Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  gabrielle le Mer 27 Juil 2011, 8:48 am

« Que feriez-vous si vous pouviez recommencer votre vie religieuse ?

— Il me semble que je ferais ce que j'ai fait.

— Vous n'éprouvez donc pas le sentiment de ce solitaire qui disait : « Quand même j'aurais vécu de longues années dans la pénitence, tant qu'il me resterait un quart d'heure, un souffle de vie, je craindrais de me damner »?

— Non, je ne puis partager cette crainte, je suis trop petite pour me damner, les petits enfants ne se damnent pas.

— Vous cherchez toujours à ressembler aux petits enfants, mais dites-nous donc ce qu'il faut faire pour posséder l'esprit ,d'enfance? Qu'est-ce donc que rester petit?

— Rester petit, c'est reconnaître son néant, attendre tout du bon Dieu, comme un petit enfant attend tout de son Père. C'est ne s'inquiéter de rien, ne point gagner de fortune.

« Même chez les pauvres, tant que l'enfant est tout petit, on lui donne ce qui lui est nécessaire, mais aussitôt qu'il a grandi, son père ne veut plus le nourrir et lui dit : Travaille maintenant, tu peux te suffire à toi-même. Eh bien ! c'est pour ne jamais entendre cela que je n'ai pas voulu grandir, me sentant incapable de gagner ma vie, la vie éternelle du ciel. Je suis donc toujours restée petite, n'ayant d'autre occupation que celle de cueillir les fleurs de l'amour et du sacrifice et de les offrir au bon Dieu pour son plaisir.

« Etre petit, c'est encore ne point s'attribuer à soi-même les vertus que l'on pratique, se croyant capable de quelque chose, mais reconnaître que le bon Dieu pose ce trésor de vertu dans la main de son petit enfant, pour qu'il s'en serve quand il en aura besoin ; et c'est toujours le trésor du bon Dieu.

« Enfin, c'est ne point se décourager de ses fautes, car les enfants tombent souvent, mais ils sont trop petits pour se faire beaucoup de mal. »

Extrait de "Conseil et souvenir écrit par la soeur de Sainte Thérèse, Céline Martin en religion Sr Geneviève de la Sainte Face.

Avec la phrase en caractère gras, certain déduisent que cela doit s'entendre des Limbes.

Jamais, je n'ai vu la pensée d'une sainte tant déformée.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18011
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 10:29 am

Vous vous trompez. Cette phrase de sainte Thérèse est extraite de ses derniers entretiens. Et cette phrase est isolée et non dans le contexte que vous dites.

De ^plus, l'espoir de sainte Thérèse ne se réduit pas à cette phrase. Voici d'autres extraits :

« Je ne puis pas penser beaucoup au bonheur qui m'attend au Ciel ; une seule attente fait battre mon coeur, c'est l'amour que je recevrai et celui que je pourrai donner : faire baptiser les petits enfants, aider les prêtres, les missionnaires, toute l'Église. »

Dernières paroles recueillies « J'entre dans la vie »

Oui, sainte Thérèse espérait faire baptiser les petits enfants depuis le Ciel.

Elle a développé toute une réflexion sur le thème du salut des enfants :

A sa soeur Léonie
Au temps de la loi de la crainte, avant la venue de notre Seigneur, le prophète Isaïe disait déjà en parlant du Roi des Cieux : « Une mère peut-elle oublier son enfant ? Eh bien ! quand même une mère oublierait son enfant, moi je ne l’oublierai jamais. »
A Notre Dame des Victoires, le 16 juillet 1896 (extraits)

Par lui, l’eau sainte du Baptême,
Du tout petit enfant d’un jour
Fera le temple où Dieu lui-même
Daigne habiter dans son Amour
Je veux peupler de petits anges
Le brillant séjour éternel
Par lui d’enfantines phalanges
Prendront leur essor vers le Ciel !

Père Eternel, votre Fils unique, le doux Enfant Jésus est à moi puisque vous me l’avez donné. Je vous offre les mérites infinis de sa divine Enfance et je vous demande en son Nom d’appeler aux joies du Ciel d’innombrables phalanges de petits enfants qui suivront éternellement le Divin Agneau.

Le petit frère pense comme le petit Enfant …
Le martyre le plus douloureux, le plus AMOUREUX est le nôtre puisque Jésus seul le voit.
Il ne sera jamais révélé aux créatures sur la terre mais lorsque l’Agneau ouvrira le livre de vie, quel étonnement pour la Cour Céleste d’entendre proclamer avec ceux des missionnaires et des martyrs le nom des pauvres petits enfants qui n’auront jamais fait d’actions éclatantes …




A Sœur Marie de Saint Joseph ( 8-17 septembre 1896 )
(…) Je suis ravie du petit enfant et celui qui le porte entre ses bras est encore plus ravi que moi … Ah ! que la vocation de petit Enfant est belle ! Ce n’est pas une mission qu’il doit évangéliser, mais toutes les missions.
Comment cela ? … c’est en aimant,en dormant, en JETANT des FLEURS; Ô Jésus lorsqu’il sommeille et en leur communiquant une valeur inestimable, il les jettera à son tour ; il les fera voler sur tous les rivages et sauvera les âmes, avec les fleurs, avec l’amour du petit enfant qui ne verra rien mais qui sourira même à travers ses larmes ! … (un enfant missionnaire et guerrier, quelle merveille ! )



1894

LES MAINS VIDES

(songe de soeur Marie de la Trinité, confié à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)





"Je venais de mourir, et tout à coup, je me trouve avec d'autre personnes, devant une grande porte par où chacun devait passer pour se rendre soit au ciel, au purgatoire, aux limbes ou en enfer. A l'entrée de cette porte, il y avait des casiers différents où chaque particulier devait prendre son lot de bonnes et mauvaises actions pour le faire réviser par les gardiens de la porte et, d'après l'examen, ils leur indiquaient la voie qu'ils devaient prendre pour se rendre soit au ciel, en purgatoire ou en enfer.

Toute tremblante, j'ouvris mon casier et je restai un moment surprise de le retrouver vide. Soudain, je me rappelle le désir que j'avais eu sur la terre de me présenter devant le bon Dieu les mains vides pour éviter tout jugement et avoir place au ciel parmi les saints Innocents qui reçoivent tout gratuitement de l'Amour Miséricordieux.

Pleine d'assurance en voyant là le gage de ma prière exaucée, je me présente à cette porte qui me faisait l'effet d'une douane. Les gardiens me regardent étonnés et, prévenant leurs interrogations, je leur dis "Voulez-vous m'indiquer la voie des petits ? - Par ici" me dit l'un d'eux en m'indiquant une très belle allée. Après avoir marché quelques temps, je me trouvai en face de jardins splendides : c'était le Ciel ! Parmi les nombreux élus, j'aperçus un groupe de vierges qui s'entretenaient ensemble en se promenant ;elles étaient resplendissantes de beauté et jouissaient d'un bonheur incomparable. L'une d'elle m'ayant vue, accourut vers moi et m'embrassa en me souhaitant la bienvenue. Aussitôt, je la reconnus, c'était une sainte religieuse que j'avais connue dans le monde "Ah, lui dis-je, cela ne m'étonne pas de vous voir ici, vous étiez si bonne sur la terre !" - "Oh ! Quelle joie de vous revoir, me dit-elle, nous vivrons heureuses ensemble, toujours !" - "Oui, répliquai-je, je reviendrai vous voir souvent mais je ne reste pas avec vous, je ne suis pas pour la même demeure, vous le voyez, j'ai les mains vides et c'est la voie des petits que je cherche" - "La voie des petits, reprit-elle avec admiration en m'indiquant le chemin, oh ! C'est bien plus haut !..." Je la quittai et poursuivis ma route en montant toujours, et voilà qu'au détour d'une colline, j'aperçus une grande clarté et quelqu'un dit : "Ici, c'est la voie des petits" Immédiatement, hélas, je m'éveillai !"


Et à propos de sa soeur qui n'arrivait pas à avoir d'enfants :

« Si je ne suis pas exaucée, il faudra vraiment que ma chère petite sœur n’ait plus le désir d’être mère ici-bas, mais elle pourra se réjouir en pensant qu’au ciel « le seigneur lui donnera la joie de se voir la mère de nombreux enfants » comme le saint Esprit l’a promis en chantant pour la bouche du Roi Prophète les paroles que je viens d’écrire. Ces enfants seraient les âmes que son sacrifice bien accepté ferait naître à la vie de la grâce. »
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Roger Boivin le Mer 27 Juil 2011, 10:40 am

.

<blockquote>(Qu'adviendra-t-il aux âmes de ceux qui seront morts sans Baptême, mais sans avoir d'autre péché que le péché originel ?) Innocent III, Ep. Maiores Ecclesiae causas, (1201) ad Ymbertum, Archiep. Arelatensem :

a) « ... La peine du péché originel est l'absence de la vision de Dieu ; la peine du péché actuel est la torture de la géhenne perpétuelle ».
(Decretales Gregorii IX, l. III, tit. 42, cap. 3. — D. B., 410).

Pie VI, Constitution Auctorem fidei, du 28 août 1794, contre les erreurs du Synode de Pistoie, 26e proposition condamnée :

b) «La doctrine qui rejette comme une fable pélagienne cet endroit des enfers (que les fidèles appellent souvent limbes des enfants) dans lequel les âmes de ceux qui meurent avec le seul péché originel sont punis de la peine du dam sans la peine du feu; comme si écarter de ces âmes la peine feu, c'eût été remettre en honneur la fable pelagienne d'après laquelle il y aurait un lieu et unétat intermédiaire, exempt de faute et de peine, entre le royaume de Dieu et la damnation éternelle : — cette doctrine est fausse, téméraire, injurieuse aux écoles catholiques ». (Bullarii Romani Continuatio, ed. Prati, t. VI, p. III, 2711 et suiv. — D. B., 1526).
</blockquote>Catéchisme Catholique pour adultes. Cardinal Gasparri 1958 page 582.

+ http://messe.forumactif.org/t3582p105-la-doctrine-d-arnaud#71012



L'hérésie de l'apparition de Jésus à tous les morts avant leur jugement particulier ou, thèse de l'Illumination finale, refuse la fermeture de la porte du mérite avec l'arrêt cardiaque définitif et l'électroencéphalogramme définitivement plat.

Là où les théologiens catholiques enseignent que la vie éternelle peut se mériter uniquement pendant la vie et pendant que l'homme dispose de l'usage de son corps, les tenants de l'illumination finale prétendent qu'après la perte de l'usage du corps, par suite de l'arrêt cardiaque définitif, il est encore possible de mériter la vie éternelle et d'échapper à la damnation éternelle.

Mais d'où vient cette théorie? Est-elle nouvelle?

Cette hérésie a déjà été formulée au XIVème siècle en Angleterre et condamnée par l'archevêque de Cantorbéry, Simon Langham, dans une lettre adressée en 1368 au chancelier de l'Université d'Oxford, où sévissait Jean Wyclif (ou Wyckliffe, hérésiarque anglais considéré comme un des précurseurs du protestantisme, 1328-1384)

Opinion condamnée :

quilibet viator tam adultus quam non adultus, Saracenus, Judaeus et paganus, etiam in utero materno defunctus, habebit claram visionem Dei ante mortem suam, qua visione manente habebit electionem liberam convertendi se ad Deum vel divertendi se ab eo ; et si pro tunc elegerit converti se ad Deum, salvabitur, sin autem minus, damnabitur.

Traduction : Toute personne dans l'état de voie [c'est à dire tout personne sur terre, non encore arrivée au terme de sa vie qui est soit l'enfer, le purgatoire ou le paradis], tant adulte que non adulte, musulman, juif et païen, même mort dans le sein maternel, aura une claire vision de Dieu avant sa mort, vision par laquelle il aura le libre choix de se convertir à Dieu ou de s'en détourner ; et si alors il choisit de se tourner vers Dieu, il sera sauvé, autrement, il sera damné.

+ http://messe.forumactif.org/t3595-la-theorie-de-l-illumination-finale-d-arnaud-verite-ou-heresie#71286
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11656
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 11:01 am

Vous appelez "mort" l'arrêt cardiaque... La Bible a une autre définition de la mort. Elle la voit comme un passage entre ce monde et l'autre.

En tout cas, jamais le dogme de la foi n'a défini le mot "mort" et n'a confirmé l'opinion de saint Thomas qui en fait une chose instantanée où il ne se passe rien.


Bien au contraire, le pape Benoît XVI ouvre cette perspective à la recherche de l'Eglise :

- Pape Benoît XVI, décembre 2007 encyclique « Spe Salvi, 47 ».

« 47. Certains théologiens récents sont de l'avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec le Christ est l'acte décisif du Jugement. Devant son regard s'évanouit toute fausseté. C'est la rencontre avec Lui qui, nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes. Les choses édifiées durant la vie peuvent alors se révéler paille sèche, vantardise vide et s'écrouler. Mais dans la souffrance de cette rencontre, où l'impur et le malsain de notre être nous apparaissent évidents, se trouve le salut. Le regard du Christ, le battement de son cœur nous guérissent grâce à une transformation certainement douloureuse, comme « par le feu ». Cependant, c'est une heureuse souffrance, dans laquelle le saint pouvoir de son amour nous pénètre comme une flamme, nous permettant à la fin d'être totalement nous-mêmes et avec cela totalement de Dieu. Ainsi se rend évidente aussi la compénétration de la justice et de la grâce: notre façon de vivre n'est pas insignifiante, mais notre saleté ne nous tache pas éternellement, si du moins nous sommes demeurés tendus vers le Christ, vers la vérité et vers l'amour. En fin de compte, cette saleté a déjà été brûlée dans la Passion du Christ. Au moment du Jugement, nous expérimentons et nous accueillons cette domination de son amour sur tout le mal dans le monde et en nous. La souffrance de l'amour devient notre salut et notre joie. Il est clair que la « durée » de cette brûlure qui transforme, nous ne pouvons la calculer avec les mesures chronométriques de ce monde. Le « moment » transformant de cette rencontre échappe au chronométrage terrestre – c'est le temps du cœur, le temps du « passage » à la communion avec Dieu dans le Corps du Christ.[39] Le Jugement de Dieu est espérance, aussi bien parce qu'il est justice que parce qu'il est grâce. S'il était seulement grâce qui rend insignifiant tout ce qui est terrestre, Dieu resterait pour nous un débiteur de la réponse à la question concernant la justice – question décisive pour nous face à l'histoire et face à Dieu lui-même. S'il était pure justice, il pourrait être à la fin pour nous tous seulement un motif de peur. L'incarnation de Dieu dans le Christ a tellement lié l'une à l'autre – justice et grâce – que la justice est établie avec fermeté: nous attendons tous notre salut « dans la crainte de Dieu et en tremblant » (Ph 2, 12). Malgré cela, la grâce nous permet à tous d'espérer et d'aller pleins de confiance à la rencontre du Juge que nous connaissons comme notre « avocat » (parakletos) (cf. 1 Jn 2, 1). »

http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveautes/ceremonie-a-rome-intervention-de-benoit-xvi-a-la-television-italienne/00059302[/quote]
Je mets ici une retranscription de ses dires :

« Sainteté, Dans le Credo, on dit que Jésus est descendu aux enfers après sa mort. Pouvons-nous penser que nous le verrons-nous aussi après la mort et avant de monter au Ciel ?
- Tout d’abord, cette descente de l’âme de Jésus aux enfers ne doit pas être imaginée comme un voyage géographique local. C’est un voyage de l’âme. Nous ne devons pas oublier que l’âme de Jésus touche toujours le Père mais que, en même temps, cette âme humaine touche jusqu’aux dernières frontières de l’être humain. C’est pourquoi elle va en profondeur vers tous les égarées, vers tous ceux qui ne sont pas arrivés au but de leur vie, et jusqu’aux hommes du passé. Cette descente de Jésus aux enfers indique que même le passé est rejoint par Jésus. Il embrasse le passé et tous les hommes de tous les temps. Les Pères disent avec une image très belle que Jésus prend Adam et Eve par la main, c'est-à-dire l’humanité et la guide vers le haut. Il crée ainsi l’accès à Dieu parce que l’homme ne peut atteindre la hauteur de Dieu par lui-même. Il prend l’homme par la main et ouvre ainsi l’accès au Ciel. C’est pourquoi cette descente de Jésus aux enfers, c’est-à-dire dans les profondeurs de l’être humain, dans les profondeurs du passé de l’humanité, vers les hommes du passé est une partie essentielle de sa mission de rédempteur.
Cette descente de Jésus aux enfers des anciens ne s’applique pas à nous. Notre vie est différente. Nous avons déjà été racheté par le Seigneur. Pourtant nous verrons le visage du juge, de Jésus, à l’heure de notre mort. Et son regard sera purifiant car je pense que tous, plus ou moins, nous avons besoin de purification. Cette purification venant de son regard nous purifiera d’abord puis nous rendra capable de vivre avec Dieu et avec les saints, mais aussi en communion avec les personnes que nous aimons et qui nous ont précédé. »


Les choses se précisent. Benoît XVI semble prendre fait et cause pour ce qu'il présentait comme une simple hypothèse de théologiens récents dans Spe Salvi 47.
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  JCMD67 le Mer 27 Juil 2011, 11:02 am

La Très Sainte Trinité est le Dieu Tout Puissant auquel nous devons nous soumettre de tout notre coeur.

+
JCMD67
JCMD67

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Roger Boivin le Mer 27 Juil 2011, 11:10 am

@Arnaud Dumouch a écrit:Vous appelez "mort" l'arrêt cardiaque... La Bible a une autre définition de la mort. Elle la voit comme un passage entre ce monde et l'autre.

En tout cas, jamais le dogme de la foi n'a défini le mot "mort" et n'a confirmé l'opinion de saint Thomas qui en fait une chose instantanée où il ne se passe rien.


Bien au contraire, le pape Benoît XVI ouvre cette perspective à la recherche de l'Eglise :

- Pape Benoît XVI, décembre 2007 encyclique « Spe Salvi, 47 ».
Vous comprendrez, Arnaud, que pour appuyer vos dires, il vous faut trouver des références que nous pouvons partager avec vous, c'est-à-dire d'avant vaticandeux et de plus non trafiquées par les tenants de vaticandeux.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11656
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 11:11 am

Il faudrait changer le titre et mettre :

"Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition de l'ETERNITE des Limbes?"
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 11:12 am

roger a écrit:
Vous comprendrez, Arnaud, que pour appuyer vos dires, il vous faut trouver des références que nous pouvons partager avec vous, c'est-à-dire d'avant vaticandeux et de plus non trafiquées par les tenants de vaticandeux.

Cher Roger, je vous considère toujours comme des frères catholiques séparés. Je peux donc user avec vous de tout le Magistère.
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  JCMD67 le Mer 27 Juil 2011, 11:24 am

@Arnaud Dumouch a écrit:

Cher Roger, je vous considère toujours comme des frères catholiques séparés. Je peux donc user avec vous de tout le Magistère.

Soit catholique, soit séparé. Mais pas les deux.

C'est clair ?
JCMD67
JCMD67

Nombre de messages : 3557
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Roger Boivin le Mer 27 Juil 2011, 11:26 am

@Arnaud Dumouch a écrit:
roger a écrit:
Vous comprendrez, Arnaud, que pour appuyer vos dires, il vous faut trouver des références que nous pouvons partager avec vous, c'est-à-dire d'avant vaticandeux et de plus non trafiquées par les tenants de vaticandeux.

Cher Roger, je vous considère toujours comme des frères catholiques séparés. Je peux donc user avec vous de tout le Magistère.

Alors, prouvez-nous que ce magistère ( de " Paul VI " jusqu'à " Benoit XVI " inclus ) , soit vraiment la suite du Magistère authentique qui remonte au premier Pape Saint Pierre.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11656
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 11:30 am

roger a écrit:
@Arnaud Dumouch a écrit:
roger a écrit:
Vous comprendrez, Arnaud, que pour appuyer vos dires, il vous faut trouver des références que nous pouvons partager avec vous, c'est-à-dire d'avant vaticandeux et de plus non trafiquées par les tenants de vaticandeux.

Cher Roger, je vous considère toujours comme des frères catholiques séparés. Je peux donc user avec vous de tout le Magistère.

Alors, prouvez-nous que ce magistère ( de " Paul VI " jusqu'à " Benoit XVI " inclus ) , soit vraiment la suite du Magistère authentique qui remonte au premier Pape Saint Pierre.

Je le fais ici en 8 vidéos. Et vous aurez la réponse à toutes les objections d'Ecône par un amoureux de la théologie qui a gardé TOUTE LA FOI D'AVANt et tous les apports de Vatican II :

Le concile Vatican II en 11 leçons (4 heures, voir vers le milieu de la page) :
Pas de PUB : modération
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Roger Boivin le Mer 27 Juil 2011, 11:37 am

@Arnaud Dumouch a écrit:
roger a écrit:
@Arnaud Dumouch a écrit:
roger a écrit:
Vous comprendrez, Arnaud, que pour appuyer vos dires, il vous faut trouver des références que nous pouvons partager avec vous, c'est-à-dire d'avant vaticandeux et de plus non trafiquées par les tenants de vaticandeux.

Cher Roger, je vous considère toujours comme des frères catholiques séparés. Je peux donc user avec vous de tout le Magistère.

Alors, prouvez-nous que ce magistère ( de " Paul VI " jusqu'à " Benoit XVI " inclus ) , soit vraiment la suite du Magistère authentique qui remonte au premier Pape Saint Pierre.

Je le fais ici en 8 vidéos. Et vous aurez la réponse à toutes les objections d'Ecône par un amoureux de la théologie qui a gardé TOUTE LA FOI D'AVANt et tous les apports de Vatican II :

Le concile Vatican II en 11 leçons (4 heures, voir vers le milieu de la page) :
Pas de PUB modération

8 vidéos ! est-ce vraiment impossible d'en faire une démonstration plus courte ? vous avez sûrement des notes sur papier !
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11656
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 11:43 am

roger a écrit:

8 vidéos ! est-ce vraiment impossible d'en faire une démonstration plus courte ? vous avez sûrement des notes sur papier !

Ok :

Cher Admin, c'est pas moi qui fais dévier le sujet !

C'est lui ! C'est Roger ! Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? 403733

Cher Roger, le pape Jean XXIII effectivement, voulait un Concile purement pastoral.

Puis il mourut et, visiblement, l'Esprit Saint et son successeur Paul VI voulurent que ce Concile ait une dimension dogmatique puisque pas moins de DEUX constitutions dogmatiques furent produites.
Sauf pour Gaudium et Spes 22, 5, le Concile ne contient aucune dogme proclamé avec une FORME SOLENNELLE. Mais pour éviter votre interprétation qui rejette donc la valeur d'infaillibilité aux définitions dogmatiques du Concile, le pape Jean-Paul II a judicieusement rappelé que le Magistère définitif, même sous un ton ORDINAIRE, est infaillible. Et vous trouverez cela dans son motu proprio "Ad Tuendem Fidem" de 1998.


Nous sommes donc tenus de croire, par une foi théologale entière, au Magistère ordinaire dogmatique et moral :

Je vous mets le texte :


Serment de fidélité :

Moi...avec une foi inébranlable, crois et professe tout ce qui est contenu dans le Symbole de la Foi, dans son ensemble ou séparément, à savoir :
Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible, je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles: il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu, engendré, non pas créé, de même nature que le Père; par lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel; par l'Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, il s'est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel, il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts; et son règne n'aura pas de fin. Je crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie; il procède du Père et du Fils; avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire; il a parlé par les prophètes. Je crois en l'Église, une sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. Amen.
Avec une foi inébranlable, je crois aussi à tout ce qui est contenu ou transmis dans la parole de Dieu, et à tout ce qui est proposé par l'Église pour être cru comme divinement révélé, que ce soit par un jugement solennel ou par un magistère ordinaire et universel.


Je vous donne la liste des principales vérités dogmatiques développées dans Vatican II :


1° L'homme est par nature un être libre et la liberté religieuse est une condition de sa nature.
2° L'Ordre des évêques est un ordre indépendant, radicalement non réductible à l'Ordre des prêtres, quoiqu'en dise saint Thomas d'Aquin.
3° Le mariage est ordonné 1° à l'amour réciproque des époux et 2° au don de la vie (et non à la procréation et à l'assouvissement du désir, comme l'enseignait saint thomas d'Aquin).
4° Les religions autres que le christianisme possèdent en elles des "semences de l'Esprit saint" qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut.
5° Nous devons tenir que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d'être sauvé.
6° Le sacrement de l'eucharistie a pour but l'union par la charité de Dieu et de l'homme (et non seulement la glorification de Dieu).
7° L’infaillibilité pontificale s’exerce de manière extraordinaire, solennelle ou ordinaire (voir définitions du Concile).



Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Roger Boivin le Mer 27 Juil 2011, 12:09 pm

.

Et voici la liste principale des hérésies du catéchisme soi-disant catholique de la secte conciliaire :

http://www.gloria.tv/?media=43794


..et la liste des hérésies de vaticandeux même, je n'en retrouve pas le lien, mais il y en a et tout autant sinon plus.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11656
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  gabrielle le Mer 27 Juil 2011, 12:18 pm

@Arnaud Dumouch a écrit:Vous vous trompez. Cette phrase de sainte Thérèse est extraite de ses derniers entretiens. Et cette phrase est isolée et non dans le contexte que vous dites.

Spoiler:
De ^plus, l'espoir de sainte Thérèse ne se réduit pas à cette phrase. Voici d'autres extraits :

« Je ne puis pas penser beaucoup au bonheur qui m'attend au Ciel ; une seule attente fait battre mon coeur, c'est l'amour que je recevrai et celui que je pourrai donner : faire baptiser les petits enfants, aider les prêtres, les missionnaires, toute l'Église. »

Dernières paroles recueillies « J'entre dans la vie »

Oui, sainte Thérèse espérait faire baptiser les petits enfants depuis le Ciel.

Elle a développé toute une réflexion sur le thème du salut des enfants :

A sa soeur Léonie
Au temps de la loi de la crainte, avant la venue de notre Seigneur, le prophète Isaïe disait déjà en parlant du Roi des Cieux : « Une mère peut-elle oublier son enfant ? Eh bien ! quand même une mère oublierait son enfant, moi je ne l’oublierai jamais. »
A Notre Dame des Victoires, le 16 juillet 1896 (extraits)

Par lui, l’eau sainte du Baptême,
Du tout petit enfant d’un jour
Fera le temple où Dieu lui-même
Daigne habiter dans son Amour
Je veux peupler de petits anges
Le brillant séjour éternel
Par lui d’enfantines phalanges
Prendront leur essor vers le Ciel !

Père Eternel, votre Fils unique, le doux Enfant Jésus est à moi puisque vous me l’avez donné. Je vous offre les mérites infinis de sa divine Enfance et je vous demande en son Nom d’appeler aux joies du Ciel d’innombrables phalanges de petits enfants qui suivront éternellement le Divin Agneau.

Le petit frère pense comme le petit Enfant …
Le martyre le plus douloureux, le plus AMOUREUX est le nôtre puisque Jésus seul le voit.
Il ne sera jamais révélé aux créatures sur la terre mais lorsque l’Agneau ouvrira le livre de vie, quel étonnement pour la Cour Céleste d’entendre proclamer avec ceux des missionnaires et des martyrs le nom des pauvres petits enfants qui n’auront jamais fait d’actions éclatantes …




A Sœur Marie de Saint Joseph ( 8-17 septembre 1896 )
(…) Je suis ravie du petit enfant et celui qui le porte entre ses bras est encore plus ravi que moi … Ah ! que la vocation de petit Enfant est belle ! Ce n’est pas une mission qu’il doit évangéliser, mais toutes les missions.
Comment cela ? … c’est en aimant,en dormant, en JETANT des FLEURS; Ô Jésus lorsqu’il sommeille et en leur communiquant une valeur inestimable, il les jettera à son tour ; il les fera voler sur tous les rivages et sauvera les âmes, avec les fleurs, avec l’amour du petit enfant qui ne verra rien mais qui sourira même à travers ses larmes ! … (un enfant missionnaire et guerrier, quelle merveille ! )



1894

LES MAINS VIDES

(songe de soeur Marie de la Trinité, confié à sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)





"Je venais de mourir, et tout à coup, je me trouve avec d'autre personnes, devant une grande porte par où chacun devait passer pour se rendre soit au ciel, au purgatoire, aux limbes ou en enfer. A l'entrée de cette porte, il y avait des casiers différents où chaque particulier devait prendre son lot de bonnes et mauvaises actions pour le faire réviser par les gardiens de la porte et, d'après l'examen, ils leur indiquaient la voie qu'ils devaient prendre pour se rendre soit au ciel, en purgatoire ou en enfer.

Toute tremblante, j'ouvris mon casier et je restai un moment surprise de le retrouver vide. Soudain, je me rappelle le désir que j'avais eu sur la terre de me présenter devant le bon Dieu les mains vides pour éviter tout jugement et avoir place au ciel parmi les saints Innocents qui reçoivent tout gratuitement de l'Amour Miséricordieux.

Pleine d'assurance en voyant là le gage de ma prière exaucée, je me présente à cette porte qui me faisait l'effet d'une douane. Les gardiens me regardent étonnés et, prévenant leurs interrogations, je leur dis "Voulez-vous m'indiquer la voie des petits ? - Par ici" me dit l'un d'eux en m'indiquant une très belle allée. Après avoir marché quelques temps, je me trouvai en face de jardins splendides : c'était le Ciel ! Parmi les nombreux élus, j'aperçus un groupe de vierges qui s'entretenaient ensemble en se promenant ;elles étaient resplendissantes de beauté et jouissaient d'un bonheur incomparable. L'une d'elle m'ayant vue, accourut vers moi et m'embrassa en me souhaitant la bienvenue. Aussitôt, je la reconnus, c'était une sainte religieuse que j'avais connue dans le monde "Ah, lui dis-je, cela ne m'étonne pas de vous voir ici, vous étiez si bonne sur la terre !" - "Oh ! Quelle joie de vous revoir, me dit-elle, nous vivrons heureuses ensemble, toujours !" - "Oui, répliquai-je, je reviendrai vous voir souvent mais je ne reste pas avec vous, je ne suis pas pour la même demeure, vous le voyez, j'ai les mains vides et c'est la voie des petits que je cherche" - "La voie des petits, reprit-elle avec admiration en m'indiquant le chemin, oh ! C'est bien plus haut !..." Je la quittai et poursuivis ma route en montant toujours, et voilà qu'au détour d'une colline, j'aperçus une grande clarté et quelqu'un dit : "Ici, c'est la voie des petits" Immédiatement, hélas, je m'éveillai !"


Et à propos de sa soeur qui n'arrivait pas à avoir d'enfants :

« Si je ne suis pas exaucée, il faudra vraiment que ma chère petite sœur n’ait plus le désir d’être mère ici-bas, mais elle pourra se réjouir en pensant qu’au ciel « le seigneur lui donnera la joie de se voir la mère de nombreux enfants » comme le saint Esprit l’a promis en chantant pour la bouche du Roi Prophète les paroles que je viens d’écrire. Ces enfants seraient les âmes que son sacrifice bien accepté ferait naître à la vie de la grâce. »

Je ne me trompe pas, vous trouverez cet extrait dans Conseils et souvenirs, de plus il est cité dans son contexte.

La voie d'enfance spirituelle de la Petite Thérèse n'a rien à voir avec les Limbes, c'est la voie de l'humilité et de l'innocence ( même celle retrouvée)
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18011
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  Arnaud Dumouch le Mer 27 Juil 2011, 2:10 pm

Et les dizaines d'autres textes ? Vous les distroyez comment ?
Arnaud Dumouch
Arnaud Dumouch

Nombre de messages : 1297
Date d'inscription : 16/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  gabrielle le Ven 29 Juil 2011, 9:29 am

@Arnaud Dumouch a écrit:Et les dizaines d'autres textes ? Vous les distroyez comment ?

Je prends celui-là ( un à la fois) Laughing

« Si je ne suis pas exaucée, il faudra vraiment que ma chère petite sœur n’ait plus le désir d’être mère ici-bas, mais elle pourra se réjouir en pensant qu’au ciel « le seigneur lui donnera la joie de se voir la mère de nombreux enfants » comme le saint Esprit l’a promis en chantant pour la bouche du Roi Prophète les paroles que je viens d’écrire. Ces enfants seraient les âmes que son sacrifice bien accepté ferait naître à la vie de la grâce. »

Ici, Sainte Thérèse parle de la maternité spirituelle , si je puis dire , la communion des saints,

Tout le monde sait, que le sacrifice d'une âme a des répercussions incroyables, et ces effets ( qui sont hors du temps) fait qu'une âme sacrifiée peut par sa vie de pénitence incliner le Coeur de Dieu à donner des grâces de conversions à des pécheurs même à des athées.

Et cette âme au Ciel sera la mère des ces âmes que sa vie à engendré à la vie de la grâce.



gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18011
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes? Empty Re: Sainte Thérèse de Lisieux, source de l'abolition des Limbes?

Message  gabrielle le Ven 29 Juil 2011, 9:42 am

Sainte Thérèse avait demander un signe pour Pranzini, mais elle disait que même sans ce signe, elle croirait qu'il était sauvé. Ce signe elle le demanda pour sa propre consolation.

Thérèse se tient près de la Croix comme l'épouse qui veut donner à boire à son "Bien-Aimé", et c'est alors qu'elle devient mère par la fécondité virginale du Sang Rédempteur qu'elle recueille. Elle raconte aussitôt comment Jésus lui donne comme "son premier enfant" le criminel Pranzini (Ms A 45v-46v).

C'est une des pages les plus belles et les plus fortes sur l'espérance en la Miséricorde.

Ce criminel condamné à mort est sur le point de mourir dans l'impénitence. Thérèse a conscience de l'extrême danger où il se trouve, mais en même temps, elle ne peut se résigner à la perte de ce frère pour qui le Christ est mort:

"je voulus à tout prix l'empêcher de tomber en enfer", écrit-elle. L'unique prix est celui du Sang de Jésus. La jeune fille fait célébrer la Messe pour lui. Elle exprime la certitude de son salut de façon absolue: "même s'il ne se confessait pas et ne donnait aucune marque de repentir, tant j'avais de confiance en la Miséricorde infine de Jésus" (Ms A 45v-46v).

Avant d'être exécuté, Pranzini embrassera le Crucifix que lui présente l'aumônier de la prison.





gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18011
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum