Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

3 participants

Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Lun 17 Juin 2019, 10:43 am

14 juin 2019


Quoi de plus en ce moment…


Hérésie «papale»:

Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique

fondé sur le mérite



Et maintenant, un autre article pour votre fichier «Vous, les sédévacantistes, n’est qu’un groupe de protestants!».

Mardi 11 juin, l'apôtre argentin Bergoglio a remercié les malheureux d'assistés tous les matins pour assister à son service religieux chaque soir dans la chapelle de la Casa Santa Marta, au Vatican, avec une autre homélie. Il y révèle qu'il nie le dogme catholique sur la possibilité d'un mérite surnaturel devant Dieu par le justifié.

Les divagations hérétiques du faux pape, qui s'appelle Bergoglio, ont été rapportées par le bras de propagande interne du Vatican , Vatican News :

La vie chrétienne, a déclaré le pape François, est vécue gratuitement. «Sans frais, vous avez reçu; vous devez donner sans frais », a-t-il dit, c'est ainsi que Jésus a décrit le cœur du salut.

Il a dit que le salut ne pouvait pas être acheté, parce que Dieu "nous sauve gratuitement" et "n'exige aucun paiement". Comme Dieu l'a fait avec nous, nous devons faire avec les autres, a-t-il dit.

«Réalisez que le Seigneur est plein de cadeaux pour nous. Il demande juste une chose: que nos cœurs soient ouverts. Lorsque nous disons 'Notre Père' et que nous prions, nous ouvrons notre cœur, en permettant à cette gratuité d'entrer. Souvent, lorsque nous avons besoin de grâce spirituelle, nous disons: «Bon, maintenant je vais jeûner, faire pénitence, prier une neuvaine…» Bien, mais faites attention:  cela n'est pas fait pour «payer» ou «acheter» la grâce. Nous le faisons pour ouvrir nos cœurs afin que la grâce puisse entrer. La grâce est donnée gratuitement. ”

Tous les dons de Dieu, a déclaré le pape François, sont donnés sans frais. Et il a averti que parfois "le cœur se replie sur lui-même et reste fermé", et il n'est plus en mesure de recevoir "un tel amour librement donné".

Nous ne devrions pas négocier avec Dieu, a-t-il dit.


Dernière édition par Monique le Lun 17 Juin 2019, 1:04 pm, édité 4 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Lun 17 Juin 2019, 11:18 am

Nous voyons ici une tentative astucieuse d’inculquer l’hérésie dans l’âme des auditeurs au moyen de demi-vérités , qui sont les types de mensonges les plus dangereux. Comme la plupart des hérétiques, François n’a même pas honte de détourner un passage trouvé dans la Sainte Écriture pour lui servir de fondement à sa négation du dogme; Mt 10: 8: “guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons: vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.”

Voici un clip vidéo montrant cette atrocité spirituelle:



Il est évident que Bergoglio nie la possibilité et la valeur des grâces méritantes justifiées et même de la vie éternelle elle-même.

Pour comprendre ce que cela signifie, examinons d'abord ce que dit un dictionnaire de théologie dogmatique antérieur à Vatican II à ce sujet. Il définit ainsi la notion de mérite :



«Dans notre vie spirituelle, nous courons toujours le risque de perdre la question du paiement, même lorsque nous parlons avec le Seigneur, comme si nous avions besoin de corrompre le Seigneur. Non! Ce n'est pas le bon chemin… Je fais une promesse, afin d'élargir mon cœur pour recevoir ce qui est déjà là et nous attendre gratuitement. Cette relation de gratuité avec Dieu est ce qui nous aidera à avoir le même rapport avec les autres, que ce soit dans le témoignage chrétien, le service chrétien ou le travail pastoral de ceux qui guident le peuple de Dieu. Nous le faisons en cours de route. La vie chrétienne signifie marcher. Prêchez et servez, mais n'utilisez pas les autres. Servez et donnez librement ce que vous avez reçu librement. Puisse notre vie de sainteté être imprégnée de cette ouverture de cœur, afin que la gratuité de Dieu - les grâces qu'il veut nous donner gratuitement - puisse entrer dans nos cœurs.«

(Devin Watkins, «Le pape à la messe:« Servez les autres librement, comme Dieu vous aime librement » , Vatican News , 11 juin 2019; les italiques supprimés; les soulignés ajoutés.)

Il est évident que Bergoglio nie la possibilité et la valeur des grâces méritantes justifiées et même de la vie éternelle elle-même.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Lun 17 Juin 2019, 11:20 am

Pour comprendre ce que cela signifie, examinons d'abord ce que dit un dictionnaire de théologie dogmatique antérieur à Vatican II à ce sujet. Il définit ainsi la notion de mérite :

Le droit à une récompense pour une action moralement bonne. Le mérite peut être de condigno (convenable; suffisant) s'il existe une proportion égale entre le bon acte et sa récompense, et de congruo (congrue; de ​​convenance) si, à défaut d'une telle proportion, un motif de convenance ou de bienveillance qui déplace le récompensé. Le mérite surnaturel est ce qui résulte d'une action accomplie sous l'influence de la grâce divine et donc en relation avec la fin surnaturelle: la vision béatifique. Le mérite surnaturel requiert cinq conditions : (1) l’ état de la vie mortelle ( status viatoris - l’état du voyageur), car la mort est la fin de l’examen…; (2) l' état de grâce sanctifiante , parce que le péché rend la relation impossible avec Dieu; (3) le libre arbitre , sans lequel il n'y a aucune responsabilité et, par conséquent, aucun motif de récompense ou de punition; (4) du bon travail , car le mal mérite d'être puni; (5) accord ou consentement divin (accepter et ordonner le bon travail comme récompense), parce que l'ordre surnaturel est absolument gratuit et qu'aucune créature ne peut acquérir un droit véritable et approprié vis-à-vis de Dieu, sans sa propre disposition divine à cet égard. L’homme, remplissant ces conditions, peut mériter, même condigno, l’augmentation de la grâce et de la vie éternelle, qualifiée de «couronne de justice» par saint Paul.

Pendant sa vie mortelle, le Christ méritait pour lui-même la glorification de son corps humain (son âme jouissait déjà de la vision béatifique), et pour toute la race humaine, il méritait, particulièrement par sa passion et sa mort, tous les dons surnaturels et la vie éternelle. Son mérite, comme sa satisfaction, a une valeur infinie , et cette valeur est, plus vraisemblablement, conforme à la rigueur de la justice (c'est-à-dire implique le concept propre et complet de la justice), car c'est le mérite de la Parole de Dieu lui-même. , qui est le sujet opérationnel dans sa nature assumée. Marie a mérité de congruo pour nous tous ce que Jésus a mérité de condigno. Le luthéranisme, tenant la nature humaine intrinsèquement corrompue par le péché originel au point de perdre le libre arbitre, a nié toute possibilité de mérite chez l'homme. Le concile de Trente a condamné cette erreur, affirmant à la fois le libre arbitre et, sous l’influence de la grâce, le mérite [Denz. 809 et 842].

(Pietro Parente et al., Eds., Dictionnaire de théologie dogmatique [Milwaukee, MN: Bruce Publishing, 1951], sv “mérite”; italiques donnés; soulignement ajouté.)

Il est certainement vrai que l'homme déchu ne peut, par ses pouvoirs naturels, mériter la grâce. Dieu gratuitement , c’est-à-dire librement , a daigné nous offrir sa grâce afin que nous puissions redresser notre relation avec lui. Ainsi, le concile de Trente enseigna dogmatiquement:

Il [le Synode] déclare en outre que, chez les adultes, le commencement de cette justification doit être dérivé de la grâce prédisposante de Dieu par Jésus-Christ, c'est-à-dire de sa vocation, qui les appelle sans mérite, de sorte qui par le péché ont été éloignés de Dieu, par sa grâce stimulante et assistante, sont disposés à se convertir à leur propre justification, en acceptant librement et en coopérant avec la même grâce, de manière à ce que, tandis que Dieu touche le cœur de l'homme par l’illumination du Saint-Esprit, l’homme lui-même recevant cette inspiration ne fait rien du tout dans la mesure où il peut effectivement la rejeter, ni d’autre part il ne peut de son plein gré sans la grâce de Dieu se faire justice devant lui. Par conséquent, quand il est dit dans les Écrits sacrés: "Tournez-vous vers moi, et je me tournerai vers vous" [Zach. 1: 3], notre liberté nous est rappelée; quand nous répondons: "Convertis-nous, Seigneur, à toi, et nous serons convertis" [Lam. 5], nous confessons que nous sommes anticipés par la grâce de Dieu.

[Canon 3:] Si quelqu'un dit que, sans l'inspiration anticipée du Saint-Esprit et sans son aide, l'homme peut croire, espérer et aimer ou se repentir, comme il se doit, afin que la grâce de la justification lui soit conférée: qu'il soit anathème.

(Conseil de Trente, session 6, chapitre 5; Denz. 797, 813 )


Dernière édition par Monique le Lun 17 Juin 2019, 11:38 am, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Lun 17 Juin 2019, 11:21 am

Dans le sens que nous venons d'expliquer, il est vrai de dire que Dieu nous sauve «gratuitement». Il n'y a rien que nul d'entre nous ait fait ou n'aurait pu faire pour disposer de Dieu pour avoir pitié de la race humaine déchue et la restaurer de manière plus rationnelle état de justification. C’est tout à fait la bonté et la miséricorde de Dieu qui ont agi de la sorte: «Par grâce, vous êtes sauvés par la foi et non par vous-mêmes, car c’est le don de Dieu; pas des œuvres, afin que personne ne puisse se glorifier »(Ep 2, 8-9).

Cependant, maintenant que Dieu a fait preuve de miséricorde envers nous et nous a librement offert la possibilité de nous réconcilier avec lui, nous pouvons et devons coopérer de plein gré afin d’ obtenir réellement la justification offerte. Cette coopération est un acte libre de notre part; mais cela n'est rendu possible et fructueux que par l'assistance de la grâce imméritée de Dieu.

Ainsi, le concile de Trente dit que nous sommes «justifiés gratuitement, car rien de ce qui précède la justification, qu'il s'agisse de la foi ou de l'œuvre, ne mérite la grâce même de la justification; car, si c'est une grâce, ce n'est pas maintenant à cause d’œuvres; autrement (comme dit le même apôtre) la grâce n'est plus une grâce '[Rom. 11: 6] ”(Chapitre 8; Denz. 801 ).

Une fois que la justification a été reçue et que l'âme est régénérée dans une grâce sanctifiante et que les péchés ont été remis, le justifié peut mériter un accroissement de sa justification:

Ayant donc été ainsi justifié et ayant été fait «amis de Dieu» et «ses domestiques» [Jean 15:15; Eph. 2:19], “passant de vertu en vertu” [Ps. 83: 8], «ils sont renouvelés» (comme dit l'apôtre) «de jour en jour» [2 Cor. 4:16], c'est-à-dire en mortifiant les membres de leur chair [Col. 3: 5] et en «les présentant comme des instruments de justice» [Rom. 6, 19], pour la sanctification par l'observance des commandements de Dieu et de l'Église; dans cette justice reçue par la grâce du Christ "la foi coopérant avec les bonnes œuvres" [Jas. 2], ils augmentent et sont encore justifiés, comme il est écrit: «Celui qui est juste, qu'il soit toujours justifié» [Rev. 22], et encore: “Ne craignez pas d'être justifié, même à mort” [Sirach. 18], et encore: «Vous voyez que par les travaux un homme est justifié et pas seulement par la foi» [Jas. 2]. Et cette augmentation de la justice que la Sainte Église demande, lorsqu'elle prie: «Donne-nous, Seigneur, une augmentation de la foi, de l'espérance et de la charité» [13e soleil]. après Pent.].

(Concile de Trente, Session 6, Chapitre 10; Denz. 803 )

Le Concile de Trente souligne l'enseignement dogmatique ci-dessus en publiant les canons suivants contre quiconque oserait le contredire, comme le font les luthériens et de nombreux autres protestants:

[Canon 24:] Si quelqu'un peut dire que la justice reçue n'est pas préservée ni augmentée aux yeux de Dieu par le biais de bonnes œuvres, mais que ces mêmes œuvres ne sont que des fruits et des signes de justification reçus, mais non une cause de son augmentation : laissez-le être anathème.

[Canon 32:] Si quelqu'un dit que les bonnes œuvres de l'homme justifié sont de telle manière que ce sont des dons de Dieu, elles ne sont pas aussi les bons mérites de celui qui est justifié, ou que celui qui est justifié par les bonnes œuvres, qui sont accomplies par lui par la grâce de Dieu et le mérite de Jésus-Christ (dont il est le membre vivant), ne méritent pas vraiment une augmentation de la grâce, de la vie éternelle et de la réalisation de cette vie éternelle (s'il mourait dans la grâce) , et aussi un accroissement de gloire: qu’il soit anathème.

(Conseil de Trente, session 6; Denz. 834, 842 )


Dernière édition par Monique le Lun 17 Juin 2019, 11:44 am, édité 1 fois
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Lun 17 Juin 2019, 11:23 am

Ces deux canons anathématisent Bergoglio, car il soutient précisément que les justifiés ne peuvent mériter aucune grâce de la part de Dieu. Ils ne peuvent que «ouvrir leur cœur» ou «agrandir leur cœur» (ou peut-être mieux ou plus généreusement ) "recevez" ce que Dieu allait leur donner de toute façon: "Je fais une promesse, afin d'élargir mon cœur pour recevoir ce qui est déjà là, en nous attendant gratuitement ... les grâces qu'il souhaite nous donner sans frais ", a déclaré l'Antipope, cité ci-dessus. Mais un cœur plus grand - pour utiliser la pseudo-théologie métaphorique insupportable de Bergoglio - est une chose, et la conception catholique du mérite, une autre.

Bien sûr, personne au Vatican n'a battu l'œil. Vraisemblablement, aucun membre du clergé présent ne savait ni ne s'intéressait suffisamment à cette nouvelle hérésie «papale». Et comme il ne traite pas d'une question relative aux cinquième, sixième ou neuvième commandements et concerne entièrement une vérité surnaturelle , cela rend la question totalement inintéressante pour un grand nombre de personnes de la secte Vatican II qui sont autrement rapides pour publier un blog, publier une vidéo, organiser une pétition ou exprimer sa protestation d'une autre manière.

Et pourtant, nous devons répéter: Ce que Bergoglio a dit est une hérésie . C'est la négation directe d'une vérité révélée par Dieu et proposée comme telle par l'Église. (Jimmy Akin, appelez votre bureau.) L'adhésion publique pertinente en fait un non-catholique . Cette affaire est beaucoup plus grave que tout ce qui a trait à ce que Bergoglio savait ou ignorait à propos de Théodore McCarrick , par exemple. Et ce n'est pas pour minimiser les crimes de McCarrick.

La prière, le jeûne, la mortification et d'autres œuvres de pénitence simplement pour «ouvrir votre cœur» afin d'être mieux disposés à recevoir ce que vous ne méritez pas ? C'est quelque chose que Martin Luther - ce "témoin de l'Évangile" , comme l'appelle sans vergogne un récent document du Vatican, pourrait se joindre à nous!

Oui, oui, peut-être un Jimmy Akin ou Dave Armstrong peuvent-ils trouver un moyen de transformer ce que Bergoglio a dit en quelque chose qui ressemble à de l'orthodoxie. Mais le sens clair des mots est ce qu’il est, et c’est ainsi que les gens vont les comprendre, et c’est exactement ce sur quoi compte Bergoglio; car s'il avait voulu prêcher une orthodoxie claire, eh bien, il aurait simplement pu le faire .

Et ainsi nous voyons que Bergoglio a encore une fois - pardonnez le jeu de mots - richement mérité l’étiquette d’hérétique. Alors alors, qu'il soit anathème!

Source: ''Novus Ordo Watch''
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  gabrielle Lun 17 Juin 2019, 11:47 am

Ce Bergoglio prêche est bien l'hérésie luthérienne, donnons-lui un peu de temps et il dépassera les luthériens dans la perversion du dogme.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18807
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Roger Boivin Lun 17 Juin 2019, 3:52 pm


Est-ce dans les habitudes que ses homélies à cette place soient filmées ?
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12590
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le  mérite Empty Re: Plus d'hérésie «papale»: Bergoglio le luthérien nie le dogme catholique fondé sur le mérite

Message  Monique Mar 18 Juin 2019, 5:05 pm

Roger Boivin a écrit:
Est-ce dans les habitudes que ses homélies à cette place soient filmées ?


Je pense, que ça arrive assez souvent.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11418
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum