Mariage civil

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Mariage civil Empty Mariage civil

Message  Régis le Sam 06 Fév 2010, 4:07 am

Diane a cité ce passage sur le mariage sur Deojuvante :

Il s'agit d'une lettre de Pie IX ou Roi maçon, Victor Emmanuel

"Mais si par ces instigations à la révolte on entendait désigner certains écrits publics par des clercs pour s'opposer à la loi proposée du mariage civil, nous déclarerons ouvertement que le clergé, en publiant ces écrits (à l'exception peut-être d'un ou deux qui ont dépasse la mesure), n'a fait que remplir son devoir. Nous avons écrit à Votre Majesté que cette loi n'est pas catholique"

MODÉRATION: Le noms de cette personne n'a aucune pertinence dans votre message

Ce n'était pas moi, mais l'Eglise qui avait déclarer mauvais le mariage civil et que par conséquent, il fallait bien se rendre à la triste évidence. Or, ici, c'est Pie IX qui déclare le mariage civil mauvais et pourtant comme vous l'avez tous remarqué, nous sommes soumis par l'EGlise à cette loi mauvaise pour ne pas dire à ce sacrilège par l'autorité de l'EGlise.

En clair, tout l'Episcopat en France OBLIGEAIT les Cathos à se soumettre à cette loi impie que Pie IX dit nomme "pas catholique" et par conséquent, il n'est même plus de rigueur que le Catholique s'oppose à une loi qui n'est pas catholique si c'est le pape lui même qui oblige les cathos à se soumettre à une loi pas catholique et pendant qu'il reproche à d'autres Etat d'imposer le mariage civil comme une loi pas catholique. On marche sur la tête !

Au moins, Diane et les autres, vous ne devriez pas avancer des textes qui sont si opposés à vos sentiments.

Si mon père m'avais dit que le concubinage était mauvais et sacrilège en vertu de la foi catholique et qu'ensuite il m'ait obligé à vivre en concubinage avant de me marier. Je lui aurait dit pour garder le respect dû à son autorité :

Papa, tu dois être fatigué, tu ferais bien de prendre des vacances et j'attends qu'à ton retour, tu me donnes des ordres cohérents avec tes principes !

Vous ne voulez pas qu'il y ait de problème sur ce sujet mais il y en a UN que vous ne voulez pas voir et qui se manifestera d'autant plus que vous aurez feint de ne pas le voir !

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  gabrielle le Sam 06 Fév 2010, 8:35 am

vous l'avez tous remarqué, nous sommes soumis par l'EGlise à cette loi mauvaise pour ne pas dire à ce sacrilège par l'autorité de l'EGlise.



Cette théorie est blasphématoire...


Si mon père m'avais dit que le concubinage était mauvais et sacrilège en vertu de la foi catholique et qu'ensuite il m'ait obligé à vivre en concubinage avant de me marier. Je lui aurait dit pour garder le respect dû à son autorité

Vous tombez dans le grotesque: en permettant aux catholiques de remplir les formalités civiles, pour qu'ils ne soient pas tenu devant la loi civil pour des concubins et les enfants des bâtards, l'Église procuraient un bien à ses enfants.

Quel texte de la Sainte Église dit clairement que les formalités civiles remplis les futurs époux peuvent cohabiter ensemble comme mari et femme, avant le mariage religieux.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18042
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Invité le Sam 06 Fév 2010, 9:12 am

Catéchisme de saint Pie X

-Que faut-il pour contracter validement le mariage chrétien ?

Pour contracter validement le mariage chrétien, il est nécessaire d’être libre de tout empêchement dirimant du mariage et donner librement son consentement au contrat du mariage devant son curé (ou un prêtre délégué par lui) et deux témoins.


-Donnez-moi des exemples d’empêchements dirimants ?

Sont empêchements dirimants, par exemple, la parenté naturelle jusqu’au
quatrième degré, la parenté spirituelle, le voeu solennel de chasteté, la diversité de culte entre les baptisés et les non baptisés, etc...

-Qu’est-ce que le mariage civil ?

Le mariage civil n’est autre chose qu’une pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants.


-Suffit-il pour un chrétien de ne faire que le mariage ou un contrat civil ?

Pour un chrétien, il ne suffit pas de ne faire que le contrat civil, parce que ce n’est pas un sacrement ni, par suite, un vrai mariage.

-Entre les chrétiens il ne peut donc y avoir de vrai mariage sans le sacrement ?

Entre les chrétiens il ne peut y avoir de vrai mariage sans le sacrement.

-Dans quelle condition seraient des époux qui vivraient ensemble unis seulement par le mariage civil ?

Des époux qui vivraient ensemble unis seulement par le mariage civil seraient dans un état habituel de péché mortel, et leur union resterait toujours illégitime devant Dieu et l’Eglise.

http://catechisme.free.fr/stpiex/part4/partie4chap09.htm

(merci JMCD)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  gabrielle le Sam 06 Fév 2010, 9:37 am

Merci à vous deux.... ça c'est de la doctrine.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18042
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Régis le Sam 06 Fév 2010, 11:53 am

Tonino a dit en citant le catéchisme :
-Qu’est-ce que le mariage civil ?

Le mariage civil n’est autre chose qu’une pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants.

Alors si le mariage civil n'est qu'une pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants pourquoi l'Eglise a condamné le mariage civil, pourquoi Pie IX a condamné comme non catholique cette pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants.

Sans doute, vous n'estimez pas devoir donner d'explication.

D'autre part, le mariage civil précédant le mariage religieux, s'il donne des effets au mariage religieux, premièrement il devrait le mentionner: "Par ce mariage civil, nous donnons des effets au mariage à tous ceux qui s'y soumettent et nous donnons pour les catholiques des effets civil à leur sacrement" Or, la le mariage civil dit au contraire : nous ne donnons des effets civils qu'à notre seul mariage républicain et comme nous sommes cohérents... en aucune manière, nous ne pouvons donner des effets à un mariage qui n'a pas encore eu lieu, nous donnons les effets civils du mariage au seul mariage républicain et ce, évidemment à partir du contrat civil ne pouvant pas donner d'effets à une cause qui n'a pas eu lieu.

Gabrielle m'a pris au mot quand je dis que l'Eglise nous oblige a faire une chose sacrilège. L'Eglise nous oblige à croire que le mariage civil est condamnable anti-catholique comme le précise Pie IX, donc quoiqu'en dise le caté sus-mentionné, on ne peut pas dire que le mariage civil est condamné et qu'en même temps, il ne serait qu'une simple formalité. Donc quand je dis que c'est l'EGlise qui nous oblige au mariage sacrilège, c'est comme si St Paul avait dit à Saint Pierre que c'est l'Eglise qui oblige à avoir une attitude judaïsante avec les juifs en continuant les prescription du l'ancienne loi.
La doctrine de l'Eglise est parfaite. Elle condamne le mariage civil et lui attribue tous les maux. Celui ou ceux qui nous l'obligent ne peuvent en aucune sorte nous l'obliger en se prévalant de l'Autorité de l'Eglise car ce faisant ils seraient obligés de nous y contraindre contre la doctrine, laquelle ils ont déterminé eux-mêmes et je maintiens la comparaison que j'ai faite dans mon dernier post si mon père, après m'avoir fait connaitre les principes catholiques m'obligeait à commettre une action contraire à ces principes. ALors, vous direz : mais nous n'allons pas au mariage civil pour faire un premier contrat avant le contrat sacrement. Cependant, tout le monde sait bien que le mariage civil est un contrat qui veut mettre en pièce le contrat religieux, les papes nous l'ont assez rappeler. Alors qu'allons-nous faire en faisant semblant de faire ce contrat sinon un faux que l'on appellera pudiquement une simple formalité porteuse de tous nos petits avantages.
Vous avancez l'argument comme quoi en se mariant civilement, on prouve à la société que l'on ne vit pas en concubinage. Argument ridicule puisque ce mariage civil seul EST le concubinage. Que prouvez-vous en allant au mariage civil sinon que le mariage-sacrement ne suffirait pas à prouver à tous et même au diable que vous êtes bien mariés ?

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Roger Boivin le Sam 06 Fév 2010, 12:21 pm

Régis a écrit: ..Pie IX a condamné comme non catholique cette pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants.

.. L'Eglise nous oblige à croire que le mariage civil est condamnable anti-catholique comme le précise Pie IX, ..

Serait-ce trop demander d'avoir sous les yeux le ou les textes en question de S.S.Pie IX, ainsi que les circonstances, .. avec autres précisions s'il y a lieu de le faire ?

Merci d'avance.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11736
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Invité le Sam 06 Fév 2010, 12:26 pm

Régis a écrit:Tonino a dit en citant le catéchisme :

Tonino n'a rien dit du tout c'est le pape Saint Pie X qui a dit. Wink

Perso jamais je n'inscrirai mon nom dans les registres du "mariage" civil maçonnique..

Par contre c'est vrais que l'année dernière j'ai assisté a une de ces cérémonies.
Je ne voulais offenser personne d'autant plus que c'est moi qui étais chargé de ramener la cousine du marié qui habitait a 500km de la.

Ai-je bien agit devant Dieu?

Tres probablement que non.

Mea Culpa

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Régis le Sam 06 Fév 2010, 1:36 pm

Tonino a dit (cette fois c'est pas le caté mais c'est bien lui qui a dit...que l'on m'excuse pour la coquille !):

Perso jamais je n'inscrirai mon nom dans les registres du "mariage" civil maçonnique..

Bravo Tonino ! C'est sans doute ce qu'inspire la foi du charbonnier ...celui qui fait selon ce qu'il croit !

Tonino, vous semblez ne faire rien d'extraordinaire, mais c'est extraordinaire aujourd'hui, Chez les bons de faire selon que l'on croit, seuls les méchants et mécréants font ce qu'ils croient mais comme ils ne croient pas la vérité, ils font également mal !

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 2:32 pm

C'est ce que j'appelle être plus royaliste que le roi !

Si l'Eglise a décrété qu'il n'y avait pas péché à faire ces formalités civiles, C'EST QU'IL N'Y A PAS PECHE ! Là où il y a péché, c'est de contracter ce pseudo "mariage civil" UNIQUEMENT !

C'est pourtant très clair !

Et puis, quand on a ce genre de raisonnement, il faut aller jusqu'au bout : on ne veut pas faire ces simples formalités civiles ? Alors on ne va pas non plus déclarer ses enfants à la mairie, que dis-je ?, à la république ! affraid Pourquoi faire ? Puisque le baptême suffit à reconnaître que cet enfant fait partie des enfants de Dieu , pourquoi le faire reconnaître par la république ? Je vous demande un peu ... Rolling Eyes

Pour en rajouter encore: s'il n'y a pas "mariage" civil, le père doit aller à la mairie pour "reconnaître" son enfant afin que celui-ci porte son nom. Mais pourquoi ? Pas de compromis avec la république ! « Tant pis, cet enfant portera le nom de famille de mon épouse ! » Basketball
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 3:30 pm

Sandrine a écrit:
...Si l'Église a décrété qu'il n'y avait pas péché à faire ces formalités civiles, C'EST QU'IL N'Y A PAS PECHE ! Là où il y a péché, c'est de contracter ce pseudo "mariage civil" UNIQUEMENT ! C’est portant très clair !

On ne peut plus clair et aussi très logique en effet ! Pourquoi complexifier ce qui est déjà "cristal clear" ?


Dernière édition par ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 3:32 pm, édité 1 fois (Raison : ajout de)
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Benoît le Sam 06 Fév 2010, 4:26 pm

Je suis vraiment navré de voir que la plus part des catholiques ne voient pas la subtilité qu'il y a dans le "mariage civil". En effet quel est la forme du "mariage" civil: "au nom de la loi (quelle lois ? Mariage civil 545542 ) je vous déclare marié" Mariage civil Affraid .
Si on a une conscience vivante, comment ne pas être horrifié de se soumettre à une telle malédiction.
Je répond à Sandrine que enregistré son enfant auprès des autorités civiles je trouve cela tout à fait normal. On vit dans une société et il faut bien que cette société sache qu'on existe. La Sainte Famille ne c'est-elle pas enregistrée à Bethléem ? .
Par contre si on me disait: tu dois baptiser ton enfant au nom de la ruinepublique avant de le faire baptiser par le prêtre alors là Mariage civil 403733
Le Mariage est un Sacrement de même que le Baptême et qui dit Sacrement dit Sacré. Alors rendons à César (le civil) se qui est à César et à Dieu (le sacré)ce qui est à Dieu.

Benoît

Nombre de messages : 195
Localisation : Mont du Lyonnais
Date d'inscription : 03/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Invité le Sam 06 Fév 2010, 4:33 pm

Benoît a écrit:
Le Mariage est un Sacrement de même que le Baptême et qui dit Sacrement dit Sacré. Alors rendons à César (le civil) se qui est à César et à Dieu (le sacré)ce qui est à Dieu.

Eh bah voila!

Merci Benoit.

cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 4:42 pm

.

D’accord Benoît ! Ce que vos ruinepublicains ou nos démocrasseux d’ici appellent "mariage" civil n’est pas un mariage du tout, mais tout simplement l’enregistrement que nous faisons de nos enfants dans un registre civil, pour que la société civile constate qu’ils existent. Diane en parle bellement et justement ici et sv.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 4:45 pm

Benoît a écrit: Le Mariage est un Sacrement de même que le Baptême et qui dit Sacrement dit Sacré. Alors rendons à César (le civil) se qui est à César et à Dieu (le sacré)ce qui est à Dieu.

Voilà qui résume tout, comme le dit si bien Tonino...Bravo à vous !
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Régis le Sam 06 Fév 2010, 4:49 pm

Sandrine a dit:

Si l'Eglise a décrété qu'il n'y avait pas péché à faire ces formalités civiles, C'EST QU'IL N'Y A PAS PECHE ! Là où il y a péché, c'est de contracter ce pseudo "mariage civil" UNIQUEMENT !
C'est pourtant très clair !
Oui, vous avez raison Sandrine, si le pape au lieu de condamner le mariage civil avait simplement dit que c'était une simple formalité et qu'ensuite des sous-fifres nous disent qu'il s'agissait que d'une simple formalité, se serait Très clair.
La confusion est pire que ce que vous supposez parce que c'est la nature de l'acte qui est une fois anti catholique et sacrilège et l'autre fois acte insignifiant procurant tous les bienfaits du monde avec à la clé la béatitude de l'obéissance !

Je me suis déjà aperçu que beaucoup sur ce forum ne voulaient pas voir les différents niveaux d'autorité dans l'Eglise ! CMI lui y donne une grande importance comme j'ai pu le remarquer. Vous devez quand même comprendre qu'entre une déclaration sur la valeur morale d'une action par le pape, la permission de ce même acte voir son obligation, l'ordre des l'évêque d'un pays, voir celle différente de celle d'un évêque de diocèse, l'autorité du curé et celle de la bonne du Curé, il y a nécessairement des niveaux d'autorité et la question se pose d'autant plus quand il peut y avoir contradiction.

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 4:53 pm

... si le pape au lieu de condamner le mariage civil avait simplement dit que c'était une simple formalité et qu'ensuite des sous-fifres nous disent qu'il s'agissait que d'une simple formalité, se serait Très clair.


Contestez-vous la déclaration du Pape ?
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 5:07 pm

R.Naz, TRAITÉ DE DROIT CANONIQUE, t.II, p.286-287, °331 a écrit:
331. - 5° Compétence de l'Église. - Can. 1016. Le mariage des baptisés est régi non seulement par le droit divin, mais aussi par le droit canonique, sauf la compétence du pouvoir civil au sujet des ffets purement civils de ce mariage.

Tout baptisé est soumis aux lois de l'Église. Dès lors l'Église est compétente pour légiférer au sujet des fiançailles et du mariage d'un baptisé, même avec un non-baptisé.

Cette compétence lui appartient en droit propre; si l'Église ne l'a pas exercée en plénitude dès le début, cela ne veut pas dire qu'elle l'ait reçu plus tard des mains de l'État.

L'Église fixe elle-même jusqu'à quel point elle veut exercer la compétence qui lui appartient de droit propre en matière de fiançailles et de mariage, et jusqu'à quel point elle la considère comme exclusive. ELLE DÉTERMINE PAR LÀ MÊME LA PART QU'ELLE LAISSE À L'ÉTAT. Ces limites ont pu varier selon les possibilités et les nécessités de temps et de lieux, PAR DES CONCESSIONS EXPLICITES OU PAR DES TOLÉRANCES TACITES FAITES À L'ÉTAT. Le Can. 1016 abandonne à l'État la compétence pour les effets purement civils. Ce sont tous ceux dont ne s'occupe pas le Code de droit canonique, par ex. le régime des biens entre les époux

L'État est compétent de droit propre pour légiférer au sujet des fiançailles et du mariage entre deux fidèles, pourvu qu'il respecte les règles du droit divin, naturel et positif, que l'Église peut rappeler et interpréter. L'État peut donc fixer les formes juridiques de célébration, et déterminer les empêchements, même dirimants, contrairement à ce qu'ont affirmé certains auteurs.

(...)

Lorsque deux parties sont baptisés, l'État peut imposer la déclaration ou l'enregistrement du mariage religieux, mais non le mariage civil, c'est-à-dire les mêmes formalités qu'au non-baptisé, et encore moins l'obligation de se soumettre à ce mariage civil avant le mariage religieux. Cependant le Saint-Siège a admis et veut même d'une façon générale que les fidèles se soumettent à ce mariage civil, même avant la cérémonie religieuse, AFIN QU'ILS NE SUBISSENT AUCUN PRÉJUDICE AU POINT DE VUE DES EFFETS CIVILS DU MARIAGE.En France, le loi du 8 avril 1802, contenant les articles organiques du Concordat, interdit le mariage religieux avant que les parties aient justifié de leur mariage civil (art. 54). Et le Code pénal punit les ministres du culte coupables d'infraction à cette disposition(art. 199, 200).
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 5:08 pm

Extrait de l' Abrégé de Théologie dogmatique et morale par l'Abbé J. Berthier, M.S., 1896
Chapitre II, Article II, n°156 et 157, p.48.

N°156
Il (Le Souverain Pontife) est infaillible en déterminant l'extension de ses droits et de son autorité: c'est de foi et cela résulte clairement de ce que nous avons dit au n°143
1) Si le Pape pouvait se tromper en excédant les limites de ses pouvoirs, les fidèles auraient toujours lieu de se demander s'il les a dépassées ou non dans ses décisions
2) Si le Pape ajoutait ou retranchait quelque chose à ses droits il irait contre la parole de Notre-Seigneur: "Enseignez tout ce que je vous ai ordonné" (Math. XXVIII, 20) C'est pourquoi dans l'encyclique Quantâ curâ du 8 décembre 1864 Pie IX a condamné comme souverainement contraire au dogme l'opinion qui prétend:

Qu'on peut, sans péché et sans préjudice de la profession de foi chrétienne, refuser son assentiment et son obéissance aux jugements et aux décrets du Siège Apostolique, dont l'objet avoué ne regarde que le bien général, lers droits et la discipline de l'Eglise, pourvu qu'il n'atteigne ni la foi, ni les moeurs.

N°157
De là il est évident que l’Eglise est infaillible dans la discipline générale, de telle sorte qu’elle ne peut rien ordonner qui soit contre les bonnes mœurs ;…
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 5:12 pm

Catéchisme expliqué de Mgr Cauly, Du Mariage, p. 408/409

119 – Qui a institué le sacrement de mariage ?
C'est Notre-Seigneur Jésus-Christ. On pense que cette institution eut lieu quand le Sauveur voulut bien assister aux noces de Cana, et sanctifier par sa présence et sa bénédiction les époux en faveur desquels il fit son premier miracle. (S. Jean, II.) Ce qui est certain, c'est que saint Paul, rappelant aux chrétiens d'Éphèse l'union et les devoirs des époux, dit : « Ce Sacrement est grand en Jésus-Christ et dans son Église. » (Éph., V, 33.) Le concile de Trente dit expressément : « Le Mariage, dans la loi évangélique, étant plus excellent que les mariages anciens, à cause de la grâce qu'il confère par Jésus-Christ,... doit être mis au nombre des sacrements de la loi nouvelle. » Et il sanctionne cette doctrine en prononçant l'anathème contre celui qui dirait que le Mariage n'est pas un des sept Sacrements institués par Jésus-Christ, mais qu'il a été institué par les hommes et ne confère pas la grâce. (Sess. XXIV, can. 1.)
Le souverain Pontife Pie IX, résumant la doctrine catholique sur le sacrement de Mariage, déclare positivement que le contrat primitif a été élevé par Notre- Seigneur à la dignité de sacrement et que pour les chrétiens les deux choses sont inséparables, en sorte que l'union conjugale entre chrétiens n'est légitimé que dans le Mariage-sacrement, et qu'il n'y a pas de mariage véritable là où n'intervient pas le sacrement.(Lettre de Pie IX au roi de Piémont, 1852.)
Il résulte de là que le mariage civil, contracté à la mairie, n'est pas le vrai mariage, mais une formalité nécessaire pour assurer aux yeux de la loi les effets civils du contrat, et que le vrai mariage, pour les chrétiens, est celui qui se fait à l'Église, par-devant le ministre sacré.
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 5:13 pm

Le catéchisme du Concile de Trente et les catéchismes diocésains, considérés dans leur ensemble, expriment la doc­trine des Souverains Pontifes et des évêques qui les ont fait rédiger ; ils manifestent, en même temps, la croyance des fi­dèles, puisqu'ils en sont la règle immédiate.

Vacant
Le magistère ordinaire de l'Église et ses organes
delhomme et briguet, 1887
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  ROBERT. le Sam 06 Fév 2010, 5:50 pm

.

Pour Sandrine: MERCITO et Mariage civil 87722
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Sam 06 Fév 2010, 6:10 pm

ROBERT. a écrit:.

Pour Sandrine: MERCITO et Mariage civil 87722

Wink Mariage civil 87722
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Eric le Sam 06 Fév 2010, 6:32 pm

Tonino a écrit:
Régis a écrit:Tonino a dit en citant le catéchisme :

Tonino n'a rien dit du tout c'est le pape Saint Pie X qui a dit. Wink

Perso jamais je n'inscrirai mon nom dans les registres du "mariage" civil maçonnique..

Par contre c'est vrais que l'année dernière j'ai assisté a une de ces cérémonies.
Je ne voulais offenser personne d'autant plus que c'est moi qui étais chargé de ramener la cousine du marié qui habitait a 500km de la.

Ai-je bien agit devant Dieu?

Tres probablement que non.

Mea Culpa
Rassure-toi de suite :
Un catholique [...] peut se présenter devant un ministre acatholique agissant comme officier de l'état civil ou accomplissant une formalité purement civile en vue d'accorder les effets civils du mariage.

Chanoine Naz, T.D.C, T. II, Letouzey et Ané Ed., 1947, comm. du Can. 1063, p. 332
Eric
Eric

Nombre de messages : 3305
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Benoît le Dim 07 Fév 2010, 1:18 am

Et votre conscience qui vous crie "cet acte est mauvais !" Mariage civil Affraid qu'est-ce que vous en faite ?
Quand nous serons devant le Souverain Juge:
- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Je t'ai donné une intelligence pour que tu t'en serve et tu ne t'en es pas servi. Je t'ai donné une conscience pour te dicter ce qui est bien et ce qui est mal et tu ne l'a pas écoutée. Je t'ai laissé la liberté de choisir ma gloire ou celle de mon ennemi et tu as préféré choisir la tienne en passant par celle de mon ennemi.
Retire-toi de là je ne te connais pas.

Benoît

Nombre de messages : 195
Localisation : Mont du Lyonnais
Date d'inscription : 03/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Mariage civil Empty Re: Mariage civil

Message  Sandrine le Dim 07 Fév 2010, 2:19 am

Benoît a écrit:Et votre conscience qui vous crie "cet acte est mauvais !" Mariage civil Affraid qu'est-ce que vous en faite ?
Quand nous serons devant le Souverain Juge:
- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Je t'ai donné une intelligence pour que tu t'en serve et tu ne t'en es pas servi. Je t'ai donné une conscience pour te dicter ce qui est bien et ce qui est mal et tu ne l'a pas écoutée. Je t'ai laissé la liberté de choisir ma gloire ou celle de mon ennemi et tu as préféré choisir la tienne en passant par celle de mon ennemi.
Retire-toi de là je ne te connais pas.

pale Propos gravissimes !

- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Je t'ai donné une intelligence pour que tu t'en serve et tu ne t'en es pas servi
= il vaut mieux faire appel à sa propre intelligence que d'obéir au Pape
affraid
Hérésie

- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Je t'ai donné une conscience pour te dicter ce qui est bien et ce qui est mal et tu ne l'a pas écoutée.
= le Pape a ordonné quelque chose de mal
affraid
Hérésie

- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Je t'ai laissé la liberté de choisir ma gloire ou celle de mon ennemi et tu as préféré choisir la tienne en passant par celle de mon ennemi.
= par le commandement du Pape, j'ai choisi l'ennemi donc le Pape serait l'ennemi de Dieu affraid
= par son commandement, le Pape a préféré l'ennemi de Dieu plutôt que sa Gloire affraid
Hérésie

- Qu'à tu fais ?
- Seigneur j'ai obéis à votre Pape.
- Retire-toi de là je ne te connais pas.
= obéir au Pape mène en Enfer affraid
Hérésie

Benoit a écrit:
Et votre conscience qui vous crie "cet acte est mauvais !" Mariage civil Affraid qu'est-ce que vous en faite ?
Ma conscience me crie : "cet acte ne peut en aucun cas être mauvais puisque l'Eglise ma Mère me dit de le faire". Ma conscience me crie : "Obéis au Pape !". Ma conscience me crie de croire à ceci :


«Volontà del Papa, volontà di Dio !» La volonté du Pape EST la volonté de Dieu !
(Saint Alphonse de Liguori, (1696-1788) Docteur de l’Eglise)

Saint Alphonse nous confirme :

«Cependant, si Dieu permettait qu’un pape devienne notoirement hérétique et rebelle, il cesserait par le fait même d’être pape, et le Siège Apostolique serait vacant» (Saint Alphonse de Liguori, docteur de l’Église, Vérité de la foi)

Saint Charles Borromée écrivait :

« Souvenez-vous que le saint Père nous représente Dieu sur la terre, et que se soustraire à son obéissance, c'est désobéir aux ordres de Dieu
Toutes les fois que ce saint Archevêque nommait le Pape ou entendait prononcer son nom, il se découvrait par respect; quand on lui présentait quelque Bref apostolique, il le recevait la tête nue, et le baisait avec une profonde vénération.

« Quand on aime le Pape, on ne discute pas au sujet des mesures ou des ordres qu’il donne ; on ne recherche pas jusqu’où doit aller l’obéissance, et quelles sont les choses dans lesquelles on doit obéir. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de répéter à l’oreille de chacun ses volontés clairement exprimées, tant de fois, non seulement de vive voix, mais encore par des lettres et d’autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le prétexte, si facile pour celui qui ne veut pas obéir, que ce n’est pas le Pape qui commande, mais ceux qui l’entourent. On ne limite pas le champ où son autorité peut et doit s’exercer. On ne préfère pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes, si doctes soient-elles, qui ne sont pas du même avis que le Pape : car, si elles ont la science, elles n’ont pas la sainteté, parce que celui qui est saint ne peut être en dissentiment avec le Pape.»
(Saint Pie X, discours aux prêtres de l’union apostolique, 18 Nov.1912)

Saint François de Sales - Introduction à la vie dévote - III, ch11. De l'obéissance.

Il y a deux sortes d’obéissance: l’une nécessaire, et l’autre volontaire. Par la nécessaire, vous devez humblement obéir à vos supérieurs ecclésiastiques, comme au pape et à l’évêque, au curé et à ceux qui sont commis de leur part; vous devez obéir à vos supérieurs politiques, c’est-à-dire à votre prince et aux magistrats qu’il a établis sur votre pays; vous devez enfin obéir à vos supérieurs domestiques, c’est-à-dire à votre père, mère, maître, maîtresse. Or cette obéissance s’appelle nécessaire, parce que nul ne se peut exempter du devoir d’obéir à ces supérieurs-là, Dieu les ayant mis en autorité de commander et gouverner, chacun en ce qu’ils ont en charge sur nous. Faites donc leurs commandements, et cela est de nécessité; mais pour être parfaite, suivez encore leurs conseils et même leurs désirs et inclinations, en tant que la charité et prudence vous le permettra.


« Les Pontifes sont infaillibles dans l'élaboration de lois universelles concernant la discipline ecclésiastique, en sorte qu'elles ne peuvent jamais établir quoi que ce soit contre la foi et la morale, même si elles n'atteignent pas le suprême degré de la prudence.»

(Wernz et Vidal, Jus canonicum, Grégorienne, Rome 1923, t.2 p.410)

Catéchisme expliqué de Mgr Cauly, IXème article du Symbole des Apôtres, Je crois à la Sainte Eglise catholique, p.84/85/86/87

II. - Enseignement de l'Église.

Le pouvoir d'enseigner est confié aux pasteurs. — Sources de l’enseignement : 1° Ecriture sainte; 2° Tradition ; 3°Conciles. — Infaillibilité 1° de l’Eglise en général; 2° du Pape en particulier.

67-À qui le pouvoir d'enseigner a-t-il été confié par Notre-Seigneur Jésus-Christ?
Le pouvoir d'enseigner a été confié par Notre-Seigneur Jésus-Christ à saint Pierre et aux Apôtres, et en leur personne au Pape, successeur de saint Pierre, et aux Évêques, successeurs des Apôtres.
Aux Apôtres réunis, - Pierre étant à leur tête, - Notre-Seigneur a dit : « Allez, enseignez toutes les nations... Apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai moi-même confié... Voici que je suis avec vous jusqu'à la consommation des siècles, » (S. Matth., XXVIII)
A saint Pierre en particulier, Jésus-Christ a dit « Pais mes agneaux , pais, mes brebis » (S. Jean,XXI), c'est-à-dire enseigne et fais vivre de la vérité tout mon troupeau, l'Église entière, fidèles et pasteurs,
Ce pouvoir d'enseignement s'est transmis au Pape et aux Évêques, puisqu'il devait durer jusqu'à la consommation des siècles. Ce sont eux qui continuent d'être les maîtres de l'enseignement, qui sont seuls juges de la doctrine, qui l'expliquent et la préservent de toute erreur. Toutefois ils s'associent, dans la mission d'instruire les fidèles, des auxiliaires qui sont les Prêtres. Et ce corps réuni des pasteurs forme ce qu'on appelle l'Église enseignante, tandis que les fidèles sont l'Église enseignée.

68— Où l'Église puise-t-elle son enseignement ?
1°Dans l'Écriture sainte, dont nous avons fait connaître les principaux livres, soit de l'Ancien , soit du Nouveau Testament. C'est là que se trouve la parole de Dieu écrite, là que sont renfermées les vérités révélées de Dieu et que les pasteurs doivent transmettre aux fidèles.
2° Dans la Tradition : on appelle ainsi la parole de Dieu, qui est venue des Apôtres jusqu'à nous sans être écrite, mais transmise d'abord de vive voix.
3° Dans les Conciles. On donne ce nom aux grandes assemblées de l'Église enseignante. Le concile est appelé
général ou oecuménique, quand il représente l’Eglise universelle, que tous les évêques y ont été convoqués, et qu'il se tient sous l'autorité et avec la sanction du Pape;
national, quand il réunit les évêques d'une nation sous la présidence d'un délégué du Pape;
provincial, quand il se compose des Évêques d'une province ecclésiastique, sous la présidence d'un Patriarche, d'un Métropolitain ou Archevêque.
Les décisions des Conciles, et principalement des Conciles généraux, deviennent la matière de l'enseignement de l'Église.

69. — Comment l'intégrité et l'exactitude de l'enseignement sont-elles garanties dans l'Église?
Elles sont garanties par le privilège de l'infaillibilité. On entend par ce mot la prérogative que Jésus- Christ a donnée à son Église de ne pouvoir se tromper dans l'enseignement de la vérité religieuse.
Cette infaillibilité implique deux choses :
une assistance divine qui préserve l'Église de toute erreur : c'est ce qu'on appelle infaillibilité négative; et
2° le pouvoir de formuler des décisions dogmatiques ou morales, obligatoires pour tous les chrétiens : c'est ce qu'on nomme l'infaillibilité positive.
Le privilège de l'infaillibilité résulte de la promesse formelle de Notre-Seigneur : "Voici, dit-il, que je suis avec vous jusqu'à la consommation des siècles" (S. Matth., XXVIII, 20.) Là où est Jésus-Christ, là est l’autorité : là ne saurait exister l'erreur.
Remarquons toutefois que cette promesse ne concerne que la religion, et par conséquent l'Église n'est infaillible que dans les questions de foi, de mœurs ou de discipline générale

Ma conscience me crie de ne pas faire confiance à ma propre intelligence car je suis néant, rien, wallou. Ma conscience me crie d'être soumise à l'Eglise ma Mère car ma conscience sait qu'Elle ne pourra en aucun cas me commander un acte réprouvé par Dieu.

Ma conscience me crie :
"IL S'AGIT EN EFFET, VÉNÉRABLES FRERES ET BIEN-AIMÉS FILS, D'ACCORDER OU DE REFUSER OBÉISSANCE AU SIEGE APOSTOLIQUE; IL S'AGIT DE RECONNAITRE SA SUPREME AUTORITÉ MEME SUR VOS ÉGLISES, ET NON SEULEMENT QUANT A LA FOI, MAIS ENCORE QUANT A LA DISCIPLINE: CELUI QUI LA NIE EST HÉRÉTIQUE; CELUI QUI LA RECONNAIT ET QUI REFUSE OPINIATREMENT DE LUI OBÉIR EST DIGNE D'ANATHEME.".

Encyclique "Quae in patriarchatu", 1er septembre 1876. Pie IX

PS : pardonnez-moi pour la longueur de ce post.
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4240
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum