LE SCRUPULE

Aller en bas

LE SCRUPULE Empty LE SCRUPULE

Message  Monique Lun 09 Mar 2009, 9:01 pm

LE SCRUPULE

« Ne vous appuyez pas sur votre sagesse. »
Prov. 3, 5.


Parce qu'il hait le péché, Dieu ne peut haïr une âme qui déteste sincèrement ses fautes. « Tu me cherches, dit-il à sainte Marguerite de Cortone ; mais moi, sache-le bien, je te cherche encore plus que tu ne me cherches ; et tes craintes t'empêchent d'avancer dans l'amour divin (1.) »

Cette sainte souffrait de scrupules ; seule l'obéissance à son confesseur l'approchait de la sainte table. L'histoire spirituelle rapporte ainsi le cas de certaines âmes devenues victimes d'une sorte d'affolement de la conscience qui, à propos de tout sur un point donné ou sur plusieurs, gémissent d'avoir offensé Dieu.

Cet affolement provient d'une maladie, ou physique ou morale, qui peut paralyser énormément le progrès de l'âme, laquelle, au lieu d'aimer Dieu et de le servir cordialement, emploie ses heures à discuter tout ce qu'elle a fait pour oublier tout ce qu'à l'instant même elle accomplit.

C'est le mal des scrupuleux, qu'il nous faut étudier, soit afin de le conjurer, soit afin de le guérir, s'il y a lieu.
Que Marie nous aide à en saisir la nature puis les remèdes.



1. Lehodey, Le saint abandon, p. 413.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Mar 10 Mar 2009, 6:05 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.

Le mot lui-même « scrupule » désigne soit les petites pierres qui fatiguent parfois les pieds du voyageur, et lui rendent la route désagréable, soit le tout petit poids sous lequel ne s'inclinaient jadis que les balances les plus sensibles. La chose représente une sorte d'hésitation mêlée de la crainte d'avoir offensé Dieu, provenant de conjectures faibles et incertaines. Elle ne signifie pas cette inquiétude de l'amour fidèle qui scrute ses œuvres pour qu'elles ne déplaisent pas à Dieu en quoi que ce soit. Elle renferme de l'excessif à cause de la futilité de ses motifs ou de sa tendance exclusive à considérer le mal de ses actions plutôt après leur accomplissement que pendant ou bien avant comme il arrive, on le sait, dans le cas d'une conscience simplement délicate. D'ailleurs, c'est le même excès dans l'attitude contre tout danger ou difficulté à venir accompagnant les situations même les moins périlleuses.

Certains exemples délimitent l'objet du scrupule. Une conscience est scrupuleuse quand, après avoir fait son possible dans les confessions passées, elle veut toujours recommencer par crainte de n'avoir pas tout accusé ou d'avoir manqué de contrition. Elle se trompe aussi quand elle se trouble au sujet de ces tableaux scabreux qui remplissent son imagination et qui lui déplaisent, mais auxquels elle croit consentir surtout s'il y a impression éprouvée. Même défectuosité à l'égard de ces pensées de blasphème qui traversent l'esprit en y causant de l'horreur, de ces médisances entendues sans protestation énergique, de ces regards sur lesquels a manqué une surveillance de tous les instants, de ces touchers qui ont peut-être été faits à des espèces consacrées, à des choses saintes, et qui, de ce fait, pourraient avoir chargé l'âme de péchés mortels. Elles sont innombrables les inquiétudes exagérées possibles. Cela dépend de causes multiples.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Mer 11 Mar 2009, 6:07 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Le physique, parfois, y entraîne. Il y porte s'il est sous le coup d'une dépression nerveuse qui rend plus difficile une sage appréciation des choses morales, car, dès lors, il tend à produire la pensée obsédante que tel péché pèse sur la conscience.

A part la maladie, le tempérament lui-même se rangera parmi les sources du scrupule. Un naturel mélancolique, craintif et soupçonneux, engendre jusque dans les occupations profanes des inquiétudes longues et tenaces.

La maladie sera plus profonde si le moral se met de la partie. Qu'un esprit soit méticuleux jusqu'à se noyer dans les détails pour obtenir en toutes choses une certitude absolue ; qu'il soit mal éclairé au point de se représenter le bon Dieu comme impitoyable et de confondre impression forte avec consentement ; qu'il soit entêté de manière à préférer son propre jugement à celui de confesseur, à se guider plus par des imaginations que par la raison ; qu'il soit erroné dans une austérité poussée à la misanthropie ; voilà bien dans l'âme les causes du scrupule, qu'on peut appeler en d'autres termes l'ignorance l'orgueil secret et opiniâtre, la crainte trop vive de la justice divine et la confiance trop faible en la miséricorde et la peur désordonnée de toute apparence de péché.

Si le physique et le moral n'y sont pour rien, alors le mal relève simplement de causes extérieures, des personnes ou des livres, du démon ou de Dieu.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Jeu 12 Mar 2009, 6:09 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


La fréquentation des scrupuleux, l'observance de leurs conseils, des entretiens avec eux sur les choses de l'âme, de même que la lecture des auteurs trop sévères qui prescrivent des règles de conduite au-dessus de la condition humaine, selon la remarque de saint Ambroise (2), tout cela déforme une âme peu affermie.

Aux tendances morbides du système nerveux, le démon viendra parfois ajouter sa nuisible action. Que fera-t-il ? Pour empêcher une communion ou gêner le devoir d'état, il convaincra de péché alors qu'il n'y a pas matière grave. Pour dégouter de la vie spirituelle, il possède l'art de désespérer du salut.

Avec la permission de Dieu, il peut exciter l'âme des idées noires qui induisent en erreur et troublent par des craintes exagérées. Afin de nuire, le démon essaie tout ne l'oublions pas. Quelle place il occupe dans le travail de la sanctification ! Au fond, c'est Dieu qui permet le scrupule. Il le permet dans l'âme tiède pour la châtier de sa paresse et lui aspirer plus de ferveur, dans l'âme pénitente pour lui faire expier ses fautes passées et la détacher des consolations, dans l'âme pieuse pour la purifier de plus en plus et la stimuler dans la voie du salut.

En tous les cas, par conséquent, il y a lieu de mettre à profit cet état pénible qui peut même déclencher un généreux élan vers la sainteté. Saint Ignace de Loyola, saint Alphonse, à l'époque de leur plus haute sainteté, ont passé par cette épreuve qui anéantit et prépare à de plus grandes grâces.

Car Dieu y attache des avantages, on l'a vu. Et tous se résument à l'humilité. La douleur de la conscience fait détester le péché, voire la moindre imperfection, oblige a une simplicité totale en confession, détermine à ne rechercher en tout que la seule volonté de Dieu. Tout cela, c'est être humble.
2. Ps. 118.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Ven 13 Mar 2009, 6:10 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Le scrupule, si l'on y cède par orgueilleuse opiniâtreté du jugement, constitue un vrai fléau de la vie spirituelle.
Il n'y a pas de paix pour l'âme qui se laisse dominer par ce maître intraitable. Quand les Plus légères fautes paraissent des crimes et les meilleures actions du vide, Dieu semble un vrai tyran qui enlève tout repos, poursuit de ses rudesses dans les prières, les sacrements,
les exercices, les conversations et la solitude, l'âme qui partout porte le poids de la crainte.

L'esprit se trouble, il ne voit plus clair dans ses devoirs de chaque jour, il s'y absorbe au point d'en oublier. Le jugement se fausse, il ne discerne plus le bien du mal le léger du grave, il abandonne l'âme comme un navire sans gouvernail. Le cœur se dessèche dans le pire égoïsme il se ferme à toute confiance et s'ouvre au soupçon, il se défie de Dieu même auquel il reproche son état malheureux et se trouve dès lors incapable de prière, d'autant plus que l'agitation où il est lui enlève le silence, puis le loisir de parler à Dieu, puis l'épanchement joyeux et l'intimité.

Enfin, la volonté, forteresse de l'âme, se déprime et s'ébranle sous les coups inconsidérés du scrupule. Elle s'use dans des minuties et s'avère fatiguée sur des points d'importance.

Elle connaîtra alors des chutes, même graves, des défaillances imprévues et surprenantes causées par cet instinct de soulagement qui, faute de piété, cherche dans des rêveries, des lectures ou des conversations dangereuses, l'oubli des peines.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Sam 14 Mar 2009, 6:26 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Dans quel état ce désordre de l'âme place-t-il les vertus ? La tempête paralyse le travail de l'agriculteur. Encore chanceux est-il si elle ne ravage pas son champ. De même pour la culture des plantes spirituelles : orages de la conscience, continuels surtout, nuisent d'habitude, arrêtent le progrès des vertus.

Que voulez-vous faire quand Dieu ne courbe plus une âme dans l'humilité de la vraie et confiante prière? C'est comme le sol : il durcit, il se tord de sécheresse quand le soleil ne fouille plus de ses chauds rayons les flots de l'océan pour y pomper l'eau des nuages qui éclatera ensuite sur la terre en de bienfaisantes ondées. Ainsi devient tristement aride l'âme où le soleil d'une piété soumise ne produit pas la chaleur et les pluies fécondes de la grâce.

Par exemple, comment voulez-vous que la foi se développe quand elle ferme les yeux sur la miséricorde de Dieu et que même elle dénature sa justice ? Quelle sorte d'espérance que celle qui ne compte pas sur le ciel ni sur la grâce et qui tremble toujours de frayeur ? Et parlons de cette charité qui, tout en aimant Dieu, se tient à distance, courbe le front, ferme le cœur, manque aux bienséances les plus ordinaires, n'a pas un mot au pied de l'autel pour remercier Notre-Seigneur de ses bontés ? Est-ce une bonne contrition celle qui étiole ou tue le courage, une humilité véritable celle qui écrase sans approcher énergiquement du bon Dieu ?

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Dim 15 Mar 2009, 6:22 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Non, n'oublions pas que le scrupule nuit aux vertus, tout comme il n'est pas la preuve d'un amour ardent ni une conscience délicate. C'est un subtil amour-propre, égoïsme spirituel, une volonté égarée bien que sincère.

Tandis que marche, court et vole dans la perfection le coeur dilaté dans la confiance et la paix, le scrupuleux, avec une égale générosité, gaspille son temps à peser des atomes et des bagatelles, ou à se tourmenter sur un passé que Dieu a effacé depuis nombre d'années. Parfois il affaiblit ainsi et déséquilibre son système nerveux: à désengrener son moral il déprime son physique et délabre sa santé.

Il ressort donc que malgré le rôle providentiel de grand travers, c'est la volonté de Dieu signifiée que nous le combattions sérieusement alors que d'autre part le bon plaisir divin nous impose d'endurer cette peine avec patience tant que nous n'avons pas réussi à nous en défaire. La lutte ne devra pas retarder.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Lun 16 Mar 2009, 6:19 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Mais passons aux diverses charges de cette lutte contre un tel ennemi, c'est-à-dire aux remèdes.

Le premier, c'est le mépris.
Du temps de saint Paul, les nouveaux chrétiens devaient parfois manger des viandes qui avaient en offertes aux idoles. Certains n'osaient le faire. L'apôtre décida qu'à moins de scandale, il fallait mépriser cette crainte comme un scrupule et ne se point lier la conscience (3). Il en dit autant de ceux qui n'osaient manger des mets interdits par la Loi (4). L'Esprit-Saint dédaigne cette conduite parce qu'elle ne procède pas de la vérité, qu'elle est une exagération nuisible.

La raison, c'est que dans les choses morales la certitude mathématique qui bannit toute crainte n'existe pas, et c'est que Dieu n'attend pas de nous plus que ce dont nos forces sont capables. Saint Thomas explique la faiblesse de presque tous nos jugements de ce que la raison humaine ne peut comprendre l'infinité de chaque chose (5).

Saint Bonaventure, affirmant que le scrupuleux recherche de l'assurance plus par amour-propre que par amour de Dieu, dit que Dieu nous demande la charité qui lui plaît, non la connaissance de cette charité qui lui importe peu. D'ailleurs les préceptes les plus sacrés n'obligent jamais au temps et au lieu où leur observation devient ridicule au regard des gens vertueux, car on est légitimement dispensé de la loi, à raison d'un grave péril, lorsqu'il n'y a pas mépris de la loi ; même l'usage, s'il est raisonnable, peut détruire ou du moins interpréter la force de la loi, surtout quand il s'agit d'une loi positive et humaine. Et puis, en bonne théologie, personne n'est tenu, pour sortir de l'indécision, de discuter longuement, péniblement ce qui est très probable ou plus probable. Donc, après avis de son confesseur, le scrupule ne mérite que du mépris, moins qu'il ne s'agisse d'une âme habituée au péché et de conscience émoussée.

3. I Cor. 8.
4. Rom. 14.
5. Th., 2a 2ae, q. 47, a. 3.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Mar 17 Mar 2009, 6:29 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Comment doit raisonner le nerveux pour mépriser le scrupule ?
En face d'une obligation, il se questionne un instant. Appartient-elle à la loi naturelle que Dieu a écrite au cœur de l'homme ou à la loi positive que Dieu a gravée sur des tables merveilleuses ? La loi naturelle oblige toujours et avant tout, la loi positive n'oblige pas quand il y a un très grand inconvénient au point de nuire à la première loi dont elle n'est qu'une détermination.

Ainsi la conscience m'impose d'honorer mes parents et j'ai chez moi un vieux père malade qui ne peut se passer de mes soins. Mais c'est dimanche et un précepte grave me commande d'honorer Dieu par l'assistance à la sainte messe. Si Dieu doit passer avant tout, que faire ? Oui, Dieu avant tout et de la meilleure manière possible, c'est-à-dire par l'obéissance à la loi naturelle qui, ici, me retient auprès de mon père, et non par l'assistance à la messe qui relève d'une loi positive.

Et même s'il y a un autre inconvénient grave, il m'exempte lui aussi de la messe. Je pèse le pour et le contre, j'agis ensuite sans crainte selon la décision actuelle de ma conscience ; puis, je n'y reviens plus, je suis en paix. Peut-être qu'il y a eu erreur, qu'importe ! J'ai agi loyalement, je ne suis pas coupable du reste. Le passé devient lettre morte ; si je discute, si je cherche des éclaircissements, c'est pour l'avenir.

Même raisonnement et même mépris à l'égard des scrupules éprouvés dans la célébration ou l'audition de la messe, dans la prononciation des paroles au cours prières. Il suffit qu'à force de recommencer la même chose finit par y perdre du goût. Quant aux tourments de la confession, par rapport à la douleur, à l'accusation et au ferme propos, il faut les étouffer par la confiance en la miséricorde de Dieu qui a institué ce sacrement non pour en faire la torture des consciences, mais une piscine de purification comme celle de Siloé. Et dans l'inquiétude de l'état de grâce, il n'y a qu'à suivre la voie du devoir, à se jeter ainsi en Dieu et demeurer attaché à lui seul.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Mer 18 Mar 2009, 6:26 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.


Le deuxième remède, c'est la prière.

Quand Notre-Seigneur nous présente un lunatique comme figure du scrupuleux, il dit : « Cette sorte de démon ne se chasse que par la prière et le jeûne (6). »

La tempête et la crainte qui faisaient croire aux disciples, à la vue de Jésus marchant sur la mer, que c'était un fantôme, peuvent figurer les scrupuleux.

A leur sujet on peut dire : « Ils n'ont pas invoqué Dieu, ils ont tremblé à effroi, là où il n'y avait aucun lieu de crainte (7). »

Ces âmes, parfois, ne sont guère capables de prier ; pourtant, dans leur détresse, qu'elles essaient des oraisons jaculatoires, des invocations à Marie, des cris de naufragés comme celui de saint Pierre glissant sous les flots : « Seigneur, sauvez-moi (Cool. »

Qu'elles pratiquent la mortification selon la parole de Jésus, sans tomber dans l'excès ; car si elles cherchent la mollesse, elles ne correspondent pas au désir que Dieu a de les purifier dans leur épreuve, et elles s'attirent de la sorte une croix plus douloureuse.

Prière et jeune obtiennent tout !
6. Matth. 14, 30
7. Ps. 13, 5.
8. matth. 14, 30.


Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

LE SCRUPULE Empty Re: LE SCRUPULE

Message  Monique Jeu 19 Mar 2009, 6:05 pm

La nature comprend la définition, l'objet, les causes et les conséquences.



Le troisième remède, c'est le courage.

Il faut du courage au scrupuleux pour persister à croire qu'il n'a pas péché, pour rejeter son inquiétude avec audace. Ici, une simple attention à éviter ce mal ne fait qu'augmenter le mal. Cette audace doit s'exercer à ce refus tant que la certitude ne permet pas de faire serment sur l'objet du scrupule. Et encore est-il nécessaire de saisir la portée de ce serment. Mais le courage ne suppose pas que la lutte se manifeste par des sentiments, par des larmes, par des gestes et signes de tête, par des paroles ou d'autres moyens étranges. Il signifie calme et tranquillité, puis l'art de s'occuper à quelque chose.

Mais s'il repousse avec dédain le scrupule, il ne méprise pas le souci d'éviter les fautes vénielles, voire les imperfections ; il prête l'oreille à la voix de Dieu qui lui commande de s'abstenir même des apparences du mal et de viser en tout à une exacte fidélité, à la perfection dans les petites choses.

C'est ce courage qui s'abstient parfois avec sagesse, des choses permises pour mieux se défendre contre le péché, et qui, toujours, choisit fermement le parti le plus sûr de plaire à Dieu. Saint Jean de la Croix compte sur cette énergie lorsqu'il donne ce conseil: « Si quelqu'un s'efforçait de vous persuader une doctrine trop large, ne le croyez pas, quand même vous le verriez prouver sa doctrine par des miracles ; croyez plutôt à la doctrine d'austérité, à la pénitence et au renoncement de toute chose.

Paul-Henri BARABE, o.m.i.
Directeur des retraites fermées, Maison du Sacré-Cœur, Hull. 1943.


FIN
Monique
Monique

Nombre de messages : 11366
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum