L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

3 participants

Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 11:07 am

IV. — CONCLUSION


Mais tout ceci, quelque raisonnable et quelque juste que ce soit, n'est plus guère compris. Aujourd'hui les sociétés non seulement refusent de se conformer aux principes chrétiens; elles semblent même vouloir s'en éloigner chaque jour davantage. Néanmoins, la vérité, produite au grand jour, rayonne naturellement au loin et s'insinue peu à peu dans les esprits. Pénétré de la gravité et de la sainteté de Notre charge, c'est-à-dire de la mission apostolique dont Nous sommes investi envers tous les peuples, Nous proclamons donc librement la vérité, selon Notre devoir. Ce n'est pas que Nous perdions de vue le caractère de notre époque, ou que Nous dédaignions les bons et utiles progrès qu'elle a réalisés. Mais Nous voudrions voir les sociétés suivre des voies moins périlleuses et s'appuyer sur de plus solides fondements. En cela, Nous ne portons aucune atteinte à la liberté légitime des peuples, car la vérité est parmi les hommes la mère et la meilleure gardienne de la liberté. La vérité vous rendra libres (1).
____________________________________________________

(1) Jean 8, 32.

A suivre : Conclusion pratique.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 3:40 pm

Conclusion pratique


Si donc, dans ces conjonctures si difficiles, les catholiques Nous écoutent, comme c'est leur devoir, ils comprendront facilement comment ils doivent penser, comment ils doivent agir.

a) Que penser

Et d'abord, quant à la manière de penser, ils doivent adhérer fermement à tout ce que les Pontifes romains ont enseigné ou enseigneront, et en faire profession publique chaque fois que les circonstances le demandent. Particulièrement, en ce qui concerne les libertés modernes, comme on les appelle, chacun doit s'en tenir au jugement du Siège Apostolique et se conformer entièrement à son sentiment. Que tous se tiennent en garde contre l'apparente honnêteté de ces libertés; qu'ils se rappellent la source d'où elles proviennent, et l'esprit dans lequel elles sont originairement soutenues et propagées. Déjà l'expérience a suffisamment montré ce qu'il faut en attendre pour la société. Elles ont généralement produit des fruits qui inspirent de justes regrets aux hommes honnêtes et sages. S'il existe quelque part, ou si l'on se représente par la pensée, un État qui persécute et tyrannise l'Église et qu'on le compare au régime moderne de gouvernement dont Nous parlons, on pourra déclarer ce dernier plus tolérable. Et cependant les principes qui lui servent de fondement sont tels qu'ils ne peuvent, comme Nous l'avons dit, être approuvés de personne.

b) Comment agir

Quant à la manière d'agir, on peut la considérer soit dans l'ordre de la vie privée, soit dans l'ordre de la vie publique.

La vie privée

Dans la vie privée, le premier devoir est de conformer parfaitement sa conduite et ses mœurs aux préceptes de l'Évangile, et de ne pas reculer devant les sacrifices qu'impose parfois la vertu chrétienne. Tous doivent aussi aimer l'Église comme leur Mère, obéir à ses lois, l'honorer, sauvegarder ses droits, la faire enfin respecter et aimer filialement par tous ceux sur qui ils ont quelque autorité.

A suivre : 2º La vie publique

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 3:41 pm

Conclusion pratique


La vie publique

D'autre part, le bien public est intéressé à ce que les catholiques prêtent sagement leur concours à l'administration des affaires de la commune, et qu'ils aient le plus grand souci de pourvoir à l'éducation religieuse et morale de la jeunesse, comme il convient à ces chrétiens. De là dépend en grande partie le bonheur des cités.

De même, il est en général utile et permis aux catholiques d'étendre leur action au delà de ce théâtre restreint et de prendre part au gouvernement de l'État. Nous disons en général, parce que Nos enseignements s'adressent ici à l'universalité des peuples. Il peut arriver en effet que, dans un pays en particulier, pour de très graves et très justes motifs, il ne soit pas expédient de participer aux affaires publiques et d'exercer les charges politiques.

Mais en général, comme Nous l'avons dit, ne vouloir prendre aucune part aux affaires de l'État serait aussi répréhensible que de ne pas se soucier du bien commun et de ne lui apporter aucun concours; d'autant plus que la doctrine même qu'ils professent convie les catholiques à l'accomplissement parfait et consciencieux des devoirs du citoyen.

D'autre part, s'ils s'abstiennent, les rênes du gouvernement passeront aisément aux mains de ceux dont les opinions n'offrent guère de garantie pour le bien de la société. Cette abstention serait en même temps désastreuse pour les intérêts du christianisme, puisque les ennemis de l'Église seraient en quelque sorte tout-puissants, ses amis au contraire presque sans influence. Il est donc évident que les catholiques ont de justes raisons d'entrer dans la vie politique. Car ils le font, et ils doivent le faire, non pour approuver ce qu'il y a de blâmable dans les institutions modernes, mais pour les faire servir, autant qu'il est possible, au bien réel et véritable de la société, et pour faire passer dans toutes les parties de l'organisme social, comme une sève féconde et un sang réparateur, l'esprit et l'influence bienfaisante de la religion catholique.

C'est ainsi qu'ont agi les chrétiens des premiers siècles…

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 3:43 pm

Conclusion pratique


La vie publique (suite)

C'est ainsi qu'ont agi les chrétiens des premiers siècles. Rien n'était assurément plus éloigné de l'esprit et des mœurs de l'Évangile que l'esprit et les mœurs du paganisme. On pouvait cependant voir les chrétiens vivre au milieu de la superstition païenne sans en subir la contagion, et, toujours semblables à eux-mêmes, entrer hardiment partout où ils trouvaient accès. D'une fidélité exemplaire envers les princes, obéissant aux lois, autant qu'il leur était permis, ils jetaient partout un admirable éclat de sainteté. Ils usaient de leur influence pour faire du bien à leurs frères et en même temps pour attirer les infidèles à la foi chrétienne, disposés cependant à se retirer et même à mourir courageusement le jour où ils n'auraient pu, sans compromettre leur conscience, conserver les honneurs, les magistratures, les fonctions publiques. Ils firent ainsi bientôt pénétrer la foi chrétienne non seulement dans la demeure des particuliers, mais dans les camps et le palais impérial lui-même. « Nous ne sommes que d'hier, et nous remplissons tout ce qui vous appartient, vos villes, vos îles, vos forteresses, vos municipes, vos assemblées, vos camps eux-mêmes, les tribus, les décuries, le palais, le sénat, le forum. (1) » Aussi, lorsque la loi permit de professer publiquement l'Évangile, la foi chrétienne apparut, non à l'état d'enfance, mais déjà florissante et assez fortement établie dans un grand nombre de villes.

C'est bien l'occasion de renouveler ces exemples de nos pères. Les catholiques vraiment dignes de ce nom doivent, avant tout, être et se montrer les fils très aimants de l'Église; rejeter, sans hésiter, tout ce qui serait incompatible avec ce titre glorieux; user, autant que la conscience le permet, des institutions publiques au profit de la vérité et de la justice; s'efforcer de contenir la liberté dans les bornes que lui assignent la loi naturelle et la loi divine; enfin, travailler à ramener les institutions publiques au type et à la forme chrétienne, que Nous avons décrite.

Il n'est pas aisé d'assigner une manière unique et absolue d'arriver à ces résultats, puisqu'elle devrait convenir à tous les lieux et à tous les temps, entre lesquels il y a de si profondes différences.

Il faut certainement avant tout maintenir l'union des volontés et tendre à une pratique uniforme. Ce double avantage sera pleinement obtenu si chacun prend pour règle de conduite les prescriptions du Siège Apostolique et se soumet à la direction des évêques que l'Esprit-Saint a établis pour gouverner l'Église de Dieu (2). La défense des intérêts catholiques exige impérieusement que, pour la profession des doctrines enseignées par l'Église, tous soient d'un même sentiment et d'une fermeté à toute épreuve. A cet égard, chacun doit se garder de donner quoi que ce soit à l'erreur, ou de lui résister avec moins d'énergie que n'en requiert le service de la vérité. — Dans les questions de libre discussion, il est loisible à chacun de soutenir son avis avec modération et avec le désir sincère de découvrir la vérité. — Mais on doit s'abstenir de tous soupçons injurieux et d'accusations réciproques.

Afin donc que de téméraires accusations ne viennent pas désunir les esprits …

___________________________________________________

(1) Tertull. Apol. n. 37.
(2) Actes, 20, 28,



Dernière édition par Louis le Jeu 27 Oct 2011, 4:14 pm, édité 1 fois (Raison : Insérer la note (2))

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 3:46 pm

Conclusion pratique


La vie publique (suite)

Afin donc que de téméraires accusations ne viennent pas désunir les esprits, tous doivent avoir devant les yeux ces principes: l'intégrité de la foi catholique est incompatible avec toutes les opinions qui se rapprochent du naturalisme ou du rationalisme, et qui, en définitive, ne tendent à rien moins qu'à détruire de fond en comble les institutions chrétiennes et à substituer dans la société la souveraineté de l'homme à celle de Dieu. Il n'est pas permis non plus de suivre une règle de conduite différente dans la vie privée et, dans la vie publique, de façon à représenter l'autorité de l'Église comme individu, tout en la rejetant comme citoyen. Ce serait en effet allier le bien et le mal et mettre l'homme en lutte ouverte avec lui-même, tandis qu'au contraire il doit toujours être d'accord avec lui-même, et ne s'écarter jamais de la vertu chrétienne, en quelque affaire ou en quelque condition que ce soit.

Mais s'il s'agit de questions purement politiques, comme de la meilleure forme de gouvernement, de tel ou tel système d'administration civile, les divergences sont certainement permises. Quand donc des hommes, dont la piété est connue et l'esprit tout disposé à accepter docilement les décisions du Saint-Siège, professent, sur les points que nous venons de dire, des opinions différentes des nôtres, la justice ne permet pas de leur en faire un crime. Ce serait une injustice beaucoup plus grande encore de les accuser d'être suspects ou traîtres à l'égard de la foi catholique, comme cela s'est fait parfois, à Notre grand regret. Que les écrivains, et surtout les journalistes, se pénètrent intimement de cette règle. Dans une lutte où les plus grands intérêts sont en jeu, il faut bannir toute question qui divise et tout esprit de parti.

Toutes les volontés et tous les efforts doivent au contraire tendre de concert au but auquel tous aspirent également, à la conservation de la religion et de la société. Si donc il y a dans le passé quelques dissentiments, il faut les ensevelir dans un oubli volontaire. S'il y a eu quelque témérité, quelque injustice dans les procédés, cette faute, quels qu'en soient les auteurs, doit trouver sa compensation dans une charité réciproque, et sa réparation dans un ardent et général élan de soumission envers le Siège Apostolique.

De tout cela, les catholiques retireront deux avantages très précieux. D'abord, ils seront pour l'Église de vrais auxiliaires dans la conservation et la propagation de l'esprit chrétien. Ensuite, ils rendront un service éminent à la société civile, dont l'existence est gravement compromise par les doctrines et les passions mauvaises.

A suivre : c) Prière et bénédiction apostolique

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Jeu 27 Oct 2011, 3:47 pm

Conclusion pratique


c) Prière et bénédiction apostolique


Tels sont, vénérables Frères, les enseignements que Nous avions à donner à tous les peuples du monde catholique touchant la constitution chrétienne des États et les devoirs des citoyens.

Il nous reste à implorer par d'ardentes prières le secours du ciel, et à supplier Dieu, qui peut seul éclairer les intelligences et incliner les volontés, de réaliser Nos vœux et de couronner de succès Nos efforts pour sa gloire et le salut des hommes. — Comme présage des faveurs divines et comme gage de Notre paternelle bienveillance, Nous vous accordons avec toute l'affec¬tion que Nous vous portons dans le Seigneur, à Vous, vénérables Frères, au clergé, et à tous les fidèles confiés à votre garde et à votre vigilance, la Bénédiction apostolique.

Donné à Rome près Saint-Pierre, le 1er novembre 1885, la huitième année de Notre Pontificat.

LÉON XIII, PAPE.

A SUIVRE : TABLE DES MATIERES.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  Louis Ven 28 Oct 2011, 12:38 pm


_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 15501
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table) - Page 2 Empty Re: L'Église, une société humaine ? (COMPLET, avec Table)

Message  ROBERT. Dim 06 Nov 2011, 2:01 pm

Louis a écrit:



La Table des Matières est extrêmement utile...

Merci Louis. Wink


.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum