1866 Comment un infirme sortit de son lit

Aller en bas

1866  Comment un infirme sortit de son lit Empty 1866 Comment un infirme sortit de son lit

Message  gabrielle Ven 28 Juin 2019, 4:37 pm

1866

Comment un infirme sortit de son lit


On était au 16 novembre 1866, c'est-à-dire que l'église de Notre-Dame Auxiliatrice se construisait.

Le soir même, Don Bosco devait payer quatre mille francs aux entrepreneurs qui travaillaient à la coupole, et il n'avait pas le premier écu de cette somme.

Dès le matin, Don Rua, Préfet de la maison, et quelques coadjuteurs s'étaient mis en campagne. Dieu sait combien de rues ils avaient parcourues, que d'escaliers ils avaient montés et, à onze heures, ils rentraient apportant mille francs. C'étaient absolument tout ce qu'ils avaient pu trouver.



Comme ils se regardaient d'un air consterné et sans prononcer une parole, Don Bosco se mit à sourire :

— Allons ! Après dîner, j'irai chercher le reste.

À une heure, il prend son chapeau et sort, espérant qu'il lui surviendra quelque ouverture de la divine Providence.

Après plusieurs circuits faits au hasard, il se trouve à la Porte-Neuve. La, il s'arrête, ne sachant précisément où diriger ses pas. À ce moment, il est accosté par un domestique en livrée :

— Monsieur l'abbé, ne seriez-vous pas Don Bosco ?

— Oui, que puis-je pour vous ?

— Mon maître m'envoie vous prier de venir le voir tout de suite.

— Allons voir votre maître. Est-ce loin ?

— Non, il habite là au bout de la rue.

Et il lui montre un magnifique hôtel.

— Cet hôtel est à lui ?

— Certainement. Monsieur est immensément riche ; il pourrait bien faire quelque chose pour votre église.



On arrive dans une très belle chambre. Un monsieur d'un certain âge était couché dans son lit ; il témoigne une grande joie à la vue de Don Bosco.

— Mon Révérend Père, j'ai grand besoin de vos prières ; vous devriez bien me mettre sur pied.

— Vous êtes malade depuis longtemps ?

— Il y a trois ans que je n'ai pas quitté ce lit de souffrance : je ne puis faire un mouvement et les médecins ne donnent aucun espoir. Si j'obtenais le moindre soulagement, je ferais bien quelque offrande pour vos œuvres.

— Cela tombe à merveille. Nous avons besoin, aujourd'hui même, de trois mille francs pour l'église de Notre-Dame Auxiliatrice.

— Trois mille francs ! Vous n'y pensez pas, mon père. Si c'était quelques centaines de francs on pourrait voir... mais trois mille francs !

— C'est trop ? fait Don Bosco ; alors n'en parlons plus.


Et s'asseyant, il se met, avec la plus grande tranquillité, à entamer une question politique.

— Mais, mon Père, ce n'est pas de cela qu'il s'agit : et ma guérison ?

— Votre guérison : je vous indique un moyen, vous ne pouvez pas.

— Mais aussi trois mille francs !

— Je n'insiste pas.

Et il se met à parler de la pluie et du beau temps.

— Enfin, obtenez-moi un peu de répit à mes maux et, pour sûr, je ne vous oublierai pas à la fin de l'année !

— À la fin de l'année ! Mais vous ne comprenez donc pas que nous avons besoin de cette somme ce soir même.

— Ce soir, ce soir ! Vous pensez bien qu'on n'a pas trois mille francs chez soi ; il faut aller à la Banque, cela exige des formalités.

— Et pourquoi n'iriez-vous pas à la Banque ?

— Vous plaisantez : voilà trois ans que je ne suis seulement pas descendu de mon lit ; cela est impossible.

— Rien n'est impossible à Dieu et à Marie Auxiliatrice.

Et, ce disant, Don Bosco fait réunir dans la chambre toutes les personnes de la maison au nombre d'une trentaine. Il leur indique une prière au Saint-Sacrement et à Notre-Dame Auxiliatrice, qu'il dit avec eux. Cela fait, il ordonne qu'on apporte des vêtements au malade.

Des vêtements ! Mais monsieur n'en a plus. Voilà trois ans qu'il ne s'est pas habillé ; nous ne savons pas où sont ses effets.

— Qu'on aillé m'en acheter au plus près, s'écrie le malade avec impatience ; faites ce que vous dit le Père. Pendant cette scène, entre le médecin qui veut mettre obstacle à ce qu'il appelle une insigne folie.

Mais des vêtements ont été trouvés ; le malade les a revêtus, et il se promène à grands pas dans la chambre, à l'inexprimable stupéfaction des assistants.

Il commande qu'on attelle et, pendant ce temps-là, il veut se réconforter, et se fait servir un lunch, dont il use avec un appétit inconnu depuis longtemps.

Puis, tout ragaillardi, il descend l'escalier en refusant qu'on lui aide, et monte en voiture.

Quelques instants après, il rapportait à Don Bosco trois mille francs.

— Je suis complètement guéri, ne cessait-il de répéter.

— Vous faites sortir vos écus de la Banque, lui dit Don Bosco, et Notre-Dame Auxiliatrice vous fait sortir du lit.

Cet homme est resté un des fidèles bienfaiteurs de l'oeuvre, et il a beaucoup contribué à l'édification de l'église de Notre-Dame Auxiliatrice.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18734
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum