Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini)

3 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini) - Page 2 Empty Re: Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini)

Message  Louis Lun 01 Juin 2009, 12:27 pm

https://messe.forumactif.org/desolation-dans-le-lieu-saint-f5/catolicos-contra-montini-les-catholiques-contre-montini-t469.htm#7117

Pablo VI y la "autodemolición" de la Iglesia par Pedro Rizo (fin)

Por esta pérdida de lo fundamental, y por inconsciente compensación, muchos católicos necesitan hacer del papa un ídolo mediático, idealizarlo como si fuera el Aga khan al que pesar en oro. Y olvidarnos de su identidad de representante de Cristo (cuya divinidad debe proclamar frente a sus seculares enemigos); no viendo en él al administrador que gerencia para su señor - ata y desata - la hacienda que le fue confiada (redimirnos del pecado por su inmolación); y tampoco al mayordomo que usa para su amo las llaves con que guarda de ladrones la casa (la vida eterna). A tal absurdo llega esta idolatría que sus enfermos se violentan a sólo ver bienes donde la historia los niega, y a no ver los males que se evidencian en sus escombros. No es serio responsabilizar de esto al Espíritu Santo. Con esta falsificación de la fe se traspasan al Espíritu Santo compromisos impropios de su asistencia, y se otorga al papa una infalibilidad imposible… aunque instrumentable. En la definición dogmática, la asistencia prometida señala limitaciones como, por ejemplo, en la advertencia de que «[…] no fue prometido a los sucesores de Pedro el Espíritu Santo para que por revelación suya manifestaran una nueva doctrina, sino para que, con su asistencia, santamente custodiaran y fielmente expusieran la revelación transmitida por los Apóstoles, o depósito de la fe.» (cfr. Dz 1836.)

Porque para el fiel más párvulo es claro como el agua que cuando Pedro negó a Jesús, fue Pedro quien le negaba y no el Espíritu Santo. Que cuando Judas le vendió al Sanedrín, no fue inspirado por el Espíritu Santo sino por su personal frustración política. Que en el incidente de Antioquía, no fue el Espíritu Santo el que exigió la circuncisión sino los judíos, y que tampoco en él se inspiró Simón Pedro para complacerles, sino en su personal debilidad. Así fue, sin secuestro de teologías, las cuales muchas veces sólo son encajes intelectuales que respaldan el corporativismo de un clero sin Gracia. Lo seguro es que del Espíritu Santo procedieron las lágrimas de contrición en San Pedro; o que por él le llegaría a Judas el remordimiento que luego malogró suicidándose. Y, sin discusión, sí que fue el Espíritu Santo el que inspiró a la Iglesia, en la persona de San Pablo, la reprensión a San Pedro afeándole que sometiera el conocimiento de Cristo a las exigencias judías de la previa circuncisión. (Hch 15, 1; Ga 2, 11-14) Un acto aquél muy importante pues que fijó en los cristianos su total independencia de supuestos hermanos mayores y desmontó la primacía del Antiguo Testamento. Por tanto, salvo mejor opinión, este episodio de la Historia de la Iglesia patenta prioridades doctrinales y coloca en sus justos límites la infalibilidad pontificia, como arriba subraya la referencia magisterial.

Parece que la beatificación de Pablo VI ha de lograrse contra viento y marea. Ya beatificado Juan XXIII, nada más queda él para laurear al Concilio Vaticano II. Al santificar a los papas conciliares se canonizará también esas cabezas de dragón que son las mentiras nominadas liberalismo (masónico), democratismo (modernista), antropocentrismo (revolucionario), más el materialismo histórico, el progresismo y el comunismo impulsados ya desde su convocatoria. Faltos de razones más consistentes, se acude al sentimentalista argumento de que “realmente Pablo VI sufrió mucho”, en chocante tesis que reivindicaría méritos para el mismo Belcebú, criatura en eterno tormento. Pero lo que de la biografía de Pablo VI nos queda es que, aun si dijéramos que quiso hacer el bien pese a que “por humana debilidad involuntariamente hizo algún mal”, lo paradójico de su reinado, quizás lo preternatural es que el bien lo hizo muy mal y el mal lo hizo bastante bien.

Paul VI et l’ « autodémolition » de l’ Église par Pedro Rizo (fin)

Par cette perte de l'essentiel, et par une inconsciente compensation, beaucoup de Catholiques ont besoin de faire du pape une idole médiatique, l'idéaliser comme s’il était l'Aga khan, auquel tout est pesé en or. Et nous d’oublier son identité de représentant du Christ (dont la divinité doit être proclamée face à ses ennemis séculaires) ; en ne voyant en lui qu’un administrateur d’une gérance pour son Seigneur - il lie et délie - les finances qu’on lui a confié (nous remettre nos péchés par son immolation) ; et un maître d'hôtel qui utilise ses clés pour garder la maison des voleurs (la vie éternelle).On en arrive à une telle absurdité avec cette idolâtrie que ces malades ( enfermos) en arrivent à voir seulement des biens où l’histoire les nient, et à ne pas voir des malheurs qui sont manifestes dans ses décombres. Il n'est pas sérieux de rendre l’Esprit-Saint responsable de cela. Avec cette falsification de la foi, on transpose à l'Esprit Saint des compromis impropres à son assistance, et on accorde au pape une infaillibilité impossible… bien qu’instrumentale. Dans la définition dogmatique, l'assistance promise indique des limitations comme, par exemple, dans l'avertissement dont « […] l’Esprit-Saint n'a pas été promis aux successeurs de Pierre pour dévoiler par son inspiration une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le Dépôt de la Foi. » (cfr. Dz 1836.)

Parce que pour le fidèle qui n’est plus un enfant, il est clair comme de l’eau de roche que quand Pierre a nié Jésus, c’était Pierre qui Le niait et non l'Esprit Saint. Quand Judas L’a vendu au Sanhédrin, il n'a pas été inspiré par l'Esprit Saint mais par sa frustration politique personnelle. Que dans l'incident d'Antioche, ça n'a pas été l'Esprit Saint qui a exigé la circoncision mais les juifs, et ce n’est pas de Lui non plus que s’est inspiré Simon Pierre pour leur faire plaisir, mais de sa faiblesse personnelle. (Merci, cher Bonaerges! Very Happy ):"Ainsi il en a été, sans la séquestration de théologies, qui plus d’une fois, sont seulement des dentelles intellectuelles qui appuient le corporativisme d'un clergé sans la Grâce". Ce qui est sûr, c’est que de l'Esprit Saint sont venues les larmes de contrition de Saint Pierre ; ou que c’est par Lui qu’arriverait à Judas le remords, qu'ensuite il a perdu en se suicidant. Et, sans discussion, ça été, en effet, l'Esprit Saint qui a inspiré à l'Église, dans la personne de Saint Paul, la réprimande à Saint Pierre (afeándole) qui soumettrait la connaissance du Christ aux exigences juives de la circoncision préalable. (Hch (???) 15, 1 ; Ga 2, 11-14) Un acte très important que celui-là, puisqu'il a fixé dans les chrétiens leur totale indépendance vis-à-vis d'hypothèse de frères plus grands et a démonté la primauté de l'Ancien Testament. Par conséquent, sauf une meilleure opinion ( salvo mejor opinión), cet épisode de l'Histoire de l'Église brevette( patenta) les priorités doctrinales et place dans ses justes limites l'infaillibilité pontificale, comme le souligne plus haut la référence magistérielle.

Il paraît que la béatification Paul VI doit être obtenue contre vent et marée. Jean XXIII déjà béatifié, rien de plus il reste pour couronner de lauriers le Concile Vatican II. Après avoir sanctifié les papes conciliaires on canonisera ces têtes du dragon qui sont les mensonges déjà nommés à savoir le libéralisme (maçonnique), démocratisme (moderniste), anthropocentrisme (révolutionnaire), en plus le matérialisme historique, le progressisme et le communisme propulsés déjà depuis sa convocation. Quand on n’a pas de raisons plus consistantes, on va à l'argument sentimentaliste que « Pablo VI a réellement beaucoup souffert », une thèse choquante qui revendiquerait des mérites pour Béelzébub même, créature qui est dans les tourments éternels. Mais ce qui nous reste de la biographie de Paul VI est que, encore si nous disions qu'il a voulu faire le bien bien que « par faiblesse humaine il ait involontairement fait un certain mal », ce qui est paradoxal de son règne, possiblement ce qui en est préternaturel est que le bien il l’a fait très mal et que le mal il l’a fait assez bien.

Fin de la traduction du fil # 7117 : TE DEUM


Dernière édition par Missale Romanum 1612 le Lun 01 Juin 2009, 6:12 pm, édité 1 fois (Raison : Correction grâce à Bonaerges.)

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14518
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini) - Page 2 Empty Re: Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini)

Message  Javier Lun 01 Juin 2009, 4:25 pm

La phrase suivante est difficile à traduire Por favor ! :Ainsi il en a été, sans la séquestration de théologies, qui, sans la Grâce, plus d’une fois, sont seulement des dentelles intellectuelles qui appuient le corporativisme du clergé. Ce qui est sûr, c’est que de l'Esprit Saint sont venues les larmes de contrition de Saint Pierre ; ou que c’est par Lui qu’arriverait à Judas le remords, qu'ensuite il a perdu en se suicidant.

Très cher ami,

merci beacoup pour votre excellent traduction ! Very Happy Je pense que cette phrase pourrait être mieux compris comme ça:

"Ainsi il en a été, sans la séquestration de théologies, qui plus d’une fois, sont seulement des dentelles intellectuelles qui appuient le corporativisme d'un clergé sans la Grâce".

La dernière phrase a été la plus difficile à traduire à date Por favor ! : Mais ce qui nous reste de la biographie de Paul VI est que, encore si nous disions qu'il a voulu faire le bien bien que « par faiblesse humaine il ait involontairement fait un certain mal », ce qui est paradoxal de son règne, possiblement ce qui en est préternaturel est que le bien il l’a fait très mal et que le mal il l’a fait assez bien.

Oui, le sens de la traduction est claire et reflète la pensée de l'auteur, c'est-à-dire, Montini-P6 avait fait un travail "très bon" pour tenter de détruire l'Eglise, et le peu de bien qu'il aurait pu faire il l’a fait très mal, car il avait les instructions spécifiques de détruire tout et changer le visage de l'Eglise !

Dieu nous aide tous à travers ce temps sombre !!

Salutations, cher ami !!! Wink

In Jesu-Mariaeque Cordibus,

Bonaerges

Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini) - Page 2 161181~Anne-of-Austria-and-Her-Children-at-Prayer-with-St-Benedict-and-St-Scholastica-1646-Posters

Católicos contra Montini (Les catholiques contre Montini) - Page 2 The-Prayer-Of-The-Children-Suffering-From-Ringworm,-1853

La prière des enfants est très puissant devant Dieu. Ceux d'entre vous qui ont des enfants, mes chers et chères frères et sœurs, s'il vous plaît pourriez-vous leur demander de prier le Bon Dieu et Sa Très Sainte Mère pour l'Eglise Catholique aujourd'hui, parce que Notre Sainte Mère l'Église est-elle si petite, si décimée et méprisée par un monde apostat et perfide, et Elle est aussi éclipsée par une secte odieuse. Sad

Un grand merci ! cheers I love you flower
Javier
Javier

Nombre de messages : 4092
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum