La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 01 Oct 2020, 8:28 am

CONCLUSION


Au début de 1970, c'est-à-dire quelques mois après sa lettre à Paul VI 17, le cardinal Ottaviani écrivait à un religieux français : "J'ai été très heureux de lire le discours du Saint-Père sur les questions du nouvel Ordo Missae, et surtout pour ses éclaircissements doctrinaux contenus dans les discours des audiences publiques du 19 au 26 novembre 18; après quoi je crois que personne ne peut être scandalisé publiquement. En outre, un travail de catéchèse prudent et intelligent devrait être effectué afin d'éliminer certaines perplexités légitimes que le texte pourrait soulever".


Le "vieux carabinier", comme il se nomme lui-même - faisant allusion au trésor de la foi dont il est le gardien - a donc accepté la nouvelle messe. Mais cela ne signifie pas qu'il ne s'intéresse pas à sa lettre au Pape. Pour lui, le danger réside dans le fait que le nouvel ordo missae "s'écarte de manière impressionnante, dans son ensemble et dans ses détails, de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu'elle a été formulée lors de la vingtième session du Concile de Trente, qui, en fixant définitivement les canons du rite, dresse une barrière insurmontable à toute hérésie qui pourrait affecter l'intégrité du mystère".


En supprimant la "barrière", l'hérésie sera-t-elle brisée ? La "tâche prudente et intelligente de la catéchèse", menée sur le modèle des discours du Pape du 19 au 26 novembre 1969, suffira-t-elle à éliminer les "perplexités légitimes que le texte peut soulever", et à maintenir "l'intégrité du mystère" ?


L'avenir nous le dira.


Il est raisonnable de penser que les extravagances et les déviations que nous avons signalées seront progressivement absorbées dans la discipline du rite officiel et que celui-ci sera poursuivi conformément à la foi traditionnelle rappelée par le Pape et par les corrections introduites dans l'édition définitive de l'Institutio generalis. 19 L'Église est solide. Les oscillations produites par le choc qu'elle a reçu de la guerre par l'intermédiaire du Conseil seront atténuées et la messe se poursuivra, inchangée dans sa substance, avec de légères modifications dans sa liturgie.


C'est possible, mais ce n'est pas sûr. On pourrait même dire que d'un point de vue humain, c'est peu probable, pour les raisons suivantes :

1. Lorsqu'une idée inspire un texte soigneusement élaboré, elle finit toujours par être imposée. L'intention de l'auteur assure la cohérence interne du texte et conduit, en fin de compte, au résultat souhaité. Nous connaissons maintenant l'intention des auteurs de la nouvelle messe. Ils l'ont eux-mêmes exprimé dans l'Institutio generalis qui, ne l'oublions pas, est la présentation, "l'exposition des motifs" de l'ordo missae. Si l'Institutio a dû être profondément rectifiée au moyen de corrections importantes dans les articles les plus importants, c'est parce que sa doctrine était, pour le moins, erronée. Ils voulaient avoir une messe "œcuménique", acceptable pour les protestants, et ils ont donné une définition de la messe qui correspondait davantage au souper luthérien.


La "présentation" a été modifiée, mais le "texte" de la messe est resté tel quel. Cela signifie que si elle peut admettre un sens catholique, elle peut aussi admettre un sens protestant.


C'était l'avertissement du cardinal Ottaviani, qui - notons le - dans sa lettre n'incriminait pas l'Institutio generalis mais l'ordo missae lui-même.


Si, par conséquent, il est possible pour la foi catholique d'intégrer la nouvelle messe, il est logique que le contraire se produise, c'est-à-dire que l'œcuménisme à prédominance luthérienne qui inspire la nouvelle messe absorbe la foi catholique.



17 Voir chapitre I, IV : "La lettre des cardinaux Ottaviani et Bacci".
18 Voir chapitre I, V : "Les deux discours de Paul VI en novembre 1969".
19 Voir chapitre II : "Article 7 de l'Institutio Generalis".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mar 13 Oct 2020, 6:57 am


2. Cette conséquence logique est d'autant plus plausible que la réforme liturgique n'est pas présentée comme un développement mais comme une rupture et un nouveau point de départ. À l'exception des discours papaux et de certains documents romains, l'accent n'est pas mis sur la continuité mais sur le changement. Ainsi, les prêtres et les fidèles sont amenés à considérer la nouvelle messe comme une messe qui rejette le contenu dogmatique de la tradition.


Le désir exprimé de "retour aux sources" s'ajoute à cet égard au désir d'"œcuménisme". Même s'il est louable de valoriser les notions de parole, d'assemblée et de participation, qui sont des notions traditionnelles que le temps n'a que légèrement brouillées et que Dom Guéranger, Pie X et Pie XII avaient déjà honorablement revendiquées, l'inflation qu'ils ont subie et le climat subjectiviste qui les a entourés les déforment complètement.


Le Curé d'Ars a dit : "Notre Seigneur, qui est la vérité même, ne prête pas moins d'attention à sa Parole qu'à son Corps. Je ne sais pas s'il est pire d'avoir des distractions pendant la messe que pendant l'instruction ; je ne vois pas la différence. Pendant la messe, on se laisse perdre dans les mérites de la passion et de la mort de Notre-Seigneur, et pendant l'instruction, on se laisse perdre dans sa parole, qui est elle-même". Nous pouvons voir qu'au milieu du XIXe siècle, la tradition était parfaitement préservée et s'inscrivait dans le cadre de la messe traditionnelle. La Parole de Dieu et le Corps du Christ sont allés ensemble. Le rite modifié risque d'affecter les deux, simplement parce qu'il est reçu comme une nouveauté destinée à être réconciliée avec le protestantisme.

Si l'intention des innovateurs était seulement de ramener des éléments traditionnels, nous ne voyons pas pourquoi ils devraient donner à leur réforme un coup de crayon.


Au Conseil de Trente, il y a eu un long débat sur la messe. Il n'y a rien de surprenant dans ce qui a été résolu et voté. Mais cette fois, tout s'est fait dans le secret des bureaux.


Lors du synode de 1967, les grandes lignes de la nouvelle messe ont été présentées aux évêques sous le nom de "messe normative". Il a été reçu assez froidement. Il y avait 78 placet contre 62 placet juxta modum (oui, sous réserve) et 49 non placet. Cela n'a pas empêché la poursuite des travaux en faveur de ces derniers. Qui peut croire que la nouvelle messe aurait été acceptée si elle avait été soumise à l'approbation des évêques du monde entier ? Mais l'approbation des experts protestants, qui ont été admis au Concile de la liturgie, a suscité davantage d'inquiétudes.

Quant à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (anciennement Saint-Office), elle n'a jamais été consultée, sans quoi la lettre du cardinal Ottaviani n'aurait aucune explication.


Tout cela, dira-t-on, n'empêche pas que la nouvelle messe soit adoptée partout et que les fidèles s'y adaptent très bien. Il est vrai - à l'exception d'un malaise général qui est in crescendo - mais notre observation ne se réfère pas à l'acceptation ou au rejet de la nouvelle messe, mais au fait qu'elle est acceptée comme une nouveauté et que, par conséquent, c'est à une nouvelle foi et non à la foi traditionnelle qu'elle tend à se nourrir.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 21 Oct 2020, 8:11 am


3. Cependant, ce qui rend extrêmement fragile l'espoir de voir le nouveau rite de la messe fixé à la fin - ou fixé pour une longue période - est que, selon l'opinion unanime, la liturgie est devenue évolutive.

Mais n'était-ce plus le cas ? Non, ce n'est pas le cas : il obéit à la loi du développement, mais pas à celle de l'évolution. Ce n'est pas une nuance entre deux notions proches : c'est une différence totale. L'enfant qui devient un homme obéit à la loi du développement. Un singe qui devient un homme (si cela peut arriver) obéit à la loi de l'évolution.

La messe, des origines à nos jours, a été "développée", bien qu'en vérité elle ait été presque fixée depuis le 5e siècle. Les changements qu'elle a subis sont présentés par Paul VI comme des manifestations du développement, mais les novices proclament qu'ils sont un phénomène d'évolution, annonçant de nouveaux changements.

En d'autres termes, ce qui est né n'est pas pour les novices la même messe, l'expression de la même foi ; c'est une nouvelle messe, l'expression d'une nouvelle foi, une extension de l'ancienne, sans doute, mais dans une transposition dialectique qui ne permet pas de préjuger de l'avenir.

A l'heure où, dans le monde de la science, la notion d'évolution n'est plus conservée que comme cadre de travail et de raisonnement, sans qu'aucun sage ne se risque à en définir le contenu, voire le sens, cette notion se répand dans les milieux religieux comme le seul dogme dans lequel les vérités de la foi sont résumées.

A l'origine de ce changement, il y a Teilhard de Chardin. Bien qu'il soit passé de mode, il n'a pas cessé de nous léguer ses croyances.

Qu'a dit Teilhard ?

"Essentiellement, je considère (...) que l'Eglise (comme toute réalité vivante, après un certain temps) atteint une période de "mutisme" ou de "réforme nécessaire". Après deux mille ans, c'est inévitable. L'humanité est en voie de devenir muette. Comment le christianisme ne pourrait-il pas l'être aussi ? Plus précisément, je considère que la Réforme en question (beaucoup plus profonde que celle du XVIe siècle) n'est plus une simple question d'institution et de coutumes mais de Foi (...)

"Une forme de religion encore inconnue (...) est en train de germer dans le coeur de l'Homme moderne, dans le sillon ouvert par l'idée d'Evolution."

Mais alors, pourquoi adhérer au christianisme ? Pourquoi s'intéresser à la messe ?

Car, disait-il, "...dans le tronc romain, considéré dans sa totalité, je ne vois que le support biologique suffisamment vaste et différencié pour opérer et soutenir la transformation attendue (...)".

"Notre Christianisme est l'axe sur lequel se développe la Religion du futur".

Ces idées véhiculées de façon plus ou moins confuse par les médias obsèdent l'esprit du clergé et des laïcs.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 29 Oct 2020, 8:36 am


La question se pose alors : si l'œcuménisme, l'évolution, le progrès, ont éliminé la messe de saint Pie V, comment peut-on penser que la messe de Paul VI pourra leur résister ?

Le clergé des paroisses a longtemps constitué un bastion contre l'anarchie. Mais les paroisses sont en train de disparaître, pour faire place à des "unités pastorales", animées par des "équipes" dans lesquelles la hiérarchie a été abolie. Naturellement, ce sont les révolutionnaires qui mènent le jeu.

Alors que les vocations s'épuisent et que les séminaires qui restent sont des noyaux de désordre et de subversion, toutes les structures des Églises sont ébranlées.

D'où la multiplication de ces petits groupes dans lesquels les laïcs "concélèbrent" avec le prêtre, en attendant de concélébrer seuls, sous la présidence d'un élu.

Où est la messe dans tout ça ? Ce n'est pas un nouvel ordo missae qui remplace l'ancien. C'est une " messe " perpétuellement nouvelle, diversifiée à l'infini, qui remplace la messe, dans un devenir sans limite.

C'est pourquoi nous disons qu'il est peu probable qu'une catéchèse "prudente et intelligente" puisse arrêter ce processus de désintégration. Et puis, ce ne sont pas les mêmes catéchistes qui accélèrent le mouvement ? Et qui, alors, catéchisera les catéchistes ? Quand on lit les circulaires de la Commission nationale française de liturgie, on peut juger sans illusion de leur religion. Et le "Nouveau Catéchisme" est en parfaite harmonie avec la "Nouvelle Messe".

C'est pourquoi nous pensons qu'il est heureux qu'un certain nombre de prêtres continuent à célébrer la messe de Saint Pie V. En donnant ce témoignage de leur adhésion au rite de protection des vérités de la Foi proclamé par le Concile de Trente, Vatican II et Paul VI, ils préservent l'occasion d'une rectification qui, même si elle n'a pas lieu demain, aura encore lieu un jour ou l'autre.

Si l'on regarde le cœur du problème, il n'y a pas de débat entre l'ancienne messe et la nouvelle messe. Il n'y a que le problème de la messe elle-même. Il y a toujours la lex orandi, la lex credendi. La loi de la prière forme un tout avec la loi de la foi. A telle foi, telle messe. Lorsque la croyance dans la transsubstantiation, dans le sacerdoce ministériel, dans le sacrifice eucharistique, est affaiblie, la Messe s'effondre. Et de même, lorsque la messe devient nourriture fraternelle, exaltation communautaire et improvisation prophétique, les vérités de la foi qu'elle incarne s'effacent.


Post scriptum 1975. La lettre du cardinal Ottaviani mentionnée à la page 177 a été analysée par Jean Madiran, qui a montré à quel point son authenticité était mise en doute (Itinéraires, n° 242, avril 1970).


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 07 Nov 2020, 9:09 am

EN QUOI LA NOUVELLE MESSE SE TROMPE

Itinéraires. Avril 1975.


Au début de 1975, le cardinal Marty a invité Mgr Ducaud-Bourget à signer avec lui la déclaration suivante :

"4. Nous affirmons que la réforme liturgique (réforme du missel romain, prières eucharistiques, nouveau rituel, etc.) présidée et promulguée par le pape Paul VI, est fidèle à la foi de l'Église catholique romaine. Nous reconnaissons au Pape le droit de légiférer sur les questions liturgiques. Tous les textes écrits et publiés sous l'autorité du Saint-Père ne sont en aucun cas "équivoques ou proches de l'hérésie".

Quelle est la raison de cette attitude du cardinal Marty ? Parce que l'évêque Ducaud-Bourget dit la messe traditionnelle (de St. Pie V).

La déclaration est un amalgame de différentes propositions, dont seule la dernière présente un intérêt :

''Tous les textes écrits et publiés sous l'autorité du Saint-Père ne sont en aucun cas "équivoques ou proches de l'hérésie".

Qui - Mgr Ducaud-Bourget ou un autre - pourrait signer une telle déclaration ? 20

Tout d'abord, puisqu'il s'agissait de la messe, il aurait été plus simple et plus franc d'inviter Mgr Ducaud-Bourget à signer une déclaration disant, par exemple : "Le nouvel Ordo Missae n'est pas du tout équivoque et proche de l'hérésie.'' Car déclarer que "tous les textes" écrits ou publiés sous l'autorité d'un pape ne sont pas du tout équivoques ou proches de l'hérésie, serait absurde. Personne n'a lu "tous les textes" écrits et publiés sous l'autorité d'un pape. Par conséquent, personne ne pourrait jurer qu'un texte écrit ou publié sous l'autorité d'un pape n'est pas du tout équivoque ou proche de l'hérésie. De même, il faudrait distinguer entre l'intention du pape et la formulation du texte. On peut admettre qu'un texte écrit ou publié sous l'autorité d'un pape n'est pas, par son intention, équivoque ou proche de l'hérésie, et qu'il l'est objectivement. On pourrait citer mille exemples à cet égard, mais je vais en donner un que tous ceux qui ont suivi les travaux de Vatican II ont à l'esprit : celui de la Constitution conciliaire sur l'Église, Lumen Gentium. Le chapitre III de cette Constitution, consacré à la hiérarchie de l'Église et de l'épiscopat, parle du collège épiscopal et de son chef en termes apparemment très clairs. Paul VI ne l'a pas jugé équivoque et était déterminé à le publier, malgré certaines oppositions. Cependant, certains théologiens lui ont présenté un document qui révélait l'usage que certains "collégialistes" entendaient en faire sur la base d'une interprétation subtile. Le pape aurait pleuré et fait ajouter une note explicative à la Constitution pour empêcher la manœuvre. Un objectif erroné et une intention malavisée sont donc deux choses bien différentes.


Il est concevable que Mgr Ducaud-Bourget ait refusé de souscrire à la déclaration très générale qui lui a été présentée. Mais si cette déclaration avait été précise et avait expressément envisagé la nouvelle messe, il aurait eu encore plus de raisons de refuser de la signer, car la nouvelle messe est à la fois objectivement erronée et trompeuse dans l'intention de ses auteurs, comme le révèle incontestablement l'examen de la question.Tout le monde en est bien conscient, mais nous n'avons pas jugé inutile de regrouper ici les documents qui ne sont pas toujours disponibles ensemble.


20 Il est inutile de souligner le style étrange de la phrase en question. Trois reformulations seraient possibles :
- "Les textes écrits et publiés", etc.
- "Tous les textes écrits et publiés... sont clairs et orthodoxes.''
- ''Aucun des textes écrits et publiés ... n'est en aucune façon équivoque ou proche de l'hérésie.''


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Ven 20 Nov 2020, 7:22 am

1. INSTITUTION GÉNÉRALE


Le nouvel Ordo Missae est précédé d'une Institution générale (Institutio generalis) qui, une fois son texte connu, a provoqué un scandale général. En fait, cette " Institution générale " a présenté la nouvelle messe en des termes si équivoques et si proches de l'hérésie qu'il est possible de se demander si, parfois, ils n'étaient pas réellement hérétiques.


Quoi qu'il en soit, Paul VI, face à l'avalanche de protestations, fait corriger les articles les plus équivoques pour donner à la messe elle-même une intention catholique.


Comme ces choses ont déjà été oubliées, je pense qu'il est utile de rappeler ici, en présentant sur une double colonne, le texte primitif (celui des auteurs de l'Ordo Missae, qui figure dans l'édition typique de l'Ordo) et le texte corrigé des principaux articles qui ont été jugés plus équivoques (texte qui figure devant le nouveau Missale Romanum).


Les mots soulignés sont ceux qui ont été modifiés ou ajoutés.

La traduction latine est celle du Centre national de la pastorale liturgique 21.

TEXTE PRIMITIF

Art. 7 - La Cène dominicaine est une synaxis sacrée dans sa congrégation populaire de In unum convenientis, sacerdote praeside, ad memoriale Domini celebrandum. Quare de sanctae Ecclesiae locali congregatione eminenter valet promissio Christi : "Ubi sunt duo vel tres congregati in nomine meo, ibi sum in medio eorum", (Mt 18,20).

(La Cène, c'est-à-dire la Messe, est une synaxis sacrée, c'est-à-dire le rassemblement du peuple de Dieu, sous la présidence du prêtre, pour célébrer le mémorial du Seigneur. Ainsi, le rassemblement de l'Église locale accomplit éminemment la promesse du Christ : "Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux" (Mt 18, 20).


TEXTE CORRIGÉ

Art. 7 - Dans la Missa seu Cena dominicus populus Dei in unum convocatur, sacerdote praeside personamque Christi gerente, ad memoriale Domini seu sacrificium eucharisticum celebrandum. Quare de huiusmodi sanctae Ecclesiane coadunatione locali eminenter valet promissio Cristi : "Ubi sunt duo vel vel congregati in nomine meo, ibi sum in medio eorum" (Mt 18, 20). In Missae enim celebratione, in qua sacrificium Crucis perpetuatur, Christus realiter praesens adest in ipso coetu in suo nomine congregato, in persona ministri, in verbo suo, et quidem substantialiter et continenter sub speciebus eucharistis.

(Lors de la messe ou de la Cène, le peuple est convoqué et réuni, sous la présidence du prêtre qui représente la personne du Christ, pour célébrer le mémorial du Seigneur, ou sacrifice eucharistique. Ce rassemblement local de la Sainte Église accomplit donc éminemment la promesse du Christ : "Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux" (Mt. 18, 20). En effet, dans la célébration de la Messe où se perpétue le sacrifice de la Croix, le Christ est vraiment présent dans l'assemblée même réunie en son nom, en la personne du ministre, dans sa parole et aussi, mais de façon substantielle et continue, sous les espèces eucharistiques).



TEXTE PRIMITIF

Article 48 - Cena novissima, au cours duquel le Christus menioriale suae mortis et resurrectionis instituit, in Ecclesia continue praesens efficitur cum sacerdos. Christum Dominum repraesentans, idem perficit quod ipse Dominus egit atque discipulis in sui memoriam faciendum tradidit, sacrificium et convivium paschale instituens.

La dernière Cène, au cours de laquelle le Christ a institué le mémorial de sa mort et de sa résurrection, est constamment présente dans l'Église lorsque le prêtre, qui représente le Christ Seigneur, fait la même chose que le Seigneur lui-même et qu'il a confié à ses disciples pour qu'ils le fassent en mémoire de lui, instituant ainsi le sacrifice et le banquet pascal. En effet, le Christ, etc....).


TEXTE CORRIGÉ

In Cena novissima, Christus sacrificium et convivium paschale instituit, quo sacrificium crucis in Ecclesia continue praesens efficitur, cum sacerdos, Christum Dominum repraesentans, idem perficit quod ipse Dominus egit atque discipulis in sui memoriam faciendum tradidit. Christus enim etc...

(Lors de la dernière Cène, le Christ a institué le sacrifice et le banquet pascal par lequel le sacrifice de la croix est rendu présent sans cesse dans l'Église lorsque le prêtre, qui représente le Christ, fait la même chose que le Seigneur et qu'il a confié à ses disciples de faire en mémoire de lui. En effet, le Christ...).


TEXTE PRIMITIF

Art. 55. - d) Narratio institutionis: qua verbis et actionibus Christi representatur cena illa novissima, in qua ipse Christus Dominus sacramentum Passionis et Resurrectionis suae instituit, cum Apostolis suum Corpus et Sanguinem sub speciebus panis et vini manducandum et bibendum dedit, iisque mandatum relquit idef mysterium perpetuandi (...)

d) L'histoire de l'Institution : par les paroles et les actes du Christ, la dernière Cène est représentée dans laquelle le Christ Seigneur lui-même a institué le sacrement de sa passion et de sa résurrection, lorsqu'il a donné à ses Apôtres, sous les espèces du pain et du vin, son corps et son sang à manger et à boire, et leur a laissé le commandement de perpétuer ce mystère).


TEXTE CORRIGÉ

Art. 55. - d) Narratio institutionis et consecratio : verbis et actionibus Christi Sacrificium peragitur, quod ipse Christus in Cena novissima instituit, cura suum Corpus et Sanguinem sub speciebus panis et vini obtulit, Apostolisque manducandum et bibendum dedit et iis mandatum relquit idem mysterium perpetuandi (...)

d) Le récit de l'institution et de la consécration : par les paroles et les actes du Christ, le sacrifice que le Christ lui-même a institué lors de la dernière Cène se réalise lorsqu'il a offert son corps et son sang sous les espèces du pain et du vin, les a donnés à ses apôtres à manger et à boire, et leur a laissé le commandement de perpétuer ce mystère)



TEXTE PRIMITIF

Cum celebratio eucharistica convivium paschale sit, expedit ut, iuxta mandatum Domini, Corpus et Sanguis eius ut cibus spiritualis accipiantur (...) a) Oratio dominica : In ea panis cotidianus petitur, qui christianis praecipue in Corpore Christi datur, atque purificatio a peccatis imploratur, ita ut sancta revera sanctis dentur (...)

(Comme la célébration de l'Eucharistie est le banquet de Pâques, il convient que, selon le commandement du Seigneur, son corps et son sang soient reçus comme nourriture spirituelle...). a) Prière du dimanche : dans cette prière, on demande le pain quotidien, qui est donné aux chrétiens principalement dans le corps du Christ, et on implore la purification des péchés, afin que les choses saintes soient vraiment données aux saints...


TEXTE CORRIGÉ

Cum celebratio eucharistica convivium paschale sit, expedit ut, iuxta mandatum ,Domini, Corpus et Sanguis eius a fídelibus rite dispositis ut cibus spiritualis accipiantur (... a) Prière dominicaine : In ea panis cotidianus petitur, quo christianis etiam Panis eucharisticus innuitur, atque purificatio a peccatis imploratur, ita ut sancta revera sanctis dentur (...)

(La célébration de l'Eucharistie étant le banquet de Pâques, il convient que, selon le commandement du Seigneur, son corps et son sang soient reçus par les fidèles, bien préparés, comme nourriture spirituelle (...). a) Prière du dimanche : dans cette prière, on demande le pain quotidien, ce qui rappelle aussi aux chrétiens le pain eucharistique et implore la purification des péchés afin que les choses saintes soient vraiment données aux saints (...).


TEXTE PRIMITIF

Art. 60 - Etiam presbyter celebrans coetui congregato in persona Christi praest, eius orationi praesidet, illi nuntium salutis proclamat, populum sibi sociat in offering sacrificio per Christum in Spiritu Sancto Deo Patri, et cum fratribus suis panem vitae aeternae participat (...)

(Même si c'est un simple prêtre qui fait la célèbre, il est à la tête de l'assemblée comme s'il prenait la place du Christ, il dirige la prière, il annonce le message du salut ou il s'associe au peuple en offrant le sacrifice à Dieu le Père par le Christ dans l'Esprit-Saint, et il partage avec ses frères le pain de la vie éternelle (...)


TEXTE CORRIGÉ

Art. 60 - Etiam presbyter, qui in societate fidelium sacra Ordinis potestate pollet sacrificium in persona Christi offerendi, exinde coetui congregato praest, eius orationi praesidet, illi nutium salutis proclamat, populum sibi sociat in offering sacrifice per Christum in Spiritu Sancto Deo Patri, fratribus suis panem vitae aeternae dat, ipsumque, cum illis participaat (...)

(Même si c'est un simple prêtre qui célèbre, celui qui, dans la société des fidèles, a le pouvoir d'ordonner l'offrande du sacrifice à la place du Christ, est à la tête de l'assemblée, adresse sa prière, lui annonce le message du salut, s'associe au peuple en offrant le sacrifice à Dieu le Père par le Christ dans l'Esprit-Saint, donne à ses frères le pain de la vie éternelle et le partage avec eux (...)


Les autres modifications, bien que nombreuses, ont moins à voir avec notre thème. C'est pourquoi je les laisse de côté. Notons cependant qu'à l'article 80, qui énumère les objets à préparer pour la célébration de la Messe, le texte corrigé mentionne la plaque de communion (patina pro communione fidelium), qui n'était pas mentionnée dans le texte original. Il s'agit d'une indication de la manière dont la communion doit être donnée, indication renforcée par l'article 117, dans laquelle l'utilisation de la plaquette de communion (tenens patinara sub ore), qui ne figure pas dans le texte original, fait l'objet d'une clarification dans le texte corrigé. De même, l'article 283, qui traite du pain eucharistique, détermine dans sa version corrigée que celui-ci doit non seulement être azyme mais aussi "fait selon la forme traditionnelle" (forma tradita confectus), afin d'éviter les abus déjà connus.


Outre les corrections introduites dans l'Institutio generalis, notons que le numéro de juin 1970 des Notitiae, qui traite de ce sujet, signale également des modifications minimes dans l'Ordo Missae, parmi lesquelles "Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous, dit-on, en se tournant vers le peuple" (D.C., 2-16, août 1970, p. 716). La signification de cette indication n'est pas entendue si la messe est dite face au peuple.


Ils me diront : si l'Institutio generalis a été corrigée, n'est-elle plus équivoque ? En plus de l'être plus ou moins, même à l'article 7, il ne faut pas oublier que c'est la formulation originale qui a servi d'introduction au nouvel Ordo Missae, qui n'a pas été modifié.


Les auteurs de l'Institutio generalis sont les auteurs de l'Ordo Missae. Dans l'Institutio generalis, ils nous disent ce qu'est le nouvel Ordo. Ils modifient le rite traditionnel pour le rendre acceptable aux yeux des protestants. C'est un rite œcuménique. Cela explique leur définition à l'article 7, qui s'applique au dîner protestant encore plus qu'à la messe catholique.


Tout cela constitue une preuve. De même, dans le prologue des "Instructions officielles sur les nouveaux rites de la messe", présentées par le C.N.P.L. (Edition du Centurion, 1969), Pierre Jounel, du Conseil liturgique, écrit : "En l'absence de[i] l'Ordo Missae, il a été jugé indispensable de faire connaître rapidement la Présentation générale du Missel romain [l'Institutio generalis], qui en fournit le commentaire et justifie ses choix".


La présentation générale traduite est celle de l'editio typica, c'est-à-dire le texte original des auteurs de l'Ordo Missae. Lorsque Pierre Jounel nous dit que cette Présentation "commente" et "justifie les options" de l'Ordo Missae, il s'exprime mal puisque la Présentation n'est pas, à proprement parler, un "commentaire" et ne "justifie" pas les options ; mais on comprend encore très bien ce que Jounel veut dire, à savoir que la Présentation révèle clairement les options théologiques qui ont présidé à l'établissement du nouveau rite et que, à cet égard, elle est comme son commentaire. Le premier article 7 est le phare qui éclaire la Présentation générale et le nouveau rite. Ce rite est expressément équivoque, puisqu'il peut être accepté comme catholique par les catholiques et comme protestant par les protestants. Sans nier les définitions et les déterminations du Conseil de Trente, il leur passe la gomme.

21 Nous donnons ici la version de cette traduction du latin au français. (N. du T.)


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 02 Déc 2020, 8:59 am

II. LE NOVUS ORDO MISSAE


Les auteurs du nouvel Ordo Missae ont voulu faire un rituel trompeur. Mais ont-ils réussi ?
Un rite n'est pas une déclaration doctrinale. La notion d'équivoque est donc peut-être difficile à lui attribuer.


Sans doute, mais il existe un lien étroit entre la loi de la prière et la loi de la foi. Lex orandi, lex credendi. Maintenant, un examen attentif du nouvel Ordo montre clairement ce qui ne va pas avec lui.

Pour ce point, je me réfère à l'étude publiée dans le n° 122 (1969) de La Pensée Catholique par "Un
groupe de théologiens", et au "Bref examen critique de la nouvelle messe", publié en supplément du n° 141 (mars 1970) par Itinéraires. Ce "bref examen" a été présenté à Paul VI par le cardinal Ottaviani et Bacci dans une lettre qui dit : "...le nouvel Ordo Missae, si l'on considère les nouveaux éléments, susceptible d'appréciations très diverses, qu'il semble y avoir implicitement ou non, il s'éloigne de façon impressionnante, dans son ensemble et dans les détails, de la théologie catholique de la Sainte Messe telle qu'elle a été formulée lors de la XXe session du Concile de Trente, qui, en fixant définitivement les "canons" du rite, s'est opposé à une barrière insurmontable à toute hérésie pouvant affecter l'intégrité du mystère".


Si ce rite n'est pas équivoque, qu'est-ce qui le sera ?


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 14 Déc 2020, 8:27 am

III. LE CÔTÉ PROTESTANT


Si quelqu'un pouvait encore douter que le nouvel Ordo Missae soit équivoque - en même temps peut-être catholique pour les catholiques et peut-être protestant pour les protestants -, les convaincra des déclarations des protestants eux-mêmes.


Je rappellerai certains textes que j'ai déjà eu l'occasion de citer.

-Dans La Croix, le 30 mai 1969, Max Thurian, de la communauté de Taizé, écrivait que la nouvelle L'Ordo Missae "est un exemple de ce souci fécond d'unité ouverte et de fidélité dynamique, pour la vraie catholicité : un de ses fruits sera peut-être que les communautés non catholiques pourront célébrer la Sainte Communion avec les mêmes prières que l'Église catholique. Théologiquement, c'est possible.'' Mais ce n'était pas avec le rite traditionnel.


-Des extraits d'une lettre adressée à l'évêque peuvent être lus dans Le Monde du 22 novembre 1969 de Strasbourg par M. Siegvalt, professeur de dogme à la faculté protestante de cette ville. Il affirme que "il n'y a rien dans la messe désormais renouvelée qui puisse vraiment déranger le chrétien évangélique".


-Dans La Croix du 10 décembre 1969, Jean Guitton reproduit une observation qu'il a lue dans un des plus importants magazines protestants : "Les nouvelles prières eucharistiques ont éliminé la fausse perspective d'un sacrifice offert à Dieu."


-Dans le numéro de janvier 1974 de L'Eglise en Alsace, publication mensuelle de l'office diocésain
vous pouvez lire un document très intéressant provenant du Conseil supérieur de la Confession d'Augsbourg et de Lorraine, dite "évangélique", ou église protestante (datée du 8 décembre de 1973). Le document est publié dans son intégralité. Je me limiterai aux extraits suivants :


"Étant donné les formes actuelles de la célébration de l'Eucharistie dans l'Église catholique et en raison de la convergences théologiques présentent, de nombreux obstacles qui auraient pu empêcher un protestant participer à leur célébration eucharistique semblent être en voie de disparition. Aujourd'hui, il devrait être possible pour un protestant de reconnaître dans la célébration catholique de l'Eucharistie le repas institué par le Seigneur (...)

"...Nous sommes liés par l'utilisation des nouvelles prières eucharistiques dans lesquelles nous nous trouvons et qu'ils ont l'avantage de nuancer la théologie du sacrifice que nous avions l'habitude d'attribuer au catholicisme. Ces prières nous invitent à redécouvrir une théologie évangélique du sacrifice (...)".



Ces textes, auxquels on pourrait en ajouter beaucoup d'autres, sont parfaitement clairs. Ils établissent, sans lieu de discussion, le caractère équivoque de la Nouvelle Messe.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Dim 24 Jan 2021, 9:52 am

IV. AU NOM DE "L'ÉGLISE DE FRANCE".


Tout ce qui vient d'être dit fait référence au nouvel Ordo Missae dans son édition latine officielle.

En français, le malentendu est, si je puis dire, encore plus évident dans le sens où les traductions, les modifications et les "adaptations" font de la nouvelle messe un rite toujours plus éloigné du Novus Ordo Missae lui-même. A quoi il faut ajouter que l'intention des responsables de l'Eglise de France - faut-il parler des évêques ou des offices - est claire : la nouvelle messe met une grande distance de la doctrine du Conseil de Trente.


Le nouveau Missel dominical proclame calmement que la Messe "n'est qu'une simple commémoration du seul sacrifice déjà fait", au mépris du canon du Concile de Trente, qui déclare : "Si quelqu'un dit que le sacrifice de la Messe n'est qu'une simple commémoration du sacrifice fait sur la Croix (...), qu'il soit anathème". (XXXIla. Session, can. 3).


Le Nouveau Missel du Dimanche énonce ainsi une proposition purement hérétique.


S'agit-il d'un oubli ? Ce serait très étrange, car les auteurs sont des "experts" chevronnés et la formule est trop érudite pour être écrite par n'importe qui. La formule est trop érudite pour venir de la plume de n'importe qui. De même, un oubli est corrigé. Or, la profession de foi hérétique dans le Missel du Nouveau Dimanche, qui se trouve dans l'édition 1969-1970, à la page 332, est très étrange, car les auteurs sont des "experts" chevronnés et la formule est trop érudite pour sortir de la plume d'une personne ordinaire. L'édition de 1970, à la page 332, est reprise, sans changement, dans l'édition de 1973, à la page 383. Est-il nécessaire de d'ajouter que le Nouveau Missel du dimanche comporte l'obstat Nihil et l'Imprimatur (N.O. de L. Mougeot e1. par René Boudon, évêque de Mende, en 1972 comme en 1969) ? Ainsi, l'hérésie est officiellement inculquée officiellement à des centaines de milliers de catholiques qui utilisent le nouveau missel du dimanche.



Peut-on dire que cet enseignement officiel est corrigé par celui des évêques qui se souviendraient dans leurs mandats et le dogme du Sacrifice Eucharistique et de la Présence réelle, dans le plein sens donné par le Concile de Trente. Le Conseil de Trente donne à ces expressions ? Si un tel enseignement a pu être donné par tel ou tel évêque, il ne peut être qu'exceptionnelle et nous n'en avons aucun souvenir. Dans l'ensemble, l'épiscopat français ne dit rien sur la véritable nature du Saint Sacrifice de la Messe, entretenant ainsi le malentendu, ou protégeant l'hérésie, pour des raisons sur lesquelles nous ne souhaitons pas enquêter ici.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Dim 14 Fév 2021, 8:46 am

V. SUR LA PARTIE DE L'HISTOIRE


L'histoire nous éclaire sur ce qui se passe aujourd'hui dans l'Église. On pourrait citer Luther, Calvin, Zwingli, Cranmer, pour montrer que nous sommes à nouveau confrontés à l'aventure de la Réforme, et que l'Église catholique elle-même connaît la même évolution que les différentes branches qui a donné naissance aux "églises" incluses dans la dénomination de "protestantisme".

Les citations qui pourraient être faites pour rappeler le travail des "réformateurs" seraient trop nombreuses et nécessiteraient trop de notes explicatives pour que nous puissions le faire ici.

Il suffit de dire que la nouvelle messe est, liturgiquement, la cène "évangélique", avec son caractère de repas, sa langue populaire, sa table, sa célébration face au peuple, sa communion dans la main ou sous les deux espèces et, en mots et et, dans les mots et les rites, le flou de la représentation du Sacrifice, de la Présence réelle et du sacerdoce ministériel.

Hérésie ? Non, puisque le pape maintient la doctrine de la messe. Mais équivoque, oui, sans doute, puisque l'action liturgique peut conduire et conduit effectivement un certain nombre de clercs et de laïcs à considérer que la messe a changé et qu'ils trouvent la vraie messe dans ce qui n'est rien d'autre que son altération ou sa modification.


CONCLUSION


La conclusion émerge d'elle-même. Signez une déclaration comme celle que le cardinal Marty a proposé
Mgr Ducaud-Bourget souscrirait à un mensonge.

Mais, me diront-ils, le cardinal Marty a demandé à Mgr Ducaud-Bourget de le signer avec lui. Parce que le cardinal
Marty le signe à deux mains.

Que répondre, mais que c'est l'affaire du cardinal et que c'est une affaire entre lui et sa conscience?

La question de savoir si la nouvelle messe est "proche de l'hérésie" est une question que je laisse aux théologiens. Mais nier que la nouvelle messe est équivoque, c'est nier l'évidence.

Nous ne voyons pas quel intérêt il y a à nier la preuve.

Y aurait-il plutôt intérêt à avoir une messe équivoque, une liturgie équivoque, une doctrine équivoque? C'est certainement ce que pensent nos réformateurs modernes. Alors aussi pensé le semi-ariens il y a quinze cents ans. L'Église était sur le point de chavirer. Mais ils étaient Athanase et Hilario qui, presque seule, la persécuta, la sauva. Et ce ne sont pas Arius, ceux que l'Église a canonisés.



Louis Salleron


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 06 Mar 2021, 8:24 am

POURQUOI LA NOUVELLE MESSE FAVORISE L'HÉRÉSIE.
Itinéraires. Mai 1975.


La nouvelle messe est équivoque. Par ce seul fait, elle favorise l'hérésie, puisqu'elle est en accord avec la doctrine tant protestante que catholique. La doctrine protestante aussi bien que la doctrine catholique. Il n'est pas nécessaire d'être théologien pour s'en rendre compte : Il suffit d'aborder les textes de la doctrine catholique de ceux qui présentent la nouvelle messe. La différence, presque l'opposition, est évidente.


1. DOCTRINE CATHOLIQUE

Jusqu'à l'introduction du Nouveau Catéchisme, tous les catholiques savaient ce qu'était la messe, car ils l'avaient apprise dans le Catéchisme.  

Leurs connaissances étaient peut-être limitées, mais elles étaient exactes. La liturgie l'a confirmé tout au long de leur vie. Ils savaient que la messe était le "saint sacrifice". Ils savaient que dans l'élévation, le pain et le vin devenaient le corps et le sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ils savaient que seuls les prêtres pouvaient dire la messe et consacrer le pain et le vin.


Le caractère sacré du sacrement eucharistique, du sacrifice de la messe et du sacerdoce était autant pour eux que pour les non-croyants, leur esprit autant que, d'autre part, aux incroyants, et ils ne confondaient pas la communion avec un quelconque repas. Le sacrilège, quelle que soit la manière dont il se manifeste, est une attaque contre le mystère eucharistique.

Ainsi, la foi catholique était professée ou reconnue par les uns et par les autres, en vertu d'un enseignement traditionnel incontesté et d'une pratique qui était une pratique liturgique qui a été unanimement respectée.


Quelles étaient les sources de cet enseignement et de cette liturgie ?

Tout d'abord, la tradition immémoriale, qui pourrait se résumer à l'admirable formule de saint Augustin :
Semel immolatus est in semetipso Christus ; el tamen quotidie immolatur in sacramento (cité par St. Thomas, S. T. III, 83, 1, sed c.). "Un jour, le Christ a été immolé dans sa propre personne ; et pourtant, chaque jour, il est immolé dans le sacrement".

Puis le Conseil de Trente, qui, face au protestantisme, avait rappelé et défini avec précision la doctrine de l'Église sur l'Eucharistie (à sa XIIIe session, 1551) et sur le sacrifice de la Messe (à sa XXIIe session, 1562).

Cette doctrine se retrouve, sans modification, dans divers textes de Vatican II, notamment dans la Constitution dogmatique Lumen Gentium et dans le décret Presbyterorum ordinis.

Paul VI l'a encore clairement formulé dans son encyclique Mysterium fidei (3 septembre 1965)dans sa "profession de foi" du 30 juin 1968, dans laquelle nous lisons : "Nous croyons que la Messe célébrée par le prêtre en représentation de la personne du Christ en vertu de la puissance reçue par le sacrement de l'Ordre et offerte par lui au nom du Christ et des membres de son Corps Mystique est le sacrifice du Calvaire rendu sacramentellement présent sur nos autels. Nous croyons que, tout comme le pain et le vin consacrés par le Seigneur lors de la Cène ont été changés en son corps et son sang qui devaient être offerts pour nous sur la Croix, de même le pain et le vin consacrés par le prêtre sont changés en corps et sang du Christ glorieux qui est au ciel, et nous croyons que la présence mystérieuse du Seigneur sous ce qui continue à apparaître à nos sens de la même manière qu'auparavant, est une présence véritable, réelle et substantielle.

D'autre part, si nous voulons situer l'Eucharistie et la Messe dans l'ensemble de la liturgie, nous avons un exposé doctrinal d'une valeur incomparable dans l'encyclique de Pie XII sur la "sainte liturgie" : Mediator Dei du 20 novembre 1947.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 22 Mar 2021, 9:17 am

II. LA DOCTRINE DE LA NOUVELLE MESSE


La doctrine de la nouvelle messe est implicite dans l'Ordo Missae. Des théologiens avisés comme les cardinaux Ottaviani et Bacci n'ont pas eu de mal à voir qu'il s'écarte " de manière frappante " de la doctrine de Trente. Les catholiques de base, ceux qui ne connaissent rien d'autre que le catéchisme, pourraient peut-être en douter ; mais ils ont de nombreux éclaircissements dans l'Institutio generalis, dont certaines formules étaient si clairement protestantes qu'elles ont dû être corrigées pour les rendre compatibles avec la doctrine catholique. Une comparaison du texte original avec le texte corrigé ne laisse aucun doute sur l'intention de ses rédacteurs.


Cependant, nous disposons d'un document encore plus probant, si cela est possible, que l'Institutio generalis : un livret intitulé "La célébration de la messe", dont le but est indiqué par un petit sous-titre, "Pour mieux comprendre et bien réaliser la réforme", et par un autre sous-titre, un peu plus important : "Orientations pastorales - Suggestions pratiques".


Il s'agit d'un document officiel. Le livret a été édité par les "Centres nationaux de pastorale liturgique des pays de langue française". Il porte l'imprimatur suivant : "Pour la Commission épiscopale francophone : - Imprimatur - Mende, 14 octobre 1969 - René Boudon - Evêque de Mende - Président de la Commission".


"La célébration de la messe" est destinée aux prêtres. Il s'agit essentiellement du commentaire théorique et pratique de l'Institutio generalis, une sorte d'abécédaire qui permet au prêtre de se situer dans le nouveau rite et d'en faire usage dans l'esprit qui est le sien.


(La version de l'Institutio generalis qui est utilisée est la version primitive, celle-là même qui a dû être corrigée pour la rendre un peu plus catholique. Nous aimerions savoir si "La célébration de la messe" a été remplacée par une autre brochure lors de la correction de l'Institutio generalis. C'est peu probable. En tout cas, la première version a permis aux novateurs d'exprimer librement leurs idées. Ils étaient mieux à même de saisir l'esprit de la réforme dans la mesure où ils en étaient les principaux auteurs).


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 11 Sep 2021, 7:40 am


La première page nous avertit d'emblée que, dans le cadre de la réforme qui entre en vigueur, il s'agit
pour mieux comprendre :
―— "non seulement la façon dont la célébration est présentée,
―—mais aussi quelle préparation est requise de notre part pour être fructueux ;
―—enfin, et surtout, quels sont les objectifs à atteindre par la réforme des rites "22.
rites "22

Ces objectifs sont au nombre de quatre : Rassembler le peuple de Dieu ; 2. promouvoir une célébration commune ; 3. permettre une rencontre authentique avec Jésus-Christ aujourd'hui ; 4. placer la messe au cœur de la mission de l'Église.
La première page nous avertit d'emblée que, dans le cadre de la réforme qui entre en vigueur, il s'agit
pour mieux comprendre :
―— "non seulement la façon dont la célébration est présentée,
―—mais aussi quelle préparation est requise de notre part pour être fructueux ;
―—enfin, et surtout, quels sont les objectifs à atteindre par la réforme des rites "22.
rites "22

Ces objectifs sont au nombre de quatre : Rassembler le peuple de Dieu ; 2. promouvoir une célébration commune ; 3. permettre une rencontre authentique avec Jésus-Christ aujourd'hui ; 4. placer la messe au cœur de la mission de l'Église.


Les objectifs sont détaillés sur deux pages. En eux, nous chercherons en vain le plus petit mot, la plus petite idée qui rappelle le sacrifice de la messe.


Dans la dernière édition, ou dans l'une des dernières éditions (1947) du petit "catéchisme à l'usage des diocèses de France", on lit, dans le chapitre sur la messe, la question suivante : "Pourquoi le sacrifice de la messe est-il offert à Dieu ?" et la réponse : "Le sacrifice de la messe est offert à Dieu pour l'adorer, le remercier, demander son pardon et obtenir ses grâces". Cela appartient à la préhistoire. Il n'est plus question de rassemblement, de communauté et de célébration, ce qui fait disparaître à la fois la véritable nature de la messe et son sens et sa finalité.


Nous aimerions citer l'intégralité de ces deux pages consacrées aux "objectifs à atteindre". Le style correspond au contenu. Voici quelques exemples :

"Donnez aux rites toute leur force :
―—d'expression : ils visent à faire comprendre le plan et l'action de Dieu, et la réponse des membres de l'assemblée ;
―—de communion : leur but est de réaliser une communion entre Dieu et son peuple en Jésus-Christ....
―—pour faire de toute la célébration une action dynamique :
---

―—qui nous permet d'expérimenter le mouvement spirituel de la messe auquel les rites veulent nous initier : la célébration est un mouvement, une marche dynamique avec ses temps forts et ses temps secondaires, sa progression, des formes de participation différentes et complémentaires. Ce n'est pas tant une question de lenteur ou de rapidité que de rythme dans le développement de la messe ; les dialogues y jouent un rôle important. ... "etc.

Tout le reste est de même nature et régi par la même pensée.

22. Ici et dans les citations suivantes, le soulignement est le nôtre. (N. d'A.)


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 18 Sep 2021, 8:54 am

Après les objectifs à atteindre : PRÉPARER LA CÉLÉBRATION. Il s'agit de "constituer l'assemblée de célébration".

1) Tout d'abord : "préparer le peuple", à savoir "l'assemblée", "le prêtre célébrant", "les ministres", "le service de chant".

L'ensemble vient à l'avant, comme il se doit dans un "montage de célébration".

Le prêtre "célébrant" (même lui) ne cesse pas d'être "au devant de l'assemblée". L'article 60, non rectifié, de l'Institutio generalis est reproduit de manière claire et simple. Mais le pamphlet nous y renvoie sans cesse. Nous citons :

Le premier objectif du prêtre est donc de connaître le peuple dont il doit présider la prière..... "...Il doit se placer face à ces personnes concrètes.... "...Il est membre du Peuple de Dieu : la fonction particulière qui lui correspond en son sein le met d'abord au service de ce peuple et de sa prière....... "etc.

Après l'assemblée et le prêtre "célébrant" (et surtout "présidant") : les "ministres" qui, avec le prêtre, sont "au service de la célébration".

"Un effort pastoral à long terme, mais commencé dès maintenant, visera à ce que la communauté trouve en son sein les ministres dont elle a besoin pour célébrer comme il se doit".

Enfin, le "service du chant". Les ministres qui y participent sont également " au service de l'assemblée, dont ils sont membres à part entière " ( ?). Notons que dans les cinq sections qui font référence au "service du chant", les mots "chant grégorien" n'apparaissent nulle part et rien ne vient les rappeler.

2) De même que pour "préparer la célébration" il faut "préparer le peuple", il faut aussi "préparer les textes" afin de "favoriser le dialogue entre Dieu et son peuple".


"De quoi s'agit-il ?"


Le livret lui-même pose la question et répond : " Célébrer l'Eucharistie, c'est toujours actualiser, dans l'action de grâce, la totalité du mystère du salut, dans sa richesse de contenu et d'efficacité ".

Nous verrons plus loin que, dans la célébration, " le premier mouvement du prêtre est de saluer l'autel, centre de l'action de grâce... " (p. 60).  

Nous pensons au troisième canon du Concile de Trente sur le saint sacrifice de la Messe : "Si quelqu'un dit que le sacrifice de la Messe n'est qu'un sacrifice de louange et d'action de grâce (...), qu'il soit anathème".

Puisqu'il s'agit de "préparer les textes", la question se pose : "Quelle messe célébrer ?"

La brochure nous indique ensuite les "principes généraux" qui doivent régir la réponse. Examinons-la in extenso :

"Toute messe est à la fois : "—célébration en communion avec l'Église universelle, qui déploie les richesses du mystère du salut selon le cycle liturgique et les anniversaires des saints ; "—célébration d'un peuple particulier, avec ses préoccupations et ses besoins ; "Elle doit donc tenir compte de ces deux données complémentaires. "Mais leur importance relative varie selon les circonstances : "—la mémoire ordinaire d'un saint est moins importante que la célébration de Pâques ; "—l'existence d'une communauté de personnes est parfois liée à des événements graves dont l'urgence est évidente" (p. 12).
Vous y trouverez donc le saint sacrifice de la messe !"
En somme, il s'agit de redonner à une communauté les éléments dont elle a besoin pour construire sa prière et célébrer l'Eucharistie en Église " (p. 19).


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Ven 24 Sep 2021, 6:43 am

3) Il ne suffit pas de préparer les personnes et les textes : il faut aussi "préparer les lieux et les choses", afin de permettre "une action liturgique vraie et belle".

Pour commencer, nous sommes informés que "quel que soit le lieu - normalement une église - son aménagement  
dépend entièrement de l'assemblée de célébration..."
(p. 22).

L'ensemble de ce chapitre, qui suit l'Institutio generalis, ne nous apprend rien de particulier à son sujet. Tout ce qui est réfutable dans l'Institutio s'y retrouve, avec éventuellement des nuances supplémentaires. Par exemple, l'article 27 de l'Institutio, en parlant de la "place" du célébrant, dit qu'il doit être placé de manière à exprimer sa fonction de président de l'assemblée et de conducteur de la prière, Le livret affirme très calmement : "Le prêtre préside l'assemblée et conduit sa prière : la place qu'il occupe exprime cette fonction et lui permet de mieux la remplir. Sa place, etc.". Ce texte figure sous le titre "La place du prêtre célébrant". Cela donne l'impression que le prêtre célébrant est avant tout ou exclusivement le prêtre président et que sa place normale est le "lieu" qui "exprime cette fonction".

Le pamphlet se sent obligé de signaler, en ce qui concerne la place des fidèles, qu'il faut " constituer une assemblée dans laquelle tous sont égaux (pas de places réservées)... " (p. 24).

Cela a été compris, mais il est préférable de le préciser. On voit ainsi la rupture qui existe entre le prêtre "président", les différents "ministres", lecteurs, chanteurs, responsables de la collecte, d'une part, et la populace indifférenciée qui doit se contenter de rester sous la coupe de ceux qui sont leurs serviteurs, d'autre part. D'un point de vue sociologique, c'est un fait intéressant à considérer. Que ce soit dans une société religieuse ou laïque, chaque fois que l'égalité est proclamée haut et fort et que les dirigeants se déclarent les serviteurs des égaux, il y a la certitude qu'une minorité de technocrates exercera sa dictature sur le peuple sans pouvoir.

Nous connaissons déjà les "objectifs" à atteindre, nous savons déjà comment "préparer" la célébration ; reste maintenant l'essentiel, à savoir la CÉLÉBRATION DE LA MESSE proprement dite, avec ses différentes phases : "ouverture", "liturgie de la Parole", "liturgie de l'Eucharistie" et "rite de conclusion".

Là encore, le livret suit de si près l'Institutio generalis (dans sa première version non rectifiée) qu'il n'ajoute pas grand-chose à ce que l'on pourrait dire de l'Institutio. Simplement, le fait de lire ces textes en français et présentés clairement dans le déroulement de la messe rend d'autant plus sensible l'élimination de l'idée de sacrifice. Tout se limite à la matérialité de la répétition de la Cène sans vouloir aller plus loin.

Citons quelques textes.

Sur l'ex-offertoire, c'est-à-dire la "préparation des offrandes" : "Ce qui se passe maintenant n'est ni une offrande d'hommes ni une offrande du Christ. La véritable offrande du Christ (et de l'assemblée unie au Christ) a lieu pendant la prière eucharistique, avant que les offrandes ne soient préparées, comme le Christ (sic) l'a fait. Par conséquent, un sérieux effort pastoral (de révision des commentaires, de l'utilisation de certains cantiques) devrait être entrepris." (p. 52). D'autre part, il nous a été signalé que : " Placée entre la liturgie de la Parole et la Prière eucharistique, cette partie est une partie moins intense de la célébration : elle permet un certain répit " ( !).

Au lavabo : "La courte formule qui accompagne désormais ce geste exprime le désir de purification intérieure. Puisqu'il faut faire ce geste, il est normal d'en faire une véritable ablution, mais elle sera discrète, puisque les gens ne pourront pas la voir comme une ablution. il sera discret, puisque le peuple ne le fait pas" ( !) (p. 54).

La présentation de la Prière eucharistique et de ses différents éléments est la même que dans la première version de l'Institutio generalis. Il faut donc y mentionner " le récit de l'institution : par les paroles et les actions du Christ est représentée la dernière Cène dans laquelle le Christ Seigneur lui-même a institué le sacrement de sa passion et de sa résurrection... " (p. 56). On sait que le texte corrigé est : "narratio institutionis et consecratio : verbis et actionibus Christi sacrificium peragitur, quod ipse Christus in Cena novissima instituit...". Les éditeurs du pamphlet n'étaient pas au courant de cette correction. Il n'est pas surprenant que, quelques lignes plus tard, ils écrivent :

" La prière eucharistique possède donc un " dynamisme interne que la célébration doit exprimer et faire percevoir ".

"Dans ce dynamisme, les histoires de l'institution (notez l'expression) apparaissent unies en un tout. Dans la célébration, ils seront racontés simplement, comme des histoires, qui prennent ici un sens particulier en raison de tout leur contexte (épiclèse, anamnèse) " (p. 58).

La prière eucharistique est une prière "présidentielle" que le prêtre adresse à Dieu "comme celui qui préside l'assemblée au nom du Christ".

" Cette prière faite par le prêtre au nom de tout le peuple sacerdotal (" Nous... ") se fonde, dans la célébration, sur l'assentiment des fidèles (en vérité, comme tu le dis, c'est juste et bon...) et invoque leur adhésion de cœur et de bouche... " (p. 58).

Le prêtre prie au nom de l'assemblée, mais il est toujours au service de l'assemblée " célébrante ".

" Si le prêtre a une fonction particulière qui lui est propre, ce qu'il dit est, en réalité, au service de l'assemblée, et il doit créer une communication et encourager la prière du peuple chrétien " (p. 58)


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 02 Oct 2021, 6:50 am

En résumé: le livret sur "La célébration de la messe", qui s'inspire étroitement de la version originale de l'Institutio generalis, met en évidence de manière frappante la "doctrine" de la Réforme, à laquelle il a été
Institutio generalis, il met en évidence de manière étonnante la "doctrine" de la réforme, qui a dû être rectifiée dans les articles où elle apparaissait de manière particulièrement stridente et provocante. Cette nouvelle doctrine éclipse celle du Concile de Trente, non seulement en ne la mentionnant jamais, mais en insistant continuellement et uniquement sur le caractère communautaire de la "célébration", sur la prééminence de l'"assemblée", sur le rôle simplement "présidentiel" du prêtre, sur les aspects psychosociologiques des rites ("communication", "dynamisme", "fête", etc.).


Rappelons les trois premiers canons de la 22ème session du Concile de Trente sur le Saint Sacrifice de la Messe :

" 1) Si quelqu'un dit que dans la messe un sacrifice vrai et authentique n'est pas offert à Dieu, ou que cette offrande ne réside que dans le fait que le Christ nous est donné en nourriture, qu'il soit anathème.

" 2 - Si quelqu'un dit que par les mots : " Faites ceci en mémoire de moi " (Lc. 22, 19 ; 1 Cor. 11, 24), le Christ n'a pas établi les Apôtres comme prêtres, ou qu'il n'a pas ordonné qu'eux et les autres prêtres offrent son corps et son sang, qu'il soit anathème.

" 3 - Si quelqu'un dit que le sacrifice de la messe n'est qu'un sacrifice de louange et d'action de grâce, ou une simple commémoration du sacrifice accompli lors du sacrifice propitiatoire ; ou qu'il n'est d'aucun bénéfice sauf pour ceux qui reçoivent le Christ, et qu'il ne doit être offert ni pour les vivants, ni pour les morts, ni pour les péchés, ni pour les peines, ni pour les satisfactions et autres nécessités, qu'il soit anathème".



Il n'y a pas de doute : ni dans l'Institutio generalis, ni dans La Célébration de la Messe, on ne trouve de déclaration positive rappelant expressément les anathèmes du Concile de Trente. Ses auteurs se contentent de réduire au silence tout ce qui est doctrine traditionnelle, laquelle est d'ailleurs écartée par une surabondance de nouveautés dans la présentation, l'explication et l'illustration des rites réformés. La pastorale est chargée d'expulser le doctrinal d'hier pour faire place au doctrinal d'aujourd'hui et de demain. La messe devient la cène. L'objectif œcuménique a été atteint. C'est pourquoi nous disons que la nouvelle messe favorise l'hérésie. Qui peut le nier ?


Louis Salleron


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mar 12 Oct 2021, 6:02 am

POURQUOI LA NOUVELLE MESSE EST UN ÉCHEC.
Itinéraires. Juin 1975.


La nouvelle messe est équivoque et favorise l'hérésie. Cela revient à dire qu'elle est un échec : car la messe catholique ne peut être équivoque et ne peut favoriser l'hérésie. Cependant, l'idée même d'échec doit être approfondie car il n'y a d'échec qu'en ce qui concerne un objectif proposé. Quel objectif l'Église s'est-elle donc fixé lorsqu'elle a entrepris la modification du rite traditionnel de la messe ?


LA CONSTITUTION SUR LA LITURGIE

Une première réponse est donnée dans le préambule (proemium) de la Constitution du Concile sur la Liturgie :

"Puisque c'est le but du saint Concile de faire progresser chaque jour davantage la vie chrétienne des fidèles ; pour mieux adapter aux besoins de notre temps les institutions qui sont sujettes à des changements ; pour favoriser tout ce qui peut contribuer à l'union de tous ceux qui croient au Christ, et pour renforcer tout ce qui tend à appeler les hommes au sein de l'Église, elle considère qu'il est de son devoir particulier de veiller aussi à la restauration et au progrès de la liturgie..... (instaurandam atque fovendam Liturgiam curare)" (§ 1).

Il y a donc deux thèmes majeurs : 1) l'adaptation aux besoins du temps ; 2) l'œcuménisme, mais un œcuménisme tendant à "appeler tous les hommes dans le sein de l'Église".

La "restauration" en question "doit consister à organiser les textes et les rites de manière à exprimer plus clairement les réalités saintes qu'ils signifient..." (§ 21). (§ 21).

Le "progrès" doit être conçu comme suit : "Afin que la saine tradition soit maintenue, et que partout un progrès légitime soit facilité, pour chaque partie de la liturgie en révision, il faudra toujours commencer par une étude théologique, historique et pastorale attentive. En outre, il faut tenir compte des lois générales de la structure et de l'esprit de la liturgie, ainsi que de l'expérience acquise lors de la restauration liturgique la plus récente et des autorisations convenues pour divers lieux. Enfin, aucune innovation ne doit être faite à moins que l'utilité de l'Église ne l'exige réellement et sûrement, après avoir veillé à ce que les formes nouvelles découlent de formes déjà existantes par un développement quelque peu organique... (§ 23). (§ 23).

En ce qui concerne ce qui concerne plus particulièrement la messe :

" Le rituel de la messe sera révisé de telle sorte que le rôle propre et la connexion mutuelle de chacune de ses parties soient plus clairement manifestés, et que la participation pieuse et active des fidèles soit facilitée ".

" De même, on simplifiera les rites, en restant fidèle à leur substance ; on supprimera tout ce qui a été superposé ou ajouté au cours du temps sans grande utilité ; on rétablira certaines choses qui ont disparu avec l'usure du temps, selon l'ancienne norme des saints Pères, dans la mesure où cela semble opportun ou nécessaire " (§ 50).


De toute évidence, ce dernier paragraphe a été reçu par les auteurs de la Nouvelle Messe comme un chèque en blanc pour effectuer les modifications que nous connaissons déjà.

Enfin, selon la Constitution, " l'usage de la langue atynique sera observé dans les rites de la nouvelle messe " (§ 50). Le latin sera observé dans les rites latins" avec la liberté d'accorder à la langue du pays "une plus grande place..." (§ 36). (Quant au chant grégorien, l'Église le reconnaît comme " le chant propre de la liturgie romaine, donc ce chant... ".

Compte tenu de ces textes, ainsi que de la Constitution sur la liturgie dans son ensemble, il y a lieu de se demander si la nouvelle messe correspond à ce que prescrit la Constitution. Pour ma part, je ne vois pas comment on peut faire autrement que de répondre par la négative. Mais si des autorités qualifiées nous assuraient que nous devons répondre par l'affirmative, je ne pourrais m'empêcher de nous assurer que nous devons lire les textes conciliaires avec des lunettes spéciales.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Ven 22 Oct 2021, 8:06 am

LA CONSTITUTION MISSALE ROMANUM


Trouverons-nous de nouvelles explications ailleurs ?
On pense immédiatement à la Constitution Apostolique Missale Romanum, par laquelle le Pape "promulgue" (selon le titre de la Constitution, mais pas selon le texte) le Missel Romain "restauré par ordre du Second Concile Œcuménique du Vatican". Cette promulgation peut à elle seule être considérée comme un imprimatur accordé aux travaux du Consilium, auteur de la Nouvelle Messe. Mais, outre les questions que l'on peut se poser sur la portée exacte de la Constitution Apostolique, nous savons que la Présentation (Institutio generalis) de l'Ordo Missae a déjà dû être substantiellement modifiée, tant elle frisait l'hérésie. Comment ne pas parler d'échec si le maintien de l'Ordo lui-même n'est rien d'autre que la réussite d'une équanimité. Comment croire que le malentendu est de nature à " contribuer à l'union de tous ceux qui croient au Christ " (selon les termes du préambule de la Constitution conciliaire sur la liturgie) ?


PREUVE DE L'ÉCHEC

En réalité, après quelques années, les résultats de la nouvelle messe en termes d'"union" (sans parler d'unité) sont les suivants :

1) Entre les catholiques et les chrétiens non catholiques, des différences de foi subsistent. Les intercommunions et les intercélébrations sont, bien sûr, toujours interdites par Rome. Celles qui ont lieu ne réussissent qu'à placer les catholiques qui y participent en marge de l'Église ou à créer chez les catholiques et les protestants un état spirituel précurseur d'une sorte de nouvelle religion à égale distance du protestantisme et du catholicisme.

2) Chez les catholiques, la rupture se fait entre la petite minorité qui reste attachée à la messe traditionnelle, et les autres.

3) Parmi les catholiques qui ont quitté la messe traditionnelle, la division est illimitée, tant dans l'esprit que dans les faits.


D'abord, dans les faits, car chacun peut vérifier que d'une église à l'autre la nouvelle messe varie, soit en vertu du rite lui-même, qui admet ou encourage cette variété, soit en raison des libertés prises par de nombreux prêtres, pour qui l'essence du nouveau rite est de permettre de dire ou de faire n'importe quoi (ce qui rend la validité sacramentelle de beaucoup de ces "célébrations" de plus en plus douteuse).

Puis, dans les esprits. Car nous devons faire la distinction entre :

-les prêtres qui disent la nouvelle messe "par obéissance" (parce qu'ils pensent que l'obéissance est en jeu), même s'ils manquent la messe traditionnelle ;

-les prêtres qui disent la nouvelle messe par un mélange d'obéissance et de coercition, ou simplement par coercition, puisque la plupart des prêtres ne peuvent et ne veulent pas abandonner leur ministère ;

-des prêtres qui ont reçu le nouveau rite avec joie, voire enthousiasme, et qui le suivent plus ou moins régulièrement ;

-finalement, des prêtres qui font ce qu'ils veulent.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 28 Oct 2021, 8:19 am

Notons que les prêtres prennent souvent des libertés extrêmes avec la nouvelle messe de la manière la plus officielle. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder les messes qui sont diffusées chaque dimanche matin à la télévision. Je regarde ces auditions très irrégulièrement, mais j'y ai souvent vu des fantasmes inacceptables. Le 16 mars dernier, la messe télévisée a été célébrée dans une chapelle des Clarisses. Je n'ai pas vu l'émission, mais j'ai entendu des versions contradictoires. Un de mes correspondants, dont je connais le souci d'objectivité, m'a fait part des "malentendus" qu'il a pu vérifier :


1. un mini-credo (interdit) ;
2. La suppression des toilettes (interdite) ;
3. La doxologie " par Lui, avec Lui et en Lui... ", chantée par le célébrant, le concélébrant et toute l'assemblée, religieux et laïcs.
l'assemblée, les religieux et les laïcs (interdits) ;
4. Des coupes contenant les hosties, qui passaient de main en main pour que chacun se serve au passage (interdit) ;

5. Chacun tenait l'hostie entre ses doigts et attendait que tous reçoivent la communion en même temps que le célébrant et le concélébrant (interdit) ;
en même temps que le célébrant et le concélébrant (interdit) ;
6. Communion sous les deux espèces, en passant les calices de main en main (interdit).
En un mot, tout le rite a été déformé pour faire de la "célébration" une "concélébration" de prêtres et de laïcs.
Il s'agissait, je le répète, d'une émission télévisée, c'est-à-dire autorisée archiépiscopalement et archiofficiellement.
N'insistons pas : le sacrement de l'unité est devenu le sacrement de la désunion. L'échec est évident, et il est tragique.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Dim 31 Oct 2021, 7:21 am

CE QUE JE VOULAIS A. BUGNINI


Cependant, l'esprit - le mien, du moins - n'est pas entièrement satisfait. Il y a quelque chose qui m'échappe. Je vois l'échec de la nouvelle messe et de la réforme liturgique en général, car elle provoque la désunion plutôt que l'union et parce qu'elle me semble contraire à l'esprit de la Constitution sur la liturgie. Mais est-ce un échec pour les auteurs de la réforme ?

Il faudrait leur demander. Mais qui sont-ils ? Ils sont nombreux. Cependant, il y a deux personnages qui, à mon avis, peuvent représenter tous les autres : d'une part, Mgr Annibal Bugnini, qui a été le principal agent de la réforme d'un bout à l'autre ; d'autre part, le pape lui-même, en tant qu'autorité suprême de l'Église. Ainsi, en dehors des actes juridiques officiels, pouvez-vous nous expliquer tout cela avec vos propres mots ? Les deux ont assez parlé, restons-en à l'essentiel.

Le 4 janvier 1967, donc plus de deux ans avant la publication du nouvel Ordo Missae, Annibal Bugnini présente à la presse une déclaration de la Congrégation des Rites et du Consilium de Liturgie "sur les initiatives arbitraires". Bien sûr, l'objectif était de condamner ces initiatives. Mais la manière dont Mgr Bugnini défend la Déclaration à cet égard est très curieuse. S'il soutient que les Offices s'appuient "sur des fondations de granit" et que leur but est de rendre une liturgie à la fois fidèle à la tradition et adaptée à notre temps, l'esprit dans lequel Bugnini comprend cette double fidélité apparaît clairement dans les phrases suivantes :

"Il ne s'agit pas seulement de retoucher une œuvre précieuse mais, parfois, de donner de nouvelles structures à des rites entiers. Il s'agit, en fait, d'une restauration fondamentale, je dirais presque d'une refonte et, en certains points, d'une véritable nouvelle création.

"Pourquoi ce travail fondamental ?

"Parce que l'image de la liturgie donnée par le Concile est complètement différente de ce qu'elle était auparavant, qui est, plus que tout autre chose, bureaucratique, formaliste, centralisateur. Maintenant, la liturgie s'exprime vigoureusement dans ses aspects dogmatiques, bibliques, pastoraux ; elle cherche à se rendre intelligible par la parole, par le symbole, par le geste, par le signe; elle s'efforce de s'adapter à la mentalité, au génie, aux aspirations et aux exigences de chaque peuple, afin de; elle s'efforce de s'adapter à la mentalité, au génie, aux aspirations et aux exigences de chaque peuple, afin de s'adapter à la mentalité, au génie, aux aspirations et aux exigences de chaque peuple afin de pénétrer dans l'intimité de son propre moi et d'y amener le Christ. Sur le plan juridique, son sort dépend en grande partie des Conférences épiscopales, parfois des évêques, sinon des prêtres célébrants. Si la liturgie restaurée - que certains appellent péjorativement la "nouvelle" liturgie - n'atteint pas ce but, l'œuvre de restauration échouera.Nous ne travaillons pas pour des musées, mais nous voulons une liturgie vivante pour les personnes vivantes de notre temps".
(Doc. Cath., n° 9 1493, 7 mai 1967).

Il est impossible d'être plus clair. A. Bugnini veut refaire complètement la liturgie, dans son fond, sa forme et son esprit: des "structures nouvelles", une "restauration fondamentale", une "refonte", une "création véritablement nouvelle". Tout cela avec la collaboration privilégiée des conférences épiscopales, des évêques et des prêtres célébrants eux-mêmes.

C'est l'objectif que s'est fixé A. Bugnini. S'il n'y parvenait pas, il confesserait son échec.

Jusqu'à présent, pour lui, le succès est au rendez-vous.

Mais ce succès est-il le succès ou l'échec de la Constitution conciliaire sur la liturgie ? Jugeons-en par nous-mêmes
en relisant la Constitution et, en particulier, les textes que nous avons cités au début de cet article 23.

Il me semble clair que la Constitution prescrivait une restauration prudente de la liturgie dans le respect de la tradition et dans le souci constant que " les formes nouvelles naissent des formes existantes par un développement quelque peu organique " (§ 23). Bugnini, lui, s'est engagé dans une révolution. Il voulait littéralement renverser la tradition pour remonter aux origines les plus lointaines. Je me souviens de mon étonnement lorsque, de mes propres oreilles, je l'ai entendu déclarer publiquement à Rome, le 16 octobre 1969, lors d'une réunion présidée par le cardinal Daniélou (qui secoua la tête d'un geste peu approbateur), que le nouveau missel serait plus riche que tout ce qui avait été vu "depuis vingt siècles" !


23. En ce qui concerne l'ordre dans lequel A. Bugnini cite les conférences épiscopales et les évêques, et le rôle qu'il attribue aux prêtres célébrants, rappelons l'art. 23 de la Constitution conciliaire sur la liturgie :
-Art. 23 - 1. La réglementation de la liturgie est de la compétence exclusive de l'autorité ecclésiastique : elle réside dans le Siège Apostolique et, dans la mesure déterminée par le droit, dans l'Évêque.
-2. En vertu du pouvoir accordé par le droit, la réglementation des questions liturgiques appartient également, dans les limites établies, aux assemblées territoriales compétentes d'évêques de différentes classes légitimement constituées.
-3. Pour la même raison, que personne, même s'il est prêtre, n'ajoute, ne retranche ou ne change quoi que ce soit dans la liturgie de sa propre initiative". Je note que le texte espagnol est tiré de l'édition "Vatican II - Documents", BAC Madrid 1975, page 146. Salleron cite comme art. 23 apparaît comme art. 22.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 06 Nov 2021, 7:06 am

CE QUE PAUL VI ATTENDAIT


Que dit le pape ?

Le Pape a tant parlé et de manière si variée que l'on pourrait toujours nous accuser de choisir parmi ses paroles certaines qui pourraient être opposées par d'autres. Cependant, il y a un texte qui est particulièrement significatif car il est entièrement et exclusivement pertinent pour notre thème. C'est le discours que Paul VI a prononcé le 10 avril 1970 lorsqu'il a reçu les cardinaux, évêques, experts et observateurs non catholiques qui avaient participé à la dernière réunion du Consilium "pour l'application de la Constitution sur la Liturgie".

En soi, la cérémonie était pleine de sens. La Documentation catholique du 10 mai 1970 publie en première page une photographie des six observateurs non catholiques du Consilium, avec le frère Max Thurian de Taizé à la droite du Pape. La signification œcuménique des travaux du Consilium et de l'audience papale a ainsi été mise en évidence. C'est cette audience que j'ai prise comme point de départ pour l'introduction de mon livre sur la nouvelle messe. Mais je n'ai pas jugé nécessaire de souligner les paroles du Pape. En revanche, Jean Madiran les reprend dans Itinéraires de décembre 1973.  Rappelons trois paragraphes essentiel :

"Tout votre travail a été réalisé à la lumière des principes sanctionnés par la Constitution du Concile sur la Liturgie. En effet, cette "grande charte" du renouveau liturgique a été à l'origine, pour le culte divin dans l'Église, d'un mouvement visant à ce que les hommes de notre temps puissent exprimer réellement et efficacement leurs sentiments dans la liturgie, et qu'en même temps le patrimoine de l'Église dans ce domaine soit préservé autant que possible.

"Selon ces deux principes, qui ne sont pas toujours faciles à harmoniser, vous avez travaillé sur la réforme liturgique. Vous avez ainsi réuni des textes soit plus anciens, soit adaptés à notre mode de pensée, soit corrigés, qui sont plus nombreux que ceux que nous utilisions auparavant et plus riches spirituellement. Quant aux rites, selon la volonté du Concile, ils ont été simplifiés et dotés d'une plus grande clarté expressive.

Vous vous êtes efforcés en particulier de donner une plus grande place à la parole de Dieu contenue dans la Sainte Écriture ; de donner une plus grande valeur théologique aux textes liturgiques, afin que la "lex orandi" s'accorde mieux avec la "lex" ; d'imprégner le culte divin d'une simplicité authentique qui l'ennoblisse ; et en même temps, afin que le peuple de Dieu puisse mieux comprendre les formules liturgiques et participer plus activement aux célébrations sacrées, en particulier en autorisant l'usage de la langue vernaculaire " (D. C., 1/5/70).


Le Pape a ajouté : "Le renouveau liturgique doit donc être réalisé dans un esprit qui réponde à la volonté du Concile œcuménique ; et dans un domaine aussi saint, où le culte divin et la vie spirituelle sont en jeu, il est nécessaire de sauvegarder, protéger et promouvoir absolument l'unité et l'harmonie des esprits".

Avouons que nous aurions du mal à comprendre les paroles du Pape si nous voulions y trouver autre chose que son souhait et son espérance. Car, en définitive, l'Ordo missae est resté le même que celui dont l'intention nous a été exprimée dans le premier projet de l'Institutio generalis. L'ambiguïté qui l'a rendu aussi protestant que catholique ne nous permet pas de croire qu'en lui la lex orandi s'accorde mieux que dans le rite de saint Pie V avec la lex credendi. Il est vrai que le Pape ne fait pas allusion en particulier à la Nouvelle Messe car il parle de l'ensemble de la liturgie. Mais la liturgie n'est-elle pas complètement immergée dans un climat protestant ?


A SUIVRE... L'OMBRE DE LUTHER
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 13 Nov 2021, 7:38 am

L'OMBRE DE LUTHER

Récemment interrogé par Jean Puyo dans un livre intitulé Une vie pour la vérité 24 (Ed. du Centurion), le Père Congar a déclaré : " Luther est l'un des plus grands génies religieux de toute l'histoire. À cet égard, je le place au même niveau que Saint Augustin, Saint Thomas d'Aquin ou Pascal. D'une certaine manière, il est encore plus grand. Il a repensé l'ensemble du christianisme. Luther était un homme d'Église.'' (Cité par H. Fesquet dans Le Monde, 29/3/75).

Congar n'était pas, pour autant que je sache, directement impliqué dans la réforme liturgique. Mais il fut, de l'aveu unanime, l'un des principaux inspirateurs du Concile. Sa déclaration révèle un esprit qui, même s'il n'était qu'un courant au sein du Cocile, a dominé toute l'œuvre postconciliaire, sans exclure sa réforme liturgique 25. Considérer Luther comme grand, voire "encore plus grand" que saint Augustin, saint Thomas ou Pascal est, sur un plan purement humain, une opinion personnelle - et nles opinions personnelles sur le génie d'un homme sont libres, aussi absurdes qu'elles puissent me paraître - mais sur le plan chrétien, c'est une opinion absolument indéfendable, car Luther a vidé le christianisme des vérités qui en sont constitutives. S'il a "repensé l'ensemble du christianisme", c'est uniquement pour en conserver certains aspects auxquels il accordait une valeur démesurée afin de satisfaire des besoins de nature paranoïaque. Quant à le voir comme un "homme d'Église", c'est se moquer du monde, à moins d'entendre par là un clerc dévoré par le cléricalisme. Car tout son travail ne tend qu'à la démolition de l'Église.

Si, par conséquent, on nous conseillait de chercher chez Luther la référence irrécusable de la valeur œcuménique de la nouvelle messe, nous aurions le paradoxe ultime. Le "saint sacrifice de la messe" ne peut être œcuménique, mais s'il pouvait l'être, il ne le serait pas selon Luther, qui toute sa vie l'a considéré comme son cauchemar.



ADHÉRER A LA MESSE DE SAINT PIE V


Quelle est la conclusion à tirer de tout cela ?

Une conclusion, au moins, s'impose à nous tous : la confusion dans laquelle la Nouvelle Messe plonge l'Eglise génère la désunion et détruit le sacerdoce. L'Église est un générateur de désunion et un destructeur de la prêtrise. Pour cette raison, nous ne pouvons parler que d'ÉCHEC à cet égard.

Devrions-nous alors nous décourager ? Les vertus théologiques l'interdisent. Mais ici, l'espérance chrétienne peut trouver un point d'ancrage dans l'esprit humain, pour une raison qui me semble digne de considération. Le tremblement de terre qui secoue l'Église bouleverse en fait l'ensemble de la société. Il ne s'agit pas d'une crise propre à l'Église seule, même si certaines de ses causes se trouvent au sein de l'Église.

La réforme liturgique est, dans l'ensemble, un échec. Mais parmi les aspirations qui lui ont donné naissance, il en est dont la valeur permet de les décomposer à nouveau et de les réaliser dans l'ordre.

C'est à cela que l'Église arrivera un jour. Mais il est impossible de cacher que la route sera longue et difficile, car à la ruine des structures s'ajoute le durcissement des esprits, résultat de leurs divisions.

Quoi qu'il en soit, ce qui importe pour le moment, c'est d'adhérer plus fortement que jamais à la messe de saint Pie V, car elle est la seule qui nous donne la certitude d'y trouver la Foi et la Loi de l'Église. Si, face à l'assaut du progressisme et du modernisme, cette dernière forteresse venait à s'effondrer, tout disparaîtrait. On ne pouvait alors plus parler d'échec, mais de désastre total.


Louis Salleron


24. Une vie pour la vérité. (N. du T.)
25. Le climat luthérien de la "révolution conciliaire" apparaît clairement dans l'anecdote suivante. En 1966, COPETAL (Comitato permanente dei Congressi Internazionali per L'Apostolato dei Laicí) a réalisé une enquête sur les efforts déployés par les laïcs pour le renouveau post-conciliaire. Des réponses ont été reçues de 62 pays et de 12 organisations internationales. Les résultats ont été présentés à Rome lors du troisième congrès international de l'apostolat séculier en octobre 1967, à l'occasion du premier synode des évêques. L'Osservatore Romano, s'en faisant l'écho le 13 octobre 1967, dit ceci : "...Et il est intéressant de noter le commentaire suédois qui exprime plus ou moins ceci : la réforme liturgique a fait un pas en avant remarquable dans le domaine de l'œcuménisme et s'est rapprochée des formes mêmes de la liturgie de l'Église luthérienne". De toute évidence, les Suédois sont autorisés à donner leur avis sur la question. L'Osservatore Romano se contente d'en prendre acte, non sans le trouver "intéressant".



A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 18 Nov 2021, 7:48 am

IV. LES MESSES DES ENFANTS.


De tous les textes officiels concernant la nouvelle messe, aucun n'est plus révélateur que le "DIRECTOIRE DES MESURES POUR ENFANTS" (1er décembre 1973, D.C., n° 1645, 6 janvier 1974).

Ce répertoire est signé "Par mandat spécial du Souverain Pontife", Jean, Card. Villot, Secrétaire d'État, et H. Bugnini, Archevêque titulaire de Dioclétien, Secrétaire de la Sacrée Congrégation pour le Culte Divin. L'absence de la signature du Préfet de la Congrégation est sans doute due au fait que cette fonction était vacante pour le moment. C'est précisément cette circonstance qui donne au document susmentionné une plus grande importance, puisque c'est le Secrétaire d'État lui-même, "par mandat spécial du Souverain Pontife", qui en assume la responsabilité. Par-dessus tout, le Directoire apparaît comme une ruse pour achever la démolition de la Messe. Pourquoi ? Tout d'abord, parce que les habitudes inculquées aux enfants persisteront lorsqu'ils atteindront l'âge adulte. Ensuite, parce que si le Directoire parle de messes pour les enfants, il parle aussi de "messes pour les adultes auxquelles participent aussi des enfants" (chapitre II) et de "messes pour les enfants auxquelles participent un petit nombre d'adultes" (chapitre III) ; c'est-à-dire deux des trois chapitres du Directoire (le premier est consacré à "l'introduction des enfants à la célébration de l'Eucharistie"). A l'exception des messes de catéchisme et des messes dans les écoles catholiques, il n'y a guère de messes auxquelles adultes et enfants ne participent pas en même temps. Le répertoire a donc une portée très générale. Il s'agit d'un véritable supplément à la liturgie de la nouvelle messe, dont on ne manquera pas d'invoquer l'autorité en rappelant qu'il est publié "par mandat spécial du Souverain Pontife". Il s'inscrit dans la ligne de la "PRESENTATION GÉNÉRALE" - INSTITUTIO GENERALIS - à laquelle il fait constamment référence et dont il souligne la doctrine.


Si nous voulions caractériser le Directoire en un mot, nous devrions utiliser le terme "permissivité". Cette permissivité présente certains aspects imprévus et touchants, par exemple : " Quant aux enfants qui ne peuvent ou ne veulent pas encore participer à la messe, ils peuvent être amenés à la fin de la messe pour recevoir la bénédiction de l'assemblée après que, par exemple, les assistants paroissiaux se soient occupés d'eux pendant la messe dans une pièce séparée " (art. 16). On ne nous dit pas ce qu'il faut faire si les enfants "ne souhaitent pas" recevoir la bénédiction de l'assemblée ou si, en plus, ils "ne souhaitent pas" être pris en charge dans une pièce séparée.


Mais la permissivité dans le rite lui-même est ce qui est posé comme principe à l'article 39 : " Pour ne pas faire une trop grande différence entre les messes d'enfants et les messes d'adultes, certains rites et certains textes ne seront jamais adaptés aux enfants, ni "les acclamations et les réponses des fidèles aux salutations du prêtre", ni l'oraison dominicale, ni la formule trinitaire à la fin de la bénédiction par laquelle le prêtre termine la messe ". Si nous comprenons bien, le noyau intangible de la messe est "Amen", "Alleluia", "Et avec votre esprit", etc. Nous pensons que nous rêvons. C'est un rêve. Quelle est la messe ? Notons toutefois que la "prière eucharistique" doit également être respectée. Mais on nous dit que c'est provisoire : " POUR LE MOMENT, les diverses formes de cette prière, approuvées par l'autorité suprême pour les adultes et incorporées à l'usage liturgique, seront utilisées jusqu'à ce que le Siège apostolique ait prévu des messes pour les enfants " (art. 52).


Le Directoire a laissé entendre que ce souhait serait bientôt réalisé. C'est effectivement le cas, selon la circulaire du 1er novembre 1974 de la Sacrée Congrégation pour le Culte Divin (D.C. n9 1674, 20/4/75), qui propose aux Conférences Episcopales, ad experimentum, pour trois ans, c'est-à-dire jusqu'à la fin de 1977, "schémas" de prières eucharistiques pour les messes d'enfants et deux sur le thème de la réconciliation (une seule prière devrait être choisie dans chaque cas).


Les conférences épiscopales sont dûment averties que les "grandes lignes", qui ne sont rien d'autre que cela, doivent servir d'orientations pour la rédaction "d'un texte en langue vernaculaire qui réponde pleinement aux besoins pastoraux, pédagogiques et liturgiques". Les commissions chargées de la "traduction" devraient "toujours garder à l'esprit qu'ici LE TEXTE LATIN n'est pas destiné à un usage liturgique (sic). Il ne faut donc pas le traduire purement et simplement" (sic). Vive donc la créativité pour composer, le plus légalement possible, des "prières eucharistiques" !


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mar 23 Nov 2021, 7:18 am

Mais revenons au répertoire. Tout au long de celui-ci, il n'est question que d'"adaptations". Ses rédacteurs font une remarque que nous n'osons pas qualifier de naïve : "En appliquant les ADAPTATIONS requises par l'âge, nous n'arriverons pas à des RITES TOTALEMENT SPÉCIAUX qui seraient trop éloignés du rituel célébré avec le peuple" (art. 21) ( !).

En réalité, il faudrait lire l'ensemble du répertoire. Soulignons quelques caractéristiques :

1) La Parole est reine et maîtresse. Ce n'est pas nouveau, direz-vous. Certainement, mais cela devient de plus en plus officiel. Non seulement le prêtre parle tout le temps, mais " rien n'empêche l'un des adultes participant à la messe avec les enfants de s'adresser à eux après l'Évangile, en accord avec le prêtre ou le recteur, surtout si le prêtre a des difficultés à s'adapter à la mentalité des enfants " (art. 24). Les enfants auront également quelque chose à dire, à diverses occasions. En particulier, l'homélie "se transformera parfois en un dialogue avec eux, sauf lorsqu'il est préférable qu'ils écoutent en silence" (art. 48).

2) La célébration de la parole peut donner lieu à une cérémonie particulière, sans la célébration de l'Eucharistie (art. 27). D'autres célébrations à caractère modérément mystérieux sont envisagées : "Dans la formation liturgique des années et leur préparation à la vie liturgique de l'Eglise, des célébrations de nature diverse ( ?) dans lesquelles les enfants, grâce à la célébration elle-même ( ?) , peuvent percevoir plus facilement certains éléments liturgiques tels que la salutation ( ?) , le silence, la louange commune, spécialement celle qui a lieu dans le chant commun" (art. 13).

Les traductions, ainsi que les textes et les prières dans leur ensemble, seront adaptés. "Afin de faciliter la participation des enfants au chant du Gloria, du Credo, du Sanctus et de l'Agnus Dei, leur musique peut être chantée avec des traductions populaires adaptées, approuvées par l'autorité compétente, même si elles ne sont pas entièrement conformes aux célébrations liturgiques" (art. 31). Nous nous y sommes habitués. Mais maintenant c'est officiel.

3) Les lectures tirées de la Sainte Écriture peuvent être réduites de trois à deux ; en revanche, les deux peuvent être limitées à une seule, qui doit être l'Évangile. Si tout cela dépasse l'intelligence des enfants, " il est permis de choisir les lectures soit dans le lectionnaire du Missel romain, soit immédiatement dans la Bible... " (art. 43). (art. 43). Il est également " suggéré, cependant, que les diverses commissions épiscopales fassent établir des lectionnaires pour les messes des enfants " (id.). Si nécessaire, l'un des versets de la lecture de la Bible peut être "omis" (id.). Mais il n'est pas nécessaire d'insister sur ce point puisque, d'un bout à l'autre du Directoire, il n'est question que d'adaptation, de modification, d'omission, voire d'ajout, afin de rendre la messe tout à fait adaptée aux enfants.

La participation active et consciente des enfants est la règle qui régit tout. Une règle éminemment légitime, mais qui devient l'absence de règle grâce à la permissivité générale. Il s'agit de faire en sorte que les enfants comprennent, et c'est très bien, mais il fallait pour cela connaître avec certitude l'intelligence des enfants et leur degré de réceptivité au mystère. Or, comme dans le cas des adultes, mais dans une plus large mesure, la réduction du mystère à l'intelligence semble être un dogme pour le Directoire, qui oublie trop bien que le Royaume de Dieu appartient aux enfants. Même s'ils invoquent la "psychologie moderne" (art. 2), les offices ecclésiastiques ne sont pas nécessairement de meilleurs pédagogues que l'Évangile.

On nous parle avec complaisance des " valeurs humaines qui sous-tendent la célébration de l'Eucharistie " (art. 9) et on se demande s'il appartient vraiment à la catéchèse eucharistique " de développer ces valeurs humaines afin que les enfants, selon leur âge et leur situation psychologique et sociale, ouvrent progressivement leur esprit à la perception des valeurs chrétiennes et à la célébration du mystère du Christ " (art. 9). N'est-ce pas là une subversion des " valeurs " ?

Il y aurait beaucoup plus à dire sur cet annuaire extraordinaire. Mais les textes que nous avons cités sont amplement suffisants pour nous en donner une image précise. La messe des enfants est simplement la nouvelle messe dépouillée de son déguisement. C'est la "célébration" parfaitement libre, fantasmée et évolutive autour de la mémoire bimillénaire de la messe catholique. L'odeur du biscuit cassé...


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 4 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Ven 26 Nov 2021, 8:36 am

V. SOLESMES ET LA MESSE


Jean Madiran m'a donné une brochure (128 pages) de Dom Guy Oury sur "LA MESSE, DE ST-PIE V A PAUL VI" (Solesmes, 1975).

Je l'ai lu, avec mélancolie.

Pourquoi avec la mélancolie ? Car le Solesmes d'aujourd'hui est bien loin du Solesmes d'antan.
En août 1921, j'ai rencontré les Bénédictins de Solesmes à Quarr Abbey sur l'île de Wight. Je passais mes vacances à Cowese et j'allais sur ma 16ème année.Je venais de passer la première partie du baccalauréat. La jeunesse, la liberté, le voyage, un examen réussi, l'atmosphère d'après-guerre où la victoire apportait une paix perpétuelle, tout cela a contribué à mon bonheur. L'abbaye de Quarr, près de Ryda, se trouve à une heure ou deux en vélo de Cowes. Cette année-là et l'année suivante, j'avais l'habitude d'y aller avec mon frère et deux camarades de classe que je trouvais deux camarades de classe que j'ai rencontrés par hasard.


De 1923 à 1927, la route de Quarr est devenue la route de Solesmes, où je me précipitais dès que j'avais un jour ou une semaine de congé. Que d'heures passées en compagnie de Dom Aubourg, Dom Jamet, Dom Genestout, des jeunes gens du monastère ! Dom de Sainte-Beuve m'a initié aux mystères de la paléographie. Quand Joseph Bonnet s'est assis à l'orgue, je suis monté avec lui. L'esprit de la liturgie m'a pénétré à travers les offices, qui ne m'ont jamais paru longs. De loin, j'admirais les monstres sacrés, le vieil abbé Dom Delatte, poussé dans son buggy par Dom Blanchon-Lasserve, Dom Mocquereau, Dom Cagin, Dom Heurtebize, tous les vieux et moins vieux, Dom de Saint-Michel, Dom Gajard, Dom Brunet..... Et puis il y avait les frères : le frère Jean-Marie, toujours en prière et toujours souriant, que j'imaginais être un saint (peut-être l'était-il) ; le frère Charles, que j'aimais particulièrement parce que son café au lait au petit déjeuner était toujours chaud ; et tous les autres....


Depuis 1927, je n'ai pu revenir à Solesmes qu'à de très rares occasions. Il y a quinze ou vingt ans, j'ai eu l'occasion de rencontrer Dom Prom, l'abbé actuel, dont j'ai apprécié la gentillesse et la simplicité.

Mais il ne s'agit pas de Dom Prom, de Dom Oury ou de qui que ce soit d'autre. Il s'agit de "Solesmes". Et Solesmes n'est-elle pas ses moines ? Sans aucun doute. Je ne cherche pas à les excuser ou à les accuser. Mais une institution ne se confond pas purement et simplement avec ses membres. Il y avait un Solesmes, le Solesmes du monde entier, le Solesmes de Dom Guéranger. Il existe aujourd'hui un autre Solesmes qui, physiquement, est la continuation de celui-là, mais qui, doctrinalement, est presque son opposé.

Dom Oury écrit :

"Depuis six ans, les controverses autour du Missel de saint Pie V se poursuivent. Les articles et même les livres parus sur le sujet (notamment ceux de Salleron et da Silveira) suffiraient à former une petite bibliothèque.

"Souvent, leurs auteurs affirment n'avoir reçu aucune réponse pertinente qui réfute avec certitude les arguments qu'ils avancent. C'est pourquoi j'ai jugé nécessaire, sans aucun esprit de polémique, de constituer une petite somme qui propose les réponses essentielles que l'on peut donner à ceux qui sont douloureusement préoccupés par ce problème"
(p. 7).


Le livre se compose de six chapitres :

I- Le nouveau Missel a-t-il été promulgué régulièrement ?
II - Le Missel de Saint Pie V a-t-il vraiment été évoqué ?
III - L'Ordo Missae de Paul VI : témoignage d'une foi équivoque ?
IV - Doctrine traditionnelle et nouvelles formes liturgiques dans l'Ordo Missae.
V - Le nouvel Ordo Missae et l'évolution homogène des rites.
VI - L'Ordo Missae de Paul VI et les frères séparés.


Sept annexes examinent les points suivants :

I - La clause "Mysterium fidei" dans les paroles de la consécration.
II - "Hoc facite in meam commemorationem" simple narration ou célébration de l'Eucharistie.
III - Les prières eucharistiques des églises protestantes.
IV - L'introduction à l'"Institutio generalis" du Missel romain.
V - Quelques affirmations du caractère sacrificiel de la Messe dans les Prières du Missel de Paul VI.
VI - L'article de Max Thurian dans "La Croix".
VII - L'aspect sacrificiel de l'Eucharistie dans le Missel de Paul VI (Carl Knox).


Commençons par les compliments.

Tout d'abord, cet index montre clairement que Dom Oury n'a pas fui le débat mais s'est au contraire consacré à traiter les questions difficiles de la nouvelle messe.

De plus, il est parfaitement pacifiste et s'abstient d'utiliser un ton agressif contre ceux qui ne partagent pas ses idées.

En définitive, il est très érudit. En le lisant, on apprend des milliers de détails qui ne sont pas inintéressants en soi, même s'ils ne servent pas à renforcer sa thèse.

Cela dit, passons à la thèse, qui est l'indéfendable, ou du moins l'infiniment discutable.

J'ajoute que, ayant fait la réserve de sa bonne foi objective, il ne la présente pas de manière objectivement honnête, parce qu'elle réduit au silence tout ce qui contribue à sa destruction.

Comment réagir à ce livre ? Si je devais le faire en détail, il me faudrait écrire un autre livre, deux fois plus gros que celui-ci. Je n'en ai aucune envie, d'autant plus que, pour ce qui est de l'essentiel, cela reviendrait à répéter tout ce que j'ai dit dans LA NOUVELLE MESSE et dans des dizaines d'articles. Je me limiterai donc à certains points, importants ou secondaires, mais qui serviront à montrer - du moins je l'espère - ce qui vicie l'argumentation de l'auteur.

***



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum