La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 19 Fév 2020, 11:42 am

Le 20 janvier, dans une lettre adressée au directeur de la revue Carrefour, le prieur de Taizé nous a demandé de publier une interview préparée par La Croix afin de dissiper "tout malentendu qui aurait pu surgir sur l'attitude de Taizé à l'égard de l'Eucharistie".

Le 4 février, nous avons accédé à cette demande.

—Vous venez de passer un mois à Rome. Vous étiez là quand le tourbillon de la nouvelle liturgie de la messe a commencé. Vous avez eu une audience privée avec Paul VI. Quelle est la valeur de ce nouvel ordo missae pour vous ?

—Je vous réponds tout de suite : la question de la nouvelle messe n'a pas été abordée lors de l'audience avec le Pape Paul VI. Je n'en ai parlé qu'avec le cardinal Ottaviani.

"Depuis de nombreuses années, la messe catholique est célébrée chaque jour à Taizé, et depuis six ans, elle est dite par des frères franciscains. Pour ma part, je suis sûr que dans le nouvel Ordo Missae, la substance est la même que celle qui a toujours été vécue et priée jusqu'à présent.

"Bien sûr, je suis trop marqué par une vie de prière liturgique pour ne pas comprendre ceux qui ont du mal à saisir les évolutions actuelles. Mais en ce moment de l'histoire des chrétiens, préparons-nous avant tout au jour où nous vivrons ensemble la fête offerte par le Christ ressuscité dans l'Eucharistie. Ne sommes-nous pas tous, y compris les frères de Taizé, qui vivent avec nos frères catholiques, invités à nous joindre au plan pastoral actuel du pape Paul VI ? Et pour les nouvelles générations, ne retardons-nous pas l'avancée de l'œcuménisme en rejetant la confiance dans le serviteur des serviteurs de Dieu ? L'unité visible peut-elle se reconstruire sinon dans la confiance mutuelle ? N'est-ce pas par cette confiance que se prépare le dynamisme créatif, qui naît de toute réconciliation ?

Suite à cette déclaration du prieur de Taizé, nous aimerions ajouter les réflexions suivantes :

"C'est avec plaisir, répondant au souhait du prieur de Taizé, que nous insérons ce point. Personne n'ignore les efforts de la communauté de Taizé pour rassembler les chrétiens. Ici, il nous donne une nouvelle preuve.

"Mais puisque nous en avons l'occasion, nous voudrions poser une autre question au prieur de Taizé.

"Nous déclarons qu'en la demandant, nous ne sommes animés d'aucun esprit de malveillance. Nous le demandons par souci de clarification.

"Les malentendus auxquels le prieur de Taizé fait allusion proviennent d'un article du frère Max Thurian paru dans La Croix le 30 mai 1969, dans lequel le frère dit que l'un des fruits du nouvel ordo missae "sera peut-être que les communautés non catholiques pourront célébrer la Sainte Communion avec les mêmes prières que l'Église catholique. Théologiquement, c'est possible".

"Cette déclaration était parfaitement claire : les protestants ne pouvaient pas célébrer la Sainte Communion avec les prières de l'ancien ordo missae ; avec le nouvel ordo, ils le peuvent. Ils considèrent donc qu'un changement "théologique" a eu lieu entre un ordo et l'autre.

"La question que nous vous posons est la suivante :

" Pourquoi les frères de Taizé qui n'acceptent pas la Messe traditionnelle - celle de Saint Pie V - acceptent-ils la nouvelle Messe ? A leurs yeux, quelle est la différence substantielle entre les deux Messes qui leur permet d'accepter la nouvelle alors qu'ils ont rejeté l'ancienne ?

"Dans l'interview que nous avons reproduite précédemment, le prieur de Taizé a dit : "Pour ma part, je suis sûr que dans le nouvel ordo missae, la substance de la Messe est la même que celle qui a toujours été vécue et priée jusqu'à présent.''

"Paul VI nous donne la même assurance. Mais le problème auquel est confronté le catholique ordinaire est le suivant : comment se fait-il que les changements de la nouvelle messe soient secondaires pour les catholiques, mais essentiels pour les protestants ?


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 26 Fév 2020, 10:14 am

"La nouvelle messe, a dit le pape, est la messe de toujours, libérée simplement des agrégats superflus, l'œuvre des siècles. C'est aussi l'avis de sages bénédictins, qui sont aussi des fondamentalistes réputés. Les questions viennent donc à l'esprit en grand nombre.


"Saint Pie V, ou le Concile de Trente, auraient-ils maladroitement maintenu des détails, au prix d'un schisme dont ils seraient responsables ? Ou bien n'auraient-ils conservé certains rites que pour mieux préserver la substance des dogmes menacés par le protestantisme ? Mais alors, si les nouvelles, valables en elles-mêmes en raison du sens qu'on peut leur donner, sont trompeuses au point d'être acceptées par les protestants qui les reçoivent avec un autre sens, ne risque-t-on pas de favoriser un œcuménisme superficiel qui ne fera qu'engendrer de nouvelles déchirures ?


"Quand le pape et le prieur de Taizé disent tous deux que d'un ordo à l'autre la substance de la messe n'a pas changé, cette substance est nécessairement différente en esprit. Parce que pour le pape, ce qui a été éliminé était le superflu, mais quelque chose de superflu selon la substance de la Messe, alors que pour le prieur de Taizé c'était aussi le superflu, mais quelque chose de superflu non selon la substance de la Messe. D'où la réflexion du frère Max Thurian, selon laquelle les catholiques et les protestants peuvent désormais utiliser les prières du nouveau prêtre de la même manière.
En effet, ils le peuvent, mais pour des raisons opposées. Les catholiques le peuvent parce que la nouvelle prière conserve la substance de la Messe ; les protestants le peuvent parce que la nouvelle prière libère la substance de la Messe. Nous sommes donc dans une confusion totale. Avec les mêmes prières, les catholiques et les protestants ne concélébreraient pas la même messe.


"C'est exactement ce que craignaient les cardinaux Ottaviani et Bacci lorsqu'ils ont écrit au pape pour le supplier de garder les anciens ordo missae. Ils n'ont pas dit que le nouvel ordo est hérétique. Ils ont dit qu'il risquait de favoriser les hérésies en raison de son ambiguïté. Les idées fausses d'aujourd'hui montrent que leurs craintes étaient justifiées. Car la position du frère M. Thurian n'est pas la seule. Comme lui, plusieurs éminents protestants ont déclaré par écrit que désormais le nouveau rituel de la messe pourrait être utilisé pour leur repas. Dans son esprit, il ne fait aucun doute qu'un obstacle théologique a été levé par ce nouveau rituel.  Quel obstacle ? C'est ce que nous ne pouvons pas découvrir. C'est pourquoi nous espérons que le prieur de Taizé sera disposé à répondre à la question que nous lui avons posée auparavant.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 04 Mar 2020, 10:36 am

Quelques jours plus tard, le frère Roger Schutz, prieur de Taizé, nous a envoyé sa réponse, que nous avons publiée le 18 février à Carrefour :

"Taizé, 11 février 1970.

"Cher Monsieur :

"Vous me demandez de répondre à votre article. Même si je refuse toujours de le faire parce que les coups des arguments font mal sans une meilleure compréhension, je veux néanmoins vous écrire parce que je pense pouvoir discerner la préoccupation qui vous émeut, et c'est ce qui compte. Dans la mesure où les hommes souffrent, leur cœur s'élargit pour marcher à la réunion.

"Ici à Taizé, je reçois des catholiques, hommes et femmes, qui ne comprennent pas ce qui se passe dans l'Église. Eh bien, il y a un an, lors de l'Épiphanie de 1969, toujours célébrée à Taizé avec une prière nocturne et un jour de fête, j'ai entendu un des frères franciscains qui vit ici chanter seulement un admirable chant grégorien. Je me suis immédiatement souvenu des visages de ces chrétiens en détresse, et les dialogues que j'ai eus avec ces catholiques qui ne supportaient pas les innovations dans la prière me sont venus à l'esprit. Je me suis dit : pourquoi ne pas chanter, de temps en temps, un ancien hymne grégorien en latin, après nos complies du dimanche soir ? À ceux qui m'ont alors demandé pourquoi nous l'avons fait, si personne ne nous y a forcés, j'ai répondu : nous sommes des hommes libres et un signe d'amitié, même pour quelques-uns, signifie beaucoup.

"Ce qui importe aujourd'hui, ce n'est pas de préserver l'optimisme de la foi, la joie, la paix, l'amour de l'Église, sans lesquels il n'y aura pas de reconstitution de l'unité visible de tous les chrétiens ? Dieu dirige l'Église et rien ne prévaudra contre elle ; elle est le corps du Christ, elle est tout pour nous. Nous serions profondément touchés si, au milieu du malaise actuel, nous vivions en tant que chrétiens dans l'angoisse et le pessimisme.

"C'est pourquoi à Taizé nous voulons dépasser les positions traditionnelles de l'Église, dont nous sommes issus, pour comprendre l'intuition pastorale du serviteur des serviteurs de Dieu, le pape Paul VI.

   "Je le répète encore une fois : je suis convaincu que la substance de la messe n'a pas changé, que les paroles du Christ "ceci est mon corps, cette coupe est la nouvelle alliance de mon sang" sont toujours une réalité vivante aussi et qu'elles n'ont été relativisées en aucune façon.

   "Et puisque votre lettre me parvient au moment où, même en plein hiver, de nombreux jeunes marchent à travers Taizé, je voudrais vous demander de prier pour que nous soyons fidèles, pour que nous ayons le courage de faire ce qui nous est demandé, surtout envers les jeunes, puisque nous n'y sommes pas préparés par notre vocation même.

   "Très fraternellement, je vous dis au revoir
   Frère Roger, prieur de Taizé".


Aussi émouvante soit-elle, cette lettre n'a pas répondu à notre question.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 11 Mar 2020, 5:29 pm

Aussi touchante soit-elle, cette lettre n'a pas répondu à notre question. Cela a été souligné dans un bref commentaire :


   "Nous remercions le prieur de Taizé de ne pas avoir éludé la réponse que nous lui avons demandée. Mais nous ne pouvons pas cacher le fait que cette réponse n'a rien à voir avec la question posée.

   "Nous ne reviendrons pas sur tout ce que nous avons exprimé dans notre article du 4 février et dans d'autres ;mais en fin de compte, pour les catholiques ordinaires, un mystère demeure : comment la "nouvelle messe" a-t-elle changé, si tant est qu'elle ait changé, par rapport à l'ancienne ? Et si elle n'a pas changé, pourquoi les éminents protestants l'acceptent-ils, alors qu'ils n'acceptent pas l'ancienne ?

   "Nous regrettons beaucoup que ni le secteur catholique ni le secteur protestant ne nous donnent de réponses à des questions aussi simples.

   "Nous sommes parfaitement conscients que l'unité catholique n'est pas seulement une question d'accord sur les mots et les définitions. Le mouvement, l'intention, la volonté, la prière, l'action, sont de grande valeur et ont beaucoup de poids. Mais les malentendus doivent être dissipés, en temps utile. Il n'est possible de se comprendre que si l'on est clair. Nous ne pouvons que nous unir autour d'une même vérité.

   "Il est certain que les frères de Taizé, par l'exemple qu'ils donnent et par leur profession de foi, ne peuvent personnellement inspirer que du respect. Cela n'est pas contesté. Ce qui nous intéresse, c'est la question que nous posons.

   "La fin, la seule fin à atteindre, est l'unité de l'Église. Il ne serait pas bon qu'en raison de la confusion persistante qui crée un malaise général, de nouvelles ruptures plus profondes se produisent. La lumière est une condition pour tout progrès œcuménique".


Au fond, puisque Taizé est aujourd'hui le symbole de l'œcuménisme, ce qui importe le plus est de connaître sa doctrine.

Nous disons bien : sa doctrine. Parce qu'il n'y a aucun doute sur leurs intentions, les moines de Taizé veulent un retour à l'unité des chrétiens. Pour cela, ils travaillent sur le respect de la conscience, ce qui leur a valu la "sympathie respectueuse" de Paul VI.

Mais que pensent-ils, que croient-ils, en d'autres termes, quelle est leur doctrine ?

Un livre de Max Thurian nous permet de le savoir exactement. Il s'agit de Sacerdoce et ministère, dont le sous-titre indique d'ailleurs la préoccupation de l'auteur : "Recherche œcuménique".

Ce n'est pas le premier livre de l'auteur. Il en a déjà publié une douzaine. Mais celui-ci est le dernier à paraître et il traite d'une question qui remet plus ou moins en cause l'ensemble de la chrétienté. Dans ce livre, nous trouvons la doctrine de Taizé (ou du moins celle du frère Max Thurian, que nous imaginons être aussi celle de ses frères) suffisamment exposée.

Disons d'emblée et de la manière la plus claire que cette doctrine est absolument inconciliable avec la doctrine catholique.

Ajoutons que cette doctrine n'a pas à déconcerter le lecteur catholique. On le trouve, implicitement ou explicitement, dans les journaux vendus dans les églises. On le retrouve chez les théologiens catholiques les plus renommés. On le trouve malheureusement chez les princes de l'Église.

A cet égard, on ne pouvait qu'encourager les catholiques à lire Sacerdoce et ministère. Ils y trouveront la doctrine protestante qu'ils sont sur le point d'être imprégnés, mais au moins ils sauront alors qu'elle est protestante.

Dans le livre du frère Max Thurian, nous pouvons distinguer les "idées à la mode" et la "doctrine de fond".


A SUIVRE... LES IDÉES À LA MODE DU PROTESTANT MAX THURIAN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 18 Mar 2020, 1:43 pm

1. LES IDÉES DE MODE


Ils sont évidemment mélangés à la doctrine sous-jacente, mais trois d'entre eux sont isolés par l'auteur pour être présentés, curieusement, en conclusion du volume. Max Thurian déclare : "La protestation concernant le ministère peut aujourd'hui se référer à trois thèmes majeurs : le rejet de la séparation cléricale, la critique de la paroisse institutionnelle et l'accusation de l'autorité hiérarchique".

Ces trois thèmes ont le mérite d'être pleinement œcuméniques. Certes, dans leur essence, ils sont plus protestants que catholiques. Mais ce sont plutôt les catholiques qui se distinguent dans leur propagation. En tout cas, le frère Max Thurian les fait siennes.

Le pasteur, comme le prêtre, "ne veut plus être un fonctionnaire du culte, mais un envoyé et un signe du Christ dans le peuple sacerdotal des chrétiens", il veut "gagner sa vie", etc.

En ce qui concerne le célibat, "la voie normale pour redécouvrir le libre choix du célibat, comme vocation et comme charisme, semble être l'ordination sacerdotale pour les laïcs, les parents, qui ont fait leurs preuves dans la responsabilité familiale...''

En dehors de la paroisse, "il faut être orienté dans le sens de petites communautés de dimension humaine..."

Quant à l'autorité, elle doit être exercée de manière collégiale. Collégialité des évêques, d'une part, "collégialité des prêtres réunis autour de l'évêque", d'autre part.

Tout cela nous est familier.



A SUIVRE... LA DOCTRINE DE BASE DU "FRÈRE" MAX THURIAN

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Juan+XXIII+con+Max+Thurian-fundador+de+TaizeLa NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Max%2BT%2Bcon%2BPablo
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 26 Mar 2020, 11:18 am

2. LA DOCTRINE SOUS-JACENTE


Comme elle se réfère à l'ensemble des problèmes concernant le sacerdoce et l'Eucharistie, la doctrine du frère Max Thurian n'est pas facile à synthétiser. Toutefois, certaines phrases choisies nous en donneront une idée assez précise.

-Il n'y a pas d'autres prêtres "que le Christ et tous les baptisés..." "Tous les chrétiens sont des prêtres..." "L'ordination du ministre ne le sort pas de la condition commune des laïcs..." En d'autres termes, Max Thurian nie le sacerdoce ministériel ; le prêtre n'est qu'un "ministre", c'est-à-dire qu'il exerce des fonctions spéciales au sein de la communauté des laïcs, qui sont des prêtres collectivement.

-L'évêque, "puisqu'il gouverne l'Église universelle en communion et en collaboration avec tous les évêques, représente et réalise l'unité de l'Église universelle, qui consiste en l'union des Églises régionales entre elles".

-Le Pape a, par rapport aux évêques, presque la même fonction que l'évêque a par rapport aux ministres de l'Église régionale.

"Si les évêques sont collégialement regroupés en conférences épiscopales, il convient que leur collège épiscopal soit présidé par un patriarche (...) Au sein du concile œcuménique, qui réunit tous les patriarches et évêques de l'Église universelle, un patriarche-premier ministre peut jouer ce rôle pastoral et arbitral".

-Comme pour le sacerdoce, dans le récit du lavement des pieds (Jean XXIII) "le pasteur découvre le sens profond et existentiel de l'aspect sacerdotal de son ministère" (...) "Le lavement des pieds peut à juste titre être considéré comme l'ordination des apôtres par le Christ, l'ordination au service des autres dans l'humilité et à l'autorité ministérielle au nom du Christ serviteur".

-En ce qui concerne l'Eucharistie, le pasteur en est le ministre ; il "préside les repas, invoque l'Esprit-Saint, prononce les paroles du Christ et présente au Père le mémorial de la croix, de la résurrection et de l'intercession du Fils, le sacrifice de louange et de supplication de l'Église. Il ne jouit pas d'un pouvoir sacerdotal privé ; en tant que pasteur de la communauté chrétienne, entouré de fidèles et avec eux, il accomplit son ministère de présidence eucharistique et participe à l'unique sacerdoce du Christ".


Nous pourrions continuer à répéter les citations. Tous soulignent les deux points suivants : la non-reconnaissance par le frère Max Thurian des caractéristiques qui, dans le catholicisme, définissent le sacrifice eucharistique et le sacerdoce ministériel du prêtre. Cela n'est pas surprenantpuisque le Frère est protestant et que nous n'entrons bien sûr pas du tout dans le jugement de ses propres convictions. Nous voulons simplement montrer à quel point Taizé est loin de Rome. Ce n'est pas une raison pour ne pas chercher des moyens de se rapprocher. Au contraire, c'est même une raison de les rechercher. Mais il est nécessaire d'être conscient de la réalité pour éviter les déceptions.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 04 Avr 2020, 10:03 am

Rappelons-nous ce que dit le Concile de Trente :


"Le sacrifice et le sacerdoce ont été tellement unis par la volonté de Dieu que l'un et l'autre ont existé sous les deux Lois. Comme dans le Nouveau Testament, l'Église catholique a reçu l'institution du Seigneur, le Saint Sacrifice visible de l'Eucharistie, il faut aussi reconnaître qu'il y a en elle un nouveau sacerdoce visible et extérieur, dans lequel le sacerdoce a été "changé". Ce sacerdoce a été institué par ce même Seigneur, notre Sauveur ; les apôtres et leurs successeurs dans le sacerdoce ont reçu le pouvoir de consacrer, d'offrir et de distribuer Son corps et Son sang, ainsi que de pardonner ou de retenir les péchés : la sainte littérature montre que la tradition de l'Église a toujours enseigné cela.''


C'est la doctrine de l'Église catholique, que l'on retrouve dans toutes les pages des Constitutions et Décrets de Vatican II. Le sacrifice et le sacerdoce sont deux points principaux sur lesquels le désaccord entre le catholicisme et le protestantisme persiste. Le "Décret sur l'œcuménisme" l'exprime clairement, bien que sur un ton très bienveillant (*Note du frère Javier del Espiritu Santo, O.P.- sur un ton très bienveillant... et aussi gêné, je dirais, comme la grande majorité des documents du damné  Vatican 2 quand il s'agit de défendre la sainte foi catholique contre le reste des erreurs et des hérésies) :

"Même si elles n'ont pas avec nous la pleine unité dont la source est le baptême, et même si nous croyons que, surtout à cause de l'absence du sacrement de l'Ordre, elles n'ont pas conservé la substance propre et intégrale du mystère eucharistique, néanmoins les communautés ecclésiales séparées de nous, lorsqu'elles célèbrent dans la Sainte Communion la commémoration de la mort et de la résurrection du Seigneur, professent que la vie consiste en la communion dans le Christ et attendent son retour glorieux. Dans ce texte, nous pouvons clairement voir ce que le catholicisme et le protestantisme ont en commun et ce qui les sépare.


Après la promulgation du nouvel ordo missae, le frère Max Thurian a écrit qu'il est désormais "théologiquement possible" pour les protestants et les catholiques d'utiliser les mêmes rites et prières pour la célébration de la "Cène". Peut-être, mais ce sera au mauvais endroit, car l'unité de la Foi ne sera pas réalisée.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 09 Avr 2020, 10:53 am

L'aspiration dans l'unité ne doit pas effacer les désaccords restants de la conscience. Alors que la vérité peut et doit être "faite" dans la pratique personnelle de l'Évangile, la vérité ne peut être "faite" dans la "pratique" d'une "concélébration" ou d'une "intercommunion" qui bannit la vérité professée.

Cela signifie-t-il que la marche vers l'unité souhaitée est entravée ?

Il s'agit au contraire de garantir les conditions de son avancement en lui rappelant la fin à atteindre, en l'éloignant des chemins qui ne mènent nulle part.

La fin à atteindre est le "sacrement de l'unité" qui, pour l'instant, constitue le signe de séparation entre catholiques et protestants. Une communion psychologique d'intention peut préparer la véritable communion de foi, mais en attendant elle indique les limites à ne pas franchir, sous peine d'imposture sacrilège.

En rappelant dans son livre la doctrine de Taizé, le frère Max Thurian rend un service aux protestants comme aux catholiques qui ne peuvent dissocier l'unité, la vérité et la fidélité.

En lisant ce livre, on peut voir tout le chemin qui, heureusement, a déjà été parcouru. Mais nous voyons aussi le chemin beaucoup plus long qu'il reste à parcourir. 14.


14 Cependant, de nombreux protestants et, malheureusement, de nombreux catholiques pensent, comme les frères de Taizé, que la nouvelle théologie catholique identifie la messe avec la cène. Dans un article du journal Le Monde (10-9-1970) consacré à l'examen d'un livre du théologien suédois Vajta, le protestant Roger Mehl écrit "Si l'on considère l'évolution décisive de la liturgie eucharistique catholique, la possibilité de remplacer le canon de la Messe par d'autres prières liturgiques, l'élimination de l'idée que la Messe constituerait un sacrifice, la possibilité de communion sous les deux espèces, il n'y a plus de raison pour que les Églises de la Réforme interdisent à leurs fidèles de participer à l'Eucharistie dans l'Église de Rome. Vajta n'aborde la question de la transsubstantiation que pour la rappeler, car il estime que cette doctrine, malgré l'encyclique Mysterium Fidei, fait l'objet de tant de réfutations parmi les théologiens et les prêtres qu'elle ne peut plus être considérée comme un obstacle décisif. De même, elle ne doit être considérée que comme un moyen intellectuel, valable à un certain moment dans notre culture, de sauvegarder ce qui est essentiel : la présence réelle du Christ.


A SUIVRE... La " Messe évolutionnaire ''
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Ven 24 Avr 2020, 8:55 am

Section IV - La messe évolutionnaire


Le 15 octobre 1967, l'église paroissiale de Venhuizen (Pays-Bas) a été le théâtre d'un curieux spectacle.

Le prêtre H. Kwakman et le pasteur J. Lugticheid se tenaient ensemble derrière la table de l'autel. Ils ont dites la messe ensemble, prononcé ensemble les paroles de consécration et distribué la communion. Les fidèles, catholiques et protestants, ont reçu la communion de façon interchangeable des mains du prêtre ou du pasteur.

Tout le monde était ravi de cette cérémonie œcuménique. Le prêtre, interrogé pour voir s'il avait demandé l'autorisation de son évêque, a répondu qu'il n'avait même pas pensé à cette idée. La messe évolutionnaire a commencé sa marche.

Nous ne pouvions pas reprendre tout l'itinéraire de cette marche. Mais au moins, nous pouvons souligner certaines de ses étapes et ses aspects.


A SUIVRE ... PENTECÔTE 1968
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 30 Avr 2020, 9:21 am

PENTECÔTE 1968


Le dimanche 2 juin 1968, jour de la Pentecôte, une "célébration eucharistique commune" s'est tenue dans un appartement privé de la Carrer de Vaugirard à Paris.

Soixante et un personnes, catholiques et protestants, dont plusieurs prêtres, ont entendu un psaume, un passage des Actes des Apôtres, une prière d'intercession faisant référence à des événements - mai 1968 - et un "vieux chanoine de l'Église" . Paul Ricoeur (protestant) a fait un "commentaire eucharistique". Enfin, rapporte Le Monde du 4 juin, "après la consécration (?), La plupart des participants se sont donné la communion avec du pain ordinaire que chacun a cassé, et quatre verres de vin ont été passés de main en main"."

Une lettre, signée conjointement, a rapporté l'événement à son SE Mgr Marty et au pasteur Westphal. Voici son texte:

"Frères,

"En cette fête de la Pentecôte en 1968, soixante et un chrétiens, catholiques et protestants, laïcs, prêtres et pasteurs se sont réunis pour écouter ensemble la Parole et partager le pain et le vin eucharistiques.

«Pour diverses raisons, nous avons participé ensemble, pendant des années, et surtout au cours de ces dernières semaines, aux luttes politiques de notre temps, et nous avons vérifié la portée révolutionnaire de l'Évangile. Conscients de notre profonde communion dans la foi, nous avons été poussés à célébrer avec un signe commun nos nombreuses rencontres au milieu des travailleurs et des étudiants qui luttent pour leur liberté: il fallait vivre cette fête de la réunion universelle en action de grâces et en espérance, et non pas séparément mais ensemble. Pour nous, ce n'est plus qu'un début: le combat pour la justice continue Solidarité avec tous ceux qui mènent ce combat, nous annonçons la mort et la résurrection du Seigneur présent et à venir.

"Avec ce geste, nous ne comprenons pas que nous nous séparions de nos communautés respectives. Nous prenons en compte le fait que la véritable unité des chrétiens dépasse aujourd'hui les frontières confessionnelles: les événements que nous vivons ensemble depuis des années et, récemment, dans la rue, nous ont fait avancer plus vers l'unité que nombre de nos rassemblements œcuméniques autour des tables de discussion théologiques.

"Nous ne savons pas si nous sommes appelés à répéter ce geste, dont nous voulons vous informer immédiatement, car nous pensons qu'il doit être tenu à l'écart des publicités bruyantes et clandestines.

"Dans la joie de cette Pentecôte, vos frères vous saluent."

Plus de clarté, impossible: les catholiques et les protestants comprennent fonder une nouvelle Eglise sur la base du message évangélique transformé en message de la Révolution. Les «luttes politiques de notre temps» constituent pour eux le lien de ce nouvel œcuménisme.

Comment l'évêque Marty, le "frère" Marty, comme l'appellent les néo-chrétiens de la Révolution?

Souhaitez-vous condamner les prêtres fondateurs de la nouvelle Eglise? Ou prendrait-il simplement note, douloureusement, de sa séparation de l'Église catholique?

Il estime qu'il est de son devoir de se contenter de ne pas les féliciter.

D'autre part, cela inclut "la recherche de la communion qui a uni ces chrétiens" ... Mais, ajoute-t-il, "nous ne pouvons approuver les catholiques, les prêtres et les laïcs qui ont participé à cette action eucharistique" (Parce qu'il s'agit d'une "action eucharistique." Mais de quelle nature, dans l'esprit des prêtres qui "y ont participé"?). Et il répète: "Nous ne pouvons donc pas reconnaître ce geste de nos frères. De plus, nous le regrettons."

Et c'est tout.


A SUIVRE ... LA NOURRITURE DE COIRE (Coire est une commune et une ville suisse)
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 06 Mai 2020, 7:32 am

LA NOURRITURE DE COIRE


Rappelons le "symposium" des évêques européens qui s'est tenu à Coire (Suisse) en juillet 1969. Hormis le symposium, les "prêtres réfutants" ont tenu une assemblée qui a attiré une vague de journalistes.

Le dimanche 6 juillet, de 6 à 8 heures du soir, ces prêtres se sont réunis pour manger au Ratisches Volkhaus. Voici l'agenda imprimé sur un miméographe:


1. Réception (JM Trillard, J. Renten).
2. Prière d'ouverture (W. Seipolt).
3. Quelques témoignages personnels (W. Murphy, H. Perrin, Dufrasne, Andoni).
4. Invitation à déjeuner.
5. Lire des journaux sur les grands problèmes de ce monde (Laurentin, Rudi).
6. Lire la lettre aux Philippiens 2, 1-9 (Jeanne Van Tol).
7. Quelques réflexions (F. Keesen).
8. Dialogue (sans débat). De très brèves réflexions (sic) peuvent être ajoutées .
9. La table est mise en ordre. Nous faisons une collecte pour payer les actions de nos frères basques.
10. Prière universelle (P. Carrette, Jan de Ruiter, Nando e, a.)
11. Prière eucharistique (JM Trillard, Nieberle, A. Davezies, J. Reuten, A. Henin).
12. Notre Père.
13. Invitation (W. Jansen, José Luis). Puis chacun rompt du pain pour ses voisins. Ensuite, le vin (sic) sera versé et les participants sont invités à le boire (F. Keesen).
14. Action de grâces.
15. Bénédiction.


Mlle Jeanne Van Tol, qui a lu l'épître, pendant le Concile était secrétaire du DOC 15 .

Interrogés sur le sens qu'ils ont donné à la "Prière eucharistique" au programme, les prêtres participants ont répondu avec peu de clarté.

Cependant, l'évêque de Coire, Mgr Vonderach, a publié le lendemain une déclaration exprimant sa désapprobation pour cette étrange cérémonie. Il a noté qu'elle était en contradiction avec l'esprit d'unité et de communauté et que la manière dont elle était célébrée était, sur des points essentiels, étrangère aux formes ecclésiastiques.

C'est le moins que l'on puisse dire.


15. Centre de documentation néerlandais.


A SUIVRE ... LA "DESACRALISATION" DU DIMANCHE
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mar 12 Mai 2020, 6:31 pm

LA «DESACRALISATION» DU DIMANCHE


Au début de 1969, les évêques français ont reçu de Rome le droit d'autoriser la célébration de la messe dominicale à partir du samedi après-midi.

L'innovation a réussi. Beaucoup de fidèles trouvent difficile, voire impossible, d'assister à la messe le dimanche. L'Eglise, ne voulant pas les priver non seulement de la messe mais de la messe du dimanche, a décidé que le samedi après-midi pouvait désormais être considéré comme faisant partie du dimanche.

Bref, c'est quelque chose comme une extension ou une nouvelle définition du dimanche, ce qui en soi n'est pas choquant car il ne s'agit que d'une relative nouveauté. Vingt-quatre heures par jour peuvent être comptées différemment. Cela peut être de minuit à l'autre. Elle peut également être de six heures de l'après-midi un jour à six heures de l'après-midi le lendemain. Nous laissons aux historiens et aux liturgistes le soin de nous dire exactement. Mais tout le monde sait que les veilles festives font plus ou moins partie des festivités elles-mêmes; et la première veille du dimanche (ou des autres jours) sont priées la veille. Les matines sont chantées dans les monastères la nuit ou la veille et le matin.

L'article 15 du décret sur les églises catholiques orientales de Vatican II dispose:

"Les fidèles sont tenus d'assister à la liturgie divine les dimanches et jours de fête, ou, selon les prescriptions ou coutumes du rite lui-même, à la célébration de l'office divin. Afin de satisfaire plus facilement cette obligation, il est établi comme temps utile pour l'accomplissement du précepte de l'après-midi de la veille jusqu'à la fin du dimanche ou un jour férié ... "

Ce qui a été établi pour les Églises orientales catholiques pourrait également être valable pour l'Église romaine. L'Église est propriétaire de sa liturgie. Ainsi, il est compréhensible qu'une préoccupation pastorale ait poussé le Saint-Siège et les évêques français à prendre cette décision.

Mais il résulte de lui-même qu'une telle décision peut viser à minimiser la valeur du dimanche.


La Constitution de Vatican II sur la liturgie développe son enseignement sur ce point dans son article 106:

"L'Eglise, par une tradition apostolique qui tire son origine du même jour de la résurrection du Christ, célèbre le mystère pascal tous les huit jours, le jour qui est à juste titre appelé " jour du Seigneur " ou dimanche. En ce jour, les fidèles ils doivent se rassembler pour qu'en écoutant la parole de Dieu et en participant à l'Eucharistie, ils se souviennent de la passion, de la résurrection et de la gloire du Seigneur Jésus et rendent grâce à Dieu, qui les a fait renaître à vivre l'espérance de la résurrection de Jésus-Christ de parmi les morts (I Pierre, 1, 3) Pour cette raison, le dimanche est la fête principale, qui doit être présentée et inculquée dans la piété des fidèles afin qu'elle soit aussi un jour de joie et de libération du travai à mettre devant lui d'autres solennités, à moins qu'elles ne soient vraiment d'une grande importance, car le dimanche est le fondement et le noyau de toute l'année liturgique ".

Tout cela est bien connu. Cependant, comme toute une littérature veut nous faire croire que le Concile a fondé un nouveau christianisme, il peut être commode de publier ses textes pour les faire connaître à ceux qui ne les ont pas lus et les porter à la mémoire des autres.

En 1969 comme en 1959, au XXe siècle comme au XIXe siècle, et dans tous les siècles précédents, "En vertu d'une tradition apostolique qui tire son origine du jour même de la résurrection du Christ", le dimanche est le "jour du Seigneur " et, sous l'influence de l'Église, il est également devenu " le jour de la joie et de la libération du travail ", apprécié partout par les croyants et les incroyants.

Autoriser la messe du dimanche le samedi après-midi prend un risque. Mais ce risque peut être limité en expliquant le sens de l'autorisation accordée et en fixant des règles appropriées pour faire respecter ce sens.

Inutile d'exprimer notre surprise - oh, qui n'a pas été surpris! - à la lecture de la note publiée à ce sujet par la Commission épiscopale de liturgie:

"Le dimanche", explique-t- il , " est une journée de loisirs pour certains et une journée de travail pour d'autres. Afin de respecter les loisirs des uns et le travail des autres, ils pourront assister à la messe dominicale du samedi. "

Nous sommes étonnés de la logique du raisonnement. Si le dimanche est une journée de loisir, il est impossible d'aller à la messe. Si c'est une journée de travail, tout aussi impossible. Alors quel genre de journée est samedi? Et pourquoi n'est-il pas "respecté" aussi puisque "respecter" les loisirs des uns et le travail des autres, c'est admettre qu'ils ne vont pas à la messe?

Quoi qu'il en soit, c'est le renversement exact de la perspective chrétienne et de la Constitution conciliaire.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 20 Mai 2020, 7:47 am

Le dimanche (chrétien), qui est "le jour du Seigneur" ( dies dominica ) est ainsi devenu "un jour de joie et de libération du travail". C'est aussi le jour du Seigneur, mais c'est surtout un jour de joie et d'interruption de travail, à moins que ce ne soit un jour de travail. Mais vous ne pouvez pas le célébrer comme le jour du Seigneur si vous travaillez, et non plus si vous ne travaillez pas, car alors vous vous reposez.

Dans sa note, la Commission ne s'arrête pas à celle d'énumérer les bonnes raisons que les fidèles auront pour ne plus aller à la messe le dimanche.

"D'un autre côté, l'expérience montre que, compte tenu du temps disponible le samedi après-midi et de l'humeur plus disposée des participants, la célébration pourrait même acquérir une qualité supérieure à la moyenne." (sic).

Le texte finit par être savoureux à cause du non-sens, et il vaut mieux ne pas être trop bon chrétien pour le lire, car vous ne pouvez pas éviter de rire des parties qui devraient vous faire pleurer:

"Jour de repos, à l'image du septième jour de la création, le dimanche est le jour des relations humaines, des loisirs, de la culture."

Ils ne nous envoient pas pour le dire. Pas le jour du culte, mais le jour de la culture. Pas le jour du Seigneur, mais le jour de l'homme.

"Les messes du samedi après-midi peuvent rendre service à ceux qui ne partent pas le week-end mais qui veulent éviter la fatigue du dimanche matin quand il faut préparer toute une famille à la messe (sic), ou à ceux qui reçoivent des amis non croyants et ils veulent passer toute la journée avec eux ''.

Que devrez-vous faire si vous passez tout le samedi avec des juifs et tout le dimanche avec des athées? Devrons-nous sacrifier le sabbat ou le jour du Seigneur? Et si vous recevez des amis musulmans vendredi? Des énigmes cruelles pour l'âme sensible du catholique!

"Enfin, dans les foyers où l'un des conjoints n'est pas croyant, le conjoint croyant pourra participer à la messe samedi après-midi et consacrer à son conjoint toute la journée de dimanche, que la famille quitte ou non le week-end".

Et si le mari croyant ne peut pas être séparé de son épouse même le samedi, comment le conjoint croyant résoudra-t-il ce "conflit de devoir"?

Par une coïncidence rare, le 29 janvier 1969, c'est-à-dire en même temps que le novice de la Commission épiscopale s'efforçait de "désacraliser" le dimanche, Paul VI a prononcé les mots suivants dans son discours hebdomadaire:

"Pourquoi tant d'insubordination, tant de fautes dans la discipline canonique, tant de tentatives de sécularisation, tant d'audace dans les propositions de transformation des structures ecclésiales, tant de désir d'assimiler la vie catholique à la vie profane, tant de crédit à la vie sociologique et pas à des considérations théologiques et spirituelles? "


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 30 Mai 2020, 8:48 am

À LA TÉLÉ


Le lundi 5 janvier 1970, une audition était consacrée à "la nouvelle Eglise de France".

Images diverses: prêtres ruraux du Maconnais; prêtres urbains à Villeurbane; la mission"; célibat; le "travail" etc.

Le point focal de l'audition était la messe de Madeleine-lès-Lille.

La messe, vous savez, c'est le dîner; et le dîner, c'est aussi connu, est un repas.

Nous assistons au repas.

A vrai dire, ce qui se passait n'était pas bien compris, car il y avait apparemment une distribution de communion aux fidèles selon le rite habituel (mais sous les deux espèces) , et il y avait la nourriture elle-même (pour les autres? Ou un autre jour?)

La nourriture était faite sur de petites tables. Chacun est allé chercher les hosties, la taille des petits pains, et chacun a mangé le sien à sa table

Nous ne pouvions pas nous empêcher de nous demander: l'évêque sera-t-il au courant?

La réponse est venue de La Croix-Dimanche du Nord , qui a publié le 25 janvier une interview de Mgr Grand avec le titre "L'Eucharistie en petits groupes".

L'évêque de Lille a révélé: "L'arrangement a été fait directement entre les producteurs de l'audition et la paroisse à ma suggestion."

Et il a précisé: "Ce n'était pas une expérience, comme certains disent, mais une Eucharistie célébrée en petit groupe, a proposé aux laïcs qui le voulaient et y avaient réfléchi avant de le réaliser, afin de le proposer progressivement à l'ensemble de la communauté."


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mar 09 Juin 2020, 8:00 am

LA "CÉLÉBRATION" PAR LES "PETITS GROUPES"


Les fidèles de Madeleine-lès-Lille ont été des pionniers, mais pas les seuls, par contre, ni les premiers. Le 15 mars 1970, la Documentation catholique publie la note de la Commission épiscopale française de liturgie sur les «messes par petits groupes».


Le ton général de la note est clairement indiqué par cette admirable formule que nous avons trouvée au début:

"L'EUCHARISTIE N'EST PAS UN ALIMENT ORDINAIRE"

Attention à l'orthodoxie, la note précise: "C'est plus que cela".

Nous sommes très tentés de traiter cette note de manière ludique, afin de diminuer sa gravité. Mais, après tout, c'est un texte "officiel". La Note provient de la "Commission de liturgie épiscopale française", qui n'a peut-être aucune autorité légale au sein de l'Église, mais qui l'acquiert pour être "épiscopale" et constituant la loi dans les diocèses. En le lisant, nous sommes sûrs de connaître, sinon la pensée des évêques, du moins la façon de penser qui leur est imposée et qui, au sein de "l'Église de France", réalise la subversion dont nous sommes des témoins impuissants. Les bureaucrates sont maîtres aujourd'hui et leurs documents doivent être pris en considération.

À cet égard, il est très intéressant de noter la gradation, ou plutôt la dégradation des instances qui créent l'anarchie dans la liturgie. Initialement, il y a la Constitution du Conseil sur la liturgie. Nous devons toujours l'avoir sous la main pour réaliser ce qui peut être fait avec une constitution. Il suffit de rappeler que ladite Constitution donne à la langue latine et au chant grégorien la première place dans la liturgie pour capter l'énormité de l'escroquerie dont nous sommes victimes.

Dans le domaine de la messe, il y a donc, se référant à la Constitution, le nouvel ordo missae.

Troisièmement, l' Institutio generalis, c'est- à-dire "Présentation générale du nouveau missel romain".

Quatrièmement, il y a une "Instruction sur les messes pour des groupes particuliers", qui vient de la Congrégation pour le culte divin.

Enfin, cinquièmement, il y a maintenant la "Note de la Commission de liturgie épiscopale française sur" Les messes en petits groupes ".


Faut-il parler, d'un pas à l'autre, d'une escalade ou, au contraire, d'un effondrement? Faut-il dire que la Constitution sur la liturgie a été trahie? Faut-il penser qu'elle trouve son incarnation concrète dans la note de la Commission par le développement normal de la "logique" du Conseil? Ce qui reste toujours, c'est que la doctrine catholique qui préside aux définitions et aux prescriptions de la Constitution conciliaire disparaît, d'un document à l'autre, au point de devenir un protestantisme incertain, un prélude aux intercommunions dont Paul VI se souvient qu'elles sont interdites.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 18 Juin 2020, 7:35 am

Bien entendu, il nous sera précisé que la note n'est pas "hérétique". Les éditeurs sont des gens du métier. Ils évitent d'utiliser des expressions formellement hérétiques. Ils ne disent pas: "La messe est un repas ordinaire"; Ils disent: "La messe n'est pas un repas ordinaire". Ils ajoutent même: «C'est plus que ça», ce qui n'est pas de l'hérésie, bien sûr. Déjà Pie X, pour condamner le modernisme, avouait ne pas pouvoir le définir. Il ne voyait en lui que «le point de rencontre de toutes les hérésies». Mais ce point de rencontre était un bal costumé. Le visage de l'hérésie était caché derrière chaque masque.


La note est un chef-d'œuvre de non-hérésie. Créez un climat pour cacher l'hérésie. Il faut le lire dans son intégralité pour bien le réaliser. Le vol est parfait et se fait par vocabulaire.


Tout tourne autour de la "célébration".

Hou la la! Puisque la messe est célébrée, la messe est une célébration. Dès qu'une épithète termine la phrase - célébration liturgique, célébration eucharistique - dès et très souvent, elle est supprimée.


Dans la "célébration", les petits groupes doivent assumer toute l'importance facile à deviner.

"Des études de psychosociologues nous montrent qu'au niveau d'un groupe restreint l'individu est effectivement perçu comme un membre du grand groupe dont il fait partie."

Il est impossible d'épuiser les «richesses» de cette phrase.

En premier lieu, le recours aux psychosociologues, princes de la réforme post-conciliaire, dont la gloire éclipse celle des théologiens eux-mêmes.

Puis une déclaration parfaitement fausse. Parce que l'individu est perçu comme un membre du "grand groupe" dans des conglomérats de dimensions très diverses. Dire qu'un catholique se percevra (même "efficacement") comme plus membre de l'Église dans une messe en petit groupe que dans une messe de pèlerinage ou même dans une messe paroissiale, est faux. Le sentiment peut tout simplement être différent, sans qu'il soit plus intense là-bas qu'ici, ni ici que là-bas.

Enfin, la phrase révèle la déformation, qui est l'œuvre des nouveaux liturgistes. Ce qu'ils veulent, c'est exciter le sentiment et non la foi. Leur christianisme est celui du sentiment communautaire et non celui de la foi dans la réalité divine.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Jeu 02 Juil 2020, 6:31 am

Et le prêtre? - ils me demanderont - que lui arrive-t-il lors de cette célébration?

Le prêtre? Eh bien: "préside".

Mais c'est aussi lui qui consacre le pain et le vin! Sans doute. Mais comme nous le savons tous, il n'est pas nécessaire de le dire.

Certains pensent que s'il est déjà connu, il vaut mieux le dire. Ce n'est pas l'avis des rédacteurs de la Note , qui ne mentionnent même pas cet aspect de "célébration". Non seulement il n'y a nulle part indiqué que le prêtre consacre le pain et le vin, mais le mot "consécration" n'apparaît même pas. Et ne parlons pas, bien sûr, de «transsubstantiation».

Voulez-vous avoir une idée du rôle du prêtre? Tenez-vous-en aux explications données sur la façon dont les «participants» devraient «contourner la table». Ils doivent être situés de manière à «pouvoir participer correctement à la célébration, avec leurs yeux et leur esprit».

«Cela ne devrait pas affecter la manifestation du rôle présidentiel du prêtre, rôle qui s'exprime par la manière même dont le prêtre célébrant exerce la présidence de la prière, par ses invitations (entre autres, bien sûr, celle des dialogues liturgiques) et car il ne fait que la grande prière eucharistique».

Pourquoi donc ne fait-il que la grande prière eucharistique? Probablement parce qu'il est le président, et il n'est pas commode de minimiser trop le rôle d'un président.

Est-ce que cela concerne le rôle du prêtre? Bien sûr que non! Il existe de nombreux passages analogues à celui qui vient d'être cité. Il y en a même un qui fait précisément référence au sacerdoce ministériel:

«Le rôle propre et irremplaçable du sacerdoce ministériel dans la célébration est de manifester l'action et la présence du Christ comme chef de son corps. Par le ministère du prêtre président, le Seigneur lui-même rassemble le sien, renouvelant en eux le mystère de Pâques et réalise ainsi la croissance du Corps du Christ».

C'est tout?

C'est tout.

Pourquoi en ajouter plus?


Un chapitre entier est consacré à «l'organisation» et à «l'adaptation» des «différentes parties de la célébration». Par la suite, la «simplification des rites d'entrée» est revue - lorsque «le développement de la rencontre qui précède l'Eucharistie a déjà permis de réaliser la communion des participants» (sic), le «célébrant» peut se contenter, au moyen d'un "admonition", soulignant le "caractère proprement religieux de la célébration" (qui n'est pas inutile dans une salle à manger) -, la "prière du célébrant", les "lectures bibliques", l '"homélie", la "prière universelle" , la "prière eucharistique" et la "communion".

Que dit-on dans le chapitre de la prière eucharistique? Nous reproduisons intégralement les deux paragraphes:

«Celui qui convient à un groupe particulier sera choisi parmi les différentes prières eucharistiques.

"Lors de la préface, après le dialogue initial:" Le Seigneur soit avec vous "" Levons nos cœurs "..., si le groupe le souhaite, à l'invitation du célébrant, les raisons actuelles de l'action de grâces peuvent être exprimées. Le célébrant poursuit en disant, par exemple: "Pour tout cela et pour tout ce que le Seigneur fait dans le monde en Jésus-Christ, remercions le Seigneur notre Dieu." Une fois que l'assemblée répond de la manière habituelle, le célébrant proclame la préface. Cette façon de travailler peut nous permettre de répondre à la demande d'une prière de remerciement actualisée, respectant le rôle propre du prêtre, qui, au nom du Christ, a reçu la mission et le pouvoir de rassembler et de présenter la prière et la louange au Père de l'Assemblée».


En un mot: le célébrant, le président, l'animateur exprime au nom de l'assemblée le sacrifice de louange qui est le sacrifice de cette célébration, située à une distance incommensurable du saint sacrifice de la messe catholique.

Nous sommes au milieu d'un dîner luthérien.

Hérétique, alors? Mais non! Nous avons déjà expliqué que nulle part il n'est dit que la célébration n'est rien de plus que cela. C'est à nous de croire que le Président célèbre également la messe de l'Église.

Les éditeurs de la Note ont eu la gentillesse de nous informer que "l'Eucharistie n'est pas un repas ordinaire". De la même manière, ils auraient pu nous informer que «la messe catholique n'est pas simplement le dîner luthérien». Ils ne pensaient pas qu'ils devaient en venir là.


Certes, un fidèle n'a pas à se poser autant de questions, et il supposera légitimement que la messe à laquelle il assiste dans le nouveau rite est catholique, comme c'est évidemment le cas lorsque le prêtre la célèbre dans un esprit d'union avec l'Église. Mais quand la note de la commission est lue, il y a des craintes fondées que certains prêtres n'aient plus d'autre volonté que de présider une célébration qui est un simple "sacrifice de louange", c'est-à-dire le dîner luthérien. Qui pourrait nous assurer qu'une telle célébration est une messe valide?


A SUIVRE ... LA COMMUNION DANS LA MAIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 13 Juil 2020, 8:54 am

LA COMMUNION À LA MAIN


La documentation catholique du 20 juillet 1969 a publié l'Instruction "Memoriale Domini" de la S. Congrégation pour le Culte Divin sur "la manière de distribuer la communion", datée du 29 mai 1969.


Cette instruction, qui part de la vérification que dans certaines parties la communion est faite à la main ou distribuée sous les deux espèces de pain et de vin sans autorisation du Saint-Siège, fait un résumé historique de la question et expose les avantages de la pratique traditionnelle en usage.


Il est vrai que dans les temps très anciens, la communion était utilisée dans la main, mais peu à peu, "lorsque la vérité et l'efficacité du mystère eucharistique ainsi que la présence du Christ en elle étaient approfondies, la le respect dû à ce Saint-Sacrement et l'humilité avec laquelle il doit être reçu, et la coutume a été établie que le ministre lui-même dépose un morceau de pain consacré sur la langue du communiquant. "



'' Compte tenu, poursuit l'Instruction, de la situation actuelle de l'Église dans le monde, cette manière de distribuer la sainte communion doit être préservée, non seulement parce qu'elle s'appuie sur une tradition multiséculaire, mais surtout parce qu'elle exprime le respect des fidèles vers l'Eucharistie. "


Cependant, comme un "petit nombre" de conférences épiscopales et "certains évêques individuels" ont exprimé le désir que la communion soit acceptée dans la main, le souverain pontife a décidé de demander "à tous les évêques de l'Église latine ce qu'ils pensent". en effet, les changements proposés dans une question d'une telle importance, qui correspond à une tradition très ancienne et vénérable, affectent non seulement la discipline mais peuvent comporter des dangers qui, comme on le craignait, finiraient par de cette nouvelle manière de distribuer la sainte communion, c'est-à-dire un moindre respect pour l'auguste sacrement de l'autel, une profanation de ce sacrement ou une altération de la vraie doctrine. "


Trois questions ont été posées aux évêques, que nous exposons ci-dessous, avec les réponses.


1. Pensez-vous qu'il soit nécessaire d'accepter le souhait que, outre la voie traditionnelle, le rite de recevoir la communion en main soit également autorisé?
Placet (oui): 567
Non placet (non): 1233
Placet Juxta modum (oui, avec réserves): 315 Réponses non valides : 20.


2. Souhaitez-vous que ce nouveau rite soit d'abord expérimenté dans les petites communautés, avec l'autorisation de l'Ordinaire du lieu?
Placet: 751
Sans placette: 1215
Réponses non valides: 70.


3. Pensez-vous qu'après une bonne préparation catéchétique, les fidèles accepteraient volontiers ce nouveau rite?
Placet: 835
Non placet: 1185
Réponses non valides: 128.


Suite à cette consultation, l'Instruction dit que «le souverain pontife n'a pas pensé que la manière traditionnelle de distribuer la Sainte Communion aux fidèles devait être changée.


"De même, le Saint-Siège exhorte fortement les évêques, les prêtres et les fidèles à respecter soigneusement la loi qui est toujours en vigueur et qui est à nouveau confirmée, en tenant compte à la fois du jugement rendu par la majorité de l'épiscopat catholique et de la forme actuellement utilisé dans la sainte liturgie et, enfin, le bien commun de l'Église. "


Cependant, "là où un usage différent a déjà été introduit" (pour la désobéissance), et afin d'aider les conférences épiscopales "à remplir leur tâche pastorale, souvent entravée dans les circonstances actuelles" (en raison d'actes de désobéissance localisée et supportée passivement), le Saint-Siège autorise, sous certaines conditions, que la communion soit distribuée à la main dans certains pays (malgré la loi toujours en vigueur, l'opposition de la majorité de l'épiscopat et l'infraction commise) au "bien commun de l'Église" ).


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Sam 25 Juil 2020, 9:17 am

Après l'Instruction Memoriale Domini, la "lettre de la Congrégation pour le Culte Divin" (datée du 19 juin 1969) au président de la Conférence épiscopale française est publiée dans la Documentation Catholique , autorisant la communion en main à la discrétion de " chaque évêque " dans son diocèse et précisant que " la nouvelle manière de communiquer ne doit pas être imposée de manière à exclure l'usage traditionnel ". Le prêtre ou le diacre sera celui qui donnera la communion.


Documentation Catholique publie, enfin, la "Note du Conseil permanent de l'épiscopat français" (publiée le 25 juin) qui introduit la nouvelle pratique, précisant que "la nouvelle voie ne doit pas être imposée" et qu'il "faut que ladite introduction est précédé d'une catéchèse adéquate. "


Six mois plus tard...
Dans une paroisse des Yvelines, la feuille que le curé distribue chaque dimanche aux fidèles porte, le 7 décembre, l'actualité suivante:

«La communion sera donnée par les laïcs.

«La grâce accordée à l'évêque de Versailles est datée du 13 mars 1969; Dans une lettre datée du 28 octobre 1969, l'évêque de Versailles se réjouit des facilités que la jouissance de cette autorisation lui donnera.

«Que la foi très humble de ceux qui ont accepté de remplir cette fonction trouve, dans la même simplicité, la foi de ceux qui recevront par lui le corps du Christ.

"Indications pratiques:

"1. L'hôte peut être reçu de manière traditionnelle, ce qui favorisera sans aucun doute les personnes âgées.

"2. Afin de faciliter l'exercice de ce ministère pour les «communicateurs de l'Eucharistie», il est recommandé à chacun de prendre l'hôte de la coupe qui leur sera présentée par un prêtre ou par un laïc.

"3. Le communiant répond "Amen", prend l'hôte et reçoit la communion avant de partir. "



Nous prenons ce cas parce que nous avons le document en vue. Cela n'a pas plus de sens qu'un autre du même sexe, mais ce sens est grand. Nous ne finirions jamais de l'exposer et de le développer.


Dans cette paroisse (Yvelines), que nous connaissons et qui est tout le contraire d'un centre de subversion, personne, bien entendu, n'a reçu la communion dans la main. Personne n'y a pensé et personne ne l'a demandé.


Aujourd'hui, tout d'un coup, on passe à la nouvelle messe, à la généralisation de la communion en main et à la distribution par les laïcs. C'est ce que l'on dit en langage vulgaire ''emballer".


Ici, la "nouvelle messe" n'est pas mentionnée. Parce qu'ils n'ont pas attendu le 1er janvier pour l'introduire. Le zèle post-conciliaire a recommandé de ne pas attendre. Au 30 novembre, c'était déjà fait.


La communion dans la main était l'exception; ici en fait, comme en droit selon l'Instruction de la Congrégation pour le culte divin. La règle a été inversée. Jusque-là, la communion pouvait être reçue dans la main; maintenant " vous pouvez recevoir l'hôte de manière traditionnelle".


Selon un usage devenu également «traditionnel» en quelques années, on nous dit que c'est fait par compassion pour les personnes âgées. Il faut croire que seules les personnes âgées se soucient de la tradition, de «la loi qui continue en vigueur», de l'opinion de la majorité des évêques de l'Église latine et du «bien commun de l'Église» !


Seuls les prêtres et les diacres ont le droit de distribuer la communion. Les laïcs sont promus dans cette paroisse. Ah oui, assez régulièrement! L'évêque de Versailles a obtenu une grâce à cet effet. Voyons la date: le 13 mars 1969, soit un mois et demi avant l'instruction Memoriale Domini; plus de trois mois avant la note du Conseil permanent de l'épiscopat français communiquant l'autorisation de Rome selon laquelle chaque évêque est convenu d'autoriser la communion en main. Tout était déjà arrangé dans les bureaux depuis longtemps.


Il y a donc le spectacle inattendu des «pieux laïcs» qui, par «obéissance», par «soumission au désir de l'évêque», «s'accommoder à l'esprit du Concile», etc., etc., seront les agents d'exécution d'une pratique à laquelle ils adhéreront avec "joie", même si cela ne leur était jamais venu à l'esprit, même s'ils ne l'avaient jamais revendiquée ou désirée, et qu'ils sont informés (s'ils le sont) qu'elle est contraire à une "tradition multi- séculière ", abrogeant "la loi qu'elle est toujours en vigueur et qu'elle est confirmée à nouveau " en opposition " au jugement rendu par la majorité de l'épiscopat catholique " et défavorable au " bien commun de l'Église ".


Rappelant cette série d'incohérences et de contradictions, Jean Madiran parle du «processus de communion en cours». En effet, il y a un processus: un processus qui est toujours le même et qui, tout simplement, est le processus révolutionnaire.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Dim 02 Aoû 2020, 10:47 am

Rappelant cette série d'incohérences et de contradictions, Jean Madiran parle du «processus de communion en cours». En effet, il y a un processus: un processus qui est toujours le même et qui, tout simplement, est le processus révolutionnaire.

Au début, un petit groupe d'hommes lance l'idée. Ils insèrent cette idée dans un courant de force, en l'occurrence le courant de «retour aux sources». Bientôt ils ont le renfort d'historiens, de liturgistes, d'archéologues, ravis que leur science soit enfin utile. Rien de plus simple, à ce stade, que de susciter une émotion religieuse. Les petits groupes semblent montrer l'exemple. Être pieux en violant les règles établies est un test de qualité.

Alors il désobéit ouvertement, se plaçant dans la phalange des premiers chrétiens, qui ne peuvent être facilement réfutés.

A la suite de quoi l'automatisme se déchaîne: les aumôniers, les vicaires, embêtent les évêques, les suppliant d'autoriser au plus vite ce mouvement irréversible si clairement inspiré par l'Esprit-Saint. Les évêques ont peur. Ils demandent que la réforme «n'aille pas de l'avant», ce qui ne prendra pas longtemps, bien sûr. Les bureaux font ce qui doit être fait. Et puis, la nouvelle loi est promulguée, qui est présentée en réponse au désir du peuple de Dieu. Le jeu est terminé.

Le peuple de Dieu susmentionné est complètement surpris, souvent scandalisé et douloureusement affecté.

Puis il est mobilisé, au nom de l'obéissance.


L'autorité de l'évêque et du prêtre est utilisée pour sanctionner la contestation de l'autorité, et les «pieux laïcs» deviennent des instruments de la révolution.

Comme il ne serait pas possible d'imposer la réforme d'un dimanche à l'autre, les deux modes de communication sont autorisés. D'où résulte la division entre les paroisses, et au sein de chaque paroisse. Puisque cette division est un scandale, le prêtre ou l'aumônier demande à rétablir l'unité. En d'autres termes, un pilonnage est établi pour supprimer la communion traditionnelle. Dans les communautés religieuses, dans les groupes d'enfants, cela se fait rapidement. Dans les paroisses, cela prend un peu plus de temps. Mais les revendications vigoureuses des «bergers», soutenues par la presse vendue dans les églises et les média de masse, finissent par réduire à un petit résidu le nombre des irréductibles. Chez ceux qui, bien que âgés de 20 ans, sont classés comme «âgés», il est utilisé avec une admirable charité. Ils sont sympathiques pour leur état sénile et pour leur imbécillité congénitale, à moins que, plus simplement, on leur fasse comprendre, par des moyens appropriés, qu'ils ne sont pas souhaitables puisqu'ils sont eux-mêmes marginalisés par la communauté. Tel est le processus.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 10 Aoû 2020, 6:59 am

Les conséquences? Nous les voyons en Hollande et en France et nous dégustons leurs prémices.

Lorsqu'un nouveau rituel de messe, des langues nationales, de nouvelles chansons et une nouvelle façon de distribuer la communion apparaissent simultanément, il en résulte nécessairement une «nouvelle messe» pour ceux qui sont encore appelés «fidèles».

Étant donné que le dénominateur commun et la justification commune de toutes ces réformes est le «retour aux sources», il est clair qu'une logique immanente emmène les innovateurs jusqu'au bout de ce retour.

Ainsi, à la communion dans la main, il faut ajouter la communion sous les deux espèces. La messe redevient exclusivement un repas. Puisqu'il n'est pas confortable de prendre un repas à l'église, il se fera à la maison, comme dans l'Église primitive. Le président de l'assemblée sera le prêtre et s'imposera par son "prophétisme".

Encore une fois, c'est ce qui est prouvé en Hollande, maintenant embourbée dans l'hérésie.

Les «fidèles» ont suivi leurs prêtres «par obéissance», et les évêques n'ont pas voulu rompre l'unité du peuple de Dieu. La règle d'or est d'être «ensemble». Par conséquent, ensemble, l'Église est abandonnée et se vante d'être l'Église.

L'Église a-t-elle ratifié la pratique désormais générale de la communion dans la main?

Il a été si peu ratifié que, dans le Missel romain définitif, deux clarifications ont été ajoutées aux articles 80 et 117 de l' Institutio generalis .

L'article 80 énumère, parmi les objets à préparer pour la célébration de la messe, l'assiette de communion, patina pro communione fidelium.

L'article 117 décrit la manière dont la communion doit avoir lieu. Le prêtre présente l'hostie aux fidèles en disant: "Le corps du Christ", Corpus Christi. Le fidèle répond: «Amen» et, tenant l'assiette sous son visage, reçoit le sacrement, «et tenens patinam sub ore Sacramentum accipit».

Tout est parfaitement clair, et c'est la loi liturgique promulguée le 26 mars 1970.

Soulignons que ces dispositions ne figuraient pas dans les premières versions de l' editio typica de l' ordo missae. En revanche, ils n'étaient pas nécessaires. Mais le fait qu'ils aient été introduits dans la dernière édition du Missale Romanum démontre clairement la volonté formelle de la Congrégation pour le culte divin que la loi de l'Église soit respectée.

Tout cela est époustouflé ...

La seule évolution qui puisse être vérifiée est une substitution progressive du self-service dans la communion en main. Chacun utilise le ciboire tenu par un prêtre ou par un laïc, homme, femme ou enfant.


A SUIVRE... L'INTERCOMMUNION
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Dim 23 Aoû 2020, 9:16 am

L'INTERCOMMUNION


L'intercommunion est la communion des catholiques et des protestants en commun, que ce soit à la messe catholique ou au repas protestant.

En France, l'intercommunication est rare, pour la simple raison qu'il y a peu de protestants. On ne le trouve que dans les petites «communautés prophétiques», lorsque l 'opportunité est donnée, comme cela s'est produit à la Pentecôte 1968.

Par contre, en Hollande, c'est très fréquent.
Mais ce n'est évidemment pas admis par le Magistère. Par conséquent, il est revendiqué.

A cet égard, une proposition a été présentée au "Conseil pastoral" au printemps 1970. Afin de ne pas compromettre les évêques, ce sont des laïcs qui ont présenté la demande. C'est ainsi que Le Monde (du 10 avril) raconte ce moment du «Conseil»:

«Afin de ne pas mettre les évêques dans l'embarras en les invitant à voter sur un texte sur l'intercommunion, l'assemblée a préféré s'exprimer sous la forme d'une demande qui leur avait été présentée. Par 94« oui », 1« non »et 2 abstentions l'Assemblée s'est prononcée en faveur de la possibilité pour les catholiques et les protestants de participer à leur Eucharistie réciproque lorsque l'unité dans le Christ s'avère être le fondement et le mobile de leur communauté. Sur cette base, les ministres peuvent être mutuellement reconnus et considérés comme appelés par le Seigneur dans l'Église unie. Il y a une unité de foi suffisante, lorsque l'Eucharistie et le repas sont considérés comme le même événement de salut, c'est-à-dire la commémoration de la mort et de la résurrection du Christ. Ces conditions peuvent se présenter, par exemple, à l'occasion de mariages mixtes, de groupes de travail, dans certaines communautés locales, etc.

En revanche, les évêques hollandais, au fond, sont en parfait accord avec leurs brebis.

En effet, dans leur lettre collective de Carême, datée du 15 février 1970 ( Doc. Cath, 5 avril), ils déclarent: "Nous croyons à la résurrection du Seigneur à cause du témoignage qui nous est parvenu des apôtres. Mais dans la prière, dans la célébration de l'Eucharistie, partout où deux ou trois se réunissent en son nom, nous pouvons, en tant que croyants, découvrir parfois la présence vivante du Seigneur ».

Cette déclaration de modernisme parfait autorise évidemment toutes les intercommunications. De plus, il clarifie le fameux article 7 de l' Institutio generalis tel qu'il a été rédigé avant d'être corrigé dans l'édition définitive du Missale Romanum.

Mais le cas de la Hollande exigerait un livre entier.

Dans le n ° 122 de La pensée catholique RP Van den Ploeg, professeur à l'Université catholique de Nimègue et professeur de théologie, écrit:

"... Ce prêtre qui passait le samedi après-midi à préparer son sermon dominical, le passe maintenant à composer le texte de la" célébration eucharistique "du lendemain. En changeant les textes vénérables de la liturgie ou en les remplaçant par d'autres de ses propres invention, elle ne s'arrête pas à la partie la plus sacrée du rituel: le canon. De nouveaux canons abondent, et il y a des églises et des chapelles qui ont leurs propres canons.

"... (Le 28 juin 1969, lors de la consécration de Mgr Möller, évêque de Groningen, par le cardinal Alfrink), les hôtes ont été consacrés dans des paniers placés sur l'autel, et ont été distribués à tous, catholiques et Pas des catholiques Les paroles du Canon 2, "... et avec la bienheureuse Mère de Dieu, la Vierge Marie" est devenue "avec Marie, la mère du Christ".

"... (En raison de l'abandon de la doctrine de la transsubstantiation, il y a) la naissance d'une pratique que certains appellent" œcuménique ", qui consiste à permettre au" service eucharistique "d'être" concélébré "par un pasteur protestant non ordonné, qui prononce, par exemple, les paroles consécratoires sur le vin, tandis que le prêtre catholique le fait sur le pain; ou, comme cela a été fait à Utrecht dans la paroisse étudiante, un pasteur protestant est autorisé à présider et célébrer tout la cérémonie eucharistique.

«Le nombre d'ordinations sacerdotales est déjà proche de zéro; en cinq ans, il y a eu une baisse de plus de 75%, qui dans certains diocèses atteint presque 90%. De plus en plus de prêtres se marient.

"... Les grands séminaires étaient florissants. Après le Concile, ils ont tous fermé.

"... L'attitude et la tactique de la hiérarchie à cet égard semblent être de tenir les catholiques ensemble dans l'organisation visible de l'Église des Pays-Bas ...

«… L'homosexualité chez les homosexuels, désignée par le néologisme« homophilie », est approuvée, voire recommandée, non seulement dans les revues de théologie et dans un bulletin rose, mais aussi dans les bulletins paroissiaux.

"Les mariages homosexuels ont lieu dans l'église."


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Mer 02 Sep 2020, 7:36 am

Dans la Revue de la presse internationale, M. A. Laforge cite des dizaines d'exemples de l'anarchie liturgique qui règne aux Pays-Bas. Citons au hasard :

"Le 23 février 1969, à Saint-Joseph de Groningue, l'évêque de Breda Mgr. Ernst, qui n'avait même pas revêtu la chasuble, a célébré la "messe". Plusieurs paniers d'hosties ont été consacrés, que des jeunes hommes et femmes ont fait circuler parmi les participants. À Vaals, un groupe de jeunes filles a dansé autour de l'autel ; au moment de l'Élévation, elles ont éclaté dans un grand "Hip, hip, hip, hourra !''

"En 1969, le cardinal Alfrink —félicitons-le, même si ce n'est qu'une fois —a infligé une suspension à trois aumôniers des étudiants catholiques d'Utrecht qui, pendant le carême, avaient laissé un pasteur protestant présider la fonction eucharistique en tant que célébrant. Lorsqu'on lui a demandé si cette suspension serait temporaire ou définitive, le cardinal Alfrink, selon son habitude, a répondu par des évasions : L'Eucharistie est en jeu ! Le journal de Nijmegen, De Gelderlander, du 20 mars 1969, a noté que lors d'une réunion la veille, le prêtre de la paroisse étudiante rebelle d'Utrecht avait rappelé que depuis 1960, il y avait des cultes œcuméniques dans la chapelle réformée Saint-Jean, où le repas protestant et l'Eucharistie étaient célébrés à tour de rôle. Le curé Kemphuis, docteur en droit canonique, ajoute que ces rites ont eu lieu à Amsterdam, Leyde et Eindhoven, et nie formellement que l'époque néerlandaise puisse prétendre aujourd'hui les ignorer, d'autant plus que plusieurs évêques ont donné leur accord tacite. La presse a publié de longs articles appelant à la poursuite de ces "expériences". Il est absolument vrai que les concélébrations avec des pasteurs protestants, sacrilèges et souvent invalides, dans lesquelles le pasteur ne prononce qu'une partie des paroles de consécration, abondent en Hollande. Le P. Ooestvogel, en revanche, a déclaré le 11 mars à la télévision qu'il ne se soumettrait finalement pas et que, lors de la consécration, il ne se considérait pas comme une sorte d'illusionniste (Fred Kaps) qui fait "un peu plus que le pasteur protestant". Il faut ajouter que les pasteurs protestants utilisent des textes "eucharistiques" de l'ancien jésuite Oosterhuis, qui aurait annoncé ses fiançailles si la mariée ne s'était pas excusée au dernier moment !

De même, de nos jours (1972 !!!), plus personne ne sait ce qu'est la messe hollandaise.

Dans Notitiae, l'organe de la Congrégation du Culte Divin, nous lisons la question suivante, posée par les fidèles des Pays-Bas :

"Question : Le quotidien Analecta voer net bisdom Haarlem, 1969, p. 217-228, contient une version néerlandaise du nouvel ordo missae préparé, dit-il à la p. 199, par la Commission néerlandaise de liturgie.

"Il demande :
''1. Cette version, telle qu'elle est présentée, a-t-elle l'approbation de la Congrégation pour le Culte Divin ?
''2. Cette version peut-elle être utilisée pour la célébration de la messe ?


"Réponses :
"3. Aucune version néerlandaise du nouvel ordo missae n'a été approuvée à ce jour par la Congrégation pour le Culte Divin.
"4. Il n'est pas permis d'utiliser pour la célébration de la Messe une version non approuvée par le Siège Apostolique".

Deux autres questions concernant les ordinations actuellement autorisées par les évêques reçoivent les mêmes réponses négatives. Les messes autorisées par les évêques mais non officiellement approuvées par Rome ne sont pas des messes catholiques.

C'est le résultat de toutes les "initiatives" des laïcs, du clergé et de l'épiscopat des Pays-Bas. Là, un catholique ne peut être sûr d'assister à la messe
que si le prêtre suit le rituel traditionnel, celui de Saint Pie V.

Il y est parvenu par degrés successifs. À chaque pas en avant, il a été démontré que tout était parfaitement normal, régulier, légal, "en union avec Rome", refusant d'en être séparé. Maintenant, le schisme est interne, mais total. Cet exemple devrait être un exemple pour les catholiques du monde entier et surtout pour ceux de France.


Pour en revenir à l'intercommunion, est-il nécessaire de dire qu'elle est interdite par l'Église ?

Le 13 novembre 1968, Paul VI, recevant les membres du Secrétariat pour l'unité des chrétiens, leur a fait un exposé sur l'œcuménisme. En parlant du "Directoire œcuménique", il a dit :

"...Contrairement aux normes dictées dans la partie déjà publiée de ce Répertoire, malheureusement, ces derniers mois, dans différentes parties du monde, des initiatives intempestives ont été prises. Nous voulons parler de certains cas d'admission de chrétiens non catholiques à la communion eucharistique dans l'Église catholique ; ou, à l'inverse, de la participation de catholiques à l'Eucharistie célébrée par des non catholiques ; ou encore des "intercérébrations" entre ministres de diverses communions chrétiennes.

"Nous nous disons cela avec tristesse, mais la loyauté nous oblige comme un devoir : loin de faire progresser l’œcuménisme, ces initiatives hâtives ralentissent sa progression (...)" (Doc. cath., 1er déc. 1968).


Paul VI est revenu sur ce thème dans son discours d'audience générale du 21 janvier 1970. Rappelant que le problème de l'unité des chrétiens ne peut être résolu sans "cette autorité et ce charisme de l'unité que nous considérons comme la prérogative divine de Pierre", il a précisé :

"Ce n'est pas par le fait accompli de l'intercommunion, comme on le dit aujourd'hui, que l'unité peut être réalisée. Comment serait-elle possible sans la même foi, sans un sacerdoce identique et valable ? C'est pourquoi, ces derniers jours, le Secrétariat pour l'unité des chrétiens a publié une déclaration claire qui constitue une autorité pour rappeler que l'intercommunion n'est pas autorisée (sauf dans des cas spéciaux et déterminés) et pour dissuader les catholiques d'y avoir recours. Ce n'est pas la bonne voie, mais une déviation" (Doc. cath, 15 février 1970) 16.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 14 Sep 2020, 8:28 am

LE MISSEL - AGENDA


A la messe évolutive, au missel évolutif. Un "nouveau missel du dimanche" est proposé aux fidèles.

Texte de la propagande : "600.000 exemplaires ont été imprimés et probablement pas assez pour satisfaire la demande. En format livre de poche, à un prix modeste de 7 francs, le nouveau missel présente la nouveauté qu'il ne peut servir que pendant un an, comme un journal intime. Comme la liturgie évolue de manière positive et utilise de nouveaux textes sacrés chaque année, la tradition du missel qui était offert à vie lors de la première communion est maintenant perdue. Le temps du missel-agenda commence".

Sous ce texte, en petits caractères et entre parenthèses, on peut lire : "(Express nº 969)". Nous ne savons pas si elle fait référence à l'hebdomadaire de ce nom ou s'il s'agit d'un code typographique dont la signification nous échappe. En tout cas, c'est comme un label de qualité pour la présentation de ce "nouveau missel".

En fait, tout est là.

Tout d'abord, il s'agit d'un "nouveau" missel. Ce qui n'est pas "nouveau" dans l'Église aujourd'hui risque de devenir suspect. Il peut être acheté en toute confiance. C'est nouveau, donc c'est bien.


La nouveauté de ce nouveau missel, c'est "l'impossibilité de servir pendant plus d'un an" !


Merveilles des merveilles ! Auparavant, l'enfant recevait, pour sa première communion, un missel qui pouvait lui servir "toute sa vie". C'était la "tradition". Comme c'était la tradition, c'était une mauvaise chose. Traditionnellement, l'Église était pour la tradition. La nouvelle Église est pour la nouveauté. Nous devons être logiques. Instruit par le "nouveau" catéchisme, l'enfant pourra suivre le "nouvel" ordre de la messe avec un "nouveau" missel, dont la "nouveauté" sera de "ne pouvoir servir que pendant un an" et, bien sûr, en France, puisque à l'étranger son missel français ne lui sera d'aucune utilité.

En bref, c'est un "agenda", un "missel-agenda", ou un "agenda divers". Faut-il supposer, selon le texte publicitaire, que la "tradition" du missel-agenda commence ? Cela semble être une offense à la nouveauté. Disons plutôt que cette année, nous avons un programme divers. L'année prochaine, il y aura autre chose, puisque la liturgie évolue "volontairement" ( !!)

Dix éditeurs se sont associés pour prendre en charge la "production" et la "distribution" de ce chef-d'œuvre, qui est actuellement (lire en bas de page) à 6809 mille.

Cela signifie que beaucoup l'utilisent, et qu'un nombre infiniment plus important ne l'utilise pas.

Dans trois ans, dans deux ans, combien de fidèles auront le courage d'acheter la nouveauté du moment, qui aura l'originalité de "ne servir que pendant un an", sauf si à ce moment-là la nouveauté consiste à ne servir que pendant six mois, ou huit jours, ou pour une seule fois, comme des serviettes en papier ou des assiettes en carton.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron   - Page 3 Empty Re: La NOUVELLE MESSE, par Louis Salleron

Message  Monique Lun 21 Sep 2020, 8:05 am

LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE L'ÉVOLUTION


De tout ce qui a été dit, sans parler de tout ce que nous n'avons pas dit, nous pouvons rappeler, comme caractéristiques de l'évolution liturgique en cours, les traits suivants :

1. Le latin a été laissé au profit des langues vivantes. Ce changement, parce qu'il est le plus sensible, est généralement considéré comme le moins important. Nous avons déjà dit, au contraire, qu'elle est d'une extrême importance. La perte du latin est la perte de l'unité. La diversité ouvre la porte à toutes les libertés.

2. Les traductions sont insatisfaisantes. Certaines constituent de pures et simples trahisons de la parole de Dieu. D'autres sont souvent inexactes ou vulgaires.

3. Désormais, Dieu est sur une base de prénom. Style noble ? C'est plutôt une question de camaraderie.

4. Avec le latin, le chant grégorien a disparu. L'orgue est remplacé par la guitare. La musique sacrée cède la place au jazz.

5. Les églises ont été livrées à la fureur iconoclaste. Ils sont surveillés lors des foires aux vêtements. Les ornements et les panneaux de bois sont vendus dans les magasins d'antiquités.

6. L'autel a été remplacé par une table. Le prêtre ne célèbre plus la messe tournée vers l'est mais vers le peuple. Le symbolisme du culte commun a disparu. Désormais, Dieu est au milieu des gens et a tendance à être confondu avec eux. L'anthropologie se glisse dans la théologie. L'assemblée et son président se consacrent, dans l'extase collective, à redécouvrir le Dieu immanent qui est en chacun, sans plus se soucier du Dieu transcendant qui s'offre à eux dans son incarnation.

7. La célébration eucharistique devient une concélébration. Ce n'est plus le prêtre qui officie, mais la communauté. Peu à peu, les laïcs concélèbrent avec le prêtre. Le sacerdoce royal du peuple de Dieu remplace le sacerdoce ministériel.

8. La liturgie de la parole immerge la liturgie de l'Eucharistie ; et la parole du prêtre, ou celle des laïcs, expulse la parole de Dieu. Le prophétisme envahit le rite.

9. L'Eucharistie est échangée contre de la nourriture. La communion dans la main ou le libre-service. Communion sous les deux espèces.

10. Les messes en petits groupes sont préférées aux messes paroissiales. En fait, le petit groupe favorise le sentiment communautaire. Dieu ne se trouve plus dans la foi mais dans une sorte de ferveur hypnotique.

À quel moment quitte-t-on le culte catholique pour entrer dans le vaudou ? Seul Dieu le sait. Mais la vérité est qu'à la limite, vous êtes plus proche de la magie que de la messe.

Mais certains protesteront, nous n'en sommes pas encore là. Non : dans l'ensemble, nous n'en sommes pas encore là. Lorsque la messe est priée à l'église, le dimanche, par le curé, c'est toujours la messe, même si elle est marquée par des fantaisies et des extravagances. Mais les murs de l'église sont déjà rejetés, comme si l'on pouvait deviner qu'ils constituent les bastions de la liturgie. Les maisons, le salon, la salle à manger, la cuisine sont privilégiés.

L'évolution est en cours.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum