La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux)

Aller en bas

La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux) Empty La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux)

Message  Monique Sam 11 Avr 2020, 10:02 am

La messe " rythmée " et la tromperie de la jeunesse éternelle

Aurelio Porfiri


Un des thèmes forts de la période post-conciliaire, en ce qui concerne la liturgie, est sans aucun doute la soi-disant "Messe des jeunes", c'est-à-dire une Messe taillée sur mesure pour les besoins spécifiques des personnes considérées comme jeunes. Cela signifie aussi proposer une musique qui correspond à ce que les "jeunes" écoutent couramment, c'est-à-dire de la musique commerciale. C'est un phénomène intéressant et important, surtout si nous analysons tout cela dans une perspective historique. C'est ce que je vais essayer de faire, en commençant par analyser la catégorie des "jeunes".


Avant notre époque, la jeunesse a toujours été considérée comme un âge intermédiaire entre l'adolescence et la maturité, une étape de préparation à la maturité, et non un absolu en soi. Par conséquent, la musique liturgique ne doit pas se plier aux "besoins de la jeunesse", mais initier les jeunes à la grandeur et à la beauté de la liturgie.


L'Église a jadis bien fait de cultiver le chant des enfants, les chanteurs de chœur (pueri cantores), d'où sortaient des prêtres, de grands hommes de foi, des papes, des saints. Par la musique, il les a formés et les a fait grandir.


Romano Amerio, dans son livre fondamental Iota Unum, observe : "Toutes les raisons de cette jeunesse du monde contemporain, à laquelle participe l'Église, s'unissent dans le discours d'avril 1971 à un groupe de hippies qui se mesurent à Rome pour manifester pour la paix. Le Pape fait l'éloge des "valeurs secrètes" que les jeunes recherchent et les énumère. Et tout d'abord la spontanéité, qui pour le Pape ne semble pas en contradiction avec la recherche, bien qu'une spontanéité recherchée cesse d'être une spontanéité. Elle ne lui semble pas très contradictoire, même avec la morale, même si celle-ci, étant une intentionnalité consciente, se superpose à la spontanéité et peut la contredire. La deuxième valeur de la jeunesse est la "libération de certaines contraintes formelles et conventionnelles". Le Pape ne précise pas ce qu'elles sont. D'autre part, les formes sont l'apparition des substances, elles sont la substance elle-même dans son apparence, c'est-à-dire dans son entrée dans le monde. Et la conventionnalité est la commodité, c'est-à-dire le consensus, et il est bon qu'il y ait un consensus sur les bonnes choses. Le troisième est "le besoin d'être soi-même". Mais il n'est pas clair quel est le "je" que le jeune doit mettre en œuvre et dans lequel il doit se reconnaître : il y a en fait une pluralité dans une nature libre, transmutable sous toutes ses formes. Le vrai "moi" n'exige pas que le jeune se réalise de toute façon, mais qu'il se transforme et même qu'il devienne un autre de lui-même. En revanche, la parole de l'Évangile n'admet rien : abnegat semetipsum (Luc., 9, 23). Le pape lui-même avait la veille exhorté à la métanoïa. Alors : se réaliser ou se transformer ? La quatrième est l'impulsion "à vivre et à interpréter son propre temps". Le pape, cependant, ne donne pas aux jeunes la clé d'interprétation de leur propre époque et ne souligne pas que, pour la religion, dans l'éphémère de leur propre temps, l'homme doit chercher le non-éphémère, c'est-à-dire le but ultime qui demeure à travers tout l'éphémère. Ainsi, après avoir prononcé ce discours sans aucune explication religieuse, Paul VI conclut un peu à l'improviste : "Nous pensons que dans votre quête intérieure, vous ressentez le besoin de Dieu". Il est certain que le pape s'exprime ici de manière opiniâtre et non magistrale".


Cette critique sévère de l'attitude de l'Église post-conciliaire envers les jeunes doit nous faire bien réfléchir. J'ai moi-même vu, dans les paroisses romaines que j'ai fréquentées dans ma jeunesse, comment l'"animation musicale" était déléguée au groupe de jeunes, mais sans jamais veiller à ce que les jeunes reçoivent un minimum de formation pour effectuer ce service. De plus, les prêtres ne sauraient pas par où commencer, étant donné le peu ou l'absence de formation musicale dans les séminaires. Le jeune n'était pas considéré comme un adulte potentiel, mais comme appartenant à une catégorie distincte. Soyons clairs : pour ma part, je voudrais être jeune à nouveau, le temps de l'espoir et de l'insouciance, mais je ne peux pas oublier les excès dus au manque de maturité. Un jeune homme se prépare à la maturité, il ne vit pas dans une jeunesse éternelle insensée.


A SUIVRE...

La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux) R-2139709-1266159815.jpegLa messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux) ImageLa messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux) Messa-beat-a-cafaggio-1969-4-1024x750


Dernière édition par Monique le Dim 26 Avr 2020, 8:23 am, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux) Empty Re: La messe " rythmée " ... Aurelio Porfiri ( Auteur dangereux)

Message  Monique Dim 26 Avr 2020, 7:58 am

Romano Amerio nous vient toujours en aide : "En concluant que cette analyse de la nouvelle catégorie du monde et Chiesa a été publiée par les jeunes, nous constaterons qu'ici aussi il y a eu une altération sémantique et que les termes paternalistes sont devenus des termes de mépris être éduqué par le père, de manger le père, n'était pas un excellent exercice de sagesse et d'amour, et comme si elle n'était pas paternelle toute la pédagogie avec laquelle Dieu a éduqué l'homme à sa voie de salut. Mais qui ne voit pas que dans un système, dont la valeur repose sur l'authenticité et le rejet de toute imitation, le premier rejet est celui de la dépendance paternelle ? La vérité, au-delà des hypocrisies des clercs et des laïcs, est que la jeunesse est un état de virtualité et d'imperfection qui ne peut être possédé comme un état idéal ni pris comme modèle. Je présente la jeunesse comme l'avenir et l'espoir de l'avenir, comme si elle devait devenir l'avenir, et elle deviendra stupide et perdue. La fable de Ebe est convertie en fable de Psyché. Au contraire, je sais que si je  déifiais la jeunesse, si je jette un pessimisme, je savais si je voulais le perpétuer, alors que non, vous le pouvez. La jeunesse est un projet de non-jeune et l'âge mûr ne devrait pas être façonné sur elle, mais sur la sagesse mature. Aucun âge de la vie n'est laissé pour devenir un modèle de vie, ni le sien, ni celui des autres. En fait, le modèle de chaque époque est donné par l'essence déontologique de l'homme, qui est à rechercher et à vivre, identique, à chaque époque de la vie. Ici aussi, l'esprit du vertige fait que la dépendance se tourne vers l'indépendance et l'insuffisance vers l'autosuffisance". En bref, je séparerai le jeune en une "musique de jeunes" ne l'aidera certainement pas à mûrir dans la plénitude de la foi. Et puis quelle musique pour les jeunes ? Nous savons que la musique commerciale est le produit astucieux d'opérateurs musicaux qui jouent souvent avec nos bas instincts, cassant les chansons de références à nos instincts les plus vulnérables pour créer une dépendance, précisément parce que leur but est de vendre le plus possible. L'utilisation de la sentimentalité est un des moyens utilisés, maintenant dilacho aussi dans notre musique liturgique.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum