The Great Sacrilege (1971) - F. La Vierge Marie déshonorée

Aller en bas

The Great Sacrilege (1971) -  F. La Vierge Marie déshonorée Empty The Great Sacrilege (1971) - F. La Vierge Marie déshonorée

Message  Louis Lun 04 Mai 2009, 6:14 pm

Voir la note (a) en bas.

And, in this connection, we should call attention of the mere token deference given in the "New Mass" to Mary, the Most Blessed Mother of God. It must be recognized that the few begrudging mentions of her represent nothing more than vestiges of the loving attentions paid her in the True Mass. The few references made to her in the "Novus Ordo" were kept only in order to placate the faithful, you may be sure. There is no more place in the "New Religion" for Our Lady than there is for Christ Our Lord. This is a point which needs further comment.

First however, I cannot emphasize strongly enough that the ultimate purpose of all the sacrileges, the trickery, the lawlessness, the discord, and the scandal in religion, as well as of the overthrow of governments, the terrorism, the cruelties, the imprisonments, the murders, and the ruin of souls in the social realm, which are the stock and trade of the Revolution - the ultimate purpose of them all, I say, is the everlasting blasphemy of the sweet Name of Jesus, the God-Man. For the doctrine which inspires in Revolutionaries the most unmitigated hatred and provokes all their audacious perversities is that of His sacred divinity. Once you become aware of this fact, you will be able to comprehend the (poorly) disguised intentions of the "New Mass," and, to be sure, of the whole drive for "renewal" in the Church.
traduction a écrit:Et, à ce propos, nous devrions rappeler le peu de déférence donnée à la Vierge Marie, la Très sainte Mère de Dieu, dans la « nouvelle messe ». On doit reconnaître que les quelques mentions faites d’elle à contre cœur ne représentent rien de plus que les vestiges des attentions affectueuses qu’on lui portaient dans la Vraie Messe. Les quelques références qu’on y fait dans le « Novus Ordo », soyez-en sûrs, ne sont conservées que pour apaiser les fidèles. Il n’y a pas plus de place, dans la « Nouvelle Religion », pour Notre-Dame que pour le Christ Notre-Seigneur. C’est un point qui nécessite plus d’explication.

Cependant, pour commencer, je n’insisterai jamais assez sur le fait que le but ultime de tous les sacrilèges, les fourberies, le dérèglement, la discorde et le scandale dans le domaine religieux, aussi bien que dans le renversement des gouvernements, le terrorisme, les cruautés, les emprisonnements, les meurtres et la ruine des âmes dans le domaine social, et qui sont le pain et le beurre de la Révolution— le but ultime de toutes ces choses, dis-je, c’est le blasphème éternel du doux Nom de Jésus, l’Homme-Dieu. La doctrine qui inspire aux révolutionnaires une haine dans toute la force du terme et qui provoque toutes leurs audacieuses perversités est celle de Sa Divinité sacrée. Quand vous savez cela, vous pouvez comprendre les intentions déguisées (pauvrement d’ailleurs) de la « nouvelle messe » et, pour sûr, de tout ce branle-bas pour le « renouveau » dans l’Église.
_____________________________
(a) : Note de Missale Romanum 1612: Tout ce qui touche J. B. Montini, alias « le Pape Paul VI », avec tous les autres qualificatifs que cela peut entraîner, n'implique nullement que nous le reconnaissions comme tel : bien au contraire...Tous ces termes ne sont reproduits ici que pour reproduire le plus fidèlement possible la pensée du Père James F. Wathen en 1971.
extraits de THE GREAT SACRILEGE , par le Père James F. Wathen, O.S.J., Tan Books and Publishers (Illinois, U.S.A), 1971.
A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14530
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

The Great Sacrilege (1971) -  F. La Vierge Marie déshonorée Empty Re: The Great Sacrilege (1971) - F. La Vierge Marie déshonorée

Message  Louis Mar 05 Mai 2009, 6:08 pm

Voir la note (a) en bas.

Now, according to the logic of the Revolution, Mary must at every opportunity be slighted and ignored, and if possible, reviled. It goes without saying that the Revolutionaries cannot endure her presence she being the Immaculate One and they being interiorly depraved. It would suit the purpose of the Revolution if we would do either one of two things: on the one hand, forget all about Mary - cease to pray to her or sing her praises; or, on the other, give her divine worship. Either error will deflect from the glory which she shares with and the love she inspires for her divine Son and will serve well enough.

It is a lamentable fact that many will tolerate greater insolence towards Her Son than towards her. They will rise to her defense with admirable courage; whereas they will participate with docility and in some cases with enthusiasm in the unspeakable Insult to Her Son which is the "New Mass." Nothing could displease her more. Her place at Mass has been usurped and her fervent votaries should have noticed it (not that she would ever attend the Spectacle). But if anyone has, through the centuries always been thought to "preside" at the Eucharistic Sacrifice of Her Son, it is she, just as she did on Calvary.
traduction a écrit:Selon la logique de la Révolution, maintenant, la Vierge Marie, à la moindre opportunité, doit être négligée et ignorée et, si possible, injuriée. Il va sans dire que les révolutionnaires ne peuvent pas endurer qu’elle soit l’Immaculée et qu’ils soient dépravés. Ça servirait bien la Révolution si l’on pouvait faire de deux choses l’une : d’un côté, oublier Marie complètement – cesser de la prier ou de chanter ses louanges; ou, d’un autre côté lui vouer un culte divin. L’une et l’autre erreur détourneraient de la gloire dont elle jouit et de l’amour qu’elle inspire pour son Divin Fils et serviraient assez bien et seraient assez utiles.

C’est un fait lamentable que plusieurs tolérèrent une plus grande insolence envers son Fils qu’envers elle. Ils vont se lancer à sa défense avec un courage admirable; pendant qu’ils participeront avec docilité et, dans certains cas, avec enthousiasme, à l’Insulte innommable à son Fils dans ce qui est la « nouvelle messe » Rien ne peut plus lui déplaire. Sa place à la Messe a été usurpée et ses fervents dévots devraient l’avoir remarqué (non pas qu’elle n’aurait jamais assisté à ce Spectacle). Mais si quelqu’un l’a fait, par tous les siècles, à qui l’on a toujours pensé pour « présider » au sacrifice eucharistique de Son Fils, c’est bien elle, comme elle l’a fait au Calvaire.
_____________________________
(a) : Note de Missale Romanum 1612: Tout ce qui touche J. B. Montini, alias « le Pape Paul VI », avec tous les autres qualificatifs que cela peut entraîner, n'implique nullement que nous le reconnaissions comme tel : bien au contraire...Tous ces termes ne sont reproduits ici que pour reproduire le plus fidèlement possible la pensée du Père James F. Wathen en 1971.
extraits de THE GREAT SACRILEGE , par le Père James F. Wathen, O.S.J., Tan Books and Publishers (Illinois, U.S.A), 1971.
A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14530
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

The Great Sacrilege (1971) -  F. La Vierge Marie déshonorée Empty Re: The Great Sacrilege (1971) - F. La Vierge Marie déshonorée

Message  Louis Mer 06 Mai 2009, 8:22 pm

Voir la note (a) en bas.

All of us should have been put on our guard a number of years ago when the genuflection was taken from the Creed of the Mass at the words, "Et incarnatus est de Spiritu Sancto, ex Maria Virgine, et homo factus est" ("And was incarnate by the Holy Ghost of the Virgin Mary, and was made man"). The enemies of Christ realize the significance of these little acts of reverence, even if we do not. Mention of the Incarnation and the Virgin Birth fills them with revulsion, even if it does not fill us with pride.

At the same time, they achieved a still greater triumph. It was no aesthetic concern for Liturgy which dictated that the Last Gospel, the magnificent Prologue of the Gospel of St. John, had to be refined out; rather, it was the vicious repugnance which Revolutionaries are taught to feel for the very mention of the Incarnation and the Divinity of Our Lord. This triumph, indeed, they counted as one of their most unexpected and most symbolic victories in their long-range Program to destroy the Mass completely.
traduction a écrit:Tous autant que nous sommes aurions dû être sur nos gardes il y a plusieurs années, quand la génuflexion fut enlevée à ces paroles du Credo de la Messe : "Et incarnatus est de Spiritu Sancto, ex Maria Virgine, et homo factus est" (« Qui s’est incarné par l’opération du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie et s’est fait homme »). Les ennemis du Christ réalisent la signification de ces petits actes de révérence, même si nous ne le réalisons pas. Juste la mention de l’Incarnation et la naissance virginale les remplissent de révulsion, même si cela ne nous comble pas, nous, de fierté.

Du même coup, ils réalisent un plus grand triomphe encore. Ce n’était pas un souci esthétique pour la Liturgie qui leur a dicté que le Dernier Évangile, le Prologue de l’Évangile de S. Jean devait être affiné; c’est plutôt de leur répugnance perverse que les révolutionnaires ont appris à ressentir à la moindre évocation de l’Incarnation et de la Divinité de Notre-Seigneur. Ce triomphe, effectivement, ils le comptent parmi l’un de leurs plus imprévus et de leurs victoires des plus symboliques dans leur Plan à long terme pour détruire complètement la Messe.
_____________________________
(a) : Note de Missale Romanum 1612: Tout ce qui touche J. B. Montini, alias « le Pape Paul VI », avec tous les autres qualificatifs que cela peut entraîner, n'implique nullement que nous le reconnaissions comme tel : bien au contraire...Tous ces termes ne sont reproduits ici que pour reproduire le plus fidèlement possible la pensée du Père James F. Wathen en 1971.
extraits de THE GREAT SACRILEGE , par le Père James F. Wathen, O.S.J., Tan Books and Publishers (Illinois, U.S.A), 1971.
A suivre.

_________________
Bienheureux l'homme qui souffre patiemment la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui l'aiment. S. Jacques I : 12.
Louis
Louis
Admin

Nombre de messages : 14530
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum