La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Louis le Mer 04 Mar 2009, 10:05 am

Je suis d'accord avec vous Parce Domine: pour ce qui a trait aux lieux saints de nos Croisés ok; mais quant aux temples hérétiques occupés par les Intrus, moi non plus je ne les fréquente pas et je ne veux pas les fréquenter non plus : le scandale et la caution que l'on se trouverait à donner, à la secte conciliaire justement : PAS QUESTION !

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
avatar
Louis
Admin

Nombre de messages : 10749
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Monique le Mer 04 Mar 2009, 10:14 am

Le fait qu'il est permis selon l'Église d'aller dans ces pèlerinages que pour y visiter les lieux n'étant pas une offense grave , pourquoi certains n'y vont pas en conscience d'offensé et d'autre y vont sans conscience d'offensé.

Je connais des catholiques qui font des pèlerinages que pour visiter les architectures sans assister à la messe, doit-on ne serais-ce que par charité leur dire le pourquoi que moi je préfère de pas aller dans ces lieux ou s'il sont libre selon leur conscience.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6460
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Mer 04 Mar 2009, 10:38 am

Paradiso a écrit:Le fait qu'il est permis selon l'Église d'aller dans ces pèlerinages que pour y visiter les lieux n'étant pas une offense grave , pourquoi certains n'y vont pas en conscience d'offensé et d'autre y vont sans conscience d'offensé.

Je connais des catholiques qui font des pèlerinages que pour visiter les architectures sans assister à la messe, doit-on ne serais-ce que par charité leur dire le pourquoi que moi je préfère de pas aller dans ces lieux ou s'il sont libre selon leur conscience.



La première question: je pense qu'il sagit d'une question d'amour ! !

Pour la deuxième : Relisez le post de Parabole , son dernier post qui répond à votre qustion ! ! Question
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Monique le Mer 04 Mar 2009, 11:14 am

Marie-Madeleine a écrit:
Parabole a écrit:

Jamais accepter d'y prier, d'y vénérer quoique ce soit, de faire un baptême ou une cérémonie...ce serait sacrilège, communication in sacris
Par contre, il est possible, sans péché, de visiter une église en touriste ou en amateur d'Art et nous ne pouvons nullement accuser une personne de le faire.
Cependant rien ne nous empêche de lui dire ce qu'elle peut faire et ne pas faire.

Nous pouvons aussi et c'est un droit indiscutable, ne pas aller dans les eglises même pour des raisons pieuses mais sans l'imposer aux autres.

Je penses qu'il est très important de ne pas imposer aux autres ce que l'Eglise ne leur impose pas parce que c'est déjà par rien de se conformer à TOUT ce que l'Eglise nous oblige et si nous chargions les autres de ce que Notre Mère la Sainte Eglise ne les a pas chargés, je crains que nous risquions par notre amère rigueur perdre la grâce de lui obéir en des choses graves.

Est-ce possible pour nous qui cherchons la Vérité d'aller dans ces endroits ?

Certes, tout ce que vous dites est vrai, mais par contre aujourd’hui, pour nous qui cherchons la Vérité , si nous allons dans des pèlerinages , dans des sanctuaires qui autrefois appartenaient à l’Église Catholique , et qui aujourd’hui sont occupés par l’église conciliaire, nous pourrions être la cause d’un scandale vis-à-vis nos frères . Ce sont quand même des endroits profanés par le nouveau culte !! !

Et même ceux qui nous voient dans ces endroits pourraient nous assimiler à la secte conciliaire! !

Il reste que le problème est bien différent aujourd'hui ! !

Qu’en pensez-vous, cher Parabole ?

+++++++++++++++++++++++++++++++++++


Je suis bien d'accord avec vous cher Parabole.

Merci, chère Marie-Madeleine de m'avoir indiquer le post de Parabole qui répond à ma question, mais par contre tout comme vous je me pose la même question: qu'il reste que ce sont des endroits quand même profanés et ceux qui nous verrait dans ces lieux cela apporterait de la confusion et de la dérision donc pour tous nos frères dans la foi il serait plus perceptible de s'en abstenir par amour de la Vérité.
avatar
Monique

Nombre de messages : 6460
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Mer 04 Mar 2009, 11:30 am

Paradiso a citer :

Je suis bien d'accord avec vous cher Parabole.

Merci, chère Marie-Madeleine de m'avoir indiquer le post de Parabole qui répond à ma question, mais par contre tout comme vous je me pose la même question: qu'il reste que ce sont des endroits quand même profanés et ceux qui nous verrait dans ces lieux cela apporterait de la confusion et de la dérision donc pour tous nos frères dans la foi il serait plus perceptible de s'en abstenir par amour de la Vérité.

Pour nous, nous sommes mieux de nous en abstenir, comme vous le dites si bien, mais on ne peut pas dire que ceux qui les fréquentent commettent un péché! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Monique le Mer 04 Mar 2009, 11:42 am

Marie-Madeleine a écrit:
Pour nous, nous sommes mieux de nous en abstenir, comme vous le dites si bien, mais on ne peut pas dire que ceux qui les fréquentent commettent un péché! !

Oui, mais c'est quand même bien dommage pour eux ne serais-ce que par leur curiosité ils entrent dans ces lieux profanés, j'en suis incapable pour ma part et c'est très bien comme ça, à chacun sa conscience !!!
avatar
Monique

Nombre de messages : 6460
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Roger Boivin le Mer 04 Mar 2009, 12:30 pm

Pour ma part, moi qui justement appréciebeaucoup l'art, depuis toutes ces années, plus de trente ans, malgré la proximité de certains lieux à Montréal, ou quand j'étais de passage dans la ville de Québec ou au Sguenay, je n'ai jamais voulu y mettre les pieds pour toutes les bonnes raisons graves qu'on vient de mentionner; et Dieu sait combien parfois ça peut être un sacrifice; et je l'offre encore Au bon Dieu; ..et pourquoi pas justement en réparation de toutes ces abommitées qui s'y commettent !
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10564
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Mer 04 Mar 2009, 1:35 pm

Léon a écrit:Pour ma part, moi qui justement appréciebeaucoup l'art, depuis toutes ces années, plus de trente ans, malgré la proximité de certains lieux à Montréal, ou quand j'étais de passage dans la ville de Québec ou au Sguenay, je n'ai jamais voulu y mettre les pieds pour toutes les bonnes raisons graves qu'on vient de mentionner; et Dieu sait combien parfois ça peut être un sacrifice; et je l'offre encore Au bon Dieu; ..et pourquoi pas justement en réparation de toutes ces abommitées qui s'y commettent !

En effet, cher Léon, pourquoi pas en réparation de toutes ces sacrilèges qui s'y commettent par la nouvelle messe ! ! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Mer 04 Mar 2009, 3:34 pm

Léon a écrit:Pour ma part, moi qui justement appréciebeaucoup l'art, depuis toutes ces années, plus de trente ans, malgré la proximité de certains lieux à Montréal, ou quand j'étais de passage dans la ville de Québec ou au Sguenay, je n'ai jamais voulu y mettre les pieds pour toutes les bonnes raisons graves qu'on vient de mentionner; et Dieu sait combien parfois ça peut être un sacrifice; et je l'offre encore Au bon Dieu; ..et pourquoi pas justement en réparation de toutes ces abommitées qui s'y commettent !


Ces sacrifices faits en réparation des abominations sacrilèges aujourd'hui et en union avec les mérites infinis de la PASSION de Notre-Seigneur vous vaudront, pour vous et les vôtres, un "poids éternel de gloire" dans la patrie céleste...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31843
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Mer 04 Mar 2009, 3:44 pm

Paradiso a écrit:
"CONFITEOR" a écrit:
Je pourrais vous conter une aventure qui m'est arrivée à ce sujet...

Oui, j'aimerais bien que vous nous raconter cette aventure, puisse t-elle éclairer une âme !

Nous y voilà PARADISO !...


Replaçons d’abord les circonstances dans lesquelles se sont déroulés les événements. Le tout débute il y a une quinzaine d’années. Je travaillecomme aide-concierge à l’école Jean-Grou (Rivière-des-Prairies) depuis 5-6 ans, (oui! oui ! c’est moi le concierge du Grand Verglas en 1998… ) et j’ai comme supérieur immédiat Monsieur Claude Cuierrier, qui agit à titre de concierge de l’école depuis 7-8 ans.

Il prend sa retraite à l’âge de 60 ans. Après une quinzaine de mois de retaite, il me téléphone pour que j’aille le voir; il veut me voir, chez lui: un ancien garage transformé en habitation; un 3½ je pense, et situé sur un terrain agricole avec maison principale, bâtiments, ferme, etc... Il occupe, en autres, son temps à réparer tracteurs, machines agricoles et autres instruments aratoires du voisinage.


à suivre...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31843
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Gérard le Mer 04 Mar 2009, 3:55 pm

sans doute, c'est une question très délicate à laquelle nos consciences sont pour le moins en alerte comme chacun l'a très bien exprimer ci-dessus.

Il y a un autre cas analogue, c'est la permission que l'Eglise donne d'assister aux mariages des hérétiques et schismatiques "pour honorer la personne".
On peut y aller, sans aucune participation au culte et à condition de ne pas faire scandale.
D'autre part, suivant la relation que l'on a avec cette personne et l'étape avec laquelle nous avons eu des discussions avec elle, il n'est pas forcément opportun d'assister à son mariage si, par sa faute, elle refuse de se convertir alors que nous avons vu qu'elle en avait reçu les lumières.
Il y a déjà un problème très difficile à résoudre. C'est qu'en allant à un mariage des hérétiques, il n'y aura pas forcément de culte, le mariage civil étant le seul reconnu par les protestants, pour le culte il s'agira des schismatiques. Si nous ne participons pas à leur culte, ceci pourra être vu comme une offense et non pas un honneur à la personne.
Il y a aussi le problème de la présence des enfants qui est ABSOLUMENT impossible à gérer, parce que l'enfant catholique pieux se prosternera naturellement devant une croix ou une statue de la Vierge Marie ou chantera les cantiques ou ne pourra pas rester sans que son coeur s'émeuve profondément de ce qui se passe autour de lui. Dans un lieu de pélerinage, il ne pourra pas être indifférent à la piété parfois très sincère et émouvante de ceux qui ne sont pas catholiques.
Enfin, au sujet du scandale, il est évident qu'il est, comme l'ont constaté pratiquement tous les membres du forum, beaucoup plus grand aujourd'hui et que le témoignage de notre foi en est ébranlé. En effet, avant Vatican II, l'Eglise catholique avait un Porche prodigieux qui de Rome éclairait toute la planète. Tout le monde savait où était l'Eglise catholique et qui en faisait partie y compris tous les peuples infidèles. Aujourd'hui "petit nombre" de catholiques, nous n'avons pas le droit de nous noyer dans la masse des apostats et de passer inaperçus dans leur lieux de culte. Si nous honorons les statues ou les anciens autels des églises voués au nouveau culte nous serons coupables de communicatio in sacris et si nous sommes indifférents dans ces lieux nous passerons pour des impies, des laïcards qui ne croient même plus en Dieu et nous ferons aussi scandale.
Cependant, malgré toutes ces considérations qui nous permettent de ne pas nous mettre dans une situation défavorable pour notre sanctification, il ne faut absolument pas interdire d'autre personnes de le faire. L'Eglise est patiente, elle suppose que cette "concession" est une étape pour des personnes qui, il y a bien des chances, n'ont pas reçu les grâces de lumière, de foi et de charité que nous avons reçues. Par exemple, puisque l'Eglise considère valides les mariages des hérétiques, ceux qui vont à leur mariages les félicitent, les encouragent de se marier plutôt que de rester en concubinage et cet estime pour se marier est à leur avantage.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Mer 04 Mar 2009, 6:14 pm

Cher Parabole,

Parfaitement d'accord avec vous sur le scandale, il apparait inévitable dans la fréquentation des lieux de pèlerinage…

Pour la communicatio in sacris vous dites


Parabole a écrit:Si nous honorons les statues ou les anciens autels des églises voués au nouveau culte nous serons coupables de communicatio in sacris et si nous sommes indifférents dans ces lieux nous passerons pour des impies, des laïcards qui ne croient même plus en Dieu et nous ferons aussi scandale.

C'est la première fois que j'entends cette définition de la communication in sacris… pourriez-vous me donner la référence du Code de droit de 1917… où je pourrais l'a trouver….merci à l'avance

Quant à votre seconde partie de la phrase, votre remarque est plus que juste, car s'il nous faut nous conduire comme des laïcards, alors, nous donnons une impression scandaleuse aux personnes.. en fait, nous dissimulons cet amour de Dieu dans nos cœurs, juste par satisfaction



Émile Jombart a commenté in Manuel de Droit Canon1958. pp 371-372 a écrit:
672. 40 « COMMUNICATIO IN SACRIS » (C. 1258). — I. Notions et Principes. — L'expression in sacris a un sens très général : doctrine (prédication, catéchisme), prières, sacrements, actions liturgiques, sépulture...

Il y a communication : a) ou si les catholiques prennent part aux cérémonies des non catholiques (c'est l'objet du C. 1258) ; b) ou si les non catholiques prennent part aux rites des catholiques. Accomplir des cérémonies sacrées avec des non catholiques dans un rite non catholique est intrinsèquement illicite, parce que superstitieux. Accomplir des cérémonies avec des non catholiques, mais dans le rite catholique, ne paraît pas illicite en soi, mais le sera souvent à raison du danger de scandale, de superstition, de perte de la foi.

673. 2. Défense générale. — « Il est interdit aux fidèles de prendre aucune part active aux rites sacrés des non catholiques » (C. 1258, § 1). Exemples d'actions déclarées interdites par des réponses romaines : être parrain d'un baptême administré par un non catholique ; faire baptiser des enfants catholiques par un ministre non catholique ; se confesser (à moins d'être en danger de mort) à un prêtre hérétique ou schismatique ; se faire ordonner par un hérétique ; jouer de l'orgue dans un temple non catholique pendant les offices ; assister à une messe célébrée par un prêtre schismatique 5. Il ne serait pas permis non plus d'aller écouter un prêche dans un temple protestant d'y recevoir la cène, d'y prendre part aux chants ou aux prières publiques 1. — On pourrait prêter serment, même sur une bible protestante, devant un pasteur remplissant les fonctions d'officier d'état civil 2. — On ne pourrait appeler le ministre hérétique comme tel, même pour un malade qui le demanderait dans un hôpital (ce semblerait être une approbation de l'hérésie), mais on pourrait faire savoir à M. Durand que M. Dupont désire sa visite. — Il n'est jamais interdit de rendre à Notre-Seigneur les honneurs qui lui sont dus, donc de faire la génuflexion dans une église schismatique où se trouve la sainte réserve, etc. 3.

674. 3. Ce qui peut être toléré, c'est « la présence passive ou purement matérielle, par politesse ou à l'occasion d'un emploi civil, pour une cause grave (soumise dans les cas douteux à l'approbation de l'évêque), aux funérailles de non catholiques, à leurs mariages ou à des solennités analogues, pourvu qu'il n'y ait aucun danger de perversion ou de scandale » (C. 1258, § 2). La présence matérielle ou passive consiste à assister à une cérémonie parce qu'on ne peut s'en dispenser avec une correction qui n'implique aucune adhésion à l'erreur ou au schisme. Les catholiques ne peuvent s'unir aux prières ni aux rites des non catholiques ni porter des flambeaux dans leurs temples 4. Quelques réponses romaines précisent ce qui est toléré : la visite d'églises schismatiques, en dehors des offices, par des catholiques ; l'entrée dans un temple pour assister au couronnement d'un roi non catholique ; l'assistance de fonctionnaires (mais pas d'évêques ni de prêtres) à des prières récitées au temple pour un prince 5. A la mort d'un chef d'État non catholique, le clergé peut assister en corps à ses obsèques, mais in nigris. — Il n'est pas permis aux catholiques de faire le moindre don pour la construction de synagogues ou de temples hérétiques, ni à des enfants catholiques d'aller au temple baiser des croix présentées par des ministres non catholiques ou de recevoir d'eux du pain bénit, etc. 6.

1. A. A. S., 111, 1911, p. 243.
2. VIDAL, JUS canonicum, iv, n. 328.
3. Com, pro religiosis, 1936, p. 65 ; Hostia, 1937. P- 106 ; R. C. R., 1936, p. 119.
4. VIDAL, livre cité, n. 329.
5 M. a CORONATA, Institutiones, II, n. 835.
1. VIDAL, jus canonicum, iv, n. 347.
2. Saint-Office, 1er avril 1857 et 23 fév. 1820, Collectanea, nn. 1133 et 1342.
3. Epitome jur. can., II, n. 577.
4. Saint-Office, 8 sept. 1874 ; VIDAI., JUS canonicum, iv, n. 347, note 16.
5. VIDAL, n. 347, III.
6. M. a CORONATA, Inst., II, n. 836.

Cette discusion est vraiment très intéressante, car c'est un sujet que l'on aborde rarement, je crois qu'il nous faut appronfondir ce sujet sur tous ces angles, afin d'en dégager le maximum de notions qui sont vitales pour les catholiques fidèles...
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Mer 04 Mar 2009, 6:44 pm

Cher Parabole , votre post sur le scandale est magnifique et surtout vérédique .

Merci infiniment ! !

Sauf , que je ne comprend pas vraiment :la communicatio in sacris.


Au plaisir de vous relire ! ! ! Wink

+++++++++++++++++++++++++++++
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Mer 04 Mar 2009, 7:15 pm

Qu'en est-il pour le Chemin de Croix et montée au St Sépulcre ? Là toutes les confessions chrétiennes se partagent les lieux saints ? Là prêtres et moines se sont mêmes battus pour quelques centimètres de dalle (une chaise ayant été déplacée lors du nettoyage !!!) et l'armée est intervenue pour séparer les belligérants ! Quelle honte ! Quel sacrilège !

"Si tu as quelque chose contre ton frère laisse là l'autel et va te réconcilier avec ton frère" Paroles de Notre Seigneur !

Donc il ne reste plus qu' à faire le pèlerinage sur les pas de Jésus avec son missel tradi, tout seul, en pénitence, avec ferveur, "non una cum" les hérétiques, sans messe, et en implorant miséricorde à Dieu pour les innombrables sacrilèges qui y sont commis tous les jours envers lui !!! N'ont-ils pas mis son sépulcre parmi les méchants ? N'y avait-il pas quelques bons au milieu pour pleurer avec Marie ? Donc il faut aussi des âmes qui viennent prier là où il a posé ses pieds même s'il y a des méchants qui sont là et croient que le jour de gloire est arrivé pour eux ! Bien sûr Jésus est ressuscité, nous le savons, nous le croyons, mais si on ne regarde pas la Croix et si on ne s'y attache pas tout est foutu on perd vite le fil de la foi et on s'embarque dans des élucubrations théologiques et philosophiques très brumeuses !
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Mer 04 Mar 2009, 7:30 pm

Les Lieux Saints, l'Église permettait aux catholiques de les visiter, en dehors des heures de culte des hérétiques ou infidèles. ( voir instruction sur la communio in sacris)

Le problème de nos jours, est ceux qui sont tenus par ceux de la secte conciliaire. En tout les cas, l'Église , comme cela fut dit plus haut, permet de visiter les temples hérétiques.. comme un musé

Mais est-ce bien cela qu'une âme fervente, comme vous désire, visiter ces églises en les considérant comme des musés, juste pour admirer l'architecture? Je ne pense pas...

Si jamais vous aller à Jérusalem, et que marchant la via dolorosa, avec émotion et tremblement en pensant que ce chemin fut inondé du San Précieux... vous ne serez pas seule, en esprit nous serons avec vous... ne nous oubliez pas surtout pas dans votre valise.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Gérard le Jeu 05 Mar 2009, 12:53 pm

Au point où nous en sommes, il est sans doute opportun de savoir ce que l’Eglise catholique entend par « Communicatio in sacris »
Ce qu’il y a à comprendre trouve ici son explication puisque l’Eglise a la bonté de nous dire pourquoi, de nous signaler les dangers de la « communicatio in sacris ». Nous reprendrons le dialogue après avoir pris grand soin de ses avertissements et de ses justes exigences. Il faut bien faire attention que lorsque l’Eglise nous dit qu’elle permet ne signifie absolument pas qu’elle oblige ! Ce serait confondre une concession et une obligation.
Par contre lorsqu’elle nous dit qu’elle interdit, ce n’est pas un conseil mais un ordre !

CANON 1258
La participation des fidèles aux cérémonies d’un culte non catholique (communicatio in sacris) .
Elle peut être active et formelle ou passive et matérielle.
· Elle se présente sous la première forme quand un catholique participe à un culte hétérodoxe avec l’intention d’honorer Dieu par ce moyen, à la manière des non-catholique.
· La participation est passive et seulement matérielle lorsqu’un catholique prend part à une cérémonie d’un culte hétérodoxe, pour des raisons sérieuses tirées des convenances sociales, mais sans avoir l’intention de participer à ce culte en y associant sa pensée.
Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement et de prendre part, sous quelque forme que ce soit, aux rites sacrés non-catholique ;
Une telle participation est interdite parce qu’elle implique profession d’une autre religion et partant, reniement de la foi catholique. Elle offre en tout cas, même si toute idée de reniement pouvait être écartée, un danger de perversion pour son auteur, un danger de scandale pour les fidèles, et une approbation extérieure des croyances erronées qui inspirent les cultes dissidents.
a – Baptême. Un catholique ne peut pas servir de parrain quand le baptême est conféré par un hérétique, parce que ce serait se serait s’engager à instruire ou à faire instruire le baptisé d’une doctrine erronée. Il peut être témoin parce qu’alors il ne participe pas à l’administration du baptême.
b – Eucharistie. Un catholique ne doit pas assister à la messe d’un prêtre hérétique ou schismatique, même un jour de fête de précepte où il ne peut entendre la messe d’un prêtre catholique.
c – Mariage. Il est interdit de contracter le mariage devant le ministre d’un culte hétérodoxe ou schismatique pris comme tel même dans le cas d’un mariage mixte (catholique –protestant) et après avoir fait les consentements devant un prêtre catholique (canon 1063) à peine d’excommunication réservé à l’ordinaire ( canon 2319).
d – Derniers sacrements. Par dérogation au principe qui interdit aux fidèles de recevoir les sacrements d’un ministres hétérodoxes, il leur est permis, en l’absence d’un prêtre de leur religion, de recevoir en danger de mort, l’absolution d’un prêtre hérétique, mais à condition qu’il y ait probabilité qu’elle leur soit donnée selon le rite catholique.
Cérémonies diverses du culte. Il est interdit de prier, de chanter, de jouer de l’orgue dans un temple hérétique ou schismatique, en s’associant aux fidèles qui y célèbrent leur culte même si les termes du chant ou de la prière sont orthodoxes.
Ceux qui participent de façon active et formelle au culte des non-catholiques sont présumés adhérer aux croyances de ces derniers. Aussi le Canon 2316 les déclarent-ils suspects d’hérésie. Si le coupable est un laïc, il peut après monition, être déclaré incapable de participer aux actes légitime. Au cas où son amendement ne se produit pas dans les six mois, il est exposé aux pénalités qui atteignent le délit d’hérésie
Tolérance – Canon 1258 § 2.
La présence passive ou simplement matérielle aux cérémonies d’un culte hétérodoxe peut être tolérée pour un motif d’honneur à rendre ou d’obligation de politesse. Ce motif doit être sérieux et, en cas de doute, soumis à l’appréciation de l’ordinaire. Il est ainsi permis de prendre part aux funérailles et aux mariages des non-catholiques ainsi qu’aux solennité analogues, mais pourvu que tout danger de perversion et de scandale soit écarté.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Jeu 05 Mar 2009, 1:08 pm

Parabole a écrit:Au point où nous en sommes, il est sans doute opportun de savoir ce que l’Eglise catholique entend par « Communicatio in sacris »
Ce qu’il y a à comprendre trouve ici son explication puisque l’Eglise a la bonté de nous dire pourquoi, de nous signaler les dangers de la « communicatio in sacris ». Nous reprendrons le dialogue après avoir pris grand soin de ses avertissements et de ses justes exigences. Il faut bien faire attention que lorsque l’Eglise nous dit qu’elle permet ne signifie absolument pas qu’elle oblige ! Ce serait confondre une concession et une obligation.
Par contre lorsqu’elle nous dit qu’elle interdit, ce n’est pas un conseil mais un ordre !(...)


Très juste en effet. Il faut bien lire et bien peser les mots de notre très sainte Mère..
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31843
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Via Crucis le Jeu 05 Mar 2009, 1:11 pm

Parce Domine a écrit :

Mais est-ce bien cela qu'une âme fervente, comme vous désire, visiter ces églises en les considérant comme des musés, juste pour admirer l'architecture? Je ne pense pas...


Vous avez vu juste ! Sur les pas de Jésus on ne peut marcher comme dans un musée c'est à dire en regardant, posant des questions et ensuite oublier une fois rentrés la moitié de ce le guide nous a raconté pendnat la visite ! Comment ne pas être ému ni compatir aux douleurs du Seigneur ?

Si jamais vous aller à Jérusalem, et que marchant la via dolorosa, avec émotion et tremblement en pensant que ce chemin fut inondé du San Précieux... vous ne serez pas seule, en esprit nous serons avec vous... ne nous oubliez pas surtout pas dans votre valise.


Ne vous inquiétez pas ! Je prendrai tous les Canadiens avec moi et aussi les Espagnols, et aussi les Français !!! On ne va laisser personne de côté ! Vous serez un peu à l'étroit dans la valise mais il y aura des trous pour respirer ! Et on collera sur la valise une étiquette portant la mention : "Dieu existe nous l'avons rencontré sur le chemin d'Emmaus" !

Via Crucis
avatar
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  gabrielle le Jeu 05 Mar 2009, 4:13 pm

Merci Parabole, pour le Code de droit.

Donc, si on le résume, l'Église défends la participation active et tolère en des cas rares l'assistance passive...à des cultes non-catholiques..

Ce qui cloche , je pense de nos jours, est la tolérance, elle semble élastique, pour la moindre occasion les gens la brandissent pour expliquer une assistance passive au culte hérétique NOM...

Je ne vois pas de cas, où lorsqu'il s'agit du NOM le danger de scandale peut être écarter...

Je n'en ai jamais rencontré...

Est-ce que quelqu'un, ou vous Parabole, avez vu ce cas d'exception?
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17723
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Jeu 05 Mar 2009, 4:39 pm

"Parabole" a écrit :

Au point où nous en sommes, il est sans doute opportun de savoir ce que l’Eglise catholique entend par « Communicatio in sacris »
Ce qu’il y a à comprendre trouve ici son explication puisque l’Eglise a la bonté de nous dire pourquoi, de nous signaler les dangers de la « communicatio in sacris ». Nous reprendrons le dialogue après avoir pris grand soin de ses avertissements et de ses justes exigences. Il faut bien faire attention que lorsque l’Eglise nous dit qu’elle permet ne signifie absolument pas qu’elle oblige ! Ce serait confondre une concession et une obligation.
Par contre lorsqu’elle nous dit qu’elle interdit, ce n’est pas un conseil mais un ordre !

En effet,il est important de savoir ce que l’Eglise catholique entend par « Communicatio in sacris »

Sinon on ne se comprend plus du tout ! !

Merci à vous, cher Parabole pour le code de droit, on saisit mieux maintenant! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Gérard le Jeu 05 Mar 2009, 5:42 pm

Parce Domine a dit :
Je ne vois pas de cas, où lorsqu'il s'agit du NOM le danger de scandale peut être écarté...

Je n'en ai jamais rencontré...

Est-ce que quelqu'un, ou vous Parabole, avez vu ce cas d'exception ?

Tout d’abord, je me répète et redit que lorsque l’Eglise permet, elle n’oblige pas…c’est une concession. Or, les concessions sont faites pour les faibles plutôt que pour les endurcis.
Un exemple :
Le Roi Louis XVI avait la possibilité de recevoir l’absolution d’un prêtre de la Constitution civil hérétique. L’Eglise le lui permettait car il était à l’article de la mort. Or, il l’a refusé parce qu’il a agi en fort. Mais s’il avait été faible, l’Eglise avait prévu pour son cas de recevoir l’absolution et d’être pardonné de ses péchés par ce moyen-là.

Le plus difficile pour les faibles, c’est de ne pas accompagné un parent proche dans le lieu de culte qu’il s’est choisi. Là encore l’Eglise le permet pour ceux qui ne sentirait pas la force de se séparer de cette personne chère juste avant l’enterrement. Cependant, cette même personne doit savoir qu’elle ne devra en rien participer à cette cérémonie. Cette seule considération peut l’amener à ne pas entrer dans l’Eglise.

Ce qu’il faut encore considérer dans cette affaire, c’est que cette participation permise dans certain cas n’est qu’une loi muable, ce n’est pas un dogme de foi. L’Eglise peut bien prendre un jour des dispositions où elle interdira toutes participation.
Un exemple : Avant la Bulle de Paul IV un évêque qui avait participé à un schisme pouvait continuer d’exercer s’il se repentait et pouvait même devenir pape. Paul IV par sa Constitution en a décidé autrement.
Autre exemple. Avant le Décret Tametsi du Concile de Trente l’Eglise interdisait les mariages clandestins mais elle obligeait tous les catholiques à les reconnaître valides sous peine d’anathème.
A partir du Decret Tametsi, l’Eglise reconnaissait et obligeait de reconnaître invalides tous les mariages clandestins.
Donc du jour au lendemain ce sacrement qui était valide devient invalide.
Donc nous ne devons pas avoir la même perception des choses de foi, qui sont immuables et infaillibles et des règles de discipline qui obligent notre soumission mais qui ne sont pas immuables ni infaillibles mais qui ont la valeur d’une décision de l’autorité déléguée par Dieu et à laquelle nous devons cependant obéir scrupuleusement.
Une comparaison dans l’ordre matériel.
Une loi absolu, c’est que notre corps ne peut pas vivre sans être hydraté mais, loi relative, cette hydratation de notre corps peut se faire buvant de l’eau, du vin, de la tisane, du jus de fruit ou même dans des cas exceptionnels par des injections dans les veines d’un produit hydraté adéquat. Là encore, il est permis de s’hydrater de cette dernière manière mais c’est une concession pour les faibles.

Reprenons le cas soulevé par Parce Domine d’une personne catholique faible qui à un enterrement assisterait au NOM. Sa non participation sera manifeste au public. Par exemple il ne devra pas prendre le goupillon pour bénir le mort ! Si cela est pris pour un scandale ce sera un scandale qui manifestera son opposition à ce faux culte.
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Diane le Jeu 05 Mar 2009, 7:41 pm

Vous avez bien raison cher Léon ils ont les batisses, nous nous avons la Foi, voilà le plus important ! !

Très belle votre réflexion et je la cite : Un autre point que je voulais soulever, en fait c'est une réflexion, c'est qu'en réalité tous ces lieux, et tout ce qui s'y trouvent appartient à la populace catholique qui se trouve excessivement réduite et dispercée aujoud'hui; on nous s'y a mis dehors; on s'en est emparé injustement par ruse.. ce sont donc des voleurs ces intru !..

Oui, des méchants voleurs ! ! !

Merci dl'avoir partager vos réflexions avec nous ! !
avatar
Diane

Nombre de messages : 5452
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Monique le Jeu 05 Mar 2009, 9:21 pm

Léon a écrit:
Avec tout ce qu'on vient de dire sur ces quatres pages en Te Deum, même ayant ça en poche pour se rafraichir la mémoire au moment d'entrer dans un de ces lieux profanés, ce ne serait-il pas de nous mettre dans l'occasion, soit par faiblesse ou par distraction, ignorance ou autrement, de commettre quelque faute allant d'involontaire légère, et même - le tentateur rode toujours - de volontaire grave, ou de tomber sous le coup de quelqu'anathème à notre insu ?

C'est peut-être, avec les meilleures intentions du monde, une activité où l'on pourrait tomber dans quelque piège qu'on aurait pas prévu; peut-être n'a-t-on pas fait le tour complet de la question;

il y a la crainte de pécher, et celle surtout d'offenser Dieu; d'en rajouter.
...

Je comprends ce que vous voulez dire, mais il reste que c'est un sujet très existentielle de nos jours et très complexe pour certains, c'est en cela qu'il faut élucider point par point car cela soulève beaucoup de questions pour les catholiques fidèles à la foi.

Et Parce Domine nous le cite très bien:


Parce Domine a écrit:
Cette discusion est vraiment très intéressante, car c'est un sujet que l'on aborde rarement, je crois qu'il nous faut appronfondir ce sujet sur tous ces angles, afin d'en dégager le maximum de notions qui sont vitales pour les catholiques fidèles...
avatar
Monique

Nombre de messages : 6460
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  ROBERT. le Jeu 05 Mar 2009, 9:46 pm

Léon a écrit:-
Un autre point que je voulais soulever, en fait c'est une réflexion, c'est qu'en réalité tous ces lieux, et tout ce qui s'y trouvent appartient à la populace catholique qui se trouve excessivement réduite et dispercée aujoud'hui; on nous s'y a mis dehors; on s'en est emparé injustement par ruse.. ce sont donc des voleurs ces intru !..

De toute façon comme disait un saint personnage, s'ils ont les batisses, nous nous avons la Foi,
...

Dites donc, vous êtes en forte demande ce soir, mon cher Léon !!... Votre gentille et candide réflexion sur la parole de Saint Athanase, et sur le fait qu'on doit accuser ces Intrus d'être, comme le dit si bien Marie-Madeleine, de "méchants voleurs" devrait être une raison de plus pour ne plus pénétrer les églises qu' "ils" nous ont volé. Ils ne nous ont pas volé le plus important: la Foi catholique...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 31843
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La question des pèlerinages à notre époque actuel ?

Message  Gérard le Ven 06 Mar 2009, 3:24 am

Marie-Madeleine a écrit :

Cher Parabole, comment fera l'Église pour prendre un jour d'autres dispositions, de quel conclave catholique sortira le Pontife légitime qui tranchera la question
Essayons ensemble d'élucider la question !

J’interviens ici comme catholique, pour la profession de prophète, je n’ai pas encore été appelé à l’examen ! Very Happy

J’ai confiance en Dieu et j’ai vu sur un forum, une personne qui disait que même si Dieu le mettait à mort, il aurait encore confiance en lui.
Dieu étant toupuissant, le Pontife légitime c’est quand il voudra !
D’après ce que vous dites, vous semblez croire que le pontife légitime ne peut que sortir d’un conclave. Le conclave n’a été institué qu’à partir du 11ème siècle, je crois.
Une prophétie dit que Saint Pierre et Saint Paul descendront du Ciel pour élire un pape. Si c’est bien eux, pourra-t-on les empêcher ?
Autre question. Si après le Concile, il y avait eu un seul évêque catholique, il aurait eu entre ses mains l’apostolicité. Etant seul sur la terre jusqu’où s’étendrait sa juridiction ? il semble que ce serait sur toute la terre…donc sur Rome et sur le reste du monde…urbi et orbi. Cela fait penser à quoi ?
Une certaine partie de la descendance Thuc donne comme argument qu’un catholique est obligatoirement conclaviste. Malheureusement, cet argument qu’il faut retenir, ne leur sert qu’à valider les divers pontifes qu’ils se sont donnés, Pulvermacher, Lin II, ou «l’Un d’eux » Pie XIII, Pierre II …j’en passe et des meilleurs.
S’ils ont raison de vouloir un pape, il faudrait tout d’abord qu’ils reviennent à l’Eglise catholique et là, avec la grâce de Dieu, ils comprendrait que c’est Dieu qui décide des choses où nous n’avons aucune autorité.
Je viens de dire que leur argument qui consiste à dire qu’un catholique ne peut pas vivre sans désirer un pape doit retenir toute notre attention. C’est la même chose de dire qu’un catholique qui est privé aujourd’hui des sacrements ne peut pas se sauver sans avoir la grâce de ces mêmes sacrements par les moyens que l’Eglise nous donne pour y remédier.
Il y en a à qui cela ne pose aucun problème de ne pas avoir de Pape. Et par la démarche de Marie-Madeleine, nous voyons bien que cela ne peut la satisfaire.
Nos pères spirituels nous disent que Dieu connaît nos besoins. Mais que parfois, dans sa Sagesse éternelle, il tarde à nous donner ce que nous avons besoin. Quelle raison donnent nos auteurs spirituels pour justifier ce retard ?
Ils nous disent que Dieu veut que nous désirions davantage, que nous lui demandions davantage ce que nous avons besoin pour que nous en reconnaissions la valeur. Voir la parabole de celui qui importune pour avoir du pain. Et parfois, Il peut donc nous donner qu’après que nous lui ayons prouvé la plus grande détermination.
Regardez l’Histoire de notre salut.
Jésus-Christ, semble-t-il, aurait pu venir avant. Il s’est fait désirer, implorer, il s’est fait attendre pendant 4000 ans et Jésus nous dit qu’Abraham a désiré son jour et qu’il l’a vu. Et les Pères disent qu’Il l’a vu par la foi comme tous les saints de l’Ancien Testament.
Donc, il n’est pas loufoque d’affirmer que Dieu nous donnera un pape le jour où il trouvera suffisamment chez les hommes des cœurs pour le désirer comme il a attendu 4000 pour s’incarner attendant la créature qui serait trouvé digne de le recevoir pour Fils.
Il me semble que la conclusion, c’est de désirer d’avoir un pape et de ne pas s’inquiéter comment il viendra.
La Vierge Marie n’a certainement pas été en reste pour désirer le Messie. Et elle qui était une montagne de science, elle ne savait pas que c’était elle qui serait la mère de ce Bienheureux Messie et lorsque l’Ange lui dit que ce serait bien elle, elle ne sait pas encore comment cela se produira.
Pouvons-nous vouloir savoir comment cela se passera ?
D'autres enfin, nous disent que l'Antechrist va venir et que par conséquent, c'est de la folie de demander un pape puisque ce serait s'opposer aux desseins de Dieu. Eux, ils ont passé l'examen de prophète et ils l'ont réussi avec mention ! Rolling Eyes
Effectivement, il se peut que cela se passe comme ils le prédisent ! Et alors.
Dieu ne nous a pas demandé de connaître l'avenir. Au contraire, il semble qu'il a pris beaucoup de soin à nous le cacher jusqu'à ne pas le dire à ses anges...au risque de fuite ?
Par contre, il nous a demandé que nous désirions que sa volonté se fasse sur la terre comme au Ciel.
Sa volonté, il l'a trop manifesté pour que nous l'ignorons, c'est que nous ayons un pape pour nous conduire infailliblement et qu'il n'y ait pas de pape ou plus de pape, ce n'est que la volonté du Démon décrite et prophétisé dans l'exorcisme de Léon XIII:
"Là où fut institué le Siège du Bienheureux Pierre, là ils ont posé leur trône de leur abomination dans l'impiété afin que le Pasteur étant frappé le troupeau puisse être dispersé"
avatar
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum