DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Ven 30 Avr 2021, 7:22 am

L'on doit aussi avoir une dévotion spéciale à tous les saints et saintes qui ont excellé dans l'amour de la très sacrée Vierge, comme à saint Cyrille, patriarche d'Alexandrie, qui a défendu avec tant de courage et de constance sa maternité divine, comme nous l'avons déjà remarqué : sa fête se célèbre le 28 de janvier ; à saint Ildefonse, archidiacre, et depuis archevêque de Tolède, qui a été l'invincible défenseur de sa très pure virginité, et à qui elle a donné une très belle chasuble, que l'on garde encore avec grand respect : sa fête se fait le 23 de janvier ; à saint Jean Damascène, qui a eu la main coupée à son service, écrivant pour la défense de ses images, et à qui elle restitua la main miraculeusement ; à saint Thomas de Cantorbéry, qui honorait avec tant de vénération ses sept joies principales ; à saint Bernard, son cher nourrisson, qui a si admirablement bien parlé et écrit de ses grandeurs ; à saint Norbert, fondateur du sacré ordre de Prémontré, et qui a soutenu si saintement le mystère de son Immaculée Conception ; à saint Anselme, l'un de ses dévots chapelains, qui assure qu'il est impossible de périr, lorsque l'on a un sincère recours à ses maternelles bontés ; à saint François d'Assise, qui ne respirait que son honneur et sa gloire.

Saint Dominique doit avoir un lieu très particulier parmi les saints qui ont excellé en la dévotion de la Mère de Dieu ; et l'on peut dire que ç'a été sa grâce spéciale, et, assurer qu'en ce sujet il a été l'incomparable. Tout petit qu'il était, ses plus ordinaires entretiens avec ses compagnons n'étaient que des moyens pour la servir, et il a passé toute sa vie dans une continuelle occupation de son très pur amour. Il passait la plus grande partie des nuits à lui réciter trois rosaires, dont il y en avait un pour les âmes du purgatoire, et cela avec tant de fidélité qu'il a continué cet exercice tous les jours jusqu'à la mort, même pendant tous ses voyages, quoique quelquefois il fût accablé de fatigues et de peines, et il se donnait toujours, durant ces trois rosaires, une sanglante discipline ; et, ce qui est admirable, c'est que sa discipline était de fer à trois branches, composée d'anneaux carrés d'une épaisseur considérable. Il passait les jours, les mois et les années, à la bénir, à la louer, à la servir, à l'aimer, à l'honorer, à en imprimer l'amour et la vénération dans tous les cœurs.

Ordinairement il n'avait pas d'autre sujet de ses sermons et catéchismes ou exhortations, que les grandeurs et les bontés de cette reine du paradis ; et il ne pouvait réussir avec bénédiction pour la conversion des hérétiques et pécheurs, et pour l'avancement des bonnes âmes dans les voies de la perfection, que par la prédication du saint Rosaire ; et il disait à ses religieux, que pour avoir bénédiction dans leurs emplois, ils devaient être singulièrement dévots à Notre-Dame. Quand il allait par les chemins, sa conversation se passait dans les discours de la croix et de la sainte Vierge. En fort peu de temps il prêcha avec tant de ferveur la dévotion de son saint Rosaire, en plusieurs provinces et royaumes, que des milliers de personnes de toutes sortes d'états, de conditions et de pays s'y enrôlaient : et par ce moyen il renouvela l'esprit de dévotion pour la Mère de Dieu dans toute l'Église, et par toute la terre habitable : et nous voyons encore aujourd'hui, avec joie et consolation, que cet esprit de piété continue et s'établit de plus en plus parmi tous les Chrétiens. La Mère de Dieu qui ne se laisse jamais vaincre en amour, a eu pour ce grand saint tout ce qu'un cœur vraiment maternel peut avoir. À l'âge de huit à neuf ans elle voulut en être la maitresse, l'instruisant comme son bien-aimé disciple : elle lui donna même un chapelet miraculeux.

À l'âge de dix-huit ans elle le choisit pour son époux, elle l'assistait en tous ses besoins, elle le défendait par miracles, même contre ses ennemis, elle lui donnait des secours merveilleux dans ses maladies, elle le prenait entre ses bras, l'appliquait sur sa poitrine virginale pour lui faire reposer, lui faisait couler de son précieux lait dans la bouche, l'appelant tantôt son ami, tantôt son enfant, et quelquefois son époux. Ç'a été cette mère d'amour, qui l'a obtenu à l'Église, et c'est un don qu'elle a fait à tous les fidèles : après sa mort le siècle dernier, elle même voulut en faire le tableau miraculeux de sa divine main, et elle le donna, paraissant visiblement avec sainte Madeleine et sainte Catherine, la martyre protectrice de l'ordre, aux religieux ses enfants dans le couvent de Loriano. Il s'y est fait un grand nombre de miracles, et les copies, dont il y en a une dans le célèbre couvent les Pères réformés de Saint-Honoré de Paris, se gardent avec une singulière vénération ; non seulement les esclaves de la divine Marie, mais les ecclésiastiques séculiers aussi bien que les réguliers, et les premières dignités des diocèses, doivent avoir une dévotion envers ce saint, ayant été chanoine, archidiacre, grand vicaire, et ensuite fondateur de l'un des plus célèbres ordres de l'Église.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Sam 01 Mai 2021, 6:47 am

Saint Ignace, fondateur de la Compagnie de Jésus, et saint François Xavier, ont excellé en la dévotion de la Mère de Dieu : le vénérable Alphonse Rodriguez eut révélation que dans les desseins de Dieu, la compagnie avait été établie en partie pour soutenir l'immaculée Conception de Notre-Dame. Sainte Thérèse a toujours aimé et honoré la très pure Vierge comme sa bonne mère, et auparavant qu'elle entrât dans le couvent de Saint-Joseph, Notre-Seigneur lui donna une couronne, la remerciant du service qu'elle rendait à sa Mère : la sainte Mère de Dieu, de son côté remerciant le P. Yvagnes, Dominicain, du soin qu'il avait pris de sainte Thérèse le revêtit d'un habit blanc miraculeux, et le combla de ses plus saintes bénédictions. Tout l'ordre du Carmel est sous sa protection particulière, et elle en est la dame, la protectrice et la mère.

Saint Elie et saint Élisée les premiers Pères de cet ordre doivent être honorés avec de grands respects. Les saintes Gertrude, Mechtilde, Catherine, doivent aussi tenir rang parmi les saintes de la dévotion spéciale des esclaves, aussi bien que saint François de Sales, fondateur d'un ordre tout dédié à la gloire de cette souveraine du ciel : et enfin tous les saints et saintes qui ont une application spéciale au service de cette auguste reine : l'on ne doit pas oublier le bienheureux Herman Joseph, l'un de ses plus chers favoris.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Dim 02 Mai 2021, 7:41 am

CHAPITRE XX

Avoir une dévotion particulière à saint Jean l'Évangéliste


********


Il n'est pas possible d'aimer Notre-Seigneur et sa virginale Mère, sans avoir de l'amour pour saint Jean l'évangéliste. Il a été le bien-aimé du tout aimable Jésus, et de la non jamais assez aimée Marie. Or l'âme chrétienne qui ne doit agir que par l'esprit de Jésus-Christ, et qui doit suivre toutes ses inclinations aimant tout ce qu'il aime, et n'aimant que ce qu'il aime, doit par une suite nécessaire aimer saint Jean l'évangéliste, qui a été aimé si tendrement du débonnaire Sauveur, qui dans l'Écriture y est appelé le disciple que Jésus aimait. (Jean. XXI, 7) C'est lui-même qui porte ce témoignage dans son Évangile, et qui assure que son témoignage est vrai ; il n'a pas de peur de rien faire en cela contre la modestie, car c'était une chose si publique parmi les disciples, que pas un n'ignorait qu'il ne fut le cher favori de l'adorable Jésus. Et le Saint-Esprit qui guidait sa plume a voulu que cette glorieuse faveur fut marquée dans l'Évangile, afin que toute la postérité le sût, et fin que tous les Chrétiens, apprenant qu'il avait été si caressé de leur divin roi, lui eussent une dévotion très particulière.

Sa dévotion est donc fondée sur l'Évangile, et elle ne peut être que très juste, puisqu'elle est toute conforme aux inclinations de notre Maitre. Quelquefois il arrive et même dans les dévotions des saints, que l'on s'applique plus aux uns qu'aux autres par mouvement de nature ; mais ici il n'y a rien à craindre, puisqu'en l'aimant, et l'aimant extraordinairement, nous faisons ce que Jésus-Christ a fait.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Lun 03 Mai 2021, 7:11 am

L'amour de cet adorable Théandre a paru particulièrement en le faisant succéder à sa place, lui donna pour mère sa divine Mère, et le donnant pour enfant à celle dont il a voulu être le fils bien-aimé. Pour connaitre une si rare faveur il faudrait connaitre entièrement les inconcevables grandeurs de la Mère de Dieu, mais c'est ce qui ne se peut faire, la connaissance, dit saint Bernardin de Sienne, en étant réservée à Dieu seul : pour en prendre quelque idée, l'on peut considérer que la très sacrée Vierge est plus aux yeux de Dieu elle seule que tout le reste des créatures tant angéliques que humaines : ainsi Notre-Seigneur ayant fait son testament sur le Calvaire, et lui ayant laissé comme pour son héritage, pour tous ses biens, possessions, et revenus (pour parler dans l'esprit de l'Écriture), lui a plus donné que s'il lui avait fait présent de tout le monde, et d'un million de mondes. Le substituant en sa place, dit un ancien, il devenait comme un autre Jésus.

C'est pourquoi un grand auteur, faisant parler la divine Marie sur ce sujet à l'archange saint Gabriel, l'introduit parlant de la sorte à cet esprit glorieux : « Allez, Gabriel, je n'ai plus besoin de vos soins, j'ai un autre ange à présent, qui est un ange incarné qui prend soin de tout ce qui me regarde. » Ce grand et incomparable saint représentait tous les Chrétiens sur le Calvaire, et spécialement ceux qui devaient appartenir d'une manière plus particulière à la glorieuse Vierge : c'est pourquoi il en devait posséder éminemment les grâces, selon la doctrine de ces théologiens, qui estiment que les patriarches des ordres renferment en leurs personnes d'une manière éminente, les grâces de tous leurs religieux. Cette pensée fait voir une élévation des grâces incomparables en ce cher favori de Jésus et Marie ; aussi si l'Écriture nous apprend que les divisions des grâces sont différentes, et qu'aux uns est accordé le don de prophétie, aux autres celui de la parole, à ceux-ci la grâce de faire des miracles, à ceux-là le privilège d'entendre les langues, le Saint-Esprit distribuant ses dons comme il veut, et à qui il veut ; il faut dire que notre saint est d'une manière inouïe, privilégié, puisque toutes les grâces lui sont accordées. Il est patriarche, prophète, apôtre, évangéliste, martyr, docteur, prédicateur, confesseur, anachorète, vierge : mais ce qui est grandement surprenant, c'est que non-seulement il possède toutes les grâces, mais il excelle dans chacune de ces différentes grâces.

Les autres saints ont éclaté particulièrement en la pratique de quelque vertu qui leur a été spéciale ; mais la vertu particulière de ce disciple bien-aimé est de n'avoir aucune vertu particulière, mais de les posséder toutes dans un degré très éminent ; ainsi il n'est pas seulement patriarche de toutes les Églises d'Asie, mais patriarche de tous les Chrétiens, et spécialement de tous les dévots de la souveraine du ciel.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Mar 04 Mai 2021, 7:32 am

Il est prophète, et ses prophéties sont si sublimes, que les Pères ont dit qu'elles contiennent autant de mystère que de paroles ; les prophéties de son Apocalypse sont appelées simplement la révélation par excellence. Il est apôtre, mais entre les apôtres, il est le bien-aimé. Il est évangéliste, et entre les évangélistes il en est l'aigle ; il est martyr, mais son martyre sera comme celui de la Reine des martyrs, il aura assez de peine pour mourir, ses souffrances devaient lui donner la mort sans miracle, et cependant il ne laissera pas de vivre par un coup du ciel extraordinaire ; il est docteur, mais si admirable, que les Pères l'ont appelé le théologien par excellence. Il est prédicateur, mais si puissant, qu'il en est appelé du Fils de Dieu même l'enfant de tonnerre. (Marc. III, 17) Il est confesseur, mais d'une manière toute glorieuse dans son exil, dans lequel il parut comme une solide colonne de la foi, soutenant tous les fidèles dans la confession du nom de Jésus. Il est anachorète dans sa solitude de Pathmos, où ce cœur parfaitement détaché menait une vie plus céleste que humaine. Il est vierge, mais c'est un vierge qui garde la pureté de la Vierge des vierges : ces grâces incomparables marquent assez la force de l'amour de Notre-Seigneur en son endroit, comme d'un bon père, mais les caresses d'une mère très tendre ne lui manqueront pas. Le Fils de Dieu n'a rien de caché pour lui ; il lui dit tous ses secrets, il lui fait part de tous ses desseins, il lui montre sa gloire sur le Thabor, il le mène avec lui au Jardin. Saint Pierre n'osant lui demander qui serait le malheureux qui le trahirait, il s'adressa à lui, sachant que l'adorable Jésus ne pouvait lui rien celer ; il repose sur la poitrine de son Maître et y reçoit toutes les faveurs dont une créature mortelle peut être capable. C'est le cher disciple du cœur, et il y était si attentif que c'est lui qui parle du coup de lance, l'avant remarqué particulièrement, car sa vue était toujours arrêtée sur la place du cœur amoureux du tout aimable Jésus. Notre-Seigneur paraissant après sa résurrection, et saint Pierre ne le connaissant pas, il lui dit que c'était le Seigneur ; il le reconnut aussitôt, car c'est le propre de l'amour d'appliquer fortement au sujet que l'on aime.

Ses lumières ont été admirables, et saint Jean Chrysostome enseigne que les anges ont appris plusieurs choses de ce saint, que les chérubins mêmes et les séraphins l'écoutaient avec attention. Jamais, dit saint Ambroise, homme n'a connu Dieu avec une plus sublime sagesse ; il passe les vertus des cieux, s'élève au-dessus des anges, et va trouver le Verbe uni à Dieu : aussi était-il appelé le dépositaire des trésors du Verbe incarné. Les païens mêmes ont admiré la profondeur de son style, et ont cru que ses paroles devaient être écrites en lettres d'or en tous les lieux les plus honorables. La reine du ciel le députe pour donner une règle de foi à saint Grégoire, le faiseur de miracles. Le Saint-Esprit nous découvre assez la grandeur et la sainteté de ses écrits, puisqu'il déclare (Apoc. I, 3) bien heureux celui qui les lit et les entend. Saint Paul, dit Origène, proteste qu'il a vu des choses qu'il n'est pas permis à un homme de dire, et cependant saint Jean les révèle dans le commencement de son Évangile ; donc il doit être plus qu'homme selon la pensée de cet ancien.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Mer 05 Mai 2021, 6:44 am

L'abbé Rupert écrit qu'après l'ascension de Notre-Seigneur, la très sainte Vierge vivant des biens qui étaient aumônés en commun pour les fidèles, saint Jean l'évangéliste avait soin d'aller prendre tous les jours ce qui lui était donné, et lui apportait avec beaucoup de respect, recevant une double portion, l'une pour sa très bonne mère et l'autre pour lui. Mais il ne s'appliquait pas seulement à sa nourriture corporelle, il la nourrissait tous les jours de la communion vivifiante du précieux corps de son Fils, célébrant le très saint sacrifice de la messe en sa sainte présence. Une si bonne mère ne pouvait se séparer de ce fils aîné de tous ses enfants adoptifs. Elle le suivit jusqu'à Éphèse, comme il est rapporté dans une lettre que le concile tenu en cette ville adresse au clergé de Constantinople ; et celle à qui toutes choses obéissent, à qui Dieu même a bien voulu s'assujettir, obéit à saint Jean.

Ô aimable favori du roi et de la reine du ciel, souffrez ici ces élans d'amour en votre glorieuse présence. Ô que les faveurs que le ciel vous fait sont rares ! Et que vos grâces sont précieuses ! Vous avez en votre suite la Mère d'un Dieu. Ô bien-aimé disciple, que vous êtes heureux, et que votre suite est magnifique ! Elle est plus glorieuse que si elle était composée de toutes les têtes couronnées, elle est plus considérable que si tous les séraphins quittaient l'empirée pour vous accompagner. Mais qui pourrait dire tous les mystères, tous les secrets que cette Mère de bonté a appris à cet aimable saint, tous les dons dont elle l'a ennobli ? Si saint Jean-Baptiste a été sanctifié à une seule de ses paroles, que devons-nous penser de la sainteté à laquelle notre saint a été élevé par la conversation familière qu'il a eue avec elle durant tant d'années ! Si les plus impurs, à ses approches, se sentaient portés à la pureté, à quel comble de pureté ce saint est-il arrivé, qui a passé une partie de sa vie avec cette reine des anges ? Si le cœur de la divine Marie était une fournaise d'amour, de quels feux son âme était-elle embrasée ?

Nous lisons les vies des saints, et si l'on y rapporte que la très sainte Vierge leur ait parlé quelquefois, c'est ce qui fait le sujet de leurs éloges ; quelles louanges donc mérite cet enfant de Marie, qui a joui si longtemps, et avec des privautés si saintes, des entretiens de celle dont la seule voix réjouit tout le paradis ?


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Jeu 06 Mai 2021, 6:24 am

Son pouvoir est tout rempli de prodiges, car il chassait les diables des corps des possédés et ressuscitait les morts ; mais sa charité était incomparable, comme son bénin cœur avait reposé sur le cœur tout d'amour du Sauveur des hommes, et qu'il avait tant d'entrée dans le cœur de Marie, le plus aimant et le plus miséricordieux de tous les cœurs après celui de Jésus, il ne faut pas s'étonner s'il était si plein d'un amour admirable pour le cher prochain. Il compatissait aux misères des pauvres avec des tendresses ravissantes ; ayant trouvé un pauvre misérable sur le point de se désespérer, comme il n'avait pas d'argent, vivant dans une grande pauvreté, il changea les feuilles des arbres en or et les cailloux en pierres précieuses pour l'assister dans ses besoins. Saint Jérôme rapporte qu'à toutes les assemblées des fidèles, tous ses sermons se réduisaient à ces paroles : Mes petits enfants, entr'aimez-vous les uns les autres, dont ses disciples étant enfin ennuyés, il leur fit une réponse, dit ce Père, digne de sa personne sacrée, c'est le commandement du Seigneur, et il suffit. L'on voit, dans ses Épîtres, des expressions toutes pleines de tendresses ; mais, ce qui est bien remarquable, c'est que sa divine charité souffrait tout, espérait tout, ne rebutait jamais personne ; ce qu'il fit bien voir par un exemple merveilleux qui est rapporté dans l'Histoire ecclésiastique.

Cet homme apostolique avait confié le soin d'un jeune homme à un évêque qu'il considérait, c'était une personne de grande espérance et qui promettait beaucoup ; mais, comme l'homme est inconstant dans ses voies, ce qui nous doit tous faire craindre, il se laissa tellement aller aux tentations du diable, qu'il se mit à voler dans les bois, et il ne fut pas longtemps à mener cette misérable vie, que toute la troupe malheureuse des voleurs le choisit pour leur guide et leur capitaine. Le saint apôtre passant par le lieu et la résidence de l'évêque à qui il l'avait confié, et après lui avoir demandé des nouvelles du jeune homme, ayant appris l'état dans lequel il était, et lui ayant remontré doucement qu'il ne devait pas l'abandonner, quel criminel qu'il pût être, il se met en chemin, tout vieux qu'il était et chargé d'années, et s'en va le chercher. La divine Providence, qui le conduisait, lui ayant fait trouver, le jeune homme fut tellement surpris à la rencontre du saint apôtre, qu'il prit la fuite, ayant honte de paraître en la présence de l'homme de Dieu.

Le bon vieillard commença à doubler le pas, l'amour donnant des forces à son corps il le poursuivit amoureusement, et enfin la douceur de ses paroles l'ayant obligé de s'arrêter, bien loin de crier ou de lui faire des reproches, il le consola par ses paroles toutes de charité, et comme il remarquait qu'il cachait sa main qui avait fait tant de meurtres, et qui avait rougi tant de fois dans le sang innocent de ceux qu'il avait tués, il la lui prit avec beaucoup d'amour et la baisa avec des tendresses capables de toucher les cœurs les plus insensibles ; aussi le jeune fut-il touché, et, quittant sa malheureuse vie, il suivit le saint et fit une conversion admirable ; et, à quelque temps de là, il entra dans l'état ecclésiastique, ayant reçu des grâces très extraordinaires par les intercessions du charitable saint.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Ven 07 Mai 2021, 7:42 am

Sa charité est si admirable qu'après sa mort même tout glorieux qu'il est dans le ciel, il veut bien encore se charger de la conduite particulière des âmes comme il l'a fait voir en sainte Élisabeth de Hongrie, qui l'a eu pour son directeur par une grâce spéciale. Comme il a été le disciple de la croix, il lui en procura de bien grandes, et en bon nombre, et en des sujets très sensibles, c'est ce qu'il lui avait promis, lorsque lui apparaissant visiblement, il lui dit : Élisabeth ma chère fille, les croix ne vous manqueront pas.

Il prend des soins merveilleux de la perfection de ses dévots. À Paris, un jeune homme qui portait son nom et qui lui avait une dévotion particulière, entendit une voix la nuit, qui l'animait à persévérer dans le dessein qu'il avait pris de quitter le monde. Huit jours après, entendant la même voix, et demandant qui c'était qui lui parlait ? C'est saint Jean l'évangéliste, répond le charitable apôtre, et huit jours encore après, le saint revenant, lui mit en main un papier, dans lequel était écrit le nom de la Compagnie de Jésus, ce qui l'obligea d'entrer dans cette Compagnie.

Il assiste à la mort de ses dévots, il leur obtient des grâces de la Mère de Dieu. Ferdinand, prince de Portugal, un peu avant que de mourir, fut visité par sa chère maîtresse, la très digne Mère de Dieu, accompagnée d'un grand nombre d'esprits bienheureux, dont saint Michel qui était l'un de ces esprits célestes, s'étant prosterné devant cette reine du ciel, la pria de tirer des misères de cette vie le prince Ferdinand, et de le mettre en leur compagnie. Saint Jean l'évangéliste en qui ce grand prince avait une confiance toute particulière, lui fit aussi la même demande, mais il ajouta qu'il méritait les couronnes dues aux âmes chastes, ayant gardé son innocence baptismale, qu'il perdrait s'il tardait davantage avec les hommes. Souvent les personnes innocentes sont enlevées par une mort qui paraît précipitée ; mais c'est par une douce disposition de l'amoureuse providence de Dieu, qui les ôte du monde, de peur qu'y restant davantage ils n'en prennent la corruption.

Mais il n'a pas seulement des bontés toutes particulières pour ses dévots, il en a encore pour les amis de ses dévots ; c'est assez que l'on appartienne en quelque manière aux personnes qui l'honorent pour en recevoir des assistances admirables. Saint Édouard, roi d'Angleterre, une dévotion singulière à ce glorieux apôtre, et il ne refusait jamais rien de tout ce que l'on lui demandait en son nom, et pour l'amour de lui : une dévotion si rare mérita que saint Jean l'Évangéliste lui parût déguisé en pèlerin, lui demandant l'aumône en son nom, et comme c'était dans un temps où le roi (son aumônier étant absent) n'avait rien sur soi qu'un anneau de très grand prix, le saint le voulut éprouver : mais l'amour du prince pour ce grand apôtre, surpassant toutes les inclinations qu'il pouvait avoir pour les choses du monde qui lui étaient les plus chères, fit que sans autre considération il tira l'anneau de son doigt pour le donner à ce pèlerin déguisé.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Sam 08 Mai 2021, 8:03 am

À quelque temps de là deux pèlerins anglais étant allés aux lieux saints de Jérusalem, et s'étant trouvés surpris de la nuit, ils découvrirent enfin une maison, où ils trouvèrent un vénérable vieillard qui les reçut avec une grande douceur et leur donna à manger : mais le lendemain ils furent bien étonnés de voir disparaître cette maison et d'apprendre de la propre bouche de leur hôte qu'il était saint Jean l'évangéliste, et qu'il aimait uniquement leur roi pour sa rare chasteté ; il leur donna l'anneau qu'il avait reçu de sa main, et les chargea d'avertir le roi que dans six mois il mourrait, qu'il ne manquerait pas d'assister à son trépas, et de le visiter à ce moment qui fait la décision de tout notre bonheur.

Le pieux Ribadeneïra conseille de prendre ce saint apôtre pour avocat auprès de la Mère de Dieu ; sa qualité d'enfant de Marie, tous les soins qu'il en a pris pendant sa vie toute sainte, l'amour du cœur de ce saint pour Marie, sont des motifs tout puissants pour nous engager à l'honorer en cette qualité, et nous servir de lui dans toutes les requêtes que nous aurons à présenter à notre bonne Mère. Les contemplatifs et les personnes d'oraison doivent y avoir recours, ce saint ayant été élevé dans les plus hauts degrés de l'oraison et union avec Notre-Seigneur, les personnes peinées tant intérieurement qu'extérieurement doivent se mettre sous sa protection, car il est le disciple de la croix, et il a eu pour partage le calice de son Maître, avec la très sacrée Vierge.

Les prédicateurs, missionnaires, docteurs, confesseurs, doivent avoir pour lui une vénération singulière, ayant possédé toutes ces qualités d'une manière très éminente. Ceux qui sont dans la vie active, ceux qui sont dans la retraite et la solitude, doivent lui être bien dévots, ayant mené toutes ces deux vies et les ayant consommées dans une très haute perfection. Mais surtout il doit être le grand patron des vierges, et des âmes chastes, celles qui ont dessein de garder la chasteté doivent lui recommander sur toutes choses, lui mettre entre les mains, et sous sa bienheureuse protection ; Jésus-Christ, ayant confié à ses soins, la virginité de la Vierge des vierges, sa très pure et immaculée Mère, on ne peut pas la mettre en meilleure main. Enfin, comme il a reçu toutes sortes de grâces, toutes sortes de personnes de tous états et conditions ont droit de le prendre pour patron et protecteur. Comme son cœur a été rempli d'une charité si universelle, même pour les plus grands pécheurs, les plus misérables peuvent avec confiance s'approcher de ce saint aussi bien que les plus parfaits ; son charitable cœur n'est fermé à personne, il est ouvert à tous ; l'on célèbre sa fête deux fois l'année, le vingt-septième de décembre et le sixième de mai, où l'on fait mémoire de ses cruelles souffrances devant la Porte-Latine.

On peut s'y préparer comme aux fêtes de grande dévotion, par jeûnes ou abstinence, par des mortifications intérieures, par des aumônes, par des prières, par la visite de quelque chapelle ou autel consacré à Dieu en son honneur, assister le jour aux sermons qui s'en font, ne manquer pas de s'y communier, lire quelque chose de sa vie ou de ses grandeurs, tâcher de gagner quelques personnes pour leur en inspirer le culte et la dévotion, donner de ses images ou des livres qui parlent de ce saint. Il y en a qui récitent tous les jours le commencement de son Évangile : In principio ; les premiers Chrétiens le portaient sur eux, et à présent, par l'ordre de l'Église, les prêtres le lisent à la fin de la sainte messe. Dieu a donné souvent des secours miraculeux à ceux qui le lisent, ou même qui le portent par pure dévotion, sans y mêler rien de superstitieux, comme quelques-uns font par les mouvements du démon, qui tâche de la sorte de profaner les choses les plus saintes ; et l'expérience fait voir que c'est un singulier remède contre les maléfices, les vérités d'un Dieu incarné qu'il renferme mettant eu fuite les diables, et détruisant tous les maléfices des sorciers et magiciens ses suppôts.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Dim 09 Mai 2021, 7:41 am

Quand l'Église, dans le verset qu'elle chante en son office, le jour de sa fête, parle de l'honneur qui lui est dû, elle dit qu'il le faut beaucoup honorer ; et l'expression qu'elle en fait est très remarquable.

Saint Thomas et le vénérable Bède estiment qu'il est au ciel en corps et en âme, Notre-Seigneur et sa sainte Mère n'ayant pas voulu différer la résurrection de son corps au temps de la résurrection générale, voulant avoir auprès d'eux leur cher favori. Il est vrai qu'il y en a qui tiennent qu'il n'est pas mort, et qu'il est réservé pour combattre l'Antéchrist dans les derniers temps ; mais saint Jérôme écrit qu'il est mort à Éphèse.

La tradition de sa mort est merveilleuse, car l'on rapporte qu'avant fait assembler les fidèles à son ordinaire, comme ses disciples le portaient entre leurs bras (son extrême vieillesse l'empêchant de marcher), après leur avoir donné la paix de Jésus-Christ et pris congé d'eux, il se fit descendre dans une fosse où il fut à même temps environné d'une grande lumière, qui ayant produit dans l'esprit de tous les fidèles beaucoup d'admiration et de profonds respects, cette lumière étant disparue, comme ils voulurent s'approcher de ce sacré tombeau, ils n'y trouvèrent plus rien, mais seulement une liqueur précieuse et toute pleine d'effets admirables.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Lun 10 Mai 2021, 7:31 am

CHAPITRE XXI

Avoir un respect singulier pour les neuf chœurs des anges



*********


Nous ne pouvons ici oublier les saints anges, aussi ce sont ces esprits bienheureux qui, tous les premiers, ont commencé d'honorer notre glorieuse princesse, qui leur fut montrée selon la doctrine de plusieurs grands théologiens (ensuite de Notre-Seigneur), dont elle devait être la très digne Mère. Sainte Brigitte, dans ses Révélations, nous apprend que ces purs esprits aussitôt qu'ils furent créés, dans la vue qu'ils en eurent, furent tellement embrasés de l'amour de cette aimable princesse, que, s'il avait été nécessaire de n'être pas afin qu'elle fût, ils auraient avec joie préféré son être à celui qu'ils avaient reçu. Ce qui est de très particulier à ces esprits tout d'amour, c'est que leur amour est le premier d'entre tous les amours des pures créatures. Il est aussi le plus fidèle. S'ils ont été les premiers à honorer et aimer la très pure Vierge, ils ont été les plus fidèles dans son amour et son service, n'y ayant jamais commis la moindre petite imperfection, ni ne s'étant jamais relâché de leur admirable ferveur, étant le propre de ces esprits immortels de persévérer constamment en ce qu'ils ont une fois entrepris. Ils en ont manifesté les grandeurs qui leur avaient été révélées dès le commencement du monde, aux saints prophètes de l'ancienne loi, n'oubliant rien de tout ce qui se pouvait faire pour en imprimer la vénération et l'amour dans les siècles même qui ont précédé sa sainte naissance.

Sainte Brigitte a appris du ciel qu'ils furent remplis d'une joie extraordinaire le jour heureux qu'elle parut en notre terre ; jour fortuné pour eux et pour nous, qui doit être gravé dans la mémoire de tous les hommes avec des caractères ineffaçables. Ces gardes de l'empirée tenaient à grand honneur de lui tenir compagnie dans sa retraite au temple, et ce fut l'un des premiers de leur cour glorieuse, l'archange saint Gabriel, qui fut envoyé du ciel vers cette auguste princesse, en qualité d'ambassadeur, pour lui annoncer qu'elle serait Mère de Dieu. Quelques-uns tiennent que ce saint archange lui a servi d'ange gardien ; mais il y a de grands docteurs qui soutiennent qu'elle n'a jamais eu d'anges gardiens, mais bien des anges servants, qui se rendaient auprès de leur reine et dame à grosses troupes, pour lui rendre leurs respects et leurs services. Saint Bonaventure enseigne que saint Michel, qui est député de Dieu pour assister les âmes à la mort, et leur servir d'avocat au jour de leur jugement, attend les ordres de la Mère de Dieu pour défendre plus particulièrement celles qui lui ont eu une dévotion particulière.

Notre-Seigneur a aussi révélé que les anges s'appliquaient avec soin plus spécial à garder les personnes qui se préparaient auparavant les fêtes de la sainte Vierge à les bien célébrer par des jeûnes, oraisons, aumônes, pèlerinages et autres bonnes œuvres. Ces esprits bienheureux en ont quelquefois fait des images admirables, que Dieu a honorées de grand nombre de miracles, pour enflammer les cœurs de plus en plus en l'amour de cette non jamais assez aimée Mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Mar 11 Mai 2021, 7:47 am

Il y a tant de raisons qui se présentent en foule de toutes parts, et qui nous obligent d'aimer les anges, qu'il faut être tout à fait insensible si l'on est touché de leur amour. Pour moi, je ne vois pas qu'un esprit raisonnable s'en puisse défendre, s'il lui reste encore un cœur capable d'aimer.

Mais entre un si grand nombre de motifs que l'on peut avoir de les honorer, ceux-là sont des plus pressants à un cœur qui aime la Mère de Dieu, que l'on prend des respects extraordinaires, qu'ils ont pour cette Souveraine du firmament. Dans celte vue ses esclaves se souviendront de faire une haute profession de la dévotion des anges, les honorant et les faisant honorer en toutes les manières possibles, soit en procurant qu'il s'établisse des confréries ou associations en leur honneur, soit en distribuant les livres qui traitent de ces esprits d'amour, et ayant soin qu'on en fasse des sermons qui apprennent aux peuples leurs grandeurs et leurs bontés, et les moyens de leur avoir une sincère dévotion, soit en donnant des images aux églises et particulièrement aux pauvres gens de la campagne, les instruisant de ce qu'ils doivent savoirs de leurs anges gardiens, car ordinairement ils ne savent pas qu'ils en ont, et même ignorent entièrement ce que c'est que les anges, travaillant à ce que les pasteurs et les missionnaires leur en fassent des catéchismes, et leur apprenant quelques prières pour les honorer tous les jours ; soit enfin exhortant, si on ne le peut pas soi-même, à bâtir quelques chapelles sous leur invocation.

L'on doit aussi se souvenir combien il est juste de converser d'esprit familièrement avec eux, se retirant quelquefois un quart d'heure ou une demi-heure pour les entretenir, pour leur parler à l'aise, pour leur découvrir son cœur, pour leur exposer ses besoins, pour les remercier de leurs charitables bontés. C'est une pratique excellente de les voir intérieurement dans la rencontre des personnes, puisqu'il est certain que tous les hommes ont chacun un ange, et s'accoutumer à les regarder de l'esprit pendant que les yeux de notre corps s'arrêtent aux personnes qu'ils voient extérieurement.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Mer 12 Mai 2021, 7:31 am

Il y a de leurs dévots qui dans les villes font quelque tour de rues, dans le dessein de faire la cour à tous les anges des personnes que l'on y rencontre, et il est encore bon de les regarder dans les églises et les assemblées où il y a beaucoup de monde ; mais particulièrement l'on y doit penser passant par les villages où ces glorieux esprits sont presque dans un oubli universel. Il y en a qui font un pacte sacré avec eux, qu'autant de fois qu'ils salueront quelqu'un, ils sont dessein de les saluer, renouvelant de temps en temps ce dessein : il y en a qui, parlant aux personnes qui leur sont familières, disent en les saluant, qu'ils saluent leurs saints anges, et l'on a vu quelquefois une si pieuse pratique s'établir en peu de temps à l'imitation les uns des autres. Il s'en rencontre qui, écrivant des lettres, n'oublient jamais de saluer les anges de ceux à qui ils écrivent, comme aussi les anges des pays où ils demeurent.

Quelques-uns prennent intention, en célébrant les fêtes des saints, de faire en même temps celles des anges qui les ont gardés, rapportant à leur bonheur tout ce qui se fait en l'honneur des saints dont on célèbre la mémoire, comme les jeûnes, communions et autres dévotions. Il est encore bien juste, lorsqu'on est seul, de les saluer par les exercices des génuflexions, en faisant neuf, par exemple, en l'honneur des neuf chœurs des anges, demandant quelquefois la bénédiction à son saint ange gardien à genoux, en lui demandant pardon du peu d'usage que l'on a fait de toutes ses bontés. Il faut prendre garde de ne se pas contenter de la dévotion aux anges gardiens, mais il faut de plus honorer tous les neuf chœurs des anges, ce qui est une dévotion assez rare ; car comme les hommes sont fort matériels, ils ont de la peine à s'élever aux choses purement spirituelles, à moins qu'il n'y ait quelques rapports sensibles d'intérêt comme aux anges gardiens.

Il faut donc avoir de la dévotion pour les Séraphins, ce sont ceux qui obtiennent le pur amour ; les Chérubins, qui ont la grâce de la lumière pour éclairer les esprits ; les Trônes, ils ont le don de la paix pour les âmes qui leur demandent ; les Dominations, qui sont comme les secrétaires d'État du grand roi Jésus et de sa divine Mère, afin que ces esprits glorieux nous expédient nos affaires en la cour du paradis ; les Puissances, pour triompher des diables et résister à leurs tentations ; les Principautés, pour avoir l'empire sur ses passions ; les Vertus, pour obtenir le don de courage et de constance dans les voies de Dieu ; les Archanges, pour mépriser les choses temporelles et ne s'attacher plus qu'au Dieu de l'éternité ; les Anges, pour la pureté, l'humilité, la charité du prochain, la pratique de l'oraison et de toutes les autres vertus. Il est bon de se préparer aux fêtes de la très sacrée Vierge neuf jours auparavant, prenant tous les jours l'un des neuf chœurs à honorer entendant la messe, donnant quelques aumônes faisant quelque mortification, pendant quelque temps du jour au chœur que l'on honore, afin qu'il supplée à nos manquements envers la Mère de Dieu, et qu'il nous obtienne de Dieu tout bon le don d'une véritable et sincère dévotion. L'on peut quelquefois donner neuf aumônes en leur honneur, pratiquer neuf actes de mortification, réciter neuf psaumes, visiter neuf autels et autres choses semblables.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Jeu 13 Mai 2021, 8:20 am

Le mardi est un jour consacré particulièrement en l'honneur de tous les anges : le vingt-neuvième jour de septembre, le septième de mai, l'on en fait encore la fête, quoique particulièrement de saint Gabriel. En la province de Normandie, le seizième d'octobre leur est dédié. Le premier jour d'octobre, qui n'est pas empêché par une fête de neuf leçons, se fait la fête des anges gardiens, et le premier jour de mars en quelques églises. L'on fait la fête de saint Gabriel archange, à qui l'on doit avoir une dévotion spéciale, à raison de ce qu'il a été à la très sainte Vierge, le dix-huitième de mars en quelques lieux, et le vingt-quatrième en d'autres. La fête de saint Raphaël se célèbre le vingtième de novembre en quelques endroits, et en quelques autres en l'un des dimanches qui se rencontrent entre Pâques et la Pentecôte : tous ces jours doivent être de grandes solennités pour les esclaves de Notre-Dame, et l'on doit s'y préparer comme aux fêtes de la pus grande dévotion.

C'est une pratique assez solide, faisant des pèlerinages, de prendre pour compagnon quelqu'un de ces esprits glorieux et tâcher de converser avec lui pendant le chemin, le priant de saluer la très digne Mère de Dieu de notre part. L'on doit aussi prendre garde à saluer les anges qui prennent le soin des lieux et des églises consacrés à Notre-Dame, les anges des saints qui ont excellé en sa dévotion, afin que nous puissions les imiter.

Quand il se rencontre quelque chapelle sous l'invocation des saints anges, il en faut prendre tous les soins possibles, tant pour ce qui regarde l'extérieur que pour l'intérieur, y faisant adorer Dieu en esprit et en vérité. Il y a des villes où plusieurs personnes de piété s'assemblent et prennent un jour tous les mois pour les visiter et y faire leurs dévotions, et l'on tâche d'y faire prêcher de la dévotion à ces esprits si aimables, si aimants et, hélas ! si peu aimés.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

DIEU SEUL  ou  Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon - Page 9 Empty Re: DIEU SEUL ou Le saint esclavage de l'admirable Mère de Dieu - M. Henri-Marie Boudon

Message  Monique Hier à 8:28 am

CHAPITRE XXII

Les illustres esclaves de l'auguste Mère de Dieu



********



Ce chapitre est tiré d'un petit livre De la dévotion du saint esclavage de la Mère de Dieu, imprimé, il y a quelques années à Paris, dans lequel, comme nous y avons remarqué avec une consolation singulière, que plusieurs personnes d'une haute sainteté, d'un rare mérite et d'une éminente condition, avaient tenu à honneur de porter les glorieuses chaînes de la reine du ciel ; nous avons cru que Dieu tout bon serait glorifié si nous rapportions dans ce petit ouvrage ce que nous y avons lu, y ajoutant quelques choses extraites des Fondations de sainte Thérèse et des livres de l'Histoire générale des Pères Carmes déchaussés.


Saint Odilon, abbé de Cluny, de l'ordre de Saint-Benoît, est un des premiers qui s'est donné à Notre-Dame en qualité d'esclave par une cérémonie solennelle ; nous disons par une cérémonie solennelle, car il est bien croyable que plusieurs autres, dans les siècles précédents, s'étaient attachés au service de notre honorable maîtresse par la même dévotion, quoique ce ne fût pas avec les mêmes marques extérieures. Il mourut le 1er janvier.

Le bienheureux Marin, frère du bienheureux Pierre Damien, cardinal, qui reçut à sa mort la récompense du tribut qu'il avait payé fidèlement à sa bienheureuse maîtresse pendant sa vie. Il mourut le 9 juin.

Le bienheureux Vautier de Birback, à qui Notre-Dame, ensuite de cette généreuse action, fit connaître qu'elle voulait qu'il achevât de lui consacrer sa vie dans l'ordre de Cîteaux, l'ayant honoré d'un grand nombre de merveilles. Il mourut le 22 janvier.

La vénérable Catherine de Cardonne, du sang royal d'Aragon, faisait une haute profession d'être entièrement à Notre-Dame ; elle portait au cou la marque de son esclavage, qui était un petit carcan de fer. Elle a été un prodige de grâces dans ces derniers siècles, et elle sera l'étonnement de ceux qui nous suivront, ayant fait des progrès si merveilleux dans les voies de la perfection sous la conduite de celle qui en est la mère et la reine de toutes les vertus, sa bonne dame et maitresse , qu'il n'est pas possible de les apprendre sans les admirer et sans entrer dans de grands sentiments de louange, d'amour et d'actions de grâces pour tant de merveilles qu'il a plu à la divine bonté d'opérer dans cette grande âme : les actions admirables de sa sainte vie sont dignement rapportées dans l'histoire de la réforme des révérends Pères Carmes déchaussés, dans laquelle il y en a un livre tout entier, qui fait une partie de ces grandes choses que Dieu tout bon a voulu faire dans ces derniers temps en la réforme de l'ordre de Notre-Dame du mont Carmel, dans lequel on a vu en nos jours pratiquer tout ce qui se lit de plus saint et de plus étonnant dans les Vies des anciens Pères du désert. Le seul convent d'Altomire, dit de Notre-Dame du Secours, en petit donner d'illustres témoignages. Ce couvent était situé dans un pays de neiges et de glaces, où les vents soufflaient avec tant d'impétuosité que les religieux qui y demeuraient ne pouvaient presque pas s'entendre lorsqu'ils récitaient leur office, leur maison était si chétive que la neige y tombait de tous côtés, en sorte que les religieux s'en trouvaient tout couverts dans le peu de temps qu'ils donnaient par pure nécessité au sommeil, aussi n'avaient-ils que deux couvertures pour toute la communauté. Ils marchaient nu-pieds sans sandales sur les pointes des rochers, qui étaient tout glacés et quelquefois ils se trouvaient ensevelis dans les neiges et dans le danger d'y mourir.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 10721
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum