Les victimes de Jésus

5 participants

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Les victimes de Jésus

Message  Monique Ven 13 Mai 2011, 9:08 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


1. Il y aura toujours des victimes de Jésus

« Ma fille, a dit Jésus à Gemma Galgani, j'ai besoin de victimes et de victimes fortes. Pour calmer le juste courroux de mon divin Père, il me faut des âmes qui, par leurs souffrances, leurs tribulations et leurs privations, réparent ce que font les pécheurs et les ingrats. Oh ! puissé-je faire comprendre à tous combien mon Père céleste est irrité contre le monde impie. Plus rien ne retient sa colère et un terrible châtiment se prépare pour tout l'univers. » (Biografia, ch. XXI.)

Le Seigneur a dit à Marie Brotel : « J'ai toujours répandu sur mon Église des grâces abondantes de sainteté pour former des âmes intérieures qui puissent désarmer ma justice. Il y a eu, à toutes les époques, des victimes cachées, qui ont coopéré à l'œuvre du salut des âmes.

Cependant j'ai rarement accordé autant de grâces semblables qu'à l'époque actuelle ; mais elles sont imparfaitement reçues par suite de l'attache aux biens créés et de la crainte de la souffrance. Et cependant si je ne suis pas désarmé par les âmes intérieures, il faut que ma justice frappe de grands coups. »
( Vie, ch. V et appendice I, n° 20.)

Un jour voyant Notre-Seigneur triste et accablé à la vue du malheur des hommes, elle Lui dit : Combien cela durera-t-il. — « Pour moi, répondit Jésus, je souffrirai dans les membres de mon Église jusqu'à la fin du monde ; pour toi cela finira et sera remplacé par la gloire. » (Ibid., ch. XI.)[/font]

Notre-Seigneur montra un jour à Françoise de la Mère de Dieu une grande multitude et lui fit entendre que c'étaient les hérétiques d'Angleterre. Il lui dit : « Voyez tout ce peuple ; je suis mort pour eux tous, et il n'y en a pas un qui m'aime. Je veux que vous m'aimiez pour eux, et que vous fassiez tous les jours quelques pénitences pour leur conversion. »

Une autre fois, au moment où elle se rendait à la récréation, Notre-Seigneur se présenta à elle et lui dit : « Adorez-moi, aimez-moi au lieu de ceux qui m'offensent ; on me foule aux pieds, on m'injurie, on blasphème contre moi. » On sut depuis qu'en ce moment même des soldats hérétiques commettaient de grandes irrévérences contre le Saint Sacrement.

Un autre jour Jésus se montra avec un visage irrité : « Je suis courroucé contre mon peuple ; on foule mes mérites aux pieds ; on profane les sacrements. J'ai dessein de châtier le monde par la famine ; c'est pourquoi je n'ai pas envoyé de pluie. Si je ne châtie pas les pécheurs, ce n'est pas que je ne le puisse faire, mais je patiente et les attends à pénitence ; et puisqu'ils ne se convertissent point, je veux faire paraître que je suis Dieu et les châtier. » Et dans une autre circonstance Il dit : « Ce n'est plus moi qui suis fâché, c'est mon Père ; car comme j'ai eu soin de sa gloire et suis mort pour réparer le le déshonneur qui Lui avait été fait par le péché, Il prend maintenant soin de mon honneur et II veut me venger des pécheurs qui méprisent mes mérites. »

Ces paroles excitaient le zèle de Françoise, qui redoublait ses prières et sacrifices pour les pécheurs. Jésus lui dit encore que bien que toutes les personnes religieuses s'emploient à Le prier, Il en choisit en chaque communauté quelques-unes pour avoir soin de ses affaires, prendre le parti de ses intérêts et aspirer continuellement à sa gloire, comme faisaient les âmes qu'elle voyait près de Lui, et qui avaient par leurs prières apaisé le courroux de son Père, lequel consentait à attendre encore le monde à pénitence et à différer son châtiment, car il y a longtemps qu'il serait dans les abîmes sans les prières de ses amis. Il lui expliqua aussi que s'il y a dans chaque couvent quelque âme qui Lui adhère plus particulièrement (qui Lui est plus étroitement unie), il s'en trouve quelques-unes qui, par leurs négligences et leur peu d'attention à Lui correspondre, Lui donnent occasion de les laisser et de se retirer d'elles..( Vie, ch. VI.)

Dans ce cas Jésus va ailleurs chercher des âmes plus fidèles : « Je t'offre ce calice, a dit Jésus à Gertrude-Marie, parce que je t'aime d'un amour spécial ; si tu le refuses, je l'offrirai à une âme moins aimée que toi et qui l'acceptera. » (6 octobre 1907.)
Un jour que je souffrais beaucoup, raconte encore Gertrude-Marie, Notre-Seigneur a daigné me faire connaître ses amis de la terre : « J'ai mes amis sur la terre comme je les ai dans le ciel, m'a-t-Il dit, et ceux-là sont mes véritables amis qui souffrent beaucoup pour mon amour. De la souffrance découle un suc mystérieux, qui nourrit l'âme, qui la vivifie, qui la transforme pour ainsi dire. » (15 septembre 1907.) « J'ai été bien des fois sur le point de châtier mon peuple ; mais quand je regarde mes saints, je ne peux plus punir. » (1er octobre 1907.) « Plus la persécution se déchaînera, plus je m'approcherai de mes fidèles amis, de mes enfants bien-aimés, plus je leur demanderai de souffrir avec moi et pour moi. » (17 octobre 1907.)

Le divin Maître a dit à Benigna : « La faim très ardente que j'ai de sauver le plus d'âmes que je peux, me pousse à chercher des âmes que je puisse associer à mon œuvre d'amour. » (Notice, p. 84.)




R.P. AUGUSTE SAUDREAU, DOMINICAIN
Extrait: ''LES DIVINES PAROLES''
Prélat de la Maison de sa Sainteté Chanoine honoraire d'Angers
Premier aumônier de la Maison-Mère du Bon-Pasteur
1936.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  gabrielle Sam 14 Mai 2011, 9:47 am

Pour moi, répondit Jésus, je souffrirai dans les membres de mon Église jusqu'à la fin du monde

Quelle grande grâce!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18802
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Sam 14 Mai 2011, 7:27 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


2. Souffrir avec Jésus

La vie de la vénérable Agathe de la Croix, vierge de l'ordre de saint Dominique (1621), fut remplie de douleurs intérieures et extérieures impossibles à décrire. Un jour Jésus-Christ se présenta à elle tel qu'il était au jardin des Olives et lui découvrit son Cœur, en disant : « Regardez, ma fille, ces flots abondants d'amertume qui m'ont envahi de toutes parts. Je veux qu'ils environnent aussi votre cœur. » Depuis cette vision, elle fut torturée cruellement dans les profondeurs de son âme.

Souvent, écrit la Mère Marie du Divin Cœur, Notre-Seigneur m'exprime son désir de prendre sa demeure dans mon cœur pour s'y réfugier quand le monde l'oublie, et pour y trouver son plaisir en conversant avec moi comme un époux avec son épouse. Vous savez déjà, mon Père, de quelle manière je sens souvent sa présence, et que par cela je goûte un bonheur inexplicable.

L'autre jour II m'a dit qu'il ne voulait pas que je meure parce qu'il voulait encore continuer ces relations. Comme Il ne voulait pas que des églises ou sanctuaires où Il habite soient détruits, ainsi Il ne voulait pas non plus que ma maladie me conduise encore à la mort, parce qu'il voulait encore conserver cet endroit de son habitation. Il me dit aussi qu'en trouvant ainsi sa demeure en moi, Il ne se trouverait plus seul et isolé dans le monde. ( Vie, ch. VIII, 19 novembre 1896.)

"Mais par là même qu'il la choisissait pour être sa consolatrice, Jésus l'appelait à être victime avec Lui. « Notre-Seigneur me fit comprendre que lorsque le corps mystique de la sainte Église exigeait des secours pour quelque besoin en général ou en particulier, Il envoyait souvent des souffrances corporelles, maladies, etc., à quelques-unes de ses épouses, afin d'obtenir par là les grâces nécessaires. » (21 novembre 1896.)




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  ROBERT. Sam 14 Mai 2011, 8:05 pm

Comme Il ne voulait pas que des églises ou sanctuaires où Il habite soient détruits,

Il n’habite plus aujourd’hui dans les églises ou sanctuaires à cause de l’apostasie générale et la trahison des Intrus; quand le sel de la

terre s’affadit, il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes.


La même chose arrive aux églises et sanctuaires qui nous ont été volés par les Intrus.

.


Dernière édition par ROBERT. le Sam 14 Mai 2011, 8:06 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme)
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Dim 15 Mai 2011, 6:40 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


2. Souffrir avec Jésus

Le vendredi dans l'octave du Saint Sacrement, 1896, Marie du Divin Cœur demanda au Seigneur pourquoi cette prolongation de la maladie et des souffrances? Jésus répondit : « J'ai racheté le genre humain par la croix, par la croix je sanctifie encore les âmes. Plus j'attache étroitement une âme à la croix, plus je me la rends semblable par la souffrance, et plus aussi je me l'unis étroitement. Les souffrances de mes élus achèvent l'œuvre de ma Rédemption. Chaque fois que je m'unis une épouse par la souffrance, c'est un nouveau couronnement pour l'œuvre de la Rédemption. » Il dit encore : « Sache, mon enfant, que de la charité de mon Cœur je veux faire descendre des torrents de grâce par ton cœur dans les cœurs des autres. C'est la raison pour laquelle on s'adressera à toi avec confiance ; ce ne sont pas tes qualités, mais c'est moi qui en suis la cause. Jamais quelqu'un qui se rencontrera avec toi ne s'éloignera sans que son âme soit, de quelque manière, consolée, soulagée ou sanctifiée, ou ait reçu quelque grâce, même le pécheur le plus endurci. S'il veut profiter de la grâce, il ne tient qu'à lui... Je suis uni à chaque âme qui se trouve en état de grâce, mais j'ai choisi quelques âmes en particulier pour m'unir à elles d'une manière toute spéciale. Cette union est si sublime et si intime qu'elle n'est surpassée que par l'union entre les trois Personnes de la Sainte Trinité. » (25 juin 1896, Vie, ch. IX.)

Après qu'il eut été décidé qu'elle n'irait pas à Lourdes demander sa guérison, Notre-Seigneur lui dit : « Je veux que tu souffres sans soulagement, sans consolation naturelle. Je déroule devant tes yeux de nouveau le tableau des souffrances, comme aussi le tableau de mon amour. Je te choisis de nouveau comme victime, comme holocauste, et pour l'expiation des sacrilèges, et je te donne de nouveau mon Cœur avec tous ses trésors. Ta devise doit être : Amour, sacrifice, réparation. » Un jour II m'avait dit que je devais me laisser jeter comme une balle tantôt d'un côté, tantôt de l'autre. (23 juillet 1897, ch. X.)

Notre-Seigneur m'a invitée à souffrir en réparation des sacrilèges : « Je t'appelle à la prière, au sacrifice et aux souffrances. Tes souffrances vont augmenter et tu dois te préparer à de plus grandes souffrances. » Notre-Seigneur attendait ma réponse, Il enflammait mon cœur de son divin amour, et moi pleine de confiance en sa divine grâce, je ne pouvais résister à sa demande. Il me présentait des douleurs, des persécutions, des calomnies, le mépris de tous, etc. J'acceptai tout. Il me disait ensuite qu'il désirait trouver dans un cœur humain un lieu de repos et de consolation préparé par l'amour et les souffrances, et que sans aucun mérite de ma part Il avait choisi mon cœur, que mon cœur devait être un autel, où tout se consume dans les flammes de l'amour divin. (7 avril 1898, ch. X.)




A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 17 Mai 2011, 2:38 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


2. Souffrir avec Jésus

Jésus dit à Bénigne Gojoz : « Ta gloire est en la croix ; l'Époux et l'épouse, par un effet de grâce et d'amour, n'auront qu'un trône » et je vis, raconte Bénigne, à l'ombre de cet adorable Crucifié, une petite crucifiée sur la même croix et attachée par les mêmes clous. « C'est, lui dit Jésus, pour te faire comprendre l'état d'union à mon humanité crucifiée dans lequel je t'ai mise, dans lequel tu seras longtemps et par lequel tu recevras des avantages infinis qui te rendront comme, bienheureuse. C'est dans cet état que j'ai sauvé l'homme et que j'ai glorifié mon Père... Ma bonté m'unit à toi et ma grâce t'unit à moi dans les dispositions d'une âme crucifiée par amour. Je ressens pour toi le même amour que je ressentis distinctement pour ton âme sur la croix ; ainsi l'amour commun entre nous nous unit de nouveau par les faveurs intimes que tu reçois et que tu recevras en cet état présent, dans lequel tu es crucifiée avec moi, par union, par amour et par grâce.

Lorsque l'âme souffre, je suis près d'elle, et je m'unis à elle par la même souffrance. Tu verras aussi, par cette intime représentation, que, si ton âme crucifiée avec moi se regarde en moi, elle s'y voit comme dans un miroir très beau, très clair et représentant merveilleusement bien les objets qui s'y peignent. » .


Plus tard le Verbe divin lui dit cette intime parole : « Épouse, il est mieux et plus convenable à notre amour que tu te renfermes au dedans de moi-même. » Ainsi, dit Bénigne, l'amour me cachant en Jésus, je ne me vis plus auprès de Lui sur la croix, mais je me trouvai dans le Cœur adorable de mon Sauveur, et j'y fus comme perdue à moi-même durant trois années entières. (Vie, ch. XIV.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mer 18 Mai 2011, 9:05 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


3. Jésus choisit ses victimes

Notre-Seigneur ayant apparu à la bienheureuse Marguerite-Marie lui dit : « Je cherche une victime pour mon Cœur, laquelle se veuille sacrifier comme une hostie d'immolation à l'accomplissement de mes desseins. » Comme elle s'en reconnaissait indigne, Jésus lui dit : « Non, je n'en veux point d'autre que toi, et c'est pour cela que je t'ai choisie. » (Ed. Gauthey, II, p. 561.)

Une autre fois la bienheureuse vit les trois Personnes de l'adorable Trinité se présenter à elle ; et il lui sembla que le Père éternel, lui offrant une grosse croix toute hérissée d'épines, accompagnée de tous les autres instruments de la passion, lui disait : « Tiens, ma fille, je te fais le même présent qu'à mon Fils bien-aimé. » — « Et moi, dit Notre-Seigneur Jésus-Christ, je t'y attacherai comme j'y ai été attaché, et je t'y tiendrai fidèle compagnie. » — Le Saint-Esprit ajouta : « Moi, n'étant qu'amour, je t'y consumerai en te purifiant. » (T. II, p. 74.)

Jésus-Christ apparut à la bienheureuse Marie-Barthélemy Bagnesi (1514-1577), crucifié et couvert de plaies sanglantes. « Je veux, lui dit ce Rédempteur soufrant, je veux t'associer aux douleurs de ma passion. » — O Jésus, répondit Barthélemy, pourquoi cette grâce insigne à votre pauvre petite servante? Dès ce moment sa tête fut visiblement entourée d'une couronne d'épines aiguës.

Notre-Seigneur apparut à la bienheureuse Ozanne, vierge du tiers-ordre de saint Dominique (1449-1505), sous la forme d'un petit enfant ravissant de beauté, le front couvert de belles boucles de cheveux blonds, mais ceint d'une couronne d'épines, et une longue croix sur les épaules : il tendit en souriant ses petits bras vers la jeune vierge et lui dit : « Chère Ozanne, je suis le Fils de Marie ; à mon exemple, il faut te disposer à beaucoup souffrir ; cependant, ne crains point, jamais je ne t'abandonnerai. »



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Rosalmonte Jeu 19 Mai 2011, 7:58 am

Deux mots, chère Monique:

MERCI

et

ENCORE!!!
Rosalmonte
Rosalmonte

Nombre de messages : 1950
Date d'inscription : 16/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 24 Mai 2011, 8:55 pm

Rosalmonte a écrit:Deux mots, chère Monique:

MERCI

et

ENCORE!!!




CONTINUONS

et

POURSUIVONS!!!

Wink
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 24 Mai 2011, 9:33 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


3. Jésus choisit ses victimes

La vénérable Anne-Madeleine Rémuzat (1):, encore pensionnaire, vit un jour le Sauveur lui apparaître et lui dire : « Ma fille, je cherche une victime. » La jeune enfant nomme alors à Notre-Seigneur les personnes qui lui semblent les plus saintes, et au nom de chacune Jésus répond : « Non, ce n'est pas celle que je veux. » Enfin Il lui dit : « C'est toi-même, ma fille, que je choisis pour ma victime. » (Vie, ch. III.)

La Mère Marie-Dominica-Clara Moes n'avait que sept ans quand, le 8 décembre 1838, elle fit vœu de chasteté perpétuelle : « Viens, Épouse bien-aimée de mon Cœur, lui dit le Seigneur. J'ai accepté ton sacrifice avec complaisance. Je t'ai aimée d'un amour éternel et t'ai choisie de préférence à d'autres pour devenir l'Épouse de mon Cœur divin. » Alors le Cœur de Jésus s'ouvrit et la Très Sainte Vierge y fit entrer la petite épouse. « Maintenant, lui dit le Seigneur, tu es toute à moi et je suis tout à toi. Dès maintenant tu ne dois vouloir que ce que je veux, ne désirer que ce que je désire, ne vouloir être que là où je veux que tu sois. Tu ne dois souffrir, travailler et agir que pour moi. Les cadeaux de noces que je te donne sont ceux-là mêmes qui m'ont été donnés pas mon Père céleste, afin que je puisse t'acquérir pour mon épouse : ce sont des souffrances, des persécutions, des humiliations et des peines de toutes sortes. » (Vie, I Theil, Kap. III, § 3.)

« Ma pauvre petite Marguerite, dit Jésus à l'héroïque pénitente de Cortone, n'aie pas de doute sur la pleine et entière rémission de tes péchés. Je t'ai placée pour devenir la lumière éclatante de ceux qui sont placés à l'ombre de leurs vices, et un foyer de chaleur à ceux qui croupissent dans la tiédeur, afin qu'ils m'aiment et qu'ils me suivent avec ferveur. Je t'ai placée pour servir d'exemple aux pécheurs, afin qu'ils apprennent clairement de toi qu'en cédant à mes inspirations et en se préparant, à l'aide de ma grâce, à obtenir leur justification, je suis prêt à user envers eux de la même miséricorde dont j'ai usé envers toi. » (Vie intime, ch. II, § 5.)

En la fête de Noël 1914, Jésus se montra plein de beauté à Sœur Marie-Fidèle. Il lui dit : « J'ai soif d'âmes qui sachent m'aimer comme je désire l'être, qui m'adorent en esprit et en vérité. Veux-tu donner de la consolation à mon Cœur? Veux-tu accepter de nouvelles souffrances et coopérer à la réalisation de mes desseins envers les âmes? Es-tu prête à t'abandonner à moi-même dans la plus grande épreuve, à te laisser consumer comme victime de mon amour, à vivre et à mourir dans cet état? Plonge-toi dans ton indignité totale, enterre-toi dans ton néant et laisse-toi enterrer. Je ne veux de ton côté aucune autre coopération que l'abandon ; tout le reste je veux le faire. » (Éd. allem., p. 160 ; éd. franc., p. 171.)



1. La vénérable Anne-Madeleine Romuzat (1696-1730) fut religieuse au premier monastère de la Visitation de Marseille. Elle avait prédit à Mgr de Belzunce la peste qui devait ravager la ville (1720), et quand le fléau eut éclaté, elle fut chargée par le Seigneur d'amener le pieux évêque à établir dans son diocèse le culte liturgique du Sacré-Cœur. (Vie, Lyon, Vitte, 1894.)


À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 07 Juin 2011, 7:57 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


4. Saintes exigences de Jésus

Jésus dit à Gertrude-Marie : « Je suis un Dieu jaloux. Plus j'aime une âme, plus j'exige d'elle ; elle ne me donne jamais assez, et cela vient de mon ardent amour pour elle. » (29 octobre 1907.)

Le Sauveur dit à Bénigne Gojoz : « Bénigne, demande-moi le salut de mon peuple, demande-moi que je lui pardonne ; emploie à cela tes dix jours (de retraite), ne laisse rien à souffrir pour moi et pour m'obliger à faire grâce au monde, surtout à cet État (le royaume de Savoie). Renouvelle pour cela toutes tes ardeurs et tes plaisirs souffrants. »

C'étaient ses pénitences qu'il nommait ainsi. Il lui en demanda de nouvelles et très rudes. Elle obéit et en fit de prodigieuses sans que Jésus souffrît qu'elle se donnât le moindre soulagement. Une fois, soupirant un peu, il lui arriva de pousser un hélas ! mais le Sauveur lui dit soudain :. « Eh quoi Bénigne est-elle déjà lasse? Cette amante de Jésus veut-elle faire ce que n'a pas fait son Époux et descendre de la croix? Oh ! Bénigne, c'est ce que le Bien-Aimé ne te permettra pas. Tu dois te refuser ce qu'un autre peut raisonnablement s'accorder. »

Je connus alors, dit Bénigne, que les avantages de la souffrance amoureuse sont comme divins, et j'appris que les croix d'élection aident à porter celles de vocation ; que celles d'impression et de participation aux douleurs de Jésus sont les plus pénibles mais aussi les plus méritoires ; que celles que l'obéissance cause et impose sont les plus utiles, et que celles que la Providence permet journellement doivent être portées plus amoureusement, comme étant les plus précieuses. » [Vie, IIIe part., ch. VI.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mer 08 Juin 2011, 8:54 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


5. L'âme doit se faire victime pour consoler Jésus-Victime

Le jour du vendredi saint, au milieu des grâces qu'elle reçut de Dieu, Mechtilde dit au Seigneur : O mon Dieu très doux, qu'est-ce que l'homme peut vous rendre pour vous être ainsi laissé arrêter et lier en ce jour pour son salut? Le Seigneur dit : « Qu'il se laisse lier, volontiers, à cause de moi, du lien de l'obéissance. «

Quelle louange vous rendra-t-il pour ce que vous avez été couvert des sales crachats des Juifs et cruellement souffleté par eux? — « Je te le dis, en vérité, tous ceux qui méprisent leurs supérieurs me crachent au visage. Si l'on veut donc m'offrir une réparation de cet outrage, on doit honorer ses supérieurs. «

Quelles actions de grâces doit-on vous rendre, ô tendre ami, pour les soufflets? — « Que l'on suive rigoureusement les coutumes prescrites et les constitutions de son ordre. «

Quelle louange vous faut-il, ô très fidèle ami, pour la souffrance que vous avez endurée, lorsqu'on enfonça sur votre tête impériale la couronne d'épines, et qu'on en fit sortir le sang avec tant d'abondance qu'il voila toute votre aimable face? — « Que l'homme résiste avec force aux tentations, et autant de fois qu'il en aura surmonté, autant de pierres précieuses il placera sur mon diadème. «

Que faire, ô le plus savant des maîtres, pour les avanies qu'on vous a faites en vous revêtant de blanc comme un pauvre insensé? — « Ne cherchez dans les vêtements ni la parure, ni la rareté, mais seulement la nécessité. «

Quelles actions de grâces, ô l'unique de mon cœur, vous offrir pour votre cruelle et barbare flagellation? — « Que l'on demeure toujours avec moi dans une fidélité et une patience parfaite, dans l'adversité comme dans la prospérité. «

Qu'est-ce que vous accepterez, mon bien-aimé, pour vous être laissé percer les pieds et attacher ainsi à la croix? « Que l'homme dirige vers moi tous ses désirs, et s'il ne peut avoir de désirs, qu'il ait la volonté d'avoir des désirs, et j'accepterai la volonté pour le fait ».

Que lui demanderez-vous pour vous être laissé clouer les mains à la croix? « Qu'il s'exerce en toutes les bonnes œuvres, et que pour moi il évite toute mauvaise action. «

Quelles actions de grâces, ô douceur sans pareille, doit-on vous rendre pour cette plaie d'amour que vous avez reçue en croix, cette plaie qui fit sortir de votre très doux Cœur de l'eau et du sang pour nous guérir? « Que l'homme conforme toujours sa volonté à ma volonté et que ma volonté lui plaise toujours en tout et par-dessus tout. » ! Ire part., ch. XVIII ; éd. lat., p. 51.)




À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Ven 10 Juin 2011, 9:22 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


6. Jésus continue de souffrir dans ses intimes

Le Seigneur dit à Gertrude : « L'amour qui m'animait au temps de ma vie mortelle, lorsque j'endurais en mon corps toutes les angoisses et les amertumes de la passion et de la mort, aujourd'hui même que je suis devenu immortel, je l'éprouve en ton cœur, qui tant de fois s'est ému et pénétré de compassion au sujet de mes angoisses et de mes amertumes pour le vrai salut de tous ceux qui doivent être sauvés. C'est pourquoi je te donne, pour cette compassion avec laquelle tu as compati durant ce jour à mes douleurs, tout le fruit de ma sainte passion et de ma précieuse mort, en augmentation de ta béatitude éternelle. » (Liv. IV, ch. XXV ; éd. lat., p. 379.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Ven 10 Juin 2011, 9:29 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


7. Jésus donnant sa croix à l'âme sa victime

Un jour que, pendant son oraison, Marguerite-Marie considérait Notre-Seigneur sur l'arbre de la croix, Jésus la tint fortement attachée à Lui : « Reçois, ma fille, lui disait-Il, la croix que je te donne et plante-la dans ton cœur, l'ayant toujours devant les yeux et la portant entre les bras de tes affections. Les plus rigoureux tourments qu'elle te fera sentir seront inconnus et continuels : une faim sans te rassasier, une soif sans te désaltérer, une ardeur sans rafraîchissement. »

La sainte ne comprenant pas ces paroles, Notre-Seigneur lui en donna l'explication : « L'avoir dans ton cœur, c'est-à-dire qu'il faut être crucifiée en toutes choses ; la porter entre tes bras, c'est-à-dire l'embrasser amoureusement toutes les fois qu'elle se présente, comme le plus précieux gage de mon amour que je te puisse donner en cette vie. Cette faim continuelle des souffrances sera pour honorer celle que j'avais de souffrir pour mon Père éternel ; cette soif sera de moi et du salut des âmes, en mémoire de celle que j'ai eue sur l'arbre de la croix. » (Éd. Gauthey, II, p. 154.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 21 Juin 2011, 6:04 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


8. Ce que Jésus choisit pour ses amis

Un jour Notre-Seigneur se présenta à sainte Marguerite-Marie, portant d'une main le tableau de la vie la plus heureuse pour une âme religieuse, et de l'autre celui d'une vie abjecte, crucifiée : « Choisis, ma fille, celui qui t'agréera le plus : je te ferai les mêmes grâces au choix de l'un comme de l'autre. » Elle répondit : O mon Sauveur, je ne veux que vous et le choix que vous ferez pour moi. Alors Il lui dit, en lui présentant le tableau de crucifixion : « Voici ce que je t'ai choisi et qui m'agrée le plus, tant pour l'accomplissement de mes desseins que pour te rendre conforme à moi. L'autre tableau est une vie de jouissance et non de mérite pour l'éternité. » (Ed. Gauthey, II, p. 78.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 21 Juin 2011, 6:16 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


9. Ce que préfèrent les amis de Jésus

Le 2 février 1697, Jésus se montra à Véronique Juliani sous les traits d'un enfant de six à sept ans, tenant à la main un lis, une palme et une croix. Il lui dit : Veni sponsa mea (viens, mon épouse) et des saints et des saintes et des anges répondirent : Viens, tu seras couronnée. Alors le Seigneur présenta à la sainte deux couronnes, une d'épines et l'autre de pierres précieuses. Il l'invita à choisir. Sans en choisir aucune, dit la sainte, et toute soumise au divin vouloir, j'avais cependant un vif désir de la couronne d'épines. Le Seigneur me contenta ; de sa main Il me la posa sur la tête et Il donna à la Très Sainte Vierge, qui se tenait près de Lui, la couronne de pierres précieuses. Jésus tenait encore à la main le lis et la palme, et il faisait signe à la sainte de prendre l'un des deux ; sur le lis étaient écrits ces mots : joies et contentements ; sur la palme : combats et victoires. Cette fois encore, je m'en remis au bon plaisir divin. Il me donna la palme, qui, tout aussitôt, devint une croix et Il remit le lis à la Très Sainte Vierge. (Diario, 2 febbraio 1697.)

Notre-Seigneur apparut à la bienheureuse Catherine de Racconigi lorsqu'elle n'avait encore que dix ans, lui présentant deux couronnes : l'une de fleurs, l'autre d'épines. Elle choisit celle d'épines pour être plus semblable à son Bien-Aimé, qui lui dit en souriant : « Je loue ta grandeur d'âme dans le choix que tu fais, mais tu n'es encore qu'une faible enfant, et tes forces ne sont pas en proportion avec ton cœur. Je ne couronnerai donc point encore ton front avec un diadème douloureux : je te le garde pour plus tard. » Elle le reçut, en effet, plus tard.

La bienheureuse Ozanne de Mantoue, favorisée de la couronne d'épines et de la plaie du côté, obtint après un an de prières ferventes la grâce de participer aux autres douleurs de son Époux. Il lui apparut environné d'un admirable éclat et lui dit : « Tu veux donc avoir mes stigmates? » — Oh ! oui, et plus que je ne puis l'exprimer. — « Prends garde, ma fille, lui dit Notre-Seigneur, les douleurs que tu désires sont bien cruelles et au-dessus de tes forces. Il vaudrait mieux pour toi supporter une peine modérée que de succomber sous de nouveaux tourments. Tu te repentiras peut-être de ta demande. » — Rien ne sera trop lourd pour mes épaules, répondit Ozanne, si vous venez à mon secours. Il y a longtemps que j'ai mis mon espérance en Vous ; remplissez donc votre promesse, Notre-Seigneur l'assura de son secours et lui accorda la faveur qu'elle sollicitait.



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 28 Juin 2011, 3:14 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


9. Ce que préfèrent les amis de Jésus

Sainte Catherine de Sienne souffrait beaucoup d'une horrible calomnie ; et elle répandait devant Dieu ses prières et ses larmes, lorsque le Sauveur lui apparut, tenant dans sa main droite une couronne d'or enrichie de pierres précieuses et, dans sa main gauche, une couronne d'épines. « Ma fille bien-aimée, lui dit-Il, apprends qu'il faut que tu portes l'une après l'autre ces couronnes ; choisis celle que tu préfères maintenant. Si tu prends la couronne d'épines pour cette vie, je te garderai pour l'autre la couronne précieuse ; mais si tu prends la précieuse, il faudra porter celle d'épines après ta mort. » — Moi, Seigneur, dit Catherine, j'ai depuis longtemps renoncé à ma volonté et promis de suivre en tout la vôtre : je n'ai pas de choix à faire : mais, si vous voulez que je réponde, je vous dirai qu'en cette vie je préfère et veux être conforme à votre bienheureuse passion, que mon bonheur sera de toujours souffrir pour vous. Aussitôt prenant à deux mains la couronne d'épines, elle la met avec tant de force sur sa tête que les épines y entrent de toutes parts. Alors le Seigneur lui dit : « Toute chose est en mon pouvoir, et si j'ai permis ce scandale, je puis le faire cesser en un instant. Achève l'œuvre que tu as commencée ; ne cède pas au démon qui veut t'en empêcher ; je te donnerai sur lui une victoire éclatante ; tout ce qu'il a préparé contre toi tournera à sa honte et à ta gloire. » (Vie, par le bienheureux Raymond, IIe part., ch. IV.)

Il fut montré à Marguerite-Marie, un jour qu'elle était devant le Saint Sacrement, l'ardeur dont les séraphins sont embrasés, et elle entendit ces paroles : « N'aimerais-tu pas mieux jouir avec eux que de souffrir, être humiliée et méprisée pour contribuer à l'établissement du règne de mon Cœur dans ceux des hommes? » Sans hésiter elle embrassa la croix, toute hérissée d'épines et de clous qui lui était présentée. (Éd. Gauthey, II, p. 304.)



À suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 28 Juin 2011, 3:20 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


10. Ceux qui nous font souffrir sont les instruments de Dieu

Notre-Seigneur voulait que Marguerite-Marie ne cherchât qu'en Lui sa consolation. S'il arrivait, dit-elle, que je me voulusse procurer quelque consolation, Il ne me faisait rencontrer que de la désolation et de nouveaux tourments pour tout soulagement. Il lui dit un jour : « Je te fais bien de l'honneur, ma chère fille, de me servir d'instruments si nobles pour te crucifier. Mon Père m'a bien livré entre les mains cruelles des bourreaux pour me crucifier, et moi je me sers, pour cet effet, à ton égard, de personnes qui me sont consacrées et au pouvoir desquelles je t'ai livrée. Je veux que tu m'offres pour leur salut tout ce que tu souffriras. » (Éd. Gauthey, II, p. 97.)



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mer 29 Juin 2011, 2:42 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


11. Compatissons aux souffrances de Jésus


Après la sainte communion, son divin Époux se présenta à Marguerite-Marie, sous la forme d'un ecce homo, tout couvert de plaies et de meurtrissures : son sang adorable coulait de toutes parts. Il lui disait d'une voix triste et douloureuse : « N'y aura-t-il personne qui ait pitié de moi et qui veuille compatir et prendre part à ma douleur, dans le pitoyable état où les pécheurs me mettent, surtout à présent? » ( Vie, p. 366 ; éd. Gauthey, II, p. 114.)

Le 28 juin 1694, raconte sainte Véronique Juliani, étant la nuit en oraison, Notre-Seigneur se fit voir à moi tout couvert de plaies de la tête aux pieds, et II me dit : « Vois comme m'ont traité les pécheurs. » Et pendant qu'il parlait, ses plaies se rouvrirent, et le sang coulait de toutes parts.

Il me donna alors une certaine connaissance de ce qu'est le péché. Hélas, on n'y pense pas. Je crois que si cette lumière eût duré quelque temps, j'en serais morte de douleur. (28 gennaro 1694.)



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Ven 01 Juil 2011, 7:23 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


12. Les bras en croix


Gertrude dit au Seigneur : Enseignez-moi, mon excellent Docteur, une pratique que nous puissions particulièrement observer en mémoire de votre passion. Le Seigneur répondit : « Priez, les bras étendus, et représentez ainsi à Dieu le Père une image de ma passion, pour le bien et l'amendement de toute l'Église, en union de cet amour avec lequel j'ai étendu les mains sur la croix. » — Si l'on voulait agir ainsi, il faudrait se cacher en un coin, dit la sainte, car ce n'est pas la coutume. Le Seigneur répondit : « Cette attention à chercher un coin me plairait déjà et relèverait cette action ainsi que des perles relèvent une parure. » Et il ajouta : « Si quelqu'un se faisait une pratique de prier ainsi publiquement les bras étendus, sans craindre les contradictions, il me ferait autant d'honneur qu'en fait à un roi celui qui le met sur le trône. » (Liv. IV, ch. XVI.)



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Ven 01 Juil 2011, 7:29 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


13. Dieu en donnant les stigmates se propose le bien des âmes


Le 20 mai 1697, le Seigneur apparaissant à Véronique Juliani lui montra ses plaies et lui dit : « Ces plaies je les ai mises en toi (par les stigmates) pour le bien de toutes ces âmes et aussi du monde entier ; mais je ne trouve personne qui veuille les recevoir. On n'a plus foi en moi ; tous s'appuient sur des créatures aussi fragiles qu'eux-mêmes. Dis tout cela à ton confesseur, manifeste tout, décris tout, afin qu'on sache l'amour infini que je porte à toutes les âmes. De nouveau je te dis de ne pas craindre d'être trompée ; toutes ces œuvres sont miennes ; ce sont les effets de mon amour pour toi, ô mon épouse. »

Mgr Eustachi, évêque de Citta di Castello, avait voulu examiner et faire examiner la plaie que la sainte avait au côté ; il en coûtait extrêmement à celle-ci de montrer cette plaie à différentes personnes ; pour diminuer cette peine, le Seigneur lui envoya une extase, et elle ne put savoir par qui elle avait été examinée. Elle demanda au Seigneur : Combien de personnes ont vu cette plaie, Seigneur, et tout ce qu'ont fait le prélat et mon confesseur était-ce bien de votre goût? Elle reçut de Jésus cette réponse : « Tiens-toi tranquille ; j'ai voulu que tout se passât ainsi, et j'en ai tiré beaucoup de bien pour une âme et j'en tirerai plus encore. J'aime tant les âmes que je voudrais que tout le monde le vît et le connût, afin que se ravivât le souvenir de ma passion, et que se renouvelât parmi les chrétiens la foi qui est bien tombée. On n'a plus que le nom de chrétiens. Surtout, par le moyen de ces plaies qui sont les miennes, dans toutes tes œuvres et tes prières, recommande les besoins de la sainte Église. De nouveau je te confirme comme médiatrice entre moi et les pécheurs. »

Le 2 juin suivant, Il lui dit encore : « Je suis ton Époux, et je veux que tu sois ma médiatrice auprès de tes Sœurs pour les attirer toutes à moi. Je veux me servir de toi. Aussi ces plaies que j'ai mises en toi ne sont pas pour toi seule, mais pour toutes, afin que par ce moyen toutes puissent recevoir le fruit de ma passion. Ces plaies seront un motif de plus d'avoir parmi vous cette vraie charité que je souhaite tant voir dans toutes leurs âmes. Dis-leur de ma part que je les aime d'un amour infini, que toutes se donnent à moi, qu'elles se dépouillent de tout et qu'elles s'abandonnent entièrement à moi. Et tout ce que je te dis, manifeste-le à celui qui tient ma place. » (Diario, 1697.)



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Sam 02 Juil 2011, 6:55 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


14. L'amour tien lieu de stigmate


Pendant qu'elle réfléchissait à la grâce des stigmates accordée par le Seigneur à saint François et à sainte Catherine de Sienne, la Mère Anne-Marguerite Clément sentit une douleur au fond de son cœur aussi violente que s'il eût été percé en cinq endroits ; aussitôt elle entendit ces paroles du Sauveur : « Je veux imprimer sur ton cœur cinq sortes d'amours au lieu des stigmates dont j'ai marqué mes amants, afin qu'ils te soient comme un mémorial qui te fasse toujours souvenir de ma passion et de ma mort. Ils seront comme des pierres précieuses qui orneront ton âme pour me la rendre plus agréable ». Et Il lui expliqua les cinq blessures qu'elle avait reçues :

« La première a été faite par l'amour souffrant qui endure tout sans se plaindre ; la deuxième par l'amour languissant dans l'attente du Souverain Bien ; la troisième par l'amour sincère, pur et dépouillé de tout le créé ; la quatrième par l'amour constant, et fort à porter toutes sortes de tourments ; la cinquième par l'amour persévérant qui ne se lasse point de combattre contre soi-même et contre les ennemis de l'âme. » (Vie, 1915, p. 385.) [/color]



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 05 Juil 2011, 7:49 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


15. Jésus prédit des tribulations à ses amis et leur promet ses faveurs


Le Seigneur dit à Marguerite de Cortone : « Je suis ton Sauveur, ô ma fille, qui ai souffert le supplice de la croix pour effacer la sentence de mort portée contre toi et pour te ramener à moi par la pénitence comme Mathieu et Madeleine. Tu ne sortiras pas de ce monde par le martyre du sang comme saint Mathieu, mais de même que Madeleine a été l'objet de nombreux murmures après avoir foulé aux pieds ses vains ornements pour me suivre, ainsi beaucoup se moqueront de toi, parce que tu marches à ma suite. Toutefois n'en aie cure, puisque tu es ma fille, mon amie, ma sœur, que j'aime par dessus toutes les femmes qui vivent à présent sur la terre. Dis à ton confesseur de demander au Père Jean de prier instamment pour toi, car tes peines seront telles que tous deux auront des doutes à ton égard, et ces doutes resteront fixés dans l'esprit d'un certain nombre jusqu'à ta mort... Je ne veux pas que tu examines tes peines, ni que tu les comptes, mais que tu reposes avec elles entre les bras de mon amour. .. » (Vie intime, ch. V, § 15.)

« Ne crains pas que les promesses que je t'ai faites ne s'accompliront pas ; tu seras grande dans le ciel, si tu supportes sans murmurer et sans te plaindre les peines que je t'ai annoncées. » (Ibid., § 16.) Donnez-moi, demande Marguerite, une pleine sécurité de vos promesses. — « Tu ne peux posséder, dit le Seigneur, cette sécurité pendant ta vie, tu n'en jouiras que dans le ciel. » — Seigneur, reprit Marguerite, vos saints ont-ils éprouvé comme moi cette inquiétude? — « J'ai donné à mes saints la force dans leurs supplices ; la sécurité, ils ne l'ont eue qu'au ciel. (§ 17.) Tes peines croîtront, parce que le temps de ta vie sera abrégé » ; elle vécut cinquante ans, elle avait trente ans lors de sa conversion. (§ 27.) « Tu n'auras une confiance pleine et parfaite que dans la gloire de mon royaume. J'agis ainsi afin que tu conserves les grâces que je t'ai accordées, que tu les augmentes et que tu restes dans la vigilance et la sollicitude de ton salut. » (§ 29.) « Tu crois, lui dit-il un autre jour, avoir passé l'océan des tribulations que tu dois endurer, mais tu souffriras encore beaucoup de peines, de murmures, et tu seras délaissée. (§ 28.)

Je ne veux pas que tu goûtes l'allégresse en ce monde, pas plus que je ne l'ai goûtée moi-même. Tu me suivras en partageant mes peines. Je te prépare des tribulations, parce que tu es dans la voie et non dans la patrie. Je serai et je ne serai pas avec toi. Je te revêtirai de ma grâce, mais tu t'en croiras dépouillée, parce que tout en étant en toi, je ferai en sorte de n'être pas reconnu. Je veux te conserver dans ma crainte, afin que tu croisses en ma grâce. (§ 33.) Sache que d'ici peu ton confesseur s'efforcera de t'aider dans tes peines, sans pouvoir réussir, parce que je t'appelle à moi par cette voie. (§ 39.) Tu n'auras jamais de toi une complète sécurité pendant ta vie, ni même ceux qui te dirigent.


Tous les jours de ta vie jusqu'à celui de ta mort, tu recevras de nouvelles grâces et aussi de nouvelles afflictions. (Ch. VII, § 21.) Jusqu'à la fin de ta vie tu croîtras sans cesse dans mon amour. (§ 25.) Prépare-toi aux combats et aux souffrances, car ils seront rudes et terribles tout le temps de ta vie. Comme on purifie l'or en le jetant dans la fournaise, ainsi je te purifierai par les tribulations, les tentations, les infirmités, les douleurs, les craintes, les veilles, les larmes, la faim, la soif ; lorsque tu seras ainsi purifiée, tu passeras à la gloire de l'éternelle félicité. Cependant ne te laisse pas abattre, arme-toi de courage, souffre avec joie toutes ces épreuves, je serai avec toi et je te soutiendrai par les consolations de ma présence. (Ch. V, § 1er.) Ne cherche pas mes baisers, ô ma fille, avant d'avoir souffert pour mon amour toutes les peines qui te sont réservées. » (Ch. VI, § 11.)



A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mer 06 Juil 2011, 7:33 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


15. Jésus prédit des tribulations à ses amis et leur promet ses faveurs


Un jour de vendredi saint le Seigneur montra dans une vision au vénérable Bernard-François de Hoyos comment les princes des prêtres et les anciens du peuple l'avaient traité d'imposteur, de menteur et d'hypocrite ; et Il lui dit : « Le jour viendra où toi aussi on te traitera d'imposteur, de menteur et d'hypocrite ; regarde-moi bien, et fais selon le modèle que je te montre. » (Vida, XII.)

Ce matin, raconte Gertrude-Marie, aussitôt après la communion, Jésus se présente à moi : « Veux-tu tout ce que je veux pour toi? » Malgré ma crainte (car je sais les dons que Jésus fait à ses amis), je réponds : Si tu me promets ton amour, ô mon Jésus, j'accepte tout ce que ton Cœur me prépare. — « Je puis écrire? » m'a dit Jésus. — Oui, mon Jésus, écrivez. Ouvrant son Cœur, Jésus a écrit sur la première page de ce livre sacré : « Mon épouse s'engage à vivre dans la mortification, la souffrance, l'humiliation, la pauvreté, le mépris et l'abandon. » Sur la seconde page le divin Maître écrivit : « En retour je m'engage à soutenir mon épouse de ma grâce, non toujours sensible mais forte, et à lui donner mon amour. » (16 octobre 1904.)

Aujourd'hui dans la méditation, on posait cette question : Voulons-nous aimer du même amour que sainte Thérèse? Jésus alors m'a conduite auprès d'une fournaise ardente et Il m'a dit : « As-tu le courage de t'y précipiter? Auras-tu le courage d'y demeurer? Pour arriver à l'amour dont m'a aimé Thérèse, il faut passer cette fournaise ; c'est la fournaise du divin amour. Tu y souffriras ; l'amour veut la souffrance, le sacrifice... L'amour a ses tourments et parfois épouvantables. » (15 octobre 1907.)

Un jour que Marie-Josèphe Kumi était plongée dans un océan de désolation tel qu'il lui semblait frôler le désespoir, elle pria le Seigneur d'éloigner d'elle ce calice, si cela était possible. « Quoi donc, répondit le Seigneur, ton Époux, l'homme de douleurs, n'a pas été exaucé quand Il demandait à être dispensé du sien ; penses-tu l'être davantage? » (Ch. XVII.

Sainte Jeanne de Chantal avait entendu des paroles semblables le vendredi saint de l'année 1637 ; elle demandait avec instance que, si ce n'était pas contraire à la volonté divine, le calice de ses peines intérieures fût éloigné d'elle. Alors une voix lui dit fermement : « Quoi l'Homme de douleurs n'a pas été exaucé : ne prétendez pas l'être. » (Mémoire de la Mère de Chaugy, p. 468.)

Une nuit après Matines, le Seigneur fit voir à Véronique Juliani toute une troupe de soldats : « Tous ceux-là que tu vois, lui dit-Il, ne pense pas que ce soit des créatures humaines, ce sont des démons qui viennent pour te faire la guerre, à toi et à tout ce monastère. Mais sois tranquille, je suis avec toi mais il y aura à combattre, et ton confesseur aura sa part de ces luttes. Dis-lui de ma part qu'il n'ait en vue que ma gloire et le bien de chacune des âmes, et qu'il aille de l'avant. Que l'on dise ce que l'on voudra, il devra n'y pas prendre garde. Je suis pour lui, qu'il ait confiance en moi. » [Diario, 10 giugno 1695.)

Le matin du même jour, à la sainte communion, le Seigneur montra à Véronique une grande croix, lui disant : « Cette croix t'est destinée, je te la mettrai sur les épaules, mais je t'aiderai... Cette croix est le gouvernement de ce monastère ; je veux que tu aies cette charge pour accomplir tous mes desseins sur toi ; il y aura là pour toi de grandes souffrances, mais ne crains pas, je suis et serai toujours avec toi. » (Ibid.)

La sainte demandait souvent au Seigneur d'augmenter ses peines ; Jésus lui dit un jour : « Si tu demandes des peines, il faut que ton amour grandisse. » (11 giugno 1697.) « Tu es ma bien-aimée, lui dit-Il une autre fois, c'est pourquoi je veux que la souffrance soit constamment avec toi. » (6 gennaro 1699.) Un jour Il lui fit voir tous les instruments de sa passion et lui dit : « Ils sont tous pour toi, et tu dois participer à tous les tourments qu'ils me causèrent. Ce sera pour toi une cruelle torture ; mais elle te servira de purgatoire et ton âme sera purifiée de ses péchés comme l'or dans le creuset est purifié par le feu. » (15 octobre 1702.) Une autre fois Il la conviait par un appel pressant à partager ses douleurs : « Apprends de moi que je suis doux et humble de cœur. Allons ! Cœur pour cœur, vertu pour vertu. Unis-toi à moi ; vis toute pour moi ; donne-toi toute à moi. Que fais-tu, âme nonchalante? Ne vois-tu pas que mes peines te crient de me suivre, que les fouets de ma flagellation, que mes angoisses et toutes mes douleurs t'invitent, que les épines, les clous et la croix sont autant de voix qui pénètrent dans ton cœur et dans ton âme? C'est moi qui te parle, et qui par ces instruments de ma passion te fais participante de mes douleurs, afin que tu apprennes à souffrir et dans les souffrances à pratiquer toutes les vertus, car les souffrances et la vertu vont toujours ensemble. » (19 avril 1715.)


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les victimes de Jésus Empty Re: Les victimes de Jésus

Message  Monique Mar 12 Juil 2011, 7:27 pm

LES VICTIMES DE JÉSUS



I. — Jésus veut et se choisit des victimes


15. Jésus prédit des tribulations à ses amis et leur promet ses faveurs


Un jour que toutes les Sœurs se hâtaient pour aller entendre la parole de Dieu, la Sœur Mechtilde malade dut rester dans sa cellule. Comme elle s'en plaignait au Seigneur, le consolateur des affligés lui apparut sous l'habit des Frères Prêcheurs et lui fit ce sermon : « Vois, mon épouse, comme mes yeux sont beaux, comme ma bouche est droite, comme mon Cœur est embrasé, comme mes mains sont fines et délicates, comme mes pieds sont agiles et imite-moi. Tu dois endurer avec moi les souffrances de ma passion : on te trahira par envie, on cherchera à s'emparer de toi par des détours, on te prendra par la haine, on te liera par des calomnies, on te voilera les yeux en refusant de croire à tes paroles ; la haine du monde te frappera de ses soufflets, tu seras enchaînée par l'obéissance, tu seras traduite au tribunal de la confession, frappée par l'imposition de la pénitence, envoyée avec mépris à Hérode, dépouillée dans l'exil, flagellée dans la pauvreté, couronnée des épines de la tentation, couverte des crachats du mépris ; tu porteras ta croix dans l'horreur que t'inspireront les péchés, tu seras crucifiée en renonçant à tout ce qui serait conforme à ta volonté, clouée à la croix par l'exercice des vertus ; blessée par l'amour tu mourras en croix restant immobile par ta persévérance. Ton cœur sera percé par l'amour ; tu seras détachée de la croix en triomphant de tes ennemis, tu seras ensevelie par l'humiliation ; tu ressusciteras des morts en expirant pieusement, tu monteras au ciel enlevée par le souffle de Dieu. » (Liv. Ier, ch. XIII.)

Quand le projet formé par sainte Thérèse d'établir un couvent réformé fut connu à Avila, une violente persécution s'éleva contre elle. Je ne savais, dit-elle, que devenir. Comme je me recommandais à Dieu, Notre-Seigneur daigna me consoler et m'encourager : « Je verrais par là, me dit-Il, ce qu'avaient souffert les saints qui fondèrent les ordres religieux : il me restait encore à souffrir des persécutions plus nombreuses que je ne pouvais l'imaginer, mais nous ne devions pas nous en mettre en peine. » ( Vie, ch. XXXII.)

Notre-Seigneur apparaissant un jour à la Mère Élisabeth de la Croix (1) lui dit qu'il l'avait choisie particulièrement pour la croix, qu'elle n'était pas appelée à de certaines opérations de son divin amour qu'elle avait lues dans les vies de quelques saints, mais bien pour souffrir et par ses souffrances coopérer au salut des âmes et qu'ainsi, en quelque lieu qu'elle fût, elle ne pensât pas à être exempte de peines. Un jour Notre-Seigneur lui dit : « Suis-moi » et elle vit le chemin par lequel Il voulait qu'elle Le suivît, tout parsemé de croix grandes et petites. (Ire part., ch. Ier.)



(1) La Mère Marie-Élisabeth de la Croix (1582-1629) fut la fondatrice d'un couvent de Refuge pour les repenties à Nancy. Boudon a écrit l'histoire de sa vie, qui fut celle d'une sainte. (Œuvres de Boudon, Migne.)


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum