LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 29 Aoû 2020, 9:02 am

LA STUPEUR DES "BARBARES


En toute logique, avec l'expérience d'autres personnes, parmi les défenseurs catholiques du latin, les Anglais sont en première ligne (cela est démontré, entre autres, par le grand nombre d'adhérents, laïcs et clercs, à la Latin Mass Society créée pour cela), aux côtés des Américains, des Allemands et des Suisses, aux Scandinaves, aux Polonais, c'est-à-dire aux pays, majoritairement protestants ou plus dissemblables, ethniquement et linguistiquement, de Rome, qui auraient donc dû, semble-t-il, accueillir la Réforme avec encore plus de bienveillance que nous, Italiens, pour qui le latin est (Dante) "notre langue".


J'ai mentionné, pour l'Angleterre, le cardinal Godfrey ; je vous renvoie, pour l'Amérique, au cardinal Gibbons, qui dans son livre La fede dei nostri padri (La foi de nos pères) réfute de façon si convaincante votre discours sur le "diaphragme", et la confirmation nous est parvenue il y a quelques mois des Américains eux-mêmes, qu'une enquête sur l'"indice d'approbation de la Réforme", promue par les 130 journaux catholiques et rapportée avec stupéfaction par l'"Osservatore Romano" (8 juin 1966) a répondu, dans l'écrasante majorité, clairement non ; ils ont répondu qu'ils "se sentaient affaiblis vis-à-vis des pratiques religieuses et des liens spirituels avec d'autres frères chrétiens" ; ils ont répondu, les anciens protestants :


"Cette nouvelle orientation de la liturgie nous ramène à l'ancienne Église et nous enlève ce sens de la dévotion catholique typique qui a tant influencé notre conversion". Où l'on voit que le "diaframma", dans tous les sens du terme, est, au mieux, le vulgaire... Je vous donne en guise de note, en continuant, l'avis demandé et reçu d'en haut, du Père Wlodimiro Ledòchowski, polonais, qui au nom et avec l'expérience mondiale de la glorieuse armée ignatienne dont il était à la tête a dénoncé la tendance anti-latine comme "très dangereuse pour l'unité de l'Eglise", utile aux "mouvements plus ou moins ouverts pour créer les prétendues églises nationales", coopérateur indirect des "tendances séparatistes" ; Je laisse de côté beaucoup et beaucoup d'autres témoignages d'hommes, ecclésiastiques et laïcs, qui ont allié la sagesse et l'expérience à la piété la plus profonde, mais je ne renonce pas, pour les Allemands, à citer au moins une page, la première de tout un livre, Romanitas et catholicité à l'heure actuelle, écrit en défense du latin par un catholique fervent et un homme de lettres éminent comme le professeur Anton Hilckman, de l'université de Mayence :

"Jusqu'à présent... la "latinité" était pour nous, au moins sentimentalement, quelque chose, pour ainsi dire, d'essentiel à la même foi professée. Dans une mesure bien plus grande qu'on ne l'imagine dans les pays linguistiquement latins, pour nous, catholiques européens, linguistiquement non-latins, mais religieusement d'autant plus romains et donc aussi latins, le latin, la langue de notre liturgie, était une langue sacrée. L'idée même qu'un jour on puisse la toucher aurait semblé sacrilège. Ils s'aimaient, bien sûr, et chantaient avec enthousiasme, des chants religieux en allemand à Notre-Dame, des chants de Noël et de Pâques... ce oui, mais la liturgie au sens strict, celle de la messe, par exemple, en allemand... non : c'était inconcevable. Les débats à l'époque de la Réforme protestante n'étaient pas si éloignés ; et nous n'avions pas oublié que nos ancêtres avaient pris les armes contre toute la série de divers princes et princesses protestants afin de préserver la messe latine, de maintenir la "romanité" de notre foi, de ne pas "intedeschire" la religion ("Cuius regio, ejus religio") ; une horreur, une abomination jamais et jamais acceptée par la conscience catholique de nos ancêtres ! La messe romaine en latin a été pour nous la plus splendide, la manifestation et la démonstration la plus éloquente de l'unité mondiale de notre foi, que nous considérions comme la seule vraie foi de l'humanité tout entière. Comme nous étions émus et enthousiastes en écoutant les histoires de compatriotes et de coreligionnaires qui avaient fait le tour du monde, se sentant perdus et abandonnés dans des pays lointains, étrangers et allogènes... et qui, tout à coup, se sont sentis chez eux dans la maison de leur père, quand dans une église de la très lointaine Santiago du Chili ou de la Nouvelle-Zélande ils ont entendu le Credo in unum Deum... ou le Gloria in excelsis Deo... tout comme dans les églises familières de notre Vestfalia ! C'était la catholicité, le monde entier était notre patrie ! Être catholique signifiait, dans un sens plus que terrestre, être citoyen de l'Univers, de la Terre entière, qui aurait dû devenir chrétienne, catholique, romaine... Faire des concessions, céder, renoncer à la partie dénommée de notre "Romanité" ? On ne pouvait pas y penser".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Lun 07 Sep 2020, 9:14 am

Que les Italiens puissent y penser, ou plutôt qu'on puisse y penser pour les Italiens, semblait si grand en Scandinavie qu'un Suédois, un "vi-chingo", ami de notre ami Marino Sanarica - auteur d'une célèbre "épître", Être ou ne pas être, adressée à vous - a écrit à ce sujet, en latin, à ceux-ci, en montrant le plus grand étonnement, comme les communistes tchécoslovaques, comme les protestants anglais, et en disant : Ah, vous renoncez au latin ! "Cela signifie que ce sera nous qui vous remplacerons : nous, les barbares" (quelque chose de similaire à ce qu'un nègre, le président du Sénégal, Senghor, nous a dit l'année dernière, lors d'une visite à Rome, en prononçant son discours en latin à son arrivée, tandis que ceux de nos honorables députés ont entendu son renvoi de l'école en mauvais italien). Et de là-haut, parmi les neiges et la glace du pôle, cette représentation chaude, suave et mystique du latin nous est venue du même écrivain : "Pelicanus est ille myticus, pio fodicat qui pectora rostro datque fervidum sanguinem bibendum et carnern edendam pullis scilicet nobis filiolis atque semper idem et unus manet, non extenuatus, non confectus" : traduction inconsciente et poétique de ce que nous avons lu précédemment dans Pie XI : ". ... sermonem... universalem, immutabilem, non vulgarem" - et revenons au "peuple", aux pauvres gens à qui vous avez arraché le cou du pélican, c'est-à-dire retiré le latin du chemin, en souriant, sinon en riant, de nos "positions sentimentales" et en concédant, votre bonté, que ce que vous, "innovateur" par vocation, n'a fait qu'ennuyer, avait ses raisons de nous faire plaisir. Revenons à votre conférence-lancement.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 18 Sep 2020, 8:33 am

LES ÉTRANGERS AUSSI DANS L'ÉGLISE


"Mais comment !" vous nous faites dire, vous vous exclamez (sans penser à Qui vous parlez, Qui vous plaignez, avec nous) : "laissez de côté le latin, la langue de l'Eglise, la langue traditionnelle de l'Eglise, la langue dans laquelle les pères se sont exprimés, la langue pour laquelle l'Eglise catholique se sent unie dans le monde entier, laissez de côté le latin pour ces langues vulgaires ? Et nous reconnaissons que, sinon toutes, vous avez bien résumé une bonne partie de nos "justifications", poussant votre générosité jusqu'à dire : "nous ne les méprisons pas", et merci, Votre Éminence ! Item pour la musique : "mettre de côté, archiver", vous continuez à vous scandaliser, à notre place, "tout un patrimoine de chant grégorien, de polyphonie classique, de polyphonie et de musique sacrée ultérieure, accumulé au fil des siècles, qui est tout composé sur des textes latins, et qui exige des textes latins ? Item pour l'architecture, admettant que si "nos églises, nos grandes églises, toutes nos églises", avec la bonne conscience de Nicola Pisano, Arnolfo, Bramante, Sangallo, Michel-Ange, Bernini et compagnie similaire, ne sont pas bien faites, "elles ne sont pas faites de la manière la plus fonctionnelle" et doivent donc être retravaillées ou corrigées ("avec la plus grande prudence", bien sûr) au "sens communautaire", c'est-à-dire sans "diaphragmes de colonnes, piliers, nefs", etc., entre "l'assemblée" et le seul autel du milieu (en un mot, implicite, le protestant), ils représentent cependant un "patrimoine artistique" qui n'est pas méprisable non plus ; Toutefois, il est vrai que .. "Mais (c'est votre réponse à tout, et elle est pitoyable) "face à cela, qui sont aussi des choses valables, il y a une chose plus grande : la formation spirituelle du peuple chrétien : communiquer à ce peuple la parole de Dieu de telle sorte qu'il la comprenne et s'en nourrisse : l'approcher de l'autel pour qu'il puisse participer consciemment à l'assemblée de la famille de Dieu".


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 26 Sep 2020, 9:03 am

Plus qu'une famille, le mot "assemblée" fait penser à un "club", une coopérative, un club, ou même une copropriété ; mais ce n'est pas cela, oh non ! qui est pitoyable : ce qui est pitoyable - je le répète : le sang, en fait, bout dans mes veines comme un catholique follement amoureux de son Église - c'est l'insulte que vous lancez (sans réfléchir, sûrement : c'était le carnaval, c'était les jours de confettis) contre l'Église. Si la logique est toujours valable, si elle n'a pas été réformée, alors elle l'est aussi, dans votre district, de ceux-ci comme de vos autres mots, c'est jeu forcé de syllogiser que l'Eglise, jusqu'à présent, jusqu'à vous, l'exécutant de la Réforme, le Grand Slatinator du Culte, l'Eglise, avec tous ses papes, ses saints, ses docteurs, ses liturgistes (du pape Damas à Schuster), n'avait pas, disons-le encore, compris un faucon et n'avait rien fait en accord avec lui pour "la formation spirituelle du peuple chrétien" ; avec la circonstance aggravante qu'il avait maintenue et défendue et exaltée son latin alors que très peu le connaissaient, grammaticalement parlant, c'était vraiment les "gentlemen", alors qu'aujourd'hui un peu du tout saint et de celui de l'église est si facile, surtout pour les Italiens ; il n'y avait pas non plus la subvention des "messalini" : ces petits missels bilingues (latin-italien, latin-français, latin-allemand, latin-anglais et ainsi de suite, côte à côte ou interlinéaire) qui, il est vrai, ne vous sont pas destinés (sauf, j'imagine, pour celui du père Bugnini. .. ) [b]représentant également un "diaphragme entre l'autel et le navire, entre le prêtre qui préside l'assemblée et l'assemblée elle-même", et elles représentaient précisément, au sens le plus large, le contraire, à la fois parce qu'elles donnaient aux catholiques un moyen de voyager dans le monde, d'entrer dans n'importe quelle église, "de la très lointaine Santiago du Chili ou de la Nouvelle-Zélande", sans jamais se sentir comme des étrangers, en se sentant toujours chez eux, entre frères (je vous laisse votre "assemblée") dans l'église de votre paroisse ; à la fois et surtout parce qu'avec les "messalini" c'est arrivé, Votre Éminence : Il se trouve que, ayant appris plus ou moins brièvement le sens des textes (qui sont répétés quotidiennement ou annuellement), les fidèles suivent maintenant en latin, avec le célébrant (je vous laisse le "président"), la messe, gagnée par cette attraction propre à la beauté qui vient d'être dite et qui appartient à toute personne normale. "La langue pour laquelle l'Eglise catholique se sent unie dans le monde entier..." Précisément, Votre Éminence, et je vous assure que ce n'est pas rien : si ce n'était pas un mot trop laid de votre lexique réformé, je vous dirais que c'est du vrai "communautarisme".


J'ai vu de mes propres yeux le contraire l'été dernier, en bord de mer dans une ville de votre Émilia fréquentée par des étrangers du monde entier, dont de nombreux catholiques, et combien j'ai été émue les autres années de les entendre, à l'église, à la messe dominicale, prier avec nous, "unanimes uno ore" aux accents si différents, chanter avec nous : "Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam", m'a tellement attristé, cette année, de les voir, de près ou de loin, nous regarder, muets, perdus, étrangers - en un mot - même là, même s'ils sont en contact avec nous au coude à coude, ceux qui n'ont pas été laissés de côté. En fait, la messe de cette année n'était pas "dans la langue de tous" : elle était en italien, et c'était vraiment le "diaphragme", plus isolant que les colonnes, les piliers, les nefs... Je parlais à un ancien officier anglais déjà prisonnier en Allemagne et il me disait que les fils barbelés, le mur d'enceinte et les sentinelles ne l'empêchaient pas, le dimanche, de se sentir libre parmi les siens, d'entendre l'aumônier allemand se marquer, en latin, et dire Introibo ad altare Dei... comme son curé de paroisse à Londres. J'ai aussi été présent, et je ne les oublierai jamais, les larmes d'une vieille dame qui s'était convertie du protestantisme au catholicisme précisément ou surtout pour cette "splendide unité" qu'est la sienne, et maintenant ... !


"Ut unum sint", et il a commencé par détruire le "unum sunt".




A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Jeu 22 Oct 2020, 10:09 am

MARTHE ET MARIE


En fait, l'unité a cessé, et derrière l'unité linguistique entre pays et pays, l'unité des cœurs est tombée entre ceux d'un même pays, d'une même paroisse, d'une même communauté religieuse, d'une même famille.... Je n'ose pas vous demander, Votre Éminence, s'il y a plus d'amour parmi vos frères qu'auparavant, mais vous savez qu'il n'en est certainement pas ainsi parmi le clergé, parmi les "nouveaux prêtres" et les prêtres de tous les temps ; des rébellions ouvertes des peuples contre votre "changement de religion" ; des combats et des émeutes déclenchés par "votre" messe parmi ceux qui n'étaient pas "un mur et une fosse" mais les murs de la même église : en Belgique, en France, au Tyrol du Sud (pour rester avec nous) ou en Istrie, où la messe, jusqu'à présent appelée "dans la langue de tous", était la seule chose que tous unissaient, et maintenant, "nationalisée", exacerbe et vivifie les nationalismes contrastés, au point d'exiger la présence, parmi ces murs sacrés, de la force publique, des armes, et votre "allez en paix" signifie, en fait : "Allez les dire et donnez-les hors de l'église".


Vous voyez comme ils ne s'aiment pas, diraient de nous les païens d'aujourd'hui, et c'est parmi beaucoup d'autres le pire et le plus décevant des fruits d'une Réforme lancée, au nom du "communautarisme" (un terme beaucoup plus proche du communisme que de la communion, le mot catholique), à l'assaut de "tout diaphragme" à l'abolition des "castes".


Peut-être - le prophète pardonne-t-il à l'âne cela aussi peut-être qu'il manquait une intention très juste ou n'aidait pas adéquatement la méditation et la prière: la méditation, pour comprendre à quel point «tragiquement ridicule» était (paroles d'un évêque très digne qui m'a écrit entre les autres) "qu'un siècle déphasé et de peu de foi comme le nôtre prétend enseigner dix-neuf siècles d'autant plus chrétiens"; prière, pitié, qui si elle est utile à tout, exigeait ici des genoux à terre jusqu'aux callosités. "Je crois plus aux prières qu'aux médicaments", écrivait-il dans son humble foi "celui qui a élevé au ciel le nouvel Olympe de Rome", je dis ce brave homme de Michel-Ange : et il me semble qu'on pourrait en dire autant, comme le disait déjà Bernanos, des "réformes" : "l'Eglise a plus besoin de saints que de réformateurs" : a plus besoin de Marie que de Marthe, et c'est précisément le contraire de ce que l'on pense et de ce que l'on prêche aujourd'hui, comme si Jésus avait dit : "Marie, Marie, tu pries trop !" et avait loué l'autre... Le cher saint pape Jean, qui veut lui montrer comment son travail d'adulte exige aujourd'hui un certain sacrifice de prière pour l'action, répond en tirant la couronne et en disant : "Je dois tout dire tous les jours", et dans le "petit désir de prier" il voit la seule ou la principale raison pour laquelle on lui demande d'abréger l'Office divin : que vous accorderez dans une plus large mesure que la demande, en réduisant par trois les sept "heures" davidiques ("Septies in die laudem dixi Tibi"), avec l'abandon d'autant de beaux hymnes et la mutilation du Psautier, qui ne sera plus dit en entier... à l'exception des prêtres et des laïcs qui, précisément en raison de l'augmentation du travail, pensent qu'ils devraient, le cas échéant, augmenter leur prière, et continuer à faire leur Préparation à la messe (Praeparatio ad Missam,) leur Action de Grâce après la messe (Gratiarum actio post Missam,) bien que vous ne les trouviez plus dans vos missels réformés.



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 24 Oct 2020, 9:24 am

Il est certain que les Douze, quand le travail apostolique - réformer le monde ! - ont dépassé leurs forces, ils n'ont pas laissé ou raccourci leur "bréviaire" mais l'ont délégué à d'autres, à des diacres, institués pour cette raison, précisément, l'assistance sociale (comme on dirait aujourd'hui), ou le "ministère de la charité" (comme il est dit dans les Actes), les chargeant des pauvres, des veuves, des cantines, "tandis que nous", disaient-ils, "continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole". Non par hasard, non sans conséquence, les Actes ajoutent immédiatement : "Et la parole de Dieu se répandit de plus en plus et le nombre de disciples se multiplia grandement. Nous ne voyons pas, nous n'avons rien de semblable en vue, dans ce climat de la Réforme : malheureusement nous voyons le contraire, nous voyons les catholiques cesser de croître et commencer à diminuer (c'est le père Arrupe, général des jésuites, qui lance, figures en main, l'alarme) et nous voyons les "autres" ralentir et s'arrêter, dans leur mouvement jusqu'ici croissant vers nous, malgré toutes nos invitations et caresses, toutes nos absolutions et condamnations, demandant pardon et réhabilitation, si nous ne voulons pas dire juste pour cela : parce que nous n'avons plus le courage, ni la charité, de leur dire que leur voie est mauvaise, que la nôtre est la bonne : parce que si nous avons entendu mille fois qu'il faut se réunir, nous ne les avons jamais, explicitement, clairement entendus ajouter : "dans l'Église catholique, la seule vraie" (malgré les mises en garde répétées du pape contre les dangers de l'"irénisme") ; et la faiblesse, le "respect humain", l'opportunisme, les choses par les moyens ne convainquent pas et n'attirent pas, ne convertissent pas : ils rejettent, ceux qui cherchent des certitudes s'approchent. (Permettez-moi, à cet égard, de croire à une erreur d'impression, par le journal faisant autorité qui la rapporte, dans la définition convenue du "dialogue" entrepris à Strasbourg entre l'Église catholique et la Fédération luthérienne mondiale : "Par dialogue les deux délégations entendent une commune recherche de la vérité... poursuivie sur pied d'égalité". L'Église catholique, "mère et maîtresse", qui cherche la vérité ? qui se met, pour cela, sur le pied de l'erreur, comme pour signifier des guides aveugles de personnes aveugles ? La faute, sans doute, en revient ici à l'imprimeur, qui a dû lire "vérité" au lieu de "unité" ou autre).


Se convertir ? Pour ne pas offenser leurs oreilles, vous avez retiré cette parole du Missel, des impétrations œcuméniques solennelles du Vendredi Saint, tout en y versant de sincères larmes de crocodile : "Il est regrettable... de devoir mettre la main sur des textes vénérables, qui ont nourri pendant des siècles, et avec une telle efficacité, la piété chrétienne, et qui ont encore aujourd'hui le parfum spirituel des âges héroïques des arbres de l'Eglise" (Bugnini) ; tout en permettant (toujours votre Bugnini) qu'"il est malveillant de retoucher des chefs-d'œuvre littéraires d'une force et d'une conceptualité inégalées...". Même délicatesse avec les athées : "Pas de lutte contre l'athéisme" (Secrétariat des non-croyants) ; même courtoisie avec les communistes : pour faire court, avec tout le monde, et si une chose qu'ils doivent observer, c'est que nous exagérons, en jouant, en nous donnant, et ce sont eux qui disent : un instant ! et qui nous conditionnent et veulent fixer le prix en premier. "Avant que le communisme ne puisse accepter la rencontre et le dialogue" (c'est leur médecin, Lombardo Radice, qui parle ainsi lors de leur dernier congrès) "nous devrons approfondir quelques thèmes fondamentaux, essentiels : l'école non confessionnelle, le divorce...". Et, pour en revenir aux protestants, nous les avons entendus dire : "Nous avons l'intention de venir à notre secours : de cette façon, vous nous écrasez ! Si peu disposés à rendre la pareille, que nous avons pu entendre ceux qui étaient déjà plus enclins, ceux d'Angleterre, demander dans une lettre publique à l'archevêque de Canterbury que, lors de sa venue à Rome, il prenne soin de ne pas inviter le pape à Londres, s'il se souciait de "l'atmosphère actuelle de charité et de tolérance entre les chrétiens de différentes confessions", c'est-à-dire de cet interconfessionnalisme ou panchristianisme dans lequel leur œcuménisme et le nôtre devraient se résoudre.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 30 Oct 2020, 8:00 am

Se convertir ? C'est exactement ce qui se passe, mais à l'inverse, comme l'a déjà écrit l'actuel archevêque de Milan, Paul VI : "Au lieu d'affirmer ses propres idées face à celles des autres, on accepte celles des autres. On ne se convertit pas, on se laisse convertir. On ne conquiert pas, mais on se rend. Les vieux amis qui sont restés sur le droit chemin sont considérés comme réactionnaires... Les vrais catholiques ne sont considérés que comme ceux qui sont capables de toutes les faiblesses et de tous les compromis". Et que si c'est vrai et combien - disons le ici entre parenthèses, en référence à l'italique - nous, les catholiques de la "langue catholique", les "Romains", nous le savons bien ; "réactionnaires", donc, et en tant que tels méprisés, détestés, combattus par vos milices, au point que, si nous ne l'avions pas pour les honorer, nous devrions envier les athées, les mahométans, les juifs, les hérétiques, les francs-maçons, les marxistes vos vrais frères alors que nous sommes vos demi-frères, les vrais frères séparés, nous sommes - sans nous poser en martyrs, et peut-être, comme nous le faisons ici, en réaction - l'Église du silence, exclue comme elle l'est de toute voix anticonformiste la presse dite catholique, où le De libertate s'applique seulement, et sans limites, à ceux qui veulent se retourner contre nous. .. J'en ai entendu toute la tristesse il y a quelques jours dans une de nos grandes églises, où, pour pouvoir célébrer en latin, un de mes amis prêtres, qui m'accompagnait sur la route, s'était vu accorder un autel au sous-sol, de sorte que personne (c'était un dimanche) ne puisse le voir... et j'ai pensé aux catacombes, tout en me réjouissant à la vue des fidèles qui, pourtant, la nouvelle de cette messe en latin s'est répandue, sont venus en grand nombre et ont assisté ouvertement heureux. (J'ai entendu parmi les autres une dame dire : "Venez, venez, c'est une des vraies)''.)


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 06 Nov 2020, 7:26 am

LA FOI DU CHARBONNIER


Ne vous convertissez pas, a-t-on dit, et ne vous pervertissez pas ; et tolérez, Votre Éminence, que je retourne au front et que je reprenne la transcription, comme si c'était la mienne, de l'opinion d'un théologien déjà mentionnée, que si elle concerne directement le "dialogue" avec le peuple réformé luthérien et sa progéniture, elle s'applique aussi à votre Réforme... C'est la conclusion d'une étude sur les tentatives déjà faites et qui n'ont pas toutes réussi à se remettre du peuple "séparé", de la dispute entre Giovanni Eck et Andrea Carlostadio, en 1519, aux "réunions" à Malines après la guerre, et il dit : "Ces précédents historiques ne permettent pas de s'abandonner à des vues roses au sujet de la réunion des Eglises sur la pierre posée par le Christ... Attendre des dirigeants hérétiques qu'ils descendent de leurs positions laïques m'a toujours semblé une utopie... Il faut attendre avec patience, aussi longtemps que les siècles, les conversions collectives, non pas en les attendant des disputes des théologiens, mais en les impétrant, avec la foi du charbonnier et les larmes de Sainte Monique, de Celui qui tient le cœur des hommes dans ses mains".


La foi du charbonnier et les larmes de Sainte Monique. C'est ce que l'humble prière, la chose fondamentale, essentielle - Nisi Dominus... - parce que l'homme ne travaille pas en vain sur son édifice, je dis sa propre conversion (sans laquelle il serait insensé d'attendre celle des autres) et il ne me semble pas que la "formation spirituelle du peuple" appelée par votre Réforme soit basée sur cela. J'ai dit l'"humble prière" et je l'ai jetée sur l'adjectif parce que sur le nom, elle m'inciterait à douter : La prière reste certainement pour vous aussi, "l'innovateur", la base de notre "formation spirituelle" ; c'est une coïncidence, plus qu'un oubli, que la parole sainte ne soit pas sortie une seule fois de vos lèvres parmi les nombreux dictons et répétitions de cette longue présentation de votre Réforme, et les baies sont certainement pour vous ce qu'un de vos gens m'a dit à ce sujet, c'est-à-dire à l'église, À la messe, après le 7 mars, on ne va plus prier, on va "faire un acte communautaire" (qui, si c'était le cas, je dis, on pourrait aussi bien aller à la taverne, où le pain et le vin ne manquent pas, avec la musique de Sanremo, ou à la maison du peuple, où il n'y a même pas de manque. .. la liturgie de la parole).  Pour vous, l'église est, sauf pour le latin, "domus orationis", maison de prière, et la prière, la prière des prières, est la messe : vous croyez, pour le dire avec Michel-Ange, "aux oraisons", seulement cela, à la différence de lui et du charbonnier, et à l'image de vos églises, vous nous demandez que les prières soient rationnelles : laides, froides, mécaniques - comme tous ces appareils de lumière et de son, leurs auxiliaires, qui obstruent l'espace sacré comme des cabines électriques - mais rationnelles : vous mettez, à la place de l'humilité, l'intellect : "si je ne comprends pas", vous nous faites dire : "je ne prie pas !'' Et ce n'est certainement pas la meilleure façon d'approcher Celui qui a dit : "Merci, Père, car tu as caché ces choses aux sages, aux intellectuels, et tu les as révélées aux enfants.''



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 13 Nov 2020, 12:53 pm

Ce n'est pas ce que les saints nous avaient appris, en se basant sur les livres sacrés et sur leur exemple. "Quondam non cognovi litteraturam introibo in potentias Domini : car je ne connais pas de lettres..." C'est le psalmiste qui le dit, et pour qu'il puisse connaître les lettres ; comment Sainte Thérèse, la grande, qui a préféré, pour son dévouement, pour son profit spirituel, rester ignorante. Plus, écrit-elle, certaines choses me restaient obscures, "plus je les croyais et leur étais dévouée : ... más sign la tenía, y me daba devoción grande... Je ne voulais même pas, bien sûr, et je n'ai interrogé personne : il me suffisait de penser que c'était les choses de Dieu. Et donc, loin de m'en émerveiller, j'avais encore plus de raisons de le louer. Plus ses choses sont difficiles à comprendre pour moi, plus je suis inspiré par son dévouement : ... antes me hacen devoción las cosas dificultosas, y mientras más, más".


On dit, en effet, que "Dieu résiste aux orgueilleux, tout en donnant sa grâce aux humbles", et combien de ces humbles ont servi Dieu pour faire ses grandes choses, à commencer par sa mère "humble servante" et son «père» artisan qui ne comprenait pas, pas même eux, «ce qu'il leur avait dit» dans le Temple! Bernadette Soubirous, comme on le sait, n'était pas un premier prix de la paroisse même en termes de catéchisme, mais Notre-Dame lui apparut, non aux religieuses de ses institutrices qui l'appelaient "citrouille"; et combien «d'intellectuels» ce curé d'Ars a-t-il ramené à Dieu, sans faire appel à l'intellect, qui, faute d'ingéniosité, parce que lui aussi était une «citrouille», avait à peine obtenu de ses supérieurs d'être prêtre ! "Zuccone", c'est ainsi qu'il a été dit aussi, dans une lettre du recteur au curé de San Gregorio, dans la région de Vénétie, un jeune séminariste qu'il a dû convaincre de ne pas retourner au séminaire : et c'était le prêtre Angelo Roncalli, en son temps - et toujours avec ses soixante-dix-huit ans ! - Le pape Jean XXIII... Cher Pape Jean, qui a rappelé au général des Jésuites un humble frère laïc de l'Ordre, le portier du couvent, dont le seul livre était la couronne de chapelet, et qui a dit avec son sourire spirituel et bon enfant : "Hein ? Quand nous serons là-haut aussi, nous devrons lever la tête si haut pour pouvoir la voir, que nous tomberons pour la citrouille ! Et ici, en parlant du chapelet, je me souviens d'un de vos gens, qui dirigeait ou commandait ("Debout !" "A genoux !" "Assis !") une "messe communautaire", et qui s'est interrompu pour ordonner à une dame de ranger "cette chose",


"Si je ne comprends pas, je ne prie pas." C'est un peu l'équivalent du sauf moi vu par Thomas - incrédule, lui, seulement par excès d'amour ! - et l'équivalent être la réponse : "Heureux ceux qui n'ont pas compris, ne comprennent pas, et ont prié et prieront ! Dans nos cimetières reposent, à travers les siècles, des millions et des millions de chrétiens, les mains liées par cette couronne qui a été leur seul livre dans la vie : Cette couronne, cette "chaîne" à laquelle les ressuscités s'attachent, dans le Jugement de Michel-Ange, pour être tirés au ciel, et que Dieu, si la nôtre n'est compatible qu'avec un regret sentimental, que le plus grand nombre de votre livret y puise, qu'une plus grande louange vienne de vos "nouveaux chrétiens" qui sont montés sans "cette chose", dans les "nouvelles églises" en néon, électrifiées, "sans diaphragmes", même sans images sacrées. .. En attendant, nous ne rangerons pas "cette chose", nous réjouissant et plutôt reconnaissant de notre ignorance, nous attachant, pour tout, à ce que le savant des savants, l'auteur de la Somme, a écrit en ceci du chant sacré : "... etsi aliquando non intelligant quae cantantur, intelligunt tamen propter quid cantentur, scilicet ad laudem Dei, et hoc sufficit ad devotionem excitandam : même s'ils ne comprennent pas tout ce qui est chanté, ils comprennent pourquoi on le chante, c'est-à-dire à la louange de Dieu ; et cela suffit à exciter la dévotion".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Mar 15 Déc 2020, 8:11 am

LA JOIE DANS L'ÉGLISE


Vous vous demandez ? Et depuis quand les raisins poussent-ils à partir d'épines ou les figues des tribus ? Au contraire, l'étonnement aurait été le contraire : il aurait été que le retournement (langue et autel) maintenant dit par le frère, à l'aide d'ambos électroniques aux effets à volonté, produirait aussi des effets spirituels : il aurait été que l'intellectualisme, la prière conditionnée par la compréhension serait plus acceptée et répondue que l'humble prière du publicain qui ne savait que se frapper la poitrine et dire ces cinq mots. C'est après la parabole que Jésus a dit : "Celui qui n'a pas accueilli le royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera pas", et l'enfant ne demande pas à comprendre pour croire, encore moins pour prier.


Comprendre ... ! Et vous voulez cela de la part d'un
peuple réputé si peu spirituel qu'il ne comprend pas de ne pas
comprendre ce que Deo gratias signifie en italien (dire en un seul
mot tous les mots des mots "ordinaires", intelligibles, comme on peut
le croire, même depuis les bancs, qui sont en bois) ; et est destiné aux
choses hautes et profondes, à un langage biblique qui, dans son sens
littéral, avec la pérégrination ou l'audace de ses images, génère souvent
les images, suscite souvent bien plus d'étonnement que de ferveur chez
ceux qui oublient que l'objet du culte est Dieu, et non le peuple, et celui
qui lui parle ainsi, avec la poésie et mystérieux langage de l'amour,
l'Église est son Épouse. "À l'heure où l'Épouse de Dieu se lève le
matin pour que son Époux l'aime..."
Ainsi, précisément, en tant que
rencontre quotidienne d'amour entre Dieu et l'Église, le poète-théologien
interprète, à juste titre, la liturgique, et il est donc déplacé de demander
qu'il soit compris (tout, toujours, par tout le monde) :

l'amour est un cœur, pas un cerveau, et son langage,
quand ce n'est pas le silence, c'est le lyrisme.


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Mer 10 Mar 2021, 7:39 am

Ainsi compris, et sous le voile, presque dans l'ombre, du latin,
on ne s'étonne pas de certains passages des textes sacrés - comme
l'amant qui invite l'amant à se lever ou part à sa recherche, dans
l'obscurité, à travers les ruelles de la ville, et demande à se reposer
sur son sein ; comme le roi qui convoite la beauté de sa bien-aimée ;
comme le sein par amour blessé et par amour réparé, et ainsi de
suite, extrait du Cantique des Cantiques - tandis que, le voile enlevé,
compris et présenté de cette autre manière, comme une chose du
peuple que les personnes qui écoutent doivent comprendre et dont
elles doivent se nourrir. ... Je me demande si vous croyez vraiment, si
certains de vos concitoyens croient les paroles que vous avez
prononcées lors de cette conférence. Je me demande, pour ne citer
que quelques autres exemples, d'un autre genre et en dehors de la
traduction (contrairement à ce qui est dit en plaisantant, en
comparant les traductions aux femmes, que les fidèles ont laids, les
belles sont infidèles, vous avez réussi à rendre les vôtres à la fois
infidèles et laides), si ceux qui en sont incapables, je le répète,
(pour l'Eucharistie), "les filles de Judas qui fêtent" (et on pense
au traître qui a été pendu) ; qu'il comprenne et apprenne, à aimer,
à pardonner, en entendant lire "un Dieu terrible", d'un "Dieu
qui demande à Dieu de se venger"
ou au pain suivant pour
"l'ennemi" mais parce que "ce faisant, vous amasserez des
charbons de feu sur sa tête" ;
quand la pitié ne se transforme pas
en hilarité... comme cela m'est arrivé tout à l'heure quand j'étais petit
à cause de la sursaut et de la confusion d'un bon vieux qui, malgré sa
vulgarité, s'était un peu assoupi, aux paroles de l'introït qu'un coup
inattendu du haut-parleur mal réglé fit résonner dans nos têtes :
"Dèstati, pourquoi dormez-vous, Seigneur ? "Asseyez-vous et..."


Il y a beaucoup de passages qui, lorsqu'ils sont traduits, provoquent des
rires plutôt que de la ferveur (quand ils ne dégoûtent pas, et le respect
de la Vierge nous empêche de donner des exemples, tout comme dans
les pays lusophones nous nous sommes trouvés gênés de traduire
"servus Dei" parce que le terme correspondant, "servidor",
est familièrement utilisé pour indiquer un certain objet qui sert dans la
chambre la nuit) et il y a beaucoup de blagues qui ont fleuri dans les
nouveaux textes, comme celle sur le prêtre qui finit, distrait, en
célébrant la messe des jeunes mariés en disant : "Allez à la messe :
la paix est terminée".
Le latin, providentiel aussi pour cela, a ignoré
les inconvénients similaires, bien que prévisibles et prévus, pour le
vulgaire, par ce bon sens dont, comme de bon goût, votre peuple a
dit : "On s'en passera". Le grand De Maistre en avait fait le
dernier de ses nombreux arguments contre la langue vernaculaire.
"Et enfin, écrit-il dans son Du Pape, une langue sujette au
changement est mal adaptée à une Religion immuable. Le mouvement
naturel des choses modifie continuellement les langues vivantes....
La corruption du siècle s'empare chaque jour de certains mots et prend
plaisir à les gâcher. Si l'Église parlait notre langue, il pourrait dépendre
de l'impudence d'un bel esprit pour rendre ridicule ou indécente la
parole la plus sacrée de la liturgie".



Le temps suffirait pour ridiculiser certains mots, les archaïser et les
éliminer de l'usage. Pour juger de ce que seraient de "moderne",
de "langue parlée", de "langue du peuple" les textes
d'aujourd'hui dans un certain temps, ouvrez au hasard les textes de
Pistoia, de Ricci, où l'on lit à profusion des mots de cette époque,
puis "vivants", tels que "imperocché", "imperciocché",
"riconoscichiamo", "deesi", "perlochè", "alloraquando", "venghiamo",
"debbe", "dessi", "accidente"
et autres, dont tout le monde
ressent la fraîcheur...   Par la même loi, et aussi difficile qu'il puisse
paraître de le croire, votre vulgarité sera dans quelque temps
encore plus laide qu'elle ne l'est aujourd'hui, lorsque les rides de la
vieillesse s'ajouteront à sa laideur native. Woronoff que vous
régénérez, que vous rendez, à la joie logique des éditeurs, je ne sais
pas avec quelle édification des fidèles, déjà si ébranlés dans leur
fermeté), et ce sera une nouvelle confirmation des paroles avec
laquelle De Maistre termine sa digression : "Pour toutes les raisons
imaginables, le langage religieux doit rester en dehors des
vicissitudes humaines".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 13 Mar 2021, 8:09 am

LA LANGUE DE LA JEUNESSE


Tel est en effet le latin, la langue qui ne vieillit pas, le sempervirens, la langue toujours jeune des jeunes, qui la font résonner dans les stades, qui la portent avec fierté dans leurs uniformes sportifs. "Iuventus", "Fides", "Robur", "Ignis", "Albor", "Rari nantes", "Excelsior", "Pro Patria", "Virtus", "Libertas" ne sont que quelques-uns des nombreux noms que le sens naturel de la beauté a suggéré aux jeunes d'aujourd'hui et de tous les pays du monde, à la place des noms vulgaires correspondants, pour leurs associations de football, de course à pied, de natation, d'alpinisme, de boxe et ainsi de suite ; la plus récente des automobiles actuellement présentées en Amérique s'appelle, en latin, "Secura" ; et la course à l'espace a étendu bien au-delà de Garamantas et Indos (Virgile), bien au-delà de quodcumque terrarum iacet (Prudentius), le royaume de la "langue catholique", en le lançant hors de la terre, au point le plus éloigné atteint jusqu'ici par le travail de l'homme. Et la Russie, qui en trois mois et demi de course l'a amené sur Vénus, la douce étoile du matin, à cent huit millions de kilomètres de nous, avec son missile appelé Vénus, tellement plus belle qu'elle leur semblait - à eux, aux Russes, qui avaient un nom similaire : "Veniera" ! -pour l'appeler en latin : " admirable lien d'unité " (on dirait avec Pie XI), ici même interastral, autre que " diaphragme " !


Une langue du présent, du passé et de l'avenir, une langue du sport et de la domination, une langue de la science et de la politique. (Nous avons sous les yeux le programme, rédigé en latin, d'un congrès international de médecins qui s'est tenu l'an dernier à Prague, et nous nous souvenons qu'à l'ONU il a été proposé de rédiger le procès-verbal en latin), langue universelle, en un mot, sous toutes les relations, il serait aveugle de ne pas voir dans la langue de Rome la langue prédestinée de l'Église "universelle", et de .... Nous n'osons pas prononcer le mot, pour vouloir le remplacer par "langues", par la Babel des langues, qui divisent et opposent ; et vouloir le faire, cela, aujourd'hui, précisément aujourd'hui que les nations, celles de l'Europe en particulier, aspirent et travaillent à se réunir, à recomposer la tunique de leur ancienne unité, favorisant et bénissant l'Eglise même qui, par la bouche de Paul VI, s'adressait ainsi tout à l'heure aux promoteurs du mouvement européiste : "Vous savez combien l'Eglise voit avec une sympathie toute particulière cette noble intention de fusion... L'évolution spontanée de la vie fait de ce continent une communauté... qui ne demande pas mieux que d'être animée par le même esprit...". Des mots auxquels s'accordent mal les propos de votre conférence : " Quant à l'usage de la langue nationale, nous avons accordé " (pour l'Italie) " quatre langues : le français pour l'armée, et le français pour l'armée de terre ", Val d'Aoste, l'allemand pour le Haut-Adige, le slave pour la Vénétie julienne et l'italien pour tout le reste de l'Italie", et l'on se demande, logiquement, pourquoi pas aussi le sarde, le sicilien et tous les dialectes et langues vernaculaires de la péninsule. (Pour le napolitain, un humoriste a déjà proposé un essai de traduction : "Jatevenne, 'a Messa è fernuta". Je ne vous dirai pas comment j'ai entendu votre "Allez en paix" paraphrasé ici dans ma ville, à Borgo San Frediano. De Maistre avait raison).


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 20 Mar 2021, 8:50 am

Il est vrai que la logique et la commodité, pour les enfants d'une même Mère,
de prier d'une même voix le même Père céleste n'est pas totalement exclue
par vous, si dans un grand journal catholique nous avons pu lire, il y a quelque
temps, ces lignes : " Unis dans la langue commune, tous les participants de
différentes nations ont pu prier ensemble... ". Le souvenir émouvant de cette
union de tant d'hommes qui ne sont plus divisés par la barrière des langues,
mais qui se sont retrouvés frères de la même famille, restera longtemps
imprimé dans le cœur de tous". En effet... ! Seulement cette "langue commune",
admise par vous, et avec tous les honneurs, dans l'église, n'était pas le latin
(comment pouvait-elle l'être, le correspondant n'y avait pas pensé, pour nous
tromper) et ce n'était pas non plus une langue, c'était un jargon artificiel, un
langage-"robot" : c'était l'espéranto, qui en dehors de l'église, dans d'autres
domaines, peut bien avoir sa place et son utilité, mais que là, à la messe, en
lieu et place de la "langue universelle", je connais "simia Dei".


Comme l'espéranto, les portes de l'église se sont ouvertes, elles sont ouvertes
au "jazz", au "twist", à tout sauf au latin. C'est pourquoi, pour le latin, vos
dispositions sont strictes : loin de l'église, loin de la messe, à moins que
l'église ne soit vide, que personne n'entende ou ne voie, c'est-à-dire (vos mots) "
quand le prêtre la dit sans l'assistance du peuple " ; c'est-à-dire (votre répétition) "
pour les messes auxquelles n'assistent pas les Fidèles " (comme si c'était quelque
chose de moins que scandaleux ! Nous avons demandé, en effet - au nom de
cette grande "démocratie", ou "liberté", dont vous nous avez rempli la tête - que
le nouveau rite soit facultatif et vous nous l'avez refusé ; nous avons demandé
que le dimanche, dans les églises où l'on dit le plus de messes (et dans certaines
d'entre elles on en dit, même avec la présence d'étrangers de tous les pays, cinq,
six, sept) au moins une, pendant les heures, soit en latin, et, chose effroyablement
incroyable, cela aussi nous a été refusé !


Incroyable, monstrueusement incroyable, mais pas illogique pour vous, qui avez craint,
accordant, ce que nous espérions, il est vrai, demandant : vous avez craint, comme
nous l'espérions - à cause des conséquences - la confrontation : cette confrontation
dont, excusez l'image, la femme mal acceptée dans la maison, avec une fille à elle,
par les enfants de l'autre, se méfie, alors elle prend soin de retirer de leur vue tout
portrait, tout ce qui pourrait leur rappeler l'autre, leur mère, et leur faire regretter. Il
est humain que tu préfères le tien et qu'il te semble beau, plus beau, même si tout le
monde, vraiment tout le monde, même ceux qui le trouvent "bon", même tes amis,
le trouvent et - "une voix", en cela, avec nous - le déclarent laid.


La différence, en cela, entre votre peuple et nous, c'est que pour eux la beauté ne
vaut pas, ou si peu, qu'ils nous appellent, nous, ceux pour qui elle vaut beaucoup,
des "esthéticiens".


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Lun 13 Sep 2021, 7:21 am

"Esthéticiens" : et ce serait, pour en revenir au culte, un juste reproche si nous ne prenions pas soin, pour l'extérieur, de l'intérieur : si la belle façade nous enchantait là et ne nous incitait pas, en effet, à entrer : si la beauté n'était pas, humainement et spirituellement, une incitation à l'amour... et nous avons vu comment sa beauté a déjà été féconde pour l'Église.

C'est elle, a-t-on dit, qui se représente, représente sa prière,
dans "l'Epouse de Dieu" qui "se lève le matin vers son Epoux
pour qu'il l'aime", et pour qu'il l'aime elle doit être parée :
sicut sponsam ornatam viro suo... La propre fête de l'Église,
celle de la Dédicace, est un hymne à sa beauté : Dotata Patris
gloria... Respersa Sponsi gratia...
Regina formosissima...
et Notre Dame, la Tuttabella, est son image.

"Prier en beauté". C'était la devise de Pie X, qui n'était pas
un "esthéticien" mais un saint ; et pour les amoureux de la
beauté, les artistes, c'était, à travers les mots de Paul VI, la
dernière voix du Concile : "A vous, maintenant, amoureux de
la beauté et qui travaillez pour elle...". L'Église a fait depuis
longtemps une alliance avec vous. Vous avez construit et
décoré ses temples, célébré ses dominations, enrichi sa
liturgie... Aujourd'hui comme hier, l'Église a besoin de vous
et se tourne vers vous... Ce monde dans lequel nous vivons
a besoin de beauté s'il ne veut pas faire naufrage dans le
désespoir. La beauté, comme la vérité, est ce qui insuffle la
joie dans le cœur des hommes, elle est le fruit précieux qui
résiste à l'usure du temps, qui unit les générations et les
rassemble...

Et voici que nous sommes arrivés, je dis au Concile, voici
que nous nous arrêtons, avec les deux grands Papes
auxquels le Concile a fait le plus grand honneur, accueillant
avec les applaudissements universels les plus larges
l'annonce de leur Collaborateur et Successeur qu'il voulait
les élever à la gloire de l'autel : je dis Pie XII et je dis Jean
XXIII... Est-il permis, Votre Éminence, est-il permis, très
excellents évêques, est-il permis, très révérends curés, d'être
d'accord avec eux, je dis avec les serviteurs de Dieu Pie XII
et Jean XXIII ? Nous condamneriez-vous si nous l'étions,
même si vous savez que cela reviendrait à les condamner, et
que vous ne pouvez pas condamner ceux que vous voulez
sanctifier ?


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Dim 26 Sep 2021, 7:11 am

Cher saint pape Jean, comme ils vous ont traité et vous traitent mal sur terre,
pour tant de bien que vous avez mérité ! Je ne parle pas de vos ennemis - les
ennemis de l'Église - qui, avec une hypocrisie perfide et une mauvaise foi
satanique, ont fait de vous un étendard pour attirer les naïfs et les insensés.
Ces "ennemis de l'Église", les communistes, comme vous les avez exactement
appelés et marqués depuis votre premier acte de pape (l'encyclique Ad Petri
Cathedram), qui, "par des promesses trompeuses et des affirmations
mensongères" (ibid.) s'efforcent d'égarer le peuple ; qui "là où ils ont le pouvoir
entre les mains, cherchent par tous les moyens à détruire dans l'âme des
citoyens le bien suprême de la conscience, c'est-à-dire la foi, l'espérance
chrétienne, les enseignements de l'Évangile"
(ibid.) ; ces communistes,
écriviez-vous, "déjà condamnés par nos prédécesseurs, en particulier par Pie XI
et Pie XII, et que nous condamnons également"
(ibid.), "la persécution qui sévit
depuis des décennies dans de nombreux pays, même ceux de l'ancienne
civilisation chrétienne" avec une "barbarie raffinée" contrastant avec "la digne
supériorité des persécutés"
(Mater et Magistra) ; ces communistes "bâtisseurs de
tours de Babel illusoires"
qui "finiront sûrement comme la première", à l'égard
desquels "l'illusion pour beaucoup est grande et la ruine menace", sans excuse
car "ce qui se passe depuis des années au-delà du rideau de fer n'est que trop
connu"
(Radiomessaggio 23 décembre 1958) et les "dialogistes" et les "esprits
ouverts" sont invités à se méfier et à prendre garde aux "ouvriers catholiques"
du "douloureux malentendu". ... que pour réaliser la justice sociale, pour aider
les pauvres, il est nécessaire de s'associer... avec les négateurs de Dieu et les
oppresseurs de la liberté humaine" : un malentendu si douloureux pour vous
que vous en souffrez jusqu'aux larmes: "Notre cœur pleure quand nous pensons
que tant de nos enfants, pourtant droits et honnêtes, se sont laissés entraîner
par de telles théories"
(Discours aux travailleurs chrétiens, 1er mai 1960), et
tout cela et bien plus encore, sans un seul démenti en actes ou en paroles... Ce
n'est pas d'eux que je parle, ce n'est pas des enfants des ténèbres dont la ruse
diabolique peut profiter de la bonté, de la charité d'un saint envers l'errant, en
la faisant passer pour un consentement à l'erreur. Je parle des autres, vos "amis",
dont la dévotion est sincère et acclamée, mais dont l'encens est mêlé, dont les
voix chantent souvent avec celles de ceux-ci, non pas pour votre plus grande joie
ou gloire, ou disons moins de douleur et de ridicule, que ce qui a été fait en vous
dépeignant, dans cette église, en compagnie de ceux-là.... Et terminons cette
digression pour reprendre la route, en demandant à Jean XXIII ce que nous avons
demandé à tous et en particulier au plus vénérable de ses prédécesseurs, Pie XII :
demander, ce qui signifie aussi ici se souvenir, tant la réponse est connue et
solennelle.


C'est le Veterum Sapientia, c'est la Constitution apostolique dédiée au latin : un
acte si important pour son auteur, que pour le signer et le promulguer il a voulu,
dans sa plus grande splendeur, la Basilique Saint-Pierre, en la fête de la Chaire
de Saint-Pierre, le 22 février 1962, quelques mois avant l'ouverture et déjà en
vue du Concile, convoqué "ad Christiani populi unitatem assequendam
onfirmandamque".


Cet honneur exprime l'amour du pape pour l'objet du document, qui est en fait
l'apologie la plus affectueuse, la plus chaleureuse du latin, "langue propre de
l'Église, perpétuellement unie à l'Église".



Résumant et faisant sien ce qui avait été dit de plus élogieux au cours des
siècles par ses prédécesseurs et en particulier par les derniers, Pie XI et Pie XII,
il voit cette langue, ce "loquendi genus pressum, locuples, numerosum,
maiestatis plenum et dignitatis"
, à ses débuts, "quasi quaedam praenuntia aurora
Evangelicae Veritatis", non sans la volonté divine, "non sine consilio divino",
fait
sienne par l'Église, qui "ut quae et nationes omnes complexu suo contineat, et
usque ad consummationem saeculorum sit permansura, sermonem sua natura
requirit universalem, immutabilem, non vulgarem" : donc "quam dicere catholicam
vere possumus", "perpetuo usu consecrata", "thesaurus incomparandae
praestantiae", "vincolum denique peridoneum, quo praesens Ecclesiae aetas cum
superioribus cumque futuris mirifice continetur", langage impartial fait pour
consolider les parties, "cum invidiam non commoveat, singulis gentibus se
aequalem praestet, nullius partibus foveat, omnibus postremo sit grata et amica...".

Et ne pouvant pas tout transcrire, comme on aurait le désir et le plaisir de le faire,
ce "preclarissimo documento", cette "pierre angulaire" (comme dit le Monitor
Ecclesiasticus) de la doctrine de l'Eglise sur le latin, nous passons au manque de
clarté :


"Quibus perspectis atque cogitate perpensis rebus, lesquelles choses mûrement
considérées et pesées, en pleine conscience de Notre office et avec Notre autorité,
certa Nostri muneris conscientia et auctoritate, nous décidons et ordonnons,
statuimus atque praecipimus : Les évêques et les supérieurs majeurs des ordres
religieux.... veillent, avec une sollicitude paternelle caverneuse, à ce que, dans leur
juridiction, aucun "innovateur", ni qui e sua dicione, novarum rerum studiosi,
ARDISCA ÉCRIT CONTRE L'USAGE DU LATIN tant dans l'enseignement des
disciplines sacrées, QUE DANS LES RITES SACRÉS, contra linguam Latinam sive in
altioribus sacris disciplinis tradendis sive in sacris habendis ritibus usurpandam
scribant,
et qu'ils ne tentent pas, dans leur infatuation, de minimiser en cela la
volonté du Siège Apostolique, ou de l'interpréter à leur manière : neve praeiudicata
opinione Apostolicae Sedis voluntatem hac in re extenuent vel perperam interpretentur".

Hein ? Et vous, Votre Éminence ? De votre propre aveu, et en vous vantant, vous êtes,
in hac re, un "innovateur" et quel "innovateur" ! Contre le latin (que vous avez dû
défendre !) vous avez saisi non pas la plume mais le bâton et : - Hors de l'église ! -
Que disons-nous, alors, Votre Éminence ? Car, ici, de deux choses l'une : soit le Pape
(le Pape Jean !) a tort, avec Pie XII, Pie XI et tous ses prédécesseurs, et il ne faut pas
l'écouter, il ne faut pas le sanctifier, il faut même le désavouer, même lui (et vous le
serez, avec conviction, l'avocat du diable", contre lui), comme défenseur du
"diaphragme", comme partisan des "castes" : lui plus que les autres, en tout cas, celui
qui interdit même de discuter, de traiter, d'établir, d'admettre le problème (et on se
souvient du visage dur avec lequel il a dit à certains supérieurs de l'Ordre dans son
audience d'expulser du couvent ceux des leurs qui avaient cette bestiole dans la tête),
ou vous faites une erreur, et nous nous réglerons comme il faut.


Nous espérons que vous ne nous répondrez pas par le relativisme, c'est-à-dire qu'un
acte pontifical et d'un tel pontife, médité et solennel comme le Veterum Sapientia, peut
valoir moins qu'une chanson de Sanremo : que les Pères du Concile, après avoir enterré
l'initiateur du Concile, le pieux Pape Jean, au milieu de tant de larmes, se sont levés de
la crypte pour lui renvoyer, les yeux secs, ce que, encore humide d'encre, il avait laissé
à l'Église "ad perpetuam rei memoriam", avec cette ultime intimation : " Nous voulons,
enfin, et nous ordonnons, en vertu de Notre autorité Apostolique, que ce que Nous avons
décrété, arrêté, promulgué et ordonné par la présente Constitution soit et demeure
ratifié et confirmé, contre toute disposition contraire, si autorisée qu'elle puisse paraître : ... ".
contrariis quibuslibet non obstantibus, etiam peculiari mentione dignis".



L'hypothèse doit être rejetée, car elle est absurde en soi et insultante pour le Concile.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Dim 03 Oct 2021, 7:49 am


Le Concile, en fait, même si le diable a essayé de lui mettre des cornes
et une queue, a été fidèle au Pape Jean, comme le Pape Jean l'a été à
tous ses prédécesseurs, et ce n'est pas sa faute si la législation
liturgique qu'il a émise a été résolue, à travers l'organe exécutif (qui
aurait dû être, et qui sait pourquoi il ne l'a pas été, la Congrégation des
Rites), dans cet instrument de subversion qu'au nom de la piété, de
l'unité, de l'harmonie, de l'art, de la poésie, de la beauté, catholiques et
non-catholiques, croyants et non-croyants détestent.



Loin de bannir le latin - comme le croient communément les prêtres et
les laïcs, qui parlent et parlent de réforme sans que personne n'ait lu
ou vu de loin la Constitution - le Concile le reconfirme comme langue
du culte, en des termes clairs et lapidaires comme ceux-ci (Constitutio
de Sacra Liturgia, article 36) : "LINGUAE LATINAE USUS IN RITIBUS
LATINIS SERVETUR :
L'usage de la langue latine dans les rites latins
doit être préservé". Point et point : RÈGLE, donc ; et le paragraphe
confirme logiquement la règle, en admettant, "Cum tamen", la
possibilité d'exceptions limitées. "Étant donné, toutefois, que [...] il
n'est pas rare, haud raro, que l'usage de la langue vernaculaire puisse
être, exsistere possit, très utile au peuple, il est accordé qu'elle prenne
part, notamment aux lectures et aux monitions, à quelques prières et
chants, in lectionibus et admonitionibus, in nonnullis orationibus et
cantibus...".
 Faculté identique (pas d'obligation ni de
recommandation, mais plutôt répétition des limites) à l'article 3 : "
Dans l'administration des sacrements, il est licite d'utiliser, adhiberi
potest, la langue vernaculaire ". "Sous réserve", "il est permis", "dans
certains", "il est licite..."
. Des exceptions, je le répète, des exceptions
limitées, contre lesquelles la règle est souveraine et générale :
" L'usage de la langue latine, dans les rites latins, doit être conservé ",
et je demande, nous catholiques pour qui l'Église est encore romaine et
non pas felsine, comment on peut abuser de si peu : Au point
d'inverser les choses, de faire de l'exception la règle et de la règle moins l'exception que l'interdiction, l'"exclu pour tous",
la messe tolérée  "quand le prêtre la dit sans l'assistance du peuple", quand "les fidèles
n'assistent pas" mais seulement, donc, les bancs.


Il est vrai qu'une "Instructio ad exsecutionem Constitutionis
de sacra Liturgia recte ordinandam" (une affaire qui vous
appartient, et non au Concile, et dans laquelle le mot recte doit
être compris de manière exactement inverse, comme
instructio vale destructio)
vous a donné le moyen de contourner la règle, c'est-à-dire
réduire à nouveau le latin détesté en étendant la licéité de
la langue vernaculaire à presque toute la messe, mais
même pour cela, vous aviez vous-même posé une condition,
savoir qu'il fallait tenir compte des lieux, "pro
condicione locorum"
, et vous vous êtes dit,
qu'est-ce que j'en sais ? les Hottentots, les Mau-mau, les
Zoulous, les scalpeurs de têtes, on pensait à tout sauf au
pays de Cicéron et de Virgile, le pays où "parler latin" est
encore populairement appelé "parler clair". Au
contraire, alors que là-bas les missionnaires, comme
ils nous l'informent, maintiennent - nécessairement étant
donné le nombre de dialectes et l'impossibilité d'exprimer
certains concepts avec leurs propres mots - la liturgie
latine, nous sommes contraints d'utiliser la langue
vernaculaire, ce qui nous prive de la
possibilité de comprendre, d'arriver à une compréhension,
avec éducation, même les mots du signe de la croix.



Avec instruction, je dis, et cela me rappelle un prêtre, votre dévot,
qui se réjouissait, en se moquant de moi dans un journal toscan,
que maintenant, avec la langue vernaculaire, ses paroissiens ne
diraient plus "mea curpa" en récitant le Confiteor, ce qui n'est pas
rien. Bien sûr, maintenant, s'ils continuent à venir à l'église, ils
diront "mea curpa", je reconnais que le gain valait bien un Conseil ;
mais le bon prieur oubliait que parmi les devoirs d'un curé il y
avait aussi celui d'enseigner, de corriger, de faire le catéchisme, et
ce depuis le Concile de Trente qui, réaffirmant l'importance du
catéchisme, a été une source d'inspiration pour la paroisse.
C'était le cas depuis le Concile de Trente qui, après avoir réaffirmé
l'intransigeance de l'Église à l'égard du latin, ajoutait que les curés
avaient le devoir d'instruire leurs fidèles dans la liturgie de la messe,
"surtout les dimanches et jours de fête". C'est ainsi que les
"vieux prêtres" procédaient et je vous assure, Votre Éminence, que
le fruit était grand, malgré le "diaphragme" et même sans l'ambos....
électronique. Quant au "mea curpa", je dédie au curé toscan ces
mots du curé allemand Schachtner que j'ai trouvés dans une revue de
là-bas, le Klerusblatt : "A notre époque où chacun de vos auditeurs
comprend une quantité de termes techniques, nous pouvons aussi
attendre de nos fidèles, déjà si ouverts, une certaine connaissance du
latin",
et s'il le dit, un allemand, pour les Allemands... Je parie que
les paysans de mon bon prieur savent très bien ce que signifient des
mots comme " boxe ", " ring ", " derby ", " match ", " sprint ", " forcing ",
" goo kart ", " juke box "
et tant d'autres... et ils penseront qu'ils en
demandent trop s'ils demandent à savoir - eux, les Italiens ! - ce que
signifient "Confiteor", "Gloria", "Credo", "Sanctus", "Pater noster" et
caetera et caetera ? Oh, allez ! Nous voulons nous estimer comme des
ânes et nous traiter comme de la paille, mais vous exagérez et qui sait
ce qui se passera un jour ou l'autre, l'odeur du pré (réveillée par
vous-mêmes avec ces quelques petits mots, ici et là, juste pour vous et
toujours "en gentlemen") ne nous fera pas tirer la corde et fuir... Je sais
ce que je dis, Éminence : on ne peut pas trop compter à la longue sur
une obéissance comme celle du paysan qui me disait, immédiatement
après le 7 mars : "Pour moi, à vrai dire, j'aimais la messe autant qu'avant,
mais à l'église le prêtre commande et je fais ce qu'il veut : s'il veut que je
danse, peut-être, je danse, s'il veut que je siffle, je siffle, s'il veut que je
chante Celentano, je chante...".



Je l'ai revu, ce paysan, qui avait déjà été mon choriste dans une paroisse
de campagne, et il est revenu et, sur un ton complètement différent, il
m'a dit : "Eh bien, si telle est maintenant la volonté de ceux qui nous
commandent...". Mais... comme elles étaient belles nos messes...
chantée !"


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Lun 11 Oct 2021, 7:01 am

"IN GRATIA CANTANTES DEO"

DALLA «MISSA PAPAE MARCELLI»



Comme elles étaient belles nos messes chantées ! Et il y avait tant
de regret dans ces mots qu'ils m'ont rappelé la Super flumina
Babylonis
... avec la différence que les "Babyloniens" ici ne nous
demandent pas mais nous interdisent de chanter nos chants, les
"chants de Sion", nous imposant de chanter les leurs ou de nous
taire.

Babylone, ici, par traduction, c'est Bologne, la Bologne liturgique
personnifiée par votre Eminence, qui, malheureusement, en tant
que "guide diocésain" (Bononia locuta est), docet, est l'école,
même en cela, de toutes les autres, qui vous suivent simplement
et quete comme les moutons de Dante et font ou feront ce qui se
fait là, sans du tout se demander "lo 'mperché" (pourquoi) ou si ce
qui est fait là est fait, en se souvenant vaguement d'une certaine
Constitutio de sacra Liturgia votée par les évêques au Concile et qui
comporte un chapitre, le chapitre VI, consacré au chant, précisément
intitulé De Musica sacra.



Il se compose de dix articles, sur la base desquels... il faut
reconnaître que la colombe sacrée a plané à Saint-Pierre, pendant
les travaux sacrés, tenant à distance l'intrus, déchaîné comme on dit
ad perditionem animarum....
Je dis "doit", car au Conseil, les
"innovateurs" entendaient que la musique sacrée subisse le sort déjà
rêvé pour le latin. La preuve en est qu'aucun musicien n'a été appelé
à faire partie de la commission préparatoire, soit en raison de sa
valeur personnelle, soit en raison de la haute fonction qu'il occupait
dans le domaine, comme dans une conférence pour le public soins de
santé était superflu d'inviter les médecins, même s'il y avait des
médecins plutôt connus. Cela a semblé absurde à certains, et après
avoir demandé pourquoi ces exclusions avaient été faites, il n'a pas
manqué d'entendre des "innovateurs" qui, sans aucune considération,
ont dit : pour leurs idées, qui ne sont pas "nos idées". En effet.



Mais malgré le mauvais départ, malgré l'ostracisme dont ont fait
l'objet la compétence et le talent, malgré les intentions et les efforts
pour rendre le chant grégorien et la polyphonie "ci-devant", le
subversivisme n'a pas gagné, pas même en cela : comme déjà pour le
latin, pour la Musique le Concile a dit : "SERVITEUR : qu'elle soit
conservée", et le premier des dix articles qui lui sont consacrés l'exalte,
l'accueillant du passé pour le présent et l'avenir, comme un trésor de
prix incalculable, indéclinable et inaliénable pour l'Église : "Musica
traditio Ecclesiae universae thesaurum constituit pretii inaestimabilis... :
la tradition musicale de l'Église constitue un patrimoine d'une valeur
inestimable, qui excelle parmi les autres expressions de l'art...".
Cet
éloge est renouvelé lorsque nous passons à l'affirmation claire et
résolue : " Thesaurus Musicae sacrae SUMMA CURA SERVETUR et
foveatur... ". Le trésor de la musique sacrée doit être préservé et
augmenté avec grand soin", et à cette fin "les Scholae cantorum
doivent être promus avec un grand engagement... la formation et la
pratique musicale, praxis musica, doivent être prises en charge dans
les séminaires, les noviciats et les étudiantes",
et ainsi de suite.



Parmi les genres de musique sacrée, le chant grégorien occupe
logiquement la première place : "Ecclesia cantum gregorianum
agnoscit ut liturgiae romanae proprium : l'Église reconnaît le
chant grégorien comme le chant propre de la liturgie romaine et
souhaite donc qu'il ait la place principale dans les actions
liturgiques". Aux côtés de, mieux qu'après, la polyphonie sacrée :
"Alia genera Musicae sacrae, praesertim vero polyphonia, in
celebrandis divinis Officiis minime excluduntur" ; et combien cette
comitance (pour les besoins de "prier en beauté"
: Pie X) était
au cœur de l'Église, Paul VI a dit aux trois mille jeunes Français qui
l'avaient ému en chantant une messe pontificale en polyphonie
grégorienne et en latin sacré à Saint-Pierre : "Peut-être que certains
d'entre vous s'inquiètent de l'application future de la Constitution sur
la Sainte Liturgie... Qu'ils relisent les pages de cet admirable texte
concernant le chant liturgique, et en particulier les mots : "Que le
trésor de la musique sacrée soit conservé et augmenté avec le plus
grand soin, et nous pensons qu'ils seront pleinement rassurés".


En effet, nous avions le droit de le faire ; mais qu'importe le droit dans la période de "fierté et de bouleversement" que nous traversons et qui rappelle les tristes paroles de Matatia ? Ayant été vaincus à Saint-Pierre, les "novateurs" ont Saint-Pierre pour se rattraper, et ils se rattraperont, là aussi, en interdisant ce qui y était ordonné, en ordonnant ce qui y était interdit.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Dim 17 Oct 2021, 9:27 am

À LA "MASSE DES PICCHIATELLI"


Je me réfère, Éminence, à votre ordonnance de novembre, pour
laquelle, "à la place de la messe en grégorien", vous
prescrivez - et avec rigueur : comme celle que "toutes les
communautés paroissiales doivent apprendre" et que "dans les
messes pontificales, elle doit être la seule à être exécutée" - une
messe en italien, appelée "Vatican II" mais qui, du nom de son
auteur, Luigi Picchi, est communément appelée "dei picchiatelli" :
un nom dont je ne sais pas s'il est approprié à son mérite, mais
certainement à sa prétention de se rattacher au Concile et de
chasser tous les autres du chœur comme "le seul à être exécuté".



Je ne l'ai pas entendu, en fait, et je ne suis pas en mesure de
juger : Je sais seulement qu'un de vos prêtres, étant à l'église
pour son devoir paroissial, pendant qu'un de ses aumôniers la
célébrait, à un certain moment, que ce soit le Gloria ou le
Credo,
s'est retiré, parce qu'il ne pouvait pas rester, et n'est
revenu qu'à la fin ; et en vérité, si votre peuple, qui a aimé et
aime ces textes, l'a aimé, il ne peut qu'être laid et fort, qu'il soit
ou non comme il a semblé à un catholique et musicologue qui
n'est pas votre ami, Marino Sanarica, à qui il a dicté ces
considérations, bien que d'ordre général, dans une revue :
"Les noirs, au fond, sont toujours des psychiques, sans culture,
qu'ils soient laïcs ou prêtres, pour qu'ils puissent se permettre, à
l'église, même des fantasmes et des danses du ventre. Mais le
pire arrive quand les blancs cyanos, progressistes et prêts à se
laisser avaler par la sous-culture, au siècle de la technique
musicale la plus étonnante et des arrangements les plus
fascinants, que même les masses sans études musicales
apprécient et aiment, imposent au peuple chrétien des trucs qui
n'ont le goût de rien : ni de la matière ni de l'esprit... Et le peuple
fidèle devra s'en accommoder, parce que c'est ce que le
responsable de la réforme liturgique a ordonné : ordonné et
imposé !".



Sans le juger sur ses mérites, mais seulement comme une
"allotropie du latin", de nombreux journaux (vous comprenez,
les "non-catholiques", que les "catholiques" ont raison de louer
toujours) en ont parlé avec indignation, se plaignant aussi de
cet outrage à la constitution liturgique, et j'en cite un seul, qui
est imprimé près de chez nous, dans lequel notre Pieraccioni
s'émerveille, entre autres choses aimables : " Est-il possible
d'enterrer par une simple circulaire - qui, dans ce cas, est tout
le contraire de ce que le Magistère de l'Église, cette fois même
le Concile œcuménique, a sanctionné et établi - des traditions
millénaires de musique sacrée, qui sont une véritable gloire
dans l'histoire de l'Église ? ". La solennité du chant grégorien,
le chant le plus beau et le plus inspiré de tous les temps, écrit
par des auteurs qui composaient à genoux, riche en foi et en
sensibilité religieuse, des mélodies qui émeuvent encore
l'auditeur.  Et toutes les autres musiques polyphoniques,
reconnues à juste titre par l'Église, des messes de Palestrina à
celles de Perosi... ? Est-ce vraiment quelque chose pour distraire
les fidèles, quelque chose pour les antiquaires ? Voulez-vous
vraiment continuer à céder (ce qui est alors un manque de sens
historique, dont les personnes qui sont dans les églises ne
devraient pas manquer) à ce paupérisme ou à ce "primitivisme"
anachronique de très mauvais goût, qui est à l'opposé de ce que
la Constitution liturgique, comme le Pontife le répète depuis
quelques mois dans ses discours, avait établi et prescrit
clairement ?"


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Jeu 21 Oct 2021, 7:30 am

La grâce réelle consiste donc à la fois
d'une illumination de l'esprit et d'un
déplacement de lavolonté. C'est
pourquoi notre catéchisme la définit
comme l'aide de Dieu qui éclaire notre
esprit et pousse notre volonté à fuir
le mal et à faire le bien. De là,
l'importance de la grâce actuelle pour
le salut éternel. Toute personne qui
prend la vie au sérieux et cherche à
atteindre le but pour lequel elle a été
créée apprécient la valeur de la grâce
actuelle et prient continuellement pour
l'obtenir.

 
 
Disons avec le Psalmiste : " Donne-moi
de l'intelligence et j'examinerai ta loi,
et je la garderai de tout mon cœur.
Conduis-moi dans le chemin de tes
commandements, car c'est ce que j'ai
désiré. Incline mon cœur à tes
témoignages et non à la convoitise."
1

 
 
Le péché de nos premiers parents n'a
pas supprimé notre compréhension,
mais l'a affaiblie. Cette faiblesse de
l'intelligence et de la volonté,
conséquence du péché originel, nous
a été transmise. Nous pouvons
encore comprendre les choses de la
nature, mais nous ne pouvons pas
connaître par nous-mêmes les vérités
qui concernent notre salut éternel ;

ceux-ci, Dieu nous les a fait connaître
par révélation ; pour les connaître,
nous avons besoin de l'aide de Dieu.
C'est pour cela que le Psalmiste prie,
quand il dit : " Donne-moi l'intelligence ",
c'est-à-dire donne-moi une juste
intelligence pour savoir ce que je dois
faire pour être heureux à jamais.
" Conduis-moi dans le chemin de tes
commandements "
afin que je puisse
les observer. L'homme est fait pour
le ciel, et Dieu a implanté un fort désir
de bonheur dans son cœur.
Cependant, il doit connaître le
chemin qui mène vers le bonheur,
ce qu'il ne peut savoir que si Dieu
ne le lui indique pas.

La grâce de Dieu est la lumière
qui le conduit dans le chemin
des commandements de Dieu.

"Incline mon cœur vers tes
témoignages et non vers la convoitise".

En raison du péché originel, l'homme
dès sa jeunesse est plus enclin au mal
qu'au bien. Si Dieu ne nous donne pas
son aide, nous ne pouvons pas
surmonter ce mauvais penchant. C'est
pourquoi nous prions Dieu d'agir sur
notre cœur et de le pousser à ne pas
courir après les choses des sens, mais
à rechercher plutôt les choses que
Dieu nous a fait connaître et promises,
c'est-à-dire - Ses témoignages.

 
 
1 Psalm 118. 34-36.
 

A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 23 Oct 2021, 8:11 am

COQS EN CHAPONS


Pauvres gens, pauvres nous, heureux et fiers déjà d'une Église que nous avons connue et aimée Noémi, et, après être passée entre vos mains, voilà que Mara nous revient, gémissant comme la femme de Bethléem : "Ne m'appelez plus belle, appelez-moi bien-aimée, remplie comme je le suis d'amertume et réduite à la misère !"


"Prier dans la laideur. Il semble que ce soit votre entreprise, par opposition à celle de Saint Pie X : " Prier en beauté " ; et il faut être certain, comme nous, que votre fanatisme, votre fureur iconoclaste est d'intention juste, brûlant du zèle le plus pur et le plus apostolique pour le bien, pour croire que la secte, la franc-maçonnerie, n'y a pas mis la main, ne vous a pas donné la main, conformément à ce qu'elle a fait dans le passé en composant et en répandant certaines " prières " et certaines " images saintes " faites pour discréditer, par leur mauvais goût, la piété et la vertu. C'est pour cette raison - cohérent en tout, dans votre antipathie pour la beauté - que vous vous en êtes pris au chant, la plus belle expression de la prière, en imposant une réforme, une opération, en la matière, du type de celles qui transforment les coqs en chapons : exit la crête, exit les caroncules, exit ces artifices, et place aux poules et aux canards, sans ces accessoires qui sentent le "triomphalisme", l'"esthétisme", et ne vont pas, dans une "assemblée communautaire". ... même si, à l'une de ces voix, ceux qui avaient renié le Maître ont haleté et pleuré : même si la liturgie exalte le coq, pour ce que vaut son chant : " Gallus iacentes excitat... ". Gallus negantes arguit... Gallus canente spes redit..."


Nous ne nions pas non plus que les poules, les canards et les oies,
comme les corbeaux et les corneilles, n'aient leur part et leur
importance dans la polyphonie de la création. Nous souhaitons
seulement, ou nous souhaiterions, que les coqs, les rossignols, les
pinsons, les faucons et les alouettes ne soient pas bannis du chant
des louanges divines, en leur reprochant d'avoir reçu de Dieu une
luette plus variée et une voix plus belle.



Voilà où nous en sommes, et cela paraîtra incroyable, monstrueux,
à ceux qui viendront après nous : avec le même mépris insensé
avec lequel ils ont parlé (parlé, n'étant pas capables d'utiliser la
TNT ou d'avoir un tremblement de terre local) contre Michel-Ange,
Arnolfo, Bernini, auteurs d'"églises non fonctionnelles", ils ont
procédé contre un Palestrina, un Victoria, un Bach, un Händel, un
Perosi (sans mentionner certains des nombreux grands qui ont avec
leurs notes, "ex auditu", élevé les âmes à Dieu plus efficacement
que n'importe quelle parole) en leur ordonnant de "sortir de l'église"
pour donner leur place à . .. à un Luigi Picchi, que je ne connais pas,
je le répète, mais qui, je crois, n'est pas flatté par le jeu que l'on
joue sur son nom, pour dire d'où vous nous avez menés en matière
de musique sacrée : de la Missa Papae Marcelli à la Messe des
picchiatelli.


A suivre...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 29 Oct 2021, 8:07 am

Je l'ai réentendue, il y a quelques mois, à Rome, chantée par les "Ambrosian Singers"
de Londres, je l'ai réentendue à Florence, dans la stupéfiante représentation de la
Chapelle Sixtine, cette Missa Papae Marcelli, vieille de presque cinq siècles, et j'ai
senti dans mon âme et j'ai lu dans les yeux des autres qui m'écoutaient, catholiques
et protestants, comment Paul VI, recevant en janvier de l'année dernière l'ensemble
de la "Deutsche Oper" de Berlin, pouvait parler de la musique religieuse comme d'un
ambassadeur du Christ. En effet ! " Ils ne veulent pas lire l'Évangile et je le leur
fais connaître en musique " : ainsi Perosi, et ceux qui rapportent ses propos - Armando
Dadò, un qui a chanté dans son chœur - ajoutent : " La foule anonyme et profane qui
écoute ses œuvres a toujours subi inconsciemment ce piège sublime, au point que
certaines conversions au catholicisme ont été un produit de sa musique ".



Beauté sanctifiante", dirons-nous donc avec les mots d'une poétesse française, Marie
Noél,
qui demande, en pleurant aussi, les ravages que vous, les "clercs novateurs",
partisans d'une religion verbeuse, "une religíon discoureuse", avez causés à ce que
l'art, fille de Dieu, avait créé à sa louange : "Ces réformateurs - calvinistes tardifs -
ont-ils jamais réfléchi au Don, fait aux foules, de cette liturgie catholique grâce à
laquelle l'Église militante, sur son chemin terrestre, touche parfois les premiers pas
radieux de l'Église triomphante et goûte un instant au ciel ? Le don de l'Église au
peuple, qui le comprend bien ? La richesse liturgique multiple, l'appel entre ciel et
terre du Rorate de l'Avent, sa sublime aspiration désolée et consolée ; le Gloria, le
laus en marche et verdoyant du dimanche des Rameaux ; l'Exsultet de la Veillée
pascale ;  le grand Alléluia de Pâques dans la jubilation des cloches ; le
gémissement de l'au-delà de l'Office des morts, son Dies irae terrifiant et suppliant ;
le Parce, Domine, implorant les calamités publiques ; le Te Deum éblouissant et
surhumain des actions de grâce épiques. L'Eglise catholique donne toute cette
magnificence chantée au peuple, dans l'égalité incomparable de sa charité universelle,
au roi comme au plus petit de ses enfants, au premier mort qui entre, au premier
mendiant qui passe...".
L'égalité, autre que le "communautarisme" ! mais l'égalité en
haut, nous revenons à dire avec la poétesse, qui ajoute : "Les paroles tant répétées
de Veni Creator, Miserere, De Profundis, Magnificat, Te Deum, etc. étaient devenues
nos richesses familières, grâce à la magnificence de l'Église catholique, dont la prière
séculaire la prière profane élève et valorise, à leur insu, les humbles plutôt que les
donneurs de leçons. et les discours de tous les temps et de tous les lieux".



La musique sacrée y a une place et une primauté que seuls les sourds peuvent
ignorer. " Si l'Art ", écrit un musicien distingué, " est un don de Dieu à l'humanité, l'artiste est comme un instrument qui opère, parfois inconsciemment, en dehors et
au-dessus de tout raisonnement intellectuel et va là où personne d'autre ne peut aller ". La liturgie de
l'Église a trouvé son âme dans le chant et la musique. Certains hymnes festifs ou certains versets très
tristes reçoivent leur caractérisation la plus évidente et immédiate de la musique. Qui ne reconnaîtrait
pas la joie qui jaillit du répertoire, tant grégorien que polyphonique, que les musiciens ont préparé au
fil des siècles pour les fêtes de Pâques ? Les premières notes du Kyrie du samedi soir saint suffiraient !
Ou la magnifique séquence de Pâques, ou le serein Sicut cervus de Palestrina pour la bénédiction des
fonts baptismaux, ou le sublime offertoire Terra tremuit avec le tremblant Alleluja... Qui ne reconnaîtrait
pas l'intensité des chants grégoriens de la liturgie du Vendredi saint pour le dévoilement et l'adoration de
la Croix, tels qu'ils nous ont été transmis à travers les siècles, ou de l'immortelle Improperia
palestrinienne ? Et nous pourrions continuer ainsi, et nous devrions parler des chants de l'Avent, de la
liturgie des morts, etc. J'insiste sur la Semaine Sainte parce qu'elle a eu une telle interprétation dans la
musique liturgique qu'elle constitue en soi un monument de beauté universelle".



La Semaine Sainte ... ! Et les souvenirs et les comparaisons me font toujours pleurer.



A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Mer 03 Nov 2021, 6:43 am

SOUVENIRS D'UN CHANTRE D'ÉGLISE


J'ai assisté à une partie de la dernière, dans la paroisse dont j'ai parlé précédemment, et .....
et il n'était pas nécessaire de dépouiller les autels, il n'était pas nécessaire de voir à
découvert, dans toute sa laideur, le cintre sur lequel, derrière l'autel, le pauvre Jésus est
obligé de descendre chaque jour, pour ressentir toute la tristesse de l'heure, je veux dire
de l'heure ou de l'ère liturgique que vous appelez. L'église à moitié vide et les insultes du
curé contre les gens du peuple qui ne prêtent pas la main ou le pied (pour rassembler les
douze) ne suffisent pas à l'aider. un pied (pour rassembler les douze de la "lavande"),
accentuait la différence avec les autres années, où, avec un chœur complet et des allées
pleines, tout le monde participait avec ses lèvres et son cœur, en chantant et en écoutant
ces cérémonies, ces Matines, ces Lamentations en chant fixe, ce Miserere à quatre voix, ce
Vexilla, ce Stabat Mater solennel, qui vous émouvaient, vous faisaient vraiment "lugere",
pleurer, plus que n'importe quelle "liturgie de la parole" ou sermon sur la Passion.



Faire partie de la chorale était alors, à la campagne, un honneur convoité (chaque paroisse
avait la sienne et en était fière), pour lequel on ne faisait aucun sacrifice, il ne coûtait rien
de se rendre à l'église le soir pour les répétitions, même s'il neigeait ou qu'il pleuvait à
torrents, ou que l'on avait les os brisés par la fatigue, ou que l'on devait reporter le
rendez-vous avec la jeune fille, si elle n'était pas aussi membre de la chorale ou l'un des
chanteurs.... Comme elles étaient belles nos messes chantées ! A la sortie de l'église, les
gens étaient enthousiastes, célébrant leurs chanteurs : "Bravo ! Bravo ! Bravo !" et la fête,
c'est aussi la plaisanterie avec laquelle certains ont commenté l'attelle qui aurait pu
s'échapper, parlant d'une chapelle désaccordée... Ces applaudissements des gens du peuple
étaient tout leur mérite, avec en plus un repas chez le curé le dimanche des Rameaux
(au début, donc, de la Grande Semaine : Hebdomada Maior, pour eux aussi, je veux dire pour
leurs voix), un verre de vin de temps en temps, à la fin des offices du soir, et, ce qui était
vraiment nécessaire, une messe des morts chantée par les compagnons qui restaient, pour le
compagnon qui était monté là-haut pour chanter.... Moi aussi j'attends, en tant qu'ancien
chantre de mon église, cette messe in die obitus, et qu'elle soit (je compte bien parler ici, à mes anciens compagnons, et dans l'espoir que le soleil sera déjà levé quand je me coucherai) la même que celle que nous avons chantée pour les autres qui nos praecesserunt.... Je vous en conjure, mes amis, pour tout ce qu'il y a de sublime (cette séquence ! cette préface !) que je voudrais entendre sur mon cercueil, et pour tout ce qu'il y a de grotesque et de disgracieux que je ne voudrais pas entendre : parce que..... après avoir tant de fois frémi, salutairement frémi, avec le grégorien ou avec Perosi, au sens et à la sonorité de ce vers, de ces rimes glaciales en urus :
" Quid sum, miser, tune dicturus, quem patronum rogaturus, cum vix iustus sit securus ? '' ne me touche pas, là, de me voir parodier ou parodiant l'acte de ceux qui, la liste en main, se demandent qui appeler pour défendre sa cause : " Dans ma misère que dirai-je ? ". Quel avocat vais-je invoquer, si le juste n'est guère en sécurité ? " (et malheur à moi, en effet, si dans la réalité il devait se passer comme dans la " traduction ", où le " vix " se référant à " securus " au lieu de " iustus " fait croire qu'il ne suffit pas d'être juste pour être sauvé, et qui donc sera jamais sauvé ? ) Comme je n'aimerais pas, né, vécu et mort en fidèle catholique, parler, dans le cercueil, en hérétique, en calviniste, disant à Dieu, à la justice miséricordieuse duquel j'avais cru : "Ô Roi d'une terrible majesté, sauvez qui vous voulez, par votre don" etc. etc. : des choses à faire dresser les cheveux sur la tête, je parle ici de la traduction, non du jugement, et ce ne sont que deux petites fleurs cueillies au hasard dans le bois, sur lesquelles la grammaire et le catéchisme versent leurs larmes en se demandant qui a le plus raison.

Comme elles étaient belles nos messes chantées ! Comme ils nous ont émus, nous le "peuple
authentique", comme ils nous ont fait croire et aimer et espérer, comme ils nous ont fait goûter au ciel ces Kyrie, ces Gloria, ces Credo, ces séquences, écrits "par des auteurs qui composaient à  genoux" et nous ont donc fait nous agenouiller... ! La comparaison ravive en nous l'admiration et le  regret, quand la nausée et l'indignation ne l'emportent pas...  J'ai entendu tout à l'heure une de ces  merveilleuses séquences "déclamées" dans votre texte (la Lauda, Sion, le sublime catéchisme eucharistique que saint Thomas a composé, mots et notes, "à genoux" et goûte pour nous des genêts, des haies fleuries, des champs hérissés, des cloches déliées, des robes, des lumières, des chants de fête...) : la grandiose fête joyeuse de Corpusdomini) et j'ai lutté pour ne pas fuir ou m'approcher du tacot et faire ce que Dante a fait avec les outils du forgeron qui a gâché ses choses, ses vers...
Je me demandais tout à l'heure si les ennemis de l'Église ne vous avaient pas, pour leurs propres fins, donné un coup de main dans la préparation des textes qui portent, autographes et solennels, votre Imprimatur ; et qui ne s'étonnerait pas de ces " strophes " que saint Thomas me pardonnera de transcrire (en choisissant les fleurs) à côté des siennes, ne serait-ce que pour comprendre, avec son latin, le sens de l'italien ?


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Sam 06 Nov 2021, 10:42 am

Quantum potes, tantum aude : quia maior omni laude, nec laudare sufficis. - Soyez aussi audacieux que possible : il dépasse toute louange, il n'y a pas de chanson digne de lui.

Laudis thema specialis, panis vivus et vitalis, hodie proponitur. - Le pain vivant, qui donne la vie : voilà le thème de votre chant, l'objet de la louange.

Sit laus plena, sit sonora, sit iucunda, sit decora mentis iubilatio. - Que la louange pleine et retentissante, la joie noble et sereine coulent de l'esprit.

In hac mensa novi Regis, novum Pascha novae legis, phase vetus terminat. - C'est le banquet du nouveau Roi, une nouvelle Pâque, une nouvelle loi, et l'ancienne a pris fin.

Vetustatem novitas, umbram fugat veritas, noctem lux eliminat. - Le rite ancien cède la place au nouveau, la réalité dissipe l'ombre : la lumière, et non plus les ténèbres.

Quod in coena Christus gessit faciendum hoc expressit in sui memoriam. - Le Christ laisse dans sa mémoire ce qu'il a fait au cours du repas : nous le renouvelons.

Doctis socris institutis, panem, vinum in salutis consecramus hostiam. - En obéissant à son commandement, nous consacrons le pain et le vin, l'hostie du salut.

Sub diversis speciebus, signis tantum et non rebus, latent res eximiae. - Ce qui apparaît est un signe ; il cache des réalités sublimes dans le mystère.

Caro cibus, sanguis potus : manet tamen Christur totus sub utraque specie. - Mangez de la chair, buvez du sang : mais le Christ reste entier dans chaque espèce.

Sumit unus, sumunt mille quantum isti, tantum ille, nec sumptus consumitur. - Qu'ils soient un, qu'ils soient mille, ils le reçoivent tous : jamais il n'est consumé.

Sumunt boni, sumunt mali : sorte tamen inaequali, vitae vel interitus - Les bons s'en vont, les méchants s'en vont ; mais leur sort est différent, la vie ou la mort provoque.

Ecce panis Angelorum, factus cibus viatorum, vere panis filiorum ; non mittendus canibus... - Voici le pain des anges, le pain des pèlerins, le vrai pain des fils :, à ne pas jeter aux chiens.....



Les chiens, bien sûr, s'enfuiraient - comme je pense l'avoir déjà écrit à l'un
de vos collaborateurs...
- d'entendre ces "versets" jetés à la figure, révulsifs pour les cannibales
("Vous manger de la viande, boire du sang..."), même s'ils ont l'estomac solide.  
Et le miracle n'est pas que de telles choses aient été écrites
(Nil admirari ! disait Horace) : Le miracle est qu'il y a, parmi les prêtres,
peut-être même parmi les évêques, ceux qui ont la force de les dire.


Dites-les, déclamez-les, comme vous le suggérez, dans l'attente et non dans
l'impossibilité, pour vous, de les chanter, et qui sait, nous y sommes peut-être
déjà parvenus, peut-être avec les notes mêmes de Saint Thomas ! "Soyez
aussi audacieux que vous le pouvez",
et de voir ce qui a été fait, ce qui est en
train d'être fait, ce qui au nom de la Réforme il est destiné à faire dans tous les
domaines, il nous semble qu'il s'agit de la prestation et de la mesure que vous
avez donné à juste titre à votre audace, à vos gardes du corps en la mettant
en œuvre.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Lun 08 Nov 2021, 6:41 am

"USQUEQUO, DOMINE ?"


" Soyez aussi audacieux que possible " : ne laissez pas les scrupules
doctrinaux ou disciplinaires ou sentimentaux vous empêcher de
détruire et " d'innover " ; pas les lois des papes ou des conciles, pas
l'autorité de la tradition, pas la révérence des saints, pas l'amour du
christianisme, pas l'attachement du peuple, pas l'envie de ceux qui
n'ont pas et voudraient avoir, pas le respect de l'art, de la poésie, de
la logique et de la syntaxe. " Soyez aussi audacieux que vous le
pouvez "
, et autant les siècles ont rivalisé pour faire paraître plus
belle la " fiancée de Dieu ", dans ses demeures, dans ses vêtements,
dans ses chants, autant vous mettez cela sur le compte du luxe et du
gaspillage : ut quid perditio haec ? et les reprendre : l'appauvrir, la
vulgariser, la prolétariser, lui enlever son manteau de reine et la
mettre en costume, sans craindre l'accusation de catharisme, sans
rejeter l'éloge marxiste des "énormes changements", de "l'abandon
du triomphalisme"
, de "l'esprit constantinien" dont ceux
(Lombardo Radice) nous font déjà crédit et reconnaissance.



"Soyez aussi audacieux que vous le pouvez" : et par la porte par
laquelle le latin, le grégorien et la musique ont été expulsés, le jargon
de la place est entré, la cacophonie est entrée, unie et sonore, des
messes hybrides, des messes amphibies, des messes en espéranto,
des messes en "jazz", en "yè-yè", en "twist", des messes au son du
tam-tam, de la mandoline, de la guitare, les messes Puig, à Paris et à
Rome, accompagnées ou plutôt bruyamment accompagnées de
vibraphones, de tambours et de par les rires de la partie du public
(qui veut encore dire "des fidèles" ?) qui ne s'est pas enfuie en hurlant
devant la profanation du rite et du lieu sacré... Là où nous étions
arrivés, nous pensions que cela suffisait, en termes d'audace : que le
carnaval liturgique, que la moquerie, la profanation du rite et du lieu
sacré avaient atteint leur paroxysme : que la Messe-prétest, la
Messe-clé de toutes les " expériences " auxquelles la Réforme a cédé
ne pouvait plus tenir, et nous avions tort : il y avait encore, à Rome, à
l'ombre de Saint-Pierre, conçue par des amis religieux à vous
(non célébrés, il faut le dire : seulement répétées), la "Beat Mass" ou
''des Capelloni" ou "des Urlatori" (ceux qui y ont assisté et nous en ont
parlé hésitaient entre les dénominations de "maison de fous" et de
"bordel"), avec des textes liturgiques, dont le Pater, modifiés, "adaptés
à leurs instruments",
des guitares électriques, des tambours, des
amplificateurs électroniques au registre le plus élevé, sur la "musique"
d'un compositeur de films, "non pas sacrée mais profane", et avec
l'aide de jeunes filles "en robes Courrèges" et de jeunes femmes en
"costumes op", qui les rythmaient par des contorsions
" produisant, entre elles et le public, un vacarme qui, au rythme du
shak",
selon un journaliste, dépassait le mur du son. .. Toute la
presse en a parlé, avec dégoût et indignation (un écho du dégoût
et de l'indignation qui s'étaient manifestés là-bas de manière plus
sensible, tant vocalement que manuellement), et même certains
journaux "catholiques" se sont risqués à dire que, oui, cela allait
peut-être trop loin. Quant aux autres... l'Unità conclut son rapport
en écrivant : "Certes, l'idée de transformer des centaines d'églises
romaines en de nombreuses Piper n'est pas une perspective
enthousiasmante".


A SUIVRE...

Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini  - Page 2 Empty Re: LA TUNIQUE DÉCHIRÉE - Tito Casini

Message  Monique Ven 12 Nov 2021, 6:28 am

C'est en effet... exagéré, et c'est aussi ce que nous espérons... Deus, venerunt gentes in hereditatem tuam, polluerunt templum sanctum tuum... Usquequo, Domine ... ?
Nous sommes nombreux, de plus en plus nombreux, à prier, à nous plaindre à
Dieu de cette manière, et plus vous êtes audacieux, plus nous espérons qu'Il
finira par nous écouter.


Nous nous consolons en croyant cela, en restant au niveau humain et en nous
référant au principe de Babel, à cette répudiation de l'unité du langage qui
semble avoir cédé à tout le reste - à cette ''fièvre du modernisme", pour citer
le dernier Maritain, revu summa cum laude par l'"Osservatore Romano", en
comparaison de laquelle celle de l'époque de Pie X "était un froid modeste" -
nous nous consolons en croyant cela par la foi de notre Pape Jean dans la
vitalité de la "langue catholique" même comme langue civile, qui, si au cours
des siècles, comme il l'affirme, a été plusieurs fois opprimée par la barbarie
des temps, "iacuit pluries, temporum iniquitate veluti oppressa", semper per
altro risorse, "at rursus floruit renovata semper", comme nous le voyons
nous-mêmes dans les pays "au-delà du rideau", et combien plus ne devrait-elle
pas être la langue de l'Eglise, pour les trop nombreuses raisons pour lesquelles
lui-même, le Pape Jean, a jeté l'anathème sur l'hypothèse que quelqu'un ose
l'attaquer ?

Ils nous réconfortent avec leurs moqueries - subsannatio et illusio... - à notre
honte et à notre résipiscence, "nos voisins" : les communistes maintenant
appelés, les protestants déjà appelés, qui nous prennent ou nous envient la
langue et le chant - latin, grégorien, les messes de Palestrina... - et nous nous
souvenons que le chef des séparés qui sont moins éloignés de nous, dans sa
rencontre avec nous à Saint-Paul, a voulu conclure en latin, et donc d'une
certaine manière presque initier, son souhait que la séparation cesse : "Que le
chant des Anges soit ainsi répercuté dans les volontés et les actions des
hommes : ''Gloria in excelsis Deo et in terra pax".


Nous sommes confortés dans notre espoir par les jeunes, avec leurs livres et
leurs chemises : les jeunes à qui le latin à l'école, si peu qu'il soit et si étudié
qu'il soit, fait sentir l'infériorité, la vulgarité de la langue vernaculaire de
l'église et ils en ont déjà assez.


Nous savons que les enfants eux-mêmes "estiment que prier en latin est plus
beau qu'en italien". Ceci nous a été rapporté par un enseignant qui, ayant
également enseigné la prière de début de leçon en latin, a dû continuer de cette
manière parce que c'est ce qu'ils demandaient et voulaient - sans être au
courant de nos débats ! - précisément parce que leurs âmes vierges en
perçoivent la mystérieuse beauté.


Ex ore infantium perfecisti laudem... et revelasti ea parvulis... et cet accord des
"petits" - enfants et "peuple" - avec les savants et les saints, le serviteur de
Dieu Pie XII, le serviteur de Dieu Jean XXIII, signifie beaucoup pour nous.


A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum