L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français)

Aller en bas

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) Empty L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français)

Message  Monique le Mar 18 Fév 2020, 8:18 am

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2


QUELQUES INFORMATIONS IMPORTANTES ?



Les preuves abondent que pendant des siècles, il y a eu un sinistre plan d'infiltration de la Sainte Église par le judaïsme et son principal moyen, la franc-maçonnerie, pour atteindre ses objectifs de renversement de l'Institution de Jésus-Christ. Le pouvoir juif a atteint un tel degré qu'il n'a plus besoin de se cacher pour travailler au sein de l'Église. Ainsi, il y a eu des ambassadeurs comme Jules Isaac auprès du Saint-Siège pour lui dicter ses initiatives de réforme de la liturgie, de la Bible et de la catéchèse en faveur du judaïsme, ce qui s'est fait avec obéissance grâce aux réformes apportées par Vatican II. L'infiltration est particulièrement évidente depuis deux siècles. Un fait significatif est l'approbation de la franc-maçonnerie envers les pseudo-papes, alors qu'avant les précédents papes catholiques, ils étaient opposés à la réalisation d'actions ignominieuses.


Par exemple : à la mort de S.A. Pie IX, il a été enterré dans la basilique du Vatican. (Pie IX, 1846, 1878). Mais il avait exprimé le souhait que sa dépouille repose dans l'église de Saint-Laurent hors les murs. Afin de répondre aux souhaits du pontife, il a été convenu que sa dépouille soit transférée, trois ans plus tard, dans cette église. Pie IX avait été l'auteur de l'Encyclique QUANTA CURA (qui fut ensuite contredite par Vatican II) et de SYLLABUS ERRORUM, ou condamnation des erreurs libérales modernes nées de la Franc-maçonnerie. Eh bien, alors que les restes étaient déplacés, une foule à l'instigation des anticléricaux a attaqué le cortège en essayant d'arracher les restes et de les jeter dans le Tibre. La lutte des autorités civiles pour empêcher l'attaque lancée par les francs-maçons fut difficile ; les restes de S.S. Pie IX arrivèrent à destination après une bataille acharnée avec une foule en colère qui détestait (1) le pape qui réprimait les idéaux maçonniques. D'autre part - notons-le bien - la Franc-maçonnerie internationale a exprimé son deuil pour la mort de Jean XXIII à travers des tracts publiés dans toutes les langues dans différents pays.


A SUIVRE... DES TÉMOIGNAGES DES PROGRÈS DE L'INFILTRATION ET DES PRÉPARATIONS POUR UN "PAPE" IDÉAL

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) El-papa-pablo-vi-y-el-cardenal-wojtyla-e4e1j5
Monique
Monique

Nombre de messages : 8862
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) Empty Re: L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français)

Message  Monique le Mer 19 Fév 2020, 12:12 pm

DES TÉMOIGNAGES DES PROGRÈS DE L'INFILTRATION ET DES PRÉPARATIONS POUR UN "PAPE" IDÉAL


Les témoignages abondent, et les faits sont là pour que tout le monde puisse en prendre connaissance. Depuis longtemps, nous le répétons, la franc-maçonnerie envahit tous les domaines de l'Église. Mais en ce qui concerne les événements intéressants survenus pendant le pontificat de S.S. Pie XII, nous allons transcrire en partie le contenu d'une lettre dans laquelle nous pouvons avoir confiance, surtout en raison des résultats qui sont en vue : le Siège romain usurpé par des hommes anti-catholiques ; une curie formée de francs-maçons, hérétiques et communistes, en grande partie, et le succès des plans élaborés il y a des siècles.


Cette lettre est une réponse à une demande faite par un prêtre à l'officier J. Winkcler, qui, en tant qu'interprète de l'italien pour l'état-major, a vécu à Rome pendant plusieurs années à l'époque de S.S. Pie XII. En tant que catholique, il a été témoin de nombreux événements et n'a pas hésité à enregistrer ses expériences. dit-il, en résumant :


Qu'en sa qualité d'interprète, il a été invité à la première réunion d'après-guerre des principales personnalités de la communauté juive à Rome, et que l'accent a été mis sur les moyens de mettre fin à l'antisémitisme. Que cela a été connu des catholiques d'origine juive qui travaillaient dans un Secrétariat spécial du Vatican qui était une sorte de département financier, et que ces personnes l'ont sollicité et invité à faire partie d'une "Association des diplômés universitaires", dont l'aumônier était Monseigneur Jean B. Montini, alors substitut du secrétaire d'État de Pie XII. Que ses nouveaux amis lui avaient beaucoup parlé de Montini :


"Il est l'un des nôtres"... Il poursuit en racontant qu'à cette époque, Jacques Maritain est arrivé à Rome en tant qu'ambassadeur auprès du Saint-Siège, dont Winckler dit que "c'était un cadeau insensé et maléfique de Georges Bidault". (Nous disons : intentionnellement malveillant ?). Maritain a immédiatement envahi le groupe de Montini, et il ne restait rien d'autre que "l'Humanisme intégral", -nous dit Winckler- et que le groupe entier manifestait ouvertement son modernisme. Winckler les a abandonnés.


Nous tenons à souligner que c'est précisément au cours de ces années que Karol Wojtyla est arrivé à Rome pour étudier la théologie.


Nous continuons en citant la lettre de Winckler. Au cours de son adhésion à l'association, Winckler avait agi en tant qu'acolyte de Monseigneur Montini pendant la messe. Beaucoup croyaient qu'il était un adepte particulier des théories de Montini. C'est dans ce contexte que Monseigneur S. Pignedolli, un membre éminent de la Curie, l'a approché. Croyant que Winckler connaissait le contexte d'un certain plan - et selon Winckler, voulant faire de lui un complice de quelque chose - il est entré dans les détails, faisant de lui un confident unique. Mais pour comprendre ce qui suit, il faut se rappeler qui était le personnage auquel Pignedolli faisait référence dans sa confidence ; il faut rappeler le fameux maçon cardinal Rampolla.


Le cardinal Mariano Rampolla était le secrétaire d'État de S.S. Léon XIII (1878-1903). Après sa mort et la convocation du conclave, Rampolla est élu, mais l'empereur d'Autriche, François Joseph (qui était en alliance avec d'autres princes catholiques) oppose son vote. À cette époque, les princes catholiques avaient le droit de vote au conclave. Après un grand tumulte - mais pas à la hauteur des excès des conclaves douteux précédents - compte tenu du vote de l'empereur, l'élection de Rampolla a été déclarée nulle et non avenue et lors du nouveau vote, le cardinal Joseph Sarto a été élu, puis saint Pie X. C'était en l'an 1903. Dix ans plus tard, Rampolla meurt, son affiliation à la franc-maçonnerie étant découverte dans ses affaires. Le conclave qui avait choisi Rampolla n'avait duré que cinq jours ! Les francs-maçons libéraux français ont pris la protestation d'une manière particulière. Eh bien, continuant avec la lettre de Winckler, il dit que Monseigneur Pignedolli lui a parlé d'une grande vengeance qui se préparait. Il lui a raconté tout l'événement du vœu de l'Autriche, dont le résultat, selon Monseigneur Pignedolli, avait été de replonger l'Église dans l'obscurantisme et l'isolement du Moyen Âge ; il a insisté sur la nécessité d'une ouverture et d'une adaptation de l'Église ; enfin, il lui a donné un aperçu d'une nouvelle ère à venir, qui devait s'arrêter très bientôt, grâce au succès déjà certain (notons que cela a été dit par Pignedolli en 1945) de celle qui allait réussir là où Rampolla avait eu le malheur d'échouer Winckler lui avait demandé... "Qui est-il ?"; Pignedolli lui avait répondu : "Vous le servez à la messe tous les jours"... C'était Jean Bautista Montini.


Selon Winckler, le groupe qui avait cru au début du siècle avoir frappé fort avec le cardinal Rampolla, c'est-à-dire placer l'un des leurs au sommet de l'Église pour la remodeler à leur image, ce lobby ne s'est jamais trouvé désarmé... "Qui," dit Winckler, "a eu l'occasion de préparer les élections de Roncalli et de Montini bien à l'avance, afin que la première rende possible la suivante ?"... Et les suivantes ? nous ajoutons.


Au vu des résultats qui sont en vue, l'interview de Pignedolli-Winckler ne peut pas être considérée comme fictive. Actuellement, Sergio Pignedolli est président du Secrétariat pour les religions non chrétiennes, et c'est lui qui rend les fêtes musulmanes du Ramadan communes aux catholiques. Il est convaincu de l'égalité des "trois grandes religions monothéistes".


A SUIVRE... L'INFLUENCE DE PAUL VI SUR L'ÉLECTION DE JEAN PAUL II
Monique
Monique

Nombre de messages : 8862
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) Empty Re: L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français)

Message  Monique le Mer 25 Mar 2020, 10:58 am

   L'INFLUENCE DE PAUL VI SUR L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL II


Il est impossible de penser qu'après avoir obtenu l'énorme succès, d'abord, de mettre au sommet de l'Église l'initiateur de la révolution souhaitée, Roncalli, et d'arriver à réaliser une conciliation destructrice, les auteurs du plan n'auraient pas eu d'autres sujets appropriés prêts à poursuivre la tâche réussie. On dit de Jean XXIII qu'il était "un pape de transition", et on répète la même chose de Jean-Paul Ier, dont le "pontificat" de trente-trois jours a été entouré de circonstances étranges, tout comme sa mort. Le "désir des Nations Unies" de poursuivre la tâche après Montini était, selon toutes les preuves, celui de la plus grande efficacité pour consommer le plan, Monseigneur Karol Wojtyla. Il convient de noter que si les conclaves d'autrefois étaient influencés par la politique laïque, comme dans le cas du véto autrichien, il n'est pas possible aujourd'hui de nier l'influence d'autres politiques qui sont en vue.


   Résumons. Selon les biographes de "Sa Sainteté" - des données connues sans qu'il soit nécessaire de faire un compte rendu - Paul VI a distingué Karol Wojtyla d'une manière particulière pendant le Concile Vatican II lui-même. Consacré évêque en 1958, Paul VI l'a élevé à l'archevêché en 1963, - peut-être ravi des interventions de l'évêque polonais dans les sessions du concile qui l'ont indiqué comme membre du "clan". En 1967, dès la fin du Conciliabule, il l'a élevé au rang de cardinal.  Mais nous transcrivons quelques paragraphes importants de "Sa Sainteté". Ils disent :


   
   "Dans l'histoire de l'Église, il n'est presque jamais possible de déterminer pourquoi un cardinal particulier est élu pape. Examinons attentivement ce qui suit : "Un observateur attentif peut révéler les raisons qui ont conduit le candidat - Karol Wojtyla - à être dans la ligne de mire de la papauté.

       Le cardinal Andrezek Deskur, grand connaisseur de la curie, estime que, de façon mystérieuse, chaque pape choisit son propre successeur...

       "Le vieux Jean XXIII considérait, sans aucun doute, que le cardinal de Milan, Jean-Baptiste Montini, était l'homme qu'il fallait pour achever l’œuvre qu'il avait commencée avec Vatican II... Karol Wojtyla a accordé une attention particulière à Paul VI, ce qui était évident pour les proches du Pape après le Concile... Karol Wojtyla est élevé au rang de cardinal par Montini à l'âge de quarante-sept ans, et dès lors la collaboration et l'affection entre lui et Paul VI se renforcent. Wojtyla a été nommé dans quatre congrégations du Vatican : le clergé, l'éducation catholique, la liturgie et les églises orientales... Paul VI a fréquemment reçu le cardinal Wojtyla en audience privée. Rien qu'entre 1973 et 1975, Karol Wojtyla a assisté onze fois à des audiences privées dans l'étude de Paul VI. Puis, en 1976, le pape a honoré Wojtyla d'une invitation extraordinaire : il lui a demandé de diriger les exercices spirituels de carême au Vatican pour les membres de la Curie et le personnel de la maison papale. La même année, le New York Times a désigné le cardinal comme l'un des candidats les plus fréquemment cités pour succéder au pape Paul VI. (2)



   Il y a deux petits commentaires ici. Les "exercices" spirituels donnés par le cardinal Wojtyla à Paul VI et à sa curie, ne méritaient pas d'être connus, aucune protestation contre les hérésies manifestées. D'autre part, ces exercices ont été diffusés dans le monde entier sous forme de livre, sous le titre "Signe de contradiction". Quant au commentaire des biographes sur l'annonce de Wojtyla comme "papable" dans le New York Times, ne constituerait-il pas, compte tenu des faits, un "signal" pour dire à certaines parties intéressées : "tout va bien" ?


A SUIVRE... LES PRÉPARATIFS DE PAULVI POUR ASSURER L'ÉLECTION DE WOJTYLA

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) PaulVI_KarolWojtyla_CNA_145321w_1532366050
Monique
Monique

Nombre de messages : 8862
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français) Empty Re: L'INFLUENCE DE PAUL 6 DANS L'ÉLECTION DE JEAN-PAUL 2 (espagnol/français)

Message  Monique le Mer 01 Avr 2020, 9:23 am

LES PRÉPARATIFS DE PAUL VI POUR ASSURER L'ÉLECTION DE WOJTYLA


Il n'y avait aucune raison pour que Paul VI dicte une disposition dans laquelle les cardinaux octogénaires étaient exclus des conclaves élus par le pape. C'était d'autant plus vrai lorsque les exclus étaient en parfaite santé mentale, et il était manifestement arbitraire de les priver du droit d'exercer ce pour quoi ils avaient été constitués : élire un pape. Mais parmi les cardinaux qui avaient alors plus de quatre-vingts ans, et ceux qui allaient bientôt atteindre cet âge, il y avait beaucoup de "conservateurs" indésirables. Le document qui les a laissés de côté - comme une loi pour l'avenir - est la "Constitution apostolique romaine Souverain Pontife Eligendo" donnée par Montini à Rome le 1er octobre 1975. Tous les mouvements de résistance catholique ont protesté contre cette loi, la qualifiant de "nulle et non avenue", et beaucoup ont déclaré qu'elle "jetait de l'ombre" sur les conclaves à venir. Comme beaucoup d'autres catholiques, nous ne pensons pas que cette loi soit celle qui "jette de l'ombre" sur tout et soit arbitraire ; nous pensons que le siège romain est vacant à cause de l'hérésie de celui qui l'occupe et que les conclaves des modernistes sont nuls et non avenus. Mais bon, Paul VI, depuis son ascension, s'était consacré à la création de cardinaux qui, à l'élection de Wojtyla, étaient au nombre de 115, dont Montini en avait créé 100. Lorsque la disposition relative à l'exclusion des octogénaires a été publiée, les treize personnes suivantes ont été exclues du droit d'élection, car elles ne pouvaient pas assister au conclave qui a élu Wojtyla : Ottaviani, Antonelli, Barbieri, Confalonieri, Caggiano, Dejorio, Fuinga, Marella, Mc. Inter, Miranda, Motta de Vasconcelos, O'Boyle, Shera, Parente et Slypji. Mais les cardinaux modernistes, les francs-maçons, les tendances protestantes, les libéraux, qui professaient les plus grandes hérésies post-conciliaires, les juifs et les communistes, ceux-là étaient légitimement dans le collège du cardinal au moment de l'élection de Wojtyla. : Par exemple


Le cardinal Pironio, qui dans sa patrie, l'Argentine, était appelé "le pyromane" en raison de ses tendances communistes révolutionnaires. Le cardinal Willebrands, qui, en tant qu'ambassadeur de Paul VI, s'est vanté dans toute l'Église de la vindicte de Luther, a également été signataire de l'octroi des sacrements catholiques aux schismatiques et aux "autres confessions". Et il y avait aussi le Pignedolli déjà mentionné, celui de "nos fêtes du Ramadan". Ceux-ci, entre autres.


L'illustre cardinal, le célèbre théologien Pietro Parente, a mené la protestation des cardinaux octogénaires, mais on sait que toute protestation venant de vrais catholiques contre l'église post-conciliaire, se heurte à la pierre. Nous sommes convaincus que nous ne devrions rien demander à l'église post-conciliaire, tout simplement parce qu'elle n'a pas le droit d'accorder quoi que ce soit, L'Église Sainte, apostolique et catholique romaine continue de vivre grâce à Dieu, et ce qui ne manque qu'aux catholiques en résistance est une grande tâche d'UNITÉ, d'unification. Le Christ est avec nous, avec son Église, jusqu'à la fin des siècles. Trente ans après le Conseil et encore moins après la mise en œuvre des réformes, il a fallu peu de temps, d'abord pour sortir de la surprise devant ce qui était présenté "comme venant de Rome", pour réagir, et pour agir en conscience. La Résistance catholique existe, grâce à Dieu, le vrai Saint Sacrifice est célébré, et on a les vrais sacrements. Ce n'est pas le lieu pour dicter des programmes d'action. La Résistance catholique s'est manifestée dès le début, et il ne lui manque que l'unification pour la consolidation de la tâche à accomplir.


FIN


* Commentaire sur l'ouvrage "Sa Sainteté", B. Kostas, Editorial Véritas, Santa Fe de Bogotá, Colombie, pages 161-168.
(1) Histoire des papes. Volume II, Carlos Castiglione. Editorial Labor S. A. Barcelone, Espagne, 1948, p. 600-601.
(2) Sa Sainteté, p. 127
Monique
Monique

Nombre de messages : 8862
Date d'inscription : 26/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum