THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

2 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 10 Jan 2019, 3:19 pm

https://messe.forumactif.org/t8005-the-bugnini-file-le-dossier-bugnini#142003

LE DOSSIER BUGNINI : UNE ÉTUDE SUR LA SUBVERSION ECCLÉSIALE

John Kenneth Weiskittel

Traduction du texte latin/français:
Annibal Bugnini, un grand bâtisseur de la nouvelle liturgie, non seulement nouvelle mais aussi l'Ordre de la Messe pendant la Semaine Sainte " Fête " de l'année 1955, il avait une grande décision de vie, accusé l'architecte de l'univers. Malgré les preuves ne peuvent pas être certains, néanmoins, une attention sérieuse à ce que l'on croit être Bugnin Masson et la prise de conscience, comme un ennemi actif de la sainte liturgie en violation. La preuve de la poursuite de John Weiskittel les rapproche tout en leur permettant de se livrer à des complots d'histoire sociale sur la vie privée, qui pourraient être le clergé de l'Église catholique insinué il y a cent ans, se sont déjà établis.

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin10
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie11
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 10 Jan 2019, 3:30 pm

En avril 1976, un livre étourdit les catholiques italiens et envoya des ondes de choc dans toute la chrétienté. L'œuvre, imprimée à Florence et intitulée Nel Fumo di Satana. Verso l'ultimo scontro ("Dans la fumée de Satan. Vers le dernier affrontement"), était une critique pénétrante de l'état de l'Église depuis le Concile Vatican II. 1 L'archevêque Annibale Bugnini, C.M. (1912-1982), Secrétaire de la Congrégation Conciliaire pour le Culte Divin qui avait présidé à la "réforme" fatidique de la liturgie.

"La réforme a été menée, dit le livre, par ce Bugnini qu'on a enfin démasqué ; il est bien ce que nous attendions depuis longtemps : un franc-maçon.'' 2 Peu d'allégations faites depuis Vatican II ont été plus mordantes - un haut responsable de l'Église accusé d'être un ennemi de l'Église même qu'il a juré de défendre. Ce qui le rend d'autant plus crédible, c'est l'auteur. Tito Casini n'était pas un déterreur de scandales,, mais un écrivain de bonne réputation, particulièrement connu pour ses travaux sur la Messe. 3

Cette révélation ne vient pas de Casini, qui ne faisait que rapporter un incident de l'été précédent, lorsqu'un prêtre visita le bureau du "Pape" Paul VI, plaça sur son bureau un dossier identifiant Bugnini comme un frère de Loge, et l'avertit qu'il allait rendre publique cette information si aucune mesure n'était prise immédiatement. Paul nomma Bugnini au poste de Pro - Nonce d'Iran, une mission aussi loin que possible du contrôle, et dissous la Congrégation.

Sans surprise pour personne, cette solution "papale" n'a pas été bien accueillie par les traditionalistes, et les révélations menacées étaient imminentes. Un mois avant la superproduction de Casini, Mgr Marcel Lefebvre déclarait dans sa Lettre aux amis et bienfaiteurs : "Maintenant, quand nous entendons à Rome que celui qui a été le cœur et l'âme de la réforme liturgique est un franc-maçon, nous pouvons penser qu'il n'est pas le seul. Le voile recouvrant la plus grande tromperie qui ait jamais mystifié le clergé et déconcerté les fidèles, commence sans doute à se déchirer." 4 De plus, le numéro de juin 1976 de la publication italienne SI, SI, No, No, et quatre mois plus tard, l'édition d'octobre de la revue française La Contre-réforme catholique, entre autres, publiaient la nouvelle. 5

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin11
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie12
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Ven 11 Jan 2019, 12:29 pm

Pendant ce temps, Bugnini (prononcé Boo nyee' nee), qui niait avec véhémence avoir jamais mis les pieds dans une loge, s'acclimatait à la vie dans le pays islamique où il devait rester jusqu'à peu avant sa mort.6 La controverse s'est vite apaisée et a été oubliée, mais, comme il le dit dans ses mémoires, certains avaient l'intention de battre un "cheval mort" :

La "bombe" s'est donc éteinte, mais dans les années qui ont suivi, il y avait encore un désir, surtout de la part des autorités, de procéder à un examen approfondi des accusations. Il n'était pas possible, après tout, de laisser les doutes, les hésitations et les soupçons rester sans réponse ; la justice et l'amour de la vérité ne pouvaient l'accepter. Le déni de V. Levi, "Riflessioni di fine settirnana", L'Osservatore Romano, 10 octobre 1976, a suscité d'autres accusations dans Si, Si, Non, Non, Non. (La question se pose de savoir comment une publication aussi toxique, anti-conciliaire, chargée de mensonges et calomnies, pouvait réussir, même sous la conduite du curé, à Grottaferrata, près de Rome).7

Mais l'année dernière, dix ans après la mort de l'"archevêque" tant décrié, des signes de vie ont été détectés dans le vieux harceleur, et la bombe retentit. Un magazine Conciliaire basé en Italie, 30 jours, a soulevé la question au cours de l'été. Une section de douze pages, intitulée de façon intrigante "Dossier'' : La franc-maçonnerie et l'application de la réforme liturgique", a promis de répondre à la question controversée. C'est le cas ?

Nom de code : "Buan"

"Cher Buan [nom de code maçonnique présumé de Bugnini - JKW]," la lettre, datée du 14 juillet 1964, a commencé : [N]ous vous informons de la tâche que le Conseil des Frères vous a assignée en accord avec le Grand Maître et les Princes du trône et nous vous chargeons :... de répandre la déchristianisation en confondant rites et langues et de dresser les prêtres, évêques et cardinaux les uns contre les autres. La langue et le rituel babel signifient la victoire pour nous, puisque l'unité linguistique et rituelle a été la force de l'Église... Tout doit se passer en une décennie.'' 8

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin12
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie13
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Sam 12 Jan 2019, 10:19 am

Un document incriminant, c'est sûr, peut-être accablant. Mais la réponse qui aurait été faite le 2 juillet 1967 par Bugnini l'était encore plus :

Peerless Grand Maître....les pas vers la déconsécration sont en train d'être faits rapidement. Une autre instruction a été émise et est entrée en vigueur le 19 juin dernier. Nous pouvons maintenant revendiquer la victoire, car la langue vernaculaire est souveraine dans toute la liturgie, même dans les  parties les plus essentielles... Il y a une liberté de choix maximale dans les différents formulaires, permettant même l'initiative personnelle et le chaos... Bref, je crois avoir semé les graines de la licence maximale avec le document, conformément à vos instructions. J'ai dû me battre âprement et me servir de toutes mes volontés pour le faire approuver par le Pape, face à mes ennemis dans la Congrégation pour les Rites. Heureusement pour nous, nous avons obtenu le soutien immédiat de nos amis et frères de l'Universa laus, qui nous sont fidèles. Je vous remercie pour la somme envoyée et dans l'espoir de vous revoir bientôt, je vous envoie mon étreinte. Ton frère Buan. 9

Et que pense l'auteur de l'article, Andrea Tornielli, des documents ? Il exprime d'abord la même incertitude que beaucoup auraient dans leur évaluation :

Ces documents - très compromettants pour l'homme concerné, qui a toujours nié tout contact avec la Franc-maçonnerie - sont-ils authentiques ou faux ? Il est impossible de le savoir puisque les lettres ont été dactylographiées, puis photocopiées par une mystérieuse "taupe" qui les aurait divulguées à certains évêques et cardinaux, dont l'Archevêque de Gênes, le Cardinal Giuseppe Siri et le Préfet de la Signature Apostolique, Dino Staffa. Si elles sont authentiques, les lettres dénotent une tentative délibérée d'éroder la doctrine et la liturgie catholiques de l'intérieur. Mais il peut aussi s'agir de faux, sournoisement divulgués par quelqu'un désireux de créer des "factions" rivales à l'intérieur de la Curie. Il ne fait aucun doute que le libellé des deux missives semble trop grossier et brutal. Mais le résultat des réformes de Bugnini correspond parfaitement à l'intention qui y est exprimée. 10

Au cours de l'étude, cependant, ces traits ambivalents sont clairement, bien qu'obliquement, "résolus" à absoudre Bugnini, Paul VI et compagnie de toute faute (il est fait mention du "précieux travail diplomatique" de Bugnini pendant son exil en Iran, période pendant laquelle le Shah fut renversé par l'Ayatollah Khomeini). En fait, avant que l'article ne soit à moitié sur toute la question semble être oublié par l'auteur. On consacre beaucoup plus d'espace à examiner comment la liturgie post-conciliaire est passée du latin au vernaculaire qu'à explorer l'affaire Bugnini (Tornielli, après avoir constaté que les "réformes" correspondaient à l'intention déclarée de la lettre "Cher Buan", aurait pu aller plus loin en parlant de la liturgie conciliaire).

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin13
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie14
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Dim 13 Jan 2019, 1:07 pm

Non pas que la discussion soit inintéressante. Bien au contraire, car le matériel couvert inclut des incidents de la carrière antérieure de Bugnini, ainsi que sa relation de travail avec Paul VI. Tornielli écrit :

Immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale, le P. Annibale Bugnini fut Secrétaire de la Commission Liturgique créée par Pie XII pour orienter la réforme des rites de la Semaine Sainte. Mais son penchant réformiste était de plus en plus ancien. En 1944, il avait demandé à Mgr Arrigo Pintonello de traduire certains textes sur le renouvellement de la liturgie écrits par des Catholiques et Protestants allemands...... 11

En 1962, Bugnini, Secrétaire de la Commission Pontificale Préparatoire à la Liturgie, subit ce qu'il appela "mon premier exil", lorsque le Cardinal Arcadio Larraona, chef de la Commission, le congédia, puis le Pape Jean XXIII "le relève [lui| de son poste de professeur de liturgie à l'Institut Pontifical Pastoral de l'Université du Latran". 12 Un "prélat âgé" non identifié a dit 30 jours :

"Ils se sont débarrassés du secrétaire parce qu'il voulait changer des choses qu'il ne fallait pas toucher [italiques ajoutées - JKW] et surtout parce qu'il n'était pas en état de le faire. 13 L'"exil" serait bref, cependant, et Bugnini pourrait le dire plus tard : "J'ai été un fidèle exécuteur des souhaits de Paul VI et du Concile.''14

Parfois, cependant, il est apparu que Paul VI était le fidèle exécuteur des souhaits de Bugnini. Tornielli a rappelé comment, en 1967, le "pontife" a demandé (par l'intermédiaire du Secrétairerie d'État du Vatican) que "les missels quotidiens et de fête contiennent toujours, en caractères plus petits, le texte latin en plus de la traduction vernaculaire". 15 Cette intervention a été rejetée pour des "raisons techniques". Pourquoi ? La réponse est donnée par le fidèle innovateur de Paul, Annibale Bugnini : ''Le principe, bon en soi, a rencontré d'énormes difficultés : la taille excessive des livres liturgiques, des difficultés techniques, surtout pour certains pays qui n'utilisent même pas de caractères latins...". En fin de compte, c'est cette dernière position qui l'a emporté.

Cet épisode est éclairant pour plusieurs raisons. Du point de vue des "réformateurs", plus vite le latin était abandonné, plus vite leur nouvelle loi de la prière pouvait remplacer complètement la véritable Liturgie Catholique. Puisque le but ultime était une nouvelle " Messe " entièrement vernaculaire et que les prières latines anciennes et vénérables ont été mises de côté pour faire place aux prières modernes (qui n'avaient, au mieux, qu'une relation ténue avec les anciennes oraisons traditionnelles), pourquoi ces éditeurs liturgiques devraient-ils même envisager les frais et le tapage supplémentaires que représente la publication de volumes bilingues ?

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin14
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie15
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Lun 14 Jan 2019, 10:50 am

Le long métrage de 30 jours comprend également un bref entretien avec l'ami et collaborateur liturgique de Bugnini, le "Père" Gottardo Pasqualetti, qui l'a aidé à rédiger ses mémoires et lui a fourni une avant-proposition pour ses écrits. En réponse à une question d'Andrea Tornielli concernant les détails de l'exil en Iran, il déclare :

Ce fut une véritable tragédie pour Bugnini. Le plus douloureux pour lui, c'est qu'il a été renvoyé sans qu'on lui en donne les raisons. Même lorsque le Pape lui a accordé une audience, il n'en a pas été fait mention. Selon Bugnini, la décision a été prise par une conspiration basée sur des documents falsifiés concernant son appartenance maçonnique présumée. 17

Pasqualetti rejette la suggestion selon laquelle Paul VI aurait signé la fameuse Instruction générale du Nouvel Ordre de la Messe sans la lire attentivement. Tout en tenant compte de la possibilité "que quelque chose ait échappé à l'attention du Pape[comme l'hérétique article 7, peut-être ? JKW]", il souligne le fait que Bugnini et Paul VI "ont passé plusieurs heures ensemble à réviser tous les textes". Malgré cette étroite collaboration, Pasqualetti soutient qu'une partie de la raison de l'exil de Bugnini était liée aux pressions exercées par le Vatican sur le Novus Ordo Missae, et qu'ensuite une campagne a été lancée pour annuler le travail du secrétaire. "En 1975, dit-il, non seulement l'ancien secrétaire du Consulat a été chassé, mais toute trace de lui a été effacée et ce qu'il avait créé a été détruit. Encore aujourd'hui, quand les prélats de la Congrégation pour le Culte Divin parlent des années de la réforme liturgique, ils évitent de mentionner Bugnini. 19 Et Tornielli conclut son article sur une note similaire, en écrivant comment le départ de Bugnini aurait marqué un contraste marqué avec les premières "années de gloire" de la "réforme" liturgique : "Quelque chose s'est irrémédiablement mal passé après cette période. C'est Paul VI, autrefois si confiant en Bugnini, qui l'a évincé dans les années qui ont suivi le Concile. On peut dire que la réforme est bel et bien arrivée à son terme." 20

En dernière analyse, la couverture de 30 jours s'avère être moins une exposition qu'une allumeuse. Peu du texte traite du sujet provocateur promis dans le titre ; au lieu de cela, le lecteur est fourni avec des détails de la "réforme" à la lumière de Vatican II, comment les missels et les bréviaires sont devenus "délatérés", et une histoire du Consulat, Le sujet de la franc-maçonnerie et son infiltration de l'Église ne reçoivent que quelques regards qui ne sont que de passage. Ce qui aurait pu être un examen approfondi du scandale et de la manière dont "l'issue des réformes de Bugnini correspond pleinement aux intentions exprimées dans[les deux lettres contestées]", ainsi qu'une précieuse contribution à la compréhension des machinations maçonniques, se résume à un exercice de tour de passe-passe journalistique qui ne révèle rien de vraiment nouveau sur ce sujet.

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin15
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie16
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 15 Jan 2019, 9:59 am

L'Église occupée

Contrairement à l'écart de 30 jours, le présent article n'hésitera pas à se pencher sur la question. Bien que l'implication de Bugnini dans les sociétés secrètes et s puisse être à jamais enveloppée dans l'obscurité associée à ces cabales, il est toujours possible de tirer des conclusions éclairées à partir de ce qui est connu. Il est beaucoup trop important pour les catholiques de pouvoir identifier les contours de l'armée de l'ombre qui mène une guerre acharnée contre l'Église pour rejeter de telles allégations sans une considération attentive de ces faits.

Alors, qu'en est-il de Bugnini ? Bien que de nombreuses sources dignes de confiance aient facilement cru en sa culpabilité, les accusations n'ont pas été portées sans contestation. "Était-il un maçon, ou non ? (Peut-être que seul son Grand Maître, en supposant qu'il en avait un, le savait-il avec certitude.)'' Était-il sincère dans son déni ou ne faisait-il que couvrir ses traces ? Le secret de Bugnini - s'il y en avait un - l'accompagnait dans la tombe. Étant donné l'absence d'aveux publics de sa part et l'absence d'éléments de preuve non contestés le liant au groupe, la conclusion naturelle est de déclarer la question dans l'impasse et de s'en tenir là.

Il est vrai qu'à part le dossier contesté, il n'y a pas de preuve directe de l'implication de Bugnini dans la Loge. Néanmoins, il y a d'autres possibilités d'enquête qui peuvent être faites. Si son appartenance ne peut être définitivement prouvée, il y a des preuves indirectes substantielles pour le relier à la Loge ou, du moins, pour démontrer que ce qu'il a mis en œuvre ressemble de façon frappante aux buts déclarés des ennemis déclarés de l'Église.

En 1975, l'écrivain français Jacques Ploncard d'Assac écrit un livre au titre provocateur, L’Église Occupée. La thèse de l'étude est expliquée par lui comme suit : Si l'on parvient à démontrer que toutes les " nouveautés " qui troublent l'Église aujourd'hui ne sont que des erreurs du passé qui ont été condamnées à maintes reprises par Rome, on pourra conclure que l'Église, en cette fin du XXe siècle, est occupée par une secte étrange, exactement comme un pays peut être occupé par une armée ennemie artistique ". 21 Il commence un chapitre intitulé "Une société secrète dans l'Église..." en déclarant :

L'idée d'infiltrer l'Église, pour influencer sa doctrine et contrôler sa hiérarchie, aussi étrange que cela puisse paraître, n'a cessé d'obstruer les différentes sectes occultes. Les tentatives les plus connues pour atteindre cet objectif furent celles des "Illuminati" de Bavière au XVIIIe siècle et de l'Alta Vendita au XIXe siècle.

En 1906 est parue à Paris la traduction française d'un livre de l'auteur italien Antonio Fogazzaro intitulé Il Santo - Le Saint. Médiocre seulement par rapport aux normes romantiques, le livre serait sans aucun doute tombé dans l'oubli s'il n'avait pas servi à propager les principes et les méthodes de la secte moderniste.

Le plan consistait ni plus ni moins à établir une société secrète au sein même de l'Église, en vue de prendre le contrôle des postes les plus élevés de la hiérarchie, de manière à faire évoluer l'Église en conformité avec les idées de l'époque moderne. 22


C'est sur cette prémisse démontrable (d'ennemis cherchant à s'enfouir dans l'Église, pour mieux la détruire) que doit commencer toute considération de l'affaire Bugnini. Sinon, les critiques rejetteront volontiers parler d'un prélat maçonnique comme simplement le fantasme paranoïaque des catholiques traditionnels. En ce qui concerne le rassemblement des éléments de preuve suivants, il y a certains points à garder à l'esprit. Premièrement, rien n'a été utilisé qui puisse raisonnablement être rejeté comme frauduleux ou douteux. Une grande partie provient de sources pré-conciliaires du Vatican, ou de documents de la société secrète que le Saint-Siège a jugés authentiques, et en a ordonné la publication. Deuxièmement, d'autres documents sont cités qui, bien que n'ayant pas fait l'objet d'une décision de l'Église, sont de nature publique. Celles-ci comprennent des déclarations imprimées par les francs-maçons et leurs alliés profès. Bref, ce qu'il faut considérer est un fait, et c'est de ce fait que certains rayons de lumière peuvent être jetés sur l'affaire Bugnini.

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin16
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie17
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mer 16 Jan 2019, 11:35 am

Subversion planifiée par les ennemis du Christ

Le mouvement moderne d'éradication de l'Église catholique romaine remonte au milieu des années 1700, lorsqu'un groupe d'apostats fervents et vocaux s'est réuni au cours du soi-disant siècle des Lumières. Alors que l'on trouvait à l'époque des "libres penseurs" dans toute l'Europe qui ridiculisaient tous les enseignements et toutes les pratiques de l’Église, le centre fétide à l'origine de ces attaques était la France, en particulier chez les faux intellectuels responsables de la rédaction et de la fameuse Encyclopédie (ou, en anglais, Encyclopedia). Le phare des Encyclopédistes était François Marie Arouet, mieux connu dans le monde par son nom de plume - Voltaire.

Comme beaucoup d'encyclopédistes, Voltaire était un franc-maçon. Pendant cinquante ans, il a invariablement fermé ses lettres à d'autres radicaux avec la devise "ecrasons nous l'infame" ("écrasons le misérable", ce qui signifie "vaincre le Christ et son Église").Cette haine infernale du catholicisme, à laquelle il adhère pourtant nominalement, marié au génie littéraire, conduit le célèbre écrivain catholique Jacques Cretineau-Joly à le décrire comme "l'incarnation la plus parfaite de Satan que le monde ait jamais vue". 23 L'incident suivant impliquant Voltaire est raconté par Monseigneur George Dillon : "Un lieutenant de police lui a dit un jour que, malgré tout ce qu'il avait écrit, il ne devrait jamais être capable de détruire le christianisme. "C'est exactement ce que nous verrons", a-t-il répondu." 24

Les attaques de Voltaire et des Encyclopédistes ont profondément marqué le climat intellectuel de la France et ont contribué à déclencher la fomentation sociale qui allait culminer dans le grand bain de sang de la Révolution de 1789. Leur contribution à l'avancement des objectifs de la franc-maçonnerie n'a pas été perdu sur la Loge. Le père Clarence Kelly, dans son étude Conspiracy Against God & Man, (Complot contre Dieu et l'homme,) cite un passage d'une allocution prononcée au Congrès du Grand Orient de 1904 :

Au XVIIIe siècle, la glorieuse lignée des Encyclopédistes a formé dans nos temples un public fervent qui était alors seul à invoquer le dispositif rayonnant encore inconnu de la foule : "Liberté, Égalité, Fraternité." La graine révolutionnaire a rapidement germé au milieu de cette élite. Nos illustres francs-maçons d'Alembert, Diderot, Helevcius, d'Holbach, Voltaire, Condorcet, ont complété l'évolution des esprits et préparé la nouvelle ère. Et lorsque la Bastille tomba, la Franc-maçonnerie eut l'honneur suprême de donner à l'humanité la charte (c'est-à-dire la Déclaration des Droits de l'Homme) qu'elle avait élaborée avec dévotion. (Applaudissements) 25

Et pourtant, malgré la mer écarlate qu'ils ont contribué à précipiter, ces antéchrists n'ont jamais manqué de se cacher derrière des affectations pieuses ou un langage voilé lorsque l'occasion le justifiait. Monseigneur Dillon écrit de Voltaire :

Voltaire, "l'incarnation la plus parfaite de Satan que le monde ait jamais vue. "

Il était aussi, comme l'école qu'il a quittée depuis, un hypocrite. Infidèle jusqu'au fond du cœur, il pouvait, quand cela lui convenait, pratiquer et même feindre un zèle pour la religion. Dans l'attente d'une pension du Roi, il écrivit à M. Argental, un de ses disciples, qui lui reprocha son hypocrisie et ses contradictions dans sa conduite. "Si j'avais cent mille hommes, je sais bien ce que je ferais ; mais comme je ne les ai pas, j'irai communier à Pâques et vous pourrez me traiter d'hypocrite aussi longtemps que vous voudrez." Et Voltaire, en recevant sa pension, est allé communier l'année suivante...26

Suivant l'exemple de leur mentor, les Encyclopédistes étaient très habiles dans l'art de l'artifice, leurs mensonges impies cachés dans une forêt d'ambiguïtés et de mots codés. Gustave Combes, dans son livre Revival of Paganism, (Renaissance du paganisme) affirme qu'ils ont utilisé toute leur ingéniosité pour voiler leurs attaques afin que les autorités de l’État ne s'alarment pas ou que le lecteur général ne soit pas sur ses gardes. L'un des plus illustres des compilateurs, d'Alembert, parle de "cette guerre secrète" qui a sapé furtivement pour mieux la détruire. Naigeon et Condorcet parlent de "ces articles insinuants" où "on foule aux pieds les préjugés religieux sans sembler le faire du tout", où "les erreurs respectées" sont systématiquement trahies par "la faiblesse de leurs preuves", où elles sont décalées par "la proximité des vérités qui pénètrent aux racines même de leur fausseté". 27

Tout cela rappelle beaucoup les méthodes des modernistes un siècle plus tard. Bien que le catholique prudent d'aujourd'hui ait pu voir à travers une grande partie de la mendicité de l'Encyclopédie, il en a néanmoins trompé plusieurs à son époque. Cornbes écrit :

Le lecteur ne peut s'empêcher de penser que l'athéisme entache chaque ligne. Mais dans l'ensemble, l'Encyclopédie est si discrète et si aimable qu'il hésite à la condamner comme subversive s'il ne la lit avec une telle attention qu'il en découvre le vrai sens et la nature sauvage de l'attaque. De plus, cet athéisme apparaît là où le lecteur s'y attendrait le moins ; par exemple, sous des rubriques qui n'ont aucun rapport avec un sujet religieux. Dans ces articles savants, essentiellement inoffensifs, l'Encyclopédie affiche ses critiques les plus venimeuses du "fanatisme chrétien".

Mais que sa doctrine s'exprime furtivement ou ouvertement, qu'elle prenne la forme de l'ironie ou de l'invective, en tout cas elle n'a qu'un seul but : frapper le christianisme sur tous les flancs, saper les fondements de la civilisation sans penser à la miséricorde, détruire toute autorité et tout principe sain. Pour ce faire, elle a rassemblé toutes les forces de l'irréligion qui s'étaient secrètement répandues dans le monde au cours des deux siècles précédents, et a mis à leur compte toutes les accusations qui avaient été portées contre l'Église. L'Encyclopédie réunit en un même lieu tous les arguments et les réfutations des philosophes antireligieux, formant une vaste somme qui se dresse triomphalement contre la Somme de Saint Thomas ; un nouvel évangile issu du fond du mental humain qui devait remplacer celui que Dieu est censé nous révéler. Il devait, en fait, être le précurseur d'une nouvelle ère qu'il apporterait au monde. 29

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin17
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie18
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 17 Jan 2019, 8:44 am

Corrompre les fidèles par le mauvais clergé

Le but de cette digression assez longue est de souligner qu'avec les Lumières, la guerre de Satan contre le Christ est entrée dans une nouvelle phase. Tout au long de l'histoire de l'Église, un hérétique, une fois exposé, commencerait alors ouvertement à l'attaquer. Mais cela a changé avec Voltaire et ses disciples. Les ennemis de l’Église ne se lanceront plus (à quelques exceptions notables près) dans des attaques frontales contre elle ; il s'agira désormais de tourner subtilement en dérision ses enseignements et son autorité - et, lorsque cela est possible, de la subvertir intérieurement.  Au lieu de faire trembler les vitupérations habituelles, ils restaient comme une vipère au sein de l'Église et, face à leurs erreurs, ils levaient les mains en signe de surprise en s'exclamant : "Vous ne pouvez pas croire que je le pensais vraiment". Puis, à moins d'être bien exposés, ils ont professé avec constance (bien que faussement) l'orthodoxie de leurs croyances et leur fidélité indéfectible à Rome. Juste un peu plus d'éclaircissements sur ce point afin de montrer sa progression jusqu'à Vatican II.

Ce changement s'est manifesté presque immédiatement. Pendant la Révolution française, alors que la plupart des évêques et des prêtres fidèles allaient dans la clandestinité pour sauver leur tête, une nouvelle race de clergé est apparue, qui n'avait aucun scrupule à essayer de lier le slogan révolutionnaire - et tout à fait non catholique - "Liberté, Égalité, Fraternité" à l'Église. Alors que ces "membres du clergé constitutionnel", comme on les appelait, faisaient semblant d'être loyaux envers tout ce qui était catholique, la ruse n'a pas duré très longtemps. Le Pape Pie VI les suspendit et interdit aux fidèles de recevoir les sacrements d'eux. Dès 1775, avec sa première encyclique Inscrutabile, le même pontife avait mis en garde contre l'infiltration de la Maçonnerie, non seulement dans les plus hauts niveaux du gouvernement civil, mais même dans les rangs du clergé. 30 Neuf ans auparavant, le Pape Clément XIII, dans son encyclique anti-maçonnique Christianas Reipubliciz Salus, avait fortement suggéré la même chose : "L'ennemi de tout Bien a semé la mauvaise semence dans le champ du Seigneur et le mal a grandi rapidement, au point qu'il menace de détruire la moisson. Il est temps de l'abattre", 31 Le successeur immédiat de Pie VII, voyant la montée d'une société secrète apparentée, les Carbonari, a exposé leur duplicité quand il a écrit : "Ils affectent une obéissance spéciale et un zèle merveilleux pour la foi catholique, la personne et l'enseignement de Notre-Seigneur Jésus-Christ, que parfois ils osent impeccablement appeler le chef de leur société, et leur grand maître". 32 Néanmoins, malgré la répression du Vatican contre le "clergé constitutionnel" (qui était peut-être trop doux), un schéma pernicieux a été établi, et les ennemis ne voyaient aucune raison de l'abandonner.

Les clercs révolutionnaires en France n'étaient que la manifestation extérieure d'un mouvement clandestin plus vaste qui rayonnait dans toute l'Europe. En fait, leur transformation reflète ce qui se propageait également en Allemagne. En 1785, la police bavaroise a saisi et publié des documents d'un groupe anti-chrétien radical qu'elle avait supprimé, le culte secret des Illuminati. Dans ces écrits, Adam Weishaupt, ancien professeur d'université apostat et chef des Illuminati, enseignait une forme de "théologie de la libération" presque deux cents ans avant qu'elle ne devienne à la mode dans les milieux conciliaires :

Que les chrétiens croient que notre Seigneur-Jésus-Christ a été le grand inventeur du trinôme maçonnique, "Liberté, Égalité et Fraternité," que ceci est la doctrine qu'il a enseignée, mais que celle-ci doit être comprise avec les enseignements des sectes. Notre doctrine est la doctrine divine que Jésus-Christ a enseignée à ses disciples[sic - JKW] et dont la signification intime et réelle appartient aux discours secrets des loges....[Nous avons ici la cabale...] Cette doctrine donne à l'humanité entière les moyens d'atteindre la liberté totale....Personne n'a ouvert des chemins aussi sûrs pour la liberté comme notre grand Jésus de Nazareth. 33

La répression des Illuminati n'a cependant pas mis fin à ces activités. En 1846, le pape Pie IX autorisa la publication des documents de l'Alta Vendita, qui avaient été confisqués par le gouvernement pontifical. Ce groupe, communément considéré comme l'organe directeur de la franc-maçonnerie continentale à l'époque, a fait la prédiction suivante : "Notre fin ultime est celle de Voltaire et de la Révolution française - la destruction finale du catholicisme, et même de l'idée chrétienne. Le travail que nous avons entrepris n'est pas le travail d'un jour, ni d'un mois, ni d'une année. Cela peut durer de nombreuses années, un siècle peut-être ; dans nos rangs, le soldat meurt ; mais le combat continue... 34 Qu'est-ce qui aurait pu l'inciter à faire une prévision aussi audacieuse à long terme ? La réponse : L'engagement à une infestation prolongée de l'Église.

Cette Instruction Permanente, comme on l'appelait, indiquait clairement aux initiés que pour atteindre son but, la Loge devait triompher et détruire complètement le Saint-Siège, parce que tout ce qui serait autre chose signifierait "l'idée chrétienne..., si elle était laissée sur les ruines de Rome, serait la résurrection du Christianisme par la suite". 35 Comment l'Alta Vendita pensait-elle pouvoir atteindre un tel objectif ? L'une des clés du projet consistait à lancer dans les coulisses ce que l'on appellerait aujourd'hui des campagnes de diffamation (ou de désinformation) contre les plus ardents défenseurs de la foi au sein de la hiérarchie ecclésiastique. Notant qu'"un mot peut parfois tuer un homme", les conspirateurs suggèrent que l'ingérence du clergé soit traitée de la manière suivante :

S'il est d'avance un ennemi déclaré,....enveloppez-le de tous les pièges que vous pouvez placer sous ses pieds ; créez pour lui une de ces réputations qui feront peur aux petits enfants et aux vieilles femmes ; peignez le cruel et sanguinaire ; racontez, à son sujet, quelques traits de cruauté qui peuvent facilement être gravés dans l'esprit des gens. Quand les journaux étrangers rassembleront pour nous ces récitals[plantés, bien sûr, par la Loge elle-même - JKW), qu'ils embelliront à leur tour (inévitablement à cause de leur respect pour la vérité[sic]), montreront, ou plutôt feront montrer, par quelque fou respectable, ces papiers où les noms et les excès des personnages impliqués sont reliés. Comme la France et l'Angleterre, ainsi l'Italie ne manquera jamais de stylos faciles qui savent s'employer dans ces mensonges si utiles à une bonne cause. Avec un journal dont ils ne comprennent pas la langue, mais dans lequel ils verront le nom de leur délégué ou juge, le peuple n'a pas besoin d'autres preuves. Ils n'en sont qu'au début du libéralisme ; ils croient aux libéraux, comme plus tard, ils croiront en nous, ne sachant pas très bien pourquoi..." 36

A SUIVRE...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin18
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie19
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Ven 18 Jan 2019, 9:03 am

Un autel franc-maçonnique

Les "membres" de l'Alta Vendita étaient obligés de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour ne pas se faire passer pour des Catholiques de foi, sans quoi ils n'auraient pas pu s'y tromper. En élaborant leur plan pour la destruction de l'Église Catholique, les maîtres secrets de cette sombre fraternité ont enseigné :

Pour arriver à ce résultat plus certainement,[...] nous ne devons pas prêter attention à ces vantards de Français, à ces Allemands nuageux, à ces Anglais mélancoliques, à tous ceux qui s'imaginent pouvoir tuer le catholicisme, maintenant avec un chant impur, puis avec une déduction illogique ; à un autre moment, avec un sarcasme introduit en fraude comme le coton Britannique, le Catholicisme a une vie beaucoup plus tenace que cela. Elle a vu les adversaires les plus implacables, les plus terribles, et elle a souvent eu le malin plaisir de jeter de l'eau bénite sur les tombes des plus enragés. Permettons donc à nos frères de ces pays de se livrer à l'intempérance stérile de leur zèle anti-Catholique. Qu'ils se moquent de nos Madones et de notre apparente dévotion. Avec ce passeport nous pouvons conspirer à notre aise, et arriver peu à peu à la fin que nous avons en vue.
37

Plus loin, la question est de nouveau mise à l'ordre du jour :

Si ça vous plaît, pour mieux tromper l'œil inquisiteur, d'aller souvent à la confession, vous êtes de droit autorisé à garder le silence le plus absolu sur ces choses. Vous savez que la moindre révélation, que la moindre indication qui vous a échappé au tribunal de pénitence, ou ailleurs, peut entraîner de grandes calamités et que la sentence de mort est déjà prononcée sur le révélateur, volontaire ou involontaire . 38

Voici donc les méthodes par lesquelles les ennemis de l'Église ont cherché à la réduire à néant : feindre la dévotion, mais semer subtilement des graines de mépris pour ceux qui étaient en position d'autorité, dans le but de la renverser. Il y a plus encore dans ce diable, car l'Instruction permanente, tout en mettant l'accent sur ce simulacre Catholicisme, continue :

Cette réputation ouvrira la voie au passage de nos doctrines au sein du jeune clergé, et même au fond des couvents. Dans quelques années, le jeune clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions. Ils formeront le Concile du Souverain. Ils seront appelés à choisir le Pontife qui régnera ; et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement imprégné des principes italiens et humanitaires que nous allons mettre en circulation... 38A pour être exact).

Mais le complot contre l'Église était, bien sûr, déjà en plein essor. Dès 1806, l'abbé Augustin Barruel, prêtre "papiste" contraint de fuir la France pendant la Révolution, présenta à Pie VII les détails du programme du complot anti-catholique, obtenu d'un ancien membre de la secte. Sa Sainteté a non seulement reconnu leur authenticité, mais elle est allée jusqu'à avertir les fidèles en les citant. L'article suivant, qui en découle, est pertinent pour l'étude en question :

4.Que, sur notre sol Italien, ils avaient déjà recruté comme membres plus de 800 ecclésiastiques[italiques ajoutés JKW], séculiers et réguliers, parmi lesquels il y avait de nombreux pasteurs, professeurs, prélats, et quelques évêques et cardinaux ; et que, par conséquent, ils n'ont pas abandonné avoir un pape de leur propre parti. 39

Puis, en 1845, le secrétaire d'État du pape Grégoire XVI, le cardinal Tommaso Pernetti, révèle dans une lettre la terrible réalité :

Notre jeune clergé est déjà imprégné d'idées libérales. ...Ils ont abandonné les études sérieuses. La plupart des prêtres qui nous succéderont dans les postes de direction sont mille fois plus tourmentés par le vice libéral.... ; la plupart d'entre eux ne connaissent pas la nature des choses qui se passent et se laissent influencer par les suggestions qui sont à l'origine des grandes crises de l'Église. Le même esprit de discorde se retrouve partout parmi les prêtres,... Ils ont rompu avec le passé pour devenir de nouveaux hommes. L'esprit des sectes remplace l'amour véritable du prochain, et l'orgueil individuel grandit dans l'obscurité. 40

Et qui, en examinant objectivement ces remarques (et les retombées spirituelles de Vatican II), ne peut voir instantanément un parallèle avec le commandement suivant de l'Alta Vendita :

"Rends le cœur des hommes vicieux et corrompu, et vous n'aurez plus de Catholiques. Éloignez les prêtres des autels et de la pratique de la vertu. Efforcez-vous de remplir leur temps avec d'autres questions... c'est la corruption des masses que nous avons entreprises - la corruption du peuple par le clergé, et le clergé par nous - la corruption qui devrait un jour nous permettre de déposer l’Église dans la tombe...'' 41

Les extraits précédents de l'Église et de ses ennemis montrent clairement que l'intention était une guerre prolongée ; un conflit qui conduirait finalement à la dissolution de l'Église. Tout aussi évident est le fait que ces infidèles tenteraient de la détruire de l'intérieur. Et bien avant Vatican II, ils avaient déjà fait des progrès considérables dans leur intrigue.

A SUIVRE...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin10  THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie11
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Sam 19 Jan 2019, 10:17 am

A la recherche de Rome

Ont-ils eu beaucoup de succès ? Avant de poursuivre, il convient de souligner un point soulevé dans les textes précédents : Le but de ces subversifs était de pénétrer aux plus hauts niveaux de l'Église et, si possible, d'établir une pseudo-hiérarchie de leur propre choix. "Le Pape, disent-ils, ne viendra jamais dans les sociétés secrètes. C'est aux sociétés secrètes de venir d'abord à l'Église, dans la volonté de conquérir les deux." 42 Ce qu'ils voulaient, c'était rien de moins qu'un intérêt de contrôle dans la manière dont le Saint-Siège serait gouverné, mais ils ne se permettaient pas d'en attendre trop :

''Nous ne voulons pas gagner les Papes à notre cause, en faire des néophytes de nos principes et des propagateurs de nos idéaux. Ce serait un rêve ridicule, quel que soit le cours des événements. Si des cardinaux ou des prélats, par exemple, entraient, volontairement ou par surprise, d'une manière ou d'une autre, dans une partie de nos secrets, ce ne serait en aucun cas un motif pour souhaiter leur élévation au Siège de Pierre. Cette élévation nous détruirait...''43

Ce que l'on cherchait, c'était "un Pape selon nos désirs", c'est-à-dire un Pape que l'on pouvait influencer et manipuler jusqu'à leurs fins. 44 Bien que ce sujet mérite d'être souligné (et qu'il puisse peut-être être exploré en profondeur à une autre occasion), sa pertinence pour le débat actuel est de savoir comment il devait être abordé. Comme nous l'avons vu plus haut, le moyen d'exécution serait une génération de clercs imprégnés des doctrines empoisonnées de la Loge - un stratagème qui était déjà mis en œuvre il y a un siècle et demi, à un moment où de forts Papes siégeaient sur la Chaire de Pierre !

''Les déclarations d'un tel prêtre, un abbé Roca (1830-1893), sont d'une grande importance pour la compréhension de la pensée conspiratrice, car il a écrit et parlé ouvertement et en détail de ces objectifs. À la lumière de ce qui s'est passé depuis Vatican II, une grande partie de ce qu'il avait à dire semble presque prophétique. Il était, pour citer, le pire des apostats, membre des sociétés secrètes les plus importantes, et un élément consciemment disposé à détruire l'Église." 45

Selon le Dr Rudolf Graber, évêque Conciliaire traditionnellement orienté en Allemagne :

Le nom de ''[Roca] ne se trouve ni dans les dictionnaires théologiques et ecclésiastiques, ni dans le dictionnaire du franc-maçon. Né à Perpignan, en France, où il fréquente l'école des Carmélites, il est ordonné prêtre en 1858 et fait chanoine honoraire en 1869. Il s'est rendu en Espagne, aux États-Unis d'Amérique, en Suisse et en Italie. Il connaissait très bien les sciences occultes et diffusait une vaste propagande, en particulier parmi les jeunes. C'est pour cette raison qu'il est entré en conflit avec Rome. Malgré son excommunication, il poursuivit ses activités, prêcha la révolution et proclama l'avènement de la "synarchie divine [terme inventé par Roca pour signifier la domination de son Église "Catholique" occulte - jfcw]" sous un Pape converti au Christianisme scientifique. Il parle d'une Église nouvelle et éclairée influencée par le socialisme de Jésus et des Apôtres...". 46

A SUIVRE...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin19
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie20
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Dim 20 Jan 2019, 9:00 am

La version du Christ de Roca avait beaucoup en commun avec le panthéisme évolutionnaire ultérieur de Teilhard de Chardin ; ils sont si semblables qu'on pourrait facilement les confondre les uns avec les autres. Par exemple, s'exprimant en 1889 à Paris au Congrès Spiritualiste International, parrainé par les Maçons du Grand Orient de France, Roca déclara: :

"Avec le monde et parce qu'Il est le monde, le Christ évolue et se transforme. Personne ne pourra jamais arrêter le tourbillon du Christ. Personne ne pourra briser le cours de l'évolution que le Christ conduit dans le monde entier et[cela] submergera tout. Les dogmes évoluent avec elle, puisqu'ils sont des êtres vivants, comme le monde, comme l'homme, comme tous les êtres organiques. Comme ce sont des échos de la conscience collective, ils suivent, comme elle le fait, le cours de l'histoire." 47

De la même manière, il revendiquait la Personne du Sauveur : "Incarnation de la raison incréée à la raison créée, manifestation de l'absolu dans le relatif, le Christ personnel est un symbole central, une sorte de hiéroglyphe physique qui parle et agit toujours d'une manière singulière[sic]. C'est l'homme-livre mentionné par la Kabbale et l'Apocalypse." 48

   La notion de dogmes en évolution est, bien sûr, le manuel du Modernisme, tout comme l'hypothèse que la vie de Jésus est plus importante dans son symbolisme subjectif pour les croyants que dans sa réalité objective. 49 Une telle harmonie inattendue d'enseignements donne d'autant plus de raisons de laisser ouverte la possibilité très réelle d'un lien caché entre la Maçonnerie et le Modernisme (ce dernier, disons, étant spécifiquement conçu dans la Synagogue de Satan comme une arme particulièrement redoutable pour blesser l'Église). Roca se vantait un jour qu'un millier de prêtres apostats comme lui étaient restés dans l'Église pour semer les graines de sa chute. 50 Une exagération ? Peut-être. Mais avant de l'écarter trop hâtivement, d'autres points doivent être pris en compte pour renforcer sa crédibilité.

Tout d'abord, il y a les témoignages de prêtres Catholiques fidèles comme le Cardinal Bernetti et l'Abbé Barruel d'un grand nombre de prêtres dans l'Église qui ont été soit des infiltrateurs conscients, soit des saturés dans leur pensée avec les erreurs qui se sont répandues dans les Loges. Deuxièmement, il ne faut pas oublier à quel point les modernistes ont proliféré moins de vingt ans après l'affirmation de Roca. Saint Pie X, à Pascendi, fait allusion à une situation qui n'aurait jamais pu se produire sans une pénétration significative de cette cinquième colonne dans les séminaires Catholiques. Les modernistes, écrit-il, "sont d'autant moins espiègles qu'ils se gardent le moins possible à l'air libre", et incluent "beaucoup...[dans] les rangs du sacerdoce lui-même, qui, animés d'un faux zèle pour l'Église, [manquent] des solides garanties de philosophie et de théologie, mais plus imprégnés des doctrines venimeuses que les ennemis de l'Église [italiques ajoutés]". 51 Quand on découvre beaucoup de prêtres, qui non seulement sont déficients dans des sujets aussi cruciaux, mais qui sonnent comme des francs-maçons et d'autres dans leurs déclarations, il n'est guère téméraire d'interroger les séminaires. S'il n'y avait qu'une poignée de ces prêtres identifiés, ils pourraient être considérés comme des anomalies qui ont réussi d'une manière ou d'une autre à se faire ordonner. Mais quand il devient évident que beaucoup d'entre eux existaient, le fardeau doit incomber principalement aux séminaires pour leur avoir donné une fausse formation. Pendant la guerre de saint Pie X contre le modernisme, il ordonna des visites apostoliques dans tous les diocèses d'Italie. Carlo Falconi écrit : "beaucoup [de ces visites] ont entraîné la fermeture de séminaires [italiques ajoutées], le retrait d'éminents ecclésiastiques, et des rapports sans compromis sur les évêques". 52  Un tel processus de déracinement des mauvaises herbes nocives devait être mené à bien à l'échelle mondiale, mais ce programme de purification des séminaires prit effectivement fin avec la mort du saint en 1914.

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin20
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie21
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Lun 21 Jan 2019, 8:20 am

Si, pour les besoins de l'argumentation, Pie X n'avait rien fait d'autre de significatif durant ses années de pape que d'engager ces subversifs dans le combat comme il l'a fait, un tel effort héroïque serait certainement en soi une raison forte pour sa canonisation, et des raisons tout aussi convaincantes pour lui accorder le statut d'un des plus grands défenseurs de la foi de tous les temps. Mais sa tentative de dénoncer les auteurs était, hélas, une question de trop peu, trop tard. Malheureusement, il essayait de se battre en un peu plus d'une décennie, une condition qui avait un siècle ou plus à s'envenimer. Si vaillamment que saint Pie s'est efforcé de remédier à la situation, il a dû faire face à une tâche qui, humainement parlant, était à peu près impossible.Même avec l'aide divine, le travail était ardu, car il était déjà confronté à une partie importante de la hiérarchie qui considérait la crise avec une relative indifférence, et d'autres qui, à des degrés divers, soutenaient réellement les appels au changement. Le triomphe des modernistes a finalement eu lieu après sa mort, car aucun de ses successeurs n'a manifesté son attention, sa combativité ou sa profonde compréhension de l'état vraiment grave dans lequel se trouvait l'Église (peut-être ont-ils été trompés par les fausses nouvelles répandues, que beaucoup trop nombreux croyaient, que le combat était terminé - une tromperie qui, sans doute, était la plus grande victoire des modernistes). Mais ces traits étaient absolument obligatoires pour un Vicaire du Christ dans ces années cruciales, si la bataille devait être gagnée par les forces du bien. Malheureusement, on a constaté qu'ils manquaient cruellement de ces pontifes. Quelles que soient les louanges que l'on puisse rendre à ses successeurs, il n'en demeure pas moins que la plus grande vigilance n'a pas été maintenue et que, par conséquent, les berceaux mêmes du sacerdoce étaient devenus les pépinières de la révolution.

Roca l'avait prévu dans une large mesure. Les infiltrés, enseignait-il, seraient bientôt assez forts pour provoquer une scission au sein de l'Église. Ils devaient créer une faction pour combattre les prêtres traditionnels : "Ils[les prêtres traditionnels et subversifs] forment maintenant un anneau, qui se brisera au milieu, et chacune de ses moitiés formera un nouvel anneau. Le schisme est sur le point de se produire où il y aura un anneau de "progressisme" et un anneau "réactionnaire"." 53 Bien qu'il n'y ait pas eu de schisme littéral, il y a amplement de preuves qu'un schisme virtuel se formait déjà. 54 Mais ce n'est qu'en 1962, avec le début de Vatican II, que cette rupture commencera à se manifester pleinement.

Bien plus révélateur en ce qui concerne Bugnini, Roca, dans un livre intitulé "Abbé Gabriel", voyait l'avenir avec une pré-connaissance vraiment diabolique :

"J'ai le sentiment que le culte divin, tel qu'il est régi par la liturgie, les cérémonies, les rites et les décisions de l'Église Romaine, va bientôt subir une transformation, à un conseil œcuménique [italiques ajoutés]. Elle ramènera l'Église à la vénérable simplicité de l'âge d'or apostolique et l'harmonisera avec la nouvelle étape de la conscience et de la civilisation modernes''. 55


TBC..

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin21
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie22
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 22 Jan 2019, 12:13 pm

Vianney a écrit:Dommage que je ne suis pas fort en anglais ça semble très intéressant :/
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 22 Jan 2019, 12:13 pm

Roger Boivin a écrit:
Vianney a écrit:Dommage que je ne suis pas fort en anglais ça semble très intéressant :/

Bonjour Vianney ; .. le fil en anglais de Javier, Monique l'a traduit ; il est là : https://messe.forumactif.org/t8377-the-bugnini-file-le-dossier-bugnini-anglais-francais
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 22 Jan 2019, 12:14 pm

Vianney a écrit:Bonjour et Merci à vous cher ami Roger et bonne et sainte année a vous Smile
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 22 Jan 2019, 12:15 pm

Roger Boivin a écrit:
Vianney a écrit:Bonjour et Merci à vous cher ami Roger et bonne et sainte année a vous Smile

Vous pareillement, cher ami !
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 22 Jan 2019, 12:31 pm

Ailleurs, il déclarerait :

"Et nous, prêtres, prions, bénissons et glorifions la tâche merveilleuse de la transfiguration scientifique, économique et sociale de nos mystères, symboles, dogmes et sacrements religieux[italiques ajoutés]. Vous ne réalisez peut-être pas que nos formes sont dépassées et que nous sommes usés, abandonnés par l'Esprit et seuls nos mains sont pleines de coquilles vides et de lettres mortes." 56

En conséquence, l'agenda présenté dans "Il Santo" du moderniste Antonio Fogazzaro comprend de nombreux éléments clandestins qui lui sont propres. Les conspirateurs du roman se rendent compte que pour accomplir leur "renouveau" de l'Église, le secret absolu est nécessaire jusqu'à ce qu'un nombre suffisant de personnes aient été gagnées à la cause. Dans un passage, un membre du groupe décrit les objectifs et les craintes du groupe au héros de "Il Santo"," Giovanni Selva :

''Nous sommes probablement tous d'accord pour dire que l'Église Catholique peut être comparée à un vieux temple qui, à l'origine d'une noble simplicité et d'une grande spiritualité religieuse, a été défiguré et surchargé de toutes sortes d'ornements et de stucs au cours des 17e, 18e et 19e siècles... Mais je ne puis croire que nous sommes tous d'accord sur la quantité et la qualité des mesures correctives à apporter. Et je devrais donc considérer qu'il est plus approprié de parvenir à un accord sur la nature des réformes avant de procéder à l'établissement de cette franc-maçonnerie catholique. En effet, je souhaite aller plus loin. Je crois que même si vos idées étaient tout à fait d'accord, je ne devrais pas vous conseiller de vous lier par un lien tangible. Mes doutes sont d'une nature très délicate. Vous croyez avec confiance que vous pouvez nager sous l'eau comme des poissons prudents et ne vous souvenez pas que l'œil aiguisé du Pêcheur exalté ou de l'un de ses représentants peut très bien vous détecter et vous attraper avec un harpon bien visé....". 57

Selva répond que la force se trouve dans l'unité :

"Isolés, chacun de nous peut être frappé : aujourd'hui, par exemple, le professeur Dane ; demain, Dom Fare" ; le lendemain, Dom Clement. Mais le jour où le harpon imaginaire est lancé, et lorsqu'il est retiré, on découvre qu'il y est attaché non seulement des laïcs éminents, mais aussi des prêtres, des moines, quelques évêques et peut-être même des cardinaux, qui, je vous prie, seront les pêcheurs, aussi grands qu'il soit, qui ne laisseront pas par peur le harpon retomber à l'eau avec tout ce qui y est attaché ?" 58

Jacques Plocard d'Assac écrit :

Le plan est clair : ils doivent influencer suffisamment les esprits par leurs idées que Rome (c'est-à-dire le Pape, appelé le Grand Pêcheur) hésitera à condamner. Ce jour-là, l'Église aura été conquise de l'intérieur, victime de l'opinion publique - et les modernistes ne savent que trop bien qu'ils sont capables de forger cette opinion publique, et c'est leur devoir. 59

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin22
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie23
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 24 Jan 2019, 6:35 am

Bien que Fogazzaro place ses personnages dans la société contemporaine de l'époque, il aurait presque certainement su qu'il n'était pas le premier à avancer de telles vues. Il appelle à une lutte prolongée, comme il l'a déjà dit si souvent dans la littérature de conspiration :

''Nous ne sommes qu'un petit groupe de catholiques, tant en Italie qu'à l'étranger, clercs et laïcs, qui désirent une réforme de l'Église... Pour y parvenir, nous devons CRÉER UN AVIS QUI MÈNERA L’AUTORITÉ LÉGITIME DE L’ÉGLISE POUR AGIR EN VUE DE NOTRE VUE, dans vingt, trente ou même cinquante ans...". 60

En 1908, la Franc-maçonnerie était suffisamment confiante dans la réalisation de son objectif pour qu'un de ses dirigeants, J.M. Jourdan, puisse déclarer publiquement : "Le but n'est plus de détruire l'Église, mais de s'en servir en l'infiltrant." 61 A la fin de Vatican II, la Loge était positivement extatique. Yves Marsaudon, ministre d'État du Conseil Suprême de France (Maçons de rite écossais), serait alors exalté:

Le sens de l'universalisme qui sévit à Rome de nos jours est très proche de notre but d'existence. Nous ne pouvons donc pas ignorer le Concile Vatican II et ses conséquences.... Nous soutenons de tout notre cœur la "Révolution de Jean XXIII"... Ce concept courageux de la Liberté de Pensée qui est au cœur de nos loges franc-maçonniques, s'est répandu d'une manière vraiment magnifique juste sous le Dôme de Saint Pierre... 62 Mais Marsaudon ne s'arrête pas là. Ce qui est encore plus incriminant, c'est ce qui suit :

''Né dans nos loges maçonniques, la liberté d'expression s'est maintenant répandue sur le Dôme de Saint Pierre... c'est la Révolution de Paul VI. Il est clair que Paul VI, ne se contentant pas de suivre la politique de son prédécesseur, va en fait beaucoup plus loin....'' [italiques ajoutées - JKW] 63

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin23
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie24
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Sam 26 Jan 2019, 6:54 am

La trahison dans l'Église

Lorsque Mgr Lefebvre ordonne 16 prêtres à Écone Suisse en juin 1978, un article est paru dans le quotidien italien Giornale di Bergamo avec cette signature. Intitulé "Pourquoi nous nous rebellons", c'était une défense de sa position contre Rome conciliaire et un rejet de ses attaques contre lui et sa Société de Saint Pie X. L'article contenait certaines des critiques les plus sévères de l'archevêque à l'égard de Vatican II, notamment cette accusation cinglante de trahison en haut lieu :

''Nous disons en toute conscience que nous ne sommes pas obligés de nous soumettre à la suppression de l'Écone parce que nous voyons derrière la manière dont l'ordre est né une main qui n'est pas celle de l’Église, une attitude qui manque de respect pour le droit canon qui n'est pas celle de l’Église. Nous sommes forcés de croire que c'est l'ennemi pénétré dans l’Église qui ordonne cette suppression et que l'ennemi est la Franc-maçonnerie.''

''Le progrès constant de l'hérésie et de l'apostasie nous oblige à reconnaître l'influence maçonnique à la Curie romaine et même la présence d'une loge maçonnique au Vatican même. Il y a maintenant... une véritable occupation du Vatican par une contre-Église née du protestantisme et déterminée à répandre toutes les erreurs que les papes ont condamnées au cours des 400 dernières années.'' 64

Si Mgr Lefebvre avait raison, le complot le plus infâme jamais lancé contre l'Église a atteint une grande partie de son objectif. Compte tenu de la destruction substantielle de la tradition chrétienne vécue au cours des trois dernières décennies, il serait certainement, selon les termes de Michael Davies, " un peu trop exagéré d'insister sur le fait que la correspondance entre ce qui se passe actuellement et ce que les sociétés secrètes ont visé n'est qu'un hasard ". 65 Avant de lier tout cela directement à la controverse Bugnini, deux autres exemples du XXe siècle sont destinés à démontrer comment l'Église a été infiltrée.

Le premier cas est célèbre, en raison de l'utilisation inhabituelle du veto d'un dirigeant séculier pour décider d'une élection papale. En 1903, trois ans avant que "Il Santo" ne soit condamné par Rome, un conclave fut convoqué pour élire un successeur au Pape Léon XIII. Au début du scrutin, le principal candidat était le cardinal Mariano Rampolla, secrétaire d'État de Léo. Bien qu'il ait reçu assez de votes pour être élu, Rampolla n'a jamais prononcé l'Accepto requis pour en faire le Pape. En effet, avant d'en avoir eu l'occasion, le cardinal polonais Jan Puzyna de Cracovie, agissant au nom de l'empereur austro-hongrois François-Joseph, s'est levé pour invoquer un veto, qui, presque oublié, a été néanmoins honoré.

Aucune explication du veto n'a été demandée à l'époque, et aucune n'a été donnée. Certains ont émis l'hypothèse qu'il y avait des motifs politiques, car Rampolla s'était servi de sa fonction pour encourager - entre autres - des relations plus amicales entre le Saint-Siège et la France, et ces considérations ont sans doute été prises en compte dans la décision de s'y opposer. Des années plus tard, cependant, une raison encore plus importante est apparue : François-Joseph, disait-on, avait découvert que Rampolla était maçon. Il n'y a pas grand-chose, si ce n'est rien, pour montrer que le cardinal Giuseppe Sarto, alors élu pape saint Pie X, connaissait cette appartenance. Mais il est instructif de considérer que l'un de ses tout premiers actes en tant que Pape fut de remplacer Rampolla comme Secrétaire d’État par le prélat espagnol, le Cardinal Raphael Merry del Val.

Certes, rien ne peut être fait de cela en soi, si ce n'est que Pie n'a pas accepté les affirmations du camp pro-Rampolla selon lesquelles il était irremplaçable en tant que diplomate papal. Pourtant, l'élection de Saint Pie et la destitution de Rampolla, actes providentiels du Saint-Esprit, ont assuré la condamnation du Modernisme. Tout aussi important, cela s'est avéré crucial pour donner à la résistance Catholique d'aujourd'hui la base infaillible sur laquelle s'appuyer pour attaquer l'ensemble de la religion engendrée par Vatican II.

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin24
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie25
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Dim 27 Jan 2019, 1:05 pm

 Le cardinal Rampolla n'est pas le seul ecclésiastique lié au Saint-Siège qui a été accusé d'être un infiltré. Environ un demi-siècle après le fatidique conclave de 1903 a eu lieu un incident qui, bien que moins célèbre que l'affaire Rampolla, était beaucoup plus vérifiable. Dans son livre sur la guerre du communisme contre le christianisme, "L’Église dans les catacombes d'aujourd'hui", Sergiu Grossu, un réfugié roumain basé à Paris, cite Pierre de Villemarest (tiré d'une étude intitulée "Espionnage soviétique en France") concernant un épisode presque oublié - mais extrêmement important - de l'histoire ecclésiale récente. Le texte complet sera donné parce qu'il éclaire non seulement une découverte cruciale dans l'Église préconciliaire et la preuve d'une continuation de cette subversion après le Concile, mais aussi parce qu'il démontre que les ennemis de l'Église (communiste, maçonnique, moderniste) ont employé une stratégie similaire - et, peut-être, d'interverrouillage - pour la détruire :  

''Au début des années cinquante, les services secrets de l'OTAN ont découvert que, dans le cadre du réseau habituel d'espionnage et de contre-espionnage, les Soviétiques avaient mis en place un département spécialement chargé de la pénétration des églises. Dans les pays satellites, le but avait été fixé en 1945 : infiltrer les églises pour les contrôler, sinon les dissoudre[italiques ajoutées - JKW].'' En 1949, un deuxième objectif a été greffé au premier : pénétrer les églises occidentales, catholiques et orthodoxes exactement comme les autres spécialistes le font pour les musulmans, protestants et autres groupes ; puis d'un côté rechercher d'autres voyageurs, de l'autre recruter des agents.

Cette lente pénétration des églises pour les dissoudre de l'intérieur et les amener à réviser les fondements de leur dogme est une tâche doublement subversive et dépend exclusivement de l'espionnage. Les agents sont, bien sûr, sélectionnés avec le plus grand soin...

Au début des années cinquante, un prêtre jésuite et professeur de théologie à l'Université grégorienne a été pris en flagrant délit de vol de documents dans la chambre forte où sont conservés les dossiers secrets du Vatican. Il s'appelle Alighiero Tondi. Il fut le secrétaire de Mgr Montini, alors collaborateur direct de Pie XII, et n'est aujourd'hui rien de moins qu'une figure du "Pape" Paul VI.


Une enquête est en cours depuis quelque temps sous la direction d'un prêtre français associé au Vatican qui avait été officier du deuxième Bureau français à Alger pendant la guerre. Pendant deux ans, chaque fois que des prêtres étaient envoyés secrètement dans les pays de l'Est pour remplacer ceux qui étaient enfermés, déportés ou fusillés par les régimes, un comité d'accueil communiste était immédiatement sur place pour les arrêter eux aussi, avant même leur entrée en fonction. En outre, certaines résolutions secrètes ont évidemment été divulguées de temps à autre au Parti communiste italien en matière de gestion des biens de l'Église.

Quand Alighiero Tondi a été arrêté, il a admis qu'il était devenu prêtre en 1936 sous les ordres d'une division spéciale du Parti communiste italien et que pendant sa formation il avait même suivi un cours à l'Université Lénine de Moscou, où sont formés les principaux espions. Depuis 1944, il envoyait ses informations directement à Palmiro Togliatti, secrétaire général du Parti communiste italien.

Le Vatican a ses lois. Tondi a tout simplement été expulsé de l'ordre et de ses limites sacrées. L'année suivante, il épouse Carmen Zanti, une militante communiste. Depuis, il voyage dans toute l'Europe : en mars 1965, il séjourne en Allemagne de l'Est pour conseiller Walter Ulbricht en matière de politique religieuse. Depuis que Mgr Montini est devenu "Pape", Alighiero Tondi déclare, à tort ou à raison, qu'il a été pardonné parce que "les hauts placés" ont pu comprendre qu'il a toujours eu un seul but : travailler pour la paix et la réconciliation des âmes [par l'espionnage, la trahison de la confiance, le vol des documents secrets, la disgrâce au sacerdoce, etc ? - JKW]. 67

De peur que les détails du crime de Tondi ne soient pas clairs, un prêtre semi-traditionnel français, l'abbé Georges de Nantes, dans une lettre ouverte à Paul VI, rapporte ''qu'il [Tondi] avait été accusé, en présence de Pie XII, d'avoir donné aux Russes les noms des prêtres envoyés pour travailler derrière le Rideau de fer". 68 Ailleurs dans les publications de l'abbé de Nantes,'' on peut lire ce qui suit :

Au cours d'une confrontation dramatique avec le Cardinal N., ... Un tablier franc-maçonnique précoce a admis avoir donné aux Soviétiques [les] noms des prêtres envoyés clandestinement en URSS ; ils ont tous été arrêtés et tués par la suite [emphase ajoutée - JKW].

On sait que Tondi s'est vu accorder le mariage religieux par faveur de Paul VI après qu'il soit devenu Pape [sic]', il a retrouvé du 'travail' à Rome en 1965. 69

Un dernier point à propos de Tondi ajoute l'insulte à l'injure. En 1984, une étude sur les Jésuites de l'auteur allemand Manfred Barthel a été publiée en anglais. Essentiellement une histoire, le livre consacre ses derniers chapitres à un compte rendu actualisé de l'ordre. Barthel cite un article de 1961 intitulé Confessions d'un ex-jésuite, qui "décrit les horreurs du noviciat de l'auteur à un moment donné à la fin des années 1940...". 70 Il dit qu'il a été publié par un éditeur de Berlin-Est, et écrit par...Alighiero Tondi. Que ce soit par dessein ou par ignorance, aucune mention n'est faite de l'autre carrière de Tondi, et tant de lecteurs perdraient l'ironie du choix dans les souvenirs de Tondi (ici par le biais de la paraphrase de Barthel) : "Une permission spéciale était nécessaire pour envoyer une lettre ou même une carte postale ;....et le courrier entrant et sortant était censuré." 71

Que les méthodes des communistes ressemblent à celles des francs-maçons ne devrait guère surprendre. Dans Humanum Genus, le Pape Léon XIII souligne que tous deux s'efforcent de remplacer la civilisation chrétienne par un ordre mondial néo-païen : "Oui, ce changement est délibérément planifié et mis en avant par de nombreuses associations de communistes et socialistes ; et à leurs entreprises la secte des francs-maçons n'est pas hostile, mais favorise grandement leurs projets, et a en commun avec eux leurs principales opinions. 72 Plus tôt dans la même lettre, Léo écrit : "En cette période..., les partisans du mal semblent s'unir et lutter avec une véhémence unie, dirigés ou aidés par des associations fortement organisées et répandues appelées francs-maçons". 73 Les efforts conjoints de ces forces au XXe siècle ont inclus la persécution sanglante des catholiques au Mexique dans les années 1920, et la guerre civile espagnole une décennie plus tard. Plus directement liés au sujet à l'étude, et d'une importance profonde même aujourd'hui, les francs-maçons et les communistes du monde entier se sont joints à eux pour louer le Concile Vatican II. Comme il est révélateur que les deux principales forces anti-catholiques du monde, qui auraient dû être condamnées par le Conseil, aient fini par figurer parmi ses plus grands apologistes ! 74
TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin26
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie27
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Mar 29 Jan 2019, 9:28 am

La guerre contre la messe

"Justement, écrit Saint Alphonse de Liguori, Saint Bonaventure a appelé la Messe un recueil de tout l'amour de Dieu et de tous ses bienfaits pour les hommes". C'est pourquoi le diable a toujours cherché à priver le monde de la Messe au moyen d'hérétiques, les constituant comme précurseurs de l'Antichrist, dont les premiers efforts seront d'abolir le saint sacrifice de l'autel, et selon le prophète Daniel, en punition des péchés des hommes, ses efforts auront du succès : Et la force lui fut donnée contre le sacrifice perpétuel à cause des péchés" 75

Pour beaucoup de catholiques, la prophétie de Daniel s'est réalisée en 1969, lorsque Paul VI a promulgué la publication d'un "nouvel ordre de la Messe". Il ne fait aucun doute qu'avec l'introduction de la nouvelle "Messe", la révolution conciliaire passa à la vitesse supérieure. Toutes les erreurs du Concile devinrent plus rapidement apparentes et se répandirent plus facilement ; le Novus Ordo Missae constituant leur incarnation même. Alors que la Messe latine est une action sacramentelle visant à rendre gloire à Dieu, l'objet de la nouvelle "Messe" est une action sociale centrée sur la congrégation.

La messe en latin est une chose, et une seule chose, le mode parfait du culte divin. Pour les "réformateurs", cependant, c'était précisément le problème. C'est pourquoi ils ont insisté sur l'idée qu'il fallait rendre la Messe plus "pertinente" et "compréhensible" pour l'homme sur le banc, et qu'un "retour aux anciennes formes liturgiques" était le moyen d'y parvenir. 76 Mais, en vérité, il n'y avait qu'une seule raison réelle pour éliminer la Messe tridentine : Sa survie continue constituait un obstacle majeur à l'imposition d'un nouveau système de croyances aux catholiques ; elle devait donc disparaître. Le Dr Rama Coomaraswamy l'a bien résumé lorsqu'il a écrit :

Un dernier problème subsistait. Les réformateurs craignaient que "rien ne sorte du Conseil". Même s'ils avaient réussi à insérer dans les documents "officiels" du Conseil leurs fausses idées, ils savaient que ce n'était pas suffisant....le changement se ferait beaucoup trop lentement pour les innovateurs impatients. La grande majorité des fidèles n'avait jamais demandé le Concile (la Curie s'y était aussi opposée), et se contentait parfaitement de la manière dont l'Église avait toujours été. Même Jean XXIII l'avait reconnue et louée comme étant "vibrante de vitalité". Pour la plupart des gens, les choses se seraient déroulées comme avant. Il était absolument nécessaire d'introduire dans le tissu de la vie quotidienne du chrétien, toutes ces idées nouvelles, la "nouvelle économie de l’Évangile". Comment y parvenir alors ? La réponse était évidente. Il fallait "réformer" la liturgie.

C'est dans la ligne de la pensée de l'abbé apostat Roca qui, en plus d'appeler à "la transfiguration scientifique, économique et sociale de nos... sacrements", écrit-il :

Tant que les idées chrétiennes restaient dans un état d'incubation sacramentelle, dans nos mains et sous le voile de la liturgie, elles ne pouvaient exercer aucun effet social efficace et scientifiquement décisif sur le gouvernement organique et public des sociétés humaines". 78

De même, la nouvelle "Messe" devrait refléter l'activisme "œcuménique", "humaniste", "socialiste", "universaliste", "socialement pertinent" de l'Église conciliaire - des abominations comme la "Messe" des droits civils, la "Messe" des ouvriers agricoles, la "Messe" marxiste, la "Messe" féministe, la "Messe" homosexuelle, qui a enlevé l'accent à Dieu pour le faire porter à "des groupes à intérêt spécial", ont nécessité un service adapté à leurs messages "évangéliques" sociaux. Et c'est exactement ce qu'ils ont obtenu avec le rite "réformé". Bien qu'il s'agisse là de manifestations extrêmes, elles sont certes acceptées comme extrêmes dans la religion conciliaire et servent à souligner le fossé doctrinal qui sépare la vraie foi Catholique du nouveau culte "catholique".

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin26
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie27
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 31 Jan 2019, 12:00 pm

La réputation de l'"Archevêque" Annibale Bugnini se maintient ou s'effondre avec le Novus Ordo Missile. Soit le rite pour lequel il est universellement considéré comme "architecte" est orthodoxe, et donc obligeant pour tous les catholiques, soit c'est un sacrilège "œcuménique" impie, car l'Église n'a jamais permis de "terrain d'entente" ou de "zones grises" quand il s'agit de sauver des âmes. Soit elle est catholique, soit elle ne l'est pas - les fidèles ne peuvent pas "lancer les dés" lorsqu'il s'agit d'un fondamental de la Foi.

Bugnini n'a pas été un "acteur de soutien" dans le domaine de la "réforme", mais l'un des premiers moteurs pendant près de trente ans. Sa carrière singulière sur le terrain a commencé en 1948, quand, à 36 ans, il avait obtenu un soutien suffisant au Saint-Siège pour être nommé Secrétaire de la Commission pour la restauration liturgique générale, poste qu'il a occupé jusqu'en 1960. Après cela, il est devenu successivement : Secrétaire de la Commission Pontificale Préparatoire à la Liturgie (1960-1961) ; l'expert , Commission Conciliaire sur la Liturgie (1962-1964) ; Secrétaire, Consul pour l'application de la Constitution de la Liturgie (1964-1969) ; et Secrétaire, Congrégation pour le culte divin (1965-1975). Et comme nous l'avons déjà dit, il s'était intéressé dès 1944 aux écrits protestants sur la "réforme" liturgique. Il n'y a pas d'exemple plus clair que le résumé de Bugnini de la façon dont les graines qui ont produit la mauvaise récolte de Vatican II ont été secrètement semées dans les hauts lieux plusieurs années à l'avance.

Si la question de la nouvelle "Messe" a été longuement abordée par de nombreux auteurs, un bref passage sur ses oraisons (Collections, Secrets et Postcommunion) suffit à démontrer son écart radical de la tradition catholique. Sur la couverture arrière du livret du Père Anthony Cekada, Les problèmes avec les prières de la nouvelle messe, figure l'accusation que la "Messe" de Bugnini est un rite "systématiquement décatholisé", et les exemples suivants sont donnés :

De ces prières [Novus Ordo Missae - JKW], il y a des concepts catholiques tels que "sacrifice", "réparation", "enfer", "gravité du péché", "pièges de la méchanceté", "fardeau du mal", "adversités", "ennemis", "maux", "tribulations", "maladies", "maladies de l'âme", "obstinément du cœur," la concupiscence de la chair et des yeux, l'indignité, les tentations, les mauvaises pensées, les crimes graves, la perte du ciel, la mort éternelle, le châtiment éternel, les fruits cachés, la culpabilité, le repos éternel, la vraie foi, l'intercession, la communion divine, le feu de l'enfer, '' etc. 79

Quand ces omissions sont considérées comme tout ensemble, la mentalité qui émerge est précisément ce que le Pape Léon dit être l'enseignement de la Loge du Genre Humain:

"Mais les francs-maçons, n'ayant aucune foi en ce que nous avons appris par la révélation de Dieu, nient que nos premiers parents aient péché[italiques ajoutées tout au long - JKW], et par conséquent pensent que le libre arbitre n'est en rien affaibli et incliné au mal.

Au contraire, exagérant plutôt notre vertu naturelle et notre excellence et y plaçant seuls le principe et la règle de justice, ils ne peuvent même pas imaginer qu'il soit nécessaire de surmonter la violence et la règle de nos passions."
80

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin29
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie28
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Dim 03 Fév 2019, 10:54 am

Les conclusions du père Cekada sont pour le moins accablantes, tout comme d'autres critiques de la nouvelle "Messe", mais Bugnini n'a jamais hésité à affirmer que lui et sa "réforme" de la Messe étaient totalement catholiques. Dans le numéro de mai 1980 de la Revue homilétique et pastorale, il a publié une lettre dans laquelle il a reproché à l'auteur d'une précédente lettre à la rédaction. Bugnini a déclaré :

1) ''Par la grâce de Dieu, ma foi en la sainte Eucharistie a été et est celle de la Sainte Église catholique. Je mets au défi[nom de son critique - JKW]... de trouver une seule expression dans la réforme liturgique qui met en doute la foi en la Sainte Eucharistie. 2) Quant à la "révolution liturgique", qui aurait aliéné "des millions" de personnes de la foi, il fait une affirmation gratuite. L'auteur sait très bien que les causes de l'affaiblissement de la foi en notre temps sont nombreuses et complexes. La réforme liturgique non seulement n'a pas dévié de la foi, mais elle a été le facteur le plus valable, elle a donné aux fidèles une foi plus convaincante, plus forte et plus active dans la charité". 81

Ce déni est pour le moins absurde. Les "causes de l'affaiblissement de la foi" ne sont pas "nombreuses et complexes", comme on le prétend, mais telles qu'elles peuvent être dirigées, tout simplement, vers une seule et même source, le Concile Vatican II. A aucun moment dans l'histoire de l’Église, des désignations telles que "pré-conciliaire" et "post-conciliaire" n'ont eu la pertinence qu'elles ont aujourd'hui. Les "réformes" conciliaires - liturgiques et autres - ont complètement transformé la façon dont les catholiques voyaient leur Église et en ont, en fait, aliéné des millions d'entre eux. Mais, bien pire encore, lorsque la Messe leur a été enlevée et que la moquerie s'y est substituée, la confusion, l'aliénation et la corruption ont augmenté de façon exponentielle en proportion directe avec la propagation de cette substitution.

En 1980, cependant, Bugnini pouvait dire tout ce qu'il voulait. La célèbre intervention d'Ottaviani, onze ans auparavant, qui s'attaquait à la nouvelle "Messe" comme "fourmillant d'insinuations ou d'erreurs manifestes contre l'intégrité de la foi catholique", ne reçut de Paul VI qu'une retouche cosmétique de l'instruction générale de l'Ordre de la Nouvelle Messe. Les révolutionnaires avaient gagné la bataille, et la lettre de Bugnini est plus de l'ordre d'une opération de nettoyage que n'importe quoi qui se rapproche de combat réel.

Les arguments qui ont été utilisés à maintes reprises pour défendre les "réformes" liturgiques ressemblent étrangement à ceux déjà cités du Maçon Roca qui, presque cent ans avant les faits, demandait une "transformation... à un concile œcuménique" afin que la liturgie "rende l'Église dans la simplicité de l'âge apostolique doré et la fasse correspondre au nouvel âge de conscience et civilisation moderne". Le Concile a justifié la modification de la liturgie pour qu'une "noble simplicité [son terme]" puisse être atteinte, ou selon les mots de Bugnini :

"Redécouverte de l'esprit et effort pour que les rites parlent le langage de notre temps afin que les hommes et les femmes comprennent le langage des rites, qui est à la fois mystérieux et sacré." 82 Le zèle des "réformateurs" était si prononcé que le bénédictin Dom Cipriano Vagaggini, peritus("expert") de Vatican II, qui a aidé à rédiger sa Constitution sur la liturgie (loué par Bugnini pour son "exposé clair et brillant" des questions), ose écrire dans son livre "Le Canon de la Messe et de la Réforme liturgique" : "Le canon romain actuel [c'est-à-dire tridentin - JKW] pèche de plusieurs façons contre les exigences de bonne composition liturgique et de sens liturgique sain qui ont été soulignées par le Concile Vatican II.'' 83 Dans cette discussion, il convient de citer les remarques du pape Pie XII, que Bugnini considère comme ayant "apposé le sceau de son autorité sur l'ensemble de ce mouvement...". 84 S'il est vrai que Pie XII était favorable à une réforme liturgique, il n'aurait jamais toléré une révolution. En fait, dans son encyclique de 1947 sur la sainte Liturgie, Médiator Dei, il condamne les innovations que certains introduisaient alors dans l'Église - des innovations qui à la fois rappellent celles proposées par Roca et les modernistes, et pointent droit devant le Nouvel Ordre Messe. Si Pie aurait pu être plus fort pour les dénoncer, sa condamnation n'en place pas moins une grande charge de la preuve sur ceux qui soutiennent la nouvelle "Messe". Car parmi les nouveautés, Sa Sainteté se distingue pour la censure :

''[C]eux qui utilisent la langue vernaculaire dans la célébration de l'auguste Sacrifice eucharistique, ceux qui reportent à d'autres dates certains jours de fête - qui ont été désignés et établis après mûre réflexion -, ceux qui suppriment des livres de prières approuvés pour un usage public les textes sacrés des Anciens Testaments, les considérant peu adaptés et inopportuns aux temps modernes". 85

TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin30
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie30
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Empty Re: THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français

Message  Monique Jeu 07 Fév 2019, 2:23 pm

Le Pape Pie XII attaque aussi ceux qui plaident pour "la restauration de tous les rites anciens" au motif que ces cérémonies portent "la saveur et l'arôme de l'antiquité" et ont "une signification pour les temps passés et les situations nouvelles". 86 Enfin, il met en garde contre l'idée que les laïcs "concélébrent" la messe avec le prêtre, et contre l'innovateur qui le ferait :

"...souhaite que l'autel retrouve sa forme primitive de table ;...veut que le noir soit exclu comme couleur pour les vêtements liturgiques ;...interdit l'utilisation d'images et de statues sacrées dans les églises ;...ordonne que le crucifix soit conçu de telle sorte que le Corps du divin rédempteur ne montre aucune trace de ses souffrances cruelles ; enfin...méprise et refuse par endroit la musique polyphonique, même lorsque celle-ci est conforme aux règlements émis par le Saint Siège...". 87

Avec le recul, il semble que Paul VI, Bugnini, Vagagaggini et les autres "réformateurs" aient dressé une liste de ces idées et pratiques proscrites et aient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour les intégrer dans le Novus Ordo Missae et ses rubriques. Bugnini utilisa l'engagement du Pape Pie en faveur d'une véritable réforme comme prétexte pour faire avancer sa propre carrière et justifier sa pseudo-messe totalement destructive. En fin de compte, cependant, ses machinations avaient déjà été condamnées par le pontife même qui, selon lui, avait donné "le sceau de son autorité" auxdites "réformes".


TBC...

 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français Bugnin31
 THE BUGNINI FILE (Le dossier Bugnini) anglais/français La-vie31
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum