Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)

Aller en bas

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)  Empty Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)

Message  Monique Mar 07 Avr 2020, 9:41 am

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre

Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga



C'était une nuit orageuse en mars. Une pluie persistante et un vent d'ouragan ont fouetté le verre de la chambre papale. Éclairé par la faible lumière d'une lampe et la lueur intermittente de la foudre, le pape Jean XXIII se reposait sur son lit après une journée de travail intense. Le père François, appuyé sur le dossier d'un fauteuil, contemplait près de la fenêtre le spectacle majestueux d'un ciel plein de nuages, déchiré par de fréquents éclairs.

P. Francis : Quelle tempête, Saint-Père ! On dit que c'est sous une telle tempête que le premier Concile du Vatican a institué le dogme de l'infaillibilité du Pape.

Jean XXIII : C'est également au milieu du tonnerre et des éclairs que la loi mosaïque a été promulguée au Sinaï.

P. François : J'ai aussi entendu dire que c'est par une soirée orageuse que Notre-Seigneur Jésus-Christ est apparu à votre saint prédécesseur. Croyez-vous, Saint-Père, aux apparitions ?

Jean XXIII : Notre Sainte Église a son fondement dans l'un d'entre eux. Souvenez-vous que Jésus est apparu à Pierre, lorsqu'il a fui la ville et l'a forcé à retourner à Rome, où il est mort sacrifié sur la croix.

P. Francis : Je me souviens.  Où allez-vous, Seigneur? Sœur Pasqualina Lehnert nous dit qu'elle a entendu le dialogue entre Pie XII et Notre-Seigneur. Elle dit qu'elle est entrée dans la pièce avec une tasse de café et a entendu Pie XII dire : "Ne m'abandonne pas encore, mon Jésus", et a demandé à Sœur Pascualina une autre tasse de café. Croyez-vous en cela, Saint-Père ?

Jean XXIII :
Pour le Seigneur, rien n'est impossible. Jésus, après sa résurrection, a assisté à un repas à Emmaüs... J'aimerais beaucoup mériter le privilège de votre inspiration pour l'encyclique que je vais adresser aux fidèles ce Jeudi Saint.

P. Francis : Soyez assuré, Saint-Père, que votre encyclique ne portera pas atteinte au "Mater et Magistra".


(Le visage fatigué du Pontife acquiert la sérénité du sommeil. Un doux sommeil envahit aussi le Père François tandis que la pluie continue son monotone bourdonnement dans les cristaux).


A SUIVRE...

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)  La-tc3aate-de-
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)  Empty Re: Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)

Message  Monique Mer 08 Avr 2020, 8:47 am

Près du lit du pontife, l'ombre d'une figure bien connue de la Convention se dessine de plus en plus nettement. Sa tête était touchée par une perruque fine et poudreuse ; son front était grand et clair, ses yeux allongés, ses pommettes saillantes et son menton rond. Il portait un manteau bleu et une chemise blanche, un pantalon en peau de cerf et des bottes hautes. Sur sa poitrine blanche, il y avait de grandes taches de sang, et autour de son cou, une ligne rouge profonde.

Jean XXIII :
Ce n'est pas toi, Robespierre, dont j'attendais l'inspiration.

Robespierre : Si vous le souhaitez, je me retirerai ; et pardonnez-moi, Saint-Pèr. Le terroriste et athée Hébert, que j'ai fait guillotiner, nous a obligés, à la Convention, à nous appeler par nos prénoms. Et c'est si difficile pour un mort de changer ses habitudes !

Jean XXIII : Appelez-moi comme vous voulez. Cela ne me dérange pas de vous parler. En tant que Père Roncalli  j'ai visité plusieurs fois le Musée du Carnaval, où il y a beaucoup de souvenirs de vous. J'ai vu la proclamation incitant à l'insurrection, qui ne portait que les deux premières lettres de votre nom de famille... C'est là qu'ils vous ont tiré dessus... J'ai toujours été curieux de vous et de vos idées ; le Père Roncalli était ami avec de grands maîtres tels que Marsaudon, Ramadier, Mendez France et Guy Molet. Il y a quelques jours, j'ai reçu Adjubey et peut-être très bientôt je recevrai Nikita Kruschev ; et ce sont des athées intégristes. Vous, en revanche, vous croyiez en l'Être suprême et en l'immortalité de l'âme. Vous étiez un homme religieux.

Robespierre : J'ai organisé une grande fête en l'honneur de l'Être suprême ! Je portais ce même costume, celui que j'ai porté plus tard à Thermidor. J'étais devant les députés de la Convention et derrière nous se trouvaient plusieurs centaines de milliers de citoyens. J'ai apporté le feu incendiaire à la statue déformée de l'athéisme et j'ai attendu que les attributs de la raison et de la vertu émergent des flammes. Plus tôt, dans mon discours à la Convention, j'avais exalté le culte de l'Être suprême, comme un coup mortel porté au fanatisme religieux et à l'intolérance. J'ai parlé d'une religion, sans bourreaux ni victimes, dans laquelle toutes les âmes seraient confondues avec l'amour du créateur de la nature - le grand architecte de l'univers. J'ai proclamé le droit de tout homme à adorer Dieu, selon les règles de sa propre conscience ; à rechercher sa vérité par les moyens que lui dicte la raison. Comme mon maître Rousseau, j'étais un grand humaniste ; nous avions confiance dans la bonté innée de l'homme ; en ce que c'était la société qui nous rendait mauvais. Le meilleur culte de l'Être suprême est la pratique des devoirs de l'homme. C'est la seule garantie de bonheur social.

Jean XXIII : Je suis surpris d'entendre le paladin des droits de l'homme parler de devoirs.

Robespierre : C'est que les deux concepts sont réciproques et émanent de notre nature même ; c'est pourquoi ils sont universels, inviolables et inaliénables. Vous savez que la déclaration des droits de l'homme, à Philadelphie, a été l'œuvre de notre Ordre du mois d'août. Plus tard, la Convention a proclamé la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, dont j'étais l'un des rédacteurs : "L'égalité des droits de l'homme est fondée sur la nature", disions-nous. Le peuple est souverain et le gouvernement est une délégation de celui-ci. La loi est la même pour tous. Rien ne doit prévaloir contre la volonté générale". Je ne sais plus quelles étaient les paroles de Rousseau et quelles étaient les nôtres, mais elles sont l'essence de la doctrine libérale et rationaliste, que l'Église catholique a considérée comme un péché. Et pourtant, notre Révolution a été pour l'Humanité ce que la boussole est pour le navire : elle ne voit pas le port, mais elle y mène.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)  Empty Re: Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)

Message  Monique Sam 11 Avr 2020, 8:56 am

Jean XXIII : Les droits de l'homme sont aujourd'hui reconnus par toutes les Constitutions politiques. C'était votre triomphe, mais déjà, bien des siècles auparavant, Jésus avait proclamé l'égalité de tous les hommes.

Robespierre : Le Christ a proclamé que tous les hommes sont égaux devant Dieu ; mais nous les avons rendus égaux devant la loi.

Jean XXIII : L'Église a toujours défendu les droits de l'homme et a été inspirée par l'amour du Christ pour ses semblables.

Robespierre : Oui, en doctrine ; mais vous avez permis aux chefs d'État, qui se disent catholiques, de se moquer et de se moquer d'eux. Les articles de la Constitution, dans lesquels ces droits sont inscrits, sont suspendus, pendant des décennies et parfois pendant des périodes de plus de vingt-cinq ans. L'Église a protégé et encouragé les dictatures en Espagne, au Portugal et dans la plupart des républiques américaines. Tous les dictateurs, qui violent continuellement les droits de l'homme, sont vos enfants bien-aimés. Aucun pape n'a excommunié un seul des dictateurs pour avoir violé les doctrines de l'Église, et certains ont reçu du pontife la Rose d'Or.

Jean XXIII : Pas de mes mains. Il est vrai que Pie XII l'a donné au général Franco - représenté par son épouse - et qu'en Espagne aucune Constitution n'est en vigueur ; mais, mon illustre prédécesseur, que le monde a appelé le pape de la paix

Robespierre : Pardonnez-moi, mais ne faites pas l'éloge de Pie XII. Aucun pape n'a fait autant de discours, ni publié autant d'encycliques que lui, et vous n'y trouverez pas un seul mot pour protester contre les camps de concentration, les déportations massives, les chambres à gaz, l'extermination du peuple juif et les francs-maçons.

Jean XXIII : Je suis surpris par la sentimentalité de ceux qui ont instauré la terreur.

Robespierre : Quant à vous, ô mon Père!... Pendant toute la période de terreur, il y a eu moins de victimes que dans une seule des glorieuses batailles de Napoléon ; moins que celles que Dominique de Guzman, que vous avez sur vos autels, a fait sur le bûcher. J'ai eu le courage de défendre la paix, chez les Jacobins, contre l'opinion de l'immense majorité des Français ; j'ai défendu la vertu et la dignité humaine et lutté contre l'immoralité et la corruption. J'ai été attaqué, parce que le peuple demandait le pouvoir pour moi, le plus vertueux, le seul qui aurait pu sauver la France. Mes idées n'ont pas permis à mon peuple d'être asservi au nom de la liberté. J'ai préféré mourir, pour assumer la dictature.

Jean XXIII : Je déteste aussi la dictature. Comme vous le savez, je suis infaillible ; et pourtant, j'ai convoqué le Concile : ma Convention. Je ne sais pas ce que l'Église dira en termes de doctrine. Ah, si seulement tous mes collaborateurs étaient comme Lienart, Bea, Méndez Arceo ! Mais, il y en a encore beaucoup qui voudraient rallumer les feux de l'Inquisition. Si vous connaissiez Ottaviani et les évêques espagnols, émules de Torquemada !


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)  Empty Re: Dialogue fantasmagorique entre Jean XXIII et Maximiliano Robespierre - Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga (espagnol/français)

Message  Monique Mer 15 Avr 2020, 10:02 am

Robespierre : Mais je connaissais Fouché, Fouquier Tinville, Barras, Tallien. Méfiez-vous de vos ennemis, mieux que je ne le fais pour les miens.

Jean XXIII : Plus rien ne m'importe. J'ai laissé une doctrine sociale et un esprit de tolérance qui, je l'espère, ne seront pas effacés. Je suis déjà très vieux ! Vous, par contre, êtes morts si jeunes !

Robespierre : Ceux d'entre nous qui ont un destin historique à accomplir meurent lorsque ce destin est accompli.

(Peu à peu, la figure de l'"Incorruptible" Robespierre s'est effacée...)


Jean XXIII : Père François ; allumez la lumière. Au cours de mon rêve, quelques idées me sont venues, que je veux que vous écriviez pour mon encyclique. Vous leur donnerez un formulaire. Écrivez : "Tous les hommes ont le droit d'adorer Dieu selon les préceptes de leur conscience ; de rechercher leur propre vérité afin d'exprimer et de communiquer leurs opinions.''

P. François : Excusez-moi, Saint-Père, le Concile de Trente a dit...

Jean XXIII :
Je ne suis pas venu pour continuer les luttes religieuses mais pour enterrer la Contre-Réforme. Je veux parler de tolérance, de droits et de devoirs de l'homme, de vertu et de dignité humaine ; je veux démasquer les dictatures et proclamer que l'égalité entre les hommes est née de leur nature et que tous les peuples doivent s'entraider.

P. François :
Que vous êtes bon, Saint-Père ! Vous aussi, comme saint François, vous embrasseriez un lépreux !

Jean XXIII : Je veux faire quelque chose de plus. Votre saint patron avait appelé le frère loup ; mais personne, jusqu'à présent, n'a appelé le frère homme de la chaire de saint Pierre. A l'être humain, sans distinction de race, de pays, de croyance ou de religion. Je veux adresser mon encyclique à TOUS LES HOMMES DE BONNE VOLONTÉ.

Le P. François a levé la tête en signe d'admiration. Les yeux du parent semblent être effrayés. De son nez aquilin, les lunettes sont tombées et sa main a laissé échapper le stylo.

C'était l'aube. La pâle lumière de l'aube a donné un mystère spectral à la scène que nous relatons.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11406
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum