CONSEILS ET SOUVENIRS

+2
gabrielle
Monique
6 participants

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Lun 02 Juil 2012, 6:24 pm

ULTIMES ENTRETIENS




AOUT


24 août

Nous parlions ensemble une sorte de langage enfantin que les autres ne pouvaient pas saisir. Sr Saint-Stanislas, la première infirmière, dit d'un ton admiratif : « Qu'elles sont gentilles, ces deux petites filles-là avec leur jargon inintelligible ! »
Un peu plus tard, je dis à ma Thérèse :
« Oui, que nous sommes gentilles toutes les deux ! mais vous, vous êtes gentille toute seule, moi je ne suis gentille qu'avec vous ! »
Elle reprit vivement :

« C'est pour cela que je viendrai vous qu'rir » (vous guérir, vous chercher).
mais bientôt elle se le reprocha, comme si c'eût été une plainte et me dit :
« Je souffre, je souffre »
mais bientôt elle se le reprocha, comme si c'eût été une plainte et me dit :
« Quand je dirai : je souffre, vous répondrez : tant mieux! Je n'en ai pas la force, mais c'est vous qui exprimerez ainsi ma pensée. »
Et il fallut que je lui obéisse, quoi qu'il m'en coûtât... J'avoue que je ne le fis pas souvent !




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Mer 04 Juil 2012, 9:58 am

ULTIMES ENTRETIENS




SEPTEMBRE



Elle était bien malade quand, sachant lui faire plaisir car elle aimait les jolies choses, on lui apporta un charmant et minuscule panier-bonbonnière, mais cela ne parut pas l'intéresser et elle dit d'un air profond :
« J'ai vu les beautés de la terre, et mon âme a rêvé des Cieux... »


3 septembre

J'étais devant la cheminée de l'infirmerie, allant et venant pour faire le ménage et je me tourmentais d'une chose qui n'allait pas comme je voulais. Elle me dit :
« Bo-bonne, pas d'inquiétude d'esprit ! »


5 septembre

Je notais en hâte, sur des papiers informes, les paroles de ma petite Sœur, mes souvenirs à son sujet, et c'était seulement le dimanche, jour de temps libre, que je pouvais relever ces notes. Je lui dis un soir :
« Aujourd'hui, c'est un dimanche nul, je n'ai rien écrit sur mon petit carnet !


— C'est la mesure de Lili (1), mais pas celle de Jésus ! »


11 septembre

« Vous soignez un « bébé » qui est à la mort... »
Puis me regardant avec tendresse :
« ...Mais je vous reverrai et votre cœur sera dans la joie et personne ne vous ravira votre joie (2.) »
Un peu plus tard :
Montrant son verre, et me rappelant l'injonction que je lui avais faite de demander ce qu'il lui fallait, elle me dit d'un petit ton plaisant et enfantin :

«Il faudrait mettre quelque chose de bon dans le grand verre parce que bébé a très mauvais goût dans la bouche.»




1. Voir : Réminiscences d'un conte d'enfants, p. 174.
2. Jn., XVI, 22.




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Jeu 02 Aoû 2012, 3:50 pm

ULTIMES ENTRETIENS




SEPTEMBRE



16 septembre


Elle m'avait fait remarquer, quelques jours auparavant, qu'il fallait être mortifiée pour se déranger lorsqu'on nous sonne, lorsqu'on frappe à notre porte jusqu'à ne pas faire un point de plus avant de répondre.
« J'ai pratiqué cela à la fin de ma vie, avait-elle ajouté. Au commencement ma demeure n'était pas pacifiée (1) au fond de mon cœur. »
Après cet avis, lorsque l'occasion s'en présentait, je me dérangeais promptement. Ce 16 septembre, elle en fut témoin et me dit :
« Oh ! si vous saviez !... Vous retrouverez cela plus tard... C'est une action plus glorieuse que si vous aviez obtenu la bienveillance du gouvernement pour les communautés religieuses, que la nôtre ne soit pas inquiétée et que toute la France vous acclamât comme Judith ! »



23 septembre


« Vous n'avez pas besoin de comprendre, vous êtes trop petite... »
(Elle voulait dire : de comprendre ce que le bon Dieu fait en vous.)




25 septembre

« Je vais mourir, c'est certain... Je ne sais pas quand, mais c'est certain ! »
Je lui dis : « Vous nous regarderez du haut du Ciel, n'est-ce pas?
Elle me répondit spontanément :

— Non, je descendrai ! »
Je me levais souvent la nuit pour la visiter, malgré ses instances. Une fois, je trouvai ma chère petite Sœur les mains jointes et les yeux levés au Ciel :
« Que faites-vous donc ainsi, lui dis-je, il faudrait essayer de dormir !

« Je ne puis pas, je souffre trop, alors je prie...
Et que dites-vous à Jésus?
— Je ne lui dis rien, je l'aime ! »
L'un des derniers jours de sa vie, dans un moment de grande souffrance, elle me supplia ainsi.
« Oh! ma petite Sœur Geneviève, priez pour moi la Sainte Vierge, je la prierais tant si vous étiez malade !
Pour soi-même, on n'ose pas demander. »
Elle soupirait encore :
» Oh ! comme il faut prier pour les agonisants ! Si l'on savait ! »


1. Saint Jean de la Croix, Cantique de l'âme, strophes 1 et II.




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Lun 13 Aoû 2012, 6:14 pm

ULTIMES ENTRETIENS





28 septembre


Au commencement de la nuit, je la gardais. Nous entendîmes à plusieurs reprises, dans le jardin, le chant de la tourterelle, puis un battement d'ailes semblable au bruit d'un oiseau qui se posait sur le bord de la fenêtre. Comme ce fait était extraordinaire et ne se renouvela pas, il me fit penser à cette parole du Cantique des Cantiques : « Lève-toi, mon amie, ma toute belle et viens ! car voici que l'hiver est fini ; la pluie a cessé, elle a disparu, les fleurs paraissent sur la terre, le temps des chants est arrivé, la voix de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes (1). »



1. Cant., II, 11, 12.




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Lun 13 Aoû 2012, 6:56 pm

SA PRÉCIEUSE MORT




30 SEPTEMBRE



DERNIER JOUR D'EXIL DE MA CHÈRE PETITE THÉRÈSE DÉTAILS CONCERNANT SA PRÉCIEUSE MORT


Le jour de sa mort, dans l'après-midi, nous étions seules auprès d'elle, Mère Agnès de Jésus et moi. Tremblante et défaite, elle nous appela à son secours... Elle souffrait extrêmement dans tous les membres et posant un de ses bras sur l'épaule de Mère Agnès de Jésus et l'autre sur la mienne, elle resta ainsi, les bras en croix. A ce moment-là, trois heures sonnèrent et la pensée de Jésus crucifié se présenta à notre esprit : notre pauvre petite martyre n'en était-elle pas la vivante image ?
L'agonie commença peu après, elle fut longue et terrible. On l'entendait répéter :

« Oh ! c'est bien la souffrance toute pure, parce qu'il n'y a pas de consolation, non, pas une !
« Oh ! mon bon Dieu ! ! ! Je l'aime, pourtant, le bon Dieu... ô ma bonne Sainte Vierge, venez à mon secours !
« Si c'est là l'agonie, qu'est-ce que la mort ?...
» Oh ! ma Mère, je vous assure que le vase est plein jusqu'au bord.
»Oui, mon Dieu, tout ce que vous voudrez, mais ayez pitié de moi !
« Non, je n'aurais jamais cru qu'on pouvait tant souffrir... jamais, jamais ! Je ne puis m'expliquer cela que par les désirs ardents que j'ai eus de sauver des âmes.
« Demain, ce sera encore pire ! Enfin, tant mieux ! »
Ces paroles étaient entrecoupées et déchirantes, mais toujours empreintes de la plus grande résignation. Notre Mère fit appeler la Communauté. Sœur Thérèse accueillit les Sœurs avec un gracieux sourire, puis, serrant son crucifix entre ses mains, elle parut se livrer tout entière à la souffrance, mais ne parla pas. Sa respiration était haletante, une sueur froide baignait son visage, ses vêtements et les couvertures en furent imprégnés, elle tremblait...
Pendant sa maladie, Sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus nous disait :

» Mes petites Sœurs, il ne faudra pas vous faire de peine si, en mourant, mon dernier regard est pour l'une de vous et pas pour l'autre. Je ne sais ce que je ferai, c'est ce que le bon Dieu voudra. S'il me laisse choisir, ce dernier regard sera pour Notre Mère (1) parce qu'elle est ma Prieure. »
Or, pendant son agonie, quelques minutes avant qu'elle expirât, je passais sur ses lèvres un petit morceau de glace ; elle me fit alors un délicieux sourire et me regarda avec une insistance prophétique.
Son regard était rempli de tendresse, il avait, en même temps, une expression surhumaine, faite d'encouragement et de promesses, comme si elle m'eût dit :

« Va, va, ma Céline, je serai avec toi... »
[color=black)(Le bon Dieu lui révéla-t-il alors la longue et laborieuse carrière que je devais, à cause d'elle, suivre ici-bas et voulut-il, par là, me consoler de mon exil ? Car, le souvenir de ce dernier regard, si désiré par toutes, et qui fut pour moi, me soutient toujours et m'est une force indicible.)
La Communauté eut un frémissement, mais, soudain, notre chère petite Sœur chercha des yeux Notre Mère qui était à genoux à ses côtés, tandis que son regard voilé reprenait l'expression de souffrance qu'il avait auparavant.
Quelques instants plus tard, Notre Mère, croyant que l'agonie pouvait se prolonger, congédia la Communauté. L'angélique patiente, se tournant alors vers elle, lui demanda :[/color]
« Ma Mère, n'est-ce pas l'agonie, ne vais-je pas mourir ? »
Et sur la réponse que l'agonie pouvait se prolonger encore, elle dit d'une voix douce et plaintive :
« Eh bien ! ...allons... allons... oh ! je ne voudrais pas moins souffrir ! »
Puis, regardant son Crucifix :
« Oh !... je l'aime !... Mon Dieu, je... vous...
aime ! ! ! »
Ce furent ses dernières paroles. A peine venait-elle de les prononcer qu'à notre grande surprise elle s'affaissa toutà coup, la tête penchée à droite. Mais, soudain, elle se redressa, comme appelée par une voix mystérieuse, elle ouvrit les yeux et les fixa irradiés un peu au-dessus de la statue miraculeuse de la Vierge. Ce regard se prolongea quelques minutes, le temps de réciter lentement un Credo.
Souvent, depuis, j'ai cherché à analyser cette extase, d'après les expressions successives de ce regard, plus vivant qu'un simple regard de béatitude.
On y lisait d'abord, ainsi que dans tout son maintien, une assurance pleine de noblesse, jointe à une certaine attente, comme si, devant le tableau de sa vie, elle se demandait ce que Dieu en pensait...
Puis, à cette manifestation de ses sentiments, succéda bientôt celle d'un profond étonnement, débordant de reconnaissance.
J'ai toujours cru que nous avions assisté à son jugement. D'une part, elle avait, comme le dit le saint Evangile : « été trouvée digne de paraître debout devant le Fils de l'homme (1) », et de l'autre, elle voyait que les largesses dont elle allait être comblée « surpassaient infiniment (ses) immenses désirs (2) ».C'est pourquoi, à cette expression d'indicible étonnement s'ajoutait une vibration de tout son être. Elle semblait ne pouvoir supporter la vue de tant d'amour, comme quelqu'un qui subit un assaut plusieurs fois renouvelé, qui veut lutter et qui, dans sa faiblesse, demeure l'heureux vaincu. C'en était trop, elle ferma les yeux et rendit le dernier soupir...
C'était le jeudi 30 septembre 1897, il était 7 heures 20 du soir.
Elle venait à peine d'expirer que je sentis mon cœur se fendre de douleur et je sortis précipitamment hors de l'infirmerie. Il me semblait, dans ma naïveté, que j'allais la voir dans le ciel, mais le firmament était couvert de nuages ; il pleuvait. Alors, m'appuyant sur un des piliers de l'arcade du cloître, je dis en sanglotant : « Si seulement il y avait des étoiles au ciel ! » Je venais à peine de prononcer ces paroles que le ciel redevint serein, les étoiles brillèrent au firmament, il n'y avait plus de nuages ! Mon oncle et ma tante (M. et Mme Guérin) qui s'en retournaient chez eux avec des parapluies, après avoir passé dans notre chapelle tout le temps de l'agonie de notre chère petite Sœur, furent très surpris de ce changement subit et ils se demandaient l'un et l'autre ce que cela pouvait signifier.




1. Saint Jean de la Croix, Cantique de l'âme, strophes 1 et II.
1. Mère Marie de Gonzague.
1. Lc, XII, 36.
2. Cf. Lettre du 28 mai 1897 à la Révérende Mère Agnès de Jésus.





A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Mer 15 Aoû 2012, 3:42 pm

SA PRÉCIEUSE MORT




A propos de la « dernière larme » de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus conservée au Monastère


Lorsque ma Thérèse bien-aimée eut rendu le dernier soupir et que, toutes les Sœurs s'étant retirées, je me trouvai seule auprès d'elle, je vis qu'une larme brillait encore à sa paupière et je voulus la recueillir.
Comme je n'avais pas de linge fin, je pris en toute hâte un mouchoir blanc, grossier, qui se trouvait là et j'essuyai, au petit bord du linge, la perle précieuse, celle qui avait jailli après le combat suprême. Puis, ayant déchiré le mouchoir dans toute sa longueur, j'en refis l'ourlet afin qu'on ne s'aperçût de rien.

Je conservai cette bande qui gardait très visible l'empreinte de l'endroit mouillé par la dernière larme de ma Sœur chérie, jusqu'au jour où, l'ayant découpée en forme de larme, on l'encercla, entourée de diamants, dans un reliquaire que présente un Ange de bronze massif, revêtu d'une armure.





A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Mer 15 Aoû 2012, 3:52 pm

SA PRÉCIEUSE MORT




Un reflet de la béatitude éternelle

Après la mort de la Servante de Dieu, un reflet de la béatitude éternelle s'imprima sur son visage ; elle avait un sourire céleste, mais ce que j'ai trouvé de plus extraordinaire, c'est que, de ses paupières baissées fortement closes et serrées, rayonnait une telle intensité de vie et de bonheur que ce n'était plus du tout la mort ; jamais je n'ai revu cela depuis sur aucune autre Sœur défunte.

Elle était si belle que le lendemain, Ier octobre 1897, à l'infirmerie, avant « la levée du corps », je voulus en prendre une photographie, mais le recul manquait et je n'avais alors qu'un objectif à long foyer. De plus, il me fallait opérer à contre-jour, et en face du visage qui était vu ainsi en dessous, avec les clairs et les ombres intervertis. Cependant, on y distinguait parfaitement son beau sourire et ses traits n'étaient nullement altérés.

Le dimanche, 3 octobre, dans l'après-midi, pendant qu'elle était exposée au chœur, dans son cercueil fleuri, je repris une nouvelle photographie, mais les traits s'étaient allongés et même — chose étrange — ses sourcils blonds étaient devenus châtains foncés, presque noirs. Nous la trouvions majestueuse, mais ne la reconnaissions plus.

C'est pourquoi, en 1905, sur les instances de la Communauté, et aidée de la photographie prise à l'infirmerie, je composai un tableau où toutes les Sœurs contemporaines retrouvèrent parfaitement l'expression du visage de Thérèse aussitôt après sa mort.

Ce tableau a été publié dans presque toutes les éditions de « l'Histoire d'une Ame » depuis 1906.
Quant à la photographie du 3 octobre, elle avait paru, faute de mieux, dans les éditions précédentes, mais il avait fallu y retoucher certains détails.





A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Mer 15 Aoû 2012, 3:58 pm

SA PRÉCIEUSE MORT




Comment elle voulut faire connaître sa consolante promesse

Sa dépouille mortelle fut inhumée le 4 octobre 1897. Elle fut placée dans le nouveau cimetière des Carmélites et en occupa la première place. On mit sur sa tombe une croix de bois, avec cette inscription : « Sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus. 1873-1897. »

Mère Agnès de Jésus, qui avait peint la croix, y avait d'abord inscrit ces paroles :
Que je veux, ô mon Dieu, Porter au loin ton feu, Rappelle-Toi.

Mais cette incription se trouva effacée par un ouvrier qui porta cette croix lorsque la peinture était encore fraîche. Mère Agnès de Jésus y vit une indication d'En-Haut et remplaça l'inscription brouillée par cette autre qui y figura depuis :
« JE VEUX PASSER MON CIEL A FAIRE DU BIEN SUR LA TERRE ».

Inscription qu'elle n'avait pas osé mettre tout d'abord par une trop grande discrétion.





Fin
Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  ROBERT. Mer 15 Aoû 2012, 4:04 pm

.
Merci Monique pour ce très intime dossier sur la p'tite Thérèse... CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 430970
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Monique Mer 15 Aoû 2012, 4:19 pm

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 V_00110


Monique
Monique

Nombre de messages : 11204
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  ROBERT. Mer 15 Aoû 2012, 4:29 pm

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 V_00110

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 87722

ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Louis Lun 20 Mai 2019, 4:30 pm


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14482
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

CONSEILS ET SOUVENIRS - Page 7 Empty Re: CONSEILS ET SOUVENIRS

Message  Roger Boivin Dim 16 Juin 2019, 4:21 pm


Je ne suis pas certain que ce soit le même livre ; mais, (la voix semble mécanique), à quiconque préfère entendre au lieu de lire, voici :

https://archive.org/details/souvenirs-de-marie-pauline-et-celine-martin-carmelites-et-soeurs-de-sainte-therese-de-lisieux
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12539
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum