Euthanasie

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Mer 02 Déc 2015, 7:04 pm



LA COUR SUPÉRIEURE RAPPELLE À L’ORDRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC



Dans une décision rendue hier le 1er décembre, la Cour supérieure du Québec rappelle à l’ordre le gouvernement québécois qui a tenté de faire reconnaître « l’aide médicale à mourir » comme un soin médical alors que dans les faits, comme le souligne la Cour,  il s’agit bel et bien d’euthanasier des êtres humains.

En conséquence, elle déclare inopérants tous les articles de la Loi visant l’aide médicale à mourir qui devaient entrer en vigueur le 10 décembre prochain jusqu’à la prise d’effet de la Déclaration d’invalidité des articles 14 et 241b) du Code criminel prononcée par la Cour suprême du Canada dans l’arrêt Carter.

Comme le dit la Cour, « le fait d’affubler l’aide au suicide et l’euthanasie d’un être humain d’un autre qualificatif, voire même d’un euphémisme, à savoir l’Aide médicale à mourir, ne pouvait avoir pour effet de soustraire automatiquement de l’application d’une loi fédérale un geste ou un acte spécifiquement prohibé par les articles 14 et 241b) du Code criminel et de conférer aussitôt une compétence au Québec en matière d’Aide médicale à mourir sous le prétexte qu’il s’agissait dès lors d’un soin de santé qui allait s’inscrire dans le continuum des autres soins de santé prodigués au patient. » (au parag. 122). La Cour rappelle que dans l’arrêt Carter, « la Cour suprême n’a pas indiqué que l’aide au suicide constituait dans certains cas un soin médical… » (au parag. 129).

Et plus loin, la Cour poursuit « …d’ajouter le mot médicale à l’expression aide à mourir ne peut à lui seul avoir pour effet de mettre à l’abri des dispositions législatives provinciales incompatibles avec la législation fédérale en matière criminelle, compétence conférée exclusivement au parlement fédéral par la Constitution. » (au parag. 139). Et la Cour déclare que de la perspective du patient, il ne peut demander l’aide médicale à mourir sans violer l’article 14 du Code criminel et, du point de vue du médecin qui administre l’aide médicale à mourir,  il peut être déclaré coupable d’un acte criminel et le simple refus du médecin d’offrir l’aide médicale à mourir est insuffisant puisqu’il a l’obligation en vertu de transférer la demande en vue d’assurer sa réalisation (aux parag. 146, 147, 152).

Et la Cour ajoute finalement des mots très cinglants quant à la position adoptée par le Gouvernement du Québec : « Nier cette incompatibilité flagrante, c’est nier l’évidence même » (au parag, 167). La Cour rappelle que le Québec a participé à l’audience dans l’affaire Carter, et que la Cour suprême n’a pas retenu la position du Québec selon laquelle « la compétence provinciale en matière de santé exclut la compétence du Parlement fédéral de légiférer sur l’aide médicale à mourir. »  (au parag.170 citant le parag. 53 de la décision Carter)

Il s’agit également de la première décision d’un tribunal qui corrige cette manipulation de langage qui a été sciemment commise par le gouvernement du Québec dans le but de soustraire son programme euthanasique contenu dans la Loi sur les soins de fin de vie (la « Loi ») du contexte de droit criminel qui doit s’appliquer partout au Canada.

La  Cour donne ainsi raison au Docteur Paul Saba et la Coalition des médecins pour une justice sociale, à Vivre dans la Dignité, au Collectif des médecins contre l’euthanasie ainsi qu’à l’immense majorité des médecins de soins palliatifs qui ont toujours soutenu publiquement que « l’aide médicale à mourir » était un euphémisme pour pouvoir légaliser l’euthanasie.

Par cette clarification de la Cour supérieure du Québec, on ne peut plus prétexter l’obligation de dispenser des « soins médicaux » pour forcer les médecins du Québec à participer, directement ou indirectement, à l’euthanasie d’êtres humains, tel que le prévoyait la Loi qui devaient entrer en vigueur le 10 décembre prochain.

La Procureure générale du Canada a d’ailleurs manifestée « son inquiétude face aux dispositions de l’article 31 de la Loi [québécoise] qui imposent aux médecins qui ne voudraient pas accéder à une demande d’Aide médicale à mourir de participer, malgré leur objection, au processus visant à trouver un autre médecin volontaire consentant ».

Dans les prochains mois, le gouvernement canadien devra donc procéder avec prudence et sérénité à la réécriture de sa loi pour tenir compte des conditions d’exceptions mentionnées dans la décision Carter, tout en maintenant ses responsabilité de protection contre l’homicide, de prévention du suicide et du maintien de la qualité de la médecine au Canada.

Plutôt que de chercher à imposer leurs vues comme le gouvernement québécois a tenté de le faire, les provinces doivent respecter le cadre juridique canadien et satisfaire aux critères de protection de la population qui y seront codifiées et ce, dans un esprit de coopération et de bonne entente.

Vivre dans la dignité et le Collectif des médecins contre l’euthanasie continueront de promouvoir la protection de la vie humaine, la qualité et la disponibilité de bons soins médicaux pour tous, et la reconnaissance de la dignité de tous les citoyens et les citoyennes de notre pays jusqu’à leur mort naturelle.



http://collectifmedecins.org/la-cour-superieure-rappelle-a-lordre-le-gouvernement-du-quebec/

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  ROBERT. le Mer 02 Déc 2015, 7:10 pm

Roger Boivin a écrit:


LA COUR SUPÉRIEURE RAPPELLE À L’ORDRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

Dans une décision rendue hier le 1er décembre, la Cour supérieure du Québec rappelle à l’ordre le gouvernement québécois qui a tenté de faire reconnaître « l’aide médicale à mourir » comme un soin médical alors que dans les faits, comme le souligne la Cour, il s’agit bel et bien d’euthanasier des êtres humains.

http://collectifmedecins.org/la-cour-superieure-rappelle-a-lordre-le-gouvernement-du-quebec/


cheers
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32047
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  gabrielle le Jeu 03 Déc 2015, 7:39 am

Très bonne décision.

Ça va donner le temps au Collectif des médecins contre l'euthanasie de se préparer pour la prochaine bataille.

Tuer n'est pas un soin.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 17745
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  ROBERT. le Jeu 03 Déc 2015, 11:55 am

gabrielle a écrit:...Tuer n'est pas un soin.
Et cela n'en sera jamais un.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32047
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  ROBERT. le Jeu 03 Déc 2015, 12:01 pm

ROBERT. a écrit:
gabrielle a écrit:...Tuer n'est pas un soin.
.
Et cela n'en sera jamais un.
.


...l'avortement et l'euthanasie sont proches parents en effet: il s'agit d'un meurtre dans les deux cas.
.
http://messe.forumactif.org/t5186p15-la-chartre-des-valeurs-quebecoises#99837
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32047
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Ven 09 Déc 2016, 12:56 pm


Reçu aujourd'hui en message privé hotmail :




Cher M. Boivin,

La lettre du Dr Nicholas Newman, membre du C.A. de notre Collectif, a été publiée hier dans le journal La Presse+, sous le titre "Le désastre de l'euthanasie":

http://plus.lapresse.ca/screens/16d1a021-5b10-43fd-91fd-b457203b0e19%7C_0.html

C'est un beau témoignage de résistance qui rappelle que c'est toujours la majorité des médecins qui s'oppose à l'euthanasie. N'hésitez pas à la partager!

Merci encore à tous les médecins qui ont ajouté leur voix à celle du Dr Newman.

Cordialement,

Catherine Ferrier, MD


Souligné en noir par moi.



avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  ROBERT. le Ven 09 Déc 2016, 1:03 pm

.
Merci Roger.  Wink
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32047
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Ven 09 Déc 2016, 1:06 pm


En cliquant sur son lien  http://plus.lapresse.ca/screens/16d1a021-5b10-43fd-91fd-b457203b0e19%7C_0.html , on voit ceci, que je reproduit ici en copié/collé :


OPINION AIDE MÉDICALE À MOURIR
LE DÉSASTRE
DE L'EUTHANASIE


Contrairement à ce qu’on peut laisser entendre, la vaste majorité des médecins s’y oppose toujours

Nicholas Newman MD, chirurgien orthopédiste, Montréal, et 35 autres médecins généralistes et spécialistes*

Au début du mois de novembre, les médecins d’un hôpital de Montréal ont reçu une lettre de la Direction des services professionnels, dans laquelle on leur faisait part du « besoin de médecins supplémentaires pour l’aide médicale à mourir ».

Déjà, le ton amical de la lettre pour solliciter « l’aide » des médecins réfractaires à l’euthanasie tranchait nettement avec le discours politique des derniers mois. Cependant, le timbre suppliant de la lettre a surtout dévoilé l’inexactitude de nombreuses idées reçues en démontrant avec clarté le désastre causé par l’euthanasie au Québec.

Tout d’abord, la direction avoue, dans sa lettre, qu’il n’y a que « quelques médecins ayant donné leur accord de participation à ce processus », alors que l’idée populaire attribue le refus de participer à un groupe minoritaire seulement. Nous pouvons donc conclure que, dans les faits, la réalité est exactement à l’opposé de ce préjugé : la vaste majorité des médecins s’oppose toujours à toute participation à l’euthanasie.

Incidemment, quand il a été question de « mater les médecins réfractaires », nous savons désormais qu’il s’agissait là d’une menace faite à la majorité des médecins…

Ensuite, nous voyons apparaître dans la lettre les conséquences d’une année d’euthanasie au Québec, alors que le discours politique nous assure encore que tout va « très, très, très bien ». Pendant cette première année, l’accent a été mis essentiellement sur l’accessibilité à cette mesure exceptionnelle pour des cas exceptionnels.

Or, le résultat (prévisible) d’une telle approche nous place maintenant devant un déferlement croissant d’euthanasies – utilisées « de plus en plus régulièrement dans nos milieux » pour reprendre les mots de la lettre. Paradoxalement, la solution envisagée par la direction pour remédier à ce comportement irresponsable impliquerait la participation des médecins « réfractaires ».

Finalement, la lettre nous rappelle que l’euthanasie ne sera jamais un geste banal, bien que beaucoup d’efforts soient déployés pour en faire une « procédure » socialement acceptable. En rappelant que « le groupe interdisciplinaire de soutien (GIS) vous assure son support dans le processus », la direction montre bien que la véritable exception dans ce geste faussement qualifié de « soin » réside dans la gravité de son impact sur le médecin qui le pratique.

En conclusion, nous, les médecins soussignés, tenons à réaffirmer que nous ne participerons pas à ce drame social qui ne fait qu’ajouter de la souffrance à la souffrance. Nous sommes toujours d’avis que la réponse passe par des soins de qualité, par un plus large accès à des soins palliatifs et par un accompagnement humain, respectueux de la personne.

Avec le soutien des signataires suivants :

Evelyne Huglo, MD, médecin de famille, Montréal ;
Richard Haber, MD, professeur associé de pédiatrie, MUHC ;
Michel Brouillard, MD, médecine générale, Rouyn-Noranda ;
Tommy Aumond-Beaupré, MD, médecin de famille, Montréal ;
Jean-Pierre Beauchef, MD, endocrinologie, Greenfield Park ;
Mark Basik, MD, chirurgie générale, Montréal ;
Jacques R Rouleau, MD, CSPQ, FRCPC, FACC, cardiologue, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Université Laval ;
Mathieu Gazdovich, MD, médecin de famille, Montréal ;
Liette Pilon, MD, médecin de famille, Montréal et Rive-Sud de Montréal ;
Renata Sava, MD, médecin de famille, Montréal ;
Simon Wing, MD, endocrinologie, Montréal ;
Catherine Ferrier, MD, médecin de famille, Montréal ;
Michel R. Morissette, MD, médecin retraité ;
Dr Nathalie de Grandpré, MD, médecin de famille, Montréal ;
Melanie Ghobril, résidente médecine familiale, Université de Montréal ;
Marie Jetté-Grenier, MD à la retraite ;
Guy Bouchard, MD, omnipraticien et médecine du travail, retraité ;
Odile Michaud, MD, médecine familiale, Otterburn Park ;
José A. Morais, MD, FRCPC, gériatrie, Montréal ;
Abdallah Dallal, MD, psychiatre, Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme ;
Sonia Calouche, MD, psychiatre, Saint-Eustache ;
Bernard H. Doray, MD, pédiatre retraité ;
Michel Masson, MD, pédiatre retraité, Québec ;
Judith Trudeau, MD, rhumatologue, Lévis ;  
Céline Devaux, MD, hémato-oncologue, hôpital Charles-LeMoyne ;  
Pierrette Girard, MD, orthopédiste, clinique médicale McDermot ;
Louis Martel, MD, médecin de famille, Trois-Rivières ;
Ibrahim Mohamed, MD, pédiatre-néonatalogiste à l’hôpital Sainte-Justine, Montréal ;
Jacques Beaudoin, MD, cardiologie, Québec ;
Julien Marc-Aurèle, MD à la retraite ;
Katia Khoukaz, MD, médecin de famille, Montréal ;
Daniel Viens, MD, médecine interne, Drummondville ;
Louis Morissette, MD, FRCP ;  
Rosaire Vaillancourt, MD, FRCSC, chirurgien thoracique, IUCPQ, Québec ;
Suzanne Labelle, MD, médecine de famille, Laval.

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  ROBERT. le Ven 09 Déc 2016, 1:20 pm

.
Encore merci Roger de votre obligeance.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 32047
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Lun 27 Fév 2017, 3:47 pm

Reçu aujourd'hui :


L'Euthanasie sans consentement: l'impitoyable pitié

Montréal, le 27 février 2017. Un homme assassine sa femme dans une crise de désespoir ou de découragement. Nous apprendrons par après ce qui a fait « craquer » Michel Cadotte, le mari de la victime, selon ses mots sur Facebook, après l’acte meurtrier. Ce que nous savons maintenant, c’est qu’une femme vulnérable a été tuée par son propre mari. Nous sommes attristés de la mort de Jocelyne Lizotte.

Nous sommes outragés par la solitude que son mari a vécue (« Personne ne m’a demandé comment je vais ») et par celle de tant d’autres aidants naturels, parenté ou conjoints,  de patients souffrant d’Alzheimer.

Mais ce qui est le plus bouleversant et inquiétant est la réaction des politiciens pour qui la « solution »  à ce drame est de proposer l’euthanasie par directive anticipée pour les personnes souffrant de démence.

La plupart des personnes souffrant de démence perdent rapidement conscience de leur condition. La vaste majorité est heureuse, dans un environnement sécuritaire et accueillant, que ce soit en société, en famille ou en résidence spécialisée; ces personnes souffrent lorsqu’elles sont traitées avec mépris. Dans notre pratique médicale nous voyons des exemples extraordinaires de patients qui sont aimés et bien soignés; nous voyons aussi des exemples déchirants  de personnes négligées et abusées. Quelle aide et quelles ressources notre ministre de la santé, Gaétan Barrette, offre-t-il aux Québécois souffrant de démence et à leurs proches aidants, en réponse à cet évènement?

Imaginons tuer une personne, qui ne demande pas à mourir, avec sang-froid, parce que, plus tôt dans sa vie, elle a écrit qu’elle ne voulait pas en arriver où elle est présentement. Ceci est arrivé aux Pays-Bas récemment : une femme mise sous sédation sans son consentement, fut maintenue de force physiquement par sa famille, pendant qu’elle se débattait pour ne pas recevoir l’injection létale qui l’a achevée. Ceci n’est pas de la compassion, ni de l’auto-détermination. Cette impitoyable pitié conduit au meurtre.

Le lobby en faveur de l’euthanasie par directive anticipée est conduit par des personnes en santé d’âge moyen qui craignent les conséquences de la vieillesse. Ils pensent qu’ils aimeraient mieux être morts que de vivre avec une  réduction de leurs facultés mentales ou physiques, ou n’importe quelles limites à leur style de vie actuel. Mais les personnes changent d’avis lorsqu’elles  sont dans ces circonstances : plusieurs études ont démontré que les patients souffrants de démence considèrent leur qualité de vie plus élevée que ne le considèrent ceux qui les soignent.
 
Le Collectif des médecins contre l’euthanasie veut prendre part au débat qui sera organisé à ce sujet par le gouvernement de M. Couillard. Nous voulons des moyens concrets pour appuyer les aidants naturels afin qu’ils ne soient pas acculés à tuer les personnes qu’ils aiment.
*******************
Le Collectif des médecins contre l’euthanasie a été fondé en 2012 par 24 médecins du Québec et compte maintenant plus de 800 adhérents. Le Collectif vise à assurer la disponibilité de soins médicaux de qualité et une information respectueuse et éclairée pour les personnes vulnérables dans tous les contextes de soins. Nos objectifs sont la sécurité de tous les patients qui sont à risque de pressions pour terminer leur vie prématurément par euthanasie ou suicide assisté, et le respect de l’intégrité professionnelle de tous les travailleurs de la santé.

Pour de plus amples renseignements veuillez communiquer avec :
Collectif des médecins contre l’euthanasie
438-938-9410
info@collectifmedecins.or
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Mar 25 Avr 2017, 6:28 pm

Cher M. Boivin,
Un journaliste de Radio-Canada veut faire un reportage sur les soins palliatifs à domicile et recherche une personne qui pourrait témoigner de la difficulté qu'elle a (ou a eu) à trouver des ressources en soins palliatifs. 

Le journaliste souhaite démontrer l’iniquité dans l'accès à de bons soins palliatifs à domicile par un ou plusieurs témoignages.
Si vous ou une personne de votre entourage pouvez témoigner en ce sens, écrivez-nous le plus rapidement possible à info@collectifmedecins.org.
Merci d'avance pour votre aide.
Cordialement,
xx MD
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Dim 07 Mai 2017, 8:57 pm

Infolettre du Collectif Collectif médecins Aujourd’hui, 19:29Vous
Collectif des médecins contre l'euthanasie


J'aime

Tweet


Collectif des médecins contre l'euthanasie
Le Bulletin Collectif, mai 2017
Améliorer les soins. Rendre l'euthanasie impensable.
 

Bienvenue à notre nouveau bulletin de nouvelles électronique! Nous espérons que vous trouverez cet outil de communication efficace pour partager l’information, communiquer les recherches récentes, analyser les développements sociaux et politiques et influencer la vie de notre société. Mais par-dessus tout, nous espérons que ce sera un moyen d’échanges pour toutes les personnes qui croient encore en une pratique médicale vraiment humaine qui respecte la vie dans la lignée d’Hippocrate, par lequel nous pourrons explorer ensemble les expériences et les méthodes qui nous permettront de travailler dans cette optique, malgré l’environnement qui présente maintenant des défis nouveaux dûs aux récents changement de lois.
Évidemment, dans la foulée de leur victoire législative, nos adversaires récents ont adopté une attitude triomphaliste, présumant la fin de toute dissension. L’autre jour, j’ai assisté à une session portant sur l’euthanasie à l’hôpital où je travaille : « Le Projet de loi 52, une année plus tard ». Apparemment, l’euthanasie est maintenant une action de pur altruisme, et un droit pour tous les patients, de sorte que tous les documents dont les auteurs exprimeraient une hésitation à en faciliter l’accès sont jugés biaisés et indignes de crédibilité. Ce fut le cas, par exemple, de la critique que nous avons entendue au sujet du – très substantiel – document de réflexion de l’Association des médecins psychiatres du Québec.
Pourtant, il est raisonnable d’affirmer que, parmi les médecins, les psychiatres sont ceux qui ont la plus grande expertise pour juger da la nature volontaire et éclairée du consentement et de l'aptitude d’un patient. Et ils sont loin d’être unanimes au sujet de cette nouvelle mode…Ne devrions-nous pas les écouter…?
Par coïncidence, je rencontrais le lendemain un groupe fort intéressant de personnes qui travaillent à la prévention du suicide, un milieu nouveau pour moi. Jusqu’à maintenant, lorsque je parlais des dangers de l’euthanasie, je m’étais habituée à un silence poli suivi de la réponse classique « oui, mais chaque personne devrait pouvoir choisir pour elle-même… », comme si cet argument réglait tout. Avec ce groupe, je me demandais donc à quel moment ce dogmatisme habituel allait sortir. Chacun s’est exprimé à tour de rôle, du chercheur au psychologue, en passant par celui qui travaille « sur le terrain »… et le fameux dogmatisme n’est jamais sorti. Alors, j’ai finalement réalisé : ces personnes ont compris! Elles voient la mort. Elles connaissent les risques. Elles ont vu la vulnérabilité meurtrière des personnes qui contemplent le suicide. Elles comprennent l’ambivalence derrière les désirs de mort, et elles savent qu’avec l’expertise qui tire sa source dans l’empathie et l’expérience, ces désirs de mort peuvent être tournés en l’espoir d’une vie meilleure.
Ainsi donc, les psychiatres, les groupes de prévention du suicide... de même que les experts en soins palliatifs, en contrôle de la douleur, et en réhabilitation et maintenance des personnes avec des handicaps : plus nous nous approchons des domaines qui sont le plus directement concernés par les « clientèles-cibles » de l’euthanasie, plus nous rencontrons de résistance à sa pratique, plus grande est l’ambivalence et plus réduites sont les certitudes… Il y a là matière à réflexion.
Dans les éditions à venir de ce bulletin, nous espérons vous fournir des témoignages de médecins qui ont vécu une expérience personnelle avec ces enjeux, dans leur pratique, avec leurs patients. Avec votre participation et votre soutien, nous espérons pouvoir échanger des idées, discuter des événements et améliorer la pratique médicale pour le bénéfice de tous.
N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et de vos suggestions.
Bien à vous,
Catherine Ferrier MD
Présidente


 
La voix des médecins

  • Dr. Félix Pageau 25 mars dans Le Soleil, sur la démence et la dignité
  • Dr. Roger Roberge 2 avril,  dans La Presse, sur l’usage des mots pour manipuler l’opinion publique
  • Dr. Ramona Coelho 10 avril, dans The Andrew Lawton Show, sur la liberté de conscience en Ontario (commence à 1:01:14).
  • Dr. Janice Halpern 19 avril, dans le National Post, sur la discrimination contre les médecins.

 
Nouvelles-médias

 
Nouvelles des tranchées
D’autres propos troublants entendus à la rencontre d’information de notre hôpital :

  1. Le principe d’autonomie est devenu la norme, peu importe ses effets négatifs sur le malade ou sur sa famille. Le vieil adage « Tu ne tueras pas » est remplacé par « Tu obéiras au patient autonome ».
  2. La capacité de consentement est facilement évaluable dans un contexte de vacuum, et il n’est pas nécessaire de consulter la famille, si le patient le refuse.

Il faut entendre ce que dit Tom Mortier au sujet de l’euthanasie sans consultation de la famille. C’est ce qui est arrivé à sa propre mère, après une vie de combat contre la dépression, parfois avec succès. Un oncologiste a décidé après quelques visites qu’elle était apte à choisir de mourir.  Son fils l’a appris le lendemain. Depuis ce temps, il est un ardent opposant de la loi sur l’euthanasie en Belgique.
Notons la façon glorieuse et irresponsable avec laquelle les actes de suicide et d’euthanasie sont démontrés dans les médias. Les experts sur la prévention du suicide à l’OMS sont univoques sur cette question : Éviter tout registre de langage susceptible de sensationnaliser ou de normaliser le suicide, ou de le présenter comme une solution. Éviter les descriptions détaillées de la méthode mise en œuvre lors d’un suicide ou d’une tentative de suicide. Indiquer où trouver de l’aide. Il ne faut pas rendre le suicide romantique. 
 
Dans la littérature
CMAJ, le 23 janvier, 2017: Cost analysis of medical assistance in dying in Canada
Quelqu’un est–il surpris que l’euthanasie épargne de l’argent au gouvernement? Lors des auditions sur le PL52, les médecins qui ont mentionné la non-partialité du gouvernement à cause de ses conflits d’intérêts économiques à l’égard de l’euthanasie, ont été reçus avec mépris. Enfin, le chat sort du sac avec cette étude.
Canadian Family Physician, mars 2017: L’aide médicale à mourir peut-elle nuire aux soins palliatifs en milieux ruraux et éloignés au Canada?
Journal of Bioethical Inquiry, March 2017: Four Reasons Why Assisted Dying Should Not Be Offered for Depression
Si vous voyez des articles d’intérêt pour les médecins du Collectif, svp les transmettre ici : info@collectifmedecins.org
 


SOUTENEZ NOS EFFORTS pour que nous puissions continuer à parler en votre nom:
 
Améliorons notre impact médiatique:

avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Euthanasie

Message  Roger Boivin le Mer 14 Juin 2017, 6:03 pm


Collectif des médecins contre l'euthanasie

Le Bulletin Collectif, juin 2017
Améliorer les soins. Rendre l'euthanasie impensable.

Chers amis,

Un article étonnant intitulé Vers la mort à la carte ? http://www.cmq.org/nouvelle/fr/vers-la-mort-a-la-carte.aspx  a récemment été affiché sur le site web du Collège des médecins du Québec. Le Secrétaire du Collège, le Dr Yves Robert, qui fut dès 2009 l’un des principaux promoteurs de la légalisation de l’euthanasie au Québec, s’inquiète désormais de l’évolution rapide de l’opinion publique – au départ favorable à l’euthanasie dans des cas de souffrance extrême en fin de vie, et désormais ouverte à la mort sur demande sans aucune limite.

J’encourage les médecins et les citoyens du Québec à appeler le Dr Robert ou à lui écrire pour lui dire que vous partagez ses préoccupations. Et j’exhorte le Collège à s’opposer fermement à l’élargissement des critères pour l’euthanasie. Les coordonnées du Collège sont ici; le courriel et le numéro de téléphone du Dr Robert se trouvent ici http://www.cmq.org/fr/nous-joindre.aspx .

Voici nos réflexions à propos de ce revirement surprenant : Les regrets du Dr Robert… http://www.cmq.org/nouvelle/fr/vers-la-mort-a-la-carte.aspx

Avec l’arrivée du beau temps, je vous souhaite un été agréable et l’opportunité de prendre une pause bien méritée dans votre travail acharné en faveur de vos patients.

Sincèrement,

Catherine Ferrier

Présidente
avatar
Roger Boivin

Nombre de messages : 10702
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum