La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Roger Boivin le Ven 06 Mar 2009, 12:38 pm

-
Cette prophécie qui dit que Saint Pierre et Saint Paul descendraient du Ciel pour élire un nouveau Pape , pourrait-on en savoir un peu plus sur cette prophécie, son origine, où, quand et à qui elle a été faite, et si cela a été sanctionné par l'Église ?
Merci.
-


Dernière édition par Léon le Ven 06 Mar 2009, 2:28 pm, édité 1 fois
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10716
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Ven 06 Mar 2009, 6:47 pm

Je pense que la réponse de Parce Domine est assez complète ! !

Parabole a écrit:Pour ma part, j'ai pleine confiance en Dieu mais en lui disant "Faites comme vous voudrez" je ne peux pas le conditionner et lui dire : Vous ne me fais pas ce coup-ci ni celui-là parce que là je ne marche pas. Ah! non, je serais complètement paniqué.

Cher Parabole ,

Pour moi, je préfère dire à Dieu ce que je lui dit tout les jours:

Mon Dieu, je crois fermement tout ce que la sainte Église catholique croit et enseigne, parce que c'est vous qui l'avez dit, et que vous êtes la vérité même.

Ainsi, je ne suis pas paniqué...c'est toutes les possibilités des innonbrables scénarios des révélations privés qui me jetteraient dans l'incartitude et la panique.

Regardez ici l'objet de ma panique ! !
affraid
http://detarle.club.fr/catho/durant1.htm#Avertissement%20à%20l’intention%20du%20petit%20reste

Anne Marie Taigi
30 Mai 1920 par le Pape Benoît XV( Sainte par qui ?)

Elisabeth Canori-Mora,
Béatifiée par JP2 en 1994. (invalide)




Au plaisir de vous relire ! ! Wink
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Ven 06 Mar 2009, 9:26 pm

vie de Camori Mora a écrit:

Je vis le Ciel s'ouvrir et saint Pierre descendre de nouveau sur la terre ; il était revêtu de ses ornements pontificaux et entouré d'un grand nombre d'anges qui chantaient des cantiques en son honneur, le reconnaissant ainsi pour souverain de la terre.

J'ai toujours cru que le souverain de la terre est Notre-Seigneur Jésus-Christ, Roi des rois et Seigneur des seigneurs... et j'opine dans le sens de Marie-Madeleine et Parce Domine.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Dim 12 Avr 2009, 8:45 pm

CONFITEOR a écrit:
Paradiso a écrit:
"CONFITEOR" a écrit:
Je pourrais vous conter une aventure qui m'est arrivée à ce sujet...

Oui, j'aimerais bien que vous nous raconter cette aventure, puisse t-elle éclairer une âme !

Nous y voilà PARADISO !...


Replaçons d’abord les circonstances dans lesquelles se sont déroulés les événements. Le tout débute il y a une quinzaine d’années. Je travaillecomme aide-concierge à l’école Jean-Grou (Rivière-des-Prairies) depuis 5-6 ans, (oui! oui ! c’est moi le concierge du Grand Verglas en 1998… ) et j’ai comme supérieur immédiat Monsieur Claude Cuierrier, qui agit à titre de concierge de l’école depuis 7-8 ans.

Il prend sa retraite à l’âge de 60 ans. Après une quinzaine de mois de retaite, il me téléphone pour que j’aille le voir; il veut me voir, chez lui: un ancien garage transformé en habitation; un 3½ je pense, et situé sur un terrain agricole avec maison principale, bâtiments, ferme, etc... Il occupe, en autres, son temps à réparer tracteurs, machines agricoles et autres instruments aratoires du voisinage.


à suivre...


Le temps passe et je me demande pour quelle raison j’irais le voir, même si j’ai travaillé avec lui à l’école pendant 8 ans. C’était un compagnon de travail, point. Je ne voyais pas quel était le motif de charité qui me pousserait à aller le visiter. Le temps passe et je reçois un deuxième appel téléphonique; il insistait qu’il voulait me voir, que j’aille lui rendre visite; il semblait s’ennuyer… Je ne vois toujours pas le motif de charité.


à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Lun 13 Avr 2009, 6:04 pm

.

Le temps passe de plus belle et survient un troisième appel : cette fois, il semble comme insister beaucoup pour que j’aille le voir. Je me fais tirer l’oreille et finit par accepter d’y aller et lui dit que je vais lui faire faire une promenade dans ma nouvelle automobile (celle que j’ai encore aujourd’hui…) Je ne vois toujours pas le motif de charité. Il faut dire que cet homme est à la retraite depuis presqu’un an et demi…et qu’il semble s’ennuyer…

Si je me souviens bien, le temps qui sépare le troisième appel du deuxième est beaucoup plus court que celui qui sépare le deuxième du premier. Cet homme sent-il, voit-il quelque chose qui s’en vient pour lui? Cela m’a étonné et surpris et c’est peut-être ce qui m’a décidé à y aller… J’y vais donc mais avec un gros canon (de l’information sur les Intrus à Rome). Je veux faire prendre conscience à cet homme de la parodie sacrilège qu’est la nouvelle messe et lui parler, succinctement et s’il est possible, de la vacance du Siège Apostolique.


à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Mar 14 Avr 2009, 3:27 pm

.
Me voilà donc rendu chez lui. Salutations d’usage. Il est bien content de me voir et vice versa. Il trouve mon automobile belle (elle l’était dans l’temps…) et désire ardemment me montrer son coin de pays. Incidemment, il est né tout près d’ici : la maison familiale, comme il me dit, aujourd’hui disparue, était à environ 1,000 pi( ~300m) de l'endroit où il demeure présentement... Nous voilà partis pour un tour de « machine» comme on disait dans le temps. Belle visite guidée, parsemée de vallons, rivières et, paraît-il, endroit de la première écluse construite au Canada et où l’on tirait les bateaux avec…des chevaux.

à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Mer 15 Avr 2009, 2:33 pm

.

(...)Je le vois qui gesticule dans l’auto. On dirait qu’il est tout excité par ce qu’il veut me montrer. Je pense que je commence à comprendre aujourd’hui pourquoi il insistait tant pour que j’aille le voir. «Je veux te montrer ce que je vais te montrer, toi, qui aimes beaucoup les églises, tu vas beaucoup aimer et beaucoup apprécier». Je suis à la fois heureux et perplexe de le voir si heureux. Une belle église simple, tout en bois, entièrement en bois, antique et rustique, -comme on dit ici: une BELLE église - se dresse devant nous. Puis, il me dit : «On va aller la visiter». Je comprends sa joie à me le demander et d’être heureux que j’aie accepté son invitation à venir le voir et de m’avoir fait ce plaisir en me montrant cette église...

à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Ven 17 Avr 2009, 9:02 pm

.
Je le connais depuis presque dix ans déjà et, au risque de perdre à tout jamais son amitié, mais pas celle de Dieu, je lui pose la question : « Célèbre-t-on la messe dans cette église ?» A sa réponse affirmative, je lui réponds que je ne peux entrer dans un tel lieu où la messe qui n’est pas la messe est célébrée. Il me dit que c’est mon choix et qu’il respecte mon choix. La visite guidée se termine quand on passe devant une compagnie au nom des Cuierrier, sûrement des parents à lui.

à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Sam 18 Avr 2009, 9:31 am

J'attends avec impatience la suite du témoignage de Confiteor ! Et en attendant je vous donne le mien :

Vous avez pu lire la description de mon voyage à Jérusalem dans "un brin de causerie". Avant mon départ pour ce pays objet de tous les conflits je me demandais qu'est-ce que le Bon Dieu voulait de moi là-bas ! Un soir en prière alors que je lui avais dit : "mon Dieu je veux faire ta volonté et si ta volonté est d'aller en Israel j'irai" curieusement une semaine après quelqu'un me proposait un vol gratuit vers ce pays !!

A Jérusalem j'ai résidé chez une ancienne camarade de classe juive bien sûr et fille d'un rabbin décédé ! De l'empreinte judaïque familiale il lui reste : allumage des bougies de chabbat, observance des bénédictions du chabbat, elle ne cuisine pas chabbat mais elle monte en voiture si quelqu'un la conduit, elle regarde la télé (ces deux dernières choses sont interdites bien sûr par le canon juif), et naturellement elle fait son nettoyage de la Pâque juive très consciencieusement même plus que demandé par le canon !! Bref une religion à la carte mais on sent malgré tout une foi profonde. Son mari lui n'est pas du tout croyant et donc n'a pas arrêté de faire la tête et de la gronder à cause du remue-ménage de la Pâque (repeinte des murs, déplacement des meubles pour laver et enlever la poussière dans les multiples coins et recoins de toute la maison - vous toutes les ménagères du forum savez ce que nettoyage implique !!!!

Bref, je me suis jetée à l'eau je leur ai dit que moi j'avais résolu le prolème et que je croyais en Jésus-Christ. Alors là vous imaginez la surprise les yeux ronds de stupeur ! Comment moi qui avais reçu a peu près le même culture et le même enseignement qu'elle j'avais pu tirer un trait sur tout cela! A la question posée par mon amie : "comment peux-tu croire que Jésus est ressuscité ? Comment peux-tu croire que les morts ressusciteront ?"

Peu de mots ont suffi : si les juifs croient que Dieu a ouvert la mer rouge pour faire passer leurs ancêtres et de susrcroît avoir frayé 12 chemins pour chacune des 12 tribus, au total : 600.000 hommes + femmes et enfants, à pied sec, et que de plus tout est possible à Dieu, et que lui même en personne a agi, pourquoi ne ressusciterait-il pas quelqu'un d'entre les morts ? Et en particulier Jésus-Christ ?
Le grand rabbin de France Sitruk ou Sirat (je ne me souviens plus lequel des deux) a dit un jour à la télévision que le Messie viendrait on pourrait manger du porc mais que maintenant il ne faut pas le manger. Alors comme moi je crois en Jésus-Christ, je crois qu'il est ressuscité, je crois qu'il est le Messie, alors je n'ai plus besoin de me casser la tête avec tout le bazar du nettoyage de Pessah, du chabbat etc... Ezekiel a bien prophétisé qu'il y aurait une résurrection des morts !
Et j'ai ajouté que je jeûnais vendredi saint ! Et j'ai senti que mon amie était déstabilisée ! Elle répondit : "pour moi le Messie c'est quelque chose de trop fort, de trop compliqué alors je n'y pense pas je me contente de faire ce que je fais"

Le choc fut rude lorsque je disparus Vendredi saint pour faire mes dévotions au Saint Sépulcre me désolidarisant par la pensée de tous les hérétiques présents et leurs hérésies et priant seule avec mon missel de 62 (je n'ai pas encore celui de 57).
Le psaume dit si je ne me trompe "Ils ont mis mon sépulcre parmi les méchants" (vous me corrigerez donc) et donc cette réalité de l'ensevelissement de la Vérité m'est apparue encore plus forte ce jour là ainsi que la douleur de Celle (La Vierge Marie) et de celui (tout catholique croyant) qui après avoir enterré un être cher et s'être incliné devant sa tombe doit reprendre le chemin de sa maison et laisser "les morts enterrer leurs morts" devant continuer à vivre malgré la peine tout en gardant la foi en la Résurrection !

Il faut savoir que les juifs, lorsque les livres et parchemins/rouleaux de la Torah sont usagés enterrent ceux-ci de la même manière qu'on enterre les morts avec des prières ! La Parole de Dieu est ensevelie ! Mais comme la Parole de Dieu demeure éternellement elle ne peut mourir ni demeurer dans le tombeau !!! Le Verbe s'est fait chair il a habité parmi nous et il demeure éternellement !

Heureusement mon amie ne m'a pas renvoyée de chez elle à cause de ma croyance en Jésus-Christ elle sera donc bénie par Lui ! Peut-être qu'elle cherchera à savoir à comprendre et qu'elle finira pas se convertir !

Demeurant chez elle j'ai donc diné avec eux le soir de la Pâque (mercredi soir) et j'ai dû donc faire une restriction mentale par rapport au rite célébré durant le dîner (on raconte la sortie d'Egypte) me transportant dans le même temps à Gethsémani par le coeur et par la pensée ! Je vous assure que ce n'est pas de la tarte ! La souffrance est là on ne peut l'enlever !

J'espère ne pas avoir enfreint les lois de l'Eglise par rapport à la communion in sacris ! J'ai fait ce que j'ai pu et Dieu fera le reste !

Nous nous trouvons devant des hommes et nous devons tenir compte de leur degré de conditionnement doctrinal dans leur religion d'origine !

Que les juifs se réjouissent de la sortie d' Egypte je ne vois pas de mal à cela (je connais la langue et je connais le rite) et Jésus l'a célébrée lui aussi avec sa famille, ses parents, son peuple ! La question qui se pose aujourd'hui : les juifs sont-ils vraiment sortis d'Egypte au sens spirituel du terme ? Cette sortie a-t-elle vraiment réussi ? J'en doute puisque les gens sont toujours aussi pécheurs et commettent les mêmes erreurs que dans le passé ! Seuls les moyens ont changé mais le coeur de l'homme n'a pas vraiment choisi la Vie avec un grand "V" ! Et on en est tous là chrétiens comme juifs ! Chrétiens sommes-nous sortis du tombeau ?

J'aimerais bien avoir vos commentaires là dessus !

Via Crucis
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Sam 18 Avr 2009, 10:05 am

Via Crucis a écrit:
Demeurant chez elle j'ai donc diné avec eux le soir de la Pâque (mercredi soir) et j'ai dû donc faire une restriction mentale par rapport au rite célébré durant le dîner (on raconte la sortie d'Egypte) me transportant dans le même temps à Gethsémani par le coeur et par la pensée ! Je vous assure que ce n'est pas de la tarte ! La souffrance est là on ne peut l'enlever !

J'espère ne pas avoir enfreint les lois de l'Eglise par rapport à la communion in sacris ! J'ai fait ce que j'ai pu et Dieu fera le reste !



Via Crucis


Voici un texte de l'Église qui va surement vous aider et vous éclairer sur la communion in sacris !
Émile Jombart a commenté in Manuel de Droit Canon1958. pp 371-372 a écrit:


672. 40 « COMMUNICATIO IN SACRIS » (C. 1258). — I. Notions et Principes. — L'expression in sacris a un sens très général : doctrine (prédication, catéchisme), prières, sacrements, actions liturgiques, sépulture...

Il y a communication : a) ou si les catholiques prennent part aux cérémonies des non catholiques (c'est l'objet du C. 1258) ; b) ou si les non catholiques prennent part aux rites des catholiques. Accomplir des cérémonies sacrées avec des non catholiques dans un rite non catholique est intrinsèquement illicite, parce que superstitieux. Accomplir des cérémonies avec des non catholiques, mais dans le rite catholique, ne paraît pas illicite en soi, mais le sera souvent à raison du danger de scandale, de superstition, de perte de la foi.

673. 2. Défense générale. — « Il est interdit aux fidèles de prendre aucune part active aux rites sacrés des non catholiques » (C. 1258, § 1). Exemples d'actions déclarées interdites par des réponses romaines : être parrain d'un baptême administré par un non catholique ; faire baptiser des enfants catholiques par un ministre non catholique ; se confesser (à moins d'être en danger de mort) à un prêtre hérétique ou schismatique ; se faire ordonner par un hérétique ; jouer de l'orgue dans un temple non catholique pendant les offices ; assister à une messe célébrée par un prêtre schismatique 5. Il ne serait pas permis non plus d'aller écouter un prêche dans un temple protestant d'y recevoir la cène, d'y prendre part aux chants ou aux prières publiques 1. — On pourrait prêter serment, même sur une bible protestante, devant un pasteur remplissant les fonctions d'officier d'état civil 2. — On ne pourrait appeler le ministre hérétique comme tel, même pour un malade qui le demanderait dans un hôpital (ce semblerait être une approbation de l'hérésie), mais on pourrait faire savoir à M. Durand que M. Dupont désire sa visite. — Il n'est jamais interdit de rendre à Notre-Seigneur les honneurs qui lui sont dus, donc de faire la génuflexion dans une église schismatique où se trouve la sainte réserve, etc. 3.

674. 3. Ce qui peut être toléré, c'est « la présence passive ou purement matérielle, par politesse ou à l'occasion d'un emploi civil, pour une cause grave (soumise dans les cas douteux à l'approbation de l'évêque), aux funérailles de non catholiques, à leurs mariages ou à des solennités analogues, pourvu qu'il n'y ait aucun danger de perversion ou de scandale » (C. 1258, § 2). La présence matérielle ou passive consiste à assister à une cérémonie parce qu'on ne peut s'en dispenser avec une correction qui n'implique aucune adhésion à l'erreur ou au schisme. Les catholiques ne peuvent s'unir aux prières ni aux rites des non catholiques ni porter des flambeaux dans leurs temples 4. Quelques réponses romaines précisent ce qui est toléré : la visite d'églises schismatiques, en dehors des offices, par des catholiques ; l'entrée dans un temple pour assister au couronnement d'un roi non catholique ; l'assistance de fonctionnaires (mais pas d'évêques ni de prêtres) à des prières récitées au temple pour un prince 5. A la mort d'un chef d'État non catholique, le clergé peut assister en corps à ses obsèques, mais in nigris. — Il n'est pas permis aux catholiques de faire le moindre don pour la construction de synagogues ou de temples hérétiques, ni à des enfants catholiques d'aller au temple baiser des croix présentées par des ministres non catholiques ou de recevoir d'eux du pain bénit, etc. 6.

1. A. A. S., 111, 1911, p. 243.
2. VIDAL, JUS canonicum, iv, n. 328.
3. Com, pro religiosis, 1936, p. 65 ; Hostia, 1937. P- 106 ; R. C. R., 1936, p. 119.
4. VIDAL, livre cité, n. 329.
5 M. a CORONATA, Institutiones, II, n. 835.
1. VIDAL, jus canonicum, iv, n. 347.
2. Saint-Office, 1er avril 1857 et 23 fév. 1820, Collectanea, nn. 1133 et 1342.
3. Epitome jur. can., II, n. 577.
4. Saint-Office, 8 sept. 1874 ; VIDAI., JUS canonicum, iv, n. 347, note 16.
5. VIDAL, n. 347, III.
6. M. a CORONATA, Inst., II, n. 836.
avatar
Diane

Nombre de messages : 5471
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Sam 18 Avr 2009, 10:22 am

Chère Via Crucis...

Pour vous dire franchement, j'aurais préféré manger au restaurant ou dans ma chambre.

Pour la communio in sacris: l'Église défends de prier avec des gens appartenant à une autre religion... votre amie étant de religion Judaique, la pâque juive, j'imagine doit comprendre des prières et lecture et tout un rituel qui est en oppostion direct avec la Foi. Effectivement, il y a communio in sacris... car ce repas à une signification de prière...

Cependant, vous avez agit au meilleur de votre connaissance,( difficile de se promener avec un code de droit sous la main) ce qui prouve votre bonne volonté est ce récit que vous en faites, et cela Dieu en tient compte. Je pense qu'il arrive que l'on ne sache pas en détails les lois de la Sainte Église, tout simplement parce qu'avant les imposteurs de Rome, aucun catholique n'était amené à étudier ces lois.

Votre méprise, venait du fait que c'était un repas, mais ce repas est pour le Juif une prière qui en son sens profond est la négation de votre Foi en Jésus-Christ, vrai Dieu vrai Homme, Messie attendue par tous et qui reviendra dans sa gloire pour juger le vivants et les morts...

Voilà, l'ignorance vient de tomber....

Il me semble qu'il serait bien si vous pouviez écrire à votre amie, il lui expliquer votre erreur, cela évitera qu'elle garde cette impression qu'après tout, ce n'est pas si grave de continuer dans le Judaisme , puisque vous catholique avez participez à la paque.. car il ne faut pas oublier que les imposteurs de Rome, ne cesse de dire que l'Ancienne Alliance est encore en vigueur et que les Juifs sont nos frères aînés dans la foi

Remercions Dieu de cette grâce qu'il nous fait à tous par sa douce Lumière
sunny

J'admire votre simplicité et humilité.... Wink
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17757
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Catherine le Sam 18 Avr 2009, 10:32 am

Merci chère Via Crucis pour votre récit, nous l'avons lu avec beaucoup d'intérêt!

Votre soeur dans la foi, qui ne vous connaît pas mais qui prend plaisir à lire vos récits très imagés! flower
avatar
Catherine

Nombre de messages : 2365
Age : 32
Localisation : Pays d'Urfé
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Sam 18 Avr 2009, 1:09 pm

Parce Domine a écrit:Chère Via Crucis...

Pour vous dire franchement, j'aurais préféré manger au restaurant ou dans ma chambre.

Pour la communio in sacris: l'Église défends de prier avec des gens appartenant à une autre religion... votre amie étant de religion Judaique, la pâque juive, j'imagine doit comprendre des prières et lecture et tout un rituel qui est en oppostion direct avec la Foi. Effectivement, il y a communio in sacris... car ce repas à une signification de prière...

Cependant, vous avez agit au meilleur de votre connaissance,( difficile de se promener avec un code de droit sous la main) ce qui prouve votre bonne volonté est ce récit que vous en faites, et cela Dieu en tient compte. Je pense qu'il arrive que l'on ne sache pas en détails les lois de la Sainte Église, tout simplement parce qu'avant les imposteurs de Rome, aucun catholique n'était amené à étudier ces lois.

Votre méprise, venait du fait que c'était un repas, mais ce repas est pour le Juif une prière qui en son sens profond est la négation de votre Foi en Jésus-Christ, vrai Dieu vrai Homme, Messie attendue par tous et qui reviendra dans sa gloire pour juger le vivants et les morts...

Voilà, l'ignorance vient de tomber....

Il me semble qu'il serait bien si vous pouviez écrire à votre amie, il lui expliquer votre erreur, cela évitera qu'elle garde cette impression qu'après tout, ce n'est pas si grave de continuer dans le Judaisme , puisque vous catholique avez participez à la paque.. car il ne faut pas oublier que les imposteurs de Rome, ne cesse de dire que l'Ancienne Alliance est encore en vigueur et que les Juifs sont nos frères aînés dans la foi

Remercions Dieu de cette grâce qu'il nous fait à tous par sa douce Lumière
sunny

J'admire votre simplicité et humilité.... Wink


Chère Via Crucis,très heureux que vous soyez revenue saine et sauve; je suis en accord total avec Parce. Pour ce qui est du concierge de Jean-Grou, il reste un ou deux "posts"... dont un sera publié aujourd'hui...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Sam 18 Avr 2009, 1:13 pm

.

En sortant de l’auto, je lui donne l’information sur les INTRUS à Rome en lui disant de la feuilleter, et on se quitte «pas pires amis» comme on dit ici. En partant, il m’envoie longuement la main et je lui trouve un étrange teint terreux et pale…

Une semaine ou deux s’écoulent… Un jour, je reçois une visite à l’école Louis-Riel, étant remplaçant-concierge cette journée-là. Quelle ne fut pas ma surprise d’apercevoir un ancien collègue aide-concierge, maintenant devenu concierge…


à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Sam 18 Avr 2009, 2:16 pm

Parce Domine a écrit :

Il me semble qu'il serait bien si vous pouviez écrire à votre amie, il lui expliquer votre erreur, cela évitera qu'elle garde cette impression qu'après tout, ce n'est pas si grave de continuer dans le Judaisme , puisque vous catholique avez participez à la paque.. car il ne faut pas oublier que les imposteurs de Rome, ne cesse de dire que l'Ancienne Alliance est encore en vigueur et que les Juifs sont nos frères aînés dans la foi


Il est bien clair que l'Ancienne Alliance est caduque et que les juifs ne sont nullement nos frères aînés dans la foi ! Affirmer le contraire est non seulement pure hérésie mais aussi contraire aux fondements de la foi catholique !

Il y a eu d'abord le plan A de Dieu: un sauvetage matériel : la sortie d'Egypte avec Moîse et un plan divin d'éducation morale et de réhabilitation sociale (les 10 commandements, l'arche d'alliance, royauté de David etc...) pour un peuple complètement déboussolé par l'oppression égyptienne, l'esclavage et ayant perdu tous ses repères.

Mais le chien/peuple étant retourné à ses vomissures (l'Egypte) Dieu à cause de sa miséricorde n'a pas voulu les laisser à leurs vomissures ni qu'il périsse il passe donc au plan B : sauve qui peut ! sauvetage spirituel : Jésus-Christ le Messie tant attendu est venu pour les sauver mais ils n'en ont pas voulu !

En fait il y a un anachronisme entre ceux qui en sont encore à la sortie d'Egypte et ceux qui ont dépassé ce stade.

Il faut donc amener les retardataires à bon port !

Il faut donc autant que possible imiter la stratégie du Bon Dieu ! Il n'est pas pressé ! Il prend son temps ! Heureusement d'ailleurs sinon nous serions tous foutus !

Je corresponds via internet avec mon amie et donc le sujet très certainement reviendra à l'ordre du jour au moment que Dieu jugera opportun.

Priez SVP pour elle, sa famille et pour moi !

Et pour ce qui concerne le repas de la Pâque juive pour votre info : il se déroule en deux temps. Premier temps : on mange des herbes amères (salade) et haroset (pseudo mortier rappelant les briques que fabriquaient les hébreux en Egypte, qui est fait avec de la pâte de dattes des noix des amandes parfumé à la canelle et au clou de girofle), on raconte l'histoire de la sortie d'Egypte dans la langue que tout le monde comprend (l'hébreu n'est pas obligatoire, mais l'obligation de la raconter demeure), on boit du vin car le vin réjouit le coeur de l'homme, le chef de famille bénit le vin et le pain azyme et on dîne puis après le dîner action de grâces et psaumes de louanges car le commandement biblique est de se réjouir ce jour là. Nous n'avons fait que la première partie de la soirée (herbes amères + diner et on a bu du jus de raisin !)

A un moment donné alors que le chef de famille énumère les dix plaies l'une après l'autre dans l'ordre, il verse, à chaque plaie, du vin dans une cuvette et son épouse verse de l'eau en même temps, et cela m'a fait penser à l'eau et au sang sortis du coeur transpercé de Jésus. Je serais curieuse de savoir si cette façon de procéder de l'eau et du vin a été instituée après la crucifixion ou bien déjà avant la venue du Christ. L'eau = miséricorde et le vin = la justice. Quelle était l'intention de ceux qui ont institué ce rite ?

Les Caraîtes eux célèbrent la Pâque différemment, bien plus proche du texte biblique, ils mangent de l'agneau grillé, debout, à la hâte, sandales aux pieds et bâton à la main ! J'ai vu un documentaire à la TV israelienne là dessus.

Par contre, la bénédiction du vin et du pain faite par le chef de famille sont celles qui ont été reprises dans le Novus Ordo pour la consécration des Saintes Espèces et donc au cours du dîner je n'ai pas répondu "amen" comme les autres membres de la famille l'ont fait !!! Et voilà pourquoi le Novus Ordo est bancal : les conciliaires en sont restés à la sortie d'Egypte !!! Ils sont retournés à leurs vomissures ! D'ailleurs je n'ai jamais remis les pieds dans une synagogue depuis mon baptême !

Merci Jésus d'avoir accepté de mourir aussi pour moi sur la Croix ! Tu es mon Seigneur et mon Dieu ! Prends pitié de moi pécheresse ! Souviens toi de moi quand tu reviendras dans ta gloire pour juger les vivants et les morts !

Via Crucis
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Sam 18 Avr 2009, 2:36 pm

Chère Via Crucis

Si ma mémoire est bonne l'usage de verser une goutte d'eau dans le vin à la messe remonte au temps apostolique.

La gouttte d'eau représente les fidèles...


Merci pour les infos sur les coutumes de l'ancienne loi... c'est très instructif


Par contre, la bénédiction du vin et du pain faite par le chef de famille sont celles qui ont été reprises dans le Novus Ordo pour la consécration des Saintes Espèces et donc au cours du dîner je n'ai pas répondu "amen" comme les autres membres de la famille l'ont fait !!! Et voilà pourquoi le Novus Ordo est bancal : les conciliaires en sont restés à la sortie d'Egypte !!! Ils sont retournés à leurs vomissures ! D'ailleurs je n'ai jamais remis les pieds dans une synagogue depuis mon baptême !

Ce témoignage venant d'une personne qui l'a vécue a plus de poids que bien des livres ...Le ait que vous n'ayez pas répondue "Amen" à aucune prière est déjà une manifestation de votre foi catholique... quand à vos pieds dans une synagogue depuis votre baptême, de cela je n'en doute pas, cette amour et tendresse que vous manifesté envers Jésus et Marie en est la preuve....
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17757
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Louis le Sam 18 Avr 2009, 5:29 pm

Parce Domine a écrit:Chère Via Crucis

Si ma mémoire est bonne l'usage de verser une goutte d'eau dans le vin à la messe remonte au temps apostolique.

La gouttte d'eau représente les fidèles...

(..)

Voici ce que j'ai trouvé, dans l'excellent livre du R.P. Pierre le Brun sur les Explications sur la Messe, 1860,

référence : http://www.liberius.net

Il met de l’eau dans le Calice,(a) pour imiter Jésus-Christ, qui dans la dernière Pâque qu’il fit avec ses Apôtres consacra la coupe pascale, dans laquelle, selon le Rit des Juifs, il y avait du vin et de l’eau. En effet saint Justin (a), saint Irénée (b), saint Cyprien (c), les Pères du III. Concile de Carthage (d), et ceux du Concile in Trullo (e), nous apprennent que, selon la Tradition, le vin que Jésus-Christ consacra, était mêlé d’eau.

Outre cette raison naturelle et essentielle, les Pères ont cru qu’il fallait mettre de l’eau dans le calice pour deux raisons mystérieuses. La première, pour marquer que le peuple fidèle, représenté par l’eau, est uni avec Jésus-Christ, et offert avec lui dans le calice; parce que l’eau, dit saint Jean (f), représente les peuples. Saint Cyrille (g) s’est appliqué à développer ce mystère, en montrant la nécessité de mêler de l’eau qui marque le peuple, avec le vin qui représente Jésus-Christ. Ce rapport fut répété et mis dans un nouveau jour par les Pères du quatrième Concile de Brague en 675; et c’est cette raison mystérieuse qui a fait placer en cet endroit l’oraison suivante, Deus qui humanæ, etc.

La seconde raison est pour représenter l’eau et le sang qui sortirent du côté de Jésus-Christ sur la croix. C'est pourquoi dans le Rit Ambrosien, et selon un grand nombre d'anciens Missels, en mettant le vin et l’eau , on dit (a) : du côté de Jésus-Christ sortit du sang et de l’eau; ce qui a été suivi et conserve à Laon, chez les Chartreux, etc. Toutes ces raisons que nous venons d'exposer ont été rapportées par le Pape Eugène IV, au Concile de Florence , dans le Décret pour les Arméniens (b), et par le Concile de Trente. (c)

___________________________________________

(a)Au sixième siècle, les Arméniens ne mirent point d’eau dans le Calice, et prétendirent s’autoriser d’une des Homélies de saint Chrysostôme sur saint Matthieu. Mais les Pères du Concile in Trullo, assemblés en 692 à Constantinople, où saint Chrysostôme avait été Evêque, firent voir que les Arméniens entendaient fort mal les Ecrits de ce saint Docteur, qui avait seulement combattu les Hérétiques qui ne sacrifiaient qu’avec de l’eau. Les Pères ajoutèrent que l’usage de mêler de l’eau avec le vin est fondée sur la Tradition universelle des Eglises depuis Jésus-Christ, et ils déclarent que l’Evêque ou le Prêtre qui ne mettra que du vin dans le calice, sera déposé comme un novateur qui ne suit pas l’ordre prescrit par les Apôtres; et qui n’exprime qu’imparfaitement le mystère du sacrifice. Conc. Trullo. can. 32. Le Décret d’union avec les Arméniens dans le Concile de Florence, déclara aussi qu’il était nécessaire de mettre de l’eau dans le Calice : Cui (vino) ante consecrationem aqua modicissima admisceri debet, etc. Conc. 10. XII, col. 536.

(a) Apol. 2.

(b) De hæres. l. 4. C. 57.

(c) Epist.63.

(d) Can. 4.

(e) Can. 32.

(f) Aquæ populi sunt Apoc. XVII. 15.

(g) Epist. 63.

(a) De latere Christi exivit sanguis et aqua.

(b) Conc. tom. VII. col. 536.

(c) Sess. 22. Cap.7.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 11123
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Roger Boivin le Sam 18 Avr 2009, 11:03 pm

-
Je crois que Via Crucis se demande d'où vient CET USAGE CHEZ LES JUIFS, de la bénédiction du pain et du vin par le père de famille, ..si je ne me trompe.


Voici l'extrait de son texte :

" A un moment donné alors que le chef de la famille énumère les dix plaies l'une après l'autre dans l'ordre, il verse, à chaque plaie, du vin dans une cuvette et son épouse verse de l'eau en même temps, et cela m'a fait penser à l'eau et au sang sortis du coeur transpercé de Jésus. Je serais curieuse de savoir si cette façon de procéder de l'eau et du vin a été instituée après la crucifixion ou bien déjà avant la venue du Christ. L'eau = miséricorde et le vin = la justice. Quelle était l'intention de ceux qui ont institué ce rite "


-
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10716
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Dim 19 Avr 2009, 6:52 am

Missale Romanum a cité :

Il met de l’eau dans le Calice,(a) pour imiter Jésus-Christ, qui dans la dernière Pâque qu’il fit avec ses Apôtres consacra la coupe pascale, dans laquelle, selon le Rit des Juifs, il y avait du vin et de l’eau. En effet saint Justin (a), saint Irénée (b), saint Cyprien (c), les Pères du III. Concile de Carthage (d), et ceux du Concile in Trullo (e), nous apprennent que, selon la Tradition, le vin que Jésus-Christ consacra, était mêlé d’eau.

Outre cette raison naturelle et essentielle, les Pères ont cru qu’il fallait mettre de l’eau dans le calice pour deux raisons mystérieuses. La première, pour marquer que le peuple fidèle, représenté par l’eau, est uni avec Jésus-Christ, et offert avec lui dans le calice; parce que l’eau, dit saint Jean (f), représente les peuples. Saint Cyrille (g) s’est appliqué à développer ce mystère, en montrant la nécessité de mêler de l’eau qui marque le peuple, avec le vin qui représente Jésus-Christ. Ce rapport fut répété et mis dans un nouveau jour par les Pères du quatrième Concile de Brague en 675; et c’est cette raison mystérieuse qui a fait placer en cet endroit l’oraison suivante, Deus qui humanæ, etc.

La seconde raison est pour représenter l’eau et le sang qui sortirent du côté de Jésus-Christ sur la croix. C'est pourquoi dans le Rit Ambrosien, et selon un grand nombre d'anciens Missels, en mettant le vin et l’eau , on dit (a) : du côté de Jésus-Christ sortit du sang et de l’eau; ce qui a été suivi et conserve à Laon, chez les Chartreux, etc. Toutes ces raisons que nous venons d'exposer ont été rapportées par le Pape Eugène IV, au Concile de Florence , dans le Décret pour les Arméniens (b), et par le Concile de Trente. (c)



Explication très intéressante qui fait toute la différence !

D'autant plus que pour la coupe de vin principale que le chef de famille juive consacre cette coupe doit être, selon le canon juif (Kitsour Choulkhan aroukh) pleine de vin jusqu'à en déborder ! Et Il n' y a que du vin dans la coupe sans eau. Je n'ai jamais vu dans aucune famille juive couper la coupe principale de vin d'eau. L'obligation consiste à faire passer la coupe entre les convives autour de la table pour que chacun y boive une gorgée. Le canon juif oblige le chef de famille à boire 1/4 (réviit) du vin béni contenu dans la coupe et non toute la coupe. La bénédiction se faisant sur du vin pur. Ce n'est qu'après, comme certaines personnes ne supportent pas le vin (enfants et malades) les rabbins ont autorisé l'utilisation de jus de raisin ou de vin coupé d'eau. La plupart des gens font cela : ils utilisent du vin sans eau dans la coupe principale, et le reste des convives boivent du jus de raisin ou du vin coupé d'eau. La coupe principale est donc bien sans eau.

Je précise bien : cette eau et ce vin qui sont versés dans la cuvette le soir de Pessah n'est pas consommé. Il est jeté ensuite.

Par conséquent, ma question repose sur ce fait là ! Puisque Jésus a été crucifié la veille de la Pâque, est-ce que ce rituel de déverser de l'eau et du vin dans une cuvette pour la jeter, a-t-elle été instituée après la crucifixion sous le masque de l'énumération des dix plaies d'Egypte? Auquel cas, ce rituel (institué par des rabbins anti-Jésus-Christ ?) confirmerait le rejet du Christ au cours du repas de Pessah (la Pâque). Et cela serait naturellement très grave.

Dans le cas où ce rituel existait déjà avant Jésus-Christ cette intention là n'existait donc pas : ils célébraient tout simplement le fait que la justice s'est appliquée sur les Egyptiens (le vin = le sang du bélier constellation du bélier que les Egyptiens adoraient, la mort des premiers nés etc..., et l'eau = la miséricorde de Dieu envers un peuple descendant d'Abraham réduit en esclavage).

Dans le rituel de la nuit de Pâques sont cités les rabbins Rabbi Akiva, Rabbi Tarphon, Rabbi Eliezer ben Azariah et Hillel, pour leurs ténacité à prolonger leur repas jusqu'à la prière du matin (shaharit) pour se réjouir, raconter et expliquer les merveilles de la sortie d'Egypte. Ces rabbins là étaient-ils contemporains du Christ ou bien sont-ils apparus bien après ? Qui donc a élaboré ce rituel de la Pâque juive sachant que les Caraïtes célèbrent encore aujourd'hui la Pâque comme stipulé dans la Bible et non comme célébré par les juifs que nous connaissons aujourd'hui dans le monde au cours des siècles jusqu'à nos jours ?

De toutes façons le gros du peuple (les gens du peuple) célèbrent cette fête plus par tradition que par conviction et donc si intention mauvaise il y a de la part de ceux qui ont institué ce rituel ils n'y voient que du feu !

Il y a main mise du rabbinat sur tous les supermarchés et usines en Israel de telle sorte ils n'accordent pas le label/cachet "cachère lépessah) s'ils exposent du non cachère (du pain) pendant les fêtes de Pessah (ils viennent vérifier les étalages et surveiller le nettoyage, bref il y a une taxe à payer au rabbinat bien sûr pour avoir le cachet) ! Donc les non juifs (il y a beaucoup de travailleurs non juifs immigrés en Israel) sont contraints soit de faire leur propre pain soit d'aller faire quelques kilomètres pour aller en trouver dans un village ou quartier arabe et à défaut de ne pouvoir le faire alors ils mangent eux aussi des pains azymes !

Donc le commentaire :

Au sixième siècle, les Arméniens ne mirent point d’eau dans le Calice, et prétendirent s’autoriser d’une des Homélies de saint Chrysostôme sur saint Matthieu. Mais les Pères du Concile in Trullo, assemblés en 692 à Constantinople, où saint Chrysostôme avait été Evêque, firent voir que les Arméniens entendaient fort mal les Ecrits de ce saint Docteur, qui avait seulement combattu les Hérétiques qui ne sacrifiaient qu’avec de l’eau. Les Pères ajoutèrent que l’usage de mêler de l’eau avec le vin est fondée sur la Tradition universelle des Eglises depuis Jésus-Christ, et ils déclarent que l’Evêque ou le Prêtre qui ne mettra que du vin dans le calice, sera déposé comme un novateur qui ne suit pas l’ordre prescrit par les Apôtres; et qui n’exprime qu’imparfaitement le mystère du sacrifice. Conc. Trullo. can. 32. Le Décret d’union avec les Arméniens dans le Concile de Florence, déclara aussi qu’il était nécessaire de mettre de l’eau dans le Calice : Cui (vino) ante consecrationem aqua modicissima admisceri debet, etc. Conc. 10. XII, col. 536
.


Est très explicite !

Les prêtres catholiques consomment le vin mêlé d'eau contenu dans le calice. Donc ils reçoivent et acceptent la miséricorde et le jugement de Dieu ! C'est le Saint Sang du Saint Sacrifice !

Tandis que les juifs rejettent ce sang et cette eau et ne les consomment pas ils les jettent !

Et là est toute la différence : geste confirmant la négation ou la réception du Christ Sauveur !

Est-ce que dans l'Evangile est-il écrit clairement que le Christ a mis de l'eau dans la coupe de vin ? Si ce n'est pas écrit ce n'est pas grave, il suffit que l'Eglise l'ait ordonné (le pouvoir donné à Pierre de lier et de délier) mais il est interessant de connaître la teneur pour ne pas tomber dans l'erreur.

Je n'avais jamais fait auparavant cette comparaison. Cela m'est venu comme ça !

Si vous arrivez à trouver des réponses à ces questions je vous tire mon chapeau ! ! jocolor Allez au boulot !!! study

Je n'ai pas de chapeau plus beau à vous tirer que celui du clown !!!! Suspect alors je compte sur votre compréhension ! flower

Via Crucis
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Dim 19 Avr 2009, 10:56 am

OUI CHEF! study
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17757
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Dim 19 Avr 2009, 12:54 pm

REMARQUES

Sur l'origine et les raisons du mélange de l'eau et du vin : sur la bénédiction de l'eau et sur la quantité qu'il en faut mettre.
I. Le Prêtre met du vin dans le Calice. Le vin, aussi-bien que le pain, est la matière du Sacrifice; c'est ici le temps de l'offrir, et par conséquent de le mettre dans le Calice , si on ne l'a déjà mis, comme on le fait dans quelques Eglises.

Aux Messes solennelles , c'est le Diacre qui met le vin dans le Calice, parce que c'est au Ministre à préparer ce qui est nécessaire.

2. Il met de l'eau dans le Calice, (a) pour imiter Jésus-Christ, qui dans la dernière Pâque qu'il fit avec ses Apôtres consacra la coupe pascale, dans laquelle, selon le Rit des Juifs, il y avait du vin et de l'eau. En effet saint Justin (a), saint Irénée (b), saint Cyprien (c), les Pères du III. Concile de Carthage (d), et ceux du Concile in Trullo (e), nous apprennent que, selon la Tradition , le vin que Jésus-Christ consacra, était mêlé d'eau.

Outre cette raison naturelle et essentielle, les Pères ont cru qu'il fallait mettre de l'eau dans le calice pour deux raisons mystérieuses. La première, pour marquer que le peuple fidèle, représenté par l'eau, est uni avec Jésus-Christ, et offert avec lui dans le calice; parce que l'eau, dit saint Jean (f), représente les peuples. Saint Cyrille (g) s'est appliqué à développer ce mystère, en montrant la nécessité de mêler de l'eau qui marque le peuple, avec le vin qui représente Jésus-Christ. Ce rapport fut répété et mis dans un nouveau jour par les Pères du quatrième Concile de Brague en 675 ; et c'est cette raison mystérieuse qui a fait placer en cet endroit l'oraison suivante, Deus qui hu¬manæ, etc.

La seconde raison est pour représenter l'eau et le sang qui sortirent du côté de Jésus-Christ sur la Croix. C'est pourquoi dans le Rit Ambrosien, et selon un grand nombre d'anciens Missels, en mettant le vin et l'eau , on dit : du côté de Jésus-Christ sortit du sang et de l'eau ; ce qui a été suivi et conservé à Laon, chez les Chartreux, etc. Toutes ces raisons que nous venons d'exposer ont été rap portées par le Pape Eugène IV, au Concile de Florence , dans le Décret pour les Arméniens ,et par le Concile de Trente.


(a) Au sixième siècle, les Arméniens ne mirent point d'eau dans le Calice, et prétendirent s'autoriser d'une des Homélies de saint Chrysostome sur saint Matthieu. Mais les Pères du Concile in Trullo, assemblés en 692 a Constantinople, où saint Chrysostome avait été Evêque, firent voir que les Arméniens entendaient fort mal les Ecrits de ce saint Docteur , qui avait seulement combattu les Hérétiques qui ne sacrifiaient qu'avec de l'eau. Les Pères ajoutent que l'usage de mêler de l'eau avec du vin est fondé sur la Tradition universelle des Eglises depuis Jésus-Christ, et ils déclarent que l'Evêque ou le Prêtre qui ne mettra que du vin dans le calice, sera déposé comme un novateur qui ne suit pas l'ordre prescrit pur les Apôtres; et qui n'exprime qu'imparfaitement le mystère du Sacrifice. Conc. Trull. can. 32. Le Décret d'union avec les Arméniens dans le Concile de Florence, déclara aussi qu'il était nécessaire de mettre de l'eau dans le Calice : Cul (vino) ante con-secrationem aqua modicissima admisceri debet, etc. Conc. 10. XII col.536. col. 536.

(a) Apol. 2.
(b) De hœres. L 4. C. 57.
(c) Epist 63.
(d)Can .4.
(e) Can. 32.
(f) Aquae populi sunt. Apoc. xvii. 15.
(g) Epist 63.

EXPLICATION
LITTÉRALE , HISTORIQUE ET DOGMATIQUE,
DES PRIÈRES ET DES CÉRÉMONIES
DE LA MESSE,
SUIVANT LES ANCIENS AUTEURS, ET LES MONUMENS DE TOUTES LES EGLISES DU
MONDE CHRETIEN.
AVEC DES DISSERTATIONS ET DES NOTES SUR LES ENDROITS DIFFICILES , ET SUR L'ORIGINE DES RITES.

PAR LE R. P. PIERRE LE BRUN, prêtre de l'Oratoire
1860 nouvelle édition pages 270-273


PS: A moi de vous tirer mon pour la question !!! Very Happy
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17757
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Dim 19 Avr 2009, 3:40 pm

.

Excellente description Via Crucis des rites juifs, de vos commentaires du Père Le Brun et de vos questions; explications à point nommé du Père Le Brun sur la question demandée; et excellente collaboration de Missale Romanum et Parce... Tout ceci sera suivi d'un dernier (?) post sur le concierge qui voulait montrer sa belle église en bois...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Dim 19 Avr 2009, 3:53 pm

.

Il venait m’annoncer une triste nouvelle. Il me dit : «Es-tu bien assis ?» je lui réponds que oui. Il me demande de nouveau : «Es-tu sûr d’être bien assis ?» Je lui redis oui tout en étant sûr qu’il va m’annoncer quelque chose de «gros». «Eh bien! Claude Cuierrier est décédé, il y a…» Tout en m’attristant de son décès, j’apprends que je fus probablement le dernier, -ou un des derniers- à le voir en ce bas-monde… Son âme s’est envolée à peine 24 ou 36 heures après ma venue chez lui. Je suis bien content de l’avoir vu. Je suis bien content de n’être pas entré dans son église; je suis bien content de lui avoir donnée l’information en question (sur les INTRUS à Rome)...

à suivre...


Dernière édition par CONFITEOR le Lun 20 Avr 2009, 3:48 pm, édité 1 fois
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Lun 20 Avr 2009, 3:40 pm

Parce Domine a écrit :

OUI CHEF! study


mais .... je ne suis pas chef moi !!! affraid Je suis une mémé qui aime les cat les jocolor et les enfants !!!

Quant à son chapeau :




il est plus beau que le mien !!!! Suspect ! vraiment suspect !

Les commentaires du Père Lebrun sont super !!! Bravo !!! et Merci Parce Domine !!! cherry flower
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Lun 20 Avr 2009, 3:52 pm

.
L’a-t-il lue ou simplement feuilletée? Je n’en sais rien, Dieu seul le sait. J’espère mon Dieu, je n'en sais rien, Vous seul le savez, avoir été de quelque secours pour ses dernières heures sur cette terre. Je suis un serviteur inutile: si cette information a pu l'éclairer et lui être utile, que Votre volonté soit faite...; si Vous avez agi autrement, que Votre volonté soit faite... Quoiqu'il en soit, qu’il repose en paix en Votre Sein. Paix à son âme et qu’elle vive éternellement en votre divine Amitié, en compagnie de la Vierge Marie, des Anges et des Saints


- fin -
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32196
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum