PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Aller en bas

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Empty PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Message  Monique Dim 18 Aoû 2019, 1:21 pm

https://messe.forumactif.org/t8706-pablo-vi-destructor-de-la-catolicidad-espanola
PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE


Tiré de LA FOI EN AVANT, non sans préciser au préalable les aspects suivants.

1. En application du décret-loi 10 du 26 août 1975 sur la prévention du terrorisme, onze terroristes du Front révolutionnaire antifasciste et populaire (FRAP) et de l'ETA Político-Militar ont été condamnés à mort, dont six ont été graciés par le Conseil des ministres et les cinq autres (José Humberto Baena Alonso, José Luis Sánchez-Bravo Solla et Ramón García Sanz - FRAP) ; Juan Paredes Manot, alias Txiki, et Ángel Otaegui Etxeberria, alias Caraquemada o Azpeiti - de l'ETA-pm-) ont été tués le 27 septembre.

2. En réponse aux protestations en Europe - où même l'ambassade d'Espagne à Lisbonne a été incendiée - le 1er octobre 1975, une manifestation a eu lieu sur la Plaza de Oriente, où le généralissime Franco a élevé la voix :

"Tout ce qui a été armé en Espagne et en Europe obéit à une conspiration de gauche maçonnique, en conspiration avec la subversion communiste-terroriste dans la sphère sociale, qui si elle nous honore, elle les rabaisse".

C'était son dernier acte public, depuis sa mort le 20 novembre.

3. Vicente Enrique y Tarancón fut archevêque de Tolède de 1969 à 1971, date à laquelle il fut nommé archevêque de Madrid après la mort de Don Casimiro Morcillo González (qui, il est à noter, faisait partie du Cœtus Internationális Patrum, (Les Pères internationaux) qui défendait la doctrine catholique pendant le Concile).

Giovanni Battista Montini Alghisi était hérétique et apostat, et en application de la Bulle Cum ex Apostolátus (confirmé par le Motu Próprio Inter Multíplices et le Pio-Benedictino Code du Droit Canon), il n'a jamais été LE PAPE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE. Si le généralissime Francisco Franco Bahamonde (qui est beaucoup plus saint que Montini) en est venu à le considérer comme tel en 1963, c'est qu'à l'époque, il n'y avait pas de clarté théologique sur le Sédévacantisme et que personne n'avait imaginé ce qui allait se passer plus tard. Quant aux paroles de Montini après la lecture du Testament du Généralissime, elles NE SONT PAS PLUS QUE L'EXPRESSION D'UNE REPENTANCE TARDUE, STÉRILE ET SANS SOUVENIR, qui rappelle cet incident de la Pentecôte, lundi 1970.

A SUIVRE...

http://wwwmileschristi.blogspot.com/2018/04/pablo-vi-destructor-de-la-catolicidad.html


PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Francopablovi
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Empty Re: PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Message  Monique Mar 20 Aoû 2019, 9:10 am

PAUL VI ET L'ESPAGNE DE FRANCO, par le Dr Mario Caponnetto


Le Saint-Siège a annoncé, comme on le sait, la canonisation du Pape Paul VI en octobre prochain. A l'occasion de cette annonce, il nous a semblé opportun d'écrire cette note sur l'un des aspects les plus controversés et les plus négatifs du Pontificat du Pape Montini.

***

On dit que lorsque le Cardinal Jean-Baptiste Montini fut élu Pape le 21 juin 1963, l'un des responsables du Gouvernement du Généralissime Franco, s'adressant au chef de l’État espagnol de l'époque, s'exclama : "Le pire est arrivé pour l'Espagne, le Cardinal Montini est le nouveau Pape''. Ce à quoi le Caudillo aurait répondu : le Cardinal Montini n'existe plus, il est maintenant Pape Paul VI et l'Espagne lui gardera le respect et l'obéissance filiale qu'il mérite.

L'anecdote, qui je suppose vraie, révèle deux choses : la première est que  Franco était vraiment un dirigeant catholique, un fils fidèle de l'Église qu'il a toujours servi comme il sied à un prince chrétien ; la seconde est qu'il se trompait parce que le nouveau pape allait mener une guerre implacable, digne d'une meilleure cause, contre le seul État catholique en Europe jusqu'à sa disparition totale, après la mort du Dirigeant. Encore une fois, dans l'histoire de l'Espagne, on pourrait dire à juste titre celle du Cavalier : Dieu, quel bon vassal ! si c’était un bon seigneur !

Les relations conflictuelles de Montini avec le régime apparu après la Croisade du 18 juillet 1936 reconnaissent des antécédents lointains. Dans son ouvrage documenté L'Église et la guerre d'Espagne (1936-1939), Blas Piñar rappelle que Jean-Baptiste Montini a grandi dans une famille fortement engagée dans la démocratie chrétienne, avec une tendance démocratique et anti-fasciste reconnue (anti-fascisme, laissez-moi le dire avec des raisons parfois erronées et en accord avec la doctrine sociale de l'Église). Son père, Giorgio, était député du Parti Populaire, dont le fondateur et président était le prêtre italien Luigi Sturzo qui, à son arrivée au pouvoir, Benito Mussolini est parti en exil aux États-Unis.
Ce prêtre, comme le philosophe français Jacques Maritain, fut un critique implacable de la partie nationale pendant la guerre d'Espagne de 1936 à 1939, niant le caractère croisé qui avait été reconnu par presque tout l'épiscopat espagnol. L'un de ses frères, Ludovico, avait également été membre des chrétiens-démocrates après la Seconde Guerre mondiale, tandis qu'un autre frère, Francesco, après avoir émigré en Argentine, s'était rendu en Espagne où il s'était engagé dans les Brigades internationales et était mort au combat du côté du côté rouge. Le jeune Jean-Baptiste Montini, sur lequel la pensée maritaine avait également une forte influence, grandit donc dans un environnement familial et intellectuel fortement hostile à Franco et à la Croisade, hostilité qui en vint même à soutenir ouvertement la cause républicaine malgré la persécution religieuse féroce déclenchée par la République et malgré le soutien explicite du Saint-Siège pour la cause nationale [1].

A l'époque où il était secrétaire d’État de Pie XII, les liens de Montini avec Palmiro Togliatti, chef historique du parti communiste italien, étaient bien connus : selon Blas Piñar, "Montini et Togliatti étaient très attachés au chant grégorien" [2]. Pendant le mandat de Montini en tant que secrétaire d'État, un événement scandaleux a eu lieu : le suivi et l'arrestation ultérieure par ordre de Pie XII de Monseigneur Alighiero Tondi, membre du Parti communiste entré à l'Institut jésuite sur ordre du parti, et donc infiltré, qui fut le secrétaire particulier de Monseigneur Montini. Ce Tondi avait été surpris en photocopiant des documents secrets du Saint-Siège ; interrogé, il avoua qu'il était un agent du KGB et qu'il envoyait à ses patrons moscovites des documents volés concernant les prêtres et les évêques que le Pape Pacelli avait secrètement envoyés en Union soviétique pour aider les fidèles catholiques et effectuer les ordinations. Grâce à cet espionnage pervers (les documents volés par Tondi sont arrivés à destination par Togliatti) ces prêtres et évêques envoyés en URSS ont été découverts et assassinés.
Ainsi, nul autre que l'ami et secrétaire de Montini n'est apparu directement impliqué dans une action d'espionnage qui a coûté la vie aux envoyés secrets désintéressés du pape Pie XII au "paradis" communiste. Ce scandale a entraîné la destitution de Montini de son poste de secrétaire d'État et son transfert au siège de l'archevêque de Milan [3].


A SUIVRE...

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Francopablovi
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Empty Re: PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Message  Monique Jeu 29 Aoû 2019, 5:40 pm

En tant qu'archevêque de Milan, Montini a eu sa première confrontation publique avec Franco. C'est à cause de son appel à la clémence pour les anarchistes condamnés à mort en 1963 : un Grimau, exécuté le 20 avril 1963, et deux autres, Granados et Salgado, exécutés le 17 août de la même année. Les Caudillo ont refusé la demande de clémence au motif, ce qui est strictement vrai, qu'il s'agissait d'agents communistes dangereux qui avaient commis de nombreux crimes pendant la guerre. L'historien José Andrés Gallego, dans son livre La época de Franco, se référant à ces faits, écrit : "La demande de grâce du cardinal Montini de l'époque pour les anarchistes condamnés à mort a anticipé les relations difficiles entre Franco et Montini, après son élection comme Pape" ; puis il ajoute cette observation intéressante : "Le refus de Franco de renoncer au droit anachronique à la présentation n'a été que partie au conflit, dans le contexte duquel il y avait le contraste entre l'Église du concile Vatican II, que Paul VI a porté sur les lieux et le régime de Franco." [4]

Cette dernière observation résume la clé de toute cette affaire. Le Concile Vatican II, principalement à travers la Déclaration Dignitatis humanae, sur la liberté religieuse a radicalement modifié la conception des relations de l'Église avec les États. L’État catholique (qui impliquait la tolérance d'autres sectes dans les cas où cela était nécessaire pour le bien commun) fondé sur ce que l'on appelait " l'union du Trône et de l'Autel " et qui constituait jusqu'alors l'idéal de l’État promu et encouragé par le Magistère (avec les mises à jour conséquentes que les temps conseillaient) il a été directement ignoré et remplacé par une nouvelle conception, la soi-disant "liberté religieuse" qui consacrait, en fait, le pluralisme aveugle de toutes les religions et même l'athéisme sans référence propre aux États à reconnaître les droits de la vraie religion.  Mais il se trouve que précisément l’État que Franco avait construit après la victoire de 39 était un État explicitement confessionnel dont la législation était en tout conforme à la doctrine de l’Église.  En 1953, et après de nombreuses négociations laborieuses, l'Espagne avait signé un Concordat avec le Saint-Siège qui était un modèle pour son époque. Ce Concordat reconnaissait dans son préambule que son objectif était de réglementer les relations entre le Saint-Siège et l'État espagnol "conformément à la loi de Dieu et à la tradition de la nation espagnole". Le premier article, pour sa part, déclarait que la religion catholique " restait la seule de la nation espagnole ".  Elle a également achevé la restauration des privilèges du clergé, qui avaient été partiellement éliminés dans les politiques libérales, consacré la liberté absolue de l'Église à l'égard de tout contrôle ou censure possible de l'État, soutenu le libre exercice sur tout le territoire espagnol des activités des groupes d'action catholique, assuré l'indépendance de l'Église, garanti l'aspect juridique de l'Église et la validité du mariage canonique. Mais le point qui serait finalement le plus remis en question était que ce Concordat conférait au chef de l’État le droit de présenter les évêques à la nomination par Rome. Sans doute, avant les nouveaux airs conciliaires, tout cela était anachronique. Paul VI était la piquette chargée de procéder à la destruction systématique de cet État considéré comme un résidu inadmissible d'un passé définitivement surmonté.

A SUIVRE...

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Francopablovi
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Empty Re: PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Message  Monique Lun 02 Sep 2019, 12:07 pm

Les premiers conflits sont nés du droit de présentation des évêques mentionné plus haut. Paul VI fait pression sur Franco pour qu'il renonce à ce droit. Le Caudillo n'a pas cédé, alléguant entre autres raisons précisément l'existence du Concordat, qui dans ce cas devrait être révisé ou réformé. En réponse à ce refus, Paul VI a mis en œuvre une politique intelligente de nomination des évêques qui, en fait, représentait une violation franche des termes du Concordat. Grâce à cette politique, en peu de temps, la configuration de l'épiscopat espagnol a complètement changé avec la nomination d'évêques fortement engagés dans le progressisme et l'aggiornamento conciliaire et franchement désaffectés par le régime franquiste quand les opposants n'étaient pas décidés ; ces évêques prennent le contrôle total de l'Église espagnole réduisant leurs pairs de "vieille garde" à une minorité et réduits au silence.

Dans son livre, Blas Piñar raconte une conversation que Joaquín Ruíz Giménez, à la fin de son mandat d'ambassadeur d'Espagne au Saint-Siège, a eue avec Paul VI. Le Pape a recommandé au diplomate sortant de fonder en Espagne le parti politique de la Démocratie chrétienne, auquel Ruíz Giménez a répondu que c'était impossible parce que l'épiscopat espagnol soutenait Franco, avec qui il sympathisait. Paul VI a été très clair : Vous vous inquiétez pour le parti politique, parce que je suis responsable des évêques [5]. Vous vous êtes occupé des évêques. Blas Piñar lui-même m'a dit un jour que l'abolition de l'État catholique en Espagne avait été l'œuvre presque exclusive des évêques nommés par Paul VI. Le changement radical de l'épiscopat a culminé avec la nomination du cardinal Vicente Enrique y Tarancón au siège du Primat de Tolède en remplacement du regretté cardinal Casimiro Morcillo. Tarancón, l'ennemi déclaré de Franco, devait être la pièce maîtresse de Paul VI dans sa guerre farfelue contre un État catholique.

A SUIVRE...

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) FrancopabloviPAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) 250px-Vicente_Enrique_y_Taranc%C3%B3n Le misérable Cardinal Tarancón, personnage criminel et impitoyable au service de Montini qui fut chargé de détruire la catholicité de l'Espagne et de plonger le pays dans la plus effrayante apostasie.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Empty Re: PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français)

Message  Monique Mar 03 Sep 2019, 12:47 pm

Les tensions étaient en crescendo. Obéissant aux directives du Concile Vatican II, l'État espagnol, confessionnellement catholique, a été contraint de réformer l'article 6 du Fuero de los Españoles, laissant de côté la doctrine traditionnelle sur la liberté de religion dont cet article s'était inspiré [6]. La tension a atteint son paroxysme en 1975, peu avant la mort de Franco : un groupe de cinq terroristes de E.T.A (du groupe terroriste criminel basque E.T.A) a été condamné à mort par un tribunal militaire à El Goloso. Paul VI, réitérant son geste de l'époque de l'archevêque de Milan, a demandé pardon aux condamnés qui, malgré la demande du pape , ont été exécutés en septembre 1975. À la suite de cette condamnation, une campagne de diffamation indécente a été lancée dans le monde entier contre le gouvernement espagnol, qui a présenté ces terroristes, auteurs de meurtres brutaux de policiers, de femmes et même d'enfants, comme s'ils étaient d'honnêtes opposants à la "dictature". La demande du Pape, formulée non seulement par des efforts diplomatiques, mais aussi rendue publique devant la foule rassemblée sur la place Saint-Pierre pendant la prière de l'Angélus, a donc ajouté à cette campagne en augmentant considérablement la pression contre le gouvernement. Franco, qui avait gracié quatre des accusés, puisqu'en principe il y en avait neuf condamnés, a répondu qu'avec une profonde tristesse il était contraint de ne pas accéder à la demande du Saint-Père pour défendre une justice élémentaire. Mais un fait de plus allait accroître les tensions : en octobre 1975, un policier qui avait été affecté par la garde à vue du tribunal d'El Goloso, qui avait condamné les cinq terroristes, a été sauvagement assassiné par les compagnons des bourreaux. Tous les Espagnols attendaient avec impatience une condamnation du Pape à cet acte aberrant. Ce fut en vain, car la seule réponse de Paul VI fut le silence le plus sépulcral [7].

Quelques mois après ces épisodes, Francisco Franco Bahamonde, Caudillo d'Espagne, a donné son âme à Dieu. Ainsi commença la période sombre de la soi-disant Transition qui culminera avec la liquidation totale de l’État érigé sur la Victoire propre du 1er avril 1939. Blas Piñar lui-même nous dit qu'à la mort de Franco, selon le témoignage du Cardinal Tarancón, Paul VI avait des mots de reconnaissance pour sa figure et son travail : "Il a fait beaucoup de bien à l'Espagne et a apporté un développement extraordinaire et une très longue période de paix. Franco mérite une fin glorieuse et un souvenir digne de reconnaissance" ; et à la lecture du Testament de Franco, il s'exclame : "J'avais tort à propos de cet homme !” 8.



Trop tard et douteuse reconnaissance de la véritable sincérité par Paul VI. Le mal était déjà fait et ses conséquences durent jusqu'à aujourd'hui. Franco a emporté dans sa tombe le dernier État catholique de l'Occident, fruit d'un long et patient travail de reconstruction, élevé sur le sang et le sacrifice de milliers de héros et de martyrs qui ont arrosé de leur sang les terres de l'Espagne.


MARIO CAPONNETTO



NOTES

1] Blas Piñar, l'Église et la Guerre Espagnole (1936-1938), Madrid, 2011, pages 258 et suivantes.
2] Ibid.
3] Ibid.
4] José Andrés Gallego, L'époque de Franco, Madrid, 1991.
5] Cf. Blas Piñar, l'Église et..., o. c., page 270.
6] Ibid.
7] Ibid.
8] Ibid.

PAUL VI, DESTRUCTEUR DE LA CATHOLICITÉ ESPAGNOLE (espagnol/français) Francopablovi
Monique
Monique

Nombre de messages : 11374
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum