Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française

2 participants

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Aller en bas

Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française - Page 7 Empty Re: Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française

Message  Monique Mar 29 Sep 2020, 9:26 am

Cependant la population, dans l'ensemble, ne montrait aucune haine contre les prêtres, dont la bonté inépuisable avait conquit bien des cœurs, en même temps que leurs soins, leurs médicaments en avaient fait la Providence des malades. De jeunes chrétiens faisaient même du commerce pour aider les Pères à vivre; les mois passèrent ainsi...

Le grand lama de Karmda attendait son heure. Ses envoyés au Dalai-Lama n'étaient pas revenus; peut-être étaient-il mort en route, d'une tempête ou d'un coup de fusil de brigand. Il décida alors de profiter des circonstances et d'agir seul. Ou plutôt, pour ne pas se souiller les mains de sang, fût-il européen, il s'aboucha avec un chef de bandits, nommé Tchrachi, fort connu dans la contrée pour ses innombrables méfaits. A la tête d'une troupe d'hommes sans aveux, il rançonnait les caravanes, attaquait les villages, pillait impunément; personne ne pouvait l'arrêter dans ses entreprises.

L'officier chinois qui commandait le petit poste de Weisi en savait quelque chose : parce qu'il avait tenté de s'opposer au bandit, celui-ci avait enlevait son fils et l'avait tué. Ces mœurs, dignes des pires temps du haut Moyen Age, étaient favorisées par l'anarchie totale ou se trouvait le pays, dont nul ne pouvait dire s'il était encore sous contrôle chinois, ou sous domination japonaise, à moins que ce fussent les communistes qui y fissent la loi.


A suivre...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11241
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française - Page 7 Empty Re: Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française

Message  Monique Mer 30 Sep 2020, 9:36 am

Le grand ennemi du lama de Karmda était le P. Nussbaum, dont la seule présence au Thibet interdit lui paraissait une offense. D'ailleurs, il était plus facile à atteindre, les autres prêtres étant plus nombreux, moins isolés. cependant, même le missionnaire d'Yerkalo n'était pas si commode à faire disparaître : l'attaquer dans le bourg, même, c'était risquer la bagarre avec les chrétiens du lieu. Le seul moyen était de le guetter, pendant un des voyages  nombreux qu'il faisait, de-ci de-là, souvent fort loin, pour rendre visite à un de ses confrères ou porter la parole de Dieu à quelques groupes de baptisés.

Au début de septembre 1941, le P. Nussbaum, alla faire une retraite à Tsechung, ou se trouvait son Supérieur, le P. Goré et son ami le P. Lovey, laissant le chanoine Tornay à la garde de la mission de Yerkalo. A l'aller, un petit incident bien produit : des brigands l'avaient entouré, mais il s'en était tiré avec un pourboire : ce n'étaient pas les hommes du terrible Tchrachi.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11241
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française - Page 7 Empty Re: Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française

Message  Monique Jeu 01 Oct 2020, 7:52 am

Mais le retour fut pire... Le Père ramenait avec lui une petite caravane, composée d'un garçon et de trois jeunes filles thibétaines catholiques qui avaient accepté d'aller à Yerkalo enseigner le catéchisme. Deux étages faites sans encombre, le Père et les siens arrivaient à Nipou, petit village avant la grande montée du col. Tout de suite, il se rendit compte que le danger planait. Les habitants refusèrent d'héberger les chrétiens; les lamas rencontrés sur la route jetaient des regards haineux et provocants.

Dépassant le village, allait gravir les pentes quand une femme avertit le Père missionnaire qu'au défilé Tchrachi se tenait à l'affût. Il fallait revenir à Napou , sans pouvoir s'abriter dans une maison, toutes étant barricadées,. Obligé de camper sur la place et soudain... Le bandit et les siens! Menaces, discussions violentes; une première fois on transige et au lieu de 300 piastres réclamées le Père accepte de livrer des paquets de thé, deux couvertures, trente piastres. Peut-on repartir ? Malgré les larmes des trois jeunes filles terrorisées, on repartit en effet, à la grâce de Dieu, et, tout étonnés, les chrétiens arrivèrent à Pamé.

Ils pouvaient se croire sauvés. Il y avait là une installation missionnaire, solide, fortifié, ou l'on aurait repos et nourriture. La nuit étant tiède, le garçon et les jeunes filles s'endormirent sur les terrassasses; Le P. Nussbaum rentra dans sa chambre pour achever la lecture de son bréviaire. Soudain, sur la terrasse, six hommes armés surgissent. Réveillés en sursaut, le garçon et les jeunes filles n'ont pas le temps de crier; sous la menace des fusils. Ils se lèvent et se laissent lier les mains derrière le dos. Au bruit de l'agression, le P. Nussbaum saute à terre : à ce moment la porte de sa chambre s'effondre sous la poussée des bandits. Un instant après le missionnaire était lui attaché à une colonne, les mains dans le dos, tandis que les bandits se ruaient dans la maison, pillaient tout, buvaient et mangeaient. L'heure attendue avait sonné pour le Père, l'heure du martyre.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11241
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française - Page 7 Empty Re: Les Aventuriers de DIEU - DANIEL-ROPS de l'académie française

Message  Monique Ven 02 Oct 2020, 9:06 am

L'heure attendue avait sonné pour le Père, l'heure du martyre. Mais on la lui fit attendre encore.. En silence, dans la nuit, sans que la population terrorisée même les chrétiens ose intervenir, les bandits emmenèrent leurs prisonniers, toujours liés. Le Père est sans souliers; ses chaussures vite déchirées sur les cailloux, ses pieds se mettent à saigner. Ou l'emmènent-on?

Ce sentier qui descend vers l'eau, vers un moulin abandonné? Il ne se fait aucune illusion et sait que Dieu seul l'attend. Titubant, douloureux, il marche en priant, ses yeux se levant de temps en temps vers les étoiles. Tout à coup, sans un mot, au moment ou le sentier suivi arrivait au-dessus du ravin, le bandit qui surveillait le Père, le canon de fusil braqué dans son dos, tira. Un seul coup suffit; la balle entra dans l'omoplate, traversa le coeur.

L'un après l'autre, les bandits vinrent considérer le corps du prêtre chrétien. Puis ils rendirent la liberté aux quatre autres captifs : ce n'était qu'au Père qu'ils en voulaient. Ils disparurent. Dans l'aube, le tapage diabolique des gongs et des cloches à la lamasserie de Karmda, criait victoire,  tandis qu'un groupe de chrétiens de Pamé venait relever la sainte dépouille. L'Eglise comptait un martyr de plus; au palmarès des Aventuriers de Dieu, un nouveau nom venait de s'inscrire, un nom de héros.


Fin
Monique
Monique

Nombre de messages : 11241
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum