à Don Bosco au prix de 320 francs par an. Elle est pauvre comme l'étable de Bethléem, mais l'allégresse du Gloria pascal y fuse retentissante, amplifiée par l'unisson de sept cents bouches enfantines.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Lun 08 Juin 2009, 8:36 pm

Le premier lit de l'hospice


Les frémissements précurseurs du Risorgimento secouent l'Italie en mal d'unité. Quelles que soient ces espérances secrètes, le roi de Piémont Charles-Albert semble ignorer, au moins jusqu'en septembre 1847, le soubresaut national qui remue le centre de la Péninsule et gagne peu à peu ses Etats. Il réprime sans pitié les mouvements mazziniens. Sa police s'offusque des moindres rassemblements, même justifiés. Il n'est pas jusqu'au groupement pacifique de Don Bosco qui n'éveille des craintes. A deux reprises, la marquis Benzo di Cavour, gouverneur de Turin, le mande et insiste pour qu'il licencie ses jeunes gens. Il le somme (30 mars 1846) de n'en réunir qu'un petit nombre, d'éviter les défilés en ville. Don Bosco, malgré les menaces, ne cède pas. Le marquis le fait filer par les gendarmes. Et l'on a le spectacle comique de gardes royales en faction autour d'un prêtre coupable de confesser des gosses et de leur commenter le Décalogue. Chaque dimanche on remarque dans l'église six agents en uniforme, postés deux à deux à trois endroits différents. Eux aussi ils écoutent le catéchisme et le sermon. Don Bosco regrettera plus tard qu'aucun peintre n'ait croqué ce tableau de genre. la race des gendarmes n'est pas la moins émotive. L'un d'eux parfois essuie une larme du revers de la main, tel autre en se mouchant se frotte aussi les yeux. Il arrive que l'un d'eux s'agenouille dans le tas et attende son tour de confession.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 10 Juin 2009, 9:24 am

Impossible d'arracher Don Bosco à ses jeunes. le marquis de Cavour s'y est vainement employé. La marquise de Barolo y réussira-t-elle ?

Entre elle et Don Bosco, le point de vue diffère : tandis qu'il considère l'aumônerie de l'hôpital comme un ministère provisoire, elle projette de le mettre à la tête d'une Société de prêtres qui assureraient l'avenir des oeuvres fondées par elle. Elle s'efforce de l'induire à prendre du repos, comptant qu'éloigné de Turin il oubliera les enfants :

-- Une cure vous est nécessaire. C'est moi qui couvre les frais. Voilà cinq mille francs.

Elle ne s'attend pas à un refus magnanime :

-- J'ai bien l'honneur de vous remercier, Madame la marquise, mais ce n'est pas pour me soigner que j'ai choisi le sacerdoce.

Un jour, elle lui pose un ultimatum :

-- Ou vous laisserez votre Oratoire, ou vous quitterez mon hôpital.

Don Bosco ne balance pas une minute. Il est convenu que d'ici trois mois il sera déchargé de l'aumônerie.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 10 Juin 2009, 8:11 pm

Les trois mois expirent. Don Bosco tombe d'épuisement ; une bronchite aiguë le terrasse. Maman Marguerite et son frère Joseph accourent à son chevet. Les jeunes guettent sa porte pour entrer de surprise, pour le voir, ne fût-ce qu'un instant. ils sont tellement certains d'être aimés, chacun en particulier, que chacun a le droit de dire :

-- S'il savait que c'est moi, il me ferait ouvrir.

C'est le plébiscite général de l'amour et de la douleur. Et c'est la prière coupée de sanglots, la prière bouleversante d'une légion d'enfants qui tremblent d'être orphelins.

Le malade n'implore pas la guérison. Que lui importe ? Pourvu que la volonté de Dieu s'accomplisse !

Un samedi (juillet 1846), le docteur pronostique :

Il ne passera pas la nuit.

Don Borel essaye d'obtenir que le moribond sorte de sa bienheureuse indifférence. Il le conjure, au nom de tant de fils gémissants et priants, de demander la santé, non pour lui, mais pour eux. Ce généreux motif décide le malade :

-- Oui, Seigneur, murmure-t-il, si c'est votre bon plaisir, guérissez-moi !

Le lendemain, il est hors de danger.

Quinze jours après, par une limpide soirée dominicale, une multitude stationne devant l'aumônerie de l'hôpital. Soudain, à l'apparition, sur le seuil, de Don Bosco appuyé sur une canne, un tonnerre d'applaudissements se déchaîne. On l'enlève sur un fauteuil. C'est un délire de jubilation où les pleurs se mêlent aux vivats. On le porte ainsi jusqu'à la chapelle du hangar Pinardi où, devant l'ostensoir exposé, montent les notes vibrantes d'un Te Deum triomphal.



Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Lun 15 Juin 2009, 8:57 pm

Après trois mois de convalescence au pays natal, il reprend le travail. puisque désormais l'aumônerie de l'hôpital lui est fermée, il s'installe dans la maison Pinardi. Sa mère consent à l'y suivre ; elle tiendra le ménage, et par sa présence écartera les soupçons, car les deux habitations d'en face sont mal famées.

Quatre chambres, dont deux vides et deux à peine garnies, composent leur palais. Maman Marguerite ne s'en effraye pas et, constatant qu'il y a peu de meubles, elle lance gaiement :

-- Il n'y aura pas à frotter du matin au soir comme aux Becchi.

Pauvre comme la crèche, leur nouvelle résidence attire néanmoins toutes les détresses. Il faut n'ayant rien, distribuer vivres, chaussures, nippes. Maman marguerite dilate son coeur et traite comme siens les enfants assistés par son fils. Elle vend quelques lopins de terre et jusqu'à ses bijoux nuptiaux, son alliance, ses boucles d'oreilles, ses colliers. Elle taille une chasuble dans sa robe de noces. Sa chaîne d'or sert à payer galons et franges pour ornements sacrés. Elle avouera un jour que, malgré ses cinquante-huit ans, il lui en coûta beaucoup de sacrifier ses parures.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  Arthur Mer 17 Juin 2009, 5:59 am

Libre de ses mouvements, Don Bosco réalise les projets consistants, discrédités jusqu'ici comme utopies par les faux prudents. Il développe l'Oratoire ou patronage populaire moderne, qui fonctionne en semaine comme le dimanche, comportant l'école du soir, des leçons d'instruction religieuse, de plain-chant, de musique vocale et instrumentale.

Il crée un hospice ou pension gratuite pour les abandonnés. C'est toujours l'occasion chez lui, qui aiguillonne l'initiative. Voici les débuts pittoresques de cette création :

Par un soir d'avril 1847, tandis qu'entre chien et loup il traverse un carrefour désert, il tombe sur une poignée de goussepains qui, feignant de ne pas le voir, simulent entre eux une conversation pleine d'injures contre les curés. Don Bosco marche droit sur eux, les amadoue par ses manières franches, ne dédaigne pas de leur payer une tournée à l'auberge et, comme il se fait tard, les invite à regagner leur domicile.

-- Moi, dit l'un, je n'ai pas de chez moi.

-- Moi non plus, disent simultanément plusieurs autres.

-- Et où couchez-vous ?

-- Où l'on peut . . .

-- Voici ce que nous allons faire. Ceux qui n'ont pas de chez eux n'ont qu'à venir avec moi.

Ils sont à le suivre une douzaine qui se grossit en chemin de six autres noctambules. Ils arrivent ensemble à la maison Pinardi. Don Bosco récite avec eux le Pater et l'Ave. Puis, par une échelle, il les mène au fenil, il distribue draps et couvertures et leur souhaite le bonsoir.

Le lendemain, de bonne heure, il grimpe là-haut pour les réveiller. Trop tard ! ils ont délogé à la cloche des bois, emportant draps et couvertures.

Cette fâcheuse expérience ne l'empêche pas de recommencer. Un matin, ses hôtes chipeurs lui emportent jusqu'à la paille pour la vendre.

Arthur

Nombre de messages : 1597
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Saint Jean Bosco - Page 2 Empty Re: Saint Jean Bosco

Message  ROBERT. Mer 17 Juin 2009, 12:57 pm

Arthur a écrit: Libre de ses mouvements, Don Bosco réalise les projets consistants, discrédités jusqu'ici comme utopies par les faux prudents. Il développe l'Oratoire ou patronage populaire moderne, qui fonctionne en semaine comme le dimanche, comportant l'école du soir, des leçons d'instruction religieuse, de plain-chant, de musique vocale et instrumentale.

Il crée un hospice ou pension gratuite pour les abandonnés. C'est toujours l'occasion chez lui, qui aiguillonne l'initiative. Voici les débuts pittoresques de cette création :

Par un soir d'avril 1847, tandis qu'entre chien et loup il traverse un carrefour désert, il tombe sur une poignée de goussepains qui, feignant de ne pas le voir, simulent entre eux une conversation pleine d'injures contre les curés. Don Bosco marche droit sur eux, les amadoue par ses manières franches, ne dédaigne pas de leur payer une tournée à l'auberge et, comme il se fait tard, les invite à regagner leur domicile.

-- Moi, dit l'un, je n'ai pas de chez moi.

-- Moi non plus, disent simultanément plusieurs autres.

-- Et où couchez-vous ?

-- Où l'on peut . . .

-- Voici ce que nous allons faire. Ceux qui n'ont pas de chez eux n'ont qu'à venir avec moi.

Ils sont à le suivre une douzaine qui se grossit en chemin de six autres noctambules. Ils arrivent ensemble à la maison Pinardi. Don Bosco récite avec eux le Pater et l'Ave. Puis, par une échelle, il les mène au fenil, il distribue draps et couvertures et leur souhaite le bonsoir.

Le lendemain, de bonne heure, il grimpe là-haut pour les réveiller. Trop tard ! ils ont délogé à la cloche des bois, emportant draps et couvertures.

Cette fâcheuse expérience ne l'empêche pas de recommencer. Un matin, ses hôtes chipeurs lui emportent jusqu'à la paille pour la vendre.

Cet épisode illustre très bien l'état physique lamentable et surtout l'état spirituel pitoyable dans lequel se trouvent les jeunes de son temps..
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum