BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Lun 15 Juil 2019, 1:41 pm

https://messe.forumactif.org/t8649-breve-resena-sobre-el-tradicionalismo-en-mexico-por-gloria-riestra#151054


BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra.

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Cristeros1

par Gloria Riestra de Wolff
(Secrétaire général et Commissaire de presse de l'UNION CATHOLIQUE TRENTO du Mexique)


Comme tous les pays nés dans la chaleur de la foi catholique, le Mexique, nation mariale par excellence, nation martyre par excellence, berceau des saints et des catholiques distingués dans la Hiérarchie et dans le monde des laïcs, ne pouvait rester insensible au tremblement universel que le cri néo-moderniste déclenché par Vatican II a produit dans la conscience catholique, où d'anciens efforts et slogans de l'Église "Contre l'Église" ont été combinés pour livrer une bataille - selon les désirs des ennemis - décisive pour sa portée et sa profondeur, afin de renverser définitivement l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique.

Pour ceux d'entre nous qui ont suivi de près - et participé humblement à la défense de la Foi - l'évolution des événements, il est facile de voir comment la réaction du clergé et du peuple catholique a été dans certains aspects similaire à celle de la plupart des pays catholiques, mais dans les points les plus importants l'attitude diffère de celle des groupes les plus importants, puisqu'il existe au Mexique, grâce à Dieu, une organisation bien fondée qui rassemble les prêtres et les fidèles qui détiennent sur la base de la doctrine et de la Loi de l'Église, que que le Siège romain est vacant, et que c'est là que réside le problème fondamental du présent, pouvant diriger sous cette vision la lutte profonde contre le schisme, la nouvelle religion, et les fausses hiérarchies. Nous traiterons de cette association plus tard.

Ce qu'il faut noter dans le cas du Mexique par rapport au peuple catholique, c'est que la grande majorité des fidèles ont été attaqués, pour ainsi dire, par le progressisme, étant dans des conditions plus défavorables que dans d'autres pays. Car l'éducation laïque et pro-socialiste imposée par l’État a déjà produit plusieurs générations de catholiques qui n'ont que la connaissance de la religion reçue du catéchisme de la première communion. La minorité qui fréquente les écoles catholiques qui agissent en dehors de la loi (avec l'épée de Damoclès toujours en tête), n'a pas eu une préparation intellectuelle adéquate pour faire face avec leurs propres forces à une hérésie en pleine hérésie. Confiants dans leurs évêques avant tout, et avec les élites des organisations catholiques vivant encore une Foi non illustrée, la masse des baptisés a été surprise comme dans d'autres pays, et quand le sens de la foi a poussé beaucoup à se demander, à enquêter et à se défendre, déjà la multitude s'est rendue, nous pouvons dire que de bonne foi, à "l'obéissance" de ceux qui sont venus et partis de Rome pendant ces années conciliaires. Le processus de découverte de la totalité de l'attaque hérétique et de ses causes a donc été lent. En 1967, celui qu'on appellera plus tard le "théologien de fer", le Révérend père Joaquín Sáenz y Arriaga dans son œuvre "Cuernavaca y el Progresismo Religioso en México" (Cuernavaca et progrès religieux au Mexique), ne négligea pas Paul VI. Et celui qui a écrit cet article, à l'époque, étant sous l'influence des évêques et des prêtres qui avaient été ses maîtres en orthodoxie, mais découvrant au milieu d'une solitude totale, au début de sa lutte, que beaucoup de choses étaient mauvaises dans l'Église, n'a pas réussi à voir clairement l'origine de nombreux maux, ni même leur réalité, car  les circonstances dans lesquelles le schisme actuel a pris naissance étaient telles que les âmes angoissées qui interrogeaient nos soumissionnaires sur la vérité, au lieu de trouver la véritable doctrine et l'instance de sa défense, ont trouvé qu'avec des sophismes habiles elles nous conduisaient à l'erreur, nous mettant dans le dilemme, alors effrayant pour nous, de devoir penser obéir volontairement et dans sa totalité, et s'en éloigner dans une situation incompréhensible et pitoyable, ou leur faire confiance sur des points théologiques que la plupart des gens ne pouvaient pas étudier eux-mêmes, tombant dans l'abîme par respect pour une autorité qui avait déjà perdu la hiérarchie, et en plus, avec une attitude de bonne foi de la part de ceux qui, à cette époque, ont accueilli désespérément le jugement des guides et même des dirigeants dans leurs précédents combats pour la défense de la foi.
A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Mar 16 Juil 2019, 1:42 pm

Mais les choses en sont arrivées à un point tel qu'une profonde instruction théologique n'était plus nécessaire pour savoir que de nombreuses doctrines et normes données par la nouvelle église étaient totalement hérétiques et opposées au dogme catholique. Et certaines questions ont poussé certains, d'autres, comme partout, à faire le pas décisif en s'opposant publiquement au droit à la vérité catholique, face à l'erreur aussi officiellement promue. Les intellectuels catholiques ont commencé à s'unir au Mexique principalement autour de R.P. Joaquín Sáenz y Arriaga, et la définition finale des positions a eu lieu lorsque ce prêtre visionnaire a écrit le livre intitulé "La Nouvelle Église Montinienne" en 1971, dans lequel il rend Paul VI responsable de la destruction de l'Église et se penche sur l'étude d'une éventuelle vacance du Saint-Siège à cette époque, exprimant ses doutes quant à savoir si le Concile Vatican II - dont le cours a suivi de près à Rome - serait inspiré par l'Esprit-Saint, vu les choses si opposées au Magistère qui s'y était formé. Ce travail lui valut l'"excommunication", (invalide bien sûr) et son travail écrit par la suite sous le titre "SEDE VACANTE'' publié en 1973, nous confirma tous qui voulaient voir les choses à travers la vraie doctrine de la Sainte Église, dans la terrible mais non moins réelle évidence que le siège de Saint Pierre était usurpé, comme les sièges de toutes les juridictions soumis au faux pouvoir destructeur de Paul VI.

L'exposé du problème fondamental de l'Église, c'est-à-dire la vacance du siège romain, et la nouvelle abondance de données sur une "nouvelle église" que le Père Saenz appelait "montinienne", pour avoir dû vivre pour déplorer la destruction effectuée par Montini, divisait les catholiques en deux groupes fondamentaux ; il s'agit des "traditionalistes", c'est-à-dire ceux qui, d'une manière quelconque, avaient exprimé leur opposition à la doctrine néfaste des réformes post-conciliaires sans se présenter en groupes avec une forme organisée. Au contraire, des groupes d'amis se sont rassemblés autour de diverses publications, et c'était le bulletin " Trente " fondé par le Père Saenz et Arriaga, le lien d'union et de communication entre le théologien et le groupe croissant de personnes convaincues de la vérité de leurs affirmations soutenues par la doctrine de l'Église.

C'est ainsi qu'ont été délimités, d'une part, ceux qui ont soutenu la vacance du siège romain et, d'autre part, ceux qui, voyant la destruction déjà impossible à cacher dans son ampleur et son origine de la Rome néo-moderne elle-même, ont insisté et insistent encore pour défendre certains points de la véritable doctrine ou culte, mais défendent avec habile sophisme les auteurs et les tenants du trouble et plutôt catastrophe causée dans l'Église.

Nous ne sommes pas ici pour juger les consciences ou les intentions générales, mais pour exposer ce qui est objectivement vu. Nous ne pouvons pas ne pas reconnaître que c'est encore l'ignorance en matière religieuse qui confond les âmes catholiques confrontées au problème de ne pas savoir qui elles ont été médullairement enseignées à vénérer : celui qui occupe la chaire de Pierre et la hiérarchie qui y est soumise. La simple audition du Siège Romain Vacant effraie tant de gens qui n'ont pas une Foi éclairée, que ces masses populaires, même si elles sont insatisfaites de preuves déjà indéniables et répugnantes à leur sens de la Foi, par ce qu'elles voient dans toutes les sphères de l'Église, refusent catégoriquement de dépasser leurs propres conjectures et plaintes personnelles entre amis, sans vouloir réfléchir sur la gravité de ce problème.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Mer 17 Juil 2019, 3:01 pm

Dans le cas des personnes qui se sont regroupées en groupes "traditionalistes", tout semblait aller bien et être un mouvement unanime, alors que pendant quelques années, l'attitude générale face à la crise a été de protester pour des points doctrinaux que tout le monde pouvait comprendre, dans les aspects du "progressisme" que certains évêques répudiaient encore, sans oublier les allusions négatives occasionnelles de Paul VI lui-même au "modernisme", qui animaient davantage dans leur position de "protestation" et de fidélité au "Pape" et aux évêques, les catholiques qui émergent et se manifestent comme défenseurs de la Tradition.

Dans le même esprit pour nous aujourd'hui contradictoire, de petits groupes d'amis restent autour des magazines "Integrity", "The Combat Leaf", "Ecumenism" et l'une ou l'autre feuille sans transcendance. Il faut aussi mentionner les publications de "Difusora Mariana". La différence entre les traditionalistes qui étaient déjà définis comme tels (certains dans un sens restreint) dans les années soixante et ceux que l'on trouve aujourd'hui au Mexique à partir des années soixante-dix, réside dans le fait que la grande et fondamentale division est née du fait que le Père Saenz a soulevé les problèmes fondamentaux, comme nous l'avons dit, Saenz et ses œuvres, ses disciples - qui ne sont que des adeptes de la doctrine catholique appliquée à l'affaire - ont fait tous les efforts possibles pour mettre la véritable doctrine et les preuves des faits à la disposition du peuple.

Ainsi, nous le répétons, les traditionalistes qui, au Mexique, suivent ici la ligne que nous appelons "soft", si au début ils étaient tels que nous étions, dans ce qui fut le début d'une évolution dans l'appréciation réelle du problème de l'Église, maintenant ils ne peuvent plus justifier l'ignorance, et les polémiques que nous avons eues dans le domaine journalistique, par exemple celle d'un domestique avec Lic Salvador Abascal, directeur du "Hoja de Combate", ont été suffisamment révélatrices non seulement pour les traditionalistes mais pour une bonne partie de la population catholique. Et malheureusement, ce qui est évident, c'est que, bien que connaissant maintenant la totalité et l'ampleur du désastre causé par Paul VI et ses successeurs principalement, et connaissant l'argumentation théologique admise par la Sainte Église dans le cas d'un éventuel antipape ou pape hérétique, ils refusent catégoriquement de reconnaître la vérité, et ce qui est pire, comme Lic Abascal, ils défendent publiquement ce qu'ils avaient rejeté peu avant, par exemple, le cas concret de la communion donnée aux protestants par un texte officiel de Paul VI.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Ven 19 Juil 2019, 1:38 pm

Les animateurs du faux traditionalisme.

Toujours dans la vie du. R.P. Sáenz, décédé en 1976, d'étranges animateurs du faux traditionalisme apparaissent. Nous l'appelons faux parce que c'est un amour contradictoire de la Tradition, qui collabore avec ses destructeurs.

Il ne fait aucun doute que l'épiscopat mexicain (complètement tombé dans le schisme) a regardé favorablement les catholiques, surtout les intellectuels, clercs et laïcs, pour exprimer leurs préoccupations sur ce qu'ils considéraient comme contraire à la doctrine, avec des aspects "latéraux", pour ainsi dire, du problème, mais sans aller au fond des choses. Pour cette raison, les revues telles que celles mentionnées continuent de recevoir les félicitations des "évêques", et des expériences de "fusion" des traditionalistes ont été consenties et tolérées, ainsi que les activités de prêtres étrangers qui, comme il est populaire ici, "allument une bougie pour Dieu et une autre pour le démon". Tout à coup sont nés deux jésuites que la Compagnie de Jésus a permis et permet de désobéir aux ordres souverains de Rome reconnus par eux, et qui sont impliqués dans les noyaux traditionalistes (de fausse lignée, nous le répétons), célébrant la Messe tridentine et administrant les vrais sacrements, malheureusement ; défendant certains points de la vérité catholique, et voyageant librement partout avec la permission de leurs supérieurs, utilisant le besoin spirituel des catholiques (ainsi on dit que malheureusement ils administrent vraiment les sacrements). de les convaincre en même temps qu'il n'est pas possible de parler du Siège Vacant, que dans beaucoup de choses ce n'est pas le "Pape" qui est à blâmer, et d'autres sophismes qui se révèlent être une défense des schismatiques post-conciliaires et de tout leur complot. Les biens jésuites mentionnés sont le Père Benjamin Campos et le Père Adonaí Correa. Le premier est l'auteur d'un livre qui, au lieu d'illustrer, confond, intitulé "Le Christ hier, aujourd'hui et éternellement" qui est une défense sophistique de Paul VI. Cette phrase tirée de son œuvre suffit : ".... ". Les gens ... ont été trompés par cette vérité défigurée, parce que beaucoup de choses qu'ils disent que le Pape a dit, le Pape n'a pas dit. Exemples ? On leur a dit que le Pape avait demandé la communion debout, et le Pape ne l'a pas dit. On leur a dit que le Pape ne voulait pas que la tradition soit préservée, et le Pape a dit le contraire"... Et ainsi de suite. D'autre part, le Père Adonaí Correa, l'autre jésuite, a commencé son "apostolat" parmi les traditionalistes en fréquentant avec le Père Campos, dans la ville de Puruarán, Michoacán, un centre des "apparitions de la Vierge Marie" pour y célébrer les milliers de pèlerins qui allaient connaître - et vont encore - les messages des "visionnaires" et vénérer une image de la Vierge peinte sur toile, qu'il est dit depuis le début "incarner". En d'autres termes, la Vierge Marie s'est "incarnée" dans cette toile. Et ainsi, inexplicablement, ils continuent tous les deux à être membres de la Compagnie de Jésus détériorée, et en même temps "traditionalistes" avec la permission d'assister au grand nombre de catholiques - pour la plupart confus - qui désirent plus que tout assister à une vraie messe et recevoir les sacrements. Le prix à payer est d'augmenter la confusion dans le domaine doctrinal, et de rester à l'abri, "spirituellement vaccinés" contre la thèse du siège vacant, et donc immobilisés pour la vraie lutte, ces catholiques, qui viennent en grands pèlerinages à ce centre.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Mar 23 Juil 2019, 12:05 pm

D'une manière spéciale nous devons nous référer à la maison d'édition "Difusora Mariana". De ses bureaux dirigés au Mexique par M. Jacobo Magallón et l'ingénieur Tomás Moreno Carbantes, c'est avec ses publications, porte-parole de prétendues "révélations" qu'ils reçoivent en différents points de la terre, spécialement de la Vierge Marie, ils disent, "visionnaires" qui s'accordent tous sur un point : Le "Pape" n'est pas l'auteur de la destruction dans l'Église. Certains disent qu'il a un "double" (un sosie) et qu'il est kidnappé (ceci au temps de Montini), que le progressisme n'est pas installé d'en haut, mais qu'il s'agit d'infiltration dans l'Église. Ceci dit, aux messes ignorantes avides de nouveauté spirituelle, au milieu de la prédication matérialiste dans laquelle elles vivent et de la désacralisation de l'église post-conciliaire, est une grande attraction accompagnée de "preuves" des apparitions comme "portraits" de la Vierge Marie et du contenu des dialogues sans fin entre les supposés voyants et la Dame du ciel. Et si en plus les voyants sont protégés par un centre "traditionaliste" pour que la messe catholique y soit célébrée comme au Mexique dans deux lieux importants, comme Puruarán et le couvent des "Minimas" religieux fondé par la supposée visionnaire "Madre Conchita" (récemment décédée mais dont le travail se poursuit), sinon pourquoi dire que les catholiques désireux d'avoir des rites traditionnels affluent, entendent parmi les "voix du ciel" le faux message sur la réalité de l'Église.  

Le courant que nous appelons ici "apparitionniste" est très fort au Mexique, et nous devons en particulier regretter qu'il y ait des personnes proches du schisme de la Palme de Troie d'Espagne, siège de la soi-disant "Église catholique, apostolique, palmariale", qui, nous le savons, a son "Pape", Clemente Domínguez, malheureusement consacré comme évêque par un évêque chinois (Mgr Thuc) de tendance traditionaliste qui a regretté, assez tard par la suite, de graves erreurs. Les agents de ce schisme, dont certains venaient d'Espagne depuis des années, dont Clemente Domínguez lui-même, et plus tard d'autres Mexicains qui avaient des liens avec eux, ont ouvert la voie aux "traditionalistes" pour tomber dans le dernier piège du schisme.

Inutile de dire que les "visionnaires" du Palmar de Troya sont les ennemis amers de toute allusion à la culpabilité de Paul VI. Cette secte étrange l'a déjà "canonisé" comme victime, et ses adeptes profitent des bienfaits sacramentels d'une trentaine d'évêques et d'un clergé ordonné en pleine croissance, ce qui leur fait oublier leur sens de la foi catholique et leur devoir d'enquête sur la vérité de la destruction de l'Église. Car ils sont, selon cela, la continuation de la vraie Église.

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  1111532409_850215_0000000000_sumario_normal BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Palmar--644x362

Le courant que nous appelons ici "apparitionniste" est très fort au Mexique, et nous devons en particulier regretter qu'il y ait des personnes proches du schisme de la Palme de Troie d'Espagne, siège de la soi-disant "Église catholique, apostolique, palmariale", qui, nous le savons, a son "Pape", Clemente Domínguez, malheureusement consacré comme évêque par un évêque chinois (Mgr Thuc) de tendance traditionaliste qui a regretté, assez tard par la suite, de graves erreurs. Les agents de ce schisme, dont certains venaient d'Espagne depuis des années, dont Clemente Domínguez lui-même, et plus tard d'autres Mexicains qui avaient des liens avec eux, ont ouvert la voie aux "traditionalistes" pour tomber dans le dernier piège du schisme.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Dim 28 Juil 2019, 12:23 pm

Il y a aussi des adeptes des "voyants" du mouvement appelé "Armée Blanche de Marie", dont le siège est en Espagne.

C'est dans ce climat de confusion et de tromperie que naquit et germa chez les "traditionalistes" la lignée du Siège Vacant, ou la branche des catholiques qui reçut la doctrine de la Sainte Église appliquée au cas présent par le P.R. Saenz, et qui non seulement l'ont reçu, parce que leurs thèses sont connues publiquement pour leur résonance, surtout après sa prétendue "excommunication", mais ils ont voulu ouvrir leurs oreilles pour entendre, comprendre la vérité de la situation, même si dorénavant ils proclament cette vérité et travaillent dur en conscience pour la solution difficile, leur apporter de multiples emplois et pénalités à cause de l'opposition non seulement du clergé, mais aussi de tous les autres groupes "traditionalistes" devenus ennemis de la proclamation de cette vérité, même si, nous le répétons, elle a été amplement démontrée. La réalité que le Saint-Siège n'est pas seulement vacant, c'est-à-dire vide par rapport à un vrai Successeur de Pierre, mais occupé par des usurpateurs incompréhensiblement obéis par la hiérarchie non seulement moderne, mais antique ; par des cardinaux et des évêques et des prêtres âgés qui par leur attitude provoquent l'inertie des fidèles. L'Église est entre des mains ennemies, en un mot. Et dire cela a coûté des larmes de sang à ceux qui osent le soutenir et chercher une solution. (*Note de Javier : Voilà l'erreur et le problème, Mlle Riestra ! Vous n'avez pas besoin de chercher " une solution", parce qu'il n'y a tout simplement pas de solution ! C'est la Volonté Divine et la Providence qui ont permis d'atteindre cette situation douloureuse d'éclipse totale de l'Église. C'est à nous, derniers catholiques, de lutter jusqu'au bout, de rester fidèles jusqu'à la mort, de garder le dépôt de la Tradition et de résister jusqu'à la volonté de Dieu ! Tout cela est notre victoire et notre gloire future, si nous persévérons jusqu'au bout dans la Foi ; il n'est pas nécessaire de chercher des solutions humaines, car toutes mènent désespérément à un mal plus grand, c'est-à-dire aux sacrilèges, aux schismes et aux hérésies, comme nous avons malheureusement vu dans le "monde traditionaliste").

Comment est née l'"UNION CATOLIQUE DE  TRENTE" (*Note de Javier : Malheureusement, l'Union Catholique de Trente, l'œuvre du Révérend P. Sáenz et Arriaga, est déjà entre des mains ennemies, car ils ont été complètement absorbés par la ligne sacrilège Thuc, comme qui écrit a pu vérifier. Ils obéissent à Mgr Dolan et Mgr Pivarunas. Ils ont neutralisé toute résistance et désir de combat. Maintenant ils se contentent d'avoir accès aux "sacrements" et à la "consécration" des "prêtres et des évêques". Sacrilège après sacrilège - un vrai désastre !)

Dans l'ombre du P. Joaquín Sáenz y Arriaga, de bonne mémoire.

En ce qui concerne l'Union Catholique de Trente, je suis obligé d'aborder le sujet en m'exprimant à la première personne afin de rendre cette brève revue plus compréhensible.

Comme je l'ai déjà dit, le "traditionalisme" au Mexique a commencé à se manifester avec une forme de préoccupation unanime pour l'application des décrets de Vatican II qui a apporté des réformes dans la liturgie et des changements de doctrine perceptibles pour le commun des fidèles, existant dans les années suivant le Concile (décennie des années soixante) une forme commune de rejet de ce qui dégoûte le sens de la foi, mais sans aller au fond du problème.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Sam 03 Aoû 2019, 8:01 am

Après la publication du livre très révélateur du Père Sáenz y Arriaga (La Nouvelle Église Montinienne) et l'invalide "excommunication" promulguée par le "Primat Cardinal" du Mexique de l'époque, Miguel Darío Miranda, une division visible des champs a commencé à avoir lieu, je répète, dans la sphère des traditionalistes. Le fait même de l'excommunication du Père est venu clarifier la question de savoir qui irait jusqu'au bout de la bataille, et qui resterait à mi-chemin, reconnaissant une hiérarchie hérétique dont la tête ne pouvait être qualifiée de catholique, et se contentant d'une lutte secondaire qui, dans de nombreux cas, a été interrompue pour que des gens comme Licenciado Abascal, qui avait précédemment réfuté dans un livre la question de la communion accordée aux protestants, s'est terminée pendant la controverse publique avec moi, en la défendant, pour ne pas toucher même avec la pétale d'une rose l'occupant de la chaise de Pierre, bien que celle-ci ait commandé d'accomplir et de croire aux iniquités.

Non seulement les groupes se sont clairement divisés avec leurs dirigeants, mais la lutte contre la thèse du Père Saenz, ses expositions et celles en sa faveur faites par ceux d'entre nous qui l'avaient acceptée, non pas parce qu'elle venait du Père, mais parce que c'était une évidence placée devant nos yeux. Certains "traditionalistes" - surtout des membres du clergé qui ont beaucoup promis - se sont empressés de montrer leur adhésion au "Pape". D'autres ont habilement évité la manifestation publique, simplement en suivant sa ligne accommodante.  Mais le père Saenz avait déjà posé la pierre scandaleuse de la vérité de telle sorte qu'il fallait dire "oui ou non" avant ses procès. Surtout quand, en Europe, le courant accusateur du "Pape" Montini s'amplifiait aussi. Peu après l'œuvre du père Saenz au Mexique, l'abbé de Nantes émergea en France avec son "Libellum Accusationis" qu'il emmènera peu après à Rome avec l'intention de le remettre entre les mains de Paul VI lui-même. Si plus tard l'abbé n'était pas en accord avec ce qui a été exposé dans cet ouvrage, rien ne peut effacer la terrible réalité de ses accusations à Paul VI comme auteur d'hérésie, de schisme et  de scandale. Son travail a été traduit en espagnol et publié au Mexique. C'est aussi à cette époque que le père Barbara céda au poids de l'exposé du père Sáenz concernant la possibilité du Pape hérétique ou l'occupation du Siège par un usurpateur. Nous le mentionnons pour qu'il soit clair que, du moins dans la sphère traditionaliste, aucun de ceux qui lisent simplement les journaux après le tumulte de l'excommunication du Père Sáenz, et en particulier la presse "traditionaliste", ne peut s'excuser de l'ignorance, ni de la doctrine de l'Église sur cette affaire, ni de l'énorme vérité des accusations contre Montini, le Concile, et de leurs applications ultérieures.

Partagé le terrain, ceux de la lignée "douce" poursuivirent leur prétendue lutte contre un "progressisme latéral", devenant pratiquement fous malgré l'abondance des épreuves, et attribuant à la hiérarchie locale tous les maux de l'Église, le pire de tous, ceci à travers leurs revues qu'ils continuèrent à éditer. L'idée était de contrebalancer le travail du Père Saenz et d'autres prêtres qui exprimaient les mêmes critères et le pire de tout, c'est par l'intermédiaire de leurs magazines qu'ils ont continué à éditer. L'objectif était de contrebalancer le travail du Père Saenz et d'autres prêtres qui ont exprimé les mêmes critères. Avec cela, les responsables des groupes rassemblés sous ces revues se sont très bien comportés avec la hiérarchie post-conciliaire ainsi qu'avec la foule des catholiques qui craignaient d'affronter une réalité qui exigerait un changement total de conduite par rapport à la question ecclésiale, s'exposant ainsi à l'excommunication ou sa menace, tombant dans l'ostracisme social et risquant beaucoup plus que ce que peut-être on pourrait prévoir. Les prêtres aussi "se retirèrent" comme une petite armée vaincue, même s'ils avaient au moins exprimé en privé leur assentiment aux vérités exposées. Je connais beaucoup de ces prêtres qui m'ont même rendu visite, démontrant leur adhésion à ce qui n'était rien d'autre que l'application de la doctrine catholique. Mais quand est venu le temps de tout donner pour la cause, ils craignaient les conséquences et les châtiments de la Rome hérétique.

A SUIVRE...
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

 BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)  Empty Re: BREF APERCU DE LA RECHERCHE SUR LE TRADITIONALISME AU MEXIQUE, par Gloria Riestra. (espagnol/français)

Message  Monique Lun 05 Aoû 2019, 9:41 am

Parmi les prêtres restés, publiquement dépendants des thèses catholiques du Père Saenz, se trouvait le Père Moisés Carmona Rivera, curé du temple de la Divine Providence à Acapulco, gro, que le Père Saenz avait invité à être le premier directeur du bulletin "Trente". Il sera bientôt "excommunié" à cause de sa persistance dans la doctrine catholique et de la préservation des rites traditionnels.

Ainsi, bien que discrédité pour la messe catholique ignorante, et en particulier pour les moniales dont le père Saenz avait été confesseur, et pour les étudiants catholiques et les membres des congrégations mariales qu'il avait dirigés au niveau national, en ce qui concerne les choses de Dieu, et dans ce cas, "un cas de Dieu" pour ainsi dire, le père Saenz était aussi entouré par un "petit troupeau". Et ce qui allait déranger le plus les schismatiques post-conciliaires, c'était le fait qu'avec le Père Saenz il restait certains des intellectuels catholiques les plus renommés dans le monde des lettres en général, et l'apostolat des laïcs, un domaine dans lequel ils avaient agi comme leaders et défenseurs connotés de l'orthodoxie catholique. Parmi eux, l'illustre journaliste et leader de la lutte de la révolution de Cristera, Mgr René Capistrán Garza ; l'écrivain et historien et poète Antonio Rius Facius (maintenant biographe du père Sáenz). Anacleto Gonzáles Flores, (fils du chef martyr de la lutte de la Cristera, du même nom, appelé El Maestro), un leader bien connu de la lutte anti-marxiste catholique, et Gloria Riestra, journaliste, écrivain et poète, qui avait été préparé pour l'exposition et la défense de l'orthodoxie dès sa jeunesse, par qui ils furent plus tard évêque et prêtres. Pour ainsi dire, n'ayant pas au Mexique beaucoup d'éléments catholiques remarquables dans le domaine intellectuel, et qu'en outre ils auraient été signalés pour leur service à l'Église dans les apostolats de la plume et comme dirigeants d'organisations catholiques, on peut bien dire que le Père Saenz, ou plutôt la doctrine catholique appliquée au cas de la crise de l'Église, est sorti gagnant.  Les autres écrivains catholiques remarquables, peu nombreux, sont restés, pour certains, en marge du problème, comme Alfonso Junco (q.e.p.d.), et le Dr Jesús Guisa y Azevedo, et parmi les prêtres le P. Joaquín Antonio Peñalosa, en indifférence. Le Dr Emma Godoy est restée dans le domaine des "apologistes" et des chercheurs de faux coupables maximum. Salvador Abascal, un éminent combattant catholique, et R.P. Brambila, un écrivain et chroniqueur exceptionnel, ont pris un tour complet contre le Père Saenz et les autres qui l'ont soutenu, les attaquant publiquement et, pire encore, défendant l'indéfendable par le bon sens, comme d'autres maisons, la communion mentionnée aux protestants, une loi qui est devenue au Mexique la preuve dans le milieu catholique informé.

Plus tard, beaucoup de jeunes valeurs se sont ajoutées à la ligne doctrinale défendue par le Père Saenz, et d'autres prêtres sont sortis pour défendre publiquement la seule chose que nous défendons vraiment : non pas un homme et ses inventions, mais la doctrine catholique exposée par lui, et pas seulement par lui, mais par des catholiques du monde entier, prêtres et fidèles.

Je ne peux pas entrer ici dans le détail de la trajectoire particulière du Père Saenz. Il s'agissait ici de faire un croquis pour faire connaître encore plus son œuvre gigantesque, surtout dans ses dernières années, aux prises avec les maux qui l'affligeaient, de voyager et d'interviewer des personnalités en faveur de la véritable défense de l'Église, et en quête d'une véritable solution, sans cesser d'écrire des ouvrages fondamentaux. En plus des trois que nous soulignons ici, il nous restait d'autres thèmes, toujours en défense de l'orthodoxie catholique, et dans ces œuvres ont été nourris ceux qui se réuniraient plus tard dans une organisation formelle, pour continuer à servir la cause de la Sainte Église malgré tout ce qui pèse, avec une aide divine.


FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11387
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum