Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Te Deum :: Te Deum :: ART :: Peinture

Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Mer 06 Juil 2011, 5:56 pm

Paul-Émile Borduas (1905-1960) Artiste

Professeur à l'École du meuble de Montréal et peintre de talent,  a été le chef de file du Groupe automatiste de Montréal et le principal auteur du manifeste Refus global. Il a exercé une influence profonde ( et mauvaise (roger)) sur le développement des arts et de la pensée au Québec.



Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Bordua11Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Paulem11




Originaire de Saint-Hilaire, cet artiste engagé aura une influence marquante sur le développement artistique du Québec. Il étudie d'abord avec Ozias Leduc qui l'initie à la décoration d'églises à Sherbrooke, Halifax et Montréal. Il fait ses beaux-arts de 1923 à 1927 à Montréal puis poursuit aux ateliers d'art sacré à Paris. De retour à Montréal, en pleine crise économique, il doit se rabattre sur l'enseignement pour gagner sa vie. Il obtient un poste à l'École du meuble en 1937 et développe l'art «automatiste» en s'inspirant des conseils que Léonard de Vinci laissait à ses élèves. En 1945, il expose 45 oeuvres surréalistes au théâtre l'Hermitage, à Montréal. Parmi elles on retrouve quelques tableaux «automatistes». Son art influencera plusieurs jeunes artistes, faisant de lui le chef de file du «mouvement automatiste». En 1948, il publie avec d'autres artistes le manifeste du «Refus global» dans lequel il dénonce la pensée conservatrice, la religion et le nationalisme de droite du gouvernement de Maurice Duplessis. Ce geste lui vaudra la perte de son emploi à l'École du meuble, après quoi il se verra dans l'obligation de vendre sa maison de Saint-Hilaire et de s'exiler à New York où la recherche artistique peut se faire plus librement. En 1955, il effectue un passage en France sans connaître de réel succès. Il s'éteint à Paris, laissant derrière lui un héritage artistique qui en a fait le maître de plusieurs jeunes artistes québécois dont Jean-Paul Riopelle. Son influence sur le développement de l'art au Québec est indéniable.

http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/biographies/233.html


Dernière édition par roger le Sam 29 Nov 2014, 2:23 pm, édité 1 fois
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Jeu 07 Juil 2011, 7:29 am

Publié vers la fin des années 40, le Refus global est une déclaration anti-établissement et anti-religieuse, rédigée par Paul-Émile Borduas et co-signé par Jean-Paul Riopelle ainsi que quatorze autres jeunes artistes et intellectuels rebelles de Montréal, au Québec. Le groupe signataire du manifeste, appelé les Automatistes,fut fondé en 1942 par le peintre, sculpteur et professeur Paul-Émile Borduas. Fortement influencés par les surréalistes dans leur approche, les Automatistes de Borduas réalisaient des oeuvres abstraites qui auraient pu être comparées à l’expressionisme abstrait des New Yorkais. Ensemble, ils remettaient en question les valeurs profondes du Québec, l’immobilisme de la société et toutes conditions d'enseignement universitaires disponibles à l'époque.

Nommés «Automatistes » à cause de l’influence des surréalistes et de leur théorie de l’automatisme, ils cherchaient, comme leurs prédécesseurs, à faire place, dans leurs oeuvres, à toute la spontanéité de la création. Ils s’inspirèrent également du poète français André Breton et de sa force créatrice de l'inconscient. Le mouvement comptait entre autres parmi ses rangs : Marcel Barbeau, Roger Fauteux, Claude Gauvreau, Jean-Paul Riopelle, Pierre Gauvreau, Fernand Leduc, Jean-Paul Mousseau, Marcelle Ferron et Françoise Sullivan.

Bien que le nom d’« Automatistes » n’eut été utilisé pour la première fois qu’en 1947, on associe les débuts du mouvement à une exposition de Paul-Émile Borduas, tenue en avril 1942, à Montréal.
Actifs principalement au Québec entre 1945 et 1954, les Automatistes réalisèrent également des expositions à Paris et New. De plus, leur champs d’action, bien qu’il débuta principalement avec les arts visuels, s’étendit par la suite à d’autres formes d’expression telles que le théâtre, la poésie et la danse.

Manifeste révolutionnaire,
le Refus Global rejetait totalement les normes et les valeurs de la vie sociale, artistique et psychologique de la société québécoise de l'époque. Appel en faveur d'un « besoin sauvage de libération », le manuscrit exigeait «l'anarchie resplendissante » et critiquait fortement l’église, seul dépositaire de la foi, de la connaissance, de la vérité et de la richesse. Pierre Gauvreau, l'un des signataires, déclara d’ailleurs que le message principal de l’ouvrage, s’il en était un, était que Dieu n'existe pas.

Succès mitigé, seule la moitié des 400 exemplaires du Refus Global, publiés et mis en vente pour la somme d’un dollar, trouvèrent preneur.
Malgré cet accueil décevant, le manifeste devint par la suite une véritable référence, fut traduit en différentes langues, lu partout en Amérique et en Europe et reçu même le prix Condorcet, en 1988.

Les commentateurs qualifièrent la publication de ce manifeste comme étant le début d'un Canada français moderne et la Société Radio-Canada le désigne comme l'un des plus importants et controversés documents artistique et social de la société québécoise moderne.
Avec la publication des insolences du Frère Untel, la grève des mineurs d'Asbestos de 1949 et l'émeute de Maurice Richard de 1955, Le Refus Global est largement considéré comme ayant été l'une des causes fondamentales de la Révolution tranquille.

Les signataires du Refus global :


  • Magdeleine Arbour

  • Marcel Barbeau

  • Paul-Émile Borduas

  • Bruno Cormier

  • Claude Gauvreau

  • Pierre Gauvreau

  • Muriel Guilbault

  • Marcelle Ferron

  • Fernand Leduc

  • Thérèse Leduc

  • Jean-Paul Mousseau

  • Maurice Perron

  • Louis Renaud

  • Françoise Riopelle

  • Jean-Paul Riopelle

  • Françoise Sullivan

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Jeu 21 Juil 2011, 10:51 am

.

Paul-Émile Borduas
Refus global






http://fr.wikisource.org/wiki/Refus_global
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Jeu 21 Juil 2011, 1:10 pm

http://www.causecommune.net/publications/ruptures/5/sur-les-traces-de-l-anarchisme-au-quebec-les-annees-40 :
( ..)
En guise de conclusion


Au terme des années ’40, le groupe automatiste se disloque peu à peu.
Borduas va bientôt s’exiler, Riopelle passe de plus en plus de temps en
Europe. Restent les plus jeunes, Claude Gauvreau en tête, pour
poursuivre le travail de déconstruction au Québec. Rétrospectivement,
Borduas développera une certaine amertume face à cette période. Il
finira par douter de la justesse du message contenu dans ses écrits
antérieurs. Questionné sur les liens entre l’automatisme et
l’anarchisme, un proche du groupe, le communiste «conseilliste» Sam
Abramovitch, met un bémol sur l’engagement de Borduas, qui s’efforça
après son départ du Québec de faire rayonner son oeuvre plutôt que de
poursuivre sur la lancée de «La transformation continuelle» et du «Refus
global». L’un des rares à conserver la fougue révolutionnaire de cette
période fut sans aucun doute Claude Gauvreau, poète maudit et lueur de
folie dans la grande noirceur des années ’50.
Michel Nestor

-----------------------------------------------------------------


En voici donc un juteux fruit Laughing :

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Ven 05 Aoû 2011, 7:39 pm

.

..et quelques œuvres de Paul-Émile Borduas, ( à vous de les qualifier Laughing ; .. disons que ce n'est là tout au plus, pour n'en parler qu'en bien, du moins pour ne pas être méchant, que de l'art décoratif, du petit art et rien de plus ) :

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Bercem10

Bercement silencieux, 1956, Paul-Émile Borduas.


Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Compos10

Composition, 1942, P.-É. Borduas.



Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Sans_t10

Sans Titre, 1942, Borduas.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Gérard le Sam 06 Aoû 2011, 2:18 am

Bêtes, arrogants, autosatisfaits, privés du sens du ridicule, monotones, sans art ni grâce...

Enfin je ne vois pas l'ombre d'une qualité que l'on pourrait attribuer à des mecs pareils !

On dit que les damnés seront privés même de leurs qualités naturelles les plus élémentaires, ils semblent que ce soit déjà leur sort sur terre !




Gérard
Gérard

Nombre de messages : 2681
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Sam 06 Aoû 2011, 7:24 am



FIN DU MONDE PRÉSENT ET MYSTÈRES DE LA VIE FUTURE
Par l’Abbé Arminjon ,1881 :

(..)

SIXIEME CONFÉRENCE : DE L’ÉTERNITÉ DES PEINES ET DE LA DESTINÉE MALHEUREUSE

(..)

II. PEINES DE L’ENFER. – La peine dit dam. – En quoi cécité spirituelle. – Le dérèglement du jugement de la volonté et de l’imagination. L’absence de toute vertu et de toute bonne qualité naturelle et morale. Dégradation profonde des réprouvés. – La peine du feu. – Le feu de l’Enfer est de même nature et de même substance que le nôtre. – Il diffère du feu de la terre par ses propriétés et sa destination. – Il conserve les corps en les consumant. – L’Enfer est appelé la seconde mort. – Le feu de l’Enfer fait subir son action aux âmes séparées et aux purs esprits.

(..)

Dans les siècles de foi, lorsqu'un ministre des autels avait trahi ses engagements sacrés et s'était rendu gravement coupable, il était conduit dans le sanctuaire et soumis à la peine de la dégra­dation. – Le Pontife le dépouillait de ses insignes : il lui enlevait l'aube. symbole d'innocence ; l'étole, signe de sa juridiction sur les âmes ; la chasuble, mystérieux emblème de sa personnification avec Jésus‑Christ, et il lui disait : Sois dépouillé de ces ornements dont tu es indigne. – Les chrétiens réprouvés sont soumis à une dégradation analogue; Dieu, en les abandonnant au moment où s'est consommée * leur fin malheureuse, leur retire tout ce qui reste en eux de vertus théologales, telles que la foi et l'espérance. Il les dépouille de leurs vertus morales, de la force, de la pru­dence, de la justice, de la tempérance, de toutes les autres quali­tés naturelles, telles que le désintéressement, la fidélité aux lois de l'honneur, l'aménité et la distinction des manières, vertus dont ils ont abusé pour entretenir en eux l'orgueil et ses complaisances coupables. Il ne laisse subsister aucune trace de perfection dans ceux qu'il a rejetés. Ainsi les damnés sont des êtres profondément dégradés ; ils ne sont plus susceptibles d'aucun respect, d'aucun amour, d'aucune compassion. En tant que séparés du souverain bien, ils deviennent souverainement haïssables, et, comme les démons, ils ne sauraient inspirer d'autre sentiment, que l'horreur et l'exécration. – Afin de mieux concevoir leur sort lamentable, retraçons‑nous une ville où seraient agglomérés les Caïn, les Néron, tous les scélérats qui ont souillé la terre, et dont la justice humaine se défait en les reléguant au fond des prisons et des bagnes ; supposons en outre que, dans cette ville, il n'y eût ni police, ni
soldat, ni force publique, afin d'empêcher ces malheu­reux de s'entre‑tuer, et de se déchirer les uns les autres. Eh bien ! c'est là l'Enfer, tel que nous le décrit le prophète Job : « Ubi nullus ordo, sed sempiternus horror inhabitat ; un séjour où il n'y a pas d'ordre et où règne une horreur éternelle. »

(..)


http://eschatologie.free.fr/livres/arminjon.htm



( Si, n'étant pas connecté, l'on ne peut cliquer sur le lien pour y accéder, alors il suffit, d'un clic gauche de la souris, de mettre en bleu l'adresse du lien, puis, d'un clic droit, un petit tableau apparaissant, cliquer sur ouvrir le lien, et le tour est joué ! )
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Dim 04 Fév 2018, 3:17 pm


Sur les traces de l’anarchisme au Québec: les années ‘40 :

https://www.causecommune.net/publications/ruptures/5/sur-les-traces-de-l-anarchisme-au-quebec-les-annees-40.html


En guise de conclusion

Au terme des années ’40, le groupe automatiste se disloque peu à peu. Borduas va bientôt s’exiler, Riopelle passe de plus en plus de temps en Europe. Restent les plus jeunes, Claude Gauvreau en tête, pour poursuivre le travail de déconstruction au Québec. Rétrospectivement, Borduas développera une certaine amertume face à cette période. Il finira par douter de la justesse du message contenu dans ses écrits antérieurs. Questionné sur les liens entre l’automatisme et l’anarchisme, un proche du groupe, le communiste «conseilliste» Sam Abramovitch, met un bémol sur l’engagement de Borduas, qui s’efforça après son départ du Québec de faire rayonner son oeuvre plutôt que de poursuivre sur la lancée de «La transformation continuelle» et du «Refus global». L’un des rares à conserver la fougue révolutionnaire de cette période fut sans aucun doute Claude Gauvreau, poète maudit et lueur de folie dans la grande noirceur des années ’50.




Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Jeu 30 Juil 2020, 8:18 pm


La mauvaise rencontre qui fit basculer Borduas pour de bon :


Borduas se joignit à l’équipe de Dubois. L’occasion lui permit de faire la connaissance du dominicain Marie-Alain Couturier, qu’il reverrait au Canada. Couturier était destiné à devenir le directeur de la revue l’Art sacré, de Paris, et à promouvoir le rapprochement de l’Église et des artistes modernes (notamment Le Corbusier, Henri Matisse et Fernand Léger). Ce premier contact avec l’Europe fut très important pour le jeune Borduas.


( Quatrième paragraphe, là : http://www.biographi.ca/fr/bio/borduas_paul_emile_18F.html


Qui c'est ce dominicain Marrie-Alain Couturier ? Wiki nous le dit :




Marie-Alain Couturier

Ancien élève de Maurice Denis, dont il avait intégré les ateliers d'art sacré, il opposera au vieux maître une nouvelle vision de l'art d'église.

Chargé en 1937, avec le père Pie Raymond Régamey, de la direction de la revue L'Art sacré, il y développe la nécessité de rompre avec l'académisme pour faire appel aux plus célèbres et talentueux des artistes quelles que soient leurs pratiques religieuses :
« La décadence des arts sacrés a aussi des causes spirituelles et sociales. Mais ses causes artistiques se ramènent toutes à l'académisme, directement ou par contre-coup. »
En 1950, dans un article intitulé « Aux grands hommes les grandes choses », il s'indigne que :
« Cent vingt églises ont pu être bâties autour de Paris sans qu'un seul des grands architectes français, respectés du monde entier, ait été seulement consulté. » « Il vaut mieux, estime-t-il, s'adresser à des hommes de génie sans la foi qu'à des croyants sans talent. »
En effet, pour lui, « tout art véritable est sacré. »
C'est donc aux plus grands artistes de son temps que le père Couturier fera appel pour décorer l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du plateau d'Assy : Pierre Bonnard, Fernand Léger, Jean Lurçat, Germaine Richier, Georges Rouault, Jean Bazaine, Henri Matisse, Georges Braque, Jacques Lipchitz et Marc Chagall, entre autres.
L'audace de certaines œuvres et l'indépendance des artistes déclencheront la querelle de l'art sacré.
Il meurt des complications de la myasthénie à l’âge de 57 ans.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Alain_Couturier


http://messe.forumactif.org/t6019-eglise-du-sacre-coeur-d-audincourt-l-eglise-d-assy#110596
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion : Empty Re: Paul-Emile Borduas, un renégat ou apostat de l'Art et de la Religion :

Message  Roger Boivin le Jeu 30 Juil 2020, 9:29 pm


Borduas prônait l'art sans Dieu. Le voici à

l' «Émission Carrefour, diffusée le 2 mai 1957. Paul-Émile Borduas s'entretient avec Judith Jasmin à Paris » :



En fait, son « manifeste Refus Global », c'est tout simplement le NON SERVIAM de Lucifer.
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 11942
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Te Deum :: Te Deum :: ART :: Peinture

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum