Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

3 participants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Mar 30 Avr 2019, 8:32 am

-44-

Ces deux derniers attributs sont niés par les protestants. C'est aussi la raison de la réaction du cardinal Antonio Bacci et d'Alfredo Ottaviani, à travers le célèbre Breve esame critico (Ottaviani Bacci 1969, voir aussi Cavaterra 1990, 117-119). Pour être valable, la liturgie doit être célébrée par un devoir ordonné, avec le matériel prescrit (pain / azimut et vin), récitant la formule consacrée ("Prenez...", "Beti...") et l'épiclétique, l'intention de célébrer le sacrifice selon la volonté de l'Église. L'intention doit être explicite, un fait établi en lisant / disant des prières de prière. L'élimination de l'offre mène à une intention imprécise. Ainsi, un prêtre éduqué dans l'ancienne tradition qui souhaite réaliser la transsubstantiation (une doctrine commune avec l'Église orthodoxe - transformation, dénaturation) célébrera une liturgie valide après le nouveau rite, mais un prêtre qui veut réaliser le concept de transsubstantiation  par le P. Edward Schillebeeckx (1914- 2009) à travers ce nouveau rite, va créer autre chose que la Sainte Communion. Le nouveau rite est sans équivoque, et non univoque, comme ce fut le cas précédemment.

La réintroduction des prières d'offrandes élimine l'ambiguïté. Le nouveau rite, cependant, était anobli dans les régions où le clergé ne s’occupait pas d’expositions liturgiques, mais de la lutte pour conserver la foi dans les pays situés au-delà du rideau de fer sont divinement purifiés de tout combat spirituel spirituel (rappel de la justice divine, condamnant et réprimandant les péchés), donnant une douce image du texte biblique. Une lecture complète de ces dangers produira une attitude spirituelle complètement différente. Ici, nous ne faisons pas référence aux traductions du nouveau rite dans les langues vernaculaires, mais aux principes sous-jacents sur lesquels il repose.

Le nouveau rite s'est achevé avec l'introduction du nouveau bréviaire (par la Constitution apostolique Laudis canticum 1.11.1970) dans laquelle les péricopes bibliques ont subi la même censure, des hymnes vénérables ont été abandonnés, etc. Les traductions du nouveau rite dans les langues vernaculaires ont créé de nombreuses confusions et consternations, les réactions de Tito Casini étant courantes dans d'autres espaces linguistiques. Les mauvaises traductions ont contribué à l'écho liturgique ou sacramentel, et l'utilisation de la langue vernaculaire a également introduit les passions nationalistes dans la célébration des fonctions divines. (Les Hongrois catholiques-roumains sont entrés en conflit avec des Slovaques, des Roumains, des Croates, des Slovènes avec des Italiens, des Allemands avec des Italiens, des Polonais avec des Allemands, chacun souhaitant célébrer le rituel dans sa propre langue).

Dans la Lettre apostolique Ingravescentem Aetatem (21.11.1970), les évêques diocésains sont mis à la retraite à 75 ans, les diocèses étant confondus avec les sociétés lucratives. 1966), qui modifie l’application des décrets du concile Vatican 2. Les documents pertinents sont l’expression du postulat de primauté biologique sur la grâce, l’Église ayant déjà l’expérience de la gestion de diocèses dans lesquels le hiérarque du lieu était affecté par la maladie ou par les conséquences de la sénécité (en introduisant un évêque auxiliaire ou coadjuteur, avec droit de succession)

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Mer 01 Mai 2019, 7:33 am

-45-

Par le même document, les cardinaux de plus de 80 ans sont exclus du conclave électoral, ce qui contrevient au principe illustré par les premiers papes (saint Pie X, Pie XII, Jean XXIII) en vertu duquel tout cardinal, même touché par l'excommunication, une autre censure canonique a été forcée de participer au conclave. Ce document, en bloquant les électeurs, a au moins miné les concessions morales ultérieures, laissant la porte ouverte à la spéculation sur l'invalidité ou l'illégitimité des élections pontificales. La lettre apostolique d'Ecclésiastique, mentionnée précédemment, insiste sur la nouvelle organisation des conférences épiscopales, reformulant certains points du décret conciliaire Christus Dominus (28.10.1965): (la pratique ancienne et pérenne de l'Église, qui rappelle joliment le commentaire des articles 22 à 23 de la Constitution conciliaire de LUMEN gentium, mais aussi le décret conciliaire de Christus Dominus, art. 5, 36 à 38) au parlementarisme ecclésiastique. La différence est majeure: la synodalité cherche à discerner la véracité d’autres opinions ou à améliorer les dispositions canoniques, la minorité (initiale) pouvant imposer son point de vue, alors que le parlementarisme sera dépendant de l’ordre du jour du secrétariat, le vote étant obtenu en supposant la majorité. À partir du rapport qualité / quantité, on passe à la quantité / qualité et, en imposant la limite d'âge au départ à la retraite des évêques, il était bien entendu envisagé d'annuler les voix qui, après 1965, auraient pu protester ou adopter une attitude canonique à l'égard du nouveau cours.

La lettre apostolique Sedula Cura (27.VI.1971) a transformé l'ancienne Commission biblique pontificale (créée par le pape Léon XIII en 1902) qui jouait un rôle magistral d'interprétation correcte de l'Écriture ) et la défense de son historicité, dans une commission biblique soumise à la Congrégation pour la doctrine de la foi, uniquement avec un rôle consultatif. Ses membres sont devenus les promoteurs des exégèses inspirées par le néo-hégélianisme allemand (Formgeschichte, Redaktionsgeschichte), précédemment condamné par le précédent magister, et par la recherche archéologique en Terre Sainte.

Ces documents sont suffisants pour démontrer le caractère corrosif de Giovanni Battista Montini, expliquant les réactions de la résistance catholique ainsi que des positions sédévacantistes. , Matthieu 28:18, Romains 14: 8-9, Éphésiens 1: 20-23, Phil 2: 9-11, Héb 2: 5-9, 1 Pierre 3:22) à travers laquelle la royauté divine se manifeste par l'imposition des principes de la moralité chrétienne dans la vie politique et sociale (un traitement ponctuel de la doctrine peut être vu dans l'Encyclique Quas primas-11.12.1925, donnée par le pape Pie XI), la présence du dogme étant évident pour le pape Jean XXIII (y compris même dans certains documents du Concile Vatican II, par exemple l’article 36 de la Constitution constitutionnelle de Lumen Gentium). Paul VI motiva ses décisions en voulant mettre en œuvre les réformes prévues du Concile Vatican II.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Jeu 02 Mai 2019, 7:27 am

-46-

Les écrits de ce Concile invalident les affirmations de Giovanni Battista Montini. Ainsi, le Concile Sacrosanctum Concilium (4.12.1963) du Concile exprime explicitement l'usage de la langue latine dans le rite romain (articles 36, 1), les langues vernaculaires pouvant intégrer le caractère sacré des fidèles dans les lectures bibliques. Les traductions vernaculaires doivent être approuvées par les autorités ecclésiastiques locales, et la possibilité et le mode d'utilisation des langues vernaculaires doivent être soumis à l'approbation et à la confirmation du Saint-Siège (36, 2-4). Le chant grégorien est le rituel latin (art. 116). Le décret conciliaire Christus Dominus (28.10.1965) sur la mission pastorale des évêques prévoit qu'ils ne peuvent démissionner que dans des cas graves ou en raison de leur âge, si cela empêche l'exercice de leur mission. (article 21).

Il n'y a pas de limite d'âge. La Constitution dogmatique Dei Verbum (18.11.1965), dans ses articles 9-20, parle de l'inertie et de l'inspiration de la Sainte Écriture dans son ensemble, ainsi que du caractère historique de l'Ancien et du Nouveau-Testament. Ainsi, toute censure de la Parole Sainte ou tout doute sur les différents épisodes du Nouveau-Testament sont en contradiction avec cette constitution dogmatique. La Constitution conciliaire consacrée à l'Église de Lumen Gentium (21.11.1964) contient une phrase qui serait oubliée par la plupart des représentants ecclésiastiques actuels : "Comme nous devons reconnaître la ville terrestre, engagée à juste titre dans les soins temporels, elle est dirigée par ses propres principes, ainsi est rejetée à juste titre la théorie malheureuse qui prétend construire la société sans égard à aucune forme de religion et qui combat ou supprime la liberté religieuse des citoyens " (Article 36, final).

La confusion après la conclusion de Vatican II a été amplifiée par la manière dont ses dispositions ont été mises en pratique. La résistance catholique s'organise, de même que la mise en œuvre de certaines mesures trop abusives justifiées par des "réformes" conciliantes. Du point de vue théologique, les traditionalistes catholiques apportent deux accusations majeures de documents conciliaires :

I) La modification ecclésiologique majeure de la Constitution dogmatique Lumen Gentium (art. 8), par laquelle l'Église a été instituée par le Christ Sauveur dans l'Église catholique et non l'Église catholique. La nouvelle formule permet la création d'unités ecclésiastiques légitimes en dehors de l'Église catholique. Mais le terme subsiste, compte tenu de sa dimension ecclésiologique, aura aussi une connotation liturgique, sachant qu'entre l'Église et la Divine Liturgie est une relation bizarre. L'Église fait la liturgie et la messe fait l'Église. Le terme de subsistance affectera automatiquement la Communion, le Saint Corps du Seigneur, qui subsiste dans la Sainte Communion (quand, en réalité, Il est la Communion). La nouvelle doctrine est la même que la consubstantiation, le luthéranisme pur. L'Exode peut être enlevé en considérant l'Église comme l'Église catholique, et les autres confessions acatoliques, dans la mesure où des éléments plus ou moins communs de sanctification avec elle, et aussi catholique dans une plus ou moins large mesure. En d'autres termes, le clergé d'une Église acatolique dans la mesure où il célèbre correctement le sacrement, cultive la dévotion aux saints, l'exégèse patristique, etc. est catholique sans savoir.

II) Le décret conciliaire Dignitatis humanae (7.12.1965) sur la liberté de religion peut être interprété de la même manière, favorisant le relativisme religieux. Voir également le décret conciliaire Unitatis Reintegratio (21.11.1964) sur l’œcuménisme. L'interprétation relativiste de ces décrets a été imposée de manière post-conciliaire, ce qui a entraîné une indifférence religieuse.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Ven 03 Mai 2019, 8:36 am

-47-

Il convient de noter que les réactions théologiques ont eu lieu dans le temps, les positions de protestation écrites et systématisées de 1968 à 1969. L’abbé Georges de Nantes (1924-2010) produira un moment spectaculaire qui tentera à Rome de porter plusieurs accusations à Paul VI, Libre accusations:  à notre Saint Père le pape Paul VI, par la grâce de Dieu et la loi de l'Église juge souverain de tous les fidèles du Christ, plainte pour hérésie, schisme et scandale au sujet de notre frère dans la foi, le pape Paul VI, remis au Saint-Siège le 10 avril 1973.

L'Archevêque Marcel Lefèbvre cherchera à maintenir un espace (non seulement géographique) pour la Tradition catholique, sa position évoluant avec le temps (et c'est un reproche que lui ont fait subir d'autres traditionalistes: son attitude à l'égard de la torture et le manque sans équivoque d'une position, soit inévitable soit Sedeprivationiste ) un théologiste de l'aigle comme Mons. Michel Guérard des Lauriers est arrivé à la définition de la thèse du souverainisme après 1977. Paul VI a refusé toute concession aux traditionalistes (bien qu'il soit disposé à dialoguer avec tout autre courant philosophique ou religieux), en insistant sur la crise ecclésiastique. Une lettre apostolique comme le motu proprio Summorum pontificum (7.7.2007) donnée par le pape Benoît XVI aurait pu résoudre une grande partie de la crise catholique dès le début. La crise de l'église n'a pas été commencée par les traditionalistes.

Le cardinal Joseph Ratzinger, futur pape, figurera dans le célèbre volume Rapporto sulla fede (1985), écrit en collaboration avec le journaliste et essayiste Vittorio Messori. Le cardinal utilisera l'expression Konzils-Ungeist (Ratzinger-Messori, 25-40, en particulier 33) en insistant sur les erreurs résultant de l'application abusive de dispositions conciliaires ("le conseil de théologie ou les professeurs de théologie" remplaçant le Magister "Conseil des médias", mauvaise traduction de documents, suppression de phrases / termes de contexte, etc.).

P. Malachi Martin utilisera également l'expression Anti-Église (Martin 1990, 610-611), qui définit la nouvelle église de Vatican II basée sur l’immanentisme, le relativisme et l'ignorance du Maître d'avant 1965. Un cardinal progressiste comme Giovanni Benelli. 1921-1982, ancien sous-secrétaire d’État, cardinal de 1977, archevêque de Florence) dans une lettre du 25 juillet 1976 adressée à Mgr Marcel Lefèbvre, sous l’expression «église conciliaire», reconnaissant la différence qualitative qui existe entre l’Église catholique et la nouvelle institution ecclésiastique depuis 1965 Tissier de Mallerais 2013, 5). La principale différence est que l'Église se référera à l'ensemble de son maître à compter du Ier siècle de notre ère, tandis que l'institution conciliaire fera rapport à partir du concile Vatican II. Une certaine partie des médias achèvera ce processus en insistant sur certaines questions qui ne se poseront qu'après le Concile.
A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Sam 04 Mai 2019, 7:12 am

-48-

Pour l'apostolat des laïcs: il est présenté comme une initiative conciliaire, portant sur l'action catholique (entre-deux guerres actives et dans l'espace roumain, voir aussi AGRU - Association générale des Roumains unis) ou de nombreuses confédérations de laïcs catholiques qui se sont épanouies et prospères brillant au moyen âge. La synodalité est également mentionnée dans les Actes des apôtres: les conférences épiscopales (considérées comme des unions morales d'évêques d'un territoire, d'une région ou d'un pays) existaient déjà au XIXe siècle. Rappelons-nous les conférences épiscopales austro-hongroises sur l'autonomie catholique ou, plus récemment, celles de 1948, qui ont décidé de préparer le visage de la persécution. Des collaborations interreligieuses étaient également connues (exemple transylvanien des Églises gréco-catholique et orthodoxe pour ASTREI), ainsi qu’un œcuménisme pratique (par exemple, les dons faits par un membre de la confession d’un institut religieux, affaires culturelles d’une confession diverse, coopération en cas de catastrophe, en temps de guerre, etc.). L'œcuménisme dans les prisons communistes était une réalité dans tout l'espace affecté par la dictature athée, etc. Il y a un sionisme juif catholique (on pense aux prêtres Alphonse de Ratisbonne (1814-1884) et à son frère Théodore, aux chanoines Joseph Lehmann (1836-1915) et à Augustin Lehmann (1836-1909), prélats pontificaux au concile Vatican I. Théodore Hertzlaving avec Saint Pie X, etc.). Les exemples pourraient continuer.

La réception du concile Vatican II est une question fondamentale. Après quelques points mis en évidence ci-dessus, les résistances traditionalistes et catholiques le rejettent, le blâmant totalement. Les modernistes / les progressistes le sapent et l'utilisent comme prétexte pour introduire des innovations qui violent trop souvent de manière flagrante les textes de documents conciliaires émettre des excuses. Les notes explicatives annexées aux Constitutions conciliaires (par exemple, (ex. Lumen gentium) affirment " Selon la coutume des conciles et la vocation pastorale du concile actuel, cette assemblée sacrée définit comme obligatoire pour l'Église, en matière de foi ou de moralité, uniquement ce qu'elle a explicitement énoncé. Les autres choses que la Sainte Assemblée propose comme enseignement du Magistère suprême de l'Église doivent être reçues et embrassées par tous les chrétiens et par chacun d'eux, conformément à l'intention de cette sainte Assemblée, intention manifestée soit par le sujet traité, soit par le chemin d'expression, selon les normes de l'interprétation théologique ".

Quant à un concile œcuménique, il appartient à l’extraordinaire maître universel à vocation pastorale. Il n'introduit aucune nouvelle vérité dogmatique et n'impose aucune sanction. Bien sûr, cela doit être lu comme une conséquence du précédent Maître. Si le travail de Giovanni Battista Montini a favorisé la confusion ecclésiastique, c'est le mérite des papes suivants qu'ils ont essayé de remédier à la crise.

A suivre...


Dernière édition par Monique le Sam 04 Mai 2019, 3:23 pm, édité 1 fois (Raison : Changer Vatican II pour Vatican I)
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  ROBERT. Sam 04 Mai 2019, 2:10 pm

Monique a écrit:
-48-

...(on pense aux prêtres Alphonse de Ratisbonne (1814-1884) et à son frère Théodore, aux chanoines Joseph Lehmann (1836-1915) et à Augustin Lehmann (1836-1909), prélats pontificaux au concile Vatican II.

.
https://messe.forumactif.org/t8490p50-un-mysterieux-roumain-exile-prince-scortesco-qui-etait-ce-roumain-francais#150066
.

A V2, les frères Lehmann et les frères de Ratisbone étant décédés,

ça doit être une erreur de date...


Dernière édition par ROBERT. le Sam 04 Mai 2019, 2:13 pm, édité 1 fois (Raison : mise en forme)
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Sam 04 Mai 2019, 3:35 pm

ROBERT. a écrit:
Monique a écrit:
-48-

...(on pense aux prêtres Alphonse de Ratisbonne (1814-1884) et à son frère Théodore, aux chanoines Joseph Lehmann (1836-1915) et à Augustin Lehmann (1836-1909), prélats pontificaux au concile Vatican II.

.
https://messe.forumactif.org/t8490p50-un-mysterieux-roumain-exile-prince-scortesco-qui-etait-ce-roumain-francais#150066
.

A V2, les frères Lehmann et les frères de Ratisbone étant décédés,

ça doit être une erreur de date...

Shocked  C'est une erreur ou plutôt une horreur.affraid  (Correction effectuée.)

Merci cher Robert ! Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 430970
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  ROBERT. Sam 04 Mai 2019, 4:06 pm

Monique a écrit:
ROBERT. a écrit:
Monique a écrit:
-48-

...(on pense aux prêtres Alphonse de Ratisbonne (1814-1884) et à son frère Théodore, aux chanoines Joseph Lehmann (1836-1915) et à Augustin Lehmann (1836-1909), prélats pontificaux au concile Vatican II.

.
https://messe.forumactif.org/t8490p50-un-mysterieux-roumain-exile-prince-scortesco-qui-etait-ce-roumain-francais#150066
.

A V2, les frères Lehmann et les frères de Ratisbone étant décédés,

ça doit être une erreur de date...

Shocked  C'est une erreur ou plutôt une horreur.affraid  (Correction effectuée.)

Merci cher Robert ! Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 430970

Pas de quoi, chère Monique. Wink
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Javier Sam 04 Mai 2019, 4:42 pm

ROBERT. a écrit:
Monique a écrit:
-48-

...(on pense aux prêtres Alphonse de Ratisbonne (1814-1884) et à son frère Théodore, aux chanoines Joseph Lehmann (1836-1915) et à Augustin Lehmann (1836-1909), prélats pontificaux au concile Vatican II.

.
https://messe.forumactif.org/t8490p50-un-mysterieux-roumain-exile-prince-scortesco-qui-etait-ce-roumain-francais#150066
.

A V2, les frères Lehmann et les frères de Ratisbone étant décédés,

ça doit être une erreur de date...

Mon cher ROBERT,

en efecto, se trata de un error. Los hermanos Lehmann participaron en el Concilio Vaticano I, no en la farsa del V2.

Bien à vous !
Javier
Javier

Nombre de messages : 4067
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Dim 05 Mai 2019, 10:22 am

-49-

Le pape Jean-Paul Ier (Albino Luciani) n'a régné qu'un mois (26.8.28.IX.1978), prévoir des actions énergiques à la suite de la désobéissance et de la crise de la Compagnie de Jésus (ordre des jésuites), souhaitant la réhabilitation des finances du Saint-Siège, mais étant extrêmement préoccupé par les infiltrations maçonniques dans l'Église. Une audience attendue du cardinal Giuseppe Siri a été sabotée par le cardinal Jean Villot (Lai 1993, 270-272). Malheureusement, le pape Jean-Paul Ier sera décédé dans des circonstances extrêmement suspectes. Certains traditionalistes n'y prêtent guère attention car il a abandonné le rituel traditionnel du couronnement et (depuis peu de temps, un fait oublié par ses détracteurs) pour avoir abandonné le cours magistral (papal) de gestation. En dépit de l'opinion du célèbre journaliste David Yallop avec le déjà classique Au nom de Dieu, Albino Luciani était un conservateur tenace et catégorique, dans le Patriarcat de Venise étant interdit les expériences catéchétiques ou liturgiques tandis que le catéchisme de saint Pie X est normatif. De plus, c'était une cérémonie de mariage de Fatima.

Le pape Jean-Paul II aura l'un des plus longs pontificats de l'histoire du Saint-Siège (1978-2005), extrait de l'encyclique de Redemptor Hominis (4.3.1979) de l'encyclique Ecclesia de Eucharistia (17.IV.2003). nous avons vraiment sauté du libéralisme à la tradition catholique. Si Redemptor Hominis affirme le principe du pancristisme (à travers l'Incarnation, le Sauveur assumant sa nature humaine, il s'unit à tout homme!  Quel est l'intérêt du Baptême ?) (R, paragraphes 10-14, surtout 13), la note de cette encyclique étant d'un anthropocentrisme accentué, l'Ecclesia of the Eucharist est une superbe encyclique centrée sur la Divine Liturgie et le Catholicocentrisme. La Lettre apostolique Ad Tuendam finem (18.5.1998) apporte des amendements aux obligations des Codes de Droit Canonique, en insistant et en imposant le professorat complet de la foi catholique, avec toutes les vérités dogmatiques définies dans le temps. La Lettre apostolique Ecclesia Dei Afflicta (2.7.1988) a été le premier document pontifical publié après les années 1970 qui a permis, sous certaines conditions, la reprise de la tradition liturgique catholique pérenne ; ce document n'est apparu que grâce aux consécrations épiscopales faites par Mgr Marcel Lefèbvre au 30.6.1988. La Lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis (22.5.1994) est le document qui supprime une fois pour toutes les spéculations sur l'ordination des femmes, qui ne peuvent recevoir la taïnaporeia ou l'épiscopat. Il est à noter que c'est le seul document publié après 1965 qui fait partie des attributs de l'infaillibilité pontificale : .... ''pour dissiper tout doute sur une question d'une telle importance, qui appartient au fondement divin de l'Église, en vertu de mon ministère, l'Église déclare que l'Église n'a pas le pouvoir de conférer l'ordination sacerdotale aux femmes, et cette sentence doit être tenue définitivement par tous ses chrétiens. "Il a fallu plus de vingt ans au pape Jean-Paul II pour réparer, dans une certaine mesure, les effets de l'Ungeist Conciliaire.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Lun 06 Mai 2019, 9:10 am

-50-

Comment la crise de l’Église a-t-elle été atteinte? Toute position traditionaliste se rapportera à l'infiltration des ennemis de l'Église, dont l'environnement ne peut bien sûr pas manquer la maçonnerie. Les théories du complot ne doivent pas être absolutisées, bien que l’histoire de l’Église, depuis sa fondation même, soit riche en complots. Il y avait des ennemis de l'Église bien avant l'apparition de la maçonnerie spéculative (1717) et après cette date, les redoublés ennemis de l'Église n'avaient plus aucun lien avec la franc-maçonnerie (les régimes marxiste-léniniste, par exemple).

Tout comme la franc-maçonnerie n’a pas de paysage doctrinal unitaire, il existe de grands pavillons ou lodges théistes, déistes, anticlériques ou neutres. Une distinction devrait être faite chaque fois, afin de ne pas tirer le résultat d’une enquête. La franc-maçonnerie spéculative a été excommuniée par le pape Clément XII par l'intermédiaire de Bula in eminenti apostolatus (28.4.1738), notamment en raison de l'association de personnes de différentes confessions et de l'utilisation illégale de la Bible; à partir de ce moment et jusqu'à la Déclaration de Quesitum est (26.11.1983) de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, déclaration approuvée par le pape Jean-Paul II, plusieurs centaines de documents papaux condamnant la maçonnerie. Le Code latino-canadien de droit canonique de 1374 interdit à une personne d'adhérer à une association qui complote contre l'Église ("être punie d'une punition appropriée") et, si elle propage ou dirige une telle association, elle est soumise à interdit. Mais à l’heure actuelle, de nombreuses grandes loges ou obédiences maçonniques (qui ne sont plus) veulent être hostiles à l’Église. Il y avait aussi des satanistes membres de certaines loges maçonniques ce groupe ne sont pas des maçons. Il y avait des maçons qui défendaient l'Église (par exemple le catholique Joseph de Maistre (1753-1821) ou René Guénon (1886-1951), ce dernier même après s'être converti à l'islam) et d'autres l'attaquèrent.

Il existait / existe de nombreuses sociétés paramasoniques (par exemple, Carbonera, les sociétés théosophiques ou anthroposophiques) où les mêmes membres étaient ou sont des maçons, sociétés qui n'ont pas été favorables ou non à l’Église. Les marxistes orthodoxes, qu'ils soient léninistes, staliniens, maoïstes ou Trotsky, sont tous deux des adversaires de l'Église et de la maçonnerie. La raison fondamentale pour laquelle un chrétien (appartenant à une certaine confession chrétienne trinitaire) ne peut être un maçon est tout à fait différente: le chrétien postule la connaissance révélée, la franc-maçonnerie, postulant la non-acceptation des dogmes (c'est-à-dire l'affirmation dogmatique) implique le relativisme dogmatique et par conséquent l'agnosticisme. La connaissance révélée est incompatible avec le relativisme et l'agnosticisme. Les maçons peuvent être inclus dans la catégorie des libres penseurs (catégorie totalement différente de celle des athées). Les condamnations pontificales de la maçonnerie ont pris une dimension théologique (visant le relativisme doctrinal) et une dimension disciplinaire. La préséance est donnée par la Bible (le livre d’Ézéchiel, chapitre VIII, où les rites secrets du culte, la première épître de saint Jean l'Apôtre, qui condamnent le gnosticisme, etc.) mais aussi certaines décisions des Conseils œcuméniques, qui interdisent le clergé ou les perdants appartenant à la fraternité ou au complot avec des articulations anti-ecclésiastiques (Synode œcuménique IV, Calcedon, 451, canon 18, Quinisext de la Trullo, 692, canon 34), le clergé étant condamné du pas.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Mar 07 Mai 2019, 9:21 am

-51-

C'est précisément en raison de la diversité des loges et des maçons que l'Église ne peut recevoir ces derniers aux sacrements sacrés qu'après une analyse de chaque cas. C'est le but de la punition canonique. Le dialogue doctrinal entre l'église et la maçonnerie (voir largement au Galeazzi Pinotti 2014) a trop souvent été parsemé de déceptions liées à la méfiance mutuelle et peut être transformé en un dialogue pragmatique. L’aide humanitaire peut rapprocher l’Église de maçonnerie et si une grande loge milite activement en faveur de la campagne en faveur de la vie ou des valeurs pérennes de la famille naturelle, la force des choses deviendra l’alliée de l’Église. L’approche civique rapprocherait également les deux institutions. Notre étude montre que certaines personnalités ayant joué un rôle controversé dans des événements religieux contemporains étaient membres de loges maçonniques, d'autres non. Umberto Ortolani, l'hôte du pré-greffier qui a décidé d'élire Giovanni Battista Montini en 1963, rejoindra P2 Loge après 1970; le prélat Annibale Bugnini, impliqué dans les réformes liturgiques depuis Pie XII, est affilié à une loge maçonnique depuis 1963. Réduire le problème de l'infiltration à la maçonnerie implique une approche superficielle du problème.

Les papes traitaient le problème de l'infiltration depuis la fin du XVIIIe siècle, lorsque des groupes théologiques voulaient changer les institutions ecclésiastiques de l'intérieur. Il ne s’agit pas de confessions catholiques, mais des groupes catholiques qui abandonnent la philosophie du réalisme classique pour devenir un hommage à l’idéalisme, ont proposé des réformes souhaitant une modulation de l’Église en accord avec l’immanence d’un moment donné. Une philosophie inappropriée mènera à des conclusions théologiques erronées. Le pape Pie VI (1775-1799) de Bula Auctorem Fidei (28.8.1794) condamne 85 phrases du synode schismique de Pistoia en 1785, présidé par Mgr Scipione de Ricci.

Beaucoup de ces propositions se retrouveront dans la pensée moderniste. Le pape Léon XII (1823-1829) dans l'encyclique Ubi primum (5.5.1824), en particulier dans les articles successifs 10 à 16, réitère de nombreuses condamnations antérieures. Il procèdera de la même manière à son successeur, le pape Pie VIII, (1829-1830) par l’Encyclique sur l’humilité traditionnelle (24.5.1829). Encyclique du pape Grégoire XVI (1830-1846) Mirari vos (15.8.1832) condamnant le libéralisme et le plus tardif Singularari Nos (25.6.1834), condamnant les idées et son comportement de duplication Hugues Félicité de Lamennais (1782-1854) attirera l'attention non seulement sur les erreurs de doctrine, mais également sur un certain type de comportement: ceux qui sont affectés par la condamnation papale feront une obéissance apparente, perpétuant en fait leurs idées avec prudence et ténacité.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Mer 08 Mai 2019, 8:16 am

-52-

Le bienheureux pape Pie IX (1846-1878) promulguera plusieurs documents liés à ce sujet: Encycliques Qui pluribus (9.11.1845), Quanto conficamur moerore (10.8.1863), Quanta Curacu Syllabus (8.12.1864), répétant le précédent Maître. Léon XIII (1878-1903) promulgua des dizaines d'encycliques, toutes fondamentales pour leur approche. En voici quelques-unes : Libertas Praestantissimum (20.6.1888) sur la liberté humaine, Testem benevolentiae nostrae (22.1.1899) sur l'américanisme, Tametsi futura prospicientibus (1.11.1900) sur la question du salut, Humanum genre (20.6.1884) et Inimica Dream (8.12.1892) qui réaffirme la condamnation de la Maçonnerie etc. Celui qui s'occupera du problème de l'infiltration sera saint Pie X (1903-1914). Syllabus Lamentabili sane (3.7.1907) condamnant 65 phrases doctrinales, Encyclique Pascendi Domini gregis (8.9.1907), motuproprio Praestantia Scripturae (18.11.1907) sur Modernisme et interprétations Bibliques, Serment Antimoderne (1.9.1910), constituent les documents dogmatiques fondamentaux qui distinguent la doctrine catholique de l'hérésie moderniste. Encyclopédie Pascendieste la plus célèbre.

Comme toutes les encyclopes pontificales jusqu'en 1963, elle expose pour la première fois l'identification dogmatique, intellectuelle et problématique qui nécessite une intervention du Magistère. Il suit la description du modernisme en analysant ses prémisses philosophiques : subjectivisme, imanentisme, fidéisme, intellectualisme, agnosticisme. Partant de ces prémisses, la théologie moderniste utilisera des termes théologiques traditionnels, mais vidés de leur sens originel, et ils acquièrent un sens différent. Pratiquement, il y aura un vol sémantique. Les modernistes excelleront dans le mélange d'une saine doctrine avec leurs propres idées, l'absence d'une systématisation théologique étant volontairement supposée diffuser leurs propres positions.

Le modernisme est considéré comme la quintessence de toutes les hérésies, sapant tout système théologique. Contrairement aux hérétiques classiques qui ont publiquement adopté une position théologique différente de celle de l'Église, préférant leur séparation définitive de celle-ci, les modernistes veulent le changement de pensée et de théologie au sein de l'Église. La Révélation, l'Écriture, les Sacrements, la Théologie morale et dogmatique seront modifiés. Une fois les critères de reconnaissance modernistes présentés, l'Encyclique exige également des mesures pratiques pour les supprimer. Il est à noter que le document magistral ne se réfère pas à toute société secrète, qu'elle soit maçonnique ou non, mais à des gens avec une certaine façon de penser.

Le sujet et le mécanisme de la Pascendiva Enciclica ont été abordés publiquement par l'écrivain italien Antonio Fogazzaro (1842-1911) dans un roman célèbre, Il Santo (Saint), écrit en 1905, publié dans le princeps de Milan en 1906. Le héros principal, Pietro Maironi, se rafraîchissant dans une communauté religieuse, veut changer la pensée religieuse, en méditant sur les moyens pratiques de la réaliser. Les corfieux du modernisme pourraient ou ne pourraient être affiliés à différentes sociétés secrètes. Corfiots modernistes Alfred Loisy (1857-1940), prêtre excommunié en 1908, Ernesto Buonaiuti (1881-1946), prêtre excommunié en 1925, n'appartenait à aucune société occulte. Le pape Pie XI mentionnera les accents antimodernistes dans les domaines qu’il abordera du point de vue magistral (par exemple, dans Enciclica Mortalium animosdin 6.1.1928, consacré à la relativisation de l’œcuménisme).

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Jeu 09 Mai 2019, 6:25 am

-53-

Le modernisme refera surface après la Seconde Guerre mondiale. L'auteur, professeur et maître théologien Reginald Garrigou-Lagrange (1877-1964) dans un article fondamental La nouvelle théologie, où va-t -elle? paru dans le journal Angelicum Pontifical University, Angelicum, 23, 1946, p. 126-145) analysera l’incohérence des systèmes théologiques modernes. L’idée directrice de l’étude est que l’adoption d’un système philosophique inapproprié conduira à une théologie erronée: le changement de signification d’un terme théologique modifiera le système théologique. La canonisation des définitions dogmatiques ne peut être modifiée. Le pape Pie XII, dans l'Encyclique Humani Generis (12.8.1950), condamne le néo-modernisme. Il existe donc une base dogmatique solide, désormais accessible même par des moyens électroniques, pour l’acquisition de la doctrine catholique authentique. À partir du coupon du pape Jean XXIII, les modernistes ont été "récupérés" dans des postes clés ou en force, y compris au sein des commissions actives de Vatican II. Collections catholiques depuis deux mille ans.

Quelques conclusions s'imposent:

1. L'analyse des études rédigées par les auteurs traditionnels doit être réalisée en référence au maître éternel de l'Église catholique. Un essai, une étude de la crise de l'église actuelle (le cas des articles de Paul Scortesco) doit être rapporté à la doctrine catholique de l'invisible, aux informations diffusées dans les environnements ecclésiastiques ou culturels où l'auteur de cette étude a agi.

2. Les informations ecclésiastiques historiques, en particulier lorsqu'elles refusent les variantes officielles, doivent être vérifiées en détail. Les mémoires des protagonistes des événements, en particulier celle écrite par les cardinaux italiens, constituent une source fondamentale de l’histoire ecclésiastique contemporaine. L'ignorance de ces sources peut conduire à des conclusions hâtives, voire grotesques (voir la thèse de "l'isolement" du cardinal Giuseppe Siri après 1963).

3. Analogiquement, l'analyse d'un pontificat contemporain doit être faite en analysant ses faits objectifs (les documents publics délivrés), par rapport aux documents pécuniaires de Perena Traditia Catolic. L'observation est également valable pour les scientifiques traditionnels. Les éléments du "complot", les images historiques invoquées pour établir la formalité / la matérialité d'un pape peuvent parfois être incohérents, parfois induire des traces d'enquêtes spéciales (par exemple, l'élection du pape par Giuseppe Siri), mais ils n'ont pas la cohérence des actes publics assumés le temps d'un pontificat.

A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Ven 10 Mai 2019, 9:37 am

-54-

4. La capacité prévisionnelle des analystes ecclésiastiques sera améliorée qualitativement par référence à la doctrine traditionnelle. Un exemple: l'écrivain, l'essayiste, le journaliste et le Vatican Giancarlo Zizola (1936-2011) a publié une étude intéressante sur l'orientation du pontificat de Jean-Paul II (La restauration du père Wojtyla, 1985, Rome-Bari, Ed. Laterza). Dessinée par des positions progressistes et apologétiques auprès d'Ost-Politikult Agostino Casaroli, alors secrétaire d'État, l'étude revêtait une dimension critique envers le pape, considéré entre autres comme le prisonnier d'une mentalité anticommuniste et antilibérale surpeuplée. Les événements de 1989-1990 ont donné à Jean-Paul II le droit. Le prêtre Malachi Martin, dans son livre La géographie du sang (1990), déjà cité à partir de comparaisons, capturera le caractère indépendant de la curie romaine de politique politique du pape Jean-Paul II, les conclusions de son analyse étant adoptées pour l'ensemble du pontificat (Malachie Martin védécé six ans avant Jean-Paul II). L’abbé traditionnel Julio Tam, dans un essai consacré à la Révolution et à l’Église, écrit en 1993, était capable de prédire l’émergence d’un schisme et le choix de deux papistes , sans exclure l'élection de deux papes, Tam 1993, 4). L'année 2013 l'a prouvé.

5. La résilience des catholiques est née de la mauvaise application des mesures pastorales proposées par Vatican II. Cette résistance s'est cristallisée avec le temps et ses positions sont variées: des groupes qui conservent la tradition catholique en communion directe avec les papes contemporains, des groupes qui reconnaissent la qualité des papes contemporains mais s'opposent (sélectivement) à certaines de leurs mesures La Fraternité Saint-Pie X, fondée par Mgr Marcel Lefèbvre, ses membres étant abolis par excommunication de la part du pape Benoît XVI), des groupes sédimentaires (qui considèrent Petrin vacant en 1958 ou 1963), des groupes de médiation (qui considèrent les papes après 1965 comme élues canoniquement, matérialistes mais non assistés par le Saint-Esprit, n'étant pas Pape formalitère) et aux groupes conclavistes (qui choisissent "pape"). Un groupe particulier est celui des Syriens, qui acceptent le choix du cardinal Giuseppe Siri comme petit papa au Conclave de 1958, considérant les autres post-papistes comme des antipape, mais n'acceptant pas la théologie du cardinal Siri! Bien entendu, ces groupes ne comptent pas sur leur concorde, leurs thèses ou leurs hypothèses pour expliquer la situation actuelle, devenant trop souvent pour ces communautés des dogmes inébranlables. Il est remarquable, cependant, que sur le front de la tradition catholique romaine, les Roumains aient écrit des essais théologiques appréciés des résistants catholiques.

FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Javier Sam 11 Mai 2019, 9:04 am

¡Muchas gracias por su magnífico esfuerzo y devoción para traducir este interesante dossier escrito en rumano, mi apreciada Monique! sunny

Que el Buen Dios se lo pague con abundante gracia divina Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 430970
Javier
Javier

Nombre de messages : 4067
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 Empty Re: Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français)

Message  Monique Sam 11 Mai 2019, 9:40 am

Javier a écrit:¡Muchas gracias por su magnífico esfuerzo y devoción para traducir este interesante dossier escrito en rumano, mi apreciada Monique! sunny

Que el Buen Dios se lo pague con abundante gracia divina Un mystérieux roumain exilé: "Prince Scortesco". Qui était-ce? (roumain/français) - Page 3 430970

Ha sido un verdadero placer traducir este archivo del ''Príncipe Scortesco.''

Atentamente, querido Javier sunny
Monique
Monique

Nombre de messages : 11235
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum