THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

+7
Sandrine
Catherine
Via Crucis
Admin
Régis
gabrielle
Javier
11 participants

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Sam 09 Jan 2010, 6:15 am

*Note de Javier: Désolé mais je n'ai pas le temps de traduire en français ce livre très intéressant... J'espère que ce ne sera pas un gros inconvénient pour vous tous ! UDP

THE BROKEN CROSS- The Hidden Hand in the Vatican by Piers compton

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 1514

1. Part One

What remains when Rome perishes?
When Rome falls – the world.

Virgil Byron.

Its claims were monstrous. They passed beyond human reckoning. For it claimed to be the one divine and authoritative voice on earth; and it taught, gave judgment, and asserted, always in the same valid tone, confident that its message would outlive the transitory phenomena of doubt, change, and contradiction. It stood secure, an edifice of truth behind the ramparts of truth which defied the many and various attacks launched by its enemies. For it claimed a strength that was not of itself, a life-force and vigour imparted by a power that could not be found elsewhere; and because it could not be likened to any earthly thing it provoked fear, bewilderment, mockery, even hate.


But through the centuries it never wavered; never abandoned one item of its stupendous inheritance; never allowed the smallest rent to appear in its much derided mantle of intolerance. It inspired devotion and admiration even in those who scorned its mental discipline. It rose above conjecture, likelihood, probability; for the Word by which it had been founded was also its guarantee of permanence. It provided the one answer to the immemorial question – what is truth?


One of our essayists told, as many of our schoolboys used to know, of its place in history; how it saw the beginning, as it was likely to see the end, of our worldly systems; and how, in time to come, a broken arch of London Bridge might furnish a foothold from which a traveller ‘could sketch the ruins of St. Paul’s.’


But it would still stand monumental, unique, presenting as it did the symbols of endurance in this life and admission to an eternity beyond – a Rock and a Key.


It was the Catholic Church.


But now, as even those of irreligious mind have come to realize, all that has changed. The Church has dropped its guard, surrendered its prerogatives, abandoned its fortifications; and it will be the purpose of these pages to examine how and why the transformation, hitherto regarded by its adherents – and even by some of its unfriendly critics – as impossible, could have happened.

A SUIVRE...
THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 1615

traduction approximative a écrit:LA CROIX BRISÉE – La main cachée au Vatican par Piers Compton

1. Partie Un

Que reste-t-il lorsque Rome périt ?
Quand Rome tombe – le monde.

Virgil Byron.

Ses réclamations étaient colossales. Elles se sont transmises au-delà du calcul humain. Elle a fait valoir être une voix divine et faisant autorité sur la terre ; et elle a enseigné, jugé et affirmé, toujours de la même manière convaincu, sure que son message survivrait aux phénomènes transitoires du doute, du changement, et de la contradiction. S'élevait sécurisé, un édifice de vérité derrière les remparts de la vérité qu’ont défié les diverses et nombreuses attaques menées par ses ennemis. Pour cela elle se réclama d’une force qui n'était pas d’elle-même lui-même, une vie-force et vigueur dispensée par une puissance qui n'a pas pu se retrouver nulle part ailleurs ; et parce qu'elle ne pourrait pas être comparée à aucune autre chose terrestre, elle a suscité la peur, la désorientation, la dérision, même la haine.


Mais à travers les siècles, elle n’a jamais vacillé ; jamais elle n’abandonné un élément de son prodigieux héritage; n’a Jamais laissé paraître la moindre déchirure dans son manteau de l’intolérance dont beaucoup se sont moqués. Elle a inspiré la dévotion et même l’admiration chez ceux qui méprisaient sa discipline mentale. Elle s’est élevée au-dessus de toute conjecture, possibilité, probabilité ; car le Verbe par lequel elle avait été fondée était également sa garantie de permanence. Elle donne la seule réponse à l’immémoriale question – qu’est-ce que la vérité ?


Un de nos essayistes a dit, comme bon nombre de nos élèves le savent, de sa place dans l'histoire ; comme on en voit le début, tel était susceptible d’en voir la fin, tel nos systèmes du monde ; et comment, dans le temps à venir, un arc brisé du Pont de Londres peut fournir un point d’appui à partir duquel un explorateur pourrait esquisser les ruines de Saint Paul.


Mais elle, subsisterait encore, prodigieuse, unique, présentant , comme elle l'a fait, les symboles d'endurance dans cette vie et l'entrée dans une éternité au delà – un Rocher et une Clé.

C'était l'Église catholique.


Mais maintenant, même ceux qui ont une mentalité irréligieuse en sont venus à réaliser, que tout cela a changé. L'Eglise a laissé tomber sa garde, cédé ses prérogatives, abandonné ses fortifications ; et ce sera l'objectif de ces pages d’examiner comment et pourquoi la transformation, jusqu'ici considérée par ses adhérents – et même par certains de ses détracteurs hostiles – comme impossible, aurait pu arriver.

A SUIVRE.


Dernière édition par Javier le Sam 09 Jan 2010, 3:49 pm, édité 1 fois
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Sam 09 Jan 2010, 6:20 am

2.

What follows is written, of set purpose, from the viewpoint of a traditional and still practicing Catholic. The sentiments expressed figure here in order to emphasize the heresies, novelties, and profanities that, in the name of reformed or ‘updated’ religion, have left the Church in tatters throughout the world.


There is a feeling abroad that our civilization is in deadly peril. It is a recent awareness, wholly distinct from the old evangelical fears that the world, in keeping with some Biblical prophecy, is coming to an end; fears that have lost much of their former simplicity, and have become more real, since the threat of nuclear war. But the end of our civilization has more sinister implications than has the actual destruction of a planet, whether that be brought about by an ‘act of God’ or by a frenzy of total madness on the part of man.


For civilization declines when reason is turned upside down, when the mean and the base, the ugly and corrupt, are made to appear the norms of social and cultural expressions; or, to bring it nearer to the terms of our argument, when evil, under a variety of masks, takes the place of good.


We of this generation, according to our age and temperament, have become the willing, unconscious, or resentful victims of such a convulsion. Hence the air of futility that clings about us, a feeling that man has lost faith in himself and in existence as a whole.


It is true, of course, that every age has suffered the setbacks of war, revolution, and natural disasters. But never before has man been left without guide or compass, without the assurance conveyed by the pressure of a hand in which he trusted. He is, in all too many instances, a separate being, divorced from reality, without the consolation of worthwhile art or background of tradition; and, most fatal of all as the orthodox would say, without religion.


Now it used to be an accepted part of the Catholic outlook that the Church created our civilization, with the ethical standards, and the great body of revelation, on which man’s attitude and destiny depend.


It follows therefore, once that proposition has been accepted, that any falling off on the part of the Church must be reflected by a similar decline in the civilization it fostered; and such a decline, as evidenced by the moral and cultural expressions of our time, is everywhere visible.


So it is that the mere mention of religion calls forth an automatic rejection on the part of men who have never given a thought to the Church’s teaching or practice, but who feel that it should somehow remedy or control the widespread erosion. They feel contempt (and contempt is a more deadly virus than skepticism) for the Church’s failure to cope with conditions that call for vital action; for its readiness to go with the stream by not speaking out against, or for even giving encouragement to, subversion; for its preachment of a watered-down version of Humanism in the name of Christian charity; for the way in which, from having been the inflexible enemy of Communism, clerical leaders at the highest level have taken part in what is called ‘dialogue’ with those who seek, not only the Church’s downfall, but the ruin of society as a whole; for the way in which it has surrendered its once proudly defined credo by admitting that there are more Gods in heaven and earth than were dreamt of in its Founder’s philosophy.


This summary of misgivings brings us back to the question posed at the start of our inquiry – what has caused the changes in the Church?


A SUIVRE...

(http://www.bibliotecapleyades.net/vatican/brokencross/brokencross01.htm)

traduction approximative a écrit:2.

Ce qui suit est écrit, à dessein, du point de vue d’une pratique traditionnelle et catholique. Les sentiments exprimés ici sont pour faire ressortir les hérésies, les nouveautés, et les insanités qui, au nom de la réforme ou de la « mise à jour » de la religion, ont laissé l'Eglise en lambeaux à travers le monde.

Il y a un étrange sentiment que notre civilisation en danger de mort. Il s’agit d’une prise de conscience récente, complètement distincte des vieilles peurs évangéliques que le monde, conformément à une prophétie biblique, touche à sa fin; peurs qui ont beaucoup perdu de leur simplicité première, et sont devenues plus réelles, depuis la menace d’une guerre nucléaire. Mais la fin de notre civilisation a de plus menaçantes implications qu’en a la destruction actuelle de la planète, que ce soit par un « acte de Dieu » ou par un délire de pure folie de la part de l’homme.

Une civilisation décline quand la raison est renversée, quand la moyenne et la base, le laid et le corrompu, apparaissent comme étant les normes des langages sociaux et culturelles; ou pour s’approcher des termes de notre argumentation, quand le mal, sous une infinité de masques, prend la place du bien.

Nous, de cette génération, par rapport à notre âge et à notre tempérament, sommes devenus les victimes consentantes, inconscientes ou pleine de ressentiment d’un tel bouleversement. D'où l'air de futilité qui s'accroche autour de nous, un sentiment que l'homme a perdu foi en lui-même en l'existence comme un tout.

Il est vrai, évidemment, que chaque âge a souffert des contrecoups de la guerre, de la révolution et de désastres naturels. Mais jamais avant l’homme n’a été laissé sans guide ou sans boussole, sans avoir l'assurance d’être dirigé par une main en laquelle il pouvait avoir confiance. Il y a, dans de trop nombreux cas, un être séparé, divorcé de la réalité, sans la consolation, en arrière-plan, d’un art ou d’une tradition significative; et, le plus funeste de tout, comme diraient les orthodoxes, sans religion.

Maintenant, c'est l'habitude qu’il est accepté comme faisant partie de la mentalité catholique que l'Église a créé notre civilisation, avec ses normes éthiques, et le grand corps de Révélation, duquel dépend l’attitude de l'homme et son destin.

Il s'ensuit donc, une fois que cette proposition a été acceptée, que toute diminution de la part de l'Eglise doit se traduire par une baisse similaire de la civilisation qu'elle a suscitée, et un tel déclin, comme en témoignent les expressions morales et culturelles de notre temps, est visible partout.

C'est ainsi que la simple mention de religion suscite un rejet automatique de la part des hommes qui n'ont jamais eu une pensée pour l'enseignement ou la pratique de l'Église, mais qui estiment qu'elle devrait en quelque sorte remédier ou contrôler l'érosion généralisée. Ils se sentent méprisés (et le mépris est un virus plus meurtrier que le scepticisme) pour le manquement de l'Eglise à faire face aux conditions qui nécessitent une action vitale; pour son empressement à aller avec le courant en ne parlant pas contre, ou encore pour donner des encouragements à la subversion ; pour sa prédication d'une version édulcorée de l'humanisme, au nom de la charité chrétienne; pour la manière avec laquelle, après avoir été l'adversaire inflexible du Communisme, les dirigeants religieux du plus haut niveau ont pris part à ce qu'on appelle le « dialogue » avec ceux qui cherchent, non seulement la chute de l'Église, mais la ruine de la société tout entière; pour la manière avec laquelle elle a renoncé à son credo, une fois définie avec fierté, en admettant qu'il ya plus de dieux dans les cieux et la terre qu'on en avait rêvé dans la philosophie du Fondateur.

Ce sommaire de doutes nous ramène à la question posée au début de notre enquête- qu’est-ce qui a causé les changements dans l’Église ?

A SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Sam 09 Jan 2010, 4:07 pm

*Note de Javier: toutes les références à des personnages comme Roncalli, alias "Jean XXIII", Montini, alias "Paul VI", Luciani, alias "Jean-Paul I" et Wojtyla, alias "Jean-Paul II", ils appartiennent à l'auteur et afin de respecter le texte original, je n'inclurai pas les guillemets en parlant de ces imposteurs méchants que je considère aussi comme "The Montini Mafia", "la mafia montinienne"...

3.

Any revolution, such as the French and the Russian, must come into headlong collision with two institutions – the monarchy and the Church. The former, however deeply it may be rooted in lineage and sacramental rite, can be totally disposed of by a single blow. But a people’s religion, however defective it may have become, cannot be so easily suppressed by any force exerted from without.

Monarchy lives by acceptance, custom, and a process of recognition that can be brought to an end by the fall of a knife or the discharge of a rifle. But religion, and especially the Christian, although it may have become discredited and subject to scorn, has so far carried within itself the seeds of resurrection. Time and again a sentence of death has gone out against it; time and again it has outlived the executioner. That it will continue to do so may be taken for granted, though whether it will survive in its old untrammelled form, with its stature, infallible voice, and stamp of authority, is another matter.

Some will reject that suggestion as unthinkable. Others, while agreeing that the Church has sanctioned a change of emphasis here and there, will see it as part of the divine plan; and only a few, since it has become a characteristic of our people to reject the mere mention of a conspiracy, will see in it the working out of an age-long and deliberate scheme to destroy the Church from within. Yet there is more proof of every kind for the existence of such a conspiracy than there is for some of the commonly accepted facts of history.

Because of what follows it needs to be repeated that the average British mind does not take kindly to the idea of a ‘plot.’ The very word savours of a theatrical setting, with heavily cloaked men meeting in a darkened room to plan the destruction of their enemies. But secret scheming, hidden for the most part from the academic as from the public mind, has been the background or driving force of much world history.

The world of politics is bedevilled by cliques working one against another, as becomes evident when we take note of the flaws that occur in official versions of the Gunpowder Plot, the murder of Abraham Lincoln in 1865, that of the Archduke Francis Ferdinand of Austria at Sarajevo in 1914, the drowning of Kitchener in 1916, the shooting of President Kennedy in 1963, and even nearer to our own time, the mysterious end of Pope John Paul I, to be dealt with later in this volume.


A SUIVRE...
THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 1414
"Any revolution, such as the French and the Russian, must come into headlong collision with two institutions – the monarchy and the Church. The former, however deeply it may be rooted in lineage and sacramental rite, can be totally disposed of by a single blow. But a people’s religion, however defective it may have become, cannot be so easily suppressed by any force exerted from without".

(Louis : le texte de la note en dessous de l'image ci-dessus est le même que celui du 1er paragraphe de la traduction.)

traduction approximative a écrit:3.

Toute révolution, telle la révolution Française ou Russe, doit en venir à une collision impétueuse avec deux institutions — la monarchie et l’Église. La première, même si elle est profondément enracinée dans la lignée et le rit sacramentel peut être annihilée d’un seul coup Mais la religion d’un peuple, si défectueuse qu’elle peut être devenue, ne peut pas être aussi facilement supprimée par une force exercée du dehors.

La monarchie vit par acceptation, coutume et un processus de reconnaissance qui peuvent se terminer par la tombée d’un couteau ou la décharge d’une carabine.Mais la religion, et spécialement la Chrétienne, même si elle est devenue discréditée et sujet de mépris, n’en continue pas moins de porter en elle-même les semences de la résurrection. Maintes et maintes fois la peine de mort est portée contre elle, et encore et encore elle a survécu au bourreau. Qu'elle continue à le faire, on peut le tenir pour acquis, mais quant à savoir si elle survivra dans sa forme sans entraves, avec sa stature, sa voix infaillible, et sous le cachet de l'autorité, c'est autre chose.

Quelque’ uns rejetteront cette suggestion comme étant impensable. D’autres, agréant que l’Église a sanctionné des changements d’importance ici et là, verront cela comme faisant partie du plan de Dieu; et seulement très peu, depuis que c’est devenu une caractéristique de notre peuple de rejeter seulement mentionner une conspiration, verront en cela l’aboutissement d’un très long et délibéré plan pour détruire l’Église de l’intérieur. Encore qu’il y a beaucoup plus de preuves de toutes sortes quant à l’existence d’une telle conspiration qu’il y en a pour quelques faits historiques communément acceptés.

A cause de ce qui suit, il est nécessaire de répéter que l'esprit du Britannique moyen ne prend pas avec bienveillance l’idée d’un «complot». Le seul mot par lui-même évoque un décor théâtral, avec la réunion d'hommes lourdement masqués, dans une pièce sombre, afin de planifier la destruction de leurs ennemis. Mais la magouille secrète, caché pour la plupart du temps au monde académique comme au public, a été l'arrière-plan ou la force motrice qui a compté pour beaucoup dans l'histoire du monde.

Le monde de la politique est perturbé par des cliques travaillant les unes contre les autres, comme ça devient évident quand nous prenons notes des défauts qui surviennent dans les versions officielles du Complot de la poudre à canon (Gunpowder Plot), le meurtre dAbraham Lincoln en 1865, celui de l'Archiduc François-Ferdinand d'Autriche à Sarajevo en 1914, la noyade de Kitchener en 1916, l'assassinat du Président Kennedy en 1963, et même plus près de nous, la fin mystérieuse du Pape Jean-Paul I, qui sera traitée plus loin dans ce volume.

A SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  gabrielle Sam 09 Jan 2010, 4:29 pm

Pas de problème pour les guillemets. Wink
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18803
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Sam 09 Jan 2010, 5:35 pm

4.

The Church has always been the target of anti-religious men who see in its existence a threat to their progress and designs. And I use the word ‘always’ advisedly, for plotting against the Church occurs as early as the year A.D. 58. in words spoken by St. Paul to the people of Ephesus (and Paul, a trained Pharisee, when it came to warning against subversion knew what he was saying): ‘After my departure, grievous wolves shall come in among you, not sparing the flock; and from among your own selves shall issue men speaking perverse things in order to draw away the disciples after them.’

The urge for world domination whether by force of arms, culture, or religion, is as old as history. The earliest records, without considering myth or even legend, give proof of it. Egypt, which first dominated the thought and outlook of the East, was never a purely military State. But a warlike era emerged (we may date it from about 910 B.C.) with ‘Assyria the Terrible.’ The rise of Babylon, short-lived, was followed by that of Persia, under Cyrus the Great. Then came a name that has never ceased to be synonymous with that of a vast empire and lordship of the known world, Rome. But all such powers, apart from being concerned with territorial gain, aimed also at imposing some political or social creed, the overthrowing of one standard belief and the elevation of another, a process that the ancients used to associate with the influence of the gods.

The spread of the Arian heresy, that split Christendom throughout the fourth century, becomes a landmark. It involved all the symptoms of revolution, anarchy, treachery, and intrigue. But the underlying cause was not political. Its mainspring was religious, even theological, since it turned upon a phrase coined by Arius, the Alexandrian priest whose name was given to the movement: ‘There must have been a time when Christ was not.’

That denigration of the divine being and nature of Christ, if carried to its logical conclusion, would have rendered the world that was centred on Rome to a negative state in which Europe, as we know it, would have had no future. But Rome survived, as a place of reverence for some, as a target for others; and what we now look back upon as the medieval world was filled with repercussions of the same struggle.

With the consolidation of Rome as a Papal power the objective became a more definite reality, with its purpose never in doubt and always the same, whatever temporal or domestic interpretation was placed upon it.

For the eyes of men, whether in France, Italy or Spain, England or Germany, were on Peter’s Chair, an object of controversy that has proved more potent than gold in bearing on the mind.


That was the situation in Rome during the first quarter of the twelfth century, when two rival families, the Pierleoni and the Frangipani, were angling for power. Both were rich, the Pierleoni immensely so; neither was over-scrupulous; and when the Pope, Callistus II, died in 1124, both families put up a candidate for the Papal throne. The Pierleoni’s man, Anacletus, was ‘not thought well of, even by his friends.’ But he managed to outvote his rival who was backed by the Frangipani.

Anacletus’s reign was short and unpopular, but he clung perilously to power until his death in 1138, when he was declared anti-pope in favour of Innocent II. So it came about that an organised clique, if only briefly, took over the Vatican where they installed ‘their man’, a looked-for consummation that figured in the minds of international plotters until, in our own time, it came to be realised.

It is a curious fact that man will suffer more readily for ideas, however crude, than he will for positive causes that affect his way of life; and when the perennial heresy of Gnosticism raised its head at the little town of Albi, in southern France, at the start of the thirteenth century, men flocked to it as once they had to join a crusade. But this time its principles were more extreme than those of any Christian warrior. Matter was declared to be evil; so death, which meant the ending of matter, became more desirable than life. Suicide, often brought about by men starving themselves and their families, was a privilege and a blessing; and the very foundations of the Church, with the Papal throne, were shaken as hundreds of clergy, with as many nuns, came out on the side that had more political and philosophic undertones than appear in many stories of the period.

A SUIVRE...

traduction approximative a écrit: 4.

L'Église a toujours été la cible des anti-religieux qui voient dans son existence une menace pour leurs progrès et leurs desseins. Et j'utilise le mot «toujours» à bon escient, pour complot contre l'Eglise qui se produit dès l'année A.D. 58, avec les mots de saint Paul aux gens d'Ephèse (et Paul, un pharisien formé, quand il s'agissait de mise en garde contre la subversion savait ce qu'il disait): «Après mon départ, des loups cruels entreront parmi vous, n'épargnant pas le troupeau, et parmi vous-mêmes sortiront des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux.»

Le désir de domination du monde que ce soit par la force des armes, de la culture ou de la religion, est aussi vieille que l'histoire. Les plus anciens documents, sans considérer le mythe ou la légende même, en donne la preuve. L'Égypte, qui a d'abord dominé la pensée et les positions de l'Est, n'a jamais été un État purement militaire. Mais dans une ère belligérante émergea (nous pourrions la dater à environ 910 ans avant J.C.) avec « Assyrie la Terrible ». La montée de Babylone, de courte durée, a été suivie par celle de la Perse, sous Cyrus le Grand. Puis vint un nom qui n'a jamais cessé d'être synonyme de celui d'un vaste empire et de la suzeraineté sur tout le monde connu : Rome. Mais tous ces pouvoirs, en plus d'être concernés par un gain territorial, visaient également à imposer une croyance politique ou sociale, renverser la croyance d'un standard et à élever une autre, un processus que les anciens avaient l'habitude d'associer à l'influence des dieux.

La propagation de l'hérésie arienne, qui a déchiré la chrétienté tout au long du quatrième siècle, devient un point de repère. Elle a impliqué tous les symptômes de la révolution, de l'anarchie, de trahisons et d'intrigues. Mais la cause sous-jacente n'était pas politique. Son ressort est religieux, même théologique, étant donné qu'elle portait sur une expression inventée par Arius, prêtre d'Alexandrie dont le nom a été donné au mouvement: "Il doit y avoir eu un temps où le Christ n’était pas."

La diffamation de l'être divin et la nature du Christ, si elle est menée jusqu'à sa conclusion logique, aurait rendu le monde qui était centré sur Rome à un état négatif dans lequel l'Europe, comme nous le connaissons, n'aurait eu aucun avenir. Mais Rome a survécu, comme un lieu de vénération pour certains, comme une cible pour les autres; et nous voyons maintenant, avec le recul, que le monde médiéval a été rempli de répercussions de la même lutte.

Avec la consolidation de Rome comme pouvoir Papal, l'objectif est devenu une réalité plus précise, avec son but qui n'a jamais fait de doute et toujours le même, quel que soit le temps ou l’interprétation domestique qu’on lui a donnée.

Pour les yeux des hommes, que ce soit en France, en Italie ou en Espagne, en Angleterre ou en Allemagne, la Chaire de saint Pierre était un objet de controverse qui s'est révélé plus puissant que l'or pour soutenir l'esprit.


Telle était la situation à Rome durant le premier quart du XIIe siècle, lorsque deux familles rivales, les Pierleoni et le Frangipani, vont à la pêche pour le pouvoir. Tous deux étaient riches, les Pierleoni immensément, ni trop scrupuleux, et quand le Pape Calixte II est mort en 1124, les deux familles ont mis en place un candidat pour le trône pontifical. L'homme des Pierleoni, Anaclet, « même ses amis n’en pensaient pas du bien.» Mais il a réussi à mettre en minorité son rival, qui était soutenu par les Frangipani.

Le règne d’Anaclet fut de courte durée et impopulaire, mais il tenait dangereusement au pouvoir jusqu'à sa mort en 1138, quand il fut déclaré anti-pape en faveur d'Innocent II. Ainsi, il arriva que, une clique organisé, pour une courte période, a contrôlé (take over) le Vatican où ils ont installé « leur homme», un avant-goût de la consommation qui figurait dans l'esprit des comploteurs internationaux jusqu'à ce que, à notre époque, elle vienne à se réaliser.

C'est un fait curieux que l'homme souffrira plus facilement pour des idées, si grossières qu’elles soient, qu'il le fera pour des causes positives qui influent sur son mode de vie, et quand la vivace hérésie du gnosticisme releva la tête dans la petite ville d'Albi, dans le sud de la France, au début du XIIIe siècle, les hommes se sont agglutiné à elle comme, une fois, ils s’étaient joints à la croisade. Mais cette fois, ses principes sont plus extrêmes que ceux de tout guerrier chrétien. La chose (matter) a été déclarée mal; ainsi la mort, ce qui signifiait la fin de la chose, est devenue plus désirable que la vie. Le suicide, souvent provoqué par des hommes affamés eux-mêmes ainsi que leurs familles, était un privilège et une bénédiction, et les fondements mêmes de l'Église, ainsi que le trône Pontifical, ont été ébranlés comme des centaines de membres du clergé, ainsi que de nombreuses religieuses, avec des nuances plus politiques et philosophiques qu’à beaucoup d’autres histoires de cette période.

A SUIVRE ...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Dim 10 Jan 2010, 6:46 am

It was a life and death struggle in which the Church, under Pope Innocent III, reacted violently by setting up the Inquisition. Its purpose was to examine Albigensians who, purporting to be orthodox, had entered the Church, and occupied some of its most exalted places in order to undermine authority and set up, in every sphere, a system of common ownership. The capture of the Papacy was, of course, their main objective, although most histories of the time are more concerned with the fate of those who failed to recite the ‘Our Father’ correctly before their questioners.

The violence and cruelty of the war that set in has left a permanent mark on history. The terms Albigensian and Inquisition are often employed as useful steps to an argument. Few realise the true significance of the struggle which left the Papal throne still secure, so far invulnerable, but always, under several guises and from any part of Europe, the object of attack.

From this time on that attack was more concentrated. It gathered strength. In 1482, at Strasbourg, it gained a new intensity as the enemies of the Pope declared their intention of waging war against him. A document dated 1535, and known as the Charter of Cologne, is evidence of the same hostility, and equally violent. Echoes of the Albigensian campaign, still insisting that non-existence was preferable to what its followers called the Satanic ordering of earthly life, lingered on in a traditionally orthodox and never thickly populated country like Portugal, where the continued activity of the Inquisition was such that, among the dozens of those sentenced to death between the years 1619 and 1627, were fifty-nine priests and nuns.

During the latter years of the eighteenth century a young man was pacing the streets of Ingolstadt, Bavaria, with hatred in his heart and a fixed determination in his mind. His hatred was directed against the Jesuits, the religious Society which had trained him and made him a Professor of Canon Law at the local university, a Society which has, incidentally, always been a successful breeding ground for nearly every type of saint and assassin.

His determination, shared at one time or another by many serious-minded young men, but all too often without dedication, was to work for the overthrow of Church and State. But his determination had roots, and Adam Weishaupt (for that was his name), was now reaping the benefit of the Society he had come to despise.

For the spirit of the first Jesuit, Ignatius Loyola, had come down to even the apostates among his followers. Ignatius had been, as was then not uncommon in his native Spain, a gentleman soldier. He had stood fire and known the shock of enemy metal. And

Adam Weishaupt could view the prospect before him with a military mind. He had thrust and vision. He knew the value of surprise, which is grounded in secrecy. And he was single-minded. All around him was strife of some sort and contradiction. He would blend mankind into one whole, eliminate tradition, which differs from people to people, and suppress dogma, which invites more untruths than the one it sets out to establish.

Not for the first time, and certainly not for the last, a man set himself apart from his fellows in the name of universal brotherhood. The ideal state that Weishaupt had in mind was, of course, founded on the impossible dream of human perfection; hence his first followers went by the arrogantly priggish name of Perfectibilists.

But it soon became clear that moral impeccability was less conducive to his ends than mental enlightenment; and on the 1st day of May, 1776, the secret society that was to profoundly affect much subsequent history came into existence as the Illuminati. The date and certain of its implications are noteworthy. For on May the 1st the great Celtic pagan festival of Beltane was celebrated on hills that, wherever possible, were pyramidal in shape.

The Illuminati had by then, according to a plan they had made known in Munich in the previous year, decided on a most ambitious line of conduct. It would form and control public opinion. It would amalgamate religions by dissolving all the differences of belief and ritual that had kept them apart; and it would take over the Papacy and place an agent of its own in the Chair of Peter.

A further project was to bring down the French monarchy, which had long been a powerful influence, second only to the Papacy, in maintaining the existing European order. To that end a most efficient go-between was found in the person of one Joseph Balsamo, better known as Cagliostro, one of the world’s most agile performers on the make-believe stage.

He was backed financially, as are most if not all anarchistic leaders, by a group of bankers under the House of Rothschild. It was under their direction that the long-range and world-wide plans of the Illuminati were drawn up.

A SUIVRE...

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 1210 "Adam Weishaupt could view the prospect before him with a military mind. He had thrust and vision. He knew the value of surprise, which is grounded in secrecy. And he was single-minded. All around him was strife of some sort and contradiction. He would blend mankind into one whole, eliminate tradition, which differs from people to people, and suppress dogma, which invites more untruths than the one it sets out to establish".

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 1314

"A further project was to bring down the French monarchy, which had long been a powerful influence, second only to the Papacy, in maintaining the existing European order. To that end a most efficient go-between was found in the person of one Joseph Balsamo, better known as Cagliostro, one of the world’s most agile performers on the make-believe stage".

Cagliostro was backed financially, as are most if not all anarchistic leaders, by a group of bankers under the House of Rothschild. It was under their direction that the long-range and world-wide plans of the Illuminati were drawn up.

traduction approximative a écrit: Ce fut une lutte de vie et de mort dans laquelle l'Eglise, sous le pape Innocent III, a réagi violemment en mettant en place l'Inquisition. Son but était d'interroger les Albigeois qui, prétendant être orthodoxes, étaient entrés dans l'Église, et ont occupé quelques’uns des postes les plus élevés dans le but de saper l’autorité et de mettre en place, dans chaque sphère, un système de propriété commune. La prise de la Papauté était, bien sûr, leur principal objectif, bien que la plupart des histoires de l'époque sont davantage préoccupées par le sort de ceux qui n'ont pas réussi à réciter le « Notre Père » correctement devant leurs interlocuteurs.

La violence et la cruauté de la guerre qui s'est instauré a laissé une marque permanente sur l'histoire. Les termes Albigeois et Inquisition sont souvent employés comme des degrés utiles à un débat ( argument). Peu réalisent la signification véritable de la lutte qui a laissé le trône Pontifical toujours en sécurité, autant invulnérable, mais toujours, sous plusieurs formes et de toutes les parties de l'Europe, l'objet d'attaques.

A partir de ce moment, l'attaque a été plus concentrée. Elle a rassemblé ses forces. En 1482, à Strasbourg, elle a gagné une nouvelle intensité au moment où les ennemis du pape ont déclaré leur intention de lui faire la guerre. Un document daté de 1535, et connu comme la Charte de Cologne, est la preuve de la même hostilité, et tout aussi violente. Les échos de la campagne contre les Albigeois, en insistant encore sur le fait que la non-existence était préférable à ce que ses adeptes ont appelé l’ordonnancement satanique de la vie terrestre, se prolongeant dans des pays traditionnellement orthodoxes et jamais densément peuplé comme le Portugal, où l'activité continuelle de l'Inquisition était telle que, parmi les douzaines de personnes condamnées à mort entre les années 1619 et 1627, il y avait cinquante-neuf prêtres et des religieuses.

Durant les dernières années du XVIIIe siècle, un jeune homme se promenait dans les rues d'Ingolstadt, en Bavière, avec la haine au cœur et une détermination bien arrêtée dans son esprit. Sa haine était dirigée contre les Jésuites, la Société religieuse qui l'avait formé et avait fait de lui un professeur de Droit Canon à l'université locale, une Société qui a, par ailleurs, toujours été un sol fertile pour presque chaque type de saint et d’assassin.

Sa détermination, partagée à un moment ou un autre par de nombreux jeunes hommes sérieux, mais trop souvent sans la dévotion (dedication, était de travailler pour le renversement de l'Eglise et l'Etat. Mais sa détermination a des racines, et Adam Weishaupt (car tel était son nom), récoltait maintenant les bienfaits de la Société qu'il était venu à mépriser.

(Louis: La phrase qui suit fut difficile à traduire : ) L’esprit du premier Jésuite, Ignace de Loyola, était descendu même chez les apostats parmi ses disciples. Ignace avait été, comme cela était fréquent dans son Espagne natale, un soldat gentilhomme. Il avait essuyé le feu et connu le choc du métal ennemi. Et

(A) Adam Weishaupt pouvaient visualiser la scène devant lui avec un esprit militaire. Il avait de l’énergie et de la vision. Il connaissait la valeur de la surprise, qui est ancrée dans le secret. Et il était homme à une seule idée bien arrêtée. Tout autour de lui était lutte de toutes sortes et contradiction. Il fondrait l'humanité en un tout, éliminerait la tradition, qui diffère de peuple à peuple, et supprimerait le dogme, qui invite les contre-vérités plus que celle qu'il vise à établir.

Ce n'est pas la première fois, et certainement pas la dernière, qu’un homme se distingue de ses semblables au nom de la fraternité universelle. L'état idéal que Weishaupt avait à l'esprit était, bien sûr, fondé sur le rêve impossible de l’homme parfait; d'où ses premiers disciples qui sont allés avec arrogance du nom pédant de Perfectibilistes.

Mais il est vite devenu évident que l’impeccabilité morale était moins favorable à ses fins que l'illumination mentale, et le 1er jour de mai 1776, la société secrète, qui a été très préjudiciable à beaucoup d'histoire subséquente a vu le jour comme Les Illuminati. La date et certaines de ses implications sont remarquables. Le 1er mai la grande fête païenne celtique de Beltane était célébrée sur des collines qui, chaque fois que cela était possible, étaient de forme pyramidale.

Les Illuminati avaient alors, selon un plan qu'ils avaient fait connaître à Munich l'année précédente, décidé d’adopter une ligne de conduite plus ambitieuse. Ils formeraient et contrôlerait l'opinion publique. Ils fusionneraient les religions en dissolvant de toutes les différences de croyances et les rites qui les avait tenus séparées (apart), et ils prendraient (take over) la Papauté et mettrait en lieu et place un de leur agent des leurs sur la Chaire de Pierre.

(B) Un autre projet était de faire tomber la monarchie française, qui avait longtemps avait été d’une grande influence, devancée seulement par la Papauté, dans le maintien de l'ordre européen actuel. À cette fin, un intermédiaire plus efficace avait été trouvé en la personne d'un certain Joseph Balsamo, mieux connu sous le nom de Cagliostro, l'un des plus subtiles exécutants dans l’arrière-scène.

(C) Il a été soutenu financièrement, comme le sont la plupart sinon tous les chefs anarchistes, par un groupe de banquiers sous la maison de Rothschild. C'est sous leur direction que la propagation des plans à long-terme et à l'échelle mondiale des Illuminati ont été élaborés.
_______________________________________________

(Note de Louis : Les textes sous les images sont déjà dans la traduction approximative ; ce sont respectivement les paragraphes (A), (B) et (C).
_______________________________________________
A SUIVRE ...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Dim 10 Jan 2010, 12:12 pm

Cagliostro’s excursions in the realm of the occult have earned him a variety of epithets. He was a charlatan, an astrologer, the possessor of the secret of eternal youth and of the great universal medicine. But his claim to be possessed of an other-world influence may not have been wholly false. For, after having survived the tests that made him a full-blooded Illuminatus (the ceremony took place at night, in an underground vault near Frankfurt), he journeyed from country to country, in a black varnished coach that was decorated with magic symbols, imposing his arts upon the most influential circles, yet always with an eye on the French Court where he soon picked on Marie Antoinette as its most valuable and susceptible member.

How he finally over-reached himself, in perpetrating the swindle of the diamond necklace, is part of the preparatory process that led to the outbreak of the French Revolution. He died most miserably in Rome, but not without leaving a reputation that still poses questions, and which is typical of the formidable effects derived from contact with the Illuminati.

As part of the secrecy that masked its strength, and also perhaps from a juvenile wish to claim classical connections, the leaders of the Society adopted classical names, mostly from Greek or Roman myth and history. Adam Weishaupt became Spartacus, the name of the Thracian slave who led a revolt against Rome. His second-in-command, Baron Knigge, chose Philo, after the neo-Platonic philosopher. The uncouth sounding Franz Zwackh elected to be Cato, the Roman statesman. The Marquis Costanzo (for the Illuminati made free with titles) became Diomedes, one of the Greek leaders in the Trojan War; while a certain Francis Mary Arouet, undersized, warped, and wizened, coined a name for himself that was destined to sound through the popular consciousness like a miniature thunder-clap – Voltaire.

It is a common enough procedure for the casual reader to glance at, or even study, the names of those who directed the anti-Bourbon fury that swept over Paris, and most of France, without realising that much of it stemmed from the Illuminati, whose members were prominent in the short-lived committees and assemblies spawned by the Revolution.

Mirabeau and Danton were two of its nearly gigantic figures. Dapper little Robespierre supplied the consistency, and the tortuous Fouche the self-preserving cunning of ice-cold brains. Talleyrand limped his way over obstacles that proved fatal to more active men. Camille Desmoulins exhibited an adolescent faith in his fellows. Marshals Murat, Masséna, Bernadotte, and Soult followed the direction of Napoleon’s bicorne hat and drove his enemies from field after field. Kellermann, as heavy as his name, remained firmly booted and spurred, unlike Lafayette, who could change his royal uniform for the garb of a republican or a diplomat. All these were Illuminati. Some worked with open eyes, actual accomplices. Others, like Desmoulins, were enthusiasts or dupes.

Their influence did not die with them. It was passed on, long after the guillotine had gone out of common use, and could be recognised as the power behind the Directory. It lessened throughout the Consulate, but came back reinforced when Louis XVIII was hoisted on to the throne after Waterloo, and it sparked off the Revolution of 1830, which signalled the end of the Bourbons whom the Illuminati had long before marked down for ruin.

A SUIVRE...
THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 617 "Mirabeau and Danton were two of its nearly gigantic figures. Dapper little Robespierre supplied the consistency, and the tortuous Fouche the self-preserving cunning of ice-cold brains. Talleyrand limped his way over obstacles that proved fatal to more active men. Camille Desmoulins exhibited an adolescent faith in his fellows. Marshals Murat, Masséna, Bernadotte, and Soult followed the direction of Napoleon’s bicorne hat and drove his enemies from field after field. Kellermann, as heavy as his name, remained firmly booted and spurred, unlike Lafayette, who could change his royal uniform for the garb of a republican or a diplomat. All these were Illuminati. Some worked with open eyes, actual accomplices. Others, like Desmoulins, were enthusiasts or dupes".

traduction approximative a écrit: Les excursions de Cagliostro dans le domaine de l'occulte lui ont valu une série d'épithètes. Il était un charlatan, un astrologue, le possesseur du secret de l'éternelle jeunesse et de la médecine Universelle. Mais sa prétention d'être possédé par une influence d’un autre monde peut ne pas avoir été entièrement fausse. Car, après avoir survécu aux tests qui ont fait de lui un Illuminatus pur-sang (la cérémonie a eu lieu la nuit, dans une chambre forte souterraine près de Francfort), il a voyagé d'un pays à l’autre, dans un carrosse vernis noir qui était décoré de symboles magiques, imposant ses arts sur les cercles les plus influents, mais toujours avec un œil sur la cour française où, bientôt, ( il a vu en Marie Antoinette son membre le plus précieux et le plus impressionnable.= ???)

Comme finalement il s’est plus que compromis lui-même dans la perpétration de l'escroquerie du Collier, il fait partie du processus préparatoire qui a conduit à l'éclatement de la Révolution française. Il mourut misérablement à Rome, mais non sans laisser une réputation qui pose encore des questions, et qui est typique des effets redoutables provenant du contact avec les Illuminati.

Dans le cadre du secret qui masquait sa force, et aussi peut-être, du désir juvénile de se réclamer des classiques, les dirigeants de la Société ont adopté des noms classiques, surtout du mythe et de l’histoire grecque ou romaine. Adam Weishaupt est devenu Spartacus, le nom de l'esclave thrace qui a mené une révolte contre Rome. Son second commandant de bord, le baron Knigge, choisit Philo, après le philosophe néo-platonicien. Le rude Franz Zwack choisit d'être Caton, l'homme d'Etat romain. Le Marquis Costanzo (difficile => : pour les Illuminati fait gratuitement avec des titres?) est devenu Diomède, l'un des chefs grecs dans la guerre de Troie, tandis qu'un certain François Marie Arouet, trop petit, déformé, et ratatiné, a inventé un nom pour lui-même qui était destinée à sonner à travers la conscience populaire comme un coup de tonnerre miniature - Voltaire.

C'est une procédure assez communes pour le lecteur occasionnel de jeter un regard, ou même d’étudier les noms de ceux qui ont dirigé la fureur anti-Bourbon qui a déferlé sur Paris, et sur la plupart de la France, sans se rendre compte qu'une grande partie d’entre-eux découle des Illuminati, dont les membres occupent une place importante au sein des comités de courte durée et assemblées engendrées par la révolution.

Mirabeau et Danton, ont été deux de ses presque gigantesques figures. Le pimpant petit Robespierre fourni l’uniformité et le tortueux Fouché la rusée auto-préservation des cerveaux froid comme de la glace. Talleyrand boitait sur des obstacles qui se sont révélées fatales à des hommes plus actifs. Camille Desmoulins présentait une foi d’adolescents à ses camarades. Les Maréchaux Murat, Masséna, Bernadotte, et Soult ont suivit la direction du bicorne de Napoléon et ont conduit ses ennemis champ de batailles après champ de batailles. Kellermann, lourd comme son nom, est resté fermement botté et éperonné, contrairement à Lafayette, qui aurait pu changer son uniforme royal pour le costume d'un républicain ou un diplomate. Tous sont des Illuminati. Certains ont œuvré les yeux ouverts, de vrais complices. D'autres, comme Desmoulins, ont été des passionnés ou des dupes.

Leur influence n’est pas morte avec eux. Elle a été transmise, longtemps après que la guillotine eut disparu de l'usage commun, et pourrait être reconnue comme le pouvoir derrière le Directoire. Elle diminue à travers le Consulat, mais elle est revenue renforcée lorsque Louis XVIII fut hissé sur le trône après Waterloo, et a déclenché la Révolution de 1830, qui a marqué la fin des Bourbons que les Illuminati avaient depuis longtemps désignée à la ruine.

Louis : Le texte sous l'image fait partie de la traduction: c'est le paragraphe en caractères gras

A SUIVRE ...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty au sujet du sacerdoce

Message  Régis Mar 12 Jan 2010, 12:49 pm

Assurément le Christ est prêtre, mais il est prêtre pour nous, non pour lui, car il présente au Père éternel des prières et des sentiments religieux au nom du genre humain tout entier, de même il est victime, mais pour nous, puisqu'il se met lui-même à la place de l'homme coupable. (sans commentaire)

C'est à vous de commenter ...si ça vous dit !

Si vous avez des citations qui touchent ce sujet ce serait parfait. Je suis demandeur !

Régis

Nombre de messages : 509
Date d'inscription : 30/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Admin Mar 12 Jan 2010, 4:24 pm

Bonjour Javier.

La traduction de ce dossier sera assurée par notre ami Louis, celui-ci étant administrateur de Te Deum, inséra la traduction dans les posts que vous faites en langue anglaise.

Ainsi dans le post 1 sera placé sa traduction française... et ainsi de suite.

Vous serez le meneur et Louis vous suivra. A Catholic team ! Wink

Merci pour votre bon travail


Admin

Admin
Admin

Nombre de messages : 428
Date d'inscription : 25/01/2009

https://messe.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Via Crucis Mar 12 Jan 2010, 4:45 pm

Merci Javier pour ce livre ! Very Happy

Bonne idée Gabrielle Very Happy pour une traduction en français lol! , et bon travail en perspective pour Louis ! flower Very Happy Wonderful ! THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 962688 Because I prefer greatly to read French ! THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 390245 for the english fluent speakers !

Lire en anglais me donne mal au crâne Sleep à un moment donné et quand le texte est trop long, je zappe pour aller ailleurs !
Et le bouquet c'est lorsqu'il s'agit d'écouter une vidéo en anglais qui n'est pas sous-titrée alors là bonjour les dégâts je m'en vais très vite !
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  gabrielle Mar 12 Jan 2010, 4:54 pm

Comme je vous comprends, chère Via, bien que vivant dans une province où l'anglais est très présent, je n'ai jamais pu m'y habituer. Je lis une ligne, et je fais comme vous ... je zappe au plus vite..

Avec notre équipe Javier & Louis, ma chère amie, I love you nous allons pouvoir nous reposer la tête et pour moi, comprendre ce que dis ce livre, qui semble intéressant. cheers

Pour Javier et Louis... THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 866294 THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 866294 au travail les gars....


Fantastique les posts 1 et 2 sont déjà insérés en langue française...

Ayoye Louis, vous allez avoir le surnom du Lucky Luke de la traduc, l'homme qui traduit plus vite que son ombre. lol!
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18803
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Catherine Mer 13 Jan 2010, 4:05 am

Merci Louis de votre dévouement, traduire ce n'est pas un petit travail et ça demande de la patience! Vous êtes une perle!
Catherine
Catherine

Nombre de messages : 2399
Age : 36
Date d'inscription : 02/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Mer 13 Jan 2010, 5:03 am

Bonjour Javier.

La traduction de ce dossier sera assurée par notre ami Louis, celui-ci étant administrateur de Te Deum, inséra la traduction dans les posts que vous faites en langue anglaise.

Ainsi dans le post 1 sera placé sa traduction française... et ainsi de suite.

Vous serez le meneur et Louis vous suivra. A Catholic team !

Merci pour votre bon travail

Admin

Bonjour cher Administrateur.

Je vous félicite pour vos efforts vraiment louables afin que tous puissent lire le texte en français. Votre dévouement est digne d'appréciation et admiration.

Ce sera un plaisir de former une équipe catholique avec mon cher frère Louis !

Dieu et la Très Sainte Vierge vous bénissent, chers Louis, Gabrielle et tous les autres.

Javier,
ingrat pécheur et serviteur inutil
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Mer 13 Jan 2010, 5:13 am

5.

The sinister designs of Weishaupt and his Society had been made known to the Bavarian Government, as the result of a thunderstorm, in 1785.

A former priest and henchman of Weishaupt, named Joseph Lanz, had been out in the storm to deliver a message, when he was struck by lightning and killed. His body was taken to the chapel of a Benedictine convent where a nun, who prepared him for burial, found documents sewn into his clothing. Their importance, it soon became clear, reached far beyond the convent, and they were passed to the authorities who rubbed their eyes on seeing they outlined a plot for overthrowing Church and State. Weishaupt was banished from Bavaria, but he promptly fell on his feet again by being protected and pensioned by the Prince of Saxe-Gotha.

By the time of Weishaupt’s death in 1830 the hand of his Society could be detected in countries other than France, though its workings were sometimes indistinguishable from those of the more politically-minded Italian movement, the Carbonari (charcoal burners). That Society had been founded by Maghella in Naples at the time of the former Marshal Murat, who had been created King of Naples by Napoleon. Its declared object was to drive out foreigners and to set up a republican constitution.

The peculiar strength of such bodies has always been their secrecy, and this was in no way impugned by the signs and symbols they adopted. Sometimes they had an affected occult significance that was meant to be impressive, and this often led them to introduce merely puerile, absurd, or even unpleasant rites of initiation. There was, for instance, one Illuminati circle that persuaded candidates to enter a bath of water – persuaded, that is, by pulling them towards the bath by means of a piece of string that was tied to their genitals. And it was this perverted sexual obsession that made some of Weishaupt’s disciples undergo self-castration.

But some rites and symbols derived an undeniable significance from what is generally called Black Magic, or from the invocation of a Satanic power whose potency runs like a sinister streak through pages of Biblical, legendary, and historically verified writing.

‘By symbols’, said Thomas Carlyle in Sartor Resartus, ‘is man guided and commanded, made happy, made wretched. He everywhere finds himself surrounded with symbols, recognised as such or not recognised.’


The Illuminati made use of a shape that was probably old when Egypt reached its peak, that of a pyramid, or triangle, which has long been known to initiates as a sign of mystic or solar faith. At the top of that pyramid, or sometimes at its base, was, and in fact still is, the image of a separate human Eye, which has been variously referred to as the open eye of Lucifer, the morning star, or the eternal watcher of the world and the human scene.

The pyramid was one of the symbols that represented the unknown and nameless deity in pre-Christian cults. Centuries later it was resurrected as a symbol of the destruction of the Catholic Church; and when the first phase of that destruction had been brought about, as we shall see, by those who had infiltrated and since occupied some of the highest places in the Church, they reproduced it as a sign of their success.

It overlooked the crowds who gathered for the Philadelphia Eucharistic Congress in 1976. It was taken up by the Jesuits who edited the Society’s year book; and it appeared on a series of Vatican stamps issued in 1978.

The Eye, which can be traced back to the Babylonian moon-worshippers or astrologers, came to represent the Egyptian trinity of Osiris, the sun; Isis, the moon goddess; and their child, Horus. Isis also appeared in Athens, Rome, Sicily, and other centres of antiquity under a variety of names including Venus, Minerva, Diana, Cybele, Ceres, Proserpine, and Bellona. The Eye came to figure among the mystic solar symbols of Jove, Baal, and Apollo.

There was nothing empty or childish in the Society’s claim that its members, as evidenced by the Eye, were under constant surveillance. ‘It is understood’, so ran a dictum of the Society, ‘that anyone who reveals our secrets, either voluntarily or involuntarily, signs his own death warrant.’

And those words have been borne out, time and again. One of the first to give an instance of this was a Frenchman, named Lescure, whose son had played a briefly prominent part in the Revolution. Lescure senior was admitted to the cult of the Eye and the pyramid. But he soon repented, refused to attend their gatherings, was looked upon as a possible danger to his erstwhile brethren, and died suddenly of poison. In his last lucid moments he blamed ‘that impious horde of the Illuminati’ for his death.

A SUIVRE...

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 417 "The Illuminati made use of a shape that was probably old when Egypt reached its peak, that of a pyramid, or triangle, which has long been known to initiates as a sign of mystic or solar faith. At the top of that pyramid, or sometimes at its base, was, and in fact still is, the image of a separate human Eye, which has been variously referred to as the open eye of Lucifer, the morning star, or the eternal watcher of the world and the human scene. The pyramid was one of the symbols that represented the unknown and nameless deity in pre-Christian cults. Centuries later it was resurrected as a symbol of the destruction of the Catholic Church; and when the first phase of that destruction had been brought about, as we shall see, by those who had infiltrated and since occupied some of the highest places in the Church, they reproduced it as a sign of their success".
traduction approximative a écrit:5.Les sinistres desseins de Weishaupt et de sa Société avaient été portés à la connaissance du gouvernement bavarois, à la suite d'un orage, en 1785.

Un ancien prêtre et homme de main de Weishaupt, nommé Joseph Lanz, était absent lors de la tempête et délivrait un message, quand il fut frappé par la foudre et tué. Son corps a été transporté à la chapelle d'un couvent bénédictin où une religieuse, qui l'a préparé pour l'enterrement, a trouvé des documents cousus dans ses vêtements. Leur importance, il est vite apparu, s'étendait bien au-delà du convent (convent), et ils ont été transmis aux autorités qui se frottaient les yeux en voyant qu’ils définissaient un complot pour renverser l'Eglise et l'Etat. Weishaupt fut banni de la Bavière, mais il est rapidement retombé sur ses pieds en étant protégé et pensionné par le prince de Saxe-Gotha.

Au moment de la mort de Weishaupt, en 1830, la main de sa société pouvait être reconnue dans d’autres pays que la France, même si son fonctionnement était parfois impossible à distinguer du mouvement italien très impliqué dans la politique, les Carbonari (les charbonniers). Cette société a été fondée par Maghella à Naples à l'époque de l'ex-maréchal Murat, qui avait été créé roi de Naples par Napoléon. Son objectif déclaré était de chasser les étrangers et de mettre en place une constitution républicaine.

La force particulière de ces organismes a toujours été leur secret, et ce n'était nullement contestée par les signes et les symboles qu'ils ont adoptés. Parfois, ils ont une signification occulte qui était choisie pour être impressionnante, et cela a souvent conduit à introduire des rites d’initiation tout simplement puérile, absurde, voire même désagréables. Il y avait, par exemple, un cercle Illuminati qui persuadait les candidats d'entrer dans un bain d'eau – on les persuadait de cela, en les tirant vers le bain à l'aide d'une corde qui était liée à leurs organes génitaux. Et c'est cette obsession sexuelle pervertie qui a fait que certains des disciples de Weishaupt ont subi une auto-castration.

Mais de certains rites et symboles a dérivé une importance indéniable de ce qui est généralement appelé Magie Noire (Black Magic), ou une forme d'invocation d'un pouvoir satanique dont la puissance se déroule comme une traînée sinistres à travers les pages de la Bible, des légendes, et des écrits historiques vérifiés.

Par symboles], dit Thomas Carlyle dans Sartor Resartus », l’homme est guidé et commandé, rendu heureux, rendu misérable. Il se retrouve partout entouré de symboles, reconnu comme tel ou non. "

(A) Les Illuminati font usage d'une forme qui était probablement vieille, au temps où l'Égypte a atteint son apogée, celle d'une pyramide, ou triangle, qui a longtemps été connu des initiés comme un signe de mystique ou de foi solaire. Au sommet de cette pyramide, ou parfois à sa base, a été, et est en fait encore, l'image d'un Œil humain distinct, qui a été diversement appelée l'œil ouvert de Lucifer, l'étoile du matin, ou l'éternel veilleur du monde et de la scène humaine.

(B) La pyramide a été l'un des symboles qui représentent la divinité inconnue et anonyme dans les cultes avant l’ère chrétienne. Des siècles plus tard, elle a été ressuscitée en tant que symbole de la destruction de l'Eglise catholique, et lorsque la première phase de cette destruction avait été occasionnée, comme nous allons le voir, par ceux qui avaient infiltré et depuis occupé certains des endroits les plus élevés dans l'Eglise, ils l'ont reproduit comme un signe de leur succès.

Elle donnait sur la foule qui s'était rassemblée pour le Congrès eucharistique de Philadelphie en 1976. Elle a été reprise par les Jésuites qui édite le livre annuel de la Société, et elle est apparu sur une série de timbres du Vatican a publié en 1978.

L’Œil, que l’on peut retrouver à la période des adorateurs de la lune babyloniens ou astrologues, en vint à représenter la trinité égyptienne d'Osiris, le soleil; Isis, la déesse de la lune, et leur enfant, Horus. Isis est également apparu à Athènes, Rome, Sicile, et dans d'autres centres de l'antiquité sous divers noms, incluant Vénus, Minerve, Diane, Cybèle, Cérès, Proserpine, et Bellona. L’Œil figure parmi les symboles mystiques solaires de Jupiter, Baal, et Apollo.

Il n'y avait rien de vide ou d’enfantin dans la réclamation de la Société que ses membres, comme en témoigne l’Œil, étaient sous surveillance constante. «Il est entendu» , ainsi courait un dicton de la Société, «que toute personne qui révèle nos secrets, que ce soit volontairement ou involontairement, signe son propre arrêt de mort».

Et ces mots ont été corroborés, maintes et maintes fois. L'un des premiers à donner un exemple de cela fut un Français, nommé Lescure, dont le fils avait joué un rôle, bref, de premier plan dans la Révolution. Lescure le père a été admis dans le culte de l’Œil et de la pyramide. Mais bientôt il se repentit, refusa d'assister à leurs réunions, était regardé comme un danger possible par ses frères d'autrefois, et est décédé subitement, empoisonné. Dans ses derniers moments de lucidité, il blâme «cette horde impie des Illuminati» pour sa mort.

Louis: Le texte sous le dessin est sont les paragraphes (A) et (B) dans la traduction.

A SUIVRE ...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Mer 13 Jan 2010, 5:26 am

6.

Mention has already been made of the Carbonari, the Supreme Directory of which, known as the Alta Vendita, became a kind of nucleus for all the secret societies spread through Italy. In organization and intention it was much the same as the Illuminati. Its leaders adopted a similar brand of whimsical appellations (such as Little Tiger, Nubius, Vindex, Minos), and it exhibited the same unremitting hostility towards Church and State.

This was clearly outlined in a set of Permanent Instructions, or Code of Rules, which appeared in Italy in 1818. It was written by Nubius and was addressed to a fellow conspirator called Volpi, with suggested guide lines and news of what had so far been accomplished.

Nubius, who appears to have been a man of rank in Rome, starts with a modest appraisal of the not insignificant task that had been entrusted to him. ‘As I told you before, I have been appointed to demoralise the education of the youth of the Church.’ But he was not unaware of the most difficult obstacle he would have to encounter. One great problem remained. ‘The Papacy has always exercised a decisive influence over Italy. With the arm, the voice, the pen, of its innumerable bishops, monks, nuns, and faithful of all latitudes, the Pope finds everywhere people who are prepared for sacrifice, and even for martyrdom, friends who would die for him, or sacrifice all for his sake.

‘It is a mighty lever, the full power of which few Popes have understood, and which has yet been used but partially... Our final aim is that of Voltaire, and that of the French Revolution – the complete annihilation of Catholicism, and ultimately of Christianity. Were Christianity to survive, even upon the ruins of Rome, it would, a little later on, revive and live.

‘Take no notice of those boastful and vainglorious Frenchmen, and thick-headed Germans, and hypochondriacal Englishmen, who think it possible to end Catholicism by an obscene song or by a contemptible sarcasm. Catholicism has a vitality which survives such attacks with ease. She has seen adversaries more implacable and more terrible far, and sometimes has taken a malicious pleasure in baptising with holy water the most rabid amongst them.

‘Therefore the Papacy has been for seventeen hundred years interwoven with the history of Italy. Italy can neither breathe nor move without the leave of the Supreme Pontiff. With him, she has the hundred arms of Briareus; without him, she is condemned to a lamentable impotency. Such a state of things must not continue. It is necessary to seek a remedy.

‘Very well. The remedy is at hand. The Pope, whoever he may be, will never enter into a secret society. It therefore becomes the duty of the secret societies to make the first advance to the Church, and to the Pope, with the object of conquering both. The work for which we gird ourselves is not the work of a day, nor of a month, nor of a year. It may last for many years, perhaps a century. In our ranks the soldier dies, but the work is continued.

‘We do not at present intend to gain the Pope to our cause. That which we should await, as the Jews await a Messiah, is a Pope according to our wants. We require a Pope for ourselves, if such a Pope were possible. With such a one we shall march more securely to the storming of the Church than with all the little books of our French and English brothers. And why?

‘Because it were useless to seek with these alone to split the Rock upon which God has built the Church. We should not want the vinegar of Hannibal, nor gunpowder, nor even our arms, if we had but the little finger of the successor of Peter engaged in the plot; that little finger will avail us more for our crusade than all the Urbans and St. Bernards for the crusade of Christianity.

‘We trust that we may yet attain this supreme object of our efforts. Little can be done with the old Cardinals and with prelates of decided character. In our magazines, either popular or unpopular, we must find the means to utilise, or ridicule, the power in their hands. A well invented report must be spread with tact amongst good Christian families. Such a Cardinal, for instance, is a miser; such a prelate is licentious. These things will spread rapidly in the cafes, thence to the squares, and one report is sometimes enough to ruin a man.

‘If a prelate arrives in a province from Rome to officiate at some public function, it is necessary at once to become acquainted with his character, his antecedents, his temperament, his defects – especially his defects. Give him a character that must horrify the young people and the women; describe him as cruel, heartless, or bloodthirsty; relate some atrocious transaction which will cause a sensation amongst the people. The foreign newspapers will learn and copy these facts, which they will know how to embellish according to their usual style...’


A SUIVRE...

"...the Carbonari, the Supreme Directory of which, known as the Alta Vendita, became a kind of nucleus for all the secret societies spread through Italy. In organization and intention it was much the same as the Illuminati. Its leaders adopted a similar brand of whimsical appellations (such as Little Tiger, Nubius, Vindex, Minos), and it exhibited the same unremitting hostility towards Church and State".

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 118

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 217

"The Pope, whoever he may be, will never enter into a secret society. It therefore becomes the duty of the secret societies to make the first advance to the Church, and to the Pope, with the object of conquering both".

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 317 "We do not at present intend to gain the Pope to our cause. That which we should await, as the Jews await a Messiah, is a Pope according to our wants. We require a Pope for ourselves, if such a Pope were possible. With such a one we shall march more securely to the storming of the Church than with all the little books of our French and English brothers.

traduction approximative a écrit:6.
Nous avons déjà mentionné que (A) le Carbonarisme, le Directoire Suprême, connu sous le nom de Alta Vendita, est devenu une sorte de noyau pour toutes les sociétés secrètes qui se répandent en Italie. Dans son organisation et dans son but, il est de beaucoup identique à ceux des Illuminati. Ses dirigeants ont adopté la même façon d’appellations fantaisistes (comme petit Tigre, Nubius, Vindice, Minos) et ils montraient la même incessante hostilité envers l'Église et l’État . (A)

Cela a été clairement exposé dans des Instructions permanentes ou Code de Règles, paru en Italie en 1818. Il a été écrit par Nubius et a été adressé à un camarade conspirateur appelé Volpi, qui recommandait des lignes directrices et faisait état de ce qui était accompli jusque là.

Nubius, qui semble avoir été un homme de rang à Rome, commence par une évaluation modeste de la tâche non négligeable, qui lui avait été confiée. « comme je l'ai dit vous avant, j'ai été nommé pour démoraliser l'éducation de la jeunesse de l'Église.» Mais il était sans savoir de l’obstacle le plus difficile qu'il aurait à affronter. Un grand problème demeura. « La Papauté a exercé de tout temps une action décisive sur les affaires d'Italie. Par le bras, par la voix, par la plume, par le cœur de ses innombrables évêques, prêtres, moines, religieuses et fidèles de toutes les latitudes, la Papauté trouve des dévouements sans cesse prêts au martyre et à l'enthousiasme. Partout où il lui plaît d'en évoquer, elle a des amis qui meurent, d'autres qui se dépouillent pour elle.

« C'est un levier immense dont quelques papes seuls ont apprécié toute la puissance (encore n'en ont-ils usé que dans une certaine mesure). … notre but final est celui de Voltaire et de la Révolution française, l'anéantissement à tout jamais du Catholicisme et même de l'idée chrétienne, qui, restée debout sur les ruines de Rome, en serait la perpétuation plus tard.

« il ne faut pas prêter l'oreille à ces vantards de Français, à ces nébuleux Allemands, à ces tristes Anglais, qui s'imaginent tous tuer le Catholicisme tantôt avec une chanson impure, tantôt avec une déduction illogique, tantôt avec un grossier sarcasme… Le Catholicisme a la vie plus dure que cela. Il a vu de plus implacables, de plus terribles adversaires, et il s'est souvent donné le malin plaisir de jeter de l'eau bénite sur la tombe des plus enragés.

« Donc la Papauté est depuis seize cents ans inhérente à l'histoire de l'Italie. L'Italie ne peut ni respirer, ni se mouvoir sans la permission du Pasteur suprême. Avec lui, elle a les cent bras de Briarée; sans lui, elle est condamnée à une impuissance qui fait pitié. … Nous ne pouvons pas vouloir un pareil état de choses; il importe donc de chercher un remède à cette situation.

« Le remède est tout trouvé. (B) Le Pape, quel qu'il soit, ne viendra jamais aux Sociétés secrètes; c'est aux Sociétés secrètes à faire le premier pas vers l'Eglise, dans le but de les vaincre tous deux. (B) Le travail que nous allons entreprendre n'est l'œuvre ni d'un jour, ni d'un mois, ni d'un an; il peut durer plusieurs années, un siècle peut-être; mais dans nos rangs le soldat meurt et le combat continue.

(C) « Nous n'entendons pas gagner les Papes à notre cause, … ce que nous devons chercher et attendre, comme les Juifs attendent le Messie, c'est un pape selon nos besoins. … C’est à peu près dans ces conditions qu'il nous en faudrait un, si c'est encore possible. Avec cela nous marcherons plus sûrement à l'assaut de l'Eglise, qu'avec les pamphlets de nos frères de France et l'or même de l'Angleterre. (C) Voulez-vous en savoir la raison?

«C'est qu'avec cela, pour briser le rocher sur lequel Dieu a bâti son Eglise, nous n'avons plus besoin de vinaigre annibalien, plus besoin de la poudre à canon, plus besoin même de nos bras. Nous avons le petit doigt du successeur de Pierre engagé dans le complot, et ce petit doigt vaut pour cette croisade tous les Urbain II et tous les saint Bernard de la Chrétienté.

« Nous ne doutons pas d'arriver à ce terme suprêrne de nos efforts ; … Il y a peu de chose à faire avec les vieux cardinaux ou avec les prélats dont le caractère est bien décidé… puiser dans nos entrepôts de popularité ou d'impopularité les armes qui rendront inutile ou ridicule le pouvoir entre leurs mains. Un mot qu'on invente habilement et qu'on a l'art de répandre dans certaines honnêtes familles choisies, pour que de là il descende dans les cafés et des cafés dans la rue, un mot peut quelquefois tuer un homme.

«Si un prélat arrive de Rome pour exercer quelque fonction publique au fond des provinces, connaissez aussitôt son caractère, ses antécédents, ses qualités, ses défauts surtout. … créez-lui une de ces réputations qui effraient les petits enfants et les vieilles femmes; peignez-le cruel et sanguinaire; racontez quelques traits de cruauté qui puissent se graver dans la mémoire du peuple. Quand les journaux étrangers recueilleront par nous ces récits qu'ils embelliront à. leur tour (inévitablement par respect pour la vérité), … »

Louis: Les textes en dessous des images sont respectivement (A), (B) et (C).

A SUIVRE...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Sandrine Mer 13 Jan 2010, 10:25 am

Bon, je suis désolée et je ne voudrais pas passer pour une éternelle rabat-joie Embarassed mais il y a quelques points qui me chiffonnent ...

De ce que j'ai compris de ma lecture de la traduction ( au passage, un grand merci à Louis cheers ), c'est que Piers Compton dénonce la conciliaire ( ce qui est très bien ! ) mais considère la secte comme l'Eglise.

Voici quelques passages qui me laissent cette impression :

C'était l'Église catholique.

Mais maintenant, même ceux qui ont une mentalité irréligieuse en sont venus à réaliser, que tout cela a changé. L'Eglise a laissé tomber sa garde, cédé ses prérogatives, abandonné ses fortifications ; et ce sera l'objectif de ces pages d’examiner comment et pourquoi la transformation, jusqu'ici considérée par ses adhérents – et même par certains de ses détracteurs hostiles – comme impossible, aurait pu arriver. [ ...]

.... pour le manquement de l'Eglise à faire face aux conditions qui nécessitent une action vitale; pour son empressement à aller avec le courant en ne parlant pas contre, ou encore pour donner des encouragements à la subversion ; pour sa prédication d'une version édulcorée de l'humanisme, au nom de la charité chrétienne .....

Peut-être est-ce que je me trompe et là il faut me le dire mais d'après ces quelques lignes, je ne peux comprendre qu'une chose : Piers Compton voit la conciliaire comme l'Eglise Catholique.

Comment peut-on parler de l'Eglise à l'imparfait ? Comment peut-on parler de "manquement" de l'Eglise ? etc etc ... Question

Là il va falloir m'expliquer .... scratch
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Sandrine Mer 13 Jan 2010, 10:42 am

Pour compléter mon interrogation :

wikipedia :

Pour Compton, le pape Jean XXIII fut le premier pape Illuminati

http://fr.wikipedia.org/wiki/Piers_Compton

Ça ne fait que renforcer ce que je crois comprendre.
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  gabrielle Mer 13 Jan 2010, 11:02 am

Bonjour! I love you

Tu ne fais pas du tout "rabat-joie" j'ai la même impression, ce que j'ignore c'est si Campton a progressé dans sa pensée ou bloqué dans cet amalgame de la Sainte Église avec la conciliaire.

Le but de son livre serait d'établir que j23 fut illuminati et les autres dans la même branche... scratch

Sur Wiki ontrouve ceci

Piers Compton (1901-1986) est un auteur de biographies, de livres historiques et de théories conspirationnistes. Il fut un religieux de l'Église catholique et éditeur de l'hebdomadaire catholique "The Universe" durant 14 ans[

Dans son livre, The Broken Cross:The Hidden Hand In The Vatican il avance la thèse selon laquelle le Vatican fut infiltré par les Illuminatis, que le symbole de l'"oeil qui voit tout" avait un signification luciferienne et qu'il était utilisé par des responsables catholiques et jésuites, par exemple dans le logo du congrès catholique du Philadelphia Eucharistic Congress de 1976, ou encore sur un timbre du Vatican de 1978 et sur la croix personnelle du pape Jean XXIII[2]. Pour Compton, le pape Jean XXIII fut le premier pape Illuminati[3]. Selon Compton, le livre fut ensuite retiré de la vente et jamais réimprimé 4.

Le 4 nous renvoie à un autre auteur: http://www.rense.com/general49/cross.htm

En lisant le lien avec une traduction robotique, je comprends la même chose que toi... nous serions devant l'hérésie de la Frate, d'une "'église catholique apostate et de papes antichrists Suspect

L'imparfait suppose que l'Église ne serait plus , la secte serait l'Église... affraid affraid

On va bien voir si toi et moi on souffre de parano chronique... Campton devrait bientôt dire que cette rapace n'est pas l'Église, mais à mon avis c'est mal parti pour ça.

As-tu remarqué que les antis-conspiratonistes arrivent à la porte mais ne l'ouvre jamais. La trouille les prends et on se retrouve avec un paquet de notions fausses et hérétiques sur l'Église et à mon avis cela laisse planer des doutes sur leurs affirmations sur la FM et les antipapes. Quel crédibilité à un homme ( un religieux) qui dénature l'Église à ce point?

Hillard fait la même chose de nos jours... JCMD a fait un découpage de deux vidéos d'Hillard et on se retrouve avec 3 minutes de vidéo...

J'attends moi aussi... le déclic... espérons qu'il se fera.
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18803
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Sandrine Mer 13 Jan 2010, 11:10 am

Merci Gabrielle I love you ... je me sens moins seule Very Happy

Bien d'accord avec toi sur l'ensemble de ton post. Alors attendons de voir la suite ...

Parano chronique ou pas ? geek Very Happy
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  gabrielle Mer 13 Jan 2010, 11:22 am

geek geek Bienvenue sur l'île de la prudence et de la méfiance Suspect Suspect
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18803
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Sandrine Mer 13 Jan 2010, 11:52 am

gabrielle a écrit:geek geek Bienvenue sur l'île de la prudence et de la méfiance Suspect Suspect

Wink
Sandrine
Sandrine

Nombre de messages : 4294
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Via Crucis Mer 13 Jan 2010, 1:31 pm

Gabrielle a écrit :

geek geek Bienvenue sur l'île de la prudence et de la méfiance Suspect Suspect

Cette île c'est la bonne cheers c'est pourquoi je n'hésite donc pas à y surfer bounce ! Je suis devenue une surfeuse spécialisée Laughing ! A quand le concours du meilleur surfeur ? Question

Fuyons donc tous "l'île de la tentation" THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 545542 THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 403733 (il y a malheureusement une émission TV de ce nom que je ne regarde JAMAIS !) où les hommes et les femmes perdent leurs âmes ! Sad Sad Sad
Via Crucis
Via Crucis

Nombre de messages : 2900
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  gabrielle Mer 13 Jan 2010, 4:53 pm

Vous êtes un as... du surfing... cheers cheers
gabrielle
gabrielle

Nombre de messages : 18803
Date d'inscription : 25/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  ROBERT. Mer 13 Jan 2010, 8:55 pm

Admin a écrit:Bonjour Javier.

La traduction de ce dossier sera assurée par notre ami Louis, celui-ci étant administrateur de Te Deum, inséra la traduction dans les posts que vous faites en langue anglaise.

Ainsi dans le post 1 sera placé sa traduction française... et ainsi de suite.

Vous serez le meneur et Louis vous suivra. A Catholic team ! Wink

Merci pour votre bon travail


Admin


A catholic team is always an "A" team. A "B" team should be... I Remember ! THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 531927 there is no "B" catholic team !

Bravo Javier ! Bravo Louis. J'y pense: va falloir que je me mette à la lecture de ce dossier...A.S.A.P...
.
ROBERT.
ROBERT.

Nombre de messages : 34713
Date d'inscription : 15/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton Empty Re: THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Message  Javier Jeu 14 Jan 2010, 7:27 am

7.

Apart from the earlier indications, the main purpose of the plot, to gain control of the Papacy, had been brought to light in Florence by an opponent of the secret societies named Simonini, who carried the news of their intention to Pius VII. But the Church could do little more in the way of defence than issue warnings; while the Carbonari, reinforced by the positive declarations uttered by the Alta Vendita, pressed home its attacks.

A few years after that document was issued, Little Tiger addressed the Piedmontese group of the society in the following terms: ‘Catholicism must be destroyed throughout the whole world. Prowl about the Catholic sheepfold and seize the first lamb that presents itself in the required conditions. Go even to the depths of convents. In a few years the young clergy will have, by the force of events, invaded all the functions. They will govern, administer, and judge. They will be called upon to choose the Pontiff who will reign; and the Pontiff, like the greater part of his contemporaries, will be necessarily imbued with the principles which we are about to put into circulation.

‘It is a little grain of mustard which we will place in the earth, but the sun of justice will develop it to become a great power, and you will see one day what a rich harvest that little seed will produce.’


The policy of infiltration had already been put into effect, and Little Tiger was soon claiming that a new breed of priests, talented young men who were likely to rise high in the hierarchy, had been trained to take over and destroy the Church. And that was no empty boast, since in 1824 he was telling Nubius: ‘There are certain members of the clergy, especially in Rome, who have swallowed the bait, hook, line, and sinker.’

The persistence, the thoroughness, and the single-minded purpose of the societies which, then as now, was not to be found outside them, was never in doubt. ‘Let the clergy march under your banner in the belief that they march under the banner of the Apostolic Keys. Do not fear to slip into the religious communities, into the very midst of their flock. Let our agents study with care the personnel of those confraternity men, put them under the pastoral staff of some virtuous priest, well known but credulous and easy to be deceived. Then infiltrate the poison into those chosen hearts; infiltrate it by little doses as if by chance.’

This was soon followed by a confident assessment of the inroads that the societies had already made. ‘In Italy, they count among their numbers more than eight hundred priests, among whom are many professors and prelates as well as some Bishops and Cardinals!’ It was claimed that many of the Spanish clergy were also involved.

But, as Nubius constantly repeated, all interim victories would be hollow until a Pope who was part of their ultimate design was occupying Peter’s Chair. ‘When that is accomplished’, he wrote in 1843, ‘you will have established a revolution led by the tiara and the pluvial (ceremonial) cape; a revolution brought about with little force, but which will strike a flame in the four corners of the world.’

There was a feeling of change in the air, a change that would extend beyond the boundaries of the Church and transform many facets of existence. Little Tiger summed it up hopefully to Nubius in 1846: ‘All feel that the old world is cracking.’ And his finger must have been on the pulse of events, for two years later a highly select body of secret initiates who called themselves the League of Twelve Just Men of the Illuminati, financed Karl Marx to write the Communist Manifesto, and within months Europe was rocking with revolution.

But Nubius did not live long enough to sample whatever benefits might have come about. For activated by rumours, whether true or false, that he was letting his tongue wag too freely, the all-seeing Eye was turned in his direction and Nubius succumbed to a dose of poison.

We of this generation have lived through, and are still encountering, the political and religious aftermaths of a struggle whose causes were hidden from those who witnessed its early stages, just as they are from us who are blindly groping a way through its secondary phases. For its perpetrators, and their operations, are masked by secrecy, a secrecy so continuous, and profound, that it cannot be matched elsewhere.

A SUIVRE...

THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton 2811 "...a highly select body of secret initiates who called themselves the League of Twelve Just Men of the Illuminati, financed Karl Marx to write the Communist Manifesto, and within months Europe was rocking with revolution".

7.

A part des indications antérieures, l'objectif principal du complot, prendre le contrôle de la Papauté, avait été mis au jour à Florence par un opposant aux sociétés secrètes nommé Simonini, qui a porté ces nouvelles au Pape Pie VII. Mais l'Eglise ne pouvait guère faire plus dans la défense que de lancer des avertissements, tandis que les Carbonari, renforcés par les déclarations positives prononcées par la Haute-Vente, pressaient leur attaque.

Quelques années après ce document , Petit-Tigre s’adressa au groupe piémontais de la société dans les termes suivants: « Le catholicisme doit être détruit dans le monde entier. Rôder dans la bergerie catholique et saisissez le premier agneau qui se présente dans les conditions requises. Aller jusqu'au fond des couvents. Dans quelques années, ce jeune clergé aura, par la force des choses, envahi toutes les fonctions; il gouvernera, il administrera, il jugera, il formera le conseil du souverain, il sera appelé à choisir le Pontife qui devra régner, et ce Pontife, comme la plupart de ses contemporains, sera nécessairement plus ou moins imbu des principes italiens et humanitaires que nous allons commencer à mettre en circulation,

« c’est un petit grain de sénevé que nous confions à la terre, mais le soleil de justice le développera jusqu’à la plus haute puissance, et vous verrez un jour quelle riche moisson ce petit grain produira.»


La politique d'infiltration avait déjà été mise en vigueur, et Petit Tigre bientôt prétendit qu'une nouvelle génération de prêtres, des jeunes hommes talentueux qui étaient susceptibles d’accéder à de très hauts postes dans la hiérarchie catholique, ont été formés pour s’emparer et détruire l'Eglise. Et ce n'était pas forfanterie, car en 1824, Nubius disait: « Il y a certains membres du clergé, surtout à Rome, qui ont avalé l'appât, l'hameçon, ligne et le plomb. »

La persistance, la minutie, et le seul objectif des sociétés qui, hier comme aujourd'hui, ne devait pas être trouvée en dehors d'elles, n'a jamais été mise en doute. « que le Clergé marche sous votre étandard en croyant toujours marcher sous la bannière des Clefs apostoliques. Ne craignez pas de vous immiscer dans les communautés religieuses, au beau milieu de leur troupeau. Que nos agents étudient avec soin le personnel de ces confréries d’ hommes, de les mettre sous la houlette pastorale de quelque prêtre vertueux, notoire, mais crédule et qu’on peut facilement abuser. Ensuite, infiltrer le poison dans les cœurs choisis; infiltrer par petites doses, un peu au hasard.»

Ceci fut suivi bientôt par une évaluation confiante des incursions que les sociétés avaient déjà fait. « En Italie, ils comptent dans leur sein plus de huit cents prêtres, parmi lesquels se trouvent de nombreux professeurs et des prélats, ainsi que certains évêques et des cardinaux! Il a été allégué que de nombreux membres du clergé espagnol étaient aussi impliqués.

Mais, comme Nubius l’a répété constamment, toutes les victoires intérimaires seraient vides jusqu'à ce qu’un Pape qui soit partie prenante de leur dessein ultime, occupe la Chaire de Pierre. «Lorsque cela est accompli", , écrivait-il en 1843, « Vous aurez prêché une révolution en tiare et en chape marchant avec la croix et la bannière, une révolution qui n’aura besoin que d’être un tout petit peu aiguillonnée pour mettre le feu aux quatre coins du monde.»

Il y avait un sentiment de changement dans l'air, un changement qui irait au-delà des frontières de l'Eglise et qui transformerait de nombreuses facettes de l'existence. Petit Tigre l’a résumé avec confiance à Nubius en 1846: «Tous sentent que le vieux monde craque." et son petit doigt a dû être à l'écoute des événements, car deux ans plus tard, (A) un corps très restreint d'initiés secrets, qui s'appelaient eux-mêmes la Ligue des Douze Hommes Justes des Illuminati, ont financé Karl Marx pour qu’il rédiger le Manifeste Communiste, et en quelques mois, l'Europe oscillait avec la révolution. (A)

Mais Nubius n'a pas vécu assez longtemps pour même goûter aux avantages qui auraient pu en résulter. Activé par des rumeurs, qu’elles soient vraies ou fausses, qu'il aurait laisser aller sa langue trop librement, l’Œil qui-voit-tout s’est retourné dans sa direction et Nubius a succombé à une dose de poison.

Nous, de cette génération, avons survécu et encore nous éprouvons les séquelles politiques et religieuses d'une lutte dont les causes ont été cachées à ceux qui y ont assisté à ses débuts, comme elles le sont pour nous qui tâtonnons aveuglément un chemin à travers ses phases secondaires. Pour ce qui en est de ses auteurs, et de leurs opérations, elles sont masquées par le secret, un secret si continu et profond, qu'il ne peut être égalé nulle part ailleurs.

Louis :Le texte sous l'image est traduit sous la lettre (A)....(A)

A SUIVRE ...
Javier
Javier

Nombre de messages : 4100
Localisation : Ilici Augusta (Hispania)
Date d'inscription : 26/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum