PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français)

Aller en bas

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Empty PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français)

Message  Monique Ven 13 Sep 2019, 10:04 am

https://messe.forumactif.org/t8761-pontificado-y-pontifice-por-carlos-a-disandro#151900


PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro


J'ai expliqué dans les brèves pages de l'Église et Pontificat (éd. Montonera: Mar del Plata, 1969) les conjonctures doctrinales qui réapparaissent ou sont nécessaires dans ces moments dramatiques du monde. J'essaierai de compléter ici l'image d'un pontife - pour qui ceci est écrit "faux pape" - qui semble couvrir de sa présence l'historicité mystique du pontificat, bien qu'en réalité il érode, asservisse et dégrade, et donc érode, asservisse et dégrade toute l’Église, Sacramentum Trinitatis.


Par le réexamen des instances doctrinales qui se réfèrent à la forme divine de l'Église, nous savons que le Pontificat est un terme nécessaire pour le lien historique concret entre le niveau céleste et le niveau terrestre. Nous savons que c'est une magistrature et une juridiction personnelle, dont la continuité est irréfutable ; nous savons enfin que la faute personnelle du pontife (dans un ordre éthique et religieux général) n'implique pas l'expiration de sa magistrature (dans le cas de simonie, concubinage, césaropapisme, etc.) ; mais quand il s'agit du lien avec un niveau théologique qui lie la Foi et l'Autorité, il peut arriver que le pontife se sépare de l'Église, ou ce qui est la même chose que le Pontificat devienne vacant non seulement à cause de la mort physique, mais aussi à cause de la mort théologique (hérésie et schisme).


Cette position claire nous distingue de ceux qui défendent avec clameur Paul VI, mais attaquent les bases inviolables du Pontificat (le Cardinal Suenens, par exemple, et bien d'autres) ; et aussi de ceux qui, en renversant le fondement dogmatique de la formulation hellénique de la Foi ( les conciles de Nicée, Chalcédoine et Éphèse), cherchent à sauver le pontificat et le pontife, selon un nominalisme théologique qui fonde tout sur une notion d'autorité incomplète ou fausse (cardinal Daniélou par exemple et avec lui presque tous les groupes considérés traditionalistes, au moins ici en Argentine). Dans ce domaine doctrinal et pratique, nous luttons donc contre la percée néfaste du progressisme juif et la conception tout aussi néfaste d'une fausse tradition qui renverse le lien entre FOI et AUTORITÉ.


Il convient donc de se référer spécifiquement aux principales positions du monde d'aujourd'hui et d'esquisser provisoirement notre propre conception du problème. Ceux qui nous accusent d'orgueil, d'exagération, etc. pourront voir les nuances difficiles dans toutes ces approches. Il se détachera alors plus clairement que sans nier le ton capricieux, aussi légitime que tout autre, nous nous plaçons sur le plan de la question contesté et nous choisissons consciemment une solution, la plus délicate et compromise peut-être, mais non moins lucide pour cette raison.

A SUIVRE...

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Carlos+a_+disandro
Monique
Monique

Nombre de messages : 11391
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Empty Re: PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français)

Message  Monique Dim 15 Sep 2019, 11:32 am

En premier lieu, il faudrait rappeler les deux grandes positions : 1) celle qui accepte la légitimité de l'élection de Jean-Baptiste Montini, légitimité qui l'établit comme Paul VI, successeur légitime de ses prédécesseurs ; 2) celle qui soutient qu'il est ab initio un faux Pape, puisque le résultat de ce conclave serait írrito, pour des raisons qui diffèrent selon des considérations diverses. La première position a une écrasante majorité et semble avoir toujours concilié le consensus universel de l'Église ; la seconde position, détenue par un nombre réduit d'interprètes, théologiens, canonistes, n'est cependant pas exempte de nuances surprenantes qu'il ne faut pas dédaigner, car elles intéressent en aucune façon la question contesté. Comme il s'agit d'un avis qui peut être examiné plus rapidement, proposons ici sa clarification.

On peut distinguer trois causes qui, selon ces interprètes, seraient à l'origine de la nullité de l'élection du cardinal Montini, d'où la nullité du pontificat de Paul VI :

a) par les doctrines hérétiques, détenues par Montini avant et après son accès au cardinalat ; n'ayant pas abjuré ces doctrines, un tel choix de conclave ne pouvait être légitime ;

b) par les conditions biospirituelles de l'élu, car investir la magistrature suprême de l'Église exigerait un certain niveau de normalité dans le sujet choisi (par exemple, un cardinal aveugle, ou une personne handicapée mentale, ou un homosexuel, etc) ;

c) pour la procédure formelle de l'élection, dans la mesure où l'authenticité et la normalité des circonstances conciliaires pourraient être violées afin d'imposer à l'Église un faux pape démolisseur.

A SUIVRE...

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Paolo-carlini-d5093d6d-f9ef-4aff-92da-b9efcfc6211-resize-750

''...car investir la magistrature suprême de l'Église exigerait un certain niveau de normalité dans le sujet choisi[/b] (par exemple, un cardinal aveugle, ou une personne handicapée mentale, ou un homosexuel, etc) ;''

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) BT1i3-RIcAAo7Q_ "Un autre Pape gay, Paolo VI, avec son mignon petit ami avec son mari, l'acteur Paolo Carlini 1967" ("Monseigneur" Georg Gänswein, secrétaire personnel du Pape émérite, "Benoît XVI", dans son compte personnel Twitter. De Gänswein et Ratzinger auraient eu une relation homosexuelle pendant de nombreuses années. Sodome est pleinement installée dans la Rome hérétique et apostate de nos jours, signe de plus que la fin ne peut plus être loin. VENEZ VITE), SEIGNEUR-JÉSUS !!!!).

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) File_20130115124402PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Pope2PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Georg-benedict-360x274PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) 6a00d8341c730253ef017ee8cd6be6970d
Monique
Monique

Nombre de messages : 11391
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français) Empty Re: PONTIFICAT ET PONTIFE par Carlos A. Disandro (espagnol/français)

Message  Monique Jeu 19 Sep 2019, 12:08 pm

Cependant, les trois possibilités schématiquement énoncées, comme pour la nullité initiale de ce pontife, nécessiteraient une enquête exhaustive, ce qui est pratiquement impossible aujourd'hui à l'exception peut-être de la première section : "Les doctrines hérétiques du cardinal Montini", et seraient autrement confrontées à un consensus maintenu sans variation pendant sept ans. Cependant, dans le monde vaste et fébrile, il y a ceux qui défendent ces interprétations de manière audacieuse et fondamentale, précisément en hommage à la cohérence doctrinale totale et à une défense lucide de la FOI et de l'AUTORITÉ. Ici, en Argentine, le seul fait de parler de ce sujet provoque des hurlements, des torsions, des déchirures de vêtements pseudo-doctoraux, des outrages et insultes. Mais les "questions contestées" appartiennent à l'ordre de l'intelligence de la FOI, et non au critère d'une gendarmerie théologique qui brandit la bannière de l'AUTORITÉ pour entraver la vraie vie de l'Église. La FOI n'est pas un pansement, c'est un acte de possession du MYSTÈRE THÉANDRIQUE , avec sa marge d'intelligibilité, son clair-obscur et son noir total inaccessible. Se mouvoir dans cette dimension intime avec un certain fondement, avec une certaine cohérence et une certaine conception constructive, telle a été la grande œuvre des grands siècles théologiques. Laissons donc les hurlements et les insultes : affrontons résolument ces moments dramatiques de la vie de la FOI et de l’Église.


Venons-en maintenant à la discrimination des nuances dans cette position qui soutient la légitimité de l'accès de Montini au pontificat et donc la légitimité initiale de Paul VI, 262e successeur de saint Pierre dans le Siège romain.


Ici, nous distinguerons tour à tour trois interprétations fondamentales dans lesquelles les tendances les plus importantes sont en réalité distribuées dans l'Église d'aujourd'hui. En premier lieu, ceux qui unissent de manière absolue et solidaire la légitimité initiale et la continuité ininterrompue de la juridiction pontificale de Montini, et ne peuvent concevoir ni admettre aucune possibilité de cessation de cette juridiction légitimement assumée. Seule la mort laisse le pontificat vacant. Traditionalistes (Danielou) et progressistes (Suenens) s'unissent dans cette position, avec toutes les nuances imaginables.


Deuxièmement, ceux qui distinguent les actes légitimes et illégitimes (ou irrités) de Paul VI : ils maintiennent ainsi la légitimité juridictionnelle de la personne, mais l'invalident dans des circonstances spécifiques. Quand cela se produit, alors, ce n'est pas le pontife qui agirait, mais J. B. Montini. Des actes légitimes (pontificaux), des actes illégitimes (monténiens) coexisteraient alors dans le même sujet. Dans cette interprétation, la formule classique pourrait être valable : PAPA HAERETICUS, EST DEPONENDUS.


Troisièmement, ceux qui, reconnaissant la légitimité initiale de Paul VI, soutiennent qu'il a expiré ou qu'il l'a perdu, avec tous les privilèges, y compris l'infaillibilité, à cause de l'hérésie formelle continue et explicite. Le pontificat serait donc vacant à partir d'un moment donné, et la formule classique serait remplie pour la même raison dans le cas de Paul VI : PAPA HAERETICUS EST DEPOSITUS.

Monique
Monique

Nombre de messages : 11391
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum