Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA

Aller en bas

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Empty Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA

Message  Monique Jeu 18 Juil 2019, 12:18 pm

Le problème principal de la "Nouvelle Messe" n'est pas le latin... mais le Sacrifice de la Messe.


Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant.

(par le Rév. P. Joaquín Sáenz y Arriaga)

Comme un enfant de dix ans le savait dans l'Antiquité, pour chaque sacrement on a besoin de son propre MATÉRIAU et de sa propre FORME. Ce n'est que de cette façon que le sacrement est valide. Dans l'Eucharistie, la MATIÈRE est le pain et le vin ; et la FORME sont les paroles de la CONSÉCRATION, prononcées par le prêtre, au nom et à la représentation du Christ, avec la puissance du Christ, en vertu de laquelle l'accumulation des prodiges a lieu, ce qui, en langue catholique, est appelé Transubstantiation. Au lieu du pain et du vin, il reste, sous l'espèce eucharistique, le CORPS, le SANG, l'ÂME ET LA DIVINITÉ DE NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST ; tout le Christ en tout le pain et tout le Christ en toute partie de ce pain ; tout le Christ en tout le vin et tout le Christ en toute goutte de ce vin.  Les FORMULAIRES sont des mots précis qui indiquent la nature et l'effet spéciaux de chaque sacrement, administrés par une personne qualifiée qui veut "faire ce que l'Église fait" dans cette administration.

Faisant une distinction claire entre la foi personnelle et morale, d'une part, et l'intention, d'autre part, le CONSEIL DE LA FORMATION établit, en ce qui concerne le ministre, que " représenter comme il représente, dans cette fonction sacrée, non sa propre personne, mais celle du Christ, ministre du sacrement, Par conséquent, qu'il soit bon ou mauvais, il les consacre et les confère valablement, à condition qu'IL UTILISE TOUJOURS LA MATIÈRE ET LA FORME UTILISÉE DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE, selon l'institution du Christ, et AVEC L'INTENTION DE FAIRE CE QUE L'ÉGLISE FAIT dans cette administration. '' Catéchisme du Concile de Trente, chapitre premier, partie II, question XIX.

Jusqu'à Vatican II, les simples fidèles catholiques n'avaient jamais eu à se soucier de l'intention de leurs prêtres qui offraient la Sainte Messe, ni de l'effet que leur intention pouvait avoir surla validité de leurs Messes. Les catholiques savaient que même si un prêtre avait perdu sa foi ou sa vie morale, [u]sa Messe serait toujours le Sacrifice du vrai Corps et Sang de Jésus-Christ tant que ce prêtre voudrait faire "ce que l'Église fait".  ET NI LE PRÊTRE NI LES SIMPLES FIDÈLES N'ONT JAMAIS DOUTÉ QUE CE QUE L'ÉGLISE A L'INTENTION DE FAIRE À LA MESSE EST D'OFFRIR LE SACRIFICE SANS SANS EFFUSION DE SANG DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST . Dans les circonstances actuelles, même pour ceux qui défendent la validité "possible" de la "nouvelle messe", il est nécessaire d'enquêter, non pas sur la foi ou les vertus du célébrant, mais sur la question de savoir si le "ministre président" a l'intention ou non de faire ce que l’Église fait ou ce que les protestants font dans leur "Cène ". Rappelons-nous la fameuse définition que l'"INSTRUCTION GÉNÉRALE" nous a donnée de la "nouvelle Messe" au n° 7 : "La Cène ou Messe du Seigneur est l'assemblée sacrée du peuple de Dieu, réunie sous la présidence du prêtre pour célébrer le MÉMORIAL du Seigneur".

A SUIVRE...

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Image10


Dernière édition par Monique le Jeu 18 Juil 2019, 2:15 pm, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Empty Re: Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA

Message  Monique Jeu 18 Juil 2019, 1:04 pm

Une telle définition- qui était officielle- ne contient aucune mention du Sacrifice, ni de la VRAIE PRÉSENCE, qui résulte de ce Sacrifice, DU CORPS ET DU SANG DU CHRIST, et peut être appliquée à toute autre rencontre du peuple de Dieu ou à la Cène protestante elle-même, ce que les auteurs du "Novus Ordo" cherchaient réellement. Et, s'il est vrai qu'à la suite des protestations légitimes des "traditionalistes", cette définition a été modifiée, bien qu'elle ait déjà été approuvée avec la signature de Paul VI, la nouvelle théologie et les buts qui y sont exprimés sont néanmoins restés la base et l'âme de la "nouvelle Messe".  Une Église qui prépare une "nouvelle Messe" est nécessairement une "Église nouvelle", "Lex orandi", "Lex est Credendi". "Comme nous prions, comme nous croyons." Et tout prêtre qui essaie de faire ce que cette "Église nouvelle" NE OFFRE PAS UNE VRAIE MESSE, QUI EST ACCEPTÉE ET VALIDE. Et les catholiques qui reçoivent la "communion" de cette "assemblée" -même s'il est dit en latin sur la TOMBE DE SAINT PIERRE à Rome ou sur la table d'une cafétéria, NE RECEVEZ PAS LE CORPS ET LE SANG DE JÉSUS-CHRIST, mais seulement le pain et le vin, ou toute autre matière que les "ministres présidents" souhaitent employer.

Et que personne ne veuille nous réfuter dans cette non-acceptation décisive de la "nouvelle Messe", en disant qu'au moins certaines versions de cette "nouvelle Messe" contiennent encore les mots "sacrifice" et "corps et sang du Christ". Ils sont également contenus dans la SAINTE CÈNE de Thomas Cranmer, l'ancien archevêque catholique de Cantorbéry, qui entre 1547 et 1553 a détruit la foi catholique en Angleterre, détruisant la messe. Et quiconque connaît l'histoire de la première RÉFORME en Angleterre connaît parfaitement la manière dont Vatican II - sur un plan mondial, en suivant cette fois exactement le même processus que cet apostat du XVIe siècle, en laissant de la place à l'établissement de la "nouvelle messe", introduisit prudemment les mêmes hérésies du protestantisme anglican : La première étape a été l'échange du LATIN contre la "langue du peuple".  La deuxième étape : Changer l'AUTEL (représentation du Calvaire) pour la "table". La troisième étape : Changer le CANON de la MESSE traditionnel et séculier en "quatre prières eucharistiques", qui excluent la vraie notion d'un vrai SACRIFICE. La seule différence est que Cranmer avouait sincèrement que l'objet de sa RÉFORME était de détruire l'ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE, "la grande prostituée, le siège pestilentiel de Rome", en introduisant une "Nouvelle SAINTE CÈNE" contenant rien qui puisse "être enveloppée" et ressembler à "la Messe jamais suffisamment exécrée". Les successeurs actuels de Cranmer préféraient évidemment un poison plus lent à une blessure plus flagrante, comme l'a laissé entendre le cardinal John Heenan de Westminster : " Il aurait été imprudent d'introduire tous ces changements en même temps.  De toute évidence, il était plus sage d'effectuer ces changements graduellement et en douceur.  Si tous les changements avaient été introduits simultanément, vous auriez tous été confus" Lettre pastorale du 12 octobre 1969. PAUL VI ET VATICAN II ONT SUIVI UNE MÉTHODE IDENTIQUE À CELLE UTILISÉE PAR LA CRANMER.

A SUIVRE...

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Paolo%20VI  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   S9xil5x6v24fcg4823a2adkbicg4823a2adke
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Empty Re: Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA

Message  Monique Jeu 18 Juil 2019, 1:36 pm

Parmi les 27 raisons dogmatiques citées par les cardinaux Ottaviani et Bacci pour justifier le rejet de la "nouvelle Messe", le numéro 11, qui traite du changement du FORME de la Consécration, est particulièrement important.  Depuis la DÉFINITION INFAILLIBLE du Concile de Trente, publiée par saint Pie V en 1566, aucun catholique n'a douté de l'enseignement de l'Église concernant la FORME de la Consécration de la Messe. CHAQUE FORMULAIRE EST NÉCESSAIRE.  Pour la consécration du pain : "HOC EST ENIM CORPUS MEUM". (Car CECI est mon CORPS). Pour la Consécration du vin : "HIC EST ENIM CALIX CALIX SANGUINIS MEI, NOVI ET AETERNI TESTAMENTI : MYSTERIUM FIDEI : QUI PRO VOBIS ET PRO MULTIS EFFUNDETUR IN REMISSIONEM PECCATORUM" (Pour ceci est le calice de mon SANG, du nouveau et éternel TESTAMENT : MYSTÈRE DE FOI : qui sera versé pour vous et pour beaucoup, pour le rachat des pêchés)

Des trente-six papes qui succédèrent à saint Pie V, UN n'osa changer UNE parole de la forme de consécration.  Et jusqu'à il y a dix ans (vers 1958,) même les liturgistes les plus audacieux - sachant aussi bien que d'autres catholiques que tout changement substantiel mettait en danger la validité même de la Messe - étaient tous d'accord pour dire que PERSONNE, AUCUN PAPE ne pouvait ou n'oserait toucher les paroles de la CONSÉCRATION, ni le Canon dans son entier, pour la même raison. Jusqu'à l'entrée en scène du pontife progressiste (Montini-Paul 6), exilé à Milan par Pie XII, et à peine plus vite qu'il n'a fallu aux gens pour s'habituer à voir un Pape sans tiare, le monde a dû accepter que la seule Messe désormais autorisée est une nouvelle messe, avec les FORMULAIRES abrégés de la CONSÉCRATION et, du moins en une d'elles, avec traduction officielle MUTILATE.   Les colporteurs de la "nouvelle messe" n'ont perdu aucun détail.  Ce n'est pas précisément pour des raisons esthétiques ou décoratives que, dans le passé, tous les imprimeurs des Missels romains étaient obligés d'imprimer la "FORME DE LA CONSÉCRATION" avec des caractères exceptionnels, différents des autres et placés indépendamment. La raison de cette prescription était que, même visuellement, l'action sacrificielle des adjonctions purement narratives qui précèdent et qui suivent ces mots devrait ressortir. Ces paroles de la FORMULE, prononcées sur un ton différent, solennel et impérieux, renouvellent incessamment le SACRIFICE DE LA CROIX, parce que le célébrant les prononce au nom du Christ, avec la puissance du Christ, en représentation du Christ, pour placer le CHRIST en victime sur l'autel. Il faudrait être très naïf pour penser que ce n'est qu'"un accident" par lequel les réformateurs ont changé la même impression, dans leurs prières eucharistiques, dans lesquelles les formules de consécration disparaissent, que de nous donner une version mutilée de la même narration de ce qui s'est passé à la dernière Cène du Seigneur.

A SUIVRE.

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Calvarymass1-600x410

Des trente-six papes qui succédèrent à saint Pie V, UN n'osa changer UNE parole de la forme de consécration.  Et jusqu'à il y a dix ans (vers 1958,) même les liturgistes les plus audacieux - sachant aussi bien que d'autres catholiques que tout changement substantiel mettait en danger la validité même de la Messe - étaient tous d'accord pour dire que PERSONNE, AUCUN PAPE ne pouvait ou n'oserait toucher les paroles de la CONSÉCRATION, ni le Canon dans son entier, pour la même raison.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Empty Re: Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA

Message  Monique Jeu 18 Juil 2019, 2:04 pm

Étant donné qu'à ce stade, dans le changement substantiel des formules de la Consécration, la principale preuve de l'INVALIDITÉ SACRILÈGE de la "nouvelle messe", il semble non seulement opportun, mais nécessaire de consacrer une étude spéciale, dans le prochain numéro de la revue TRENTE, pour démontrer que dans la "nouvelle messe", il y a changement, et des changements substantiels dans les paroles et dans le sens de la FORME DE LA CONSÉCRATION de la Messe traditionnelle, la seule vraie Messe de l'Église catholique, parce que c'est la seule dans laquelle le SACRIFICE SANGLANT se perpétue.

Mais, tout d'abord, il faut faire voir aux fidèles l'immense ASTUCE, qui avec une audace incroyable, a été fait en faisant ces changements substantiels et sacrilèges, non dans la version latine de la "nouvelle messe" mais dans les innombrables traductions vernaculaires. Deux raisons semblent évidentes pour conduire les réformateurs du XXe siècle à cette astuce : premièrement, pour pouvoir assurer, apparemment avec vérité, tous les contestés, que, substantiellement, la nouvelle Messe est la MESSE TRADITIONNELLE, car les formules consécratoires dans la version latine qui est censée être la version officielle, mais pas la seule, de l'Église, les formules consécratoires de pain et de vin, sont identiques, en latin. Mais contre ce tour de passe-passe incroyable, nous devons dire que, par ordre des Conférences épiscopales, les prêtres doivent célébrer "la nouvelle Messe" dans la langue vernaculaire, non en latin, et avec l'aide du peuple. Deuxièmement, les gens qui ne comprennent pas le latin, ni dans la messe traditionnelle, ne devraient pas entendre la FORMULE puisque le prêtre devait la prononcer à voix basse ; maintenant, d'un autre côté, ils écoutent et comprennent ce qui est dit, avec lequel ils acceptent insensiblement les hérésies protestantes. On ne peut pas donner une raison satisfaisante pour ces changements, mais pour faciliter la CÈNE PROTESTANTE, en supprimant la MESSE CATHOLIQUE.

FIN

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   Primeira-noite-de-novena

  Un service protestant dit en latin ne cesse pas d'être un service protestant, par le Rév. P. SÁENZ y ARRIAGA   200px-Padre_Saenz_jovencito
Père SÁENZ et ARRIAGA, priez pour nous !
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum