Litanies de Notre-Dame de Lorette.

2 participants

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Sam 14 Jan 2017, 6:16 am

.

VIRGO  PRUDENTISSIMA, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Plus tard, quand elle entend dire des merveilles de son fils nouveau-né, loin de joindre ses paroles à celles qui viennent frapper ses oreilles, elle fait violence à son amour inexprimable, et « garde tout dans son cœur  1 » , sachant que Jésus ne doit pas encore être manifesté au monde. Lorsque le jour de la Purification arrive, elle accomplit fidèlement la loi mosaïque, « quoiqu'il n'y ait rien eu que de pur, dit saint Bernard, dans l'enfantement de celui qui est la source de toute pureté 2 : »  en cela, sans doute, elle veut donner l'exemple d'une obéissance qui va au delà du devoir; mais elle veut aussi laisser ignorer un miracle que la prudence ne permet pas encore de divulguer. Et c'est pour le même motif que, lorsqu'elle trouve Jésus dans le temple au milieu des docteurs, elle lui parle en termes qui ne laissent soupçonner ni la divinité du Fils, ni la miraculeuse virginité de la Mère.

Mais qui ne sait que, sous un autre rapport, Marie a toujours été d'une prudence incomparable? Qui ne sait qu'elle a été constamment le modèle parfait de ces vierges sages dont parle l'Évangile, qui sont toujours prêtes à être admises « au festin des noces de l'Agneau 3, conservant toujours dans leurs lampes l'huile précieuse de l'amour de Dieu et des bonnes œuvres 4 ? » « Oui, dit saint Bernard, la lampe de cette glorieuse Vierge n'a jamais perdu son éclat, et sa lumière a été toujours si brillante que les Anges mêmes l'ont admirée comme un prodige 5. »

Et nous aussi nous sommes tous conviés à cette fête céleste, et c'est « à l'heure où nous n'y penserons  pas 1, qu'à notre oreille retentira ce cri soudain : « Voilà l'époux, il faut aller au-devant de lui 2. »

De bonne foi, prévoyons-nous suffisamment cette heure si incertaine ?  Nous pouvons être appelés « le soir, à minuit, au chant du coq 3, » à tout moment ; sommes-nous prêts?...

Hélas! ô Marie, nous, « enfants de lumière, nous avons été jusqu'à ce jour moins prudents que les enfants du siècle 4. » Bien plus, le Seigneur a donné « la vigilance 5 » à l'oiseau dont le chant devance l'aurore, « la prévoyance à l'insecte laborieux qui « pendant l'été fait sa provision 6, au serpent la prudence 7 ; » à nous il a donné cette intelligence au regard perçant qui peut observer, calculer, prévenir un malheur, préparer un succès : nous en usons, avec le plus grand zèle, pour la conduite des affaires du temps ; et pour les intérêts éternels, nous agissons comme des aveugles, « comme des ennemis de notre âme 8. »

Daignez demander pour nous au Seigneur la grâce de faire passer le salut avant tout, ô vous en qui nous admirons une prudence bien autrement éminente que celle d'Abigaïl, louée par la sainte Écriture d'avoir su, au prix d'un généreux sacrifice, gagner la bienveillance d'un cœur justement irrité 9.

Daignez obtenir que nous apportions les précautions les plus sages à tout ce qui regarde notre âme et la vie éternelle:



Vierge très-prudente, priez pour nous !
Virgo prudentissima, ora pro nobis !

_________________________________________________________________

1.  Luc, II, 19. — 2. Serm.  De puritate. —3. Apoc., XIX, 9. — 4. Matth., xxv, 4, 10. — 5.  Serm. II  in Assumpt. B. M. V. — 1. Luc, XII, 40. — 2. Matth., xxv, 6. — 3.Marc, XIII, 35. — 4. Luc, XVI, 8. — 5. Job, XXXVIII, 36. — 6. Prov., VI, 6. — 7. Matth., x, 16. — 8. Tob., XII, 10. — 9. 1 Rois, xxv, 3.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Dim 15 Jan 2017, 5:40 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_26
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen22
.

VIRGO VENERANDA, ORA PRO NOBIS.


 Tout ce qui est noble et grand, la science, la vertu, un beau caractère, fait sur nous une impression plus ou moins vive, qui nous porte à nous incliner et à rendre hommage ; et quand cette science, cette vertu, ce caractère se trouvent unis, dans une même personne, à une haute dignité, notre respect est encore bien plus profond.

Contemplons Marie avec les yeux de la foi. Jamais science humaine put-elle entrer en comparaison avec les communications sublimes dont le Seigneur se plut à la favoriser? Ah ! pour en juger, il n'est pas nécessaire de se rappeler ici que, dans sa vie si intime avec Jésus à Nazareth, elle puisa, pour ainsi dire, à souhait, dans les « trésors de la sagesse et de la science  divines 1 ; » il suffit de penser à ce regard surnaturel de son âme qui, même avant la naissance du Sauveur, voyait, dans toute la suite des siècles, son Dieu glorifié en elle par les hommages perpétuels qu'elle devait recevoir de tous les peuples de la terre 1.

Où trouver d'ailleurs, parmi toutes les créatures, une vertu si élevée, si pure, si douce, si héroïque? Pour n'en indiquer que quelques traits, quelle étonnante chasteté que celle qui, dans un âge si tendre, s'imposa un vœu dont le lien lui interdisait naturellement l'honneur de donner le jour au Messie ! honneur pourtant si ambitionné chez les Juifs, qu'ils regardaient la stérilité comme un opprobre. « Quelle humilité sublime, dit saint Bernard, que celle qui se soutient au faîte des grandeurs, et ne fléchit pas sous le poids de la plus grande gloire ! Marie est la Mère de son Dieu, et elle se dit sa servante 2. »

Et quelle prévenante et délicate charité, lorsqu'elle prie son divin Fils de faire un miracle, pour épargner aux époux de Cana la confusion d'un accident survenu dans la modeste fête à laquelle il a daigné prendre part 3!

Puis, quelle force d'âme, incomparable, quand elle assiste au sacrifice du Calvaire ! « Les disciples ont fui, dit saint Ambroise; la mère est là debout au pied de la croix; elle contemple, avec un attendrissement inexprimable, mais avec un courage surhumain, les blessures sanglantes de son Fils bien-aimé ; elle pense, non qu'il va mourir, mais qu'en mourant il va sauver le monde 4. »

Que dirons-nous enfin de sa dignité presque divine, couronnée au ciel par une gloire inférieure à celle de Dieu seul ? « Ce qu'il y a de plus respectable sur la terre, s'écrie le saint abbé de Clairvaux, c'est le sein virginal où le Fils de Dieu s'est incarné ; ce qu'il y a de plus éminent dans le ciel, c'est, après le trône de Jésus, celui de sa sainte Mère, dont la gloire est en proportion avec le comble de grâce qui lui fut donné, dès ce monde, au-dessus de toute autre créature 1

Elle est donc bien digne de…
________________________________________________________________

1. Coloss., II, 3. —1. Luc, I, 48. — 2. Homél. IV, super Missus est. — 3. Jean, II, 3. — 4. Comment. in Evang. S. Lucæ. —1. Serm. I in Assumpt.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Lun 16 Jan 2017, 6:05 am

.

VIRGO VENERANDA, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Elle est donc bien digne de nos humbles hommages la très-sainte Vierge : elle a droit à une vénération profonde pour son auguste nom, pour ses fêtes, pour ses autels, pour les sanctuaires qui lui sont dédiés, pour tout ce qu'embrasse le culte spécial d'honneur et d'amour qui lui appartient. Ah ! remplissons fidèlement ce devoir sacré envers Marie, devoir dont la pratique a son fondement dans le respect sans mesure qui est dû à Dieu, et y influe à son tour d'une manière si heureuse.

Car, s'il est vrai que l'Église catholique est la plus grande école de respect qu'ait jamais vue le monde, d'abord envers Dieu, et par suite envers tout ce qui est plus ou moins son image, on peut dire aussi que, dans notre sainte religion, la dévotion à Marie donne à ce sentiment, à l'égard de la majesté divine, une consolante suavité. Quand une mère pieuse insinue dans l'âme de son enfant la vénération et l'amour de la très-sainte Vierge, elle l'appelle du nom si doux de Mère du bon Dieu, nom qui lui fait voir, dans une fille d'Ève, d'une nature semblable à la nôtre, celle par qui ce Dieu si grand a daigné descendre jusqu'à nous pour nous sauver : n'imprime-t-elle pas ainsi dans ce jeune cœur, à l'égard du Très-Haut, une respectueuse confiance, qui tient le milieu entre la crainte proprement  dite et la familiarité présomptueuse, et qui est pleine d'une douceur exquise?

Jadis, ô Marie, le roi Salomon, voulant rendre honneur à sa mère, se leva de son trône, alla au-devant d'elle, et, l'ayant saluée respectueusement, la fit asseoir sur un second trône à sa droite 1. C'est à nos yeux, auguste et très-sainte Vierge, une bien faible image des égards dont vous honora Jésus, pendant sa vie mortelle, et de la gloire dont il vous a couronnée, lors de votre assomption dans le ciel. Heureux de rendre hommage à celle que notre divin Sauveur a ainsi honorée, « nous vous offrons, du fond de notre cœur, et avec l'affection la plus dévouée, « le tribut de notre vénération 2, » qui est, dans le langage des hommes, la plus haute expression du respect. Ne permettez pas que « nous oubliions jamais  en rien celui qui vous est dû 3 ; » et, afin de nous éviter ce malheur, obtenez-nous d'avoir le cœur toujours pénétré d'un respect sans bornes pour Dieu, et de révérer aussi, selon sa volonté, tout ce qui est respectable au ciel et sur la terre.



Vierge vénérable,  priez pour nous ! — Virgo veneranda, ora pro nobis !


_________________________________________________________

1. III Rois, II,19. — 2. S. Bernard, Serm. de Nativ. B. M.V. —3. Paralip., XXIX, 18.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mar 17 Jan 2017, 6:55 am

.

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_27

Légende de la gravure.

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen23

VIRGO  PRÆDICANDA, ORA PRO NOBIS.

A proprement parler, Dieu seul est digne de louanges. Le mérite pourtant a droit à nos éloges, pourvu que ces éloges remontent à celui « de qui procède tout « don excellent 1, » et qu'ils restent dans les limites de la vérité. Mais où est-il, sur la terre, ce mérite qu'on peut louer sans crainte d'erreur ou d'exagération ? Hélas ! « Dieu seul connaît le fond des cœurs ; et souvent ce qui est grand aux yeux des hommes, est en abomination devant Dieu 2. »

En louant Marie, en la proclamant digne de nos plus grands éloges, certes, nous n'avons à craindre ni de nous tromper, ni de l'exalter outre mesure ; car le Seigneur lui-même « a pesé son mérite dans la balance infaillible 3,» et il lui a fait donner en son nom d'incomparables louanges. Avons-nous jamais bien compris tout ce qu'il y a de solennel et de glorieux pour Marie dans la salutation de l'Ange Gabriel?

Nous voyons dans la sainte Écriture bien des personnages privilégiés, recevant l'honneur de la visite d'un Ange ; mais nulle part nous n'en voyons qui soient salués par un messager céleste en termes pompeux et magnifiques. « Je vous salue, ô pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre toutes les femmes 1 : »  Se peut-il rien dire de plus honorable à une créature humaine? et n'est-ce pas là, selon la pensée de saint Ambroise et de saint Pierre Chrysologue, « une salutation inouïe, dont on ne saurait trouver aucun exemple 2 ? » Cependant, rien n'y est au-dessus du mérite de celle à qui ces paroles si étonnantes sont adressées : c'est un Ange qui les prononce, c'est l'organe fidèle « du Dieu de vérité 3, » qui, bientôt après, fait donner à Marie des éloges analogues par la sainte mère de Jean-Baptiste.

L'Évangile nous dit, en effet, que ce ne fut pas d'elle-même, mais « après avoir été remplie du Saint-Esprit, qu'Élisabeth, élevant la voix, » répéta les expressions de l'Ange : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes, » et ajouta : « Le fruit de votre sein est béni 4. » Paroles qui relèvent admirablement la grandeur de Marie par la grandeur infinie de celui dont elle est la mère! Élisabeth dit de la très-sainte Vierge, « qu'elle est bénie entre les femmes, » et de son fruit, d'une manière absolue, « qu'il est béni, »

« O Marie, s'écrie à ce sujet saint Bernard, ce fruit précieux de votre sein n'est pas béni parce que vous l'êtes vous-même entre toutes les filles d'Ève; mais vous êtes bénie de la sorte, parce qu'il vous a lui « même prévenue de ses bénédictions. Tandis que vous êtes bénie entre les femmes, lui n'est pas béni  entre les hommes, ni entre les Anges : il est, selon « les expressions de l'Apôtre 1, Dieu au-dessus de tout, béni dans tous les siècles 2. »

Mais Jésus lui-même n'a-t-il rien dit à la louange de sa divine Mère?...
________________________________________________________________

1. Jac, I, 17. — 2. Luc, XVI, 15. — 3. Job., XXXI, 6.  — 1. Luc, I, 28. — 2. S. Ambroise, in Luc. c. VI; — S. Pierre Chrysol., serm. 140. — 3. Ps. xxx, 6. — 4. Luc, I, 41, 42. — 1. Rom., IX, 5. — 2. Serm. in Assumpt. B. M.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mer 18 Jan 2017, 6:21 am

.

VIRGO  PRÆDICANDA, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Mais Jésus lui-même n'a-t-il rien dit à la louange de sa divine Mère?... Venant apprendre aux hommes à être, comme lui, « humbles de cœur 3, » le Sauveur n'a eu garde d'exalter, devant eux, celle dont il était le fils. Toutefois, quand une femme juive, ravie de l'entendre, s'écria, du milieu de la foule : « Heureuses les entrailles qui vous ont porté! heureux le sein qui vous a nourri ! — Bien plus heureux, dit-il, ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la pratiquent 4 ! »

Par là, selon la pensée du vénérable Bède, « il mit, avec une exquise délicatesse, le sceau de son approbation divine à ce magnifique éloge de son auguste Mère, donnant à entendre que, si Marie était trop heureuse d'être la Mère de la Sagesse incarnée, elle l'était bien plus encore d'en observer inviolablement les leçons adorables 5. »

Unissons-nous donc pieusement à tous les saints docteurs qui ont épuisé pour Marie toutes les formules de la louange; et disons, à sa gloire, avec saint Basile de Séleucie, que « jamais l'on ne peut craindre de blesser la vérité, quelque éloge qu'on lui donne, parce que jamais le discours ne pourra égaler sa grandeur 6

Suppléons à notre impuissance par notre zèle pour son culte; profitons avec empressement de toute occasion de parler d'elle avec le dévouement le plus tendre, et d'inspirer aux autres une confiance filiale en sa protection ; honorons-la surtout par l'imitation de ses vertus, en sorte qu'à nous voir et à nous entendre, on ait lieu de glorifier notre divine Mère dans ses enfants.

« O Marie, comment vous exalter dignement, vous qui avez renfermé dans votre sein celui dont les cieux ne sauraient contenir l'immensité 1 ! » « Le  Dieu de majesté 2 » mérite seul des louanges infinies ; mais, après Dieu, seule aussi « vous êtes au-dessus de toute louange 3, » « ô vous que les Apôtres comblèrent d'éloges, répétés ensuite par toute la terre 4 ; » vous que tous les prédicateurs de la parole divine et toutes les bouches des vrais fidèles se sont toujours plu « à proclamer bienheureuse 5 ; » vous dont le nom « sera célébré à jamais parmi les hommes 6 ! »

Ah ! puisque nous sommes incapables d'égaler nos louanges à votre mérite, faites que du moins nous nous efforcions de nous acquitter envers vous par notre zèle pour votre gloire, et par notre fidélité à marcher sur vos saintes traces !



Vierge digne de toute louange, priez pour nous !
Virgo  predicanda, ora pro  nobis !

_____________________________________________________________________

3. Matth., XI, 29.  — 4. Luc, XI, 27, 28. — 5. Liv. IV, c. 40, in Luc. XI. — 6. Serm. de Incarnat. Verb. —1. Brév. rom. in festis B. M. V. — 2. Ps. XXVIII, 3. — 3. Eccli., XLIII, 33. — 4. S. Cyrille d'Alex., serm. de Virg. contrà Nestor. — 5. Prov., XXXI, 28. — 6. Judith, XIII, 25.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Jeu 19 Jan 2017, 8:02 am

.

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_28
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen24
.

VIRGO POTENS, ORA PRO NOBIS.

Si Jésus-Christ, comme Dieu, possédait par nature la toute-puissance; si, comme homme, il la tenait de son union personnelle avec la divinité, dès l'instant de l'incarnation , la manifestation éclatante qui en fut faite au monde après sa résurrection, devint le prix de ses souffrances et de sa mort : c'est ce qu'il indiquait à ses disciples, lorsqu'il leur disait : «Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre 1. » Ce pouvoir souverain, le divin Fils de Marie l'a communiqué à son auguste Mère avec une merveilleuse abondance.

La coopération de Marie aux mystères de l'Homme-Dieu, et sa participation intime à ses douleurs et à son sacrifice sur le Calvaire, ne devaient-elles pas, en effet, lui mériter le privilège d'être associée au domaine de Jésus sur toute créature ? Ne fallait-il pas, d'ailleurs, que celle qui dans ce monde avait si longtemps exercé à son égard les droits de mère, et en avait si admirablement rempli les pieux devoirs, conservât, dans le ciel, l'influence que doit naturellement avoir la plus parfaite des mères sur le cœur du plus tendre des fils, en sorte que, « pour elle, être entendue de lui, ce fût toujours être exaucée 1?» Ne convenait-il pas, enfin, que cette puissance incomparable d'intercession portât, dans une telle mère, des caractères éclatants de grandeur et d'universalité, dignes de celui qu'elle a mis au monde ?

Aussi, les faits les plus frappants révèlent-ils, dans l'univers catholique, ce pouvoir de la très-sainte Vierge. S'agit-il des plus grands intérêts des rois et des peuples? Glorieux souvenir de Lépante, vous attestez à toutes les générations l'admirable victoire qui prit son vol du pied du trône de Marie, pour aller s'abattre terrible, écrasante, sur la flotte formidable des infidèles, sauver la chrétienté, et avec elle la civilisation de l'Europe entière ! Et toi, héros magnanime, qui, dans le noble élan de ta foi, t'écriais à la tête de tes braves : « Marchons, nous avons pour guide la Mère de Dieu, » ne nous dis-tu pas assez haut, par là même, illustre Sobieski, à qui tu fus redevable de ton triomphe sur cette ceinture compacte d'ennemis qui serrait de si près les murs de Vienne ?

Mais vous aussi, ennemis ardents de la vérité catholique, n'êtes-vous pas réduits à servir comme d'autant de trophées à la gloire de la Vierge puissante?... L'Église la félicite solennellement « d'avoir terrassé toutes les hérésies dans le monde entier 2 ; » et il a plu à Dieu, surtout au XIIe siècle, de donner l'éclat le plus merveilleux à la puissance de Marie contre l'erreur. Une hérésie redoutable s'étendait alors dans tout le midi de la France, renversait les autels et les temples, égorgeait les ministres du Seigneur, mettait tout à feu et à sang. A cette secte impie, dévastatrice, vient s'opposer l'humble saint Dominique. De quoi donc s'armera-t-il ce nouveau David? Sera-ce au moins de la fronde du berger?... Non, c'est un rosaire à la main qu'il arrête, qu'il dompte, qu'il gagne les ennemis les plus aveugles et les plus acharnés de l'Église.

Et qui pourrait énumérer…
_______________________________________________

1. Matth., XXVIII, 18. — 1. S. Bernard, serm. de Aquad. — 2.  Brév. rom., in festis B. M. V.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Ven 20 Jan 2017, 6:23 am

.
VIRGO POTENS, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Et qui pourrait énumérer les traits signalés de la puissance de Marie en faveur de tous ceux qui ont pieusement imploré sa protection! Ah! que de tristesses elle a consolées ! que de morts funestes elle a prévenues ! que de tentations violentes elle a fait vaincre ! que de grâces de toute espèce elle a obtenues à ceux qui ont réclamé son secours sur la terre et sur l'Océan ! Ils le proclament avec une voix imposante, irrésistible, ces monuments élevés à sa gloire, ces monuments si célèbres par les souvenirs miraculeux que la foi et la reconnaissance y ont consacrés.

Que de faits, d'ailleurs, que de faits admirables sont restés, et restent encore tous les jours, cachés dans le secret des âmes ! Aimable et saint évêque de Genève, nous savons bien que vous avez dû à Marie la victoire sur une affreuse pensée de désespoir ; et vous, saint André Corsini, votre conversion et vos grandes vertus; et vous, noble martyr du sceau de la confession , immortel Népomucène, le courage et la force qui vous ont acquis tant de gloire; mais ce ne sera que dans le ciel que nous pourrons voir et admirer les innombrables effets de cette puissance prodigieuse que Dieu lui a donnée pour éclairer, guider, soutenir, guérir les âmes rachetées du sang de son divin Fils, et pour abattre l'empire de ce serpent infernal dont elle a été destinée « à écraser la tête 1. »

Recourons donc à la très-sainte Vierge dans toutes nos peines, dans tous nos dangers, dans tous nos besoins, et faisons-nous un pieux devoir d'exalter en tout temps sa puissance.

Oui, nous aimerons toujours à proclamer, auguste souveraine de l'univers, que « le bras du Seigneur a fait éclater en vous son pouvoir 2 ; que dans votre « main réside sa force et son empire 3 ; qu'en lui  tout vous est possible 4 ; » que la gloire des Jahel et des Judith 5, triomphant des ennemis du peuple de Dieu n'est pas même une ombre de celle dont vous resplendissez.

Ah! daignez abriter constamment sous votre protection ceux qui veulent ne jamais cesser de vous invoquer. Surtout, quand le moment décisif arrivera, quand notre âme tremblante sera près de paraître devant son juge, daignez la défendre contre ses ennemis, l'encourager, la fortifier, et, à son entrée dans l'éternité, la recevoir dans vos mains maternelles pour la présenter à votre divin Fils.



Vierge puissante, priez pour nous ! — Virgo potens, ora  pro  nobis  !

_________________________________________________________________

1. Gen., III, 15. — 2. Luc, I, 51. — 3. I Paralip., XXIX, 12. — 4. Philip., IV, 13.— 5. Jug., IV;— Judith, XIII.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Sam 21 Jan 2017, 6:36 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_29
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen25

.

VIRGO CLEMENS, ORA PRO NOBIS.


Pourquoi l'Église nous fait-elle implorer la clémence plutôt que la bonté de Marie? La bonté a quelque chose de si doux, de si propre à toucher le cœur; et dans Marie cette qualité si précieuse pour nous est si aimable, si parfaite! Ne réunit-elle pas dans son cœur immaculé toute la complaisance de la plus tendre des mères, toute la compatissance, toute la charité des âmes les plus éminentes par leur inclination à faire du bien à tous ceux qui pleurent, à tous ceux qui souffrent, à tous ceux qui gémissent sous le poids de l'infortune?...

Ah! sans aucun doute, Marie est bonne, et sans mesure : elle a un cœur si sensible qu'il n'est surpassé que par celui de son divin Fils. Mais l'Église, en nous faisant invoquer ici sa clémence, veut nous faire entendre que notre profonde misère de créatures pécheresses, notre ingratitude détestable envers Dieu nous rend naturellement indignes de la protection bienveillante de cette auguste Mère. Ne faisant qu'un avec Jésus, à l'égard duquel nous sommes si coupables, n'a-t-elle pas beaucoup à nous pardonner pour s'intéresser à nous? Et d'ailleurs, ne suffirait-il pas de notre peu d'empressement à imiter les vertus que nous contemplons en elle, pour l'empêcher de répandre sur nous les bienfaits que nous pouvons en attendre, si elle n'était la Vierge pleine de miséricorde et de douce compassion, la Vierge pleine de clémence?

Oui, cette noble qualité des grands cœurs éclate admirablement dans celui de Marie.

« C'est bien d'elle, dit saint Bernard, qu'on peut entendre cette magnifique image d'une mortelle revêtue du soleil, vue jadis par le prophète de Pathmos : car tout comme cet astre du jour verse indifféremment ses flots de lumière sur les bons et sur les méchants, ainsi Marie ne regarde pas, dans celui qui l'invoque, s'il a été plus ou moins coupable par le passé ; mais elle se montre douce, miséricordieuse, clémente envers tous ceux qui réclament son aide; elle embrasse, comme dans les étreintes d'une charité extrême, tous leurs besoins et toutes leurs misères 1. »

Et comment pourrait-on concevoir qu'il en fût autrement? N'est-ce pas elle « qui nous a enfantés à l'Église par sa charité, dit saint Augustin 2 ? » Et cette charité ineffable ne doit-elle pas lui inspirer constamment pour nous tous les sentiments d'une mère, mais d'une mère dont « le cœur se fond, pour ainsi dire, de compatissance, comme la cire devant la flamme 3

« Oui, certes, reprend à ce sujet l'immortel évêque de Meaux, elle est toujours la même pour nous; elle est toujours bonne, elle est toujours mère. L'amour de notre salut vit toujours en elle, et il n'est ni moins fécond, ni moins efficace qu'il était lors de son consentement à l'auguste mystère de l'Incarnation 1.

Ce n'est donc pas sans fondement que…
___________________________________________________

1. Serm. de Assumpt. B. M. — 2. De sancta Virginitate, nº 6, t. VI. — 3. Ps. XXI, 15. — 1. Serm, pour la fête de l'Annonciat.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Dim 22 Jan 2017, 6:20 am

.

VIRGO  CLEMENS, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Ce n'est donc pas sans fondement que la piété se plaît à se représenter Marie, aussi bien que Jésus, sous l'emblème du pélican, qui, pour apaiser la faim de ses petits, les nourrit, en quelque sorte, de sa propre substance ; sous celui de la poule qui, au cri d'alarme des siens, les couvre de ses ailes maternelles avec la plus touchante tendresse. En nous donnant son Fils pour Sauveur, n'a-t-elle pas donné son propre sang à nous tous, que Jésus honore du titre de « frères 2, » et qu'elle chérit elle-même comme « les membres du corps de ce divin Fils 3 ? »

Et telle que cette mère qui, aux cris de ses poussins, court si affectueusement les abriter contre tout péril, Marie, dès qu'elle entend nos gémissements et nos soupirs, ne nous couvre-t-elle pas de sa protection pour nous sauver de tout ce qui peut nous devenir funeste?... Aussi, de quelque ingratitude que nous nous sentions coupables envers le Fils, jamais, non jamais ne désespérons de la clémence de la Mère ; mais joignant la confiance au repentir, jetons-nous dans ses bras sans nulle crainte, bien sûrs de n'être pas délaissés. Après avoir jadis éprouvé les doux effets de cette même clémence, sommes-nous assez heureux pour être encore fidèles, combien plus nous devons compter, en toute occasion, sur le secours de celle qui chérit si tendrement « les bien-aimés de Dieu le Père, conservés par la grâce de Jésus-Christ 1

« Vierge pleine de clémence, de douceur et de tendresse 2, » oh ! que l'on peut bien dire de vous, comme du Seigneur, « qu'autant vous avez de puissance, autant vous avez de miséricorde 3 ! Si sur la terre, une exquise bonté, qui laisse infiniment au-dessous d'elle la prévenance de Rébecca pour Éliézer 4, vous a portée à demander, de vous-même , à votre divin Fils le miracle du changement de l'eau en vin 5, quelle doit être dans le ciel l'étendue prodigieuse de cette bonté envers nous, quand, « du fond de cette vallée de larmes 6 », nous vous conjurons humblement de venir en aide à des malheureux rachetés du sang adorable de Jésus !

O vous « dont les lèvres « sacrées gardent inviolablement la loi de la clémence 7, » vous en qui cette noble vertu est semblable pour nous à une rosée de l'arrière-saison 8 » qui vient rafraîchir la terre, vous qui « êtes propice à tous ceux qui vous invoquent 9, » soyez-nous, malgré notre indignité, soyez-nous favorable jusqu'à notre dernier soupir!


Vierge clémente, priez pour nous! — Virgo  clemens , ora pro  nobis !

____________________________________________________________________

2. Jean, xx, 17. — 3. Éphés., v, 30. — 1.Jude, I, 1. — 2. Salve Reg. — 3. Ps. LXI, 12, 13. — 4. Gen., XXIV, 19. — 5. Jean, II, 3. — 6. Salve Reg. — 7. Prov., XXXI, 26. — 8. Prov., XVI, 15 — 9. Ps. CXLIV, 18.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Lun 23 Jan 2017, 4:39 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_30
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen26
.

VIRGO FIDELIS, ORA PRO NOBIS.

Oh ! que ce titre de Vierge fidèlecaractérise bien celle qui fut toujours si fidèle au Seigneur, si fidèle à tous les devoirs, si fidèle à la grâce, si fidèle à la volonté du ciel, jusque dans une de ces circonstances extrêmes où l'on serait naturellement porté à pardonner au cœur d'une mère de succomber à la douleur !

Il faut que la fidélité soit chose noble et belle devant Dieu, puisqu'il s'appelle lui-même « le Fidèle et le Véritable 1, » et que, pour désigner les justes qui sont l'objet de sa tendresse, il fait de ce nom de fidèle leur titre d'honneur et de distinction : « Mes yeux, dit-il, regardent avec complaisance les fidèles de la terre 2. »

Mais s'il en est ainsi de tous les justes, avec quelle complaisance le Seigneur doit-il donc reposer ses regards sur cette Vierge, en qui la fidélité, loin de jamais souffrir la plus légère atteinte, a été, au contraire, croissant de jour en jour, « s'élevant de vertu en vertu 1 , » jusqu'au moment glorieux où « le juste Juge a posé sur sa tête la couronne due à ses mérites 2  ! » Conçue, non « dans le péché 3 , » comme le reste des hommes, mais « dans la justice et la sainteté 4 , » par un privilège unique, inestimable, elle appartint à Dieu dès le premier instant; et non-seulement elle ne laissa jamais se relâcher par la moindre faute le lien précieux qui l'unissait à lui, mais elle ne cessa de le resserrer de plus en plus que lorsqu'elle passa de l'exil à la patrie céleste. Aussi, saint Anselme s'écrie-t-il, dans son admiration pour elle : « Quand je contemple l'immensité de la grâce qui est en vous, ô bienheureuse Vierge, mon esprit se perd, ma langue devient muette 5 . »

« Oh ! que vos pas ont été beaux, pouvons-nous ajouter avec l'Époux du Cantique 6  ; oh ! qu'ils ont été sublimes dans les voies de la grâce, fille chérie du Roi des cieux 7 , Vierge toujours fidèle, en tout fidèle aux yeux de Dieu 8  ! » Le peu qu'il a plu au Seigneur de nous en faire connaître est ravissant : que doit-ce être de « ce qui est resté caché dans le sanctuaire intime, où peuvent seuls pénétrer ses regards adorables 9 ! »

L'Évangile nous apprend, en effet, de vous, ô Marie, que vous avez porté l'amour du devoir jusqu'à n'accepter l'éblouissant honneur de la maternité divine, qu'après avoir reçu du messager du Très-Haut l'assurance que cette gloire si prodigieuse se conciliait avec le vœu qui vous avait consacrée pour jamais au Seigneur. Il nous apprend aussi que vous avez été fidèle à la loi jusqu'à vous soumettre à la cérémonie humiliante de la purification, vous qui, à tant de titres, étiez exempte de cette obligation des autres mères. Et nous vous admirons, et nous bénissons Dieu qui nous montre en vous de si beaux et de si nobles exemples.

Mais quand nous vous considérons sur le Calvaire…
_____________________________________________________________________

1. Apoc, XIX, 11. — 2.Ps. c, 6. — 1. Ps. LXXXIII, 8. — 2. Timoth., IV, 8. — 3. Ps. L, 7. — 4. Luc, I, 75. — 5. Lib. de excellent. Virg. — 6. Cant., VII, 1. — 7. Ps,  XLIV,  11,12. — 8. Eccli., XLVIII, 25. — 9. Cant. , IV, 1.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mar 24 Jan 2017, 6:42 am

.

VIRGO FIDELIS, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Mais quand nous vous considérons sur le Calvaire, quand nous vous y voyons fidèle aux desseins adorables de la Providence jusqu'à triompher si héroïquement de votre nature de mère au pied de la croix du Rédempteur, ah ! nous sommes profondément émus, nous sommes ravis de votre sublime résignation et de votre dévouement surhumain. Quel fils c'était que Jésus ! Quelle mère vous étiez, ô Marie ! De part et d'autre quelle indicible tendresse!...

Oh! qu'il est donc bien vrai de vous, dans toute la force de l'expression, que vous avez été « fidèle jusqu'à la mort 1; » oui, jusqu'à assister, jusqu'à vous unir, de toute la puissance de votre volonté, à la mort la plus humiliante et la plus douloureuse du Fils unique le plus aimable et le plus tendrement aimé !

Après cet acte sans égal de dévouement à Dieu pour les hommes, faut-il s'étonner « qu'il soit inouï, dans tous les siècles, que Marie ait jamais dédaigné les soupirs de ceux qui ont imploré son assistance 2 ?...»

Ah ! cette constance admirable de sa miséricordieuse bonté pour tous ceux qui l'invoquent, ne s'explique-t-elle pas assez par le sacrifice que son cœur magnanime  a eu le prodigieux courage de faire en notre faveur? Mais si telle est sa bonté envers « tout enfant d'Ève qui, du fond de son exil, crie vers cette mère de miséricorde 1 , » quel doit être son zèle pour les intérêts de ceux qui font profession de lui être particulièrement dévoués, d'être « ses bons et fidèles serviteurs 2 ! » Puissions-nous appartenir à cet heureux nombre, en nous rendant également agréables au Fils et à la Mère !

O Marie, vous avez toujours montré envers Dieu, sur la terre, « un cœur d'une fidélité parfaite 3. » Vous l'avez toujours montré de même, du haut du ciel, envers les hommes, qui depuis plus de dix-huit siècles n'ont cessé de trouver en vous, après Dieu, le plus doux et le plus sûr asile.

Oui, vous leur êtes fidèle d'une manière incomparablement supérieure à toute obligeance humaine, à tout dévouement humain : à peine est-il permis de se souvenir, devant vous, de la fidélité de Rahab qui sauva les envoyés d'Israël 4, ou de celle de Michol qui, pour sauver son époux, ne craignit pas de s'exposer au ressentiment de son père 5.

Ah ! daignez nous obtenir d'être toujours nous-mêmes fidèles à Jésus et à vous, pour que nous méritions de ressentir constamment les heureux effets de votre spéciale protection.



Vierge fidèle, priez pour nous ! — Virgo fidelis, ora pro nobis  !

____________________________________

1. Apoc, II, 10. —  2. Memorare. — 1. Salve Reg. — 2. Matth., xxv, 21. — 3. II Esdr., IX, 8. — 4. Jos., II. — 5. I Rois, XIX.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mer 25 Jan 2017, 5:57 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_31
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen27

.

SPECULUM JUSTITIÆ, ORA PRO NOBIS.

L'Église, ayant comme épuisé tous les titres qui pouvaient lui servir à honorer dans Marie la mère et la vierge, passe à un autre ordre d'idées, afin de lui offrir de nouvelles louanges.

Et d'abord elle l'invoque sous l'image d'un miroir, qui réfléchit admirablement « l'éclat de la Majesté divine 1. » S'il est vrai, en effet, du Verbe éternel « qu'il est l'image et la splendeur de la gloire du Père 2, » n'est-ce pas Marie qui réfléchit en elle avec le plus de fidélité possible les attributs adorables de ce « Verbe fait chair 3 ? » N'est-ce pas elle qui lui ressemble plus que toutes les autres créatures intelligentes?

Le Seigneur l'avait destinée à tenir le premier rang parmi tous « les ouvrages de ses mains 4, » à être, selon les expressions de saint Anselme, « au-dessus de tout ce qui n'est pas Dieu 5 ; » pouvait-il ne pas l'orner des dons et des mérites les plus approchants de ses perfections infinies?.... C'est ce qui a fait dire à saint Pierre Chrysologue, que « celui qui contemple Marie sans en être ravi, extasié, méconnaît Dieu qui en a fait son image la plus accomplie 1. »

Mais pourquoi l'Église l'appelle-t-elle Miroir de justice?... D'abord, parce que Marie est le Miroir fidèle de celui qui a pour nom « Soleil de justice 2, » dont les rayons divins échauffent, fécondent les âmes, y font germer et fleurir toutes les vertus chrétiennes. Or, Jésus lui-même nous désigne l'ensemble de ces vertus sous cette expression, quand il nous dit : « Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice 3;» ceux qui désirent ardemment d'être parfaits, et qui travaillent avec zèle et constance à le devenir!...

Il y a encore dans ce mot employé ici par l'Église un autre sens, bien digne de fixer l'attention de toute âme pieuse.

L'Apôtre saint Paul appelle « justice 4 » l'état de grâce sanctifiante, qui donne droit à la béatitude éternelle. Cet état surnaturel, si honorable, si précieux, l'homme, par sa désobéissance, l'avait perdu pour lui et pour toute sa postérité. Mais aussitôt après sa chute, le Seigneur lui annonce « qu'une femme écrasera la « tête de celui qui l'a fait tomber 5 : » dès lors il peut contempler dans cette fille d'Ève, comme dans un miroir, et la profondeur de sa misère pour la guérison de laquelle il ne faut rien moins qu'un libérateur Homme-Dieu, et la nécessité de la pénitence sans laquelle il ne saurait profiter du bienfait de la rédemption que doit opérer le Fils de Marie. De son côté, l'Ange…
_______________________________________________________________

1. Sag., VII, 26. — 2. Hébr., I, 3. —3. Jean, I, 14. — 4. Ps. CXXXVII, 8. — 5.  Lib. de exord. humanæ vitæ, c. 7. — 1. Serm. 104. — 2. Malach., IV, 2.— 3. Matth., XVI, 27. — 4. Rom., I, 17, 24; — Philipp., III, 9; —Tit., III, 7. — 5. Gen. , III, 15.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Jeu 26 Jan 2017, 6:34 am

.
SPECULUM JUSTITIÆ, ORA PRO NOBIS.

(suite)

De son côté, l'Ange resté fidèle voit dans cette créature privilégiée la mère de celui qui est le principe et la source de sa persévérance et de sa confirmation en grâce ; car on peut dire, en s'appuyant sur saint Paul 1, et sur plusieurs saints docteurs de l'Église 2, que c'est à Jésus-Christ que les bons Anges sont redevables du mérite et du prix de leur fidélité.

Enfin, l'Ange réprouvé n'est-il pas condamné à voir dans Marie, conçue en état de grâce, élevée, « à cause de son humilité 3 » si profonde, jusqu'à la maternité divine, la folie de son orgueil, le malheur immense qu'il a eu de perdre sa beauté surnaturelle, et, par contraste, la hideuse laideur qui le dégrade? N'y voit-il pas, en même temps, l'énormité de son péché, pour lequel il n'a pas eu de rédempteur parce qu'il était tombé volontairement de bien plus haut que l'homme, par pure malice, sans être exposé à la séduction des sens? Et n'est-il pas forcé d'unir sa voix à celle du Ciel et de la Terre qui proclame que « Dieu est juste 4, et qu'il rend à chacun selon ses œuvres 5 ? »

En contemplant dans la très-sainte Vierge la faveur inappréciable de « notre délivrance du péché 6, » ah ! gardons-nous d'imiter « celui qui se considère dans un miroir, s'y voit au naturel, s'en va et s'oublie aussitôt lui-même 7. » Pénétrons-nous plutôt intimement de cette pensée, que « notre affranchissement du péché nous a rendus les heureux esclaves de la justice 1, et qu'autant nous avons fait servir nos facultés au mal, autant nous devons les faire servir désormais à notre sanctification 2. »

O vous en qui « nous voyons comme dans un miroir 3 » la perfection adorable du Très-Haut, ah! laissez tomber sur nos âmes quelques rayons salutaires de l'éclat éblouissant de vos sublimes vertus.

Daignez,
par votre douceur, corriger nos vivacités et nos impatiences;
par votre humilité, nos vaines prétentions et notre orgueil;
par votre pureté, nos appétits sensuels;
par votre charité, notre froideur envers Dieu, notre manque d'amour vraiment fraternel pour le prochain !

Daignez surtout,
par votre sainte protection, nous faire rentrer en grâce avec Dieu, si nous avons l'incomparable malheur d'en être déchus; nous y maintenir, si nous sommes assez heureux pour jouir de son amitié, dont le prix et l'honneur sont infinis ; et nous aider à devenir de plus en plus « conformes à votre divin Fils 4, » en vous imitant, ô vous « qui en êtes l'image vivante 5 ! »


Miroir de Justice, priez pour nous ! — Speculum justitiæ, ora pro nobis !

______________________________________________________________________

1. Ephés., I, 10; — Coloss., I, 17, 20. — 2. S. Jérôme, in cap. I ad Ephes.; — S. Grégoire, lib. I, c. 2, in lib. I Reg.; — S. Bernard, serm. 22 in Cant. ; —S. Thomas,  lect. 10, in cap. I Joan., et quæst. 7 prœced., art. 9.— 3. Luc, I, 48. — 4. Apoc, XVI, 5.— 5. Matth., XVI, 27; — Rom., II, 6; — Apoc, XXII, 12.— 6. Rom., VI, 18. —7. Jac, I, 24. — 1. Rom., VI, 18.— 2. Rom., VI, 19. — 3. I Cor., XIII, 12. — 4. Rom., VIII, 29. — 5. S. Jean Damasc, orat. de Nativ. B. V.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Ven 27 Jan 2017, 4:49 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_33
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen28
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen29
.


SEDES SAPIENTIÆ, ORA PRO NOBIS.

 Fils du Très-Haut, Verbe adorable, « parole intérieure, pensée, raison, intelligence incréée, substantielle de Dieu 1, » vous êtes « la source de la sagesse 2

Oui, vous êtes cette Sagesse éternelle « engendrée dans le sein du Très-Haut avant toute créature 3  ; cette Sagesse qui fait jaillir la science comme la lumière, dont les pensées sont plus vastes que la mer, et les conseils plus profonds que l'abîme 4 ; cette Sagesse qui atteint d'une extrémité à l'autre avec force, et dispose toutes choses avec suavité 5 ! »

Vous êtes cette Sagesse infinie « qui a reposé dans le sein de la très-sainte Vierge comme dans un tabernacle 6, » et que la foi chrétienne aime à contempler, sur les genoux de cette divine Mère, sous les traits « du plus aimable des enfants des hommes 7 ! »

Et vous, ô Marie, vous êtes pour cette Sagesse incarnée un trône magnifique, bien plus précieux et plus digne que tout ce que nous pouvons connaître ou imaginer de plus beau, de plus riche, de plus resplendissant dans les créatures!...

L'Histoire sainte, voulant nous montrer combien était merveilleux le trône d'ivoire du roi Salomon, nous dit « qu'il ne s'était jamais fait un ouvrage semblable dans tous les royaumes de l'univers 1. » Ah! ne craignons pas de dire nous-mêmes que le Seigneur, dans sa toute-puissance, n'a jamais créé rien d'égal à celle dont il a fait le trône vivant de son divin Fils : « trône par excellence, incomparable où, selon la pensée du bienheureux Pierre Damien, notre grand Dieu s'est plu à reposer 2 ; demeure auguste du souverain Monarque de l'univers, dit saint Pierre Chrysologue ; palais sacré que s'est bâti la Sagesse ; noble et magnifique sanctuaire qu'elle a décoré de sept colonnes 3, qui sont l'emblème des sept dons répandus par l'Esprit saint dans l'âme de Marie avec une si admirable abondance 4 ! »

Quel cœur, en effet, fut jamais aussi intimement pénétré de cette crainte religieuse qui appréhende constamment de déplaire au Seigneur, et qui est attentive à peser jusqu'aux moindres actions de la vie?

Quel cœur fut aussi éminemment doué de cette piété tendre qui fait que l'on s'attache à Dieu avec un dévouement sans bornes, et qu'on a « un désir extrême d'accomplir ses commandements 5 ? »

Quelle créature humaine reçut jamais une aussi riche effusion de…
_________________________________________________________________

1. Bossuet, VIIe Élévat, sur les myst., XII e semaine. — 2.  Eccli., I, 5. — 3. Eccli., XXIV, 5. — 4. Eccli., XXIV, 37, 39.— 5. Sag., VIII, 1.— 6. Eccli., XXIV, 12.—7. Ps. XLIV, 3. .— 1. III Rois, x, 20. —2. Serm.  de Annuntiat. — 3. Prov., IX,  1.— 4. Serm. 140 de Annuntiat. — 5. Ps. CXI,  1.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Sam 28 Jan 2017, 5:50 am

.
SEDES SAPIENTIÆ, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Quelle créature humaine reçut jamais une aussi riche effusion de cette « science des Saints 6 » qui éclaire l'homme sur tous ses devoirs, et lui trace la route à suivre pour arriver à sa fin dernière? La retraite de Marie encore enfant dans le temple, sa consécration entière au Seigneur, ses paroles à l'Ange dans le mystère de l'Annonciation, « sa vie cachée en Dieu 1 » à Nazareth, nous disent assez haut combien cette âme si privilégiée avait été ornée de ces dons précieux.

Et dans quelle autre a éclaté, comme dans Marie au Calvaire, ce don de force qui fait triompher des plus grandes épreuves ?

Dans quelle autre a brillé, comme dans « la Vierge très-prudente 2, » le don de conseil, qui dirige dans les circonstances les plus délicates ; ou le don d'intelligence, qui pénètre les voies les plus élevées de la grâce, comme dans celle « dont le repos même, disent les saints docteurs, n'interrompait pas la sublime contemplation 3 ? »

Quelle autre enfin posséda jamais à un si haut degré le don de sagesse, qui couronne tous les autres, et qui consiste à bien connaître l'auteur et la fin de toutes choses, à n'agir, à ne vivre, à ne respirer que pour lui seul?

Marie n'a-t-elle pas toujours vécu pour Dieu seul, et son doux et glorieux trépas n'a-t-il pas été « l'effet d'un dernier élan d'amour divin 4 ? »

Rendons, ici, tous nos hommages « à ce trône royal 5, à ce trône divin 6 » de la Sagesse éternelle ; et supplions celle qui a été élevée à un si grand honneur, de nous obtenir, avec une heureuse participation aux riches dons qui ont fait l'ornement de sa belle âme, la grâce d'attacher toute notre estime à la sagesse chrétienne que nous a enseignée son divin Fils ; la grâce d'en faire la règle exclusive de notre conduite , « en cherchant avant tout le royaume de Dieu et sa justice 1, » et en nous assurant, par nos bonnes œuvres, « un trésor que la rouille n'atteint pas et que les voleurs ne sauraient ravir 2. »

O Marie! ne permettez pas que nous nous laissions jamais égarer par « la fausse sagesse de la chair qui « est ennemie de Dieu 3, » ou par « la fausse sagesse « du monde qui n'est que folie devant le Seigneur 4

Faites plutôt, par votre intercession puissante, que nous soyons les disciples dociles de « cette sagesse qui vient d'en haut, qui est chaste, amie de la paix, modeste, pleine de fruits de vertu 5, » qui maintient l'esprit dans le calme et la modération évangéliques, qui réprime les mouvements désordonnés des passions , qui inspire la réserve et la circonspection dans les jugements; qui enseigne à user d'indulgence pour les autres, à veiller avec sévérité sur soi-même.

O vous qui avez été « la demeure vivante de la Sagesse « incréée 6, »  de ce Jésus par qui « la grâce diversifie admirablement ses dons 7 , » demandez-en pour nos âmes une effusion abondante.

Trône de la sagesse, priez pour  nous! —Sedes sapientiæ, ora pro  nobis!



Trône de la sagesse, priez pour  nous! — Sedes sapientiæ, ora pro  nobis !

_______________________________________________________

6. Prov., IX, 10. — 1. Coloss., III, 3. — 2. Litan. — 3. S. Ambroise, Lib. de Virg.; — S. Antonin, t. 2, serm.. 5, art. 1, c. 2; — S. Bernardin, t. 2, serm. 51, p. 4, tit. 15, c. 2. — 4. Bossuet, 1er serm. sur l'Assompt. — 5. S. Grégoire Thaumat., serm. de Annunt. — 6. S. Ephrem, de Laudib. Deip. — 1. Matth., VI, 33. — 2. Math., VI, 20.— 3. Rom., I, 7. — 4. I Cor., III, 19. — 5. Jac, III, 17. — 6. Sag., VII, 28.— 7. Ephés.,III, 10.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Dim 29 Jan 2017, 5:59 am

.

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_34
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen30

CAUSA NOSTRA LÆTITIIÆ, ORA PRO NOBIS.

Lorsque l'univers était plongé dans les plus épaisses ténèbres, lorsque nul rayon de cette espérance chrétienne si douce et si ferme, n'éclairait l'humanité au delà du tombeau, lorsque les malheureux enfants d'Adam étaient livrés à la triple dégradation des sens, du cœur et de l'intelligence, la vraie joie était inconnue à la terre. Marie vient au monde; Dieu veut qu'elle coopère à notre salut : elle donne le jour au Rédempteur. Bientôt tout est changé : l'homme réhabilité reçoit les lumières les plus sûres et les plus consolantes sur la noblesse de sa nature, sur la magnificence de sa destinée, sur les moyens de l'atteindre ; les secours les plus abondants pour la guérison de ses plaies morales et pour l'adoucissement de toutes les misères de la vie. Il peut, désormais, ressentir ici-bas des joies pures et délicieuses, qui sont comme le gage et l'avant-goût des joies divines, éternelles, que le Seigneur lui promet dans l'autre monde.
Où étiez-vous avant la venue de ce « bon et doux  Sauveur 1, » qui nous a été donné par Marie, où étiez-vous, saintes joies de la charité, de la pudeur, de la modestie , de l'humilité ; saintes joies du dévouement inspiré par la foi ; saintes et suaves joies de la piété catholique, délices ineffables de l'adorable Eucharistie?...

Oui, c'est à Marie, après Dieu, que nous sommes redevables de tout ce qui, dans la religion de Jésus-Christ, émeut, dilate, élève le cœur. C'est elle qui nous a assuré tant de biens si précieux, tant de bonheur, même dès ce monde, par son acquiescement à la parole de l'Ange que le Très-Haut « avait chargé de venir comme lui demander son consentement, avant de se donner à nous par son entremise 2. »

Aussi l'illustre martyr saint Irénée, presque contemporain des Apôtres, appelle-t-il cet acquiescement de la très-sainte Vierge « la cause du salut de tout le genre humain 3. »

« Elle a procuré, dit après lui saint Augustin, la rédemption à l'homme qui, laissé à lui-même, était perdu sans ressource 4 »

« Par Marie, ajoute le bienheureux Pierre Damien, en Marie et avec Marie, le Fils de Dieu a voulu régénérer l'humanité : sans lui rien n'avait été fait 5 ; rien n'a été réhabilité, restauré sans elle 6. »

C'est donc en cette Vierge…
_________________________________________________________________

1. Tit., III, 4. — 2. Bossuet, Deuxième Sermon sur l'Annonciation. — 3. Livre v, Contrà Hæres., c. 19. — 4. Serm. 55, de Sanctis. — 5. Jean, I, 3. — 6. Serm, de Annuntiat.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Lun 30 Jan 2017, 6:07 am

.

CAUSA NOSTRA LÆTITIIÆ, ORA PRO NOBIS.

(suite)

C'est donc en cette Vierge, digne à jamais de notre reconnaissance et de notre amour, que tous les membres de l'Église trouvent leur joie et leur bonheur. Elle avait été l'objet des vœux les plus ardents des anciens justes, qui, de loin, avaient salué en sa personne la mère du divin Libérateur, et qui, dans les Limbes, avaient attendu sa naissance comme l'aurore du beau jour de leur entrée triomphante dans le royaume de Dieu.

Elle fut sur la terre, après l'ascension du Sauveur, l'appui « et la consolation de tous les fidèles 1

Elle est, dans le séjour immortel, la joie des élus dont elle embellit la noble famille : car, en montant au ciel, « elle a ajouté, dit saint Bernardin de Sienne, à l'allégresse de ses heureux habitants 2, » « et leur plus grande gloire, après la vue de Dieu, dit saint Bonaventure, c'est de la voir elle-même 3. »

Elle est aussi, d'après la pieuse croyance de l'Église, la consolation et la joie des âmes détenues dans le séjour expiatoire, où elles achèvent de se purifier, avant d'entrer dans la vie bienheureuse : « Vous êtes leur zélée libératrice, lui dit André de Crète 4; » « J'en suis la mère, disait Marie, elle-même, à sainte Brigitte, et je ne cesse de les soulager par mon intercession 5. »

Elle est enfin, dans ce monde, la joie de tous les chrétiens : dans tous les âges, dans toutes les situations, votre saint nom, ô Marie ! n'est-il pas pour eux plein de douceur et de charme, plein de soulagement et de force ?

Bénissons Dieu de nous avoir donné en Marie une cause de joie si pure, si douce, si vraie, si durable ; bénissons Marie de nous en avoir donné le principe et la source. Ah ! si les Juifs témoignèrent autrefois leur reconnaissance à l'égard de Judith et d'Esther, par des réjouissances et des acclamations publiques 1, que ne devons-nous pas faire pour honorer cette divine Vierge, à qui nous avons des obligations incomparablement plus grandes ! Quel ne doit pas être notre dévouement pour son auguste personne, notre empressement à célébrer ses fêtes avec autant de joie filiale que de fervente piété !

O vous, bonne et tendre Marie, dont la seule salutation suffit jadis « pour faire tressaillir d'allégresse le saint Précurseur dans le sein de sa mère 2, » vous qui savez « changer en joie toutes les tristesses des vrais fidèles 3, » vous qui après Jésus, êtes « notre espérance 4 » , oh ! en attendant que nous puissions jouir avec les Anges et les Saints du bonheur de vous contempler, nous voulons sans cesse nous rappeler le charme de vos vertus, et redire vos saintes louanges.

Oui, nous aimons à nous écrier ici, du fond de nos entrailles émues par la gratitude et par la tendresse : « Que notre main droite tombe dans l'oubli, si jamais « nous oublions, ô douce Marie! les droits sacrés que vous avez sur nos cœurs ; que notre langue se dessèche, si nous ne vous plaçons, après votre adorable Fils, au commencement de nos pieux cantiques 5 ! »

Puissions-nous, au souvenir perpétuel de vos bienfaits, répéter toujours avec un élan toujours nouveau :

Cause de notre joie, priez pour nous ! — Causa nostræ lætitiæ, ora pro nobis !

_________________________________________________________________

1. Bossuet, IIe Serm. sur l'Assompt. — 2. Sermon de Assumpt. — 3. In Spec, Lect. 6 — 4. Orat., I de Dorm. — 5. Lib. IV, Revelat., c. 138. — 1. Judith, XVI; — Esth., XVI. — 2. Luc, I, 44. — 3. Jean, XVI, 20. — 4. Salve Reg. — 5. Ps. CXXXVI, 5, 6.


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mar 31 Jan 2017, 6:47 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Images10
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen31
.
VAS SPIRITUALE, ORA PRO NOBIS.

Autant l'esprit est au-dessus de la matière, autant le corps s'ennoblit en s'élevant par la pureté, par la droiture de ses actes, vers la dignité, vers la sublimité naturelle de l'âme. Et de même autant l'ordre de la grâce l'emporte sur tout ce qu'il y a de plus éminent dans l'ordre de la nature, autant le corps du chrétien qui s'efforce, par des motifs surnaturels, de sanctifier l'usage de toutes ses facultés, prend un caractère de grandeur et de noblesse admirables. C'est pour honorer dans Marie cette noblesse, cette grandeur, que l'Église l'invoque ici sous l'emblème d'un vase précieux, image souvent employée dans la sainte Écriture 1 ; et c'est pour nous faire comprendre le haut degré de cette même grandeur qu'elle l'appelle Vase spirituel.

N'est-ce pas, en effet, nous dire que cette Vierge des vierges jouissait d'avance, pour ainsi parler, d'une sorte de transformation approchante de celle qui se réalisera dans les élus au grand jour de la résurrection générale? que son corps sacré, possédant par anticipation quelque chose « des qualités de l'esprit 1, » son âme n'en ressentait ni la pesanteur ni la gêne dans ses rapports avec Dieu, mais pouvait s'élancer déjà librement vers son créateur, et se nourrir de son adorable présence, comme s'il lui était donné de n'être pas assujettie à l'action des sens?

Marie avait été préservée du péché d'origine et de la concupiscence qui en est la suite déplorable 2. « Elle a donc joui, dit Louis de Blois, des privilèges de nos premiers parents dans le Paradis terrestre, où, tant que dura leur innocence, les facultés de leur âme étaient unies à Dieu, et tous leurs sens, parfaitement soumis à l'esprit 3

Mais ne fallait-il pas de plus qu'une chair qui devait, selon l'expression de saint Augustin, devenir la « chair divine de Jésus 4, fût rendue digne de cet immense honneur par des qualités analogues à la beauté de l'âme qui l'animait? Celle-ci était toute à Dieu ; elle « était comme transformée en Dieu 5 , » dit encore le même Père après saint Denis 6 : comment supposer que son corps, créé par le Seigneur pour avoir une part si intime au mystère du Verbe incarné, pût en rien contrarier le saint essor de cette belle âme, pût ne pas être en parfaite harmonie avec sa destination sublime?

Accueillons donc avec un pieux empressement…
___________________________________________________________________

1. Prov.,xx, 15; — Act.,IX, 15; — Rom., IX, 23; — I Thess., IV, 4; — II Timoth., II, 21. — 1. I Cor., xv, 44. — 2. Médit. XVI précéd. — 3. Institut. Spirit., append. 1, c. 2. — 4. Serm. 8 de Assumpt. B. V. — 5. Serm. 35  de Sanctis. — 6. In Epist. ad S. Paul.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mer 01 Fév 2017, 6:10 am

.

VAS SPIRITUALE, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Accueillons donc avec un pieux empressement ce que nous transmet, après plusieurs saints docteurs de l'Église, Richard de Saint-Victor, que « son extérieur était tout angélique, aussi bien que son intérieur 1 » et reflétait admirablement les merveilleuses communications de son âme avec Dieu. Si, en effet, « les yeux de Jean-Baptiste, destinés à voir le Christ annoncé par les autres prophètes, dédaignèrent de regarder aucune créature 2, » on ne saurait douter que Marie n'ait concentré en son divin Fils l'usage de tous ses sens, et que tout en elle n'ait montré la vie d'une pure intelligence, plutôt que celle d'une créature humaine.

Hélas! que nous sommes loin d'un tel modèle, nous qui nous attachons si vivement à de vaines idoles que le temps défigure, emporte avec tout le reste; nous qui dévorons de nos regards avides les biens fragiles de ce monde, et qui usons si malheureusement notre activité à en poursuivre la jouissance trompeuse ; nous qui semblons n'avoir qu'une foi douteuse « aux biens invisibles de l'éternité 3; » nous qui, trop souvent, nous laissons accabler par ce corps dont le poids incommode rend difficile notre communication avec Dieu dans la prière, et nous empêche de marcher d'un pas joyeux dans le service de notre adorable Maître !

Ah ! désormais, faisons de généreux efforts pour devenir « des hommes spirituels 4, » nous souvenant que « celui qui sème dans l'esprit, recueillera la vie éternelle 5. »

Si nous ne pouvons, même de loin, ressembler à Marie, divinement privilégiée, corrigeons du moins, par « notre fervente dévotion 1,» la funeste influence de « la chair qui alourdit l'âme, et rabaisse le vol sublime qu'elle aspire à prendre vers son Auteur 2. »

O Marie ! le Seigneur avait fait de vous, dès le commencement, « un vase de pureté merveilleuse 3.» Mais, lorsque « le Saint-Esprit descendit en vous 4,» pour opérer dans votre chaste sein « le grand mystère de piété d'un Dieu  qui s'est fait voir dans la chair 5,» et pour vous élever en même temps à la dignité la plus auguste parmi toutes les créatures, il vous rendit pure et sainte de plus en plus; il vous remplit de plus en plus de « cet esprit surnaturel 6 » qui fait vivre l'homme pour Dieu et pour les biens de l'éternité.

Nous honorons en vous cette vie surhumaine, si parfaite, et tous les privilèges dont il a plu au Très-Haut de l'embellir. Puissions-nous vous imiter selon nos forces, en nous dégageant de la captivité des sens en toutes choses, en « nous avançant vers l'autre monde comme des enfants de lumière, en nous appliquant aux œuvres de la justice et de la vérité, à tout ce qu'il y a d'agréable au Seigneur 7. »

Oh ! ne nous refusez pas d'en demander pour nous la grâce.



Vase spirituel,  priez pour nous ! — Vas spirituale, ora pro nobis !


________________________________________________________________________

1. In Cant., cap. 26; — S. Ambroise, de Institut. Virg., c. 7 ; 2 de Virgin.; — S. Thomas, Sent., dist. 3, q. l,  art. 2 ad 4;— S. Bonav., dist. 3 , part., I, art. 2. — 2. S. Jérôme, Ep. IV, — 3. II Cor., IV, 18. — 4. I Cor., III, 1. — 5. Galat., VI, 8. —1. Rom., XII , 2. — 2. Sag., IX, 15. — 3. Prov. xxv, 4. —4. Luc, I, 35. — 5. Timoth.,III, 16. — 6. Ps. L, 14. — 7. Éphés. V, 8, 9, 10.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Jeu 02 Fév 2017, 6:45 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Images11
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen32

.

VAS HONORABILE, ORA PRO NOBIS.

 C'est un grand honneur à un corps d'être uni à une âme, qui est « l'image de Dieu 1; » et plus cette âme est belle et enrichie des dons du Seigneur, plus grande est la dignité à laquelle cette alliance si intime élève le corps : il devient par là comme un vase d'autant plus précieux que le parfum qu'il contient est, aux yeux de la foi, plus rare et plus exquis. Quel honneur n'est-ce donc pas pour le corps de Marie, d'être uni à une âme qui, après celle de Jésus, est la plus noble, la plus pure, la plus sainte, la plus ornée des faveurs du Ciel !

Mais combien plus honorable est ce corps sacré, sous le rapport de la maternité divine ! Ce fut jadis, sans doute, un grand honneur pour Abraham de recevoir le Seigneur sous la forme d'un Ange, et de pouvoir s'entretenir familièrement avec lui 2; mais Dieu ne s'unit pas substantiellement avec ce saint patriarche.

Ce fut un grand honneur pour Moïse de pénétrer dans le nuage redoutable qui couvrait le mont Sinaï, et de pouvoir également, même au milieu des éclairs et des éclats de la foudre, converser face à face avec le Très-Haut 1 ; mais Dieu ne s'unit pas substantiellement avec ce législateur immortel.

Ce fut un grand honneur pour Élie d'entendre et de voir des signes frappants de la grandeur infinie de l'Être suprême 2; mais Dieu, en lui manifestant son adorable présence, ne s'unit pas substantiellement à ce fidèle prophète.

Ce fut un grand honneur pour Zachée de recevoir Jésus-Christ à sa table 3 ; pour Lazare et ses sœurs, de lui donner l'hospitalité, de jouir même de l'insigne faveur de son amitié divine 4; mais que toutes ces relations si précieuses, si honorables, sont loin du rapport intime, du rapport incomparable de l'Homme-Dieu avec sa Mère !...

Ah ! ne nous étonnons pas que les saints docteurs, frappés d'admiration devant cette Mère divine, aient salué en elle, dans les termes les plus expressifs, ce sein auguste où le Verbe a pris la nature humaine.

« La chair de Marie, dit saint Augustin, est la chair même de Jésus 5. C'est un ciel vivant, dit le bienheureux Pierre Damien, c'est le sanctuaire corporel de la plénitude de la divinité 6. Le Seigneur, dit saint Thomas de Villeneuve, en faisant d'une fille d'Adam sa mère, l'a élevée à une telle grandeur, que tous les regards de l'homme et de l'Ange ne sauraient y atteindre 7. »

Nous honorons, et à juste titre, les vases précieux…
__________________________________________________________

1. Gen., I, 27. — 2. Gen., XVIII. —1. Exod, XIX; XX. — 2. III Rois, XIX. — 3. Luc, XIX.— 4. Luc, x; — Jean, XI. — 5. Serm. de Assumpt. B. M. V., cap. 5. — 6. Orat, de Nativ. B. V. — 7. Serm. 3 de Nativ. B. M.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Ven 03 Fév 2017, 6:43 am

.

VAS HONORABILE, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Nous honorons, et à juste titre, les vases précieux où l'Église renferme la sainte et adorable Eucharistie. Mais y a-t-il aucune proportion entre cet argent ou cet or, relevé par les ornements les plus magnifiques, et le corps auguste et à jamais vénérable qui a fourni à notre divin Sauveur le sang adorable de notre rédemption?... Oui, c'est là, par excellence, « le vase choisi par le Seigneur 1, » infiniment plus précieux « qu'un vase d'or enrichi de toutes sortes de pierres précieuses  2; » c'est là cette chair si pure et si sainte qui, après avoir si dignement « porté Dieu en elle-même 3, » n'a pas connu la corruption du tombeau, mais au contraire, d'après la pieuse tradition de l'Église, a été glorifiée par la résurrection comme le corps du divin Jésus.

Ranimons ici notre foi (note de Louis : dans les temps mauvais où nous sommes, faisons d’ardentes et dévotes communions spirituelles.) ; souvenons-nous que par le mystère ineffable de l'Eucharistie notre corps, tout corruptible qu'il est, se trouve élevé à une sublime union, qui en fait aussi un vase honorable, et que nous devons craindre constamment de le profaner par la souillure la plus légère?... Oh! nous ne saurions trop méditer, trop approfondir cette vérité, sous toutes ses faces. Par la communion, nous devenons des temples de Jésus : ce n'est point assez, des sanctuaires de Jésus, des tabernacles de Jésus; ce n'est point assez, des vases sacrés, de véritables vases vivants dans lesquels repose Jésus... que dis-je? ce n'est pas encore assez, des vases vivants avec lesquels il s'unit d'une manière si intime « qu'il ne fait plus qu'un avec eux, dit saint Cyrille 4. »  

Nous donc qui « avons reçu un si grand honneur, ne soyons pas assez malheureux pour le méconnaître, surtout jusqu'à descendre au rang de la brute, à qui n'a pas été donnée l'intelligence 1. »

Nous qui sommes pleins d'une juste vénération pour les vases sacrés de nos autels, ah ! sachons en tout lieu, en tout temps, nous respecter nous-mêmes; sachons tenir nos pensées, nos affections, nos désirs, nos vues, tous nos actes à la hauteur de la noblesse, de la grandeur, de la gloire admirable où nous élève une seule communion.

O Marie, vous qui méritez tout hommage après Dieu, vous avez renfermé, neuf mois, dans votre chaste sein celui dont les Anges adorent l'éblouissante majesté, « en se voilant de leurs ailes 2. » Que pourrons-nous donc vous offrir pour l'honneur qu'il vous a fait d'emprunter à votre propre substance le corps dont il s'est revêtu, et de vous donner ainsi avec lui « une espèce d'identité ineffable 3 ?... »

Recevez ici l'humble expression de tous les sentiments que tant d'élévation et de grandeur doivent inspirer au cœur des vrais fidèles. Faites que nous sentions combien la divine Eucharistie nous place haut nous-mêmes parmi les créatures, et que, devenus, par elle, plus augustes que les vases sacrés qui la contiennent, nous nous traitions, en tout et toujours, comme des « vases d'honneur, préparés pour la gloire céleste 4. »


Vase  honorable, priez  pour nous ! — Vas  honorabile,  ora pro nobis !

________________________________________________________

1. Actes des Ap., IX, 15. —2. Eccli., L, 10. — 3. I Cor., VI, 20. — 4. Lib. IV, in Joan. cap. 17. — 1. Ps. XLVIII,  13. — 2. Is., VI, 2. —3. S. Pierre Damien,  de Nat. Virg. — 4. Rom., IX, 21, 23.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Sam 04 Fév 2017, 6:27 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_35
Légende de la gravure.
Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen33
.

VAS INSIGNE DEVOTIONE, ORA PRO NOBIS.

Piété, dévotion, ferveur, mots impuissants à rendre ce qu'il y a toujours eu dans Marie de zèle brûlant pour le service du Seigneur. Qui pourrait peindre la vive ardeur de sa prière, son union si intime avec Dieu, son silence d'extase, sa paix, sa joie spirituelle, si suave, si délicieuse, ses aspirations continuelles vers son bien-aimé, la sainteté de ses pensées, la pureté de ses affections et de ses désirs, son dévouement si généreux, si magnanime, si absolu pour la gloire de son Créateur?

Temple de Jérusalem, où elle coula si pieusement les premières années de sa vie, oh ! quels secrets, dignes de notre admiration, tu as renfermés dans ton enceinte sacrée!

Maison auguste de Nazareth, où elle vécut si longtemps en la présence et dans la contemplation continuelle de son Dieu, devenu son fils; toi, dont les murs vénérables parlent si éloquemment au cœur du pèlerin de Lorette, dis-nous donc quelque chose de toutes ces merveilles d'adoration, de louange, d'amour, d'épanchement surhumain de l'âme de Marie dans le cœur du divin Jésus !

Et toi, sainte demeure qu'elle partagea avec l'Apôtre bien-aimé, après la mort du Sauveur 1, ah! quels élans de dévotion incomparable tu as dérobés à la connaissance des hommes! quels transports, quels ineffables soupirs, lorsque Jésus fut monté aux cieux ! « quelle impétuosité d'amour, à laquelle concourait tout ce que la nature a de tendre, tout ce que la grâce divine a d'efficace 2 ! »

Si la reine Esther osait-dire à Dieu : « Vous savez que jamais votre servante n'a mis sa joie et son bonheur qu'en vous seul 3 ; »

si le saint roi David pouvait se rendre ce témoignage, que « la louange du Seigneur était toujours sur ses lèvres 4, » s'il s'écriait dans l'ardeur de son âme : « Oh ! quand me sera-t-il donné de vous voir, sans cesse et sans fin, ô mon Dieu 5 ! »

si l'apôtre saint Paul a pu dire : « Je vis, mais ce n'est plus moi qui vis, c'est Jésus-Christ qui vit en moi ; je brûle du désir de voir briser les liens de mon corps, pour être uni à jamais avec lui 6 ; »

si enfin l'illustre missionnaire des Indes, au milieu des enivrantes émotions de sa tendre piété, se sentant défaillir d'amour, priait Dieu de modérer ses faveurs : « C'est assez, Seigneur, oh ! c'est assez  7... »

que faut-il penser de la Mère auguste du Sauveur, de celle que les Saints ont appelée…
___________________________________________________________________

1. Jean, XIX, 27. —  2. Bossuet, 1. Serm. sur l'Assompt. — 3. Esth., XIV, 18. — 4. Ps. XXXIII, 2. — 5. Ps. XLI, 3. — 6. Galat., II, 20; — Philipp., I, 23. — 7. Vie de S. François-Xavier, t. Ier, p. 246.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Dim 05 Fév 2017, 6:19 am

.

VAS INSIGNE DEVOTIONE, ORA PRO NOBIS.

(suite)

…que faut-il penser de la Mère auguste du Sauveur, de celle que les Saints ont appelée « une fournaise, un brasier d'amour divin 1, » et que l'Époux du Cantique compare à « une lampe de feu et de flammes 2 ? »

Fut-il pour elle un jour, une heure, un instant où sa pensée, sa parole, sa volonté, toute l'activité de son être n'eût Dieu seul pour objet? un instant où elle ne « fit ce qui était le plus agréable au Père céleste 3, » et avec un empressement, une pureté d'intention, un dévouement qui ne se peuvent concevoir? Demandons-le plutôt aux Anges et aux Séraphins, « ravis, dit saint Bernard, de l'ardeur et de l'éclat de la sainte flamme de sa dévotion 4... »

Et qui pourrait dire les joies, les suavités, les délices merveilleuses dont cette dévotion inondait son cœur? Vous nous en faites assez juger vous-même, ô Marie, par cette exclamation si expressive de votre saint cantique : « Mon âme est transportée d'allégresse en Dieu mon Sauveur 5. »

O piété ! ô douce et tendre piété chrétienne, ô toi, qui es le principe et le soutien de toutes les œuvres magnifiques de la charité; toi, qui donnes la résignation au cœur déchiré par la douleur, la force à l'âme que vient assaillir le désespoir; toi, qui fais couler des yeux du repentir des pleurs mêlés de tant de consolation, et des larmes presque célestes de ceux de l'innocence enivrée du divin amour, viens, oh! viens nous pénétrer de ton onction si précieuse ; viens faire de nous « des vases d'honneur et de sainteté utiles au service du divin Maître, préparés pour toute sorte de bonnes œuvres 6 ! »

Que par ta céleste influence tous nos membres soient en la main de Dieu « comme des armes de justice, pour combattre et pour vaincre le péché 1 ! Que nos corps deviennent une hostie vivante, sainte, agréable à ses yeux 2 ! »

Daignez, ô Marie ! « vase admirable où le Très-Haut a déployé les richesses de son amour 3, » daignez nous obtenir la grâce d'être pieux, et de nous montrer doux et forts dans notre piété.

Jadis, sur la parole du prophète Élisée, une malheureuse veuve, poursuivie à outrance par un créancier intraitable, se fit présenter par ses enfants un grand nombre de vases vides ; elle y versa successivement une partie du peu d'huile qui lui restait ; miraculeusement tous les vases furent remplis, et elle eut de quoi payer sa dette, et même de quoi s'entretenir ainsi que sa famille 4.

A vous aussi, Vierge sainte, sur la parole de l'Ange qui vous salua « comblée de grâce 5, » sur la parole de l'Église qui vous appelle Vase insigne de dévotion, nous présentons nos cœurs, hélas ! trop vides de la piété chrétienne et des bonnes œuvres dont elle est la source. Ne refusez pas d'y verser sans cesse votre surabondance, de sorte que nous puissions non-seulement satisfaire à la justice divine par notre ferveur, mais acquérir de précieux mérites pour le ciel. Il est écrit que « la piété a les promesses de la vie présente et de la vie future 6 ; » afin que ces promesses si consolantes se réalisent en notre faveur.



Vase  insigne  de  dévotion,  priez pour nous  !
Vas insigne  devotionis,  ora pro nobis  !

____________________________________________________________________

1. S. Jean Damasc., De dormit. B. V.; — S. Bernardin de Sienne, Serm. 9, de Visit. — 2. Cant. VIII, 6. — 3. Joan., VIII, 29. — 4. Serm. II in Assumpt. — 5. Luc, 1, 47. — 6. II Timoth., II, 21. — 1. Rom., VI, 13.— 2. Rom.,XII, 1.— 3. Eccl., XLIII, 2. — 4. IV Rois, IV. — 5. Luc, I, 28. — 6. I Timoth., IV, 8.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Lun 06 Fév 2017, 6:38 am

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Image_36

Légende de la gravure.

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Lyygen34

.

ROSA MYSTICA, ORA PRO NOBIS.

Les livres saints nous font entendre la voix de l'Époux céleste comparant son épouse à un parterre embaumé, « d'où s'exhalent les odeurs les plus exquises 1. Levez-vous, s'écrie-t-il, levez-vous, aquilons, venez, vents du Midi, souffler dans mon jardin, et que les parfums s'en répandent de toutes parts 2. »

C'est la divine Vierge que la piété chrétienne aime à reconnaître sous l'image de toutes les plantes, de toutes les fleurs odoriférantes de ce jardin de l'Époux du Cantique. C'est Marie qu'elle se plaît à appeler, avec saint Sophrone, « le vrai jardin de délices, où abondent toutes les fleurs, avec l'odeur céleste de toutes les vertus 3 : » fleurs parmi lesquelles l'Église choisit la rose pour en faire le nom de cette bien-aimée du Seigneur, lui donnant ainsi la louange la plus délicate, la plus gracieuse, la mieux faite pour charmer notre esprit et notre cœur.

O rose, que le Créateur a faite si suave et si belle, si riche d'éclat et d'agréable senteur, ô reine de toutes ces fleurs terrestres qui sont si magnifiques dans leur parure inimitable, et cependant si variées dans les nuances de leurs couleurs et dans leurs émanations odorantes, avec quel bonheur je te salue comme emblème de ma Mère du ciel, de cette Reine de toutes les intelligences, même les plus embellies par la grâce, de cette Reine de toutes les fleurs spirituelles qui font et feront l'ornement de l'Église du ciel et de l'Église de la terre, de cette Reine enfin de toutes les créatures ! Comme toi, mais dans un sens et d'une manière qui l'emportent infiniment sur ton charme délicieux, oh! que Marie est éclatante de beauté, qu'elle est ravissante par la douceur incomparable et l'arôme divin de ses vertus!...

Jamais la belle âme de la très-sainte Vierge n'a subi l'ombre même de l'altération la plus légère ; jamais le moindre souffle du mal n'est venu ternir la fraîcheur, l'éclat de cette Rose mystique; jamais le calice si pur de cette merveilleuse fleur, vraiment chérie de Dieu, n'a cessé d'exhaler vers lui l'encens suave de l'amour et de la louange, de l'amour le plus ardent et de la louange la plus pieuse. Quoique plantée, comme ses sœurs, sur une terre où tant d'orages courbent et flétrissent leurs tiges, effeuillent leurs brillantes corolles, jamais elle na rien perdu ni de sa beauté originelle, ni de la douceur, de l'excellence de son parfum.

Vous avez eu pourtant des épines, Rose mystique, hélas ! et des plus piquantes, mais pour vous seule. Pouviez-vous, ô Marie ! ne pas ressembler au divin chef des élus, à cet adorable Sauveur qui « a dû entrer dans « sa gloire par les souffrances 1 ? »

Ne fallait-il pas, d'ailleurs, que, comme votre divin Fils…
___________________________________________________

1. Cant., IV, 14. — 2. Cant., IV, 16. — 3.  Serm. de Assumpt. — 1. Luc, XXIV, 26.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Litanies de Notre-Dame de Lorette. - Page 3 Empty Re: Litanies de Notre-Dame de Lorette.

Message  Louis Mar 07 Fév 2017, 7:15 am

.
ROSA MYSTICA, ORA PRO NOBIS.

(suite)

Ne fallait-il pas, d'ailleurs, que, comme votre divin Fils, vous apprissiez par vous-même « à compatir à «nos infirmités 2, » à ressentir pour nous « cette vive sympathie que donne l'expérience des mêmes douleurs 3 ?... »

Mais par rapport à nous qui sommes vos frères selon la chair, vos enfants bien-aimés selon la grâce, vous êtes sans épines. « Vous n'avez rien qui puisse blesser, dit saint Ambroise, rien qui ne soit l'expression d'une bienveillance universelle 4. »

« En vous, dit saint Bernard, qu'est-ce qui pourrait inspirer crainte ou défiance? Vous n'avez rien d'effrayant, rien d'austère ; vous êtes toute suave envers tous... Parcourez attentivement l'histoire évangélique, ajoute ce saint docteur, fouillez avec soin dans toutes ses pages sacrées ; si vous trouvez en Marie le moindre trait qui sente le reproche, la sévérité, si vous découvrez l'indice le plus léger qui démente la plus grande douceur, je le veux bien, ne parlons plus de cette divine Mère 5. »

Ah ! laissons-nous « attirer à la céleste odeur » de cette rose immortelle, qui embaume les cœurs innocents, qui fait leur joie et leurs délices; « courons après elle 6. » Gardons-nous de nous laisser enivrer des parfums éphémères d'ici-bas, du fol encens de la flatterie du monde, ou de nous laisser éblouir par l'éclat trompeur des créatures, qui, « comme l'herbe des champs, fleurissent le matin, le soir tombent et se dessèchent 1. »

Souvenons-nous que tout nous a été donné dans ce monde pour élever nos âmes à Dieu, et que, loin d'y fixer notre cœur comme si c'était là notre fin dernière, nous devons nous en servir pour nous exciter au désir et à la recherche empressée de cette patrie véritable où il n'y a que des fleurs immortelles, et où la Rose mystique fait l'admiration des Saints et des Anges.

O Marie ! « vous êtes élevée comme le rosier de Jéricho 2; vous avez fleuri comme la rose sur un rivage plein de fraîcheur  3 ; votre éclat est pur comme celui du lis  4, et vif comme celui de  la reine du printemps 5

Mais qui nous donnera une juste idée « de la bonne odeur de Jésus 6, » que tout respire en vous? Qui nous dira combien le parfum de vos vertus surpasse l'arôme « de la myrrhe la plus exquise et de l'encens le plus suave 7 ? »

Oui, vous êtes cette fleur choisie qui seule, dans l'aride vallée de ce monde, avez attiré en vous « la rosée divine, le juste par excellence 8. »

Rose bénie, Rose merveilleuse, Rose du ciel, c'est là-haut seulement qu'il nous sera donné de vous bien connaître, et de vous louer dignement.

Faites que « nous marchions à l'odeur de vos parfums 9, dans la voie pure et immaculée 10 » des vrais enfants de Dieu, pour avoir un jour le bonheur de vous voir et de glorifier votre Fils de toutes les faveurs dont vous avez été comblée !


Rose  mystique,  priez  pour  nous ! — Rosa  mystica, ora  pro nobis  !


_______________________________________________________________

2. Hébr., IV, 15. — 3. Hébr., II, 17, 18.— 4. Lib. 2 de Virginit., cap. 2. — 5. Serm. 1 de Assumpt. — 6. Cant., I, 3. — 1. Ps. LXXXIX, 6. — 2. Eccli., XXIX, 18. — 3. Eccli., XXXIX, 17. — 4. Is., XXXV, 1. — 5. Eccli., L. 8. — 6.  II Cor., II, 15. — 7. Eccli., XXIV, 20, 21. — 8. 1s., XLV, 8. — 9. Cant., I, 3. — 10. Ps. C, 2.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14593
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum