L'empire de Satan..

5 participants

Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty L'empire de Satan..

Message  gabrielle Sam 05 Fév 2011, 10:49 am

... veut se substituer à celui du vrai Dieu et de la vraie religion, depuis l’origine du monde. Aujourd’hui, avec la technologie moderne, les découvertes, les progrès merveilleux ont fait croire à l’homme qu’il était le Maître, qu’il était lui-même sa Providence. Et de toutes parts, l’homme enivré de lui-même se substitue à Dieu.

Renverser le christianisme, voilà le but que les sectes maçonniques se proposaient d’atteindre. Le moyen était de s’infiltrer dans la hiérarchie catholique et de fonder en gardant les apparences de la Sainte Église une nouvelle religion, afin de prêcher l'apostasie et l'hérésie – Il s’agit d’effacer même le Nom de Dieu, d’en faire disparaître les signes dans toutes les villes, les écoles, et tous les foyers – Plus de crucifix, plus du Nom de Dieu dans les écoles, dans l’enseignement, les hôpitaux, au chevet des mourants. L’école athée parviendra à séparer de Dieu tout le genre humain.

Les autels renversés, le véritable Sacrifice banni…tous les sacrements touchés, frelatés et même invalidés voilà le résultat de la secte.

La FM a attendu très longtemps avant de réussir son œuvre diabolique, mais aujourd'hui elle se frotte les mains, la quasi-majorité des catholiques ont mordus à l'hameçon et la Haute Vente a lancé sur la terre.

"Nous n'avons pas de doute que nous arriverons à cette fin suprême de nos efforts. Mais quand? Mais comment? L'inconnu n'est pas encore révélé. Néanmoins, comme rien ne devrait nous faire dévier du plan tracé, et au contraire tout devrait y tendre, comme si dès demain, le succès devait couronner l'œuvre simplement esquissée, nous désirons, dans cette formation, qui demeurera secrète pour les simples initiés, donner aux officiers supérieurs de la Vente Suprême quelques conseils qu'ils devraient infuser chez tous les frères, sous forme d'information ou de mémorandum...

"Or donc, pour nous assurer un Pape aux dimensions requises, la première question est de lui donner forme ... pour ce Pape, une génération digne du règne dont nous rêvons. Laissez de côté les vieillards et l'âge mûr; allez à la jeunesse et si c'est possible, même aux enfants ... Vous vous débrouillerez pour vous faire, à peu de frais, une réputation de bons catholiques et de purs patriotes.

Cette réputation donnera accès à nos doctrines au milieu du jeune clergé ainsi qu'au fond des monastères. Dans quelques années, par la force des choses, ce jeune clergé aura gravi les échelons; ils formeront le conseil suprême, ils seront appelés à choisir un Pontife pour le trône. Et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imbu des principes humanitaires italiens que nous allons commencer à faire circuler. C'est un petit grain de sénevé que nous confions au sol; mais le soleil de justice le développera jusqu'au pouvoir suprême, et vous verrez un jour quelle riche moisson produira cette petite semence.

Dans le sentier que nous traçons pour nos frères, se trouvent de grands obstacles à vaincre, des difficultés de plus d'une sorte à maîtriser. Ils en triompheront par l'expérience et la lucidité; mais le but est si splendide qu'il est important de mettre toutes voiles au vent afin de l'atteindre. Vous voulez révolutionner l'Italie, cherchez le Pape dont nous venons de tracer le portrait. Vous voulez établir le règne des élus sur le trône de la prostituée de Babylone, que le Clergé marche sous votre étendard, croyant toujours marcher sous la bannière des clefs apostoliques. Vous avez l'intention de faire disparaître les derniers vestiges des tyrans et des oppresseurs; posez vos filets, comme Simon Bar-Jona; posez-les dans les sacristies, les séminaires et les monastères plutôt qu'au fond de la mer; et si vous n'êtes pas trop pressés, nous vous promettons une prise plus miraculeuse que la sienne. Le pêcheur de poisson est devenu pêcheur d'hommes. Vous amènerez des amis autour de la Chaire apostolique. Vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape, défilant avec la croix et la bannière, une révolution qu'il faudra seulement un peu continuer à stimuler pour mettre le feu aux quatre coins du monde (Ce passage de La Formation Permanente de la Alta Vendita a été traduit en français à partir du texte anglais. Monseigneur Dillon, Grand Orient Freemasonry Unmasked, La Franc-Maçonnerie du Grand Orient Démasquée, p. 51-56, texte complet de la Alta Vendita).
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Diane + R.I.P Sam 05 Fév 2011, 3:26 pm

Chanoine Roca excommunié (1830-1893) qui prêchait la révolution et la «réforme» de l'Eglise, et qui prédit, avec des détails étonnamment précis, la subversion de l'Eglise qui serait produite par un ConcileDans Athanase et l'Eglise de Notre Temps, Monseigneur Graber cite la prédiction de Roca:

«[L]e culte divin sous la forme dirigée par la liturgie, le cérémonial, le rituel, et les règles de l'Eglise Romaine subiront en peu de temps une transformation lors d' un concile œcuménique qui y restaurera la simplicité vénérable de l'âge d'or des Apôtres en mettant d'accord les préceptes de la conscience et de la civilisation moderne.»

«Il y a un sacrifice au large qui représente un acte solennel d'expiation ... La Papauté tombera; elle mourra sous le couteau sacré que forgeront les pères du dernier concile. Le césar papal est une hostie (victime) couronnée pour le sacrifice.»

Roca prédit avec enthousiasme ni plus ni moins

«qu'une nouvelle religion, un nouveau dogme, un nouveau rituel, un nouveau sacerdoce.»

C'est à faire frémir. Nous sommes les témoins des prédictions de cet apostat.
Diane + R.I.P
Diane + R.I.P

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 28/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Roger Boivin Sam 05 Fév 2011, 3:36 pm

Mgr de Ségur, LA RÉVOLUTION :

La corruption de la jeunesse et du clergé


Les "cœurs choisis" que la révolution recherche de préférence, ce
sont les jeunes gens et les prêtres; elle ose même aspirer jusqu’à
former un pape.
"C’est à la jeunesse qu’il faut aller; c’est elle qu’il faut
séduire, elle que nous devons entraîner, sans qu’elle s’en doute, sous
nos drapeaux. Que tout le monde ignore votre dessein! Laissez de côté la
vieillesse et l’âge mûr; allez à la jeunesse, et, s’il est possible,
jusqu’à l’enfance. N’ayez jamais pour elle un mot d’impiété ou
d’impureté; gardez-vous en bien dans l’intérêt de la cause. Conservez
toutes les apparences de l’homme grave et moral. Une fois votre
réputation établie dans les collèges, les lycées et les universités,
dans les séminaires, une fois que vous aurez capté la confiance des
professeurs et des étudiants, attachez-vous principalement à ceux qui
s’engagent dans la milice cléricale.
Excitez, échauffez ces natures si pleines d’incandescence et de
patriotique orgueil. Offrez leur d’abord, mais toujours en secret, des
livres inoffensifs; puis, vous amenez peu vos disciples au degré de
cuisson voulu. Quand, sur tous les points à la fois, ce travail de tous
les jours aura répandu nos idées comme la lumière, vous pourrez
apprécier la sagesse de cette discrétion."
"Faites vous une réputation de bon catholique et de patriote pur.
Cette réputation donnera facilement accès à nos doctrines parmi le
jeune clergé comme au fond des couvents. Dans quelques années, ce jeune
clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions; il
gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du
souverain: il sera appelé à choisir le Pontife qui devra régner, et ce
Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus
ou moins imbu des principes italiens et humanitaires que nous allons
mettre en circulation. Pour atteindre ce but, nous mettons au vent
toutes nos voiles21." – "Nous devons faire l’éducation immorale de
l’Eglise, et arriver par de petits moyens bien gradués, quoique assez
mal définis, au triomphe de l’idée révolutionnaire par un Pape
. Ce
projet m’a toujours paru d’un calcul surhumain22." Surhumain en effet;
car il vient en droite ligne de Satan. Le personnage qui se cache sous
le nom de Nubius décrit ensuite ce Pape révolutionnaire qu’il ose
espérer: un Pape faible et crédule, sans pénétration, honnête et
respecté, imbu des principes démocratiques. C’est à peu près dans ces
conditions qu’il nous en faudrait un, si c’est encore possible. Avec
cela nous marcherons plus sûrement à l’assaut de l’Eglise, qu’avec les
pamphlets de nos frères de France et l’or même de l’Angleterre. Pour
briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Eglise, nous aurions le
petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit
doigt vaudrait pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint
Bernard de la chrétienté".23

"vous
prêcherez une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix
et la bannière; une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout
petit peu aiguillonnée pour mettre le feu au quatre coins du monde"
(Instruction secrète de la Vente suprême)



"Vous voulez révolutionner l’Italie," ajoutent enfin ces séides de
l’enfer, "cherchez le Pape dont nous venons de faire le portrait.Que le
clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la
bannière des Clefs apostoliques. Vous voulez faire disparaître le
dernier siège des tyrans et des oppresseurs, tendez vos filets,
tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents; et si
vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche miraculeuse; vous
prêcherez une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix
et la bannière; une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout
petit peu aiguillonnée pour mettre le feu au quatre coins du monde24."
Comme ils sentent eux-mêmes que tout repose sur le Pape !

Il est consolant de les voir constater avec dépit qu’ils n’ont pu
entamer ni le Sacré-Collège, ni la Compagnie de Jésus. "Les Cardinaux
ont tous échappé à nos filets. Les flatteries les mieux combi-nées n’ont
servi à rien ; pas un membre du Sacré-Collège n’a donné dans le piège."
"Nous avons aussi complètement échoué sur les Jésuites. Depuis
que nous conspirons , il a été impossible de mettre la main sur un
Ignacien, et il faudrait savoir pourquoi cette obstination si una-nime ;
pourquoi n’avons-nous donc jamais, près d’un seul, pu saisir le défaut
de la cuirasse ?" On ajoute pieusement : "Nous n’avons pas de Jésuites
avec nous; mais nous pouvons toujours dire et faire dire qu’il y en a,
et cela reviendra absolument au même25."


http://www.christ-roi.net/index.php/La_R%C3%A9volution_expliqu%C3%A9e_aux_jeunes_gens_%28Mgr_de_S%C3%A9gur%29#La_corruption_de_la_jeunesse_et_du_clerg.C3.A9
Roger Boivin
Roger Boivin

Nombre de messages : 12613
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  ROBERT. Sam 05 Fév 2011, 3:54 pm

.

Merci à Gabrielle et Diane de nous fournir, via les textes de Roca et la Haute Vente, la preuve que ce que nous voyons aujourd’hui dans la

secte conciliaire a été préparée et orchestrée de longue main dans les convents maçonniques. Ils crient victoire, pour le moment...
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Johnny Lun 07 Fév 2011, 3:06 pm

La précision de Roca est assez choquante en effet.
Johnny
Johnny

Nombre de messages : 616
Localisation : Québec
Date d'inscription : 11/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  gabrielle Lun 07 Fév 2011, 3:38 pm

Oui, ce plan était préparé depuis longtemps...

Voyez cette lettre...

Marc Winckler raconte comment après avoir été arrêté plusieurs fois par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut ensuite, par un retournement de situation, amené à fréquenter de près la Cour Pontificale.

Voici ce qu’il écrit au R.P. Guérard des Lauriers :

« Mon Révérend Père,

« Vous m'avez demandé de mettre par écrit le récit de quelques souvenirs romains vieux de trente ans.

« Les hasards de la guerre m'avaient conduit en Italie après diverses aventures et mésaventures dont plusieurs arrestations par les Allemands, notamment après un article de journal, paru en 1942, qui me désignait comme Juif. Et voilà un catholique mis d'abord aux abois, puis à toute sortes de caresses et d'honneurs lorsque la roue eut enfin tourné. Elle commença à tourner en ce qui me concerne dans la joie spirituelle, jusqu'au jour où elle tourna mal.

« Jouissant du privilège immense à l'époque de la Poste aux Armées, qui permettait d'acheminer vers la France et vice-versa la correspondance des nombreux Monseigneurs, Révérends et Révérendes de toute couleur (d'habit) résidant à Rome, j'avais fait la connaissance de beaucoup de monde et appris bien des choses, car la Cour Pontificale était encore une Cour. A mi-chemin entre l'Orient et l'Occident, entre hier et demain, elle était pleine de survivances et de saveurs qu'on ne connaît plus depuis que les Chefs d'Etats sont des gens bardés de dix sortes de polices armées, et véhiculés à une allure folle dans des sortes de trains de catafalques blindés.

« Officier interprète d'italien, je me consacrais aux tâches habituelles dans les Etats-Majors. Il me restait du loisir. »
De par ses contacts, Winckler fut présenté à Mgr Montini, qui n’était autre que l’aumônier de l'Association des diplômés d'Université à Rome. Il était alors Substitut au Secrétariat d'État.

« Mes nouveaux amis m'en avaient fait un portrait enthousiaste, en ajoutant : « Il est des nôtres ». Comprenne qui pourra. Je garde un souvenir ébloui de ces messes et de ces homélies, dans l'extraordinaire chapelle baroque de la Sapienza, une chapelle pour contes de fées, où l'assemblée chaleureuse créait une sorte d'ambiance et comme une grâce sensible, sans que je sache trop à quoi l'attribuer. Je m'en veux de n'avoir conservé aucun souvenir précis d'aucun passage de ces homélies ; c'était chatoyant, il y avait des mots qui jouaient comme la lumière dans un haut vitrail.

« Nous étions contents et lui aussi. Au demeurant, la mode était à l'éloquence. Le Souverain Pontife régnant avait involontairement imposé son style et chacun s'essayait à être svelte, à être ascète, à être mystique, à avoir de longues mains (je ne sais pas si l'on allait jusqu'à dormir par terre). Dans son bureau, Mgr MONTINI était actif, direct et précis. Il aurait souhaité que je pousse, à Paris, à la création d'une association semblable à la sienne. Les diplômés parisiens n'ont pas eu besoin de moi ; quant aux étudiants ils ont su montrer, en 1968, de quoi ils sont capables une fois bien imprégnés et chauffés à point.

« Le lobby qui avait cru au début du siècle réussir son coup avec le Cardinal RAMPOLLA, c'est-à-dire hisser l'un des siens au sommet de l'Eglise pour la remodeler à sa propre image, ce groupe de pression n'avait pas désarmé. Et l'espoir de la victoire était d'autant plus vif, l'impatience d'autant plus grande, que les circonstances avaient joué en sa faveur depuis la mort de S.S. PIE X.

« La révolution avait assis sa puissance sur un système financier prodigieux, sur « la victoire des démocraties », sur un empire soviétique fortifié, sur de nouveaux moyens mondiaux de propagande et de pression, et sur le discrédit, en raison de l'effondrement hitlérien, de tout ce qui ressemblait à l'anticommunisme ; et dans l'Eglise, sur la peur, pour beaucoup d'évêques, de religieux et de séculiers, de passer pour des vaincus ou des attardés.

« Je me rappelle encore les distinctions établies par PIE XII dans son discours de Noël 1944 au sujet du mot «démocratie». Cela, comme on dit, ne passa pas la rampe. Et je me rappelle la confidence désolée du Cardinal SUHARD qui avait suivi le conseil du Nonce de se rallier au Gouvernement de Vichy, dont la «légitimité» n'était pas reconnue par celui de la France«Libre». Le bon Cardinal ne se remettait pas de la poignée de main manquée. Quant au Cardinal TISSERANT, il ruminait ce qui est devenu, lors du Concile, le point de départ du décret sur la liberté religieuse. Il était, quant à lui, le chef incontesté du «parti gaulliste en soutane», et il avait l'œil - si l'on peut dire - sur tous les évêques de France. Qui me contredira si j'avance que RONCALLI et MONTINI lui doivent leur élection ?

« Mais qui, en revanche, a préparé de longue main la possibilité de ces élections dont l'une a rendu possible la suivante ? Il est facile de répondre, mais veuillez enregistrer qu'il est dangereux de s'aventurer sur ce terrain. Je comprends parfaitement l'attitude prudente de ceux qui préfèrent croire que c'est l'Esprit Saint qui a Lui-même manifesté Son choix. Peut-être l'avait-Il manifesté autrement, peut-être n'en a-t-on pas tenu compte, seul le Bon Dieu pourrait nous le dire puisque les Cardinaux, paraît-il, s'engagent au secret...

« Quoi qu'il en soit, depuis l'arrivée de Jacques MARITAIN comme ambassadeur auprès du Saint Siège, cadeau bête et méchant de Georges BIDAULT, j'avais cessé de servir la messe à Mgr MONTINI. Car en cette conjoncture, les membres de l'association ne se gênèrent plus pour affirmer leur progressisme. Mes amis, disons le mot, étaient franchement modernistes. MARITAIN avait envahi le groupe MONTINI, et il n'y en avait plus que pour l'humanisme intégral. J'avais fui.

« Mais puisque c'est un témoignage que vous me demandez, j'affirme qu'il y avait à Rome précisément ce que vous cherchez à savoir, et que vous me permettrez d'appeler le lobby montinien, ou le groupe Rampolla, et qu'un actif Monseigneur, ayant beaucoup d'entregent, que je rencontrais souvent et pour qui j'avais une sincère amitié, apprenant que j'avais été présenté à Mgr MONTINI, que je l'admirais et que j'avais l'air de le suivre, me crut sans doute assez mûr pour faire un pas décisif dans la voie de l'efficacité.

« Je me rappelle le ton mystérieux qu'il prit - Mgr PIGNEDOLI, c'est de lui qu'il s'agit - pour me parler de la grande revanche qu'on préparait. Il me fit le récit tout au long du veto de l'Autriche, dont le résultat, pour lui, fut de replonger l'Eglise pendant un demi-siècle dans l'obscurantisme et l'isolement du Moyen-Age ; il insista sur la nécessité d'une ouverture et d'une adaptation de l'Eglise ; enfin il me fit entrevoir une ère nouvelle, et pour très bientôt, et avec un succès certain, grâce à celui qui réussirait là ou le Cardinal RAMPOLLA eut le malheur d'échouer.

« Je le regardai avec de grands yeux. Il crut que cela signifiait : «Mais qui est-ce ?» ; il répondit sans parabole : « Vous lui servez la Messe tous les jeudis ».

« J'avoue que je devais avoir l'air bête ; et je l'étais, car j'étais à cent lieues de me douter de ce qu'on attendait de moi pour le succès de MONTINI, le nouveau désiré des collines temporelles et des nations (unies).

« Il fallut pourtant bien que je reprenne mes esprits. C'était sérieux. Le sympathique Mgr PICNEDOLI était fort lié avec MONTINI, puisqu'il le suivit dans son «honorable» éloignement milanais ; il est actuellement cardinal chargé de missions délicates (comme d'engager les Catholiques du Viêtnam à accueillir pour l'honneur de Dieu et pour la paix les troupes communistes du Viêtcong).

« Nous étions le 2 janvier 1945, le soir tombait ; il y avait réception chez le vénérable prince E. de NAPLES RAMPOLLA, et mon cher Monseigneur m'avait fait inviter. C'était dans un palais cossu, de style 1880 ; les salons étaient brillants, les lustres rutilants, les hôtes, les invités respiraient l'aisance ; les parfums des jeunes filles et des femmes, l'odeur des alcools, des cigarettes blondes, toute cette ambiance à la fois somptueuse et mondaine me changeait des papalini, ces patriciens qui, depuis la prise de Rome, avaient condamné la porte principale de leur palais en signe de protestation et dès lors n'avaient point bénéficié des faveurs de la Maison de Savoie.

« Vous le savez déjà, mon cher Père, je n'ai pas répondu aux avances du «Vénérable» prince qui était pour ainsi dire le miroir aux alouettes du fameux lo (là aussi, «vous m'avez compris»). Je pensais, en sortant de cette réception, au titre d'un petit livre italien que je lisais dans mon enfance: «Le cose più grande di lui» (Les choses qui le dépassent) ; et je pensais davantage encore au fameux « Santo » de Fogazzaro...

« Sans doute y a-t-il eu, y aura-t-il encore des caractères d'une trempe particulière, capables, au mépris des larmes et du sang, de dire : «Je m'arrangerai pour...» et «Je ferai en sorte que...», mais pousser la fourberie au degré de perfection où nous la voyons aujourd'hui, cela tient du mysterium iniquitatis, mystère si puissant qu'il va jusqu'à rendre aveugles et sourds même les meilleurs, sans oublier les «saints» prêtres disciples de S. Timoré... Ils n'ont, par exemple, jamais entendu parler des maladies et de la mort étrange de PIE XII ; et quand on leur donne des preuves, ils s'empressent de les récuser ou de faire le silence. Ce sont des silencieux de l'Eglise, des bons toutous muets.

« Heureusement, il existe encore quelques « Domini canes » !

« Je vous prie d'agréer, etc. »

« Le 11 février 1977.

« Marc WINCKLER. »
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  ROBERT. Lun 07 Fév 2011, 5:04 pm

.

Merci Gabrielle d'avoir remis la lettre que Marc Winckler écrit au R.P. Guérard Des Lauriers...

p.s. la traduc (approx) de Malachi Martin devrait paraître incessamment...

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  ROBERT. Lun 07 Fév 2011, 5:08 pm

Johnny a écrit:La précision de Roca est assez choquante en effet.

Leur insolence et leur effronterie, Johnny, n'ont d'égal que leur orgeuil diabolique !

.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Invité Lun 05 Sep 2011, 5:20 pm

Un document ancien prouve déjà le complot ourdi par les sociétés secrètes contre l'Eglise....

Les papiers secrets de la Haute Vente des Carbonari * tombés entre les mains du pape Grégoire XVI, embrassent une période qui va de 1820 à 1846. Ils ont été publiés sur la demande du pape Pie IX, par Crétineau-Joly dans son ouvrage l’Église romaine et la révolution1. Et par le bref d’approbation du 25 février 1861 qu’il adressa à l’auteur, Pie IX a consacré l’authenticité de ces documents, mais il ne permit pas qu’on divulguât les noms véritables des membres de la Haute Vente impliqués dans cette correspondance. Ces lettres sont absolument effarantes et si les papes ont demandé qu’on les publiât, c’est pour que les fidèles sachent la conjuration ourdie contre l’Église par les sociétés secrètes, qu’ils en connaissent le plan et soient prémunis contre son éventuelle réalisation.


"Le pape, quel qu’il soit, ne viendra jamais aux sociétés secrètes :

c’est aux sociétés secrètes à faire le premier pas vers l’Église, dans le but de les vaincre tous deux.

Le travail que nous allons entreprendre n’est l’œuvre ni d’un jour, ni d’un mois, ni d’un an ;

il peut durer plusieurs années, un siècle peut-être ; mais dans nos rangs le soldat meurt et le combat continue.

Nous n’entendons pas gagner les papes à notre cause, en faire des néophytes de nos principes, des propagateurs de nos idées. Ce serait un rêve ridicule, et de quelque manière que tournent les événements, que des cardinaux ou des prélats, par exemple, soient entrés de plein gré ou par surprise dans une partie de nos secrets, ce n’est pas du tout un motif pour désirer leur élévation au siège de Pierre. Cette élévation nous perdrait. L’ambition seule les aurait conduits à l’apostasie, le besoin du pouvoir les forcerait à nous immoler. Ce que nous devons demander, ce que nous devons chercher et attendre, comme les poldève attendent le Messie, c’est un pape selon nos besoins (…).

Avec cela nous marcherons plus sûrement à l’assaut de l’Église, qu’avec les pamphlets de nos frères de France et l’or même de l’Angleterre. Voulez-vous en savoir la raison ?

C’est qu’avec cela, pour briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Église, nous n’avons plus besoin de vinaigre annibalien, plus besoin de la poudre à canon, plus besoin même de nos bras. Nous avons le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaut pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la Chrétienté.

Nous ne doutons pas d’arriver à ce terme suprême de nos efforts ;

mais quand ?

mais comment ?

L’inconnue ne se dégage pas encore. Néanmoins, comme rien ne doit nous écarter du plan tracé, qu’au contraire tout y doit tendre, comme si le succès devait couronner dès demain l’œuvre à peine ébauchée, nous voulons, dans cette instruction qui restera secrète pour les simples initiés, donner aux préposés de la Vente suprême des conseils qu’ils devront inculquer à l’universalité des frères, sous forme d’enseignement ou de memorandum (…).

Or donc, pour nous assurer un pape dans les proportions exigées, il s’agit d’abord de lui façonner, à ce Pape, une génération digne du règne que nous rêvons. Laissez de côté la vieillesse et l’âge mûr ;

allez à la jeunesse, et si c’est possible, jusqu’à l’enfance (…) vous vous arrangerez à peu de frais une réputation de bon catholique et de patriote pur.

Cette réputation donnera accès à nos doctrines au sein du jeune clergé comme au fond des couvents. Dans quelques années, ce jeune clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions ;

il gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du souverain, il sera appelé à choisir le Pontife qui devra régner, et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imbu des principes italiens et humanitaires que nous allons commencer à mettre en circulation. C’est un petit grain de sénevé que nous confions à la terre ;

mais le soleil des justices le développera jusqu’à la plus haute puissance, et vous verrez un jour quelle riche moisson ce petit grain produira.

Dans la voie que nous traçons à nos frères, il se trouve de grands obstacles à vaincre, des difficultés de plus d’une sorte à surmonter. On en triomphera par l’expérience et par la perspicacité ;

mais le but est si beau, qu’il importe de mettre toutes les voiles au vent pour l’atteindre. Vous voulez révolutionner l’Italie, cherchez le Pape dont nous venons de faire le portrait. Vous voulez établir le règne des élus sur le trône de la prostituée de Babylone, que le Clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs apostoliques. Vous voulez faire disparaître le dernier vestige des tyrans et des oppresseurs, tendez vos filets comme Simon Barjone ;

tendez-les au fond des sacristies, des séminaires et des couvents plutôt qu’au fond de la mer :

et si vous ne précipitez rien, nous vous promettons une pêche plus miraculeuse que la sienne. Le pêcheur de poissons devint pêcheur d’hommes ;

vous, vous amènerez des amis autour de la Chaire apostolique. Vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannière, une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde".


* L’Alta Vendita.

Le document La Formation Permanente de la Alta Vendita (Haute Vente) dressait un plan d’infiltration et de corruption de l’Église catholique. Ces papiers tombèrent entre les mains de Grégoire XVI. Ce document fut publié à la requête du Pape Pie IX par Jacques Crétineau-Joly dans son livre: L’Eglise Romaine en face de la Révolution en 1859. Après cette affaire, l’abbé George Dillon dénoncera les liens entre la Franc-maçonnerie et les carbonari et contribuera à populariser le thème de la Haute Vente dans l’espace anglophone. Parmi les documents mis à la disposition de Crétineau-Joly pour écrire son livre figure une lettre d’un membre de la Haute-Vente, nommé Piccolo-Tigre, fondateur lui-même d’une Vente, qui écrivait à ses membre le 18 janvier 1922 des instructions sur les moyens à prendre pour racoler des membres importants [Paul Copin-Albancelli, Le drame maçonnique. Le Pouvoir occulte contre la France, 1908, p.56-57].





LA FRANC-MAÇONNERIE PROPAGATRICE DE CES ERREURS


Avec quelle précision, quelle clairvoyance, les Souverains Pontifes dénoncèrent cette entreprise, le pape Léon XIII l'expose dans Quod apostolici déjà citée, et de nouveau dans l'Encyclique Humanum Genus du 20 août 1884 sur la secte des francs-maçons :

«A notre époque, les fauteurs du mal paraissent s'être coalisés dans un immense effort, sous l'impulsion et avec l'aide d'une Société répandue en un grand nombre de lieux et fortement organisée, la Société des francs-maçons. Dans leurs vigilantes sollicitudes pour le salut du peuple chrétien, Nos prédécesseurs eurent bien vite reconnu cet ennemi capital au moment où, sortant des ténèbres d'une conspiration occulte, il s'élançait à l'assaut en plein jour».

Léon XIII mentionne alors les papes qui ont déjà condamné la franc-maçonnerie : Clément XII, dans l'Encyclique In Eminenti, du 27 avril 1738, porta excommunication contre les francs-maçons ; Benoît XIV renouvela cette condamnation dans l'Encyclique Providas du 16 mars 1751 ; Pie VII par l'Encyclique Ecclesiam du 13 septembre 1821 dénonça spécialement les Carbonari ; Léon XII, par sa Constitution Apostolique Quo graviora du 13 mars 1826, dévoila en plus la société secrète L'Universitaire qui tentait de pervertir la jeunesse ; Pie VIII (Encyclique Traditi du 24 mai 1829), Pie IX (Allocution consistoriale du 25 septembre 1865 et Encyclique Quanta cura du 8 décembre 1864) parlèrent dans le même sens. Puis, déplorant le peu de compte que tinrent les gouvernants de si graves avertissements, Léon XIII constate les progrès effrayants de la secte :

«Il en résulte que, dans l'espace d'un siècle et demi, la secte des francs-maçons a fait d'incroyables progrès. Employant à la fois l'audace et la ruse, elle a envahi tous les rangs de la hiérarchie sociale et commence à prendre, au sein des Etats modernes, une puissance qui équivaut à la souveraineté».

Que dirait-il maintenant, où il n'est aucun gouvernement qui n'obéisse aux décrets des loges maçonniques ! Et c'est maintenant à l'assaut de la hiérarchie de l'Eglise, que l'esprit maçonnique ou la maçonnerie elle-même monte en rangs serrés. (Mgr Lefebvre - Editions Fideliter 1987)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Invité Lun 05 Sep 2011, 5:32 pm

Est-ce crédible ?

Lettre de Mgr Basile Harambillet

(Docteur en Droit Canon et avocat rotal, maintenant décédé, a écrit Les Conciles de Gaule du VI et du VII siècle : dossier canonico-historique - 1971)

Rome, le 10.6.1975

Chère Madame,

Mille et mille excuses pour mon incorrection à votre égard qui m'avez fait tant confiance. C'est en effet un état obsessionnel qui en a été la cause, à la suite de nouvelles gravissimes que j'apprenais du Vatican au sujet du pape et de sa réduction à l'impuissance de gouverner dans l'Eglise.
En décembre, en effet, providentiellement, j'ai pu lire tout un ensemble de messages.(lien à venir !) J'étais épouvanté. Mon métier d'avocat rotal me conduisant dans les congrégations, j'avais très vite la preuve de ce que j'avais lu et relu.
L'amitié du Cardinal Wright, amitié silencieuse, et qui supporte mes injures et ma colère contre le Cardinal Villot a, en particulier, permis que je vérifie les messages. D'autres amis de moindre envergure ont confirmé mon diagnostic dans les congrégations.
Les dossiers sont bloqués (quelquefois une dizaine de mois) par ce misérable Villot dont nous savons maintenant qu'il est le chef d'orchestre destructeur de la messe, de la liturgie et du dimanche.
Ennemi juré de l'Eglise, franc-maçon de haut vol, avec un ensemble d'évêques franc-maçons d'une part, eux aussi, et de haut degré et tout un personnel ecclésiastique d'autre part, partout répandu dans le Vatican, infiltré de communisme et payé -je mesure tous mes termes – Villot gouverne avec son « gouvernement propre ».

Le Pape -qui est un saint – est complètement prisonnier au Vatican et n'a droit qu'à présider un décor et d'y exprimer la pensée catholique autant qu'il peut et veut, puisque aussi bien aucun évêque ne le relate (du moins en France) et que tout ça tombe dans le désert.
Malade, soumis à 12 piqûres par jour pour un cancer à la vessie, drogué à certains moments, quant à bout de pressions et de pressions inimaginables, on le force à signer tel ou tel document traître à la tradition Catholique. Paul VI mérite notre commisération et d'ardentes prières.
J'ai dit la drogue ; il faut ajouter « les bousculades physiques », la surveillance de toute la correspondance, le tri systématique parmi les visiteurs, même la présence d'un tiers dès l'instant où le Pape n'est plus à son bureau et qui épie la conversation, les gestes du visiteur reçu au passage.
Tous les documents concernant la liturgie sont invalides, non seulement anti-catholiques. Nous ne sommes obligés par aucun d'eux.
Toute la lutte et documentation prouvant, soit à la congrégation de la défense de la Foi, soit à la congrégation du clergé, que l'ennemi bien en place, détruit, en France en particulier, la foi de nos enfants et de nos jeunes -tout cela désormais ne sert de rien. Les évêques et cardinaux traîtres de l'Eglise demeureront en place, tous, continueront de détruire les sacrements en particulier -car Villot protège et fait pour.

Un Pape réduit à la « causette religieuse », pour eux bien sûr ; car pour nous son enseignement est bon, très bon ; des cardinaux apeurés et découragés ; le pouvoir pratiquement entre les mains des pharisiens, évêques et cardinaux ou simples secrétaires : telle est la situation dramatique du Pape qui m'a obsédée pendant des mois. Mon Dieu, que j'ai pleuré. Grâce à Dieu, j'ai maintenant avalé ces terribles nouvelles.
J'accepte de vivre la Passion de l'Eglise.... jusqu'aux catacombes que nous serons conduits à vivre en certaines régions de France dont la vôtre, à la suite d'évènements qui nous attendent, politiques, économiques religieux.
Le Seigneur Jésus a permis cela, que l'ennemi triomphe intelligemment et audacieusement à travers une organisation intérieure ecclésiastique et laïque au sein même de la Vraie Eglise.
Nous sommes tous condamnés, vous et moi, à nous défendre sans nous expliquer, sans chercher du secours ici ou là : le Seigneur et Sa Mère se chargeront de nous donner des aides dont nous avons besoin.

L'objection que vous pourrez me faire au sujet du Pape : Comment se fait-il qu'il ne se débarrasse pas de Villot ? Ici, c'est le mystère : je crois qu'au chantage financier se joint le choix d'un personnel acquis aux ordres de Villot qui a su faire tout de suite (dès 1969) un choix et des nominations.
Le Pape est entouré d'ennemis partout au Vatican. Rares, très rares sont les prélats qui aient encore une vie intérieure, au contraire trop nombreux sont ceux qui sont corrompus par l'argent ou les moeurs.
Je ne vous ai dit qu'une partie de mon secret afin de vous tranquilliser sur le côté qui paraît énigmatique du Pape. Ce dernier a trop fait confiance, il a été trop bon ; on l'a trompé facilement : il le sait maintenant.
Il a complètement changé de style et ne développe que des points de vie surnaturelle, appelant à la conversion du coeur, à la pratique du vrai Christianisme, à l'obéissance à l'Eglise, la VRAIE. Il ira lentement jusqu'au calvaire qu'il a accepté. C'est vrai que découragé de la trahison qui l'enserre, il a voulu démissionner mais le Seigneur l'a encouragé, lui a redonné ses forces.

Il reste au Pape à nous redonner officiellement, par dessus tous les mensonges, la Messe de Saint Pie V. Il va le faire. Il faut savoir attendre. Le document est prêt mais bloqué.... Quand le Pape, enfin, exigera au bout de souffrances indicibles que paraisse son décret, nous ne serons pas loin de graves événements en Europe.... Ce n'est qu'une opinion.
Nos populations vont être absolument ahuries de ce qui va brusquement tomber sans alarme préalable sur leurs projets et leurs rêves.
Notre devoir, désormais, est de continuer à travailler comme si rien ne devait se passer, en pensant néanmoins que l'avenir sera totalement différent de ce que nous croyons. Abandonnez à leur sort les prêtres apostats et irrespectueux de l'Eucharistie. Recherchez la messe de Saint Pie V.
Ne pas communier debout et dans la main.
Plus de plaintes, plus de confidences aux prêtres dont vous n'êtes pas sûrs. Le chapelet.... le chapelet, une vie silencieuse de Mère de famille.
Un intérêt croissant à la désagrégation qui, maintenant, est sûre de son coup, de la victoire. Et si vous saviez jusqu'où...; afin de prier davantage, de visiter davantage le Saint Sacrement, d'accepter de nos souffrances en expiation de nos péchés et dans la pensée merveilleuse que dans 10 ans enfin règneront Jésus et Marie sur la terre cruellement purifiée.
Qu'Ils règnent donc dès maintenant en nous, qu'ils nous aident à vivre et à supporter, qu'ils fortifient notre espérance infrangible, en dépit de tout.

Chère Madame, ce n'est qu'un commencement, un petit début.
Il faut dès aujourd'hui accepter le pire ; toutes les trahisons, toutes les horreurs. La fidélité compte tant de joies que le reste des épreuves si terribles soient-elles, ne nous fera pas perdre pied par grâce de Dieu. La Vierge Marie, le Saint Sacrement, des flots de prières pour le Pape.

Respectueusement Vôtre.
Avocat Rotal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  gabrielle Mar 06 Sep 2011, 9:19 am

Invicta, en voilà une bonne, je dois vous avouez que j'ai eu du mal à ne pas éclater de rire en retrouvant sur le net, le site sur lequel vous avez prit votre article sur Montini.

Ce Montini serait encore en vie! WOW! il bat tous les degrés de longévité , il va falloir l'inscrire dans le Guinnes.

gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  Invité Mar 06 Sep 2011, 7:24 pm

gabrielle a écrit:Invicta, en voilà une bonne, je dois vous avouez que j'ai eu du mal à ne pas éclater de rire en retrouvant sur le net, le site sur lequel vous avez prit votre article sur Montini.

Ce Montini serait encore en vie! WOW! il bat tous les degrés de longévité , il va falloir l'inscrire dans le Guinnes.


Effectivement, ça faisait farfelu.! Avez-vous lu l'article sur le sosie de Paul VI, c'est de la vraie science-fiction, photos à l'appui, tout le kit.

En tous cas, ça vaut le détour. Le mec se dit non pas sédévac mais "survivantistes":


Bienvenue sur ce blog consacré au Pape Paul VI
Catholiques et "survivantistes",
nous voulons faire éclater la vérité
sur l'incroyable imposture au sein de l'Eglise catholique
pour cacher aux fidèles, la vérité sur sa survivance.

Paul VI est toujours en vie, exilé, attendant l'heure de Dieu
pour retrouver le siège de Pierre.

Paul VI a 113 ans aujourd'hui.
"Impossible !" diront certains... et pourtant...
St Paul Ermite a vécu jusqu'à l'âge de .... 113 ans !
La religieuse, Eugénie Blanchard, vient de mourir à l'âge de.... 113 ans !
Jeanne Calment, la doyenne des Français, morte à plus de 122 ans !

A l'élection du Pape Paul VI, la situation de l'Église était difficile.... le Concile Vatican II n'était pas terminé et des voix « désobéissantes » se faisaient entendre.... Paul VI souhaitait continuer le concile en marchant sur les pas de Jean XXIII. Mgr Montini, alors archevêque de Milan, avait plutôt des idées humanitaires. Sa pensée arrangeait donc bien le « complot » franc-maçon qui prévoyait d'utiliser Mgr Montini devenu pape pour détruire l'Eglise...
Mais devenu Pape, l'Esprit Saint l'éclaira progressivement et il sentit rapidement l'existence des grandes pressions négatives exercées de tous les côtés sur le concile. Homme de charité, il accepta au début, puis se rendant compte du danger, il regretta amèrement et se mit à supplier le Ciel de l'aider à pouvoir changer le cours des choses. C'est alors que commença son martyre. Son fardeau devint plus douloureux du fait qu'il ne pouvait plus rien annoncer ni proclamer à la chrétienté, car ses collaborateurs, prélats félons, neutralisèrent l'exercice de son pouvoir. La route lui fut barrée lorsqu'il voulut annuler la réforme liturgique et toutes les innovations nuisibles du modernisme (lire témoignage de Mgr Harambillet). Paul VI voulait garder la Messe de toujours mais certains cardinaux conduisirent la subversion contre l'Eucharistie....
On lui administra des drogues neutralisantes pour l'empêcher de crier l'effroyable complot. Et enfin, on lui substitua un sosie par intermittence dès 1972 puis définitivement à partir de Noël 1975. Le sosie fut installé au Vatican et fit fonction de Pape à la place de Paul VI.
Et le monde, globalement, ne s'est pas aperçu de l'imposture dont Paul VI fut la victime.
Celui qui décéda le 6 août 1978 à Castel Gandolfo n'était pas le Pape Paul VI.
C'est le sosie que l'on a fait mourir car il commençait à devenir un danger pour les comploteurs eux-­mêmes. (lire les exorcismes "Avertissements de l'au-delà sur le sujet).
A la mort du sosie, Albino Luciano fut désigné comme successeur. Il ignorait alors la survie de Paul VI. Lorsqu'il fut mis au courant, par Villot, ce fut l'effroi pour lui : il voulut tout révéler au public et démissionner. Il fut donc assassiné parce qu'il refusait de jouer la comédie alors que le pape légitime était encore en vie...
Photos, vidéos, témoignages de prélats, exorcismes, études scientifiques, ouvrages, prophéties médiévales et contemporaines viendront corroborer la thèse de la survie.
Cette thèse pourra surprendre, produire un rejet catégorique pour certains ; méfiance, attente de preuves, curiosité, voire moqueries pour d'autres... et enfin, explication évidente de la Crise actuelle que traverse l'Eglise pour certains catholiques qui cherchent à comprendre...

Source
http://paulvipapemartyr.over-blog.com/article-accueil-58686730.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'empire de Satan.. Empty Re: L'empire de Satan..

Message  gabrielle Mer 07 Sep 2011, 7:55 am

Je n'ai pas lu l'article sur le sosie, dans les années 75 des gens qui croyaient à cela, m'ont fait la démonstration en photos. Shocked

Impossible, de le faire comprendre que cela n'avait pas de logique.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18855
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum