''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

2 participants

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Ven 01 Mai 2020, 8:58 am

2) L'obéissance, dans la mesure où elle est une vertu, dans la mesure où elle est méritoire, dans la mesure où elle est louable, dans la mesure où elle est fondée et née de la foi, se nourrit de la foi et se termine par la charité. L'obéissance par peur, par commodité, par simple routine, n'est pas une vertu, c'est de la lâcheté, c'est de l'égoïsme, c'est un manque de vision et de talent.


3) L'obéissance n'est due qu'au supérieur LEGITIME, car lui seul a le temps de Dieu, l'autorité de Dieu, "de qui descend toute paternité", comme le dit Saint Paul. On ne doit pas obéir à un supérieur illégitime.


4) L'obéissance aux hommes doit toujours être l'obéissance à Dieu, car l'autorité des hommes est fondée en Dieu, il représente Dieu, tant qu'il ne s'en va pas, tant qu'il ne contredit pas l'autorité de Dieu.


5) L'autorité de tout supérieur humain n'est jamais absolue, indépendante ou illimitée. Saint Thomas dit : "L'homme est soumis à Dieu tout entier, comme en toutes choses, et, par conséquent, tout est obligé de lui obéir ; mais les sujets ne sont pas soumis à leurs supérieurs en toutes choses, mais de manière décisive, pour certains d'entre eux, pour lesquels les supérieurs sont des intermédiaires entre Dieu et les sujets ; mais pour d'autres choses, ils sont immédiatement soumis à Dieu, par qui ils sont instruits au moyen de la loi naturelle ou de la loi positive, (conscience).


6)
Lorsque Dieu donne l'autorité à l'homme qui le représente (ecclésiastique ou civil), il ne les délivre donc pas de leur condition. D'où il découle que, soit de bonne ou de mauvaise foi, les supérieurs peuvent commander ce qui est mauvais en soi, soit parce que cela contredit la loi de Dieu, soit parce que cela contredit les droits légitimes que Dieu a donnés à l'homme et qu'ils sont inaliénables, soit parce que ce sont ces dispositions, contraires au bien commun, que tout supérieur doit rechercher dans son gouvernement. Il s'ensuit donc que l'obéissance que nous devons à Dieu est toujours absolue, car il ne peut jamais envoyer l'erreur ou le mal ; mais l'obéissance aux hommes est toujours conditionnée par le mandat donné et la légitimité de l'autorité humaine à le donner.


7) L'autorité ecclésiastique, qui commande, dans un cas contraire à la volonté de Dieu, les droits inaliénables que Dieu nous a donnés ou le bien commun, bien que dans ce mandat spécifique il n'ait pas le pouvoir de commander, non pas pour cette raison il a perdu toute son autorité et pour toujours. Ce serait un mal plus grand, mais il ne cesserait pas d'être supérieur.


8) Le cas est différent, lorsque le supérieur ecclésiastique - toujours en supposant qu'il a été légitimement élu - il est hérétique ou s'écarte manifestement de la volonté de Dieu, car il perdrait alors totalement son autorité et pour toujours, même si ce n'est qu'une vérité de foi qu'il a reniée dans son mandat, car celui qui nie la vérité de la foi, nie toute foi. La foi est une (Eph. IV, 5), car toutes nos croyances (chacune et chacune) sont fondées sur la même autorité pour révéler Dieu. La foi est, comme nous l'avons déjà dit, le commencement, la racine, le fondement sur lequel repose toute autorité, et de même que le fondement est enlevé, le bâtiment tombe à terre, de même l'autorité religieuse, lorsqu'elle est enlevée. Elle a elle-même, par son refus d'une vérité de foi, enlevé le fondement même sur lequel son autorité était fondée et maintenue. Celui qui, par ses paroles ou ses actes, nie la foi est un hérétique et reste donc en dehors de l'Église et ne peut donc être le chef ou l'autorité de l'Église qui est en dehors d'elle.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Jeu 07 Mai 2020, 7:53 am

9) Comme la loi, l'autorité humaine est ou doit toujours être ordonnée pour le bien commun de la société qu'elle gouverne. Le bien commun de l'Église, en raison de son universalité et de ses conséquences, est sans aucun doute la foi et tout ce qui la conduit, la promeut, la préserve et la nourrit. "Celui qui croit sera sauvé ; celui qui ne croit pas sera CONDAMMÉ. (Marc XVI, 16). Il y a d'autres biens dans l'Église qui ne correspondent pas à la foi, mais qui lui sont liés et doivent être gardés en proportion, car ils sont comme les accessoires qui la soutiennent et la préservent dans toute sa pureté et son intégrité.


10) La première obligation la plus sérieuse de la hiérarchie et surtout du Pape est donc d'enseigner seulement la foi et la vigilance afin que personne ne la corrompt. Négliger ce devoir ou ne pas fournir les moyens nécessaires pour l'accomplir, c'est non seulement perdre leur autorité, mais aussi manquer gravement à la foi, puisque l'autorité qu'ils ont, instituée par Jésus-Christ NS, est ordonnée à la préservation et à la propagation de l'Église, ce qui, sans une foi véritable, ne peut se produire. Au lieu de remplir ces priorités, il contredit son devoir. Face à une erreur contre la foi, une attitude passive de la hiérarchie est gravement coupable et Ce péché est contraire à la vertu de la religion. L'autorité de l'Église, comme toute autre autorité, est en fonction de service, qui n'est pas de détruire, mais de gérer le trésor de la société qui leur est confiée, en l'occurrence : la foi de l'Église.


11) LA CORRÉLATION DES DROITS ENTRE LES SUPÉRIEURS ET LES SUJETS. Notez que les droits et les obligations, tant du supérieur que du sujet, sont corrélatifs, en eux-mêmes, graves. Le premier implique que avec la même force que le supérieur peut "DEMANDER" l'obéissance du sujet, quand il lui enseigne la vraie foi; il peut aussi le sujet "EXIGE" le supérieur, parce qu'il a le droit de recevoir cette foi avec tout ce qui la favorise; et le prévenir ou corriger contre tout ce qui le ternit, le tache ou l'éteint. Et quand, comme maintenant, le supérieur connaît des cas très clair de certains de ses sujets, qui nient publiquement ou déforment une vérité de foi, et ne s'efforce de corriger le délinquant, surtout s'il est prêtre, comme nous le voyons malheureusement supérieur commet un très grave péché d'injustice envers ses autres sujets, car il lui manque la plus grande obligation de le faire; et il pèche aussi contre la charité envers le criminel lui-même, parce qu'il ne cherche pas le bon qui devrait vous procurer. Et si cette tolérance à l'erreur et au péché est permanente, elle est habituelle chez le supérieur, il perd son autorité, car son comportement, qui est complicité, est négatif et nuisible à la société qu'il préside. Ne pas exercer l'autorité appropriée de manière systématique, c'est la supprimer, c'est l'abdiquer; et une société sans autorité tombe inévitablement en ruine.


12) Appliquant cette saine doctrine aux circonstances actuelles, nous rencontrons de nombreux évêques, cardinaux et autres dirigeants de l'Église. Le Pape lui-même, comme cela se passe maintenant partout dans le monde (parce que le mal vient de la tête), d'une part, réprimande, censure et même interdit la prédication de la foi ancienne, la foi de toujours, la foi reçue par la tradition ou par l'évangile même des apôtres et de Jésus-Christ ; et d'autre part, ils leur permettent de se multiplier et de répandre les erreurs les plus absurdes contre la foi par écrit ou en paroles, même dans les séminaires eux-mêmes ; ils autorisent la suppression des images et des dévotions du peuple chrétien (dévotions saintes et bénéfiques, approuvées, recommandées et même ordonnées par l'Église) ; promouvoir la dissolution en gardant le silence, peut-être en encourageant ouvertement ou secrètement ou en approuvant positivement ceux qui la répandent ; bénir les innovateurs et leurs nouveautés, même lorsque l'expérience montre qu'ils sont pernicieux pour la foi du peuple ; peut-être manipuler la foi, la falsifier ou permettre qu'elle soit ainsi falsifiée, comme la Parole de Dieu, la théologie et la philosophie catholiques, les vérités de la Loi naturelle, etc. etc, En l'occurrence, devant la preuve de cette condescendance et de cette approbation des erreurs et des hérésies, il convient de se demander : est-ce que les catholiques sont-ils obligés de reconnaître l'autorité légitime de l'Église à ces personnes ? Sont-ils obligés de leur obéir ? Ou au contraire, peuvent-ils non seulement leur désobéir, mais aussi leur résister ?


13) Dans toute société, il existe un contrat de justice tacite, presque strict, entre ceux qui commandent et ceux qui obéissent, en vertu de chacun étant tenu par rapport à l'autre de s'acquitter de sa propre obligation: le sujet d'obéir aux justes mandats du supérieur, respectant et pratiquement, son droit de commander; mais aussi le supérieur est obligé de protéger en particulier les droits essentiels du sujet, même s'il met en danger son propre intérêt et son bien-être et, si le cas le demande, la même vie. Et quel bien et quel droit plus essentiel dans l'Église peut être accordé entre les sujets et les supérieurs que la foi, que chacun remplisse son devoir?


14) Mais, indépendamment de cette considération et de toutes les autres raisons données et pour donner, en examinant la question du point de vue purement canonique, il est également extrêmement grave, en raison des sanctions canoniques que les hiérarchies encourraient de l'Église pour avoir abandonné la défense de la foi. Voyons cela, ne serait-ce qu'en passant.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Mer 13 Mai 2020, 4:00 pm

Le canon 336 dit: "Les évêques chercheront également à préserver la pureté de la foi et
le clergé et le peuple. "
Obligation très sérieuse, car elle ne concerne rien de moins que la fin ESSENTIELLE de l'Eglise, le salut des âmes.


Et le canon 1325 ajoute: "Les fidèles chrétiens (et a fortiori les évêques) sont obligés d'avouer publiquement FOI TOUJOURS QUE VOTRE SILENCE, fausse déclaration ou MODE DE TRAVAIL entraînera le déni simplement de la foi, MÉPRISE DE LA RELIGION, INFRACTION DE DIEU OU SCANDALE DU PEUPLE ".


Enfin, le canon 2316 dit: "Il est soupçonné d'hérésie qui aide spontanément et sciemment DE N'IMPORTE QUELLE FAÇON DE PROPAGER L'HÉRÉSIE. "


Voyons maintenant l'application de ces frais aux circonstances actuelles. Combien de ces crimes porte-t-il le silence des Hiérarchies? Parce que les évêques ont une obligation très sérieuse de parler quand la religion, c'est-à-dire la foi, la morale, la liturgie, est attaquée publiquement et ouvertement (can. 336); ils sont obligés de confesser publiquement la foi chaque fois que VOTRE SILENCE OU VOTRE MANIÈRE DE TRAVAILLER cède au mépris de la religion, offense de Dieu ou scandale du prochain (Can. 1325, 1); sont soupçonnés d'hérésie si AIDER spontanément et sciemment DE TOUTE FAÇON À PROPAGER L'HÉRÉSIE (Can.2316).


Et maintenant nous demandons: Dans des cas comme le présent, le silence des autorités religieuses et la manière dont elles agissent ne portent-ils pas avec elles le MÉPRIS DE LA RELIGION, L'OFFENSE DE DIEU ET LE SCANDALE DU PEUPLE? Très évident! Et, si c'est le cas, n'est-ce pas un MOYEN, et très efficace, soit dit en passant, PROPAGER L'HÉRÉSIE OU LAISSER PROLONGER, à cause du SILENCE qu'ils gardent? Cette manière de procéder ne cède-t-elle pas au MÉPRIS DE LA RELIGION ET DU SCANDALE DU PEUPLE? A en juger par les fruits que produit ce silence scandaleux.


C’est pourquoi nous osons hardiment dire que le principal coupable (à notre avis, nous ne le savons pas aux yeux de Dieu), le principal coupable de toute cette onde de tempête existant dans l'Église est sa Tête visible, c'est JEAN B. MONTINI. Parce qu'il parle souvent à merveille, oui; mais, malgré avoir été plus d'une fois, extrême et incroyablement audacieux à bien d'autres égards, s'il n'est pas formellement pertinent pour la foi elle-même (dont nous avons des raisons de douter), oui au bord avec, de les modifier dans un sens péroratif. Dans le cas de la messe, je ne vois pas qu'il existe un moyen d'exonérer Paul VI d'une soumission dans la foi, pour plaire aux hérétiques et établir leur "œcuménisme" rêvé.


Il abuse incroyablement de son autorité - il ne fait pas de l'exercice comme il se doit et tous les catholiques en santé affirment les cris - il laisse les choses aller au guépard en se taisant, comme s'il le faisait expressément pour que les hérétiques enhardir de plus en plus les vérités de la foi, même les plus fondamentales, telles que l'existence de Dieu, la divinité de Jésus-Christ, l'authenticité et l'inspiration divine des Saintes Écritures, etc. etc., refuser ou interrogé publiquement, avec le scandale le plus grave de tout le peuple vraiment catholique, qui il est confus, désorienté, perplexe et vaincu et dégoûté de tant de clémence ou de lâcheté ou de trahison ou quoi être, Dieu sait,  sans que ces hérétiques soient chassés de l'Église, effaçant l'excommunication sur eux, anathème, surtout, sachant, comme on le sait, par sa propre confession, comme dans le cas de Teilhard, qu'ils restent au sein de l'Église, pour la démolir. Qui est donc le principal destructeur de l'Église, sinon celui qui, pouvoir et DOIT, avec une obligation suprême, se conformer aux canons 336, 1325 et 2316, laisser les choses continuer à courir, à s'effondrer et à perdre la foi, avec les âmes?


Cela nous fait mal à l'âme d'avoir à dire ces choses; mais nous les avons gardés silencieux pendant si longtemps, rien de plus pour le respect religieux qui est dû au Vicaire légitime du Christ, que nous ne pouvons plus faire taire nos conscience. POUR MOI, JEAN B. MONTINI N'EST PAS UN PAPE LÉGITIME, et cette déclaration signifie peut-être le salut de l'Église et de la foi de beaucoup d'âmes.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Jeu 21 Mai 2020, 7:30 am

CHAPITRE XIV - M. PEDRO ARRUPE, USAGE GÉNÉRAL DE LA SOCIÉTÉ VISITE LE MEXIQUE POUR INTENSIFIER LA RÉVOLUTION AMÉRICAINE LATINE


Nous écrivions ces pages, lorsque nous avons appris par la presse la nouvelle sensationnelle de l'arrivée au Mexique de M. Pedro Arrupe, SJ , cette fois avec l'auréole de l'autorité suprême de l'Institut ignatien, et accompagné de son équipe de Frères Provinciaux adjoints d'écrivains et autres piliers, qui soutiennent activement sa paternité, qui apostolat et pastoralement, il essaie de remédier aux erreurs et fautes commises, depuis son fondateur et sa fondation, par les illustres soldats d'Ignace de Loyola.


Cette visite, pour tous ceux qui connaissent les jésuites ou qui commencent à réfléchir au moins sur un tel voyage
inhabituelle et sur les annonces qui l'ont précédée, la publicité ostentatoire qui lui a été faite, la déclarations officielles que, à l'aéroport d'abord et dans une salle de classe du Centre de recherche et d'action Sociales, elles ont été faites par la suite aux représentants de la presse, elle doit nécessairement provenir de nombreuses et transcendantales, dont la réponse pratique doit nécessairement affecter non seulement l'avenir et la paix du pays, mais toutes les structures de nos peuples latino-américains.


Pourquoi la préparation générale jésuite est-elle venue au Mexique? Est-ce peut-être pour assister à la réforme
urgent que la Société exige, de ne pas régler les affaires internes et externes de notre pays, qu'elle ne lui correspond pas, ni à la sienne, ni aux évêques, ni aux ecclésiastiques? Supposé les expériences de votre voyage et votre rencontre à Rio de Janeiro et Bogotá, quelles répercussions cela aura-t-il non seulement dans notre pays, mais dans toute l'Amérique latine? Y a-t-il de la sincérité dans vos déclarations, lorsque vous nous parlez des erreurs déplorables que le PR de la Compagnie de Jésus a faites dans le passé?


Le journal "EXCELSIOR" résume, dans une rubrique frappante, la Conférence de Presse, donnée par le P.
Général, au Centre de Recherche et d'Action Sociale, que les jésuites ont dans cette ville, lorsqu'ils expriment
littéralement au cœur des vastes confidences du P. Arrupe avec les journalistes autour de lui,
a fait toutes les oreilles, et a  enregistré sur bande leurs mots: "Si par révolution on entend un changement radical, nous le voulons. "


Des mots similaires, à d'autres moments, auraient soulevé des cloques et auraient justifié la convocation  
d'une Congrégation Générale extraordinaire des profès de l'Ordre,
pour demander énergiquement la déposition immédiatement du General Purpose, qui a non seulement tenté contre les choses substantielles de la Société, mais contre l'orthodoxie même de l'Église. Mais, maintenant, le Père Arrupe est invulnérable, protégé et soutenu, tel qu'il est, par le pape lui-même, car il ne fait rien mais se conformer aux slogans de base de Paulo VI. C'est pourquoi les protestations de ses enfants, les meilleurs de ses enfants, ont été inutiles partout. Les enfants, les pauvres vieux marginalisés, ignorés, méprisés, dont la mission actuelle, comme il l'a dit en Colombie, est de poser les rails, afin que les jeunes impétueux, transformés, puissent courir dessus, fait une attaque, des actes terroristes; fait déni et attaque flagrante sur la même doctrine immuable du Magistère de l'Église.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Dim 31 Mai 2020, 7:45 am

Quelle est la «révolution» que veulent les jésuites? "Il faut beaucoup qualifier ce mot", répond l'infatigable P. Général. " Pas une révolution violente, mais la transformation de la pensée, des structures, recherche théologique; toutes ces choses qui doivent certainement être changées. " C'est naturel que la ruse du Père Général et de ses conseillers et directeurs ne veulent pas confesser les choses telles qu'elles sont. Le père Arrupe ne sait que trop bien qu'au Mexique la Constitution interdit aux religieux de participer à la politique, et qu'il y a un article dans nos lois qui impose la sanction de l'expulsion des prêtres étrangers du pays qui ont l'intention d'interférer dans les affaires intérieures de la nation. Par conséquent, lors de la qualification, évitez le mot «révolution» et préférez utiliser le mot «transformation», «changement». Mais c'est une ruse. Ces transformations sont politiques, non religieux exclusivement; si vous parlez de changements dans la "recherche théologique" c'est pour justifier la "théologie de la mort de Dieu et la théologie de la révolution". L’Objectif général pense-t-il qu’une telle transformations sont possibles par une évolution pacifique de la pensée, des structures, de la recherche théologique, de tout ce qui a certainement besoin d'être changé aujourd'hui? Pour beaucoup de "lavage" de cerveau " qu'ils nous font, peu importe combien de silence ils veulent nous imposer, la réaction doit être violente, sanglante, tragique, avant l'imposition cléricale des jésuites, qui, dans le passé, voulaient imposer le communisme dans les fameuses réductions du Paraguay et qui, à l’instigation, pensent que, avec sa puissante influence, déjà détériorée et discréditée, va maintenant inciter nos dirigeants à se lancer dans une aventure sérieusement compromettante et dangereuse.


Je l'ai déjà indiqué auparavant; et je me permets de le répéter encore une fois: la plus grosse erreur de nos dirigeants serait d'associer avec le clergé politique; ce serait se laisser endormir par le chant des sirènes du P. Arrupe, du Méndez Arceo et tous ces chefs improvisés, qui veulent "monter à cheval", et qui, dans leur petitesse, essaient d'imiter les actes de Ché Guevara et Camilo Torres. Le silence du gouvernement dans ces cas, son attitude passive, ce serait complicité, ce serait trahison envers la patrie. Et que les chefs d’État ne craignent pas d’encourir l'"excommunication", ni donner l'impression au peuple que nous sommes sous la rigueur d'une nouvelle persécution religieuse. Le gouvernement ne persécute pas l'Église si, dans l'accomplissement de ses plus hautes fonctions, il empêche la subversion, protège le bien commun et défend les intérêts légitimes des individus, garantis par la Constitution elle-même, lorsque, sous prétexte pastoral, de justice sociale et d'authenticité évangélique, ce sont précisément le clergé et les jésuites qui fomentent la méfiance, l'insatisfaction, le mécontentement et la subversion dans tout le pays.


Changez de théologie! La phrase est incroyable et audacieuse. Ces jésuites agités et révolutionnaires pensent que la science prodigieuse de nos grands théologiens, qu'ils ne connaissent même pas, est déjà «dépassée» par une nouvelle théologie qui correspond à la nouvelle "pensée", à la nouvelle religion, que le pape Montini et ses alliés veulent nous imposer! Le problème est donc religieux et politique. En tant que religieux, il ne peut être indifférent, car pour nous la religion n'est pas un ornement, une robe que l'on change, selon les goûts ou commodités, sinon le sens, la projection de toute notre vie. En tant que politicien, il ne peut pas sois indifférent le trésor de nos libertés, nos droits, les nôtres personnalité humaine.


Et les jésuites du père Arrupe sont avant tout des politiciens. "Et quand je dis - ce sont les mots du Père Général - que notre engagement politique est un engagement politique du cœur, je pense que nous pouvons le prouver. "Nous avons des gens expulsés du Paraguay, et nous avons des gens en prison en Uruguay, et nous avons des gens expulsés de Bolivie, et l'évêque Bambarén était en prison au Pérou ; c'était un autre en prison au Brésil. Aux États-Unis aussi. "Ce serait une longue liste de tout ce que nous avons à subir et à souffrir ; mais allez ! Quand il s'agit de défendre la justice et Notre Seigneur, nous aimons souffrir dans un certain sens ? "Le père Arrupe et ses pauvres enfants sont des héros, des martyrs de la justice sociale. Non, ils ne nous disent pas pourquoi ils ont été exilés ou emprisonnés. Les énormes bouleversements sociaux ne disent rien, que la prédication et l'action des jésuites ont provoqués et poussés dans ces pays frères, où le courage et la décision de leurs dirigeants, malgré leur catholicisme indéniable, ont été contraints à ces sanctions extrêmes, alors que tous les autres recours étaient inutiles. Qui a parrainé la guérilla en Bolivie ? Qui a essayé de l'introduire au Paraguay ? Qui a organisé, soutenu et continue de soutenir les tupamaros, mais la Compagnie, ses écoles, ses moyens de propagande ? Au Brésil, au Pérou, en Amérique centrale, les jésuites ont été les promoteurs de l'insurrection armée. Et ici au Mexique, même si les riches ne le croient pas, même si vous pensez toujours que les jésuites sont le non plus ultra de la sainteté, de la science, du zèle apostolique ; ce sont les jésuites qui, de manière active, mais efficace et subversive, introduisent et préparent la nouvelle révolution, qui doit mettre fin à la "RÉVOLUTION DU MEXIQUE", non pour améliorer les conditions nationales, mais pour sombrer dans l'esclavage du communisme. Le voyage du père Arrupe n'a pas d'autre but.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Jeu 11 Juin 2020, 7:20 am

Et la position de la Compagnie de Jésus?, A demandé aux journalistes Arrupe. Et sa réponse a été brutal, clair, sans équivoque: "Je dirais, je le noterais " , a- t-il dit, ouvrant les bras avec les mains également ouvertes, le Père Arrupe - du "au dernier radicalisme évangélique. Nous voulons défendre la justice et exercer la charité, et cela nous conduit à un engagement sérieux, qui est un grand apostolat. "


Dans le langage progressif, langage inspiré de celui des communistes, puisqu'ils l'ont appris d'eux, les mots sont polyvalents. Vous devez savoir ce que le même mot signifie dans la langue ordinaire des gens, selon le sens du dictionnaire, et le sens déformé, qui, avec hypocrisie, veulent vous donner ces nouveaux rédacteurs.


"Radicalisme évangélique": voici la contradiction déguisée. Nous ne pouvons associer ces mots: soit il y a un évangile, soit il y a le radicalisme; mais jamais le radicalisme évangélique, dans le sens sans équivoque, que le général à donnez ces mots. Ce qu'il voulait dire est clair: "nous sommes prêts à diriger cette" révolution nuancée " au radicalisme évangélique; autrement dit, nous sommes prêts à conséquences de notre programme révolutionnaire, sous le voile évangélique. Ces nouveaux cuissards veulent défendre la justice - comme ils l'entendent - jusqu'au «compromis»; mais cela, le P. Arrupe, n'est pas un "grand apostolat ", mais une grande subversion, comme celle de Camilo Torres, comme celle de Fidel Castro, comme de "Che" Guevara, comme celui de ses nouveaux martyrs, qui sont en prison ou expulsés, comme ennemis dangereux du bien commun.


Il cite le but général comme preuve apodictique des magnifiques résultats de ce nouvel apostolat, qui est venu pour détruire celui que Saint Ignace avait établi, les fruits abondants que dans les différents pays, pour la conviction et la conscience de leurs propres valeurs sont déjà collectées. Le père Arrupe lui-même est censé avoir été ou aurait dû être l'un de ces apôtres. C'est certain que la Société avait de sérieux problèmes pour avoir tenté, dans le passé, de sensibiliser ses propre identité, dans les rites chinois aux Chinois et dans la mentalité guarani au peuple indigène du Paraguay. C'était un mélange des erreurs les plus inconcevables avec la vérité de l'Évangile du Christ. Je ne pense pas que le général actuel a maintenant l'intention de répéter l'expérience, qui a donné tant de maux de tête à ses prédécesseurs, pour provoquer l'expulsion et la suppression de la même Compagnie de Jésus.


Ce concept de supériorité, que le Père Arrupe, à l'unisson avec Paul VI, décrit comme le colonialisme, avec lequel les missionnaires d'Europe ou d'Amérique ou de toute autre région ont prêché le message du Christ, doivent disparaître, car il n'est pas nécessaire de faire perdre leur identité aux néophytes pour qu'ils acquièrent l'identité chrétienne. "Les puissances européennes ou américaines se rendent dans un pays, dit Arrupe, pour imposer leurs idées, parce qu’ils croient qu’étant supérieurs, ils font une faveur en imposant leur mentalité à un pays en voie de développement ". Ces mots sont une répétition, avec des termes presque identiques, des concepts de Jean B. Montini, dans son POPULORUM PROGRESSIO. Les aspects intellectuels, culturels, sociaux, économiques et la politique de ces peuples développés est un phénomène inévitable, qu'aucune démagogie ne peut éliminer; de demander maintenant que les puissances supérieures, que les missionnaires, n'essaient pas d'imposer leur mentalité à ceux pays en voie de développement; c'est défendre leur retard mental, leurs préjugés, leurs superstitions, leurs vices; est empêcher, en principe, sous prétexte de défendre leur propre identité, le même développement et les mêmes progrès que ceux villes, qui iront aussi loin que leur potentiel le permettra, pas aussi loin que la démagogie proclamer. Que sa paternité le comprenne bien: l'égalité est l'un des grands mythes de l'histoire; Quoi rappelez-vous les paroles de Saint Pie X:"C'est selon l'ordre établi par Dieu que dans la société il y a des dirigeants et des gouvernés, des employeurs et des prolétaires, riches et pauvres, sages et ignorants, nobles et roturiers. " Et complétant la pensée du Saint-Père, nous pouvons ajouter: " Il est selon l'ordre établi par Dieu que dans le monde il y a des pays riches et des pays pauvres. " Et nous ne changeons pas la pensée du Père Général, qui a littéralement dit: " Certes, le concept de l'apostolat de la mission est un concept évangélique, mais avec la mentalité des pays développés ou industrialisé - et je ne parle pas de l'Église - il y a un concept de supériorité, qui a été décrit comme nom du colonialisme. "


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Sam 20 Juin 2020, 7:26 am

"La pire chose qu'une personne puisse faire aujourd'hui est d'aller dans un pays sous-développé ou en développement, imposer une idéologie ou un état d'esprit. Cet homme est déjà perdu. Bientôt, il quittera ce pays, parce qu'ils ne l'acceptent pas, et à juste titre, parce que chacun a ses propres particularités et le droit de développer sa propre idéologie. Cela affecte notre travail apostolique dans le sens où nous sommes les enfants de notre propre idéologie et sans nous en rendre compte, nous pouvons porter cette façon de penser. Ces paroles du Père Arrupe sont un programme odieux, qui contredit le programme même de l'Evangile. Jésus Christ a dit : "Allez prêcher, allez enseigner. "Et la prédication et l'enseignement, dans leur essence, tendent nécessairement à enrichir la mentalité et les connaissances des disciples. Le missionnaire est nécessairement, par sa vocation, uni à Dieu et non aux hommes, pour répandre la Bonne Nouvelle, pour changer la mentalité des néophytes, pour défaire les ténèbres de l'erreur et du péché dans lesquelles, depuis des siècles, ces païens ont vécu, dont l'identité est précisément l'obstacle qui doit être levé pour une transformation radicale et salvatrice.


L'objectif général comprend alors son erreur et veut la corriger, en approfondissant la sienne. Spéculations : "Je ne demanderais jamais - et qu'il soit clair - que l'Eglise n'a jamais connu le colonialisme. L'Eglise a parfois donné cette impression, en raison de ses méthodes d'enseignement, de sa façon d'aider, de ses études, même pour ses édifices ... "Quelle contradiction évidente ! Quelle désorientation fondamentale au début ! L'Église n'a jamais connu le colonialisme, même si elle a parfois donné cette impression, en raison de ses méthodes d'enseignement ... Le père Arrupe assume les missions et les refuse, en supposant que c'est le colonialisme ou quelque chose de similaire qui essaie de changer, voire de christianiser, la mentalité des peuples païens. "Un missionnaire qui se rend dans un pays du tiers monde doit y aller et servir ce pays, sous réserve des autorités de ce pays et selon la mentalité de ce pays. Si vous ne le faites pas, vous feriez mieux de ne pas y aller, car cela devient une nuisance. "Avec ce critère, les missions catholiques sortent, je ne dis pas qu'il y en a plus qu'il n'en faut, mais... elles s'égarent, car le missionnaire, dans son travail apostolique, doit nécessairement s'améliorer et même, dans bien des cas, contredire les moules d'une vie rudimentaire et même antagoniste des principes mêmes de la religion catholique.


Si le général parle comme ça, comment les simples soldats parleront-ils ? Après ces brefs commentaires, dont nous avons fait les nouveaux concepts du père Arrupe, y aura-t-il encore des gens naïfs qui continueront à croire au travail apostolique des jésuites, en ces temps de transformation et d'aggiornamento ? La Société de Jésus ! Oh, mon Jésus, quelle compagnie !



A SUIVRE ... TROIS DIFFÉRENTES ATTITUDES CONTRE LE NÉO-MODERNISME
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga   - Page 10 Empty Re: ''SEDE VACANTE'' par R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga

Message  Monique Sam 04 Juil 2020, 6:11 am

TROIS DIFFÉRENTES ATTITUDES CONTRE LE NÉO-MODERNISME


Saint Grégoire le Grand a écrit une phrase mémorable qui, dans les circonstances actuelles de l'hérésie, de l'apostasie et le schisme, il nous semble d'une importance primordiale, de clarifier la conscience de tant de timorés ou trompés, comme aujourd'hui, consciemment ou inconsciemment, ils collaborent, à la "SATANICA REVOLUTION ", qui, de l'intérieur, réalise cette " auto-démolition "de l'Église fondée par le Christ:


"Oui, pour défendre la vérité ", écrit le grand Pontife, "il y a un risque de scandale, il est préférable que le scandale arrive, plutôt que d'arrêter de défendre la vérité. "


Et le merveilleux Saint Bernard, dans une phrase du même sens, écrit: "Celui qui, par obéissance, se soumet au mal, est attaché à la rébellion contre Dieu et non à la soumission qui lui est due. " (Mat. XVIII, 7 et suiv.).


Face à la subversion actuelle de l'Église - guerre satanique totale, à mort contre la religion - seules trois attitudes sont possibles: celle de la reddition, celle de la soumission et celle de la résistance. La première attitude est celle de ceux qui ont déjà perdu la foi. En assumant cette attitude, les catholiques (soyez simples fidèles, soyez prêtres, soyez évêques, ou cardinaux ou le pape) ont non seulement perverti, non seulement abandonné la foi traditionnelle, mais ils sont devenus des "activistes" infatigables, des diffuseurs et des défenseurs des hérésies modernistes. Ils veulent consciemment l '«auto-démolition» de l'Église et y consacrent toutes leurs ressources et les tordus interprétations que sa fierté a données à la Parole révélée.

Les "soumis", qui abondent malheureusement, pour incapacité mentale, commodité ou lâcheté, insistent pour défendre cela, en bien ou en mal, en vérité ou en erreur, nous devons être avec le pape et avec les évêques, de telle sorte qu'il est préférable d'aller en enfer par obéissance que d'aller au ciel pour ce qu'ils appellent la désobéissance. Beaucoup d'entre eux ou manquent de tête ou ils manquent de science ou ils manquent de "pantalon", pour décider d'agir, selon leur conscience et le don surnaturel de la foi que nous recevons dans le Saint Baptême.


La troisième attitude, la seule véritablement catholique, cohérente, rentable et nécessaire à la vie éternelle, est celle qui, face à l'évidence s'effondre dans l'Église de Dieu, face à l '"auto-démolition" dont nous sommes témoins et dont Paul VI lui-même a donné témoignage; face au fait indéniable qu'il y a maintenant deux religions, deux "économies" de l'Évangile, deux différentes «mentalités», en pleine conscience de leur responsabilité devant Dieu et devant les hommes, ils déclarent solennellement: qu'entre la religion de vingt siècles, de tous les papes et de tous les conciles, et la religion de l'aggiornamento, de l'œcuménisme, celle de Jean XXIII, Paul VI et son Conseil pastoral, sont nous sommes prêts, même au prix de la vie, à toute diffamation, calomnie et insulte, à préserver la foi de toujours, la foi de notre baptême, celle de notre salut éternel.


La première attitude est, humainement parlante, très juteuse: protection et appréciation des évêques, des pasteurs, de ceux au pouvoir; bon argent, liberté de faire et de dire ce que vous voulez, perspectives roses pour de futures promotions, dignités et postes de commandement. Ils font leur course pour atteindre les Monsigneurs, chanceliers, évêques et cardinaux; surtout maintenant, quand, par atteindre ces postes honorifiques, aucune orthodoxie, propreté ou science n'est nécessaire assez chez ceux promus, mais seule une fidélité exemplaire à la nouvelle religion suffit. Ce groupe ils forment des traîtres; apostats, hérétiques ou schismatiques; ceux qui ne croient en rien, car ils ont perdu le don surnaturel de la foi. Et les péchés contre la foi sont des péchés contre le Saint-Esprit, qui à peine sont pardonnés, car la foi, lorsqu'elle est perdue, n'est pas facilement récupérée.


La deuxième attitude est pitoyable, digne de compassion. Ils sont trompés; ils soupçonnent cependant que la chose. Cela ne va pas bien, mais ils n'ont pas la décision d'enquêter, dans la vérité et la sincérité de leur cœur, où est la VÉRITÉ RÉVÉLÉE, si Vatican II, Jean XXIII et Paul VI ou dans tous les Conciles précédents et dans les Papes légitimes de l'Église, prédécesseurs des deux derniers papes. Parce qu'il y a une contradiction évidente; il y a deux religions opposées; il y a l'église des catacombes et l'église triomphaliste de Jean B. Montini, qui n'est pas celle du Christ. L'indécision, la lâcheté n'excuse pas le péché; ni l'ignorance, sauf invincible; mais rappelons-nous que dans les baptisés, il ne peut y avoir une telle ignorance invincible dans les vérités élémentaire au salut, à moins que le don surnaturel de la foi n'ait été volontairement perdu par un péché contre la foi. C'est ce qui se passe, tragiquement, la foi se perd sans les gens de rendre compte; la nouvelle religion a été acceptée avec une docilité incroyable, et, en acceptant la nouvelle religion, nécessairement la foi est progressivement, insensiblement et rapidement perdue.


Ici, nous soulignons également la gravité incommensurable des péchés contre la foi des évêques et des prêtres, même s'ils sont monseigneurs ou cardinaux, pour la faute desquels - ne serait-ce que par omission - les âmes immortelles vont en enfer, même si elles disent qu'il n'y a pas d'enfer.


Il ne reste donc que la dernière position rationnelle et libre, inébranlable: celle de la résistance. Oui, nous nous battrons, avec la grâce de Dieu; nous nous battrons à mort; nous nous battrons, même si dans sa fureur Son Éminence ou des gens au-dessus de son éminence veulent nous lancer une autre "excommunication". Si c'est pour le Père Antonio Brambila voulant m'excommunier; Pour ma conscience sacerdotale et catholique, cela signifie que je veux me sauver, je veux mourir dans la foi de mes ancêtres. Que celui et ceux qui le suivent cherchent à faire l'impossible d'unir le non-être à l'être.


FIN

RP Joaquín Sáenz y Arriaga, SJ.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11134
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum