Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français)

Aller en bas

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Empty Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Jeu 15 Aoû 2019, 8:18 am

https://messe.forumactif.org/t8687-fifty-years-after-v2-why-catholics-never-fought-for-their-church-t-s-benns#151497


Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns, 2012)



Cela fera bientôt 50 ans que le faux Concile Vatican 2 s'est réuni et, à bien des égards, les catholiques ne savent toujours pas ce que ce concile bâtard leur a vraiment coûté - ceux qui restent, c'est-à-dire. La plupart de ceux qui s'opposaient au départ aux changements apportés par le Conseil ont depuis lors disparu. Ceux qui restaient étaient soit des enfants, soit des adolescents au début, soit des adolescents nés après la mort du pape Pie XII. À l'époque, peu de gens savaient ce qui se passait réellement, ce qu'on leur demandait de faire et quelles étaient les véritables conséquences de ce dont ils étaient témoins. Apparemment, aucun des prêtres qui ont quitté l'Église à la suite des changements ne le savait non plus. S'ils l'avaient su, leur travail aurait vécu après eux, et rien de permanent n'a survécu aux premiers groupes qui ont quitté la fausse église V2 avec des prêtres conservant leur juridiction.

Pourquoi en est-il ainsi ? Parce qu'aucun de ceux qui ont quitté le Novus Ordo ne connaissait vraiment la foi catholique ou ne s'apprêtait à l'apprendre. Ils comptaient sur ceux qui se trouvaient au "sommet" ( ?) pour résoudre la crise - pétition des évêques, pétition de Rome - sans jamais se rendre compte que, du fait même de leur conformité à un seul point proposé au faux Concile, ces hommes avaient déjà perdu leur appartenance à l'Église. Mais la vérité était là, avancée dès 1970 par des auteurs comme Francis Panakal, dans son "666 - La Bête de l'Apocalypse démasquée", et Robert Bergin dans "Cet âge apocalyptique". Bien que ces livres aient été mis à disposition au moment précis où la plupart d'entre eux sortaient de l'église du Novus Ordo, ils semblent avoir été largement ignorés par les fidèles, essayant désespérément de donner un sens au chaos. Même si l'on pouvait deviner que le message non diffusé de Fatima l'avait prédit, les catholiques en général n'étaient pas prêts à faire le lien avec l'Antichrist, ou à croire que la Messe avait cessé. C'était beaucoup trop effrayant et ils avaient déjà assez peur. Les changements dans l'Église ont divisé les familles, laissé ceux qui osaient rejeter ces changements sans aucune sorte de communauté catholique ou de direction spirituelle et les ont isolés de la communauté en général. Pire encore, elle les plongea dans les moments spirituels et moraux les plus désastreux que l'Église ait jamais connus au cours de son existence.

A SUIVRE...

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Gericault_la_balsa_de_la_medusa_15_primer_boceto_oleo_telaCinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) RBVaGFbT9peAdiD_AAN3YACOKM4559
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Empty Re: Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Ven 16 Aoû 2019, 9:18 am

Les traditionalistes dans le déni

Le faux Concile V2 a mis les fidèles à la dérive dans les mers turbulentes des années 1960-70, lorsque les changements dans l'Église se sont traduits de façon dramatique par le penchant pour l'innovation, l'immoralité rampante et la position anti-autoritaire des jeunes et des vieux. Tout cela a conduit à une réaction désespérée de la part de ceux qui cherchaient à garder leur foi, et le fait de ne pas réaliser leur position théologique et psychologique les a empêchés d'éviter de nombreux pièges. La plupart ignoraient qu'ils étaient pris au piège d'un processus de deuil intense pour ce qu'ils avaient perdu, bien que bon nombre de ceux qui se faisaient passer pour leurs dirigeants aient pleinement réalisé cet avantage et en aient profité. Leur seule pensée était de raviver et de maintenir en vie ce qu'ils croyaient être la foi et de s'accrocher à la messe et aux sacrements pour la vie chère. Ils ont été amenés à croire, à tort, que l'Église s'appuyait sur ces éléments extérieurs, et non sur les doctrines qui les ont créés et soutenus. Ils connaissaient peu la vie interne et la familiarité avec la vérité catholique nécessaire pour comprendre la situation et avancer de manière constructive, en pleine conformité avec le droit canonique et l'enseignement de l'Église. Beaucoup n'arrivaient pas à décider si Jean XXIII, Paul VI et leurs "successeurs" étaient des papes maléfiques qu'il fallait encore obéir ou des antipapes, et les "prêtres" traditionnels qui prétendaient les diriger ne les ont guère aidés à prendre cette décision. Il faudrait encore 12 ans à certains pour prendre cette décision, et même aujourd'hui, de nombreux traditionalistes croient encore que Jean XXIII était un pape valide, malgré une montagne de preuves du contraire. Le cycle de deuil s'est arrêté dans ses premières étapes et n'a jamais progressé dans les sept étapes. Quand le clergé s'est penché sur la question de l'Antichrist, l'accent était mis sur Paul VI, et de nouveau le thème était l'Antichrist.

Le révérend Joaquin Saenz Arriaga était un prêtre et théologien mexicain qui a été personnellement excommunié pour sa position anti-V2 par le cardinal Miranda et la conférence épiscopale catholique romaine du Mexique. La croyance de Saenz y Arriaga que Paul VI était l'Antéchrist était une théorie déjà suggérée en partie par un théologien en 1955 en Équateur, après que Montini fut nommé archevêque de Milan. Saenz a promu le livre des années 1960 "Le complot contre l’Église" (fantôme écrit par Anacleto Gonzalez-Flores, dirigeant de l'Union mexicaine des Trente sous le pseudonyme de Maurice Pinay), et plus tard, sous son propre nom a écrit la "Nouvelle Église Montinienne", (1971). Toutefois, le livre n'a été traduit en anglais qu'en 1985, et ceux qui ont pris connaissance de son contenu et de ses conclusions ne l'ont fait qu'au coup par coup. Dans son livre, Saenz se référait à "Le complot contre l’Église", distribué aux évêques à Rome pendant le faux Concile, comme le mouvement judéo-maçonnique séculaire pour détruire l’Église. Là où Panakal avait utilisé le nombre 666 pour faire valoir son point de vue, Saenz a plutôt cité les nombreuses hérésies de Montini et ses ancêtres juifs pour prouver qu'il était l'accomplissement des prophéties concernant l'homme du péché. L'idée était de convaincre suffisamment les autres que c'était le cas, et éventuellement de rallier des appuis pour arriver à une solution. Certains croyaient Saenz en se basant uniquement sur les critiques du livre. Mais aucune solution au problème n'a jamais été proposée ou adoptée. Après la mort de Saenz, ils ont involontairement couru avec le ballon qui a glissé de ses mains sur la ligne de but de l'autre équipe.

A SUIVRE...

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Scorzelli-Brescia09Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Scorzelli-Brescia03Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Scorzelli-satan
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Empty Re: Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français)

Message  Monique Sam 17 Aoû 2019, 9:36 am

Saenz a été le premier à introduire le terme "sede vacante" dans son livre par ce titre, expliquant pourquoi Paul VI n'était pas un pape légitime. Il n'a jamais été traduit en anglais. Au début des années 1980, après la consécration des évêques mexicains par Bp. Thuc, le groupe dissident sous Thuc se nomme lui-même sédévacantiste. C'est ainsi que s'est terminé le travail du P. Saenz pour éduquer les catholiques au fait que nous n'avions pas de pape parce que l'Antichrist avait pris le Siège. Grâce aux dons de leurs partisans, les traditionalistes ont réussi à maintenir leurs opérations de masse à flot, mais à l'insu de leurs troupeaux, ils ont agi de façon invalide. Comme le montrent le droit canonique et les enseignements pontificaux, presque tous ces hommes étaient des vitandins et ne semblaient offrir la Messe et administrer les sacrements ; en réalité leurs actions étaient nulles et non avenues parce que l'Église leur avait retiré le pouvoir d'agir. La vérité bouleversante que Panakal et Saenz avaient effectivement identifiée dans la chair l'antagoniste terrible de Notre-Seigneur et de l'Église qu'Il a établie sur terre - prédit depuis longtemps dans les Saintes Écritures - était insignifiante et peu pratique. Le P. Saenz était certain de ses découvertes d'un point de vue doctrinal ; il avait même envoyé le P. Buckley en Angleterre pour obtenir une copie de la bulle du Pape Paul IV, Cum ex Apostolatus Officio, où le Pape Paul IV interprète infailliblement l'abomination de la désolation comme un pape qui usurpe le siège papal. Tandis que les actions de Montini étaient plus facilement identifiables, puisque la Messe était visiblement retirée, Saenz s'y est concentré et n'a pas beaucoup approfondi le rôle de Roncalli comme Jean XXIII, auteur du faux Concile V2. Ce n'est qu'après la mort de Saenz que l'essentiel des preuves contre Roncalli fera surface, montrant qu'il n'aurait jamais pu être élu valablement, et exposant également le rôle actif joué par Montini comme son conseiller personnel.

Les implications de la théorie de l'Antichrist sont stupéfiantes et n'ont pas été suffisamment étendues, même 45 ans plus tard. Dans les années 1960, les spéculations sur son identité ont été peu évoquées et aujourd'hui, elle est devenue fébrile, et tout un chacun s'est présenté comme candidat à ce rôle inique. Comme tant de sujets aujourd'hui, censés être jugés totalement selon les normes catholiques, toutes sortes de sectes ont mal interprété l'Écriture à cet égard, arrachant ses mots à leur propre gré et façonnant un homme de péché à leur guise. Compte tenu de ce fait, il nous est difficile d'apprécier aujourd'hui l'incrédulité absolue, l'incrédulité que ceux qui ont quitté le Novus Ordo se seraient rencontrés s'ils avaient cru Panakal ou Saenz et agi en conséquence.  Cela m'a été rappelé récemment en regardant la controverse sur le départ de Michelle Bachmann, candidate à la présidence, de son église. Un commentateur observa avec mépris qu'il n'était pas étonnant que Bachmann parte, puisque son église enseignait que le pape était antéchrist - comme si c'était la suggestion la plus ridicule qu'il ait jamais entendue. Qui a étudié l'histoire de cette croyance et les nombreux rebondissements qu'elle a pris au cours des siècles ? Qui serait prêt à croire aujourd'hui qu'un pape qui régnait au milieu du XVe siècle a enseigné infailliblement sur cette question, indiquant précisément ce que l'église de Michelle Bachmann croit être possible ; ou que saint Bernard lui-même, ainsi que de nombreux autres théologiens approuvés, a fait progresser cette idée de façon constante jusqu'au XIXe siècle ? Pour de bonnes raisons, l'enseignement de l'Église à ce sujet n'est généralement pas connu ou suffisamment expliqué, pour éviter le scandale parmi les fidèles. Mais vu qu'elle a déjà eu lieu, il n'y a aucune raison de s'en cacher maintenant.

Dans sa déclaration, Bp. Thuc a fait référence à la théorie de l'Antichrist comme justification pour apparaître comme consacrant des évêques et a déclaré que le siège papal était vacant. Si les fidèles avaient soigneusement digéré la signification réelle d'un sede vacante, cela aurait dû les placer sur une toute autre voie. Cette information était facilement disponible en droit canonique et dans la Constitution du Pape Pie XII, "Vacantis Apostolica Sedis", et aurait rapidement informé ceux qui l'auraient lue que rien ne peut être fait en dehors du droit canonique par quiconque jusqu'à ce qu'un nouveau pape soit élu. D'après tout ce que nous savons sur la fin des temps et la venue de l'Antichrist, ceux qui ont au moins entretenu l'idée que les anti-papes pourraient être l'Antichrist et/ou son système devraient aussi avoir réalisé que l'Écriture Sainte prédisait que l'Antichrist lui-même abolirait la Messe et les brebis (les évêques) seraient dispersées. Le fardeau qui incombait au reste du clergé aurait dû être de préparer les fidèles à la persécution et à la persévérance dans la foi sans assistance pastorale. Cela n'a jamais été fait. Tous s'attendaient à ce que la crise se termine à un moment donné et qu'un sauveur apparaisse pour sauver tout le monde, un rôle rempli en partie par ceux qui se présentent invalides pour la consécration. Ni les clercs restants ni les laïcs éduqués n'avaient le recours approprié au droit canonique et à l'enseignement de l'Église pour élaborer une ligne d'action véritablement catholique. Si l'étude complète de ces sujets avait été exigée par ceux qui guident les fidèles, il serait vite devenu clair que les centres de Messe et les efforts continus pour perpétuer la hiérarchie n'étaient pas autorisés par la loi et étaient même interdits sous peine d'excommunication.

Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Thuc_oneCinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Merida2Cinquante ans après V2 : Pourquoi les catholiques ne se sont jamais battus pour leur Église (T. S. Benns) anglais/français) Thuc-Roch-Mass-2

Saenz a été le premier à introduire le terme "sede vacante" dans son livre par ce titre, expliquant pourquoi Paul VI n'était pas un pape légitime. Il n'a jamais été traduit en anglais. Au début des années 1980, après la consécration des évêques mexicains par Bp. Thuc, le groupe dissident sous Thuc se nomme lui-même sédévacantiste. C'est ainsi que s'est terminé le travail du P. Saenz pour éduquer les catholiques au fait que nous n'avions pas de pape parce que l'Antichrist avait pris le Siège. Grâce aux dons de leurs partisans, les traditionalistes ont réussi à maintenir leurs opérations de masse à flot, mais à l'insu de leurs troupeaux, ils ont agi de façon invalide. Comme le montrent le droit canonique et les enseignements pontificaux, presque tous ces hommes étaient des vitandins et ne semblaient offrir la Messe et administrer les sacrements ; en réalité leurs actions étaient nulles et non avenues parce que l'Église leur avait retiré le pouvoir d'agir.

(...)

Dans sa déclaration, Bp. Thuc a fait référence à la théorie de l'Antichrist comme justification pour apparaître comme consacrant des évêques et a déclaré que le siège papal était vacant. Si les fidèles avaient soigneusement digéré la signification réelle d'un sede vacante, cela aurait dû les placer sur une toute autre voie. Cette information était facilement disponible en droit canonique et dans la Constitution du Pape Pie XII, "Vacantis Apostolica Sedis", et aurait rapidement informé ceux qui l'auraient lue que rien ne peut être fait en dehors du droit canonique par quiconque jusqu'à ce qu'un nouveau pape soit élu. D'après tout ce que nous savons sur la fin des temps et la venue de l'Antichrist, ceux qui ont au moins entretenu l'idée que les anti-papes pourraient être l'Antichrist et/ou son système devraient aussi avoir réalisé que l'Écriture Sainte prédisait que l'Antichrist lui-même abolirait la Messe et les brebis (les évêques) seraient dispersées. Le fardeau qui incombait au reste du clergé aurait dû être de préparer les fidèles à la persécution et à la persévérance dans la foi sans assistance pastorale. Cela n'a jamais été fait. Tous s'attendaient à ce que la crise se termine à un moment donné et qu'un sauveur apparaisse pour sauver tout le monde, un rôle rempli en partie par ceux qui se présentent invalides pour la consécration. Ni les clercs restants ni les laïcs éduqués n'avaient le recours approprié au droit canonique et à l'enseignement de l'Église pour élaborer une ligne d'action véritablement catholique. Si l'étude complète de ces sujets avait été exigée par ceux qui guident les fidèles, il serait vite devenu clair que les centres de Messe et les efforts continus pour perpétuer la hiérarchie n'étaient pas autorisés par la loi et étaient même interdits sous peine d'excommunication.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11409
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum