Artémas, Zénas : Qui sont-ils ?

Aller en bas

Artémas, Zénas : Qui sont-ils ? Empty Artémas, Zénas : Qui sont-ils ?

Message  Louis Ven 03 Avr 2020, 7:04 am

Artémas, Zénas  

I

L'an 58 de Notre-Seigneur, la quatorzième année de saint Pierre à Rome, la deuxième année du règne de Néron, sous le consulat de Quintus Volusius et de Publius Cornelius Scipion, le grand Apôtre avait quitté l'île de Crète, pour passer dans la Grèce. Comme l'infatigable missionnaire se disposait à porter l'Évangile dans toutes les contrées qui séparent la Grèce de 1'Illyrie, il fait part de son projet à son cher Tite, demeuré dans l’ile de Crète.

II

Au dernier chapitre de sa lettre, il lui donne un ordre, malheureusement trop oublié de nos jours. « Jugez, lui dit-il, celui qui est hérétique, après un premier et un second avertissement, sachant qu'un tel homme est perverti, et qu'il pèche, étant condamné par sa propre conscience.

« Après que je vous aurai envoyé Artémas ouTychique, hâtez-vous de venir près de moi à Nicopolis, parce que j'ai résolu d'y passer l'hiver. Envoyez, devant, Zénas le Jurisconsulte et Apollon, ayant soin que rien ne leur manque. Que nos frères apprennent aussi à être les premiers à pratiquer les bonnes œuvres, lorsque la nécessité le demande, afin qu'ils ne demeurent point stériles. »

III

L'ordre donné par l'Apôtre de fuir les hérétiques peut paraître sévère, il n'est que juste. Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. Ce proverbe est éternellement vrai. L'expérience de tous les jours prouve que la fréquentation des mauvaises compagnies est un grand danger. Or, il n'y a pas de plus mauvaise compagnie que celle des hérétiques.

Comment ne serait-il pas plein de périls, le commerce avec des personnes qui nient ce que nous croyons et qui sont en état de révolte permanent contre l'Eglise? D'ailleurs, cette exclusion, ou, si on veut, cette excommunication de l'hérétique, repoussé du commerce des catholiques, est de nature à le faire rentrer en lui-même et à préparer son retour au bercail. Qui oserait alarmer saint Paul, et en remontrer à l'Apôtre des nations ?

Nicopolis, où saint Paul se proposait de passer l'hiver…


Dernière édition par Louis le Lun 06 Avr 2020, 7:07 am, édité 1 fois (Raison : Insertion du lien de Tychique.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14486
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Artémas, Zénas : Qui sont-ils ? Empty Re: Artémas, Zénas : Qui sont-ils ?

Message  Louis Sam 04 Avr 2020, 7:34 am

Artémas, Zénas

SUITE

IV

Nicopolis, où saint Paul se proposait de passer l'hiver, aujourd’hui Prévésa Vecchia était une ville de l'Épire. Son nom qui signifie ville de la Victoire, lui fut donnée par Auguste, en mémoire de la bataille navale d'Actium, livrée près du promontoire de ce nom, et dans laquelle il remporta une victoire décisive sur Antoine et Cléopâtre.

V

Avant de parler d'Artémas, considérons la charité de saint Paul. Nous y trouverons un précieux trait de mœurs des premiers chrétiens. En père plein de sollicitude, il veut que rien ne manque aux deux voyageurs qu'il demande, Zénas et Apollon. L'évêque de Crète, Tite, était plus riche de vertus que des biens de la fortune : saint Paul ne l'ignore pas. Aussi veut-il que les juifs pourvoient aux frais du voyage.

Tel est donc le sens de sa recommandation : « Vous me direz, mon cher Tite, que vous êtes pauvre et que vous ne pouvez subvenir aux dépenses du voyage : je le sais. Avertissez donc les frères d'exercer la charité à l'égard de ces ministres du Seigneur. Dites-leur qu'il ne suffit pas de croire, mais qu'il faut encore pratiquer de bonnes œuvres, et se montrer dévoués envers leurs maîtres dans la foi. »

VI

Les paroles de l'Apôtre ne furent pas un vain son. Rien n'est plus connu que la charité des premiers chrétiens et l'empressement fraternel avec lequel ils exerçaient l'hospitalité. Entre mille nous en avons un exemple dans le fait suivant.

Un auteur païen, Lucius, rapporte que le fameux imposteur pèlerin se faisait passer pour chrétien et même pour prédicateur, certain d'être reçu, hébergé, nourri par les chrétiens, et même accompagné par eux de village en village. Aussi, continue l'historien, il marchait toujours, comme un personnage respectable et respecté, entouré de charitables chrétiens.

VII

Suivant la tradition, Artémas était un des soixante-douze disciples choisis par Notre-Seigneur. Cette glorieuse qualité fait comprendre la confiance que saint Paul avait en lui, puisqu'il l'envoie en Crète, afin de tenir la place de saint Tite, lorsque le digne évêque serait venu à Nicopolis rejoindre son maître.

Artémas devint évêque de Lystres, ville importante de l'Isaurie, sur les frontières de la Lycaonie. Là le vrai et dévoué disciple de Notre-Seigneur déjoua les artifices du démon, détruisit son règne et établit celui du divin Maître.

Quand on parle du règne du démon dans le paganisme…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14486
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Artémas, Zénas : Qui sont-ils ? Empty Re: Artémas, Zénas : Qui sont-ils ?

Message  Louis Dim 05 Avr 2020, 6:52 am

Artémas, Zénas

SUITE

VIII

Quand on parle du règne du démon dans le paganisme, il ne faut pas entendre seulement l'action souveraine que Satan exerçait sur les âmes, par les passions qu'il fomentait, mais son action matérielle par les prestiges qu'il opérait et par les oracles qu'il rendait. Le monde était plein de ces temples à oracles. Témoin oculaire, Tertullien nous dit que le globe en était encombré : Oraculis stipatus orbis.

IX

Des processions innombrables se succédaient continuellement à. Delphes, à Délos, à Préneste et dans cent autres villes de l'Orient et de l'Occident. Les plus grands personnages dans la guerre, dans les lettres et dans la philosophie, se faisaient un devoir de venir consulter les oracles. Des temples splendides étaient élevés au démon, de riches offrandes et de nombreux sacrifices proclamaient sa puissance et la reconnaissance de ses adorateurs.


Note de Louis : Ne pas oublier que les paragraphes X et XI ont été écrits au 19e siècle.

X


Satan ne change ni ne vieillit. À l'heure qu'il est, il continue de régner matériellement chez toutes les nations idolâtres de l'Afrique, de l'Océanie et des autres parties du monde. À qui devons-nous de n'être pas ses esclaves ? Au Christianisme! A qui devons-nous le Christianisme? Après Notre-Seigneur, nous le devons aux Apôtres, aux martyrs, à tous ces infatigables missionnaires des premiers siècles, qui, au péril de leur vie, au prix de leur sang, parcourent l'Orient et l'Occident pour semer la vérité et remplacer le règne du démon par celui du Rédempteur.

XI

Et il y a aujourd'hui des hommes, en grand nombre, qui attaquent le Christianisme, qui l'insultent, qui voudraient l'anéantir. Ingrats qui oublient ce qu'ils doivent au Christianisme! Forcenés qui s'acharnent à démolir un édifice qui, en tombant, les écraserait sous ses ruines, eux et la société tout entière ! Plaignons-les et prions pour eux !

XII

Les deux envoyés demandés par saint Paul sont, comme nous l'avons vu, Zénas et Apollon. Ce dernier nous est connu pour un homme très éloquent et très versé dans la science des Écritures. Zénas, qui est ici nommé pour la première fois, était un jurisconsulte habile. Ainsi le grand Apôtre voulait avoir près de lui deux hommes capables de défendre la doctrine chrétienne contre les juifs et contre les gentils. L'histoire ne nous a conservé aucun détail sur saint Zénas, Les traditions orientales le font évêque de Diospolis ou Lydda, en Palestine. Consolons-nous; sa vie cachée en Dieu nous sera révélée au jour du Jugement, et une fois de plus, nous bénirons ceux qui furent les zélés coopérateurs des apôtres dans l'évangélisation du monde.


Voir :  Bar., an. 59, n. 1, Cor. in Ep. ad Tit, c. III 13-14; Maistre p. 299 et 432.

FIN.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14486
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum