Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

4 participants

Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Gilbert Chevalier Sam 27 Oct 2018, 12:04 pm

Signaux de fumée : La fumée blanche du 26 octobre 1958

Par Novus Ordo Watch, le 26 octobre 2016

Que s'est-il passé il y a 58 ans aujourd'hui ?

Signaux de fumée :
La fumée blanche du Conclave du 26 octobre 1958


Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Fum-e-blanche-du-...bre-1958-554a6bc


Ce qui s'est passé il y a 58 ans au conclave qui se tenait à Rome pour élire un successeur au Pape Pie XII.

Comme après la mort de chaque Pape, les cardinaux se réunirent en 1958 dans la Chapelle Sixtine de la Cité du Vatican pour déterminer qui succéderait à feu Pie XII, mort le 9 octobre. Le conclave a ouvert ses portes le samedi 25 octobre. Officiellement, il s'est terminé le mardi 28 octobre par l'élection du Cardinal Angelo Roncalli, qui a pris le nom de "Jean XXIII".

Officiellement.

Quiconque se rend dans une bibliothèque pour faire des recherches sur le conclave - ou même pour faire des recherches dans les journaux en ligne, comme on peut facilement le faire de nos jours - découvrira que quelque chose de curieux s'est produit le dimanche 26 octobre, le deuxième jour du conclave : De la fumée blanche, signalant l'élection réussie d'un Pape, s'échappa de la cheminée de la chapelle Sixtine vers 18 h ce jour-là. Pas seulement quelques bouffées, comme cela peut facilement arriver à tout moment lorsque la paille lutte pour prendre feu, mais une grande quantité de fumée clairement blanche, d'une durée totale de cinq minutes (si vous ne pensez pas que cinq minutes c'est long, comptez jusqu'à 60 cinq fois de suite et voyez combien elle dure).

En plus de la fumée blanche, les cloches de Saint-Pierre commencèrent à sonner pour confirmer le succès de l'élection papale, et les gardes suisses se hâtèrent de préparer l'accueil du nouveau Pape à leurs postes assignés. La foule s'est rassemblée sur la place Saint-Pierre pour applaudir. Radio Vatican a annoncé avec confiance : « Il n'y a absolument aucun doute. Un Pape a été élu. »

Le problème, c'est qu'aucun Pape n'est jamais apparu. Au bout de cinq minutes, la fumée a commencé à grisonner, ce qui a semé la confusion. Au bout d'une demi-heure environ, la foule s'est dispersée et Radio Vatican a dû annoncer qu'une erreur avait apparemment été commise.

Tout cela a été rapporté par Associated Press et dans divers journaux à travers le monde le lendemain, 27 octobre. Puis, le 28 octobre, le conclave produisit à nouveau de la fumée blanche, et cette fois le cardinal Roncalli apparut comme "Pape Jean XXIII". Vous pouvez regarder la vidéo de l'apparition de Roncalli ici. Plus d'images du conclave sont disponibles ici.

N'oubliez pas que ce conclave - celui de 1958 - est celui qui a tout changé pour les catholiques. C'était, pour ainsi dire, le début officiel de l'Église Novus Ordo, car c'est Jean XXIII qui a commencé à faire basculer les choses et a appelé le Concile Vatican II comme par hasard, exigeant qu'il commence même sans préparation suffisante.

C'est Jean XXIII qui a jeté les bases de la religion Novus Ordo : Il a institué le "Secrétariat pour la promotion de l'unité des chrétiens", ouvrant ainsi la porte à l'œcuménisme ; il a appelé à un gouvernement mondial unique et à la liberté religieuse dans son Pacem in Terris, "encyclique" essentiellement maçonnique (voir nn. 136-138 ; n. 14) ; il réhabilita les personnages théologiques louches soupçonnés d'hérésie et/ou réduits au silence sous Pie XII et Pie XI en les nommant comme experts théologiques pour le concile, tels que Joseph Ratzinger, Yves Congar, Jean Danielou, Karl Rahner, et Henri de Lubac ; il a permis que tout le travail théologique orthodoxe préparatoire à Vatican II soit rejeté et remplacé par une pseudo-théologie moderniste ; il a passé un accord avec les Russes qui garantissait que le Concile ne dénoncerait pas le communisme ; et il a ouvert la voie pour que Mgr Giovanni Battista Montini devienne "Pape" en ne perdant aucun temps pour l'appeler au "cardinalat". Nous serions stupides d'ignorer les bizarreries objectivement vérifiables qui entourent ce conclave. C'était le moment clé qui a inauguré tout ce que nous avons connu depuis lors sous le nom de l'étrange nouvelle religion Novus Ordo.

Que s'est-il passé dans le conclave ? Pourquoi y avait-il de la fumée blanche deux jours avant la fin officielle du conclave ? Quelqu'un d'autre a-t-il été élu Pape avant Roncalli ? La fumée est produite par la combustion des bulletins de vote avec de la paille humide ou sèche. La paille humide produit de la fumée noire ; la paille sèche produit du blanc. La fumée blanche ne se serait jamais signalée à moins que le cardinal élu n'accepte aussi l'élection, car ce n'est qu'alors qu'il devient Pape.

Quelqu'un a-t-il été élu Pape ce jour-là, et si oui, qui ? Franchement, nous ne le savons pas. Le nom le plus souvent cité ici est celui de l'archevêque de Gênes, le cardinal Giuseppe Siri, prétendument l'homme que Pie XII lui-même voulait avoir comme successeur et, en tout cas, très favorisé comme le prochain Pape après Pie XII. A partir du milieu des années 1950, Siri se préparait déjà à un éventuel pontificat :

Le Cardinal Siri se préparait à succéder au Pape Pie XII (Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=XrVb9erZiwY )

Federico Tedeschini et Grégoire-Pierre Agagianian sont d'autres cardinaux qui sont parfois présentés comme ayant été élus pape en 1958. En fait, en 2004, le très apprécié magazine Inside the Vatican a publié ce qui suit dans ses pages :

« Il y a eu certaines irrégularités dans l'élection pendant ce conclave de 1958, comme le Cardinal Tisserant l'a lui-même reconnu. Certains disent qu'Agagianian a été élu, d'autres Siri, d'autres encore un autre cardinal, et que le camerlingue [=cardinal chambellan] a alors annulé l'élection. »
(P. Charles-Roux, Inside the Vatican : https://insidethevatican.com/ , septembre 2004, p. 41)

Ces « irrégularités » expliqueraient certainement pourquoi le Cardinal Francis Spellman de New York a été vu « sortant du conclave avec l'air blanc et secoué », comme le rapporte Mgr Joseph C. Fenton dans un de ses journaux personnels (voir entrée du 2 novembre 1960).

Une autre particularité de ce conclave était le fait qu'après sa fameuse apparition sur le balcon, Jean XXIII ordonna à tous les cardinaux de revenir dans le conclave pour 24 heures supplémentaires - au grand dam des éminences âgées et malades :

« [Jean XXIII] ordonna aux cardinaux de rester en conclave avec lui pendant encore vingt-quatre heures, afin qu'il ait la possibilité de les consulter. Les cardinaux, sans doute, avaient hâte de sortir de leurs quartiers confinés (beaucoup d'entre eux étaient en effet très âgés - un avait quatre-vingt-seize ans - et plusieurs étaient malades). Mais ils acceptèrent le commandement dans l'esprit dans lequel il avait été donné : Le désir ardent de Jean de tous les attirer dans le gouvernement de l’Église, en contraste frappant avec son prédécesseur. C'était un présage de choses à venir. Mais le commandement, naturellement, n'a pas été immédiatement communiqué au monde extérieur. L'annonce du nouveau pontife a été faite à quatre heures quarante-cinq, du balcon de la basilique Saint-Pierre. [Mgr Domenico] Tardini, le secrétaire d'État par intérim, a supposé que le conclave était maintenant terminé et, avec un groupe de hauts fonctionnaires, a fait irruption dans la zone scellée pour rendre hommage à son nouveau maître. Cela a suscité la colère moralisatrice du [Cardinal Eugène] Tisserant, qui a excommunié Tardini sur-le-champ - la punition canonique pour avoir interrompu un conclave. C'était un épisode bizarre, mi-comique, mi-sérieux. Personne ne se souvenait de la dernière fois qu'un secrétaire d'État, même par intérim, avait été retranché de l'Église. Le pape Jean, de bonne humeur, a levé la peine le lendemain. Mais c'était tout de même le premier signe, et un signe troublant, pour les monsigniori de la Curie, que l’Église était entrée dans une nouvelle ère. »
(Paul Johnson, Pape Jean XXIII : https://www.amazon.com/Pope-XXIII-Library-world-biography/dp/0316467553 [Boston, MA : Little, Brown and Company, 1974], pp. 114-115)

Qui sait si Roncalli voulait vraiment simplement « consulter » ses cardinaux, ou s'il leur expliquait clairement quelles seraient les conséquences au cas où l'un d'entre eux aurait un jour laissé entendre qu'il avait usurpé la chaise papale.

En 2003, l'ancien consultant du FBI Paul L. Williams - qui n'est pas un sympathisant du Sédévacantisme - a publié un livre dans lequel il écrivait longuement sur le conclave de 1958 et citait des documents de renseignements américains prétendument déclassifiés selon lesquels la fumée blanche avait effectivement été causée par l'élection du cardinal Siri comme Pape Grégoire XVII :

« En 1954, le comte Della Torre, rédacteur en chef du journal L'Osservatore Romano du Vatican, avertit [le Pape] Pie XII des sympathies communistes du [cardinal Angelo] Roncalli. D'autres membres de la "Noblesse noire" ont exprimé des préoccupations similaires [5].

Roncalli [plus tard connu sous le nom de "Pape Jean XXIII"] n'échappa pas non plus à l'attention du FBI et de la CIA. Les agences ont commencé à accumuler d'épais dossiers sur lui et sur les activités douteuses d'autres "progressistes" au Vatican, dont Monseigneur Giovanni Battista Montini (le futur Paul VI).

Pie XII avait nommé le cardinal Giuseppe Siri comme son successeur désiré [7]. Siri était un anticommuniste impitoyable, un traditionaliste intransigeant en matière de doctrine ecclésiastique et un habile bureaucrate......

En 1958 [le 26 octobre], lorsque les cardinaux furent enfermés dans la chapelle Sixtine pour élire un nouveau pape, des événements mystérieux commencèrent à se produire. Au troisième tour de scrutin, Siri, selon des sources du FBI, obtient les votes nécessaires et est élu Pape Grégoire XVII [8]. Une fumée blanche s'échappe de la cheminée de la chapelle pour informer les fidèles qu'un nouveau Pape a été choisi. La nouvelle a été annoncée avec joie à 18 heures sur la radio du Vatican. L'annonceur dit : « La fumée est blanche. . . Il n'y a absolument aucun doute. Un pape a été élu »[9] ....

Mais le nouveau pape n'est pas apparu. On s'est demandé si la fumée était blanche ou grise. Pour dissiper ces doutes, Monseigneur Santaro, secrétaire du Conclave des Cardinaux, informa la presse que la fumée, en effet, avait été blanche et qu'un nouveau Pape avait été élu. L'attente continuait. En soirée, la radio du Vatican a annoncé que les résultats restaient incertains. Le 27 octobre 1958, le Houston Post faisait la une des journaux : « Les Cardinaux ne parviennent pas à élire le Pape en 4 tours de scrutin : « La confusion dans les signaux de fumée provoque de faux rapports. » [10]

Mais les rapports étaient valides, c'est-à-dire qu'au quatrième tour de scrutin, selon des sources du FBI, Siri a bien obtenu les votes nécessaires et a été élu Souverain Pontife. Mais les cardinaux français ont annulé les résultats, affirmant que l'élection provoquerait des émeutes généralisées et l'assassinat de plusieurs évêques importants derrière le rideau de fer [11].

Les cardinaux ont alors choisi d'élire le cardinal Frederico Tedischini comme « pape de transition », mais Tedischini était trop malade pour accepter ce poste.

Enfin, le troisième jour du scrutin, Roncalli a reçu le soutien nécessaire pour devenir le Pape Jean XXIII...... »

(Paul L. Williams, The Vatican Exposed : https://novusordowatch.org/fbi-consultant-cardinal-siri-elected-pope-1958/ [Amherst, NY : Prometheus Books, 2003], pp. 90-92)

Pour plus d'informations sur ce livre ainsi que sur la documentation citée en bas de page par l'auteur, veuillez consulter le lien suivant :
https://novusordowatch.org/fbi-consultant-cardinal-siri-elected-pope-1958/
Ancien consultant du FBI : Intel Docs confirme que le cardinal Siri a été élu pape en 1958.

Un clip vidéo intrigant sur la fumée blanche et toute l'affaire concernant l'élection présumée du cardinal Siri comme Pape se trouve sur YouTube. Il fait partie du documentaire Papal Imposters, que nous avons détaillé plus loin. Au contraire, c'est certainement une question qui suscite la réflexion :
https://www.youtube.com/watch?v=xMtMbe6odh4

Soyons clairs : nous n'essayons pas de pousser la thèse "Pape Siri", qui a de très graves problèmes. Nous n'essayons pas non plus de suggérer que savoir ce qui s'est passé dans ce conclave est nécessaire pour que le Sédévacantisme soit certain. Ce n'est certainement pas nécessaire, car même si nous ne connaissons pas la cause exacte de ce qui s'est passé, nous en connaissons certainement l'effet, et cet effet nous dit que l'Église Vaticane II est une fraude. (Pour plus de détails sur l'effet, voir "Le Syllogisme du Sédévacantisme" : https://novusordowatch.org/2014/03/syllogism-of-sedevacantism/ ).

Qu'essayons-nous donc de faire ? Quel est l'intérêt d'en parler ? Tout simplement, nous attirons l'attention sur cet événement bizarre dans l'histoire de l'Église parce qu'il est à l'origine, l'heure zéro, de la religion Vatican II. Jusque-là, le monde n'avait encore rien vu de Novus Ordo : pas d'œcuménisme, pas de Vatican II, pas de "Nouvelle Messe", pas de moniales New Age en culotte, pas de filles d'autel, pas de clown "Messes", pas de condamnation de la peine capitale, pas de "Grand renouveau" ou "Nouveau printemps", pas de JMJ, pas de voyages papaux dans le monde, pas de religion humaine, etc.... Bref, la religion que le monde d'aujourd'hui connaît (faussement) sous le nom de "catholicisme romain" n'existait pas jusqu'à cette époque. Tout cela a commencé avec l'élection de Jean XXIII. Ainsi, s'il y a un événement décisif qui a marqué la transition de l'Église catholique à la secte Novus Ordo, c'est bien ce conclave - un conclave qui a produit un faux pape - et il est certainement légitime de se demander quelle pourrait être la raison/cause de ce gigantesque désastre qui nous a frappé depuis. Un vrai Pape élu avant Jean XXIII expliquerait certainement beaucoup de choses, indépendamment, pour le moment, de qui était ce vrai Pape.

Ainsi, si un autre cardinal avait été élu Pape le 26 octobre, c'est-à-dire avant Roncalli, et que cet autre cardinal acceptait son élection, cela expliquerait pourquoi Roncalli n'est pas monté validement au Pontificat, parce qu'un autre Pape régnait déjà. Bien qu'elle soulèverait un certain nombre d'autres questions et problèmes, elle fournirait néanmoins la clé pour comprendre pourquoi un conclave pourrait tout d'un coup produire un antipape même si le monde entier accepte virtuellement l'homme comme valide (cf. le cardinal Billot sur l'acceptation pacifique universelle : https://novusordowatch.org/billot-de-ecclesia-thesis29/ ). Après tout, c'est une question de loi divine que personne ne peut validement être élu Pape alors qu'un autre Pape valide règne déjà.

Connaître et comprendre les faits entourant le conclave de 1958 aide à donner de l'espoir aux gens, car cela explique comment l'Église catholique pourrait être éclipsée par la secte Novus Ordo - cela permettrait à la papauté d'être apparemment vaincue sans être réellement vaincue. C'est pourquoi nous continuons à dire que la seule façon de soutenir de manière crédible que les portes de l'enfer n'ont pas prévalu contre l'Église catholique - qui est un dogme infaillible et garanti par le Christ lui-même - est de dire que François n'est pas un Pape valide et que l'institution à Rome n'est plus l'Église catholique :
>>> La papauté et le sédévacantisme : Les portes de l'enfer ont-elles prévalu ? ( https://novusordowatch.org/2015/12/have-gates-of-hell-prevailed/ )
>>> Cardinal Manning sur l'éclipse de la papauté ( https://novusordowatch.org/2015/04/the-pope-and-the-antichrist/ )

Tout le sujet n'est donc pas frivole, stupide ou indigne de faire l'objet d'une enquête plus approfondie. Gardez à l'esprit que pendant de nombreuses décennies, les vrais Papes nous avaient mis en garde contre l'infiltration franc-maçonnique dans l’Église, les Papes Pie IX et Léon XIII ont ordonné la publication des plans divulgués de la Loge Haute Vente, précisant comment l'infiltration allait se faire et l'Apocalypse de la Sainte Écriture elle-même prophétise une élection papale perturbée. De plus, l'ancien garde noble du Vatican Franco Bellegrandi a révélé dans un livre explosif en 1994 (disponible en PDF ici : http://www.huttongibson.com/PDFs/huttongibson_NIKITARONCALLI_book.pdf ) que l'élection de Roncalli avait été déterminée et planifiée à l'avance - Roncalli devait être le choix des Maçons pour « consacrer l'œcuménisme », faire de Montini un « cardinal », et mettre en marche la révolution théologique de Vatican II. Mission accomplie.

Il y a tant de choses à dire et à spéculer à ce sujet, et il y a beaucoup de questions non résolues. Nous n'allons pas essayer de raconter tous les faits maintenant, ni d'évaluer toutes les rumeurs entourant ce conclave. Nous nous contenterons simplement de fournir les liens supplémentaires suivants comme incitatifs supplémentaires pour ceux qui sont intéressés à approfondir la question :

Documentary: Papal Impostors — Video (YouTube)
Documentary: Papal Impostors — DVD
Report on Conclave by Italian Corriere della Sera of Oct. 27, 1958 (PDF)
Nikita Roncalli: Counterlife of a Pope (PDF) by Franco Bellegrandi — révèle l'influence maçonnique du Conclave de 1958 et l'"élection" prédéterminée de Jean XXIII
Cardinal Giuseppe Siri — was he elected Pope Gregory XVII in 1958?
White Smoke 1958 — site très spéculatif mais très intéressant
John XXIII — The Facts on Angelo Roncalli (Les faits sur Angelo Roncalli)
Fr. Herman Kramer warns in 1956: “If Satan would contrive to hinder a papal election, the Church would suffer great travail” (Le P. Herman Kramer avertit en 1956 : « Si Satan s'efforçait d'empêcher une élection papale, l'Église souffrirait beaucoup. »)

Si vous en avez les moyens, veuillez vous rendre dans les bibliothèques et essayer de rassembler autant d'informations que possible sur le conclave de 1958. Qui sait, peut-être qu'un petit détail d'information caché quelque part nous donnera la clé pour enfin comprendre comment l'usurpation du trône pontifical a été accomplie, et ce qui s'est passé pendant cette semaine fatidique à Rome.


Source (avec les multiples liens se trouvant dans l'article original en anglais) : https://novusordowatch.org/2016/10/smoke-signals-white-smoke-1958/
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier

Nombre de messages : 127
Localisation : Loire-Atlantique (France)
Date d'inscription : 27/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  gabrielle Sam 27 Oct 2018, 12:08 pm

C'est le cas de le dire, tout cette fumée a donnée naissance à une secte fumeuse!


gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18791
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  ROBERT. Sam 27 Oct 2018, 12:17 pm

gabrielle a écrit:C'est le cas de le dire, tout cette fumée a donnée naissance à une secte fumeuse!

Exactement Gabrielle. C'et plus qu'un coup fumant que la secte nous a servi..

Le démon attendait cela depuis 2000 ans.  
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Roger Boivin Sam 27 Oct 2018, 1:06 pm


Ouais, ils ont fait un coup fumeux !

Dans la citation à partir du livre LA RÉVOLUTION de Mgr de Ségur, ci-dessous dans le spoiler, on dit :

..ce Pape révolutionnaire qu'il ose espérer : un Pape faible et crédule, sans pénétration, honnête et respecté, imbu des principes libéraux.

ça ressemble à Jean XXIII.



Spoiler:


Révolution en tiare et en chape :

« LA CORRUPTION DE LA JEUNESSE ET DU CLERGÉ. - Les «cœurs choisis» que la Révolution recherche de préférence, ce sont les jeunes gens et les prêtres ; elle ose même aspirer jusqu'à former un pape.

[..]

«« Nous devons faire l'éducation immorale de  l’Église, et arriver, par de petits moyens bien  gradués, quoique assez mal définis, au triomphe de l'idée révolutionnaire par un Pape.  Ce projet m'a toujours paru d'un calcul surhumain. »» (Nubius à Volpe)

« Surhumain, en effet, car il vient en droite ligne de Satan. Le personnage qui se cache sous le nom de Nubius décrit ensuite ce Pape révolutionnaire qu'il ose espérer : un Pape faible et crédule, sans pénétration, honnête et respecté, imbu des principes libéraux.

«« C'est  à peu près dans ces conditions qu'il nous en  faudrait un, si c'est encore possible. Avec  cela nous marcherons plus sûrement à l'assaut de l'Église, qu'avec les pamphlets de nos frères de France et l'or même de l'Angleterre. Pour  briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Église, nous aurions le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaudrait pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la chrétienté. »» (Instruction secrète)

«« Vous voulez révolutionner l'Italie ? »» ajoutent enfin ces séides de l'enfer, «« cherchez le  Pape dont nous venons de faire le portrait...  Que le clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques. Vous voulez faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs ? Tendez vos filets, tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents ; et si vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche miraculeuse ; vous pécherez une Révolution en tiare et chape, marchant avec la croix et la bannière ; une Révolution qui n'aura besoin que d'être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde. »» (Instruction secrète de la Vente suprême)

« Comme ils sentent eux-mêmes que tout repose sur le Pape ! ..
La Révolution - par Mgr de Ségur, Louis-gaston (1820-1881) : http://archive.org/stream/larvolution00sggoog#page/n54/mode/2up


La Révolution en tiare et en chape - Mgr de Ségur :

https://messe.forumactif.org/t6240-la-revolution-en-tiare-et-en-chape-mgr-de-segur

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12585
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Roger Boivin Sam 27 Oct 2018, 1:34 pm

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12585
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  ROBERT. Sam 27 Oct 2018, 2:40 pm

Roger Boivin a écrit:

Spoiler:


Révolution en tiare et en chape :

« LA CORRUPTION DE LA JEUNESSE ET DU CLERGÉ. - Les «cœurs choisis» que la Révolution recherche de préférence, ce sont les jeunes gens et les prêtres ; elle ose même aspirer jusqu'à former un pape.

[..]

«« Nous devons faire l'éducation immorale de  l’Église, et arriver, par de petits moyens bien  gradués, quoique assez mal définis, au triomphe de l'idée révolutionnaire par un Pape.  Ce projet m'a toujours paru d'un calcul surhumain. »» (Nubius à Volpe)

« Surhumain, en effet, car il vient en droite ligne de Satan. Le personnage qui se cache sous le nom de Nubius décrit ensuite ce Pape révolutionnaire qu'il ose espérer : un Pape faible et crédule, sans pénétration, honnête et respecté, imbu des principes libéraux.

«« C'est  à peu près dans ces conditions qu'il nous en  faudrait un, si c'est encore possible. Avec  cela nous marcherons plus sûrement à l'assaut de l'Église, qu'avec les pamphlets de nos frères de France et l'or même de l'Angleterre. Pour  briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Église, nous aurions le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaudrait pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la chrétienté. »» (Instruction secrète)

«« Vous voulez révolutionner l'Italie ? »» ajoutent enfin ces séides de l'enfer, «« cherchez le  Pape dont nous venons de faire le portrait...  Que le clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs Apostoliques. Vous voulez faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs ? Tendez vos filets, tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents ; et si vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche miraculeuse ; vous pécherez une Révolution en tiare et chape, marchant avec la croix et la bannière ; une Révolution qui n'aura besoin que d'être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde. »» (Instruction secrète de la Vente suprême)

« Comme ils sentent eux-mêmes que tout repose sur le Pape ! ..
La Révolution - par Mgr de Ségur, Louis-gaston (1820-1881) : http://archive.org/stream/larvolution00sggoog#page/n54/mode/2up


La Révolution en tiare et en chape - Mgr de Ségur :

https://messe.forumactif.org/t6240-la-revolution-en-tiare-et-en-chape-mgr-de-segur


La révolution en tiare et en chape de Mgr de Ségur:

texte qui va comme un gant à J 23, en effet.

Merci Roger.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Gilbert Chevalier Sam 27 Oct 2018, 3:32 pm

Ce qu'ils ont raté avec Rampolla, ils l'ont réussi avec Roncalli.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier

Nombre de messages : 127
Localisation : Loire-Atlantique (France)
Date d'inscription : 27/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Roger Boivin Sam 27 Oct 2018, 7:11 pm


Peut-on dire : "Fallait, ou faut, que tout s'accomplisse selon les Écritures" ?

Voici, extrait de l'ouvrage : « LE SENS DE L'HISTOIRE - LES DERNIERS TEMPS - Par le comte J. du PLESSIS - Tome I - 1936 » :

Spoiler:



Les douleurs ont pour épanouissement et pour terme, une oppression, - c'est le sens étymologique du mot grec, - une oppression sans précédent. La persécution atteint son paroxysme en tous genres. Elle est telle que l'Église serait détruite si cela se prolongeait ; mais l'épreuve sera abrégée. Elle prendra fin beaucoup plus tôt que ne l'eût comporté jadis le cours normal des choses. La loi d'accélération historique jouera alors dans sa plénitude 1. L'oppression sera relativement brève.

Cette oppression, l'histoire nous l'a montrée dans l'avenir : c'est celle de l'État sans Dieu, maître de la grande unité humaine sous une forme ou sous une autre. Durant que cette unité s'élabore et se parfait, l'humanité oscille entre le despotisme, le catholicisme et l'anarchie. Au terme de l'Antéchrist personnel, le despotisme bat son plein. Il s'efforce d'anéantir le catholicisme. Il rompt la continuité du sacrifice eucharitique 2. Il établit « l'abomination de la désolation dans un lieu saint ». A Rome, siège de l'Église, à Jérusalem et en Palestine, Lieux saints, il instaure l'abomination, c'est-à-dire l'idolatrie, le culte de la désolation spirituelle, celui qui substitue à l'adoration de ieu l'adoration de l'Homme, le culte de l'État et de l'Humanité.

-----

1. Voir La Caravane humaine, sur la loi d'accélération, pp. 46 et s. et sur les oscillations dont il va être parlé, pp. 37, 38, 371 et s.


2. Cf. nos explications sur Apoc. XI, 7 : ( sans doute est-ce plutôt Apoc. XI, 1, 2, p. 243 :  

«« 1. « Et il me fut donné un roseau pareil à une canne, en disant : « Lève-toi et sois en train de mesurer le Temple de Dieu et l'autel et ceux qui y adorent. 2. Et la cours extérieure du Temple, rejette-là dehors et ne la mesure pas, parce qu'elle a été donnée aux Nations ; et la Cité sainte, elles la fouleront aux pieds quarante-deux mois. »

Explications pp. 244-46 : « ... Les Nations, infidèles ou apostates, fouleront aux pieds la Cité sainte durant 42 mois. Il y aura de préservé que « le Temple, l'autel et ceux qui y adorent ». L'Apôtre reçoit, en effet, l'ordre de le mesurer avec un roseau pareil aux cannes des architectes parce que, lui est-il dit, tout le reste, y compris la cour extérieure du Temple, est abandonnée aux Nations.

Ce geste nous est donc présenté expressément comme prophétique. La domination des impies, les ravages de la persécution, ne dépasseront pas une certaine mesure. La Cité sainte ne leur sera pas livrée tout entière : le Temple avec tout ce qu'il renferme, - autel, prêtres et adorateurs, - ne sera ni détruit ni envahi. La promesse faite à l'Église du sixième âge sera tenue : « J'ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut fermer, parce que tu as peu de force et n'a pas renié mon nom »
(Apoc. III, 8 ).

Cela nous donne à penser que la Cité sainte dont il s'agit ici n'est pas Jérusalem ni Rome, mais l'Église, la Cité de Dieu (S. Victorin ; André de Césaré ; S. Albert le Grand ; Bossuet ; Swete ; Allo.). Aussi bien, Rome n'est-elle jamais appelée « Ville sainte » dans les prophéties ; et quant à Jérusalem, non seulement elle est déjà foulée aux pieds des Nations depuis Hadrien ou tout au moins depuis l'Islam, mais son Temple n'a pas été épargné. Il est entièrement détruit depuis Titus.

Notre texte semble donc bien concerner l'Église. Que faut-il entendre par son « Temple », son « autel » et « ceux qui y adorent » ? Sa diffusion dans tout l'univers, la multiplicité de ses autels et de ses temples, ne permettent pas de prendre au sens propre les termes de la prophétie. Ils sont donc symboliques. Le Temple, dès lors, figure ce qui s'y fait : le culte, avec l'enseignement religieux et la prédication qu'il comporte. L'autel représente le sacrifice que l'on y offre et les sacrements que l'on y prépare. Les adorateurs symbolisent le sacerdoce, la vie spirituelle, la prière.

Voilà donc ce qui n'est pas livré aux Nations infidèles ou apostates ; ce que l'État, quoi qu'il fasse, ne pourra jamais supprimer ni accaparer. Dieu lui abandonne pour un peu de temps tout le reste : la « Cité sainte », c'est-à-dire toute l'organisation extérieure et temporelle de l'Église, et même « la cour extérieure du Temple » ; c'est-à-dire tout ce qui dépend du sacerdoce et se rattache directement au culte sans lui être essentiel. Ainsi l'État « foulera aux pieds », brutalisera, opprimera, écrasera l'Église, confisquera ses biens, traitrera ses prêtres en parias, entravera ou interdira son action au dehors, ses oeuvres sociales et charitables, ses écoles, ses manifestations publiques, sa participation à la vie de la Cité. En somme, une persécution comme les autres, mais plus haineuse et plus méprisante, plus violente et plus méthodique, plus courte aussi, - et mondiale.

Dans toute sa force, elle durera quarante-deux mois. Ce nombre et ces mois sont-ils symboliques, comme naguère les cinq mois des scorpions ?

Il semble que non. Quarante-deux mois font mille deux cent soixante jours ; au sens figuré, autant d'années. Il n'est pas possible d'admettre que la persécution qui vient de nous être annoncée dure douze cent soixante ans et le sixième âge, par conséquent, bien d'avantage. Toute notre interprétation de l'Apocalypse et les arguments qui militent en sa faveur excluent cela et nous obligent à prendre ces quarante-deux mois au sens propre. »»



..et nos explications sur XIII, 7, 15.

https://messe.forumactif.org/t7035p25-l-apostasie-des-nations#127666

Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12585
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Gilbert Chevalier Dim 28 Oct 2018, 2:48 am

Roger Boivin a écrit:
Peut-on dire : "Fallait, ou faut, que tout s'accomplisse selon les Écritures" ?

Les deux termes sont exacts, et ceci s'est accompli le 26 octobre 1958 où l'Obstacle fut écarté.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier

Nombre de messages : 127
Localisation : Loire-Atlantique (France)
Date d'inscription : 27/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  ROBERT. Dim 28 Oct 2018, 11:42 am

.
Voici une illustration qui explicite très bien ce que fût V2:

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Le_dia10
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Roger Boivin Dim 28 Oct 2018, 12:09 pm

Gilbert Chevalier a écrit: [..]
Si vous en avez les moyens, veuillez vous rendre dans les bibliothèques et essayer de rassembler autant d'informations que possible sur le conclave de 1958. Qui sait, peut-être qu'un petit détail d'information caché quelque part nous donnera la clé pour enfin comprendre comment l'usurpation du trône pontifical a été accomplie, et ce qui s'est passé pendant cette semaine fatidique à Rome.


Certes ce n'est pas le petit " détail d'information caché quelque part ", mais voici quelques chapitres du P. Jos. Schrijvers, tirés de son petit livre " JÉSUS PARMI NOUS ", publié en 1940 :


« Nous n'avons pas de Pape "Seigneur, restez avec nous car le soir arrive et la nuit tombe." (Luc 24,29) » :

https://messe.forumactif.org/t5853-nous-n-avons-pas-de-pape-seigneur-restez-avec-nous-car-le-soir-arrive-et-la-nuit-tombe-luc-2429



Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12585
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Gilbert Chevalier Dim 28 Oct 2018, 12:39 pm

A noter que la photo de la fumée blanche ci-dessus n'est pas celle de Jean XXIII mais de Grégoire XVII.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier

Nombre de messages : 127
Localisation : Loire-Atlantique (France)
Date d'inscription : 27/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais... Empty Re: Il y a 60 ans, un vrai Pape était élu, mais...

Message  Gilbert Chevalier Dim 28 Oct 2018, 4:10 pm

Quand je dis Grégoire XVII, c'est selon les supputations de l'article.

Mais ce qui est certain, c'est que Pie XII a eu un vrai successeur qui n'a duré que 3 jours, c'est-à-dire, selon mon explication à la lumière de cet article, c'est-à-dire que ce vrai Pontife s'est fait circonvenir par des cardinaux français et a remis aux voix, procédure irrégulière puisqu'il était Pape, la fumée blanche, les cloches de Saint-Pierre, les Gardes Suisses, Radio Vatican, tout cela le prouvant, procédure irrégulière, dis-je, qui a rendu invalides tous les scrutins qui s'en suivirent. Mais ce qui est beaucoup plus grave, ce fut l'hommage qui fut rendu à Jean XXIII par tous les cardinaux, y compris le Pape, les faisant tous, le Pape y compris, tomber ipso-facto dans le schisme. À partir du 28 octobre 1958, tout devint faux et la Bulle de Paul IV vit son application effective.

Si on comprend cela, on a tout compris.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier

Nombre de messages : 127
Localisation : Loire-Atlantique (France)
Date d'inscription : 27/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum