LA PARABOLE DU BANQUET ET DES SACREMENTS - Revue Rome N° 110 - Octobre 1989 - Michel Louis Guérard Des Lauriers, O.P. (espagnol/français)

Aller en bas

LA PARABOLE DU BANQUET ET DES SACREMENTS - Revue Rome N° 110 - Octobre 1989 - Michel Louis Guérard Des Lauriers, O.P. (espagnol/français)    Empty LA PARABOLE DU BANQUET ET DES SACREMENTS - Revue Rome N° 110 - Octobre 1989 - Michel Louis Guérard Des Lauriers, O.P. (espagnol/français)

Message  Monique Ven 20 Sep 2019, 12:31 pm

https://messe.forumactif.org/t8779-la-parabola-del-banquete-y-los-sacramentos-revista-roma-n-110-octubre-de-1989-michel-louis-guerard-des-lauriers-o-p#152050


LA PARABOLE DU BANQUET ET DES SACREMENTS - Revue Rome N° 110 - Octobre 1989 - Michel Louis Guérard Des Lauriers, O.P.


Le Banquet est, directement, le Banquet de la Croix, qui est pour nous sur terre non seulement la preuve mais la substance de l'Amour. Cela ne peut évidemment pas être VRAI, c'est-à-dire être RÉALITÉ, mais dans la Très Sainte Foi. L'erreur d'une grande partie (malheureusement la plus grande partie) du traditionalisme actuel, d'Écône en particulier, consiste à réduire le Banquet de la Croix et de la Très Sainte Foi à celle des sacrements.


Cependant, ce qui sauve, c'est la FOI. Les sacrements ne sont pas des instruments (presque nécessaires) de salut mais à condition qu'ils soient le Mystère de la Foi. Tous ceux qui ne considèrent que les sacrements sont désintéressés DANS LES FAITS de la Croix et de la Foi. Ils sous-estiment aussi la portée des sacrements en les ordonnant pour l'utilité (spirituelle) d'un tel groupe particulier, ne comprenant pas dans la pratique que les sacrements ont, EN DROIT, une portée ecclésiale, et que leur nature est modifiée si on accepte qu'ils puissent être EN PRINCIPE le privilège d'un groupe particulier.


Le Banquet est celui de la Croix, de l'AMOUR CRUCIFIÉ qui est pour nous sur terre la substance de l'AMOUR. "Omnia parata sunt" (''Tout est prêt'') s'interprète facilement dans cette perspective. Le Maître a préparé le Banquet avec son Cœur, avec sa Mère, et a pour chaque invité un regard qui lui fait goûter le goût de la Croix qui lui offre comme pour partager le sien. Les invités jugés dignes de cette faveur, et qui la rejettent parce qu'ils aiment "leurs" sacrements, ne goûteront jamais le vrai Banquet. Nescio vos ! (Je ne vous connais pas !)


Aidons-nous mutuellement à recevoir le Banquet de la Croix, dans la Très Sainte Foi qui donne accès à l'AMOUR CRUCIFIÉ.


Revue "Rome" n° 110, octobre 1989 p. 54
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum