Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français)

Aller en bas

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Empty Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Jeu 15 Aoû 2019, 9:07 am

https://messe.forumactif.org/t8688-dr-carlos-a-disandros-doctrinal-precisions-t-s-benns#151498


Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns, 2007)


Introduction

Il est toujours éclairant de passer en revue les endroits où nous sommes allés à différents moments de notre développement et de notre existence en tant que catholiques. Le travail du Dr Carlos A. Disandro nous éclaire sur la situation actuelle et sur le peu de choses qui ont vraiment changé. Mais surtout, ses écrits soulignent que l'incompréhension de la relation entre la doctrine et la discipline, commencée au "Vatican II", a continué jusqu'à ce jour à tourmenter le traditionalisme. Elle a creusé le fossé entre les différentes sectes traditionnelles à tel point que la discipline s'est réduite à une question d'opinion inexpérimentée, chacun pouvant accéder à un livre de droit canonique qualifié de "canoniste" (et ici je ne m'exclus pas). Ces lois telles que Cum ex, issues de l'autorité doctrinale de l'Église, ont été perdues dans le remaniement canonique, comme Disandro le souligne avec compétence dans ses Précisions.

En conséquence, les traditionalistes "incohérents" de Disandro continuent de diffuser des informations concernant Cum ex qui sont non seulement fausses, mais qui portent atteinte à la doctrine. Le fait qu'ils continuent de faire circuler ces documents après une vingtaine d'années sans avoir fait de recherches plus poussées ou sans avoir réexaminé leur position est assez étonnant. Mais qu'à ce jour, ils n'aient jamais découvert ni crédité l'homme qui a découvert la première version latine, l'a traduite et l'a même publiée commentée une seconde fois 10 ans plus tard, est étonnant. Disandro fut pratiquement le père du mouvement sédévacantiste, du moins en Amérique du Sud. Nous avons correspondu pendant plusieurs années, envoyant des articles et des livres dans les deux sens. Ses livres s'inscrivent avec des mots aimables comme "Pour mon distingué ami, avec des salutations cordiales", une douce brise dans un monde traditionnel alors hostile. Bien qu'il ait félicité ma ferveur de vouloir mettre fin à la sede vacante, il n'a pas appuyé l'élection de David Bawden. C'est à mon grand regret qu'il soit mort avant que je reprenne mes esprits. C'est peut-être pour cette raison que je me sens obligé de continuer sa défense de Cum Ex et de me battre comme il s'est battu pour défendre le taureau qu'il croyait être la réponse à la folie qui nous avait déjà submergés.

Alors que certains ont remis en question ses affiliations politiques pendant le régime Peron en Argentine, son pays natal,  l'analyse de Disandro de la situation religieuse à la suite du faux Concile Vatican II était doctrinalement saine et sans compromis. Suite à une rencontre entre Marcel Lefebvre et des intellectuels catholiques argentins en 1977, Disandro a publié une déclaration proclamant ce qui suit :

L’Église souffre d'une persécution globale menée par des loups déguisés en bergers - ceux qui ont pris possession de LA VOIE VACANTE DE ROME - une guerre menée par le puissant hérésiarque Montini.

CELUI QUI DIRIGE, PROMOUVE ET ENCOURAGE CETTE GUERRE NE PEUT PAS ÊTRE UN PONTIFE ; la prophétie de La Salette s'est réalisée.

• St. Robert Bellarmin : Un pape hérétique cesse d'être pape et doit être déposé.

L'Église subit une infiltration exercée par une hérésiarche qui rejoint l'arianisme, le nestorianisme et le christianisme juif.

L'hérésie monténienne cherche à renverser la SEMANTIQUE DE LA FOI ET ABOLIR L’ÉGLISE ; à construire en Sa place et dans le cœur des fidèles le royaume apocalyptique de la Bête. Nous savons cependant que l'Église triomphera toujours...

Il y a un usurpateur au Siège Apostolique... La nouvelle messe est une fausse messe et les fidèles sont revenus à l'idolâtrie. Les jours d'Hénoc et d'Élie sont arrivés.

Que Notre-Dame de Lépante garde et anime la foi des peuples ibéro-américains, car les nuages sombres et menaçants de la tyrannie bolchevique sont déjà à l'horizon.

En 1978, l'Institut de San Anastasio de Cordoue, en Argentine, a publié la première édition de Disandro de Cum ex Apostolatus Officio en latin, présentée côte à côte avec sa traduction espagnole de la Bulle. Une deuxième édition a suivi en 1987. Disandro a traduit le Taureau du texte latin du Magnum Bullarium Romanum, pages 829-831. Évidemment, les membres de la Société de Saint Pie X en Argentine ont critiqué l'œuvre de Disandro. Des publications telles que Veritas et The War Is Now publient maintenant des parties du Bull, sans faire de commentaires. Bp. Thuc a cité le Bull dans sa déclaration. La Bibliothèque catholique britannique (BCL), d'abord dans Under the Laws of the Catholic Church the Papal See is Vacant et aussi dans l'une de ses "Library Letters", a publié la Bulle entière et a écrit ce qui semble être le seul autre commentaire existant sur elle. BCL et le professeur Benjamin Dryden ont tous deux traduit le Bull, et Dryden a maintenu qu'il avait été abrogé. Les traditionalistes maintiennent encore son abrogation aujourd'hui. Disandro le nie avec véhémence, comme le démontre son travail ci-dessous.

T. Stanfill Benns


A VENIR... Les Papes Paul IV et Benoît XV - Précisions doctrinales, par le Dr Carlos A. Disandro

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Untitled Professeur Dr Carlos Alberto Disandro
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Empty Re: Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Ven 16 Aoû 2019, 9:34 am

Les Papes Paul IV et Benoît XV - Précisions doctrinales

par Carlos A. Disandro (traduit de l'espagnol)



Première partie

Les changements doctrinaux illicites, contraires à la foi et à la Tradition, accompagnés du progressisme dialectique de l'Église ; les changements culturels, provenant d'une même source, surtout dans la destruction grave des rites et du langage liturgiques ; et enfin la guerre sémantique qui affecte la totalité organique de l'Église - mystique, sectaire, doctrinale, théologique et disciplinaire - tout cela procède pour traiter un passé vénérable comme ayant été supprimé, un passé qui est intouchable. Ils prétendent établir une autre Église dans le monde, celle qui procède d'une histoire en évolution et de la convergence œcuménique d'une religiosité universelle supposée.  Il ne faut donc pas s'étonner que la confusion, autorisée depuis le cœur du sanctuaire, se soit étendue à des longueurs imprévues, rendant la foi méconnaissable.

Telle serait la question, tant dans les milieux traditionnels que progressistes, de l'admission des cardinaux excommuniés dans les conclaves légitimes, par la mention précise d'une telle circonstance dans la Constitution apostolique du Pape Pie XII, Vacantis Apostolicae Sedis, 8 décembre 1945. Pie X, Vacante Sede Apostolica, du 25 décembre 1904, dans laquelle on trouve également une telle mention. La question acquiert une pertinence particulière dans les milieux traditionnels à travers le texte des propos de Mgr Marcel Lefebvre, en raison du "conclave" qui a élu Luciani (un faux pape) à la papauté, situation qui s'est bien sûr répétée avec le deuxième "conclave" de 1978, qui a choisi Wojtyla comme pape - tout aussi faux en ce qui nous concerne. En fait, Mgr Lefebvre, afin de renforcer son opinion sur les critères possibles de nullité du conclave, a fait remarquer que le Motu Proprio de Paul VI, Ingravescentum Aetatem, (sans effet à notre avis, puisque Paul VI est un faux pape), après avoir enlevé le droit de vote à certains cardinaux à cause de leur âge avancé, se trouvait en contradiction.

Par conséquent, dit le communiqué, il incluait des cardinaux excommuniés comme ayant une grave obligation de voter. Mais l'argument de Mgr Lefebvre, très franchement, est faible, dans la mesure où le Motu Proprio Montinien complète et achève la Constitution de Paul VI, Eligendo Pontifice (Pour l'élection du Pape), qui [suppose ainsi Lefebvre] subroge celle de Pie XII déjà mentionnée. Cette substitution se poursuit, exposant à tous égards la même chose, forçant la question chargée de problèmes inévitables. En effet, C'EST LE SYSTÈME MONTINIEN DE L'UTILISATION DE LA DISCIPLINE CANONIQUE EN ORDRE DE DÉCHARGER LES DOCTRINES ET LA TRADITION, ce qui est important car il révèle le caractère nul de ces décisions et substitutions. C'est ainsi qu'est apparue la question des "cardinaux excommuniés", légitimement présents dans un conclave légitime (selon l'arrangement des papes St Pie X et Pie XII, papes légitimes) dans la lignée des documents précédents qui ne sont plus d'intérêt. Mais tout cela s'est produit dans un contexte canonique absolument distinct.

A SUIVRE...

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Carlos+a_+disandro

Professeur Carlos Alberto Disandro
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Empty Re: Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Sam 17 Aoû 2019, 10:00 am

Entre-temps, au début de 1978, avant la mort de Paul VI, nous avions publié à Cordoue, en Argentine, la Bulle du Pape Paul IV, Cum ex Apostolatus Officio ; et nous avions fait connaître, pour la première fois en langue espagnole, le Motu Proprio du Pape Saint Pie V, Inter Multiplices, qui a confirmé et renouvelé l'arrangement de la  précédente Bulle de Paul IV. Mais il y avait une contradiction : nous qui avons affirmé la force de la Bulle et du Motu Proprio que nous venons d'évoquer, nous avons été confrontés à une résolution du Pape Pie XII, qui semblait annuler, en faveur des progressistes, la question des "cardinaux dépouillés du droit de vote", et nos arguments, interdits par une large majorité de cardinaux monténiens, ont disparu. Mais en réalité, tout cela soit indique un sophisme qui confond tous les concepts simples, comme nous allons le voir, soit se traduit simplement par une ignorance des plus inhabituelles en ce qui concerne les relations entre doctrine et discipline.

Non contente de cela, la propagande confuse qui semble avoir massivement envahi tout le christianisme, peut-être comme témoignage ou prélude à une grande apostasie explicite, a commencé à renforcer les arguments contraires à la Bulle, soutenant qu'il avait été dérogé par le Code de droit canonique de Benoît XV. Ainsi ont été posées deux questions complémentaires qui semblaient favoriser le traditionalisme mitigé et donc le progressisme : qu'un bulle à perpétuité pourrait être abrogé (avec lequel tombe un argument canonique en faveur du Bull Quo Primum) ; et qu'un code disciplinaire pourrait annuler comme législation positive de l'Église une question qui renvoie au cœur de la doctrine même. La discipline acquerrait ainsi la primauté sur la doctrine, et s'achèverait aussi, d'une manière subreptice mais efficace, l'une des grandes aspirations du progessivisme : inclure toute contestation, ancienne et moderne dans le contexte d'une loi disciplinaire, [ED. NOTE : quelles lois peuvent être soumises à changement]. Il est logique que ce changement de doctrine puisse entraîner un changement de doctrine, habilement voilé par l'opération d'un subtil transfert théologique et sémantique.

Par conséquent, si même le culte s'avère être une affaire disciplinaire (une certitude pour les progressistes), il ne semble pas que Paul VI serait incapable de dicter, réformer, annuler ou confirmer son Novus Ordo contraire à la Tradition, AU NOM DE LA DISCIPLINE. Le Révérend Kinkead nous dit dans son Catéchisme de Baltimore n° 3 que la liturgie fait partie de la Tradition révélée. Par conséquent, pour la mentalité historiciste, judéo-chrétienne du progressisme, toutes les abolitions, les immersions et les changements subtils ont eu lieu dans le terrain d'épreuve de la discipline, avec les changements dans la Doctrine, comme dans un processus évolutif, se transférant et se suivant consécutivement. [ED. NOTE : En d'autres termes, changez la discipline et la doctrine changera automatiquement.] Ici ont été exposés, avec la plus grande crudité possible, le "bruit nouveau" opposé à la vraie tradition, les faux sons avec lesquels ils veulent enterrer (pour toujours, si cela était possible) l'ancienne résonance de la Tradition, qui est la tunique sans couture du Christ, afin d'accueillir les abolitions, changements et sémantiques de l'Aggiornamento.  Elle souligne cette question théologique : dans l'Église, la CHAINE DE LA DOCTRINE AVEC DISCIPLINE suit le cours de la FOI INVIOLABLE - du Paradosis (mot grec pour tradition, ou transmission) des Apôtres - par le soin, la vigilance et la prononciation desquels le Pontificat existe. (ED. NOTE : Ou comme l'a écrit le Pape Pie IX dans son encyclique Quartus Supra : "La discipline est le rempart de la foi.") Penser à un pontife chargé de subvertir cette chaîne est une grande contradiction de notre époque apostat, singulièrement en vigueur sous le règne malheureux de Paul VI.

Précisions doctrinales du Dr Carlos A. Disandro (T. S. Benns) anglais/français) Carlos+a_+disandro
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum